Navigation – Plan du site
Compte rendus

Droixhe Daniel, Soigner le cancer au XVIIIe siècle. Triomphe et déclin de la thérapie par la ciguë dans le Journal de médecine

Paris, Hermann, 2015
Didier Foucault
p. 151-153
Référence(s) :

Droixhe Daniel, Soigner le cancer au XVIIIe siècle. Triomphe et déclin de la thérapie par la ciguë dans le Journal de médecine, Paris, Hermann, 2015, 352 p.

Texte intégral

1Si le cœur de cet essai porte sur le traitement du cancer par la ciguë, mis en vogue par le médecin viennois Anton Strörck, et par les débats que cette médication a suscités au XVIIIe siècle, le propos de Daniel Droixhe dépasse largement les limites de cet objet d’étude. L’auteur, surtout connu pour ses travaux sur la langue, la culture et l’histoire de la presse à la fin de l’Ancien Régime, a mené une longue enquête dans les publications savantes (traités de médecins, contributions envoyées aux périodiques médicaux) consacrées à cette maladie, considérée, depuis l’Antiquité, comme quasiment incurable.

2Anton Strörck n’est pas un de ces empiriques, à plus forte raison un de ces charlatans, qui, à intervalles plus ou moins réguliers, se proclamaient inventeurs d’une providentielle panacée enfin capable de venir à bout du terrible cancer et qui attiraient l’attention du public ; celle des malades en premier lieu, angoissés par la gravité de leur mal et l’impuissance avérée de la médecine académique. Non : lorsqu’il fait paraître, en 1760, son Libellus…, écrit en latin et immédiatement traduit en français sous le titre Dissertation sur l’usage de la ciguë, il n’a rien d’un marginal. Orphelin d’origine modeste, il a fait de brillantes études qui l’ont conduit jusqu’à la faculté de médecine de Vienne. Élève du célèbre Van Swieten, il intègre l’université et passe, à peine âgé de trente ans, au service de l’empereur François II. Un si prestigieux patronage lui vaut rapidement une notoriété qui dépasse largement les frontières de l’Autriche : la presse médicale relaie sa découverte, des praticiens de tout pays attestent les heureux effets des cures qu’il prescrit, Strörck édite de nouveaux textes qui étendent à d’autres substances réputées toxiques (la jusquiame et l’aconit par exemple) les vertus qu’il a mises à jour dans la ciguë. Sur ce terrain, il n’innove pas totalement. Daniel Droixhe montre que, depuis le XVIIe siècle, une autre plante vénéneuse, la belladone a été expérimentée dans les traitements des squirrhes et a donné des résultats jugés prometteurs. Correctement dosé, un poison peut donc attaquer avec succès des tumeurs sans altérer la santé des patients. Ce précédent crée ainsi, un « horizon d’attente » dans le monde savant qui offre des conditions idéales d’acceptation de la ciguë, en ouvrant de nouvelles perspectives thérapeutiques pour venir à bout des maladies les plus rétives à l’intervention des hommes de l’art.

3Le succès du Viennois est immédiat. À l’aide de nombreux extraits de la presse médicale, Daniel Droixhe montre quelle curiosité, souvent suivie d’un enthousiasme hâtif, suscitent les publications concernant la ciguë. On interroge Störck sur la variété de la plante qu’il faut employer ; ce dernier envoie des graines à Jussieu, qui s’empresse de les mettre en culture au Jardin du roi. On discute de la posologie idéale car une substance aussi dangereuse ne peut être administrée à la légère. On essaie le nouveau remède pour soigner des pathologies tumorales considérées comme voisines du cancer (la nosologie des tumeurs étant alors mal différenciée) ainsi que d’autres maladies (écrouelles, vérole, inflammation digitale, héméralopie).

4Pendant deux bonnes années, la presse spécialisée – le Journal de médecine relayé par la Gazette salutaire, notamment – apporte un soutien presque sans faille à la découverte du médecin autrichien. Certes, quelques voix dissonantes s’élèvent parfois, mais elles n’ont pas assez de force pour contrer les effets tant de fois attestés de cette « merveilleuse plante ». Tout au plus, concède-t-on, que contre certaines tumeurs particulièrement douloureuses, elle n’obtient pas les résultats escomptés : Störck ne le reconnaît-il pas lui-même ?

5Dès 1763-1764, la tonalité des interventions portant sur le cancer et la ciguë change. L’euphorie des premiers temps est retombée. Le bilan des cures est bien moins brillant que ce que les premières études de cas, publiées sans recul, laissaient augurer. Le Journal économique, organe des physiocrates qui avait apporté sa contribution au concert d’éloges, constate avec une certaine brutalité : « Il ne faut pas toujours se fier aux remèdes qui nous viennent de l’étranger, et qu’on annonce avec emphase », avant de dresser ce constat sans appel : « On a employé à l’Hôtel-Dieu de cette ville [Paris] pendant un an une quantité considérable d’extraits de cette plante pour guérir des gens malades de squirrhes et de cancers, mais une grande partie a péri, les autres languissent, aucun n’a recouvré la santé ». Ce n’est que le début d’une série de remises en cause de la découverte de Störck. Il est même attaqué avec virulence par un de ses collègues viennois, Anton de Haen, qui n’hésite pas à traiter son remède d’« effroyable acte d’audace » et de « maudite hérésie ». En dépit de quelques tentatives pour défendre la ciguë, qui alimentent les colonnes d’observations médicales publiées dans les années 1760-1770, la communauté des praticiens doit se rendre à l’évidence : Störck n’a pas trouvé la plante miraculeuse qui pourra vaincre le cancer.

6Le livre de Daniel Droixhe, citations à l’appui, raconte avec une érudition parfaite « la chronique d’une illusion et de son déclin », celle que Ströck a fait partager un temps au monde savant et à des malades prêts à tout pour enrayer l’évolution inexorable de leur tumeur.

7Le propos ne s’en tient cependant pas là. La mésaventure du médecin viennois permet à l’auteur d’élargir son exposé pour présenter un panorama des connaissances sur cette maladie au temps des Lumières (premier chapitre) ou pour poser « dix questions sur le cancer » (chapitre VIII). Dans sa conclusion, il situe les tentatives d’utiliser la ciguë comme traitement anticancéreux dans le cadre plus général de l’évolution de la médecine au XVIIIe siècle. Le médicament, présenté sous forme de « pilule » ou « dragée », sans être une innovation (celles de Belloste et de Keyser étaient déjà fort en vogue), participe des débuts de la « médicalisation des populations », mouvement d’inspiration philanthropique qui vise à faire profiter des thérapeutiques modernes et bon marché au plus grand nombre. Son application dans un contexte hospitalier (hôtels-Dieu, hôpitaux militaires) illustre la part croissante qu’y prennent les soins médicaux, mais aussi les possibilités d’expérimentation et de validation des nouveaux médicaments qu’y offre la concentration des malades. L’éphémère succès médical de la ciguë et son entrée plus durable dans les médications populaires, prises à l’insu des thérapeutes diplômés, renvoient aux problèmes du « pluralisme médical » et même du « marché pluriel » de la santé : des maladies qui, comme le cancer, tiennent en échec la médecine galénique, constituent un terrain d’élection pour la prolifération d’une offre de soins alternative. Enfin, aussi instructives que soient les « observations » des médecins sur l’état et les réactions des malades qui reçoivent un traitement anticancéreux, elles ne donnent qu’une vision « par en haut » de cet aspect du problème ; les témoignages directs, « par en bas », venant des patients eux-mêmes, sont en effet très rares ; ce qui suscite chez l’auteur un sentiment de frustration.

8Bref, un livre riche, foisonnant, qui éclaire un pan encore mal connu de la longue histoire de la lutte – souvent infructueuse – de la médecine contre le cancer. Sans remettre en cause les qualités de la recherche de Daniel Droixhe ni ses résultats, un regret : le propos est souvent trop analytique ; chaque cas est exposé avec un luxe de détails qui font perdre parfois le fil de la démonstration. Renvoyer en notes certaines digressions (par exemple la présentation des médecins et de leur carrière) aurait rendu plus fluide la lecture, tout en conservant le souci louable de donner un maximum d’informations au lecteur. De la même manière, le traitement synthétique de certaines observations aurait densifié l’exposé et mieux mis en évidence les conclusions de l’auteur ; quitte à renvoyer en annexe un choix de textes qui auraient étayé les thèses défendues. Questions de forme et d’exposition plus que de fond, qui n’entachent en rien l’apport et l’intérêt de Soigner le cancer au XVIIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Foucault, « Droixhe Daniel, Soigner le cancer au XVIIIe siècle. Triomphe et déclin de la thérapie par la ciguë dans le Journal de médecine », Histoire, médecine et santé, 9 | 2016, 151-153.

Référence électronique

Didier Foucault, « Droixhe Daniel, Soigner le cancer au XVIIIe siècle. Triomphe et déclin de la thérapie par la ciguë dans le Journal de médecine », Histoire, médecine et santé [En ligne], 9 | été 2016, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/1005

Haut de page

Auteur

Didier Foucault

FRAMESPA – Université de Toulouse Jean-Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals