Navigation – Plan du site
Compte rendus

Rainhorn Judith (dir.), Santé et travail à la mine. XIXe-XXIe siècle

Presses universitaires du Septentrion, 2014
Alain Boscus
p. 144-147
Référence(s) :

Rainhorn Judith (dir.), Santé et travail à la mine. XIXe-XXIe siècle, Presses universitaires du Septentrion, 2014, 306 p.

Texte intégral

1Quand l’histoire de la santé et du corps croise d’autres champs historiographiques mieux et plus tôt défrichés, tels ceux du travail, du syndicalisme ou du monde de la mine, on accède à une histoire sociale foisonnante. Et lorsque le champ d’investigation s’étend à de nombreux pays miniers, à différents secteurs (le charbon, le cuivre, l’uranium, etc.), qui plus est en prenant en considération deux siècles d’extraction, on perçoit bien le caractère mondial, voire transnational, des interrogations, revendications et évolutions relatives à ces activités à fort impact sanitaire et environnemental. Ces thèmes sont désormais mieux pris en compte par les historiens et l’ensemble des sciences humaines et sociales, et il faut s’en féliciter, car ils sont d’une actualité rendue plus saillante que jamais par l’extractivisme débridé de ces dernières décennies, notamment dans les pays émergents ou « en développement » (Afrique du Sud, Inde, Brésil, Chine…) où se concentrent désormais les problèmes majeurs liant santé et travaux miniers.

2Cet ouvrage aborde principalement trois pistes. D’une part l’étude des enquêtes et de la façon dont celles-ci ont été et sont menées (observation des corps au travail, témoignage des ouvriers…), d’autre part l’analyse des réseaux et des mobilisations sociopolitiques autour des questions de santé minière et, enfin, le dépistage des « processus [historiquement] construits d’invisibilisation des enjeux sanitaires » par le biais de procédés de « fabrication de la méconnaissance », aussi divers que récurrents, dans le temps et l’espace.

3Si les contributions réunies ici sont à la pointe de la recherche (les éléments bibliographiques en font foi, tout comme la dense préface de Paul-André Rosental, la copieuse entrée en matière de la directrice d’ouvrage ainsi que la diversité des chercheurs, centres de recherche et universités mobilisés), elles laissent cependant de côté une grande partie des risques professionnels et des pathologies liées au travail minier. Silicose, anthracose et ankylostomiase sont par exemple assez bien cernées, tandis qu’est volontairement négligé tout ce qui relève des catastrophes épisodiques, de l’accidentologie quotidienne et de ses conséquences (mortalité, blessures, invalidité partielle ou totale) ou d’autres affections temporaires ou chroniques (troubles posturaux, auditifs, oculaires…). Et c’est tant mieux puisque l’ouvrage gagne ainsi en force et en cohérence.

4Ce que démontrent abondamment les auteurs, c’est avant tout, me semble-t-il, à quel point la santé (l’étiologie des nombreuses affections sur lesquelles a dû se pencher le corps médical, la prise en charge individuelle et/ou collective des victimes et malades, la reconnaissance des maladies professionnelles, la création d’organismes spécialisés) est une construction sociohistorique à part entière. Apparaissent en pleine lumière les acteurs « classiques » (et attendus) du monde de la mine, des soins et du cadre administratif et juridique mobilisé par nécessité afin de régler les difficultés majeures et de faire en sorte que le processus productif ne s’interrompe pas en dépit des malheurs qu’il suscite. Ces acteurs, de plus en plus nombreux et spécialisés, se meuvent au sein de réseaux multiples qui s’entrecroisent, permettant à certains moments de résoudre les problèmes les plus urgents, notamment ceux que la conflictualité sociale ou les exigences proprement économiques ou politiques ont fait émerger. Ouvriers mineurs, organisations syndicales, patronat et encadrement, médecins et hygiénistes, pouvoirs publics, juristes, juges et magistrats et enfin opinion publique jouent une partition complexe où les particularités et objectifs de chacun colorent la restitution d’ensemble, dans des contextes toujours contraignants, eux-mêmes historiquement construits, au sein desquels les intérêts contradictoires sont omniprésents, tant d’un point de vue social, qu’économique, politique, culturel et symbolique.

5Des points communs entre les périodes et les histoires nationales ou sectorielles peuvent être relevés. Il en est ainsi du long processus de reconnaissance de la silicose comme maladie professionnelle ; en Belgique par exemple où le compromis de 1937, avantageux pour les mineurs, a freiné le mouvement (Éric Geerkens), ou dans l’Espagne des années 1930-1940, en raison d’interrogations propres au monde scientifique et médical, liées aux contraintes et enjeux économiques et politiques d’alors (Alfredo Menendez-Navarro). Ces derniers sont d’ailleurs omniprésents et constituent en grande partie le cadre de réflexion, de méthode, de représentation et d’action de tous les acteurs. Gabrielle Hecht saisit ainsi les rapports de domination politique, ethnique et coloniale à la source de l’exclusion du continent africain de l’histoire du nucléaire, alors même que le travail dans les mines de radium du Niger, de Madagascar ou d’Afrique du Sud expose les mineurs à des rayonnements dangereux dont l’invisibilité est constitutive, en fin de compte, de la violence coloniale. Cette invisibilité, elle-même est appréhendée par plusieurs chercheurs comme une construction sociopolitique au sein de laquelle le poids du puissant patronat minier (luttant pour l’augmentation de la productivité et de la rentabilité) et l’aveuglement de la plupart des experts institutionnels pèsent de tout leur poids – le déni ouvrier pouvant aussi jouer en ce sens puisque les réactions des mineurs sont potentiellement empreintes ici et là de « dispositions culturelles à accepter leur sort stoïquement » et à « ne pas faire toute une histoire » des pathologies et misères liées à « leur » entreprise ou à « leur » travail aux particularités par ailleurs tant appréciées (Arthur McIvor).

6Les lecteurs retrouveront sans peine cette problématique dans les articles de Bernard Thomann à propos des mines japonaises au XXe siècle, qu’elles soient métalliques ou de charbon, et d’Angela Vergara portant sur les ouvriers des mines de cuivre chiliennes (l’on y croise en 1938 le jeune docteur Salvador Allende, ministre du Front populaire porteur d’une importante loi créant la médecine préventive dans ce pays). Quant à la contribution d’Irène Huang, elle nous amène à réfléchir au « désastre sanitaire » en cours dans la Chine émergente, à partir d’une recherche remarquable aidant à comprendre les ressorts, les modalités et les contradictions du processus de prolétarisation qui bouleverse cette société – et au-delà. En lisant ces pages, les tenants du soi-disant « déclin de la classe ouvrière » comprendront sûrement combien il serait ridicule d’évoquer ce thème en le cantonnant à quelques pays anciennement industrialisés et en omettant de penser ces évolutions dans le cadre de la globalisation marchande et financière.

7Thèmes de recherche complexe et multiple, la santé et le travail minier ne s’appréhendent pas uniquement par ces focales relevant de l’inégalité du rapport salarial, des liens incestueux entre élites politiques et économiques ou des constructions d’ensemble des systèmes nationaux de protection sanitaire et de sécurisation sociale. Hiérarchiser les problèmes, repérer, décrire et définir les pathologies, prévenir les maladies et accidents, informer les acteurs directs, légiférer et édicter des normes, surveiller et contrôler l’application du droit du travail, créer des institutions d’hygiène et d’accompagnement des victimes et de leurs proches (qu’il faut aussi parfois indemniser), attirer l’attention du plus grand nombre en liant les problèmes sectoriels à des questionnements plus généraux, tout cela renvoie, bien sûr, à des rapports de force que signalent bien les contributions déjà évoquées. Ces focales, pourtant, sont loin d’épuiser le sujet, et d’autres voies peuvent être empruntées pour enrichir au plus près la problématique des engagements, des combats menés et des chemins souvent sinueux parcourus pour faire progresser la bonne cause du travail plus salubre, moins dangereux et moins épuisant. Marion Fontaine montre par exemple comment la santé des mineurs fut érigée en cause politique par l’extrême-gauche dans la France des années 68, après la catastrophe de Liévin (42 morts, le 27 décembre 1974), au risque me semble-t-il d’un « totalisme » faisant découler du capitalisme, de l’exploitation et de la recherche du profit tout accident du travail ou toute pathologie ; tandis qu’Angela Turner et Arthur McIvor évoquent les troubles pouvant perturber les rapports sociaux de sexe et de genre, tant au niveau de la vie de famille et des représentations de la féminité dans les communautés minières écossaises du milieu du XIXe siècle, qu’au niveau du couple au sein duquel se fracassent les conceptions courantes de la virilité et de la masculinité lorsque les hommes sont fatigués, usés, défaillants voire « émasculés », notamment quand ils sont diminués par la pneumoconiose.

8Un autre combat, plus individuel mais ô combien remarquable, est celui mené par la pionnière américaine de la santé au travail, le Dr Alice Hamilton. L’enquête officielle qu’elle dirigea en 1919 dans les mines de cuivre de l’Arizona, pour le compte du Département fédéral du travail, montre à la fois la ténacité, le dévouement et le sérieux de quelques acteurs particuliers qui ont su dépasser les préjugés de leur temps, combattre les conceptions de leur milieu et faire œuvre scientifique autant que sociale en se remettant en question et en imposant des savoirs nouveaux après avoir enquêté sur le terrain auprès des principaux intéressés. En lisant les pages que lui consacre ici Judith Rainhorn, on se prend à rêver de la réalisation d’un film sur la vie et les activités de cette figure attachante !

9Au bout du compte, il s’agit là d’un ouvrage pouvant intéresser toutes celles et tous ceux qui œuvrent dans les domaines de la santé et du travail. Les chercheurs en sciences humaines et sociales y puiseront des éléments essentiels susceptibles d’élargir encore à d’autres thèmes la problématique générale : l’environnement et la santé hors des chantiers miniers, par exemple, mais aussi les différents répertoires d’action déployés d’un bout à l’autre de la chaîne décisionnelle pour sécuriser le travail comme le hors-travail. Un chantier de recherche toujours d’actualité pouvant en outre bénéficier d’ouvertures conceptuelles du côté de la biopolitique ou de la technopolitique, aussi bien que de l’agnotologie. Autant d’approches qui devraient pouvoir unifier diverses perspectives critiques nécessaires pour penser le monde contemporain rendu de plus en plus « malade du travail » par le productivisme et le capitalisme mondialisé ; et, de ce point de vue, c’est peut-être la contribution de Lars Bluma sur la lutte contre les dangers de l’épidémie du « ver du mineur » (ankylostomiase) dans la Ruhr, à la charnière des XIXe et XXe siècles, qui est la plus novatrice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Boscus, « Rainhorn Judith (dir.), Santé et travail à la mine. XIXe-XXIe siècle », Histoire, médecine et santé, 9 | 2016, 144-147.

Référence électronique

Alain Boscus, « Rainhorn Judith (dir.), Santé et travail à la mine. XIXe-XXIe siècle », Histoire, médecine et santé [En ligne], 9 | été 2016, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/1000

Haut de page

Auteur

Alain Boscus

FRAMESPA – Université Toulouse Jean-Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals