Navigation – Plan du site
Compte rendus

Faure Olivier, Et Samuel Hahnemann inventa l’homéopathie. La longue histoire d’une médecine alternative

Paris, Aubier, 2015
Sophie Chauveau
p. 148-150
Référence(s) :

Faure Olivier, Et Samuel Hahnemann inventa l’homéopathie. La longue histoire d’une médecine alternative, Paris, Aubier, 2015, 396 p.

Texte intégral

1Médecine alternative, l’homéopathie a, dès ses origines, fait l’objet de controverses tout en rencontrant un succès indéniable auprès du public et réussissant à se pérenniser. Cette thérapie apparaît au tournant du XVIIIe et du XIXe dans l’Allemagne luthérienne alors même que la médecine se heurte à l’impuissance thérapeutique pour de très nombreuses pathologies. L’ouvrage d’Olivier Faure n’a pas pour finalité de retracer les controverses sur le bien-fondé de l’homéopathie : c’est d’abord une histoire sociale et culturelle de l’homéopathie qui est entreprise ici afin de mieux comprendre dans quels contextes intervient le recours à l’homéopathie.

2Cette approche justifie tout d’abord de s’intéresser à Samuel Hahnemann, qui est passé à la postérité comme étant l’inventeur de l’homéopathie. Médecin érudit, traducteur de nombreux ouvrages de chimie, Hahnemann s’intéresse aux effets des plantes et en tire les principes fondateurs de l’homéopathie. Son premier ouvrage relatif à l’homéopathie traite toutefois plus de la façon dont il convient d’écouter un patient que de la thérapie elle-même. Très vite, l’homéopathie est présentée comme une forme de religion, qui réunit ses disciples, lesquels se plaignent souvent de persécutions. Dans les premières décennies du XIXe siècle, l’homéopathie n’est pas la seule médecine alternative : elle concurrence le magnétisme et la médecine expectante, et elle doit s’imposer sur un marché des soins déjà fort sollicité. Dès les années 1830, les premières condamnations tombent alors même que s’affirme la notion d’allopathie. Très rapidement, les praticiens de l’homéopathie comprennent qu’il faut déplacer le débat hors de la sphère médicale et rechercher des appuis dans le grand public, et surtout auprès d’un public cultivé, curieux de nouveautés thérapeutiques et épris de liberté. L’homéopathie trouve ainsi en France de nombreux défenseurs chez les saint-simoniens ou encore chez les libéraux britanniques et américains. Par le spiritualisme, l’homéopathie réunit également de nombreux leaders d’opinion catholiques et protestants. Cette thérapie se trouve en fait au cœur des projets politiques et religieux qui visent à régénérer les sociétés au temps de la première industrialisation, en liant la science et la foi. Après les années 1850, l’homéopathie devient une véritable médecine alternative, que les médecins sont libres de pratiquer mais à laquelle il est difficile de se former. En revanche, l’activisme des praticiens demeure, relayé par de nombreuses publications et supporté par de multiples sociétés savantes.

3Toutefois cet activisme ne saurait rendre compte du succès de l’homéopathie : c’est ce qu’entreprend de montrer Olivier Faure en exploitant des sources originales. Ce sont les correspondances échangées entre les praticiens et leurs patients qui permettent de mieux cerner la diffusion de cette thérapie. L’intérêt de l’aristocratie pour cette médecine alternative est rapidement perçu par les médecins homéopathes comme un argument commercial majeur. De même la fréquentation des salons permet de donner à cette médecine un prestige indéniable. La petite bourgeoisie et les artisans consultent aussi les médecins homéopathes, par imitation de la bourgeoisie mais aussi au hasard de l’offre médicale et de la proximité des homéopathes. Les médecins homéopathes saisissent également très vite l’intérêt de proposer des médicaments spécifiques pour gagner des patients, au risque de se heurter aux pharmaciens. De même ils ouvrent leurs propres hôpitaux, notamment dans les États allemands.

4Ces développements originaux n’empêchent pas par ailleurs l’apparition de courants divers au sein de l’homéopathie et son isolement croissant, faisant de cette pratique une contre-médecine plus qu’une médecine alternative. Les querelles portent sur le nombre de médicaments à administrer, sur la notion de « complexes », sur les taux de dilution, etc. Dès la fin des années 1830 apparaissent des écoles différentes, dont certaines se rapprochent rapidement de la médecine usuelle, notamment dans les pays anglo-saxons. Cette perte d’identité affaiblit un peu plus l’homéopathie.

5Au XXe siècle, la position de l’homéopathie change rapidement. Les médecins se montrent plus ouverts à des pratiques alternatives au moment même où la médecine doute de plus en plus d’elle-même. La pratique se répand d’associer, en fonction des pathologies, différents modes thérapeutiques : la prescription de médicaments homéopathiques n’est plus l’apanage des seuls médecins homéopathes. Dans le même temps, les défenseurs de l’homéopathie s’attachent à en défendre la scientificité. Mais surtout, le succès renouvelé de l’homéopathie doit beaucoup à l’industrialisation de la production des médicaments homéopathiques et à l’émergence de laboratoires tels que Schwabe puis Boiron. Enfin cette médecine rencontre un nouveau public au sein des classes moyennes adeptes de médecines douces et sensibles aux mouvements contestataires.

6S’appuyant sur des fonds d’archives du XIXe siècle, et en particulier les correspondances d’Hahnemann, l’ouvrage d’Olivier Faure est principalement consacré à l’histoire de l’homéopathie au XIXe siècle, même s’il n’ignore pas, en particulier en abordant le cas du médicament homéopathique, le devenir de cette thérapie au XXe siècle. Les revues d’homéopathie, les brochures des sociétés d’homéopathes constituent également des sources largement citées dans l’ouvrage. L’auteur exploite également les références les plus importantes pour l’histoire de l’homéopathie, en particulier le collectif dirigé par Martin Dinges et publié en langue allemande. Le parti pris est d’aborder cette histoire à l’échelle européenne et de souligner des évolutions différentes en France, dans les états germaniques et dans les pays anglo-saxons.

7L’ouvrage est riche de détails précis et permet de replacer l’histoire de cette thérapie dans son environnement intellectuel et social. La mise en perspective du succès de l’homéopathie avec l’épanouissement de nouveaux courants d’idées au début du XIXe siècle est particulièrement intéressante et montre comment l’esprit des Lumières – au sens d’un foisonnement intellectuel soutenu – se prolonge jusque dans les années 1830. De même l’effort fait pour caractériser les populations qui choisissent de se soigner selon les principes de l’homéopathie doit être souligné tant il est difficile d’appréhender les comportements des patients et des consommateurs. La position choisie par l’historien, de faire une histoire sociale et culturelle de l’homéopathie, dégagée très nettement des approches des historiens des sciences, est ainsi très bien tenue.

8Bien sûr on aurait aimé en savoir un peu plus sur les lecteurs des brochures du XIXe siècle consacrées à l’homéopathie. On devine que ces publications ne sont jamais très loin des libelles religieux ou des fascicules publicitaires. De même, la confrontation avec la médecine du XXe siècle reste circonscrite à la question du statut du médicament, comme si l’homéopathie ne se résumait plus qu’à un traitement alternatif. La lecture de l’ouvrage d’Olivier Faure démontre surtout qu’une médecine perçue comme alternative, voire marginale, si on se réfère au nombre de ses praticiens et aux conditions de sa diffusion, peut devenir une thérapie, sinon très populaire tout au moins adoptée par un grand nombre de patients ; et cela, au vu du succès de certains de ses produits vantés pour leurs propriétés préventives, certes loin des préceptes originaux de l’homéopathie. De ce point de vue, cet ouvrage apporte des arguments supplémentaires aux analyses des comportements des patients qui sont à la fois des malades et des consommateurs de soins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Chauveau, « Faure Olivier, Et Samuel Hahnemann inventa l’homéopathie. La longue histoire d’une médecine alternative », Histoire, médecine et santé, 9 | 2016, 148-150.

Référence électronique

Sophie Chauveau, « Faure Olivier, Et Samuel Hahnemann inventa l’homéopathie. La longue histoire d’une médecine alternative », Histoire, médecine et santé [En ligne], 9 | été 2016, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/1003

Haut de page

Auteur

Sophie Chauveau

Centre Georges-Chevrier – Université Bourgogne Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals