Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Remèdes

Le remède et ses usages historiques (1650-1820)

Drugs and their historical use (1650-1820)
Philip Rieder et François Zanetti
p. 9-19

Texte intégral

1Évoquer la pharmacopée ancienne suscite le plus souvent, chez l’historien comme chez son lecteur, une empathie affligée qui peut être accompagnée d’un vague dégoût pour les substances employées. Ingurgiter des mélanges improbables comprenant des ingrédients aussi disparates que du mercure, des minéraux, des tissus animaux, de la chair de vipère, de la chair humaine et une grande variété de plantes ne peut, semble-t-il, qu’être désagréable et inutile. Recourir à la pharmacopée d’Ancien Régime n’est-ce pas pire encore que de ne pas être soigné ? Pour bien des personnes aujourd’hui et nombre d’historiens, l’arsenal thérapeutique d’avant la biomédecine s’impose comme un emblème du ridicule de la médecine d’Ancien Régime dont le théâtre de Molière esquisse si efficacement la caricature.

  • 1 Les citations traduites dans ce texte sont de notre fait. Cité dans RISSE Guenter B., « The History (...)
  • 2 Pour des aperçus historiographiques, voir FAURE Olivier, « Pour une histoire de la thérapeutique », (...)

2C’est là peut-être une première explication du peu d’intérêt des historiens contemporains pour l’histoire des remèdes, et ce, que l’on se place du point de vue de l’histoire générale ou de celui de l’histoire de la médecine. Une seconde est énoncée par Guenter Risse qui mentionne l’enthousiasme de l’historien de la médecine Erwin Ackerknecht à la fin des années 1960 pour l’histoire de la thérapeutique : un champ envisagé comme « une étude de notre expérience collective qui épargnera à certains médecins et à leurs malades une expérience inutile »1. L’histoire de la pharmacie serait ainsi le dernier champ historique a être directement utile pour former des médecins ! La plupart des historiens n’y ont vu que peu d’intérêt et le champ a été abandonné – et c’est une troisième cause de négligence – à une tradition académique issue des milieux professionnels de la pharmacie. Celle-ci a bâti et élabore encore aujourd’hui un savoir érudit sur des pharmaciens et chimistes jugés importants, sur l’évolution de la pharmacopée et donc sur des produits simples et des médicaments composés produits à différents moments historiques. Cette érudition, si elle est utile lorsqu’il s’agit de découvrir la composition d’un remède secret ou d’obtenir des informations biographiques sur un inventeur célèbre, n’en laisse pas moins l’historien sur sa faim. Le remède ne s’inscrit-il pas dans des contextes, des économies et des cultures spécifiques2 ?

  • 3 ACKERKNECHT Erwin H., « A Plea for a “Behaviorist” Approach in Writing the History of Medicine », J (...)

3La mise de côté du domaine de la thérapeutique relève d’une approche téléologique, d’une perception scientiste des pratiques et d’un jugement assimilable au bon sens. Or, s’il est un enseignement à tirer des apports de la sociologie des sciences des trente dernières années, c’est que nous ne pouvons aborder le champ de l’histoire culturelle des savoirs qu’en nous débarrassant des a priori que nous souffle la science moderne. Pour ce qui est de l’histoire de la santé, l’idée n’est pas à proprement parler nouvelle. Depuis plusieurs décennies, des efforts sont faits par des historiens pour aller au-delà de ce jugement hâtif, le fameux presentism des anglo-saxons, afin de chercher à comprendre la culture médicale et les pratiques de santé de l’époque moderne. Dans cette mouvance attentive aux pratiques, aux relations soignant-patient et aux savoirs sur le corps, la thérapeutique et l’apothicaire demeurent les parents pauvres, abordés bien après les figures du médecin, du chirurgien ou de l’itinérant. Ce peu d’intérêt est paradoxal. En effet, un des premiers arguments avancés, dès 1967 par Erwin Ackeknecht, dans un article invitant les historiens à réaliser une « analyse plus ample et plus critique de ce que les médecins faisaient », est le manque de cohérence entre les thérapies pratiquées et les thérapies disponibles à différents moments historiques3. Il rappelait ce faisant la place cruciale des remèdes dans les pratiques médicales d’Ancien Régime, sans pourtant susciter d’enthousiasme pour cette problématique particulière.

  • 4 Sur l’hygiène ancienne et les six choses non naturelles, soit l’air, la nourriture et la boisson, l (...)

4La réticence des historiens à aborder l’histoire des remèdes tient essentiellement à deux difficultés qu’il faut résoudre. D’abord, la question de l’efficacité des thérapeutiques anciennes, un champ qui ne peut être abordé qu’en relation avec les savoirs et les pratiques qui ont informé leur adoption. Sans cette précaution, le remède ancien n’est que chimère ou préfiguration. Le remède spécifique, ensuite, le modèle pharmacologique le plus répandu aujourd’hui et qui corrèle un remède à chaque pathologie particulière, n’est pas alors le modèle dominant. Il évoque les maux vénériens et relève du domaine du charlatan. Pour éclairer ce point, il faudrait retracer le système nosologique d’Ancien Régime. Pour notre propos ici, il suffit de rappeler que la maladie dont souffre un individu est alors pensée sur le mode de l’idiosyncrasie et associée une perte d’équilibre globale. La cause de cette dernière est mise en rapport avec une mauvaise gestion par le malade d’un ou de plusieurs des six variables de l’hygiène ancienne4. En clair, la maladie est perçue comme un déséquilibre du rapport entre l’individu et son environnement.

  • 5 WEAR Andrew, Knowledge and Practice in English Medicine: 1550-1680, Cambridge, Cambridge University (...)
  • 6 HAYCOCK David Boyd et WALLIS Patrick (dir.), Quackery and Commerce in Seventeenth-Century London: T (...)
  • 7 WEAR Andrew, Knowledge and Practice…, op. cit., p. 353-433.
  • 8 WALLIS Patrick, « Consumption, Retailing, and Medicine in Early-Modern London », Economic History R (...)
  • 9 Voir, par exemple, RISSE G. B., Hospital life in Enlightenment Scotland: Care and Teaching at the R (...)
  • 10 COSTE Joël (dir.), La Littérature des « erreurs populaires » : Une ethnographie médicale à l’Époque (...)
  • 11 REY Roselyne, « La vulgarisation médicale au Xviiie siècle : Le cas des dictionnaires portatifs de (...)
  • 12 Maehle A. H., Drugs on Trial…, op. cit.

5La thérapeutique d’Ancien Régime doit ainsi être comprise avant d’être interprétée. À cette fin, deux écoles historiques contribuent à nous éclairer : la tradition interne à l’histoire de la pharmacie et des pharmaciens déjà mentionnée, d’une part, les apports de l’histoire sociale et culturelle de la médecine de l’autre. Si la masse des publications de cette dernière école demeure peu importante, leur lecture offre de multiples éclairages. Des travaux récents reconsidèrent les transformations théoriques qui conditionnent le recours historique à différents types de médicaments5, reconstruisent les stratégies commerciales de vendeurs de remèdes6, s’intéressent à l’échec de projets ambitieux de réformes thérapeutiques7, reconstituent l’économie des produits pharmaceutiques8, explorent les pratiques thérapeutiques d’institutions ou de médecins particuliers9 et analysent le genre spécifique des Erreurs populaires qui recense aux XVIIe et XVIIIe siècles les pratiques et les convictions en matière de santé des laïcs qui n’étaient pas approuvés par des médecins10. Par ailleurs, les livres de vulgarisation médicale ont suscité une certaine attention et les travaux qui en résultent forment un groupe cohérent. Ils apportent pêle-mêle des informations sur la circulation et la diffusion de recettes médicales destinées à un public large, retracent les échanges constants entre la médecine savante et la médecine dite populaire11. D’autres travaux se rapprochent de l’épistémologie de la thérapeutique, interrogent plus concrètement les liens de causalité qui unissent l’évolution des idées médicales et le travail des chercheurs, mettant ainsi en valeur l’évolution des pratiques d’expérimentation dans l’histoire de la thérapeutique à la fin de l’Ancien Régime12.

  • 13 ROSENBERG Charles E., « The Therapeutic Revolution: Medicine, Meaning and Social Change in Nineteen (...)

6Cet aperçu n’est pas exhaustif et la prise en considération de la production historique provenant d’autres pays européens contribuerait sans doute à dévoiler une dynamique plus importante encore. Le survol permet néanmoins de mettre en valeur l’utilité d’une problématisation plus fine de l’usage, de la circulation et de l’économie des remèdes anciens. L’apport essentiel de cette littérature est de donner à penser les variations du statut, de la fonction et de la diffusion des idées sur le médicament, dévoilant au passage des transformations dans les attentes des malades et dans les pratiques thérapeutiques. L’histoire de la thérapeutique est aussi celle des émotions et des relations interpersonnelles écrivait Charles Rosenberg il y a déjà trente ans13. C’est là une invitation à situer cette histoire dans un contexte social déterminé. Les théoriciens du remède, les préparateurs en pharmacie et les vendeurs ne sont ainsi pas isolés du monde social, mais en constante interaction avec lui. L’histoire de la thérapeutique se profile dès lors comme un domaine à même de rapprocher différents champs de l’histoire de la santé : les malades, les soignants, l’économie, l’artisanat (et puis l’industrie) pharmaceutique et le commerce.

7Les enquêtes présentées dans ce volume témoignent des apports de l’histoire de la thérapeutique pour d’autres histoires, de l’intérêt de recourir à des fonds d’archives de nature différente et de la fécondité de telles problématiques pour renouveler notre compréhension de l’histoire de la santé aux prises avec les réalités culturelles et sociales.

Relire l’ancien régime thérapeutique

  • 14 BONAH Christian et RASMUSSEN Anne (dir.), Histoire et médicament aux xixe et xxe siècles, Paris, Éd (...)
  • 15 WALLIS Patrick, « Exotic Drugs and English Medicine: England’s Drug Trade, c. 1550-c. 1800 », Socia (...)
  • 16 Voir COOK Harold John, « The New Philosophy of Medicine in Seventeenth-century England », in LINDBE (...)
  • 17 Sceptical therapeutic empiricism. Cf. Maehle A. H., Drugs on Trial…, op. cit., p. 5.

8L’histoire bien connue de la genèse de la médecine scientifique et la rupture qu’instaure le développement de la science médicale au XIXe siècle14, incitent à penser à la thérapeutique d’Ancien Régime comme à un ensemble « traditionnel » et figé, répondant à des logiques peu rationnelles, contre lequel se construit la médecine scientifique. Or l’éclairage apporté par les articles réunis dans ce volume suggère une réalité plus complexe en concentrant l’attention sur les gestes et les pratiques thérapeutiques au cours du long XVIIIe siècle (1650-1820). C’est là une période charnière dans l’histoire de la médecine. Une période dynamique par l’introduction de nouveautés (des remèdes chimiques et exotiques) et la croissance de la consommation de produits pharmacologiques en Europe15. Elle suit immédiatement la « révolution scientifique » du XVIIe siècle qui voit, à un niveau théorique, un accent plus important placé sur les soins médicaux par opposition aux préoccupations traditionnelles de régime et de conseils de mode de vivre16. C’est la période décrite par Holgar Maehle comme étant celle de « l’empirisme sceptique de la thérapeutique »17, soit un moment où une attitude empirique est répandue et incite à évaluer l’efficacité thérapeutique de chaque remède. La médication est alors plurielle et repose sur l’usage de remèdes galéniques (traditionnels), exotiques et chimiques, élaborés localement ou importés. Un certain nombre de composés font l’objet d’une production standardisée et d’une protection commerciale au bénéfice du « propriétaire » de leur recette. Ces remèdes secrets sont au cœur du dynamisme commercial qui anime le marché thérapeutique du XVIIIe siècle. La période 1650-1820 est ainsi caractérisée par une consommation thérapeutique qui se distingue nettement de celles des décennies précédentes, auxquelles, généralement, elle est globalement associée. Le tableau d’ensemble souligne l’importance de l’usage et de la consommation de médicaments qui précède les évolutions scientifiques du XIXe siècle et méritent bien d’être étudiés pour eux-mêmes.

9Il y a autour du remède un champ fertile, à n’en pas douter. Est-ce dire que le remède ne peut être qu’un faire-valoir, une étape vers autre chose ? L’aporie est en passe d’être résolue, il faut l’espérer du moins, grâce au champ émergeant de l’histoire de la thérapeutique dont nous rappelons ici brièvement les contours et qu’enrichissent encore les apports spécifiques des contributions de ce volume.

Des institutions aux acteurs

10Les études de cas réunies ici embrassent ensemble un champ vaste, dévoilant des pratiques médicales, culturelles et économiques autour des remèdes. Loin des académies et du livre imprimé, lieux traditionnels de lecture du remède, les institutions fournissent le théâtre idéal pour que l’historien observe les pratiques de santé, les négociations avec des soignants, la prescription et la consommation de médicaments. La famille, la maisonnée, le couvent ou l’hôpital, les institutions étudiées dans ce numéro, sont des espaces où le remède est pensé, élaboré et consommé. Les études réunies témoignent à la fois de la richesse des sources disponibles pour certaines institutions et de la sensibilité nouvelle des historiens pour ces questions. En portant leur attention sur un fonds ou sur une source particulièrement riche, les auteurs de ce numéro s’efforcent de mettre en lumière différentes modalités de consommation et de productions de remèdes. Ils s’intéressent à la prescription, à l’élaboration et à la diffusion (physique ou sous forme de recette) dans chacun des espaces institutionnels envisagés. C’est là un effort remarquable pour saisir la nature des enjeux autour de l’utilisation du médicament au quotidien. Les activités peu connues des chirurgiens reçoivent un complément important à travers l’analyse faite par Gwénaël Murphy du carnet du chirurgien Lafond et les interventions des médecins et chirurgiens dans les hôpitaux étudiées par Cédric Gourjault ou encore dans la maisonnée aristocratique décryptée par Aurélie Chatenet-Calyste. Cette dernière dévoile les pratiques peu connues d’une autre figure peu professionnalisée, la garde-malade. On savait cette figure omniprésente dans les maisons bourgeoises et aristocratiques en cas de maladie, or les comptes de la maisonnée de la princesse de Conti révèlent que certaines garde-malades accueillaient régulièrement des souffrants chez elles, gérant de fait ce qui peut être assimilé à de petits hôpitaux privés. L’histoire des soignants non-orthodoxes les plus nombreux et pourtant les moins bien connus, les ecclésiastiques, est alimentée par les travaux sur la pratique pharmaceutique d’un ordre dont la vocation n’est pas d’abord soignante, les Carmes déchaux, et sur les pratiques de soins au couvent et à l’hôpital (Gilles Sinicropi).

  • 18 LEONG Elaine, « Making Medicines in the Early Modern Household », Bulletin of the History of Medici (...)

11Les auteurs investissent deux types d’espaces. Le premier est domestique, l’espace de vie de référence pour la plus grande partie de la population. La prise en charge de l’individu se faisait d’abord par les proches, à la maison. Les articles de Jean-François Viaud et d’Aurélie Chatenet-Calyste apportent des compléments précieux à nos connaissances de ce domaine18. En explorant les pratiques consignées par plus de cent particuliers, Jean-François Viaud parvient à offrir une vision d’ensemble sur la conservation domestique de recettes de remèdes, sur les origines de ces recettes et aussi, information précieuse, sur leur usage. L’analyse des collections de recettes privées aux XVIIe et XVIIIe siècles signale l’importance pour les membres de la maisonnée d’avoir à leur disposition des remèdes pour nombre d’affections. Elle permet de souligner la proximité des recettes de cuisine et de remèdes dans un cadre domestique et de montrer les ressources de laïcs, parfois isolés, pour se doter des remèdes nécessaires. Le médecin et le chirurgien n’étaient pas toujours sollicités et étaient d’un accès difficile, particulièrement dans les territoires ruraux. Il s’agit là d’une médecine gérée par des non-médecins, d’une médecine élaborée à domicile. Les ingrédients sont faciles à trouver dans la cuisine ou dans le jardin : orge, frêne, œufs, mais aussi vers de terre, fiente d’oie, limaçons, urine.... Facile à mettre en œuvre mais aussi peu coûteuse, cette médecine est-elle originaire du terroir ou issue des nombreux ouvrages de vulgarisation alors diffusés à tout vent ? Les réponses de l’auteur sont nuancées et, véritable tour de force, permettent d’identifier certaines sources livresques, relevant jusqu’aux erreurs de copie qui rendaient les recettes ainsi malmenées impossibles à préparer. Le cadre domestique qui retient l’attention d’Aurélie Chatenet-Calyste est d’une autre nature et offre d’autres perspectives. La maison de la princesse de Conti à la fin du XVIIIe siècle comprend une quarantaine de personnes. Si l’automédication et la médecine domestique étudiées par Jean-François Viaud paraissent trouver partiellement leur justification dans les économies qu’elles assurent par rapport au recours à des professionnels, l’étude des comptes de la maison Conti permet à Aurélie Chatenet-Calyste de chiffrer l’importance des dépenses de santé dans une maisonnée aristocratique : 10 % du budget y est consacré. La même parvient à dresser un portrait du cadre sanitaire dans lequel la maison évoluait. Les acteurs médicaux professionnels sont identifiés, les remèdes facturés sont individualisés, suggérant une absence de différenciation entre les personnes et leur qualité. Par contre, l’auteure porte une attention particulière à traquer les différences des traitements en fonction du genre. Les hommes souffrent d’avantage de suites d’accidents induits par la nature de leur fonction, alors que les femmes souffrent plus de maladies. La prise en charge des soins est également différenciée : les hommes sont régulièrement envoyés chez des garde-malades à l’extérieur, alors que les femmes proches de la princesse sont en règle générale soignées à la maison.

12Le second espace investi est communautaire. Qu’il soit hospitalier, monastique ou conventuel, il se caractérise par une prise en charge collective des soins, par une organisation interne de la préparation de remèdes ou, du moins, une participation à cette préparation. Les articles de Gilles Sinicropi et Cédric Gourjault apportent des contributions importantes sur l’économie des soins donnés par des religieux dans un cadre hospitalier et conventuel, véhiculant ainsi des informations sur le fonctionnement des institutions hospitalières où la préparation et l’administration de médicaments tient une place prépondérante. Les acteurs soignants dont les parcours sont retracés se révèlent ici particulièrement intéressants. Dépourvus d’une formation dans l’un des trois métiers de la santé (la médecine, la chirurgie et la pharmacie), ils sont ecclésiastiques, mais aussi des soignants irréguliers ou, pour employer un terme moderne, des amateurs. La lecture des sources fait ainsi émerger des figures dont l’expertise dans la confection des remèdes est reconnue, même si elle ne dévoile la nature de cette expertise que par bribes. Cédric Gourjault doit mobiliser des talents de détective pour débusquer le rôle que joue Dame Durand, une sœur Augustine directrice de la salle à l’hôpital de Guéret, dans la préparation et la gestion des remèdes. Les mêmes talents sont nécessaires à Gwénaël Murphy dans son analyse des procès-verbaux et des documents administratifs pour saisir les rôles de la sœur James et d’autres acteurs dans la préparation des remèdes au couvent de Lencloître. Gilles Sinicropi, enfin, reconstruit patiemment les pratiques du frère Catinot, actif dans la préparation de remèdes au couvent des Carmes déchaux de Bordeaux, dont les compétences en matière de pharmacie sont avérées. Il s’établira apothicaire en ville à la suite de la dissolution des congrégations religieuses. Ces trois études révèlent ainsi des figures médicales omniprésentes, mais mal connues du marché des soins, les sœurs et les frères apothicaires.

13Hors des institutions de soins, les auteurs mettent également en valeur l’importance de la médecine de soi. La médecine domestique, abordée par Jean-François Viaud tend à relativiser l’importance de la médecine professionnelle et des institutions de soins. Les pratiques de soins des religieuses étudiées par Gwénaël Murphy signalent l’importance des pratiques d’hygiène corporelle même pour des femmes qui consacrent leur vie à Dieu et donne un aperçu de leurs attentes en matière de santé : l’importance de la médication des troubles du sommeil dans la communauté est un élément particulièrement saisissant.

Économies « érudites » et « populaires » ?

14L’attention prêtée au médicament dans ce numéro est une invitation à considérer les savoirs sur les remèdes et leur circulation, la valeur accordée à la santé dans différentes strates sociales et le traitement différencié des acteurs. Ces questions renvoient directement aux débats anciens sur les concepts de culture populaire et de culture des élites. Ce n’est pas ici le lieu de revenir sur le fond, si ce n’est pour réaffirmer l’intérêt de penser non en fonction d’entités figées, mais en termes d’échanges. Un premier constat nous vient de la réflexion faite par Jean-François Viaud : une faible majorité des remèdes domestiques recensés est de type traditionnel, c’est-à-dire dont les ingrédients sont facilement accessibles et employés depuis longtemps pour leur vertus thérapeutiques (54 %). Cela dit, comme le montre l’auteur, ils ne sont pas forcément « populaires » pour autant. La médecine orthodoxe recourt également à nombre de remèdes simples. La suite de l’analyse révèle que les remèdes domestiques sont de fait d’origine hétérogène. Par contre, une distinction économique entre différents groupes de remèdes est opératoire : les ouvrages de vulgarisation différencient souvent des remèdes bon marché des remèdes chers et, à cette distinction, s’apparente l’association des ingrédients simples (et pas chers) avec des constitutions frustres et celle des ingrédients chers (rares ou provenant de l’étranger) avec des constitutions raffinées... Cela dit, rien ne laisse entendre que la consommation est aussi polarisée. La présence d’un pourcentage élevé de recettes compliquées (41 %) dans les collections domestiques en atteste. Par ailleurs, Gilles Sinicropi et Cédric Gourjault mettent en valeur la fonction caritative des couvents et des hôpitaux qui livrent des remèdes dont le prix est élevé à des malades désargentés. L’impératif de remettre sur pied un membre de la communauté induit souvent des dépenses importantes et tend à rendre les remèdes onéreux accessibles aux plus démunis : les malades exclus des soins de qualité pourraient bien provenir de la classe moyenne inférieure, soit des rangs des artisans et des paysans.

  • 19 Les travaux sur la Société royale de médecine révèlent le dynamisme de ce secteur du marché : KIBLE (...)

15Au-delà de ces considérations, les collections de remèdes domestiques attestent du nom et de la nature des remèdes qui pouvaient être facilement mobilisés à un moment donné. Les documents comptables de couvents et d’hôpitaux, la comptabilité de la princesse de Conti et le carnet du chirurgien Lafond nous apprennent quels sont les remèdes consommés au XVIIIe siècle. Isolément, ces listes sont arides. Considérées ensemble, elles permettent de penser la circulation de nouvelles idées thérapeutiques, d’identifier les produits anciens encore employés et d’établir la liste des « remèdes secrets » présents dans les pharmacies usuelles. Les informations récoltées confirment l’importance des préparations traditionnelles : la consommation de thériaque dans la maisonnée de Conti est un gage de continuité, et nous apprend également que les maisons aisées ne sont pas forcément novatrices en matière de santé. De même, la présence constante dans les comptes des items de manne, rhubarbe, séné, etc. confirment l’importance de la purge à l’époque des Lumières. La présence de drogues puissantes et anciennes, comme l’opium, ou l’introduction d’ingrédients nouveaux, comme l’ipécacuanha, le quinquina et le gaïac, sont des indicateurs de la dynamique du marché médical. De toute évidence, les plantes exotiques, importées dès les XVIe-XVIIe siècles, se répandent rapidement. L’étude de Jean-François Viaud montre qu’un tiers des recettes domestiques contre la fièvre, rédigées après 1680, comprend du quinquina et signale ainsi la rapidité de diffusion de cette drogue. Dans les hôpitaux et dans les couvents étudiés par Gwénaël Murphy, Gilles Sinicropi et Cédric Gourjault, le même quinquina est bien présent et couramment consommé au cours du siècle, confirmant l’accès de ce produit cher à un large public déjà à cette époque. La démonstration peut se poursuivre avec les remèdes chimiques dont la présence est attestée dans différents fonds, notamment le sel de Glauber, le sel d’Epson et la liqueur d’Hoffman, ou encore des remèdes secrets comme la poudre d’Ailhaud et l’eau des Carmes, préparée et débitée par les carmes eux-mêmes, un pan important de l’économie du remède sous l’Ancien Régime. Ces listes demandent à être complétées avec d’autres produits à la mode à différents moments, comme l’oximel ou encore les pilules mercurielles de Belloste ou de Keyser contre la syphilis, l’eau de la reine de Hongrie contre les blessures, etc. En systématisant ces données, il sera possible de conférer une idée claire de quels étaient les remèdes consommés à différents moments de l’Ancien Régime19. Il est vrai que c’est là un travail rébarbatif. Associé à l’étude de la comptabilité d’individus et d’institutions, il permet pourtant de communiquer une idée de la culture médicale des consommateurs, de la rapidité d’adoption de nouveaux produits et donne également une idée du prix que les acteurs étaient prêts à mettre pour retrouver la santé. Les avancées présentées dans ce volume sont déjà intéressantes à ce titre : dans la maison aristocratique comme dans le couvent, les dépenses de santé représentent environ 10 % du budget. La moitié de ces dépenses est consacrée à l’achat de remèdes, un rappel sonnant de l’importance de l’apothicaire sur le marché et du peu d’argent investi dans les autres services médicaux.

  • 20 Voir, par exemple : RIEDER Philip, La figure du patient…, op. cit.

16Mais plus que ces constats, ne sont-ce pas les histoires de cas de malades guéris qui convainquent de l’efficacité ou au contraire de l’inefficacité d’un remède et expliquent la composition des pharmacies domestiques du siècle ? Les quelques récits qui accompagnant les recettes mentionnés par Jean-François Viaud auxquels il convient d’ajouter ceux provenant d’autres fonds d’archives20, ne témoignent-ils pas de recommandations orales ? Il en va de même des récits de cas de personnes célèbres : les thérapies essayées n’y trouvent-elles pas une justification, voire une voie de diffusion ?

Quelle histoire pour les remèdes ?

17Les quelques remarques qui précèdent illustrent à souhait l’intérêt de penser une histoire de la thérapeutique sans en faire un simple réceptacle d’informations pour d’autres histoires. Cette histoire est d’abord celle des acteurs, apothicaires, inventeurs, producteurs, vendeurs et consommateurs de remèdes, qu’ils soient laïcs ou ecclésiastiques. Si ce volume participe à l’investigation des activités des ecclésiastiques et des non-médecins, nos connaissances demeurent lacunaires. Il est clair que la production du remède n’est ainsi pas confinée à un monde professionnel, mais peut être placée dans d’autres espaces comme la maison, le couvent ou l’hôpital. Dans ces lieux, elle n’est pas toujours coupée de l’expertise de l’apothicaire qui peut s’y rendre pour surveiller, participer à l’élaboration des préparations ou encore former le personnel conventuel.

18Les travaux sur les apothicaires et sur la consommation demeurent encore rares à ce jour. De nombreuses sources révèlent pourtant qu’ils occupaient une place de choix sur le marché thérapeutique. La prescription d’une drogue et la prise d’un remède s’apparentent à un rituel au cap du XIXe siècle, selon Charles Rosenberg. Si ce rituel est moins systématique que de nos jours et si l’importance du régime de vivre se trouve être aujourd’hui moindre, la relation thérapeutique dans le passé s’articule bien souvent autour des attentes du malade et de la réponse médicamenteuse du médecin.

Haut de page

Notes

1 Les citations traduites dans ce texte sont de notre fait. Cité dans RISSE Guenter B., « The History of Therapeutics », in Bynum William et Nutton Vivian (dir.), Essays in the History of Therapeutics, Amsterdam-Atlanta, Clio Medica, vol. 22, 1991, p. 4.

2 Pour des aperçus historiographiques, voir FAURE Olivier, « Pour une histoire de la thérapeutique », in Les thérapeutiques : savoirs et usages, Oullins, Fondation Marcel Mérieux, 1999, p. 9-16 ; MAEHLE Andreas-Holger, Drugs on Trial: Experimental Pharmacology and Therapeutic Innovation in the Eighteenth Century, Amsterdam-Atlanta, Clio Medica, vol. 53, 1999, p. 1-54 ; ECKART Wolfgang U. et JÜTTE Robert, Medizingeschichte: Eine Einführung, Köln-Weimar-Wien, Böhlau-Utb, 2007, p. 241-251.

3 ACKERKNECHT Erwin H., « A Plea for a “Behaviorist” Approach in Writing the History of Medicine », Journal of the History of Medicine, vol. 22, n° 3, 1966, p. 214.

4 Sur l’hygiène ancienne et les six choses non naturelles, soit l’air, la nourriture et la boisson, le sommeil et la veille, le mouvement et le repos, les évacuations, les passions de l’âme. Voir LÉCUYER Bernard P., « L’hygiène en France avant Pasteur (1750-1850) », in SALOMON-BAYET Claire (dir.), Pasteur et la révolution pasteurienne, Paris, Payot, 1986 ; NIEBYL Peter H., « The Non-Naturals », Bulletin of the History of Medicine, vol. 45, 1971, p. 486-492.

5 WEAR Andrew, Knowledge and Practice in English Medicine: 1550-1680, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

6 HAYCOCK David Boyd et WALLIS Patrick (dir.), Quackery and Commerce in Seventeenth-Century London: The Proprietary Medicine Business of Anthony Daffy, London, The Wellcome Trust Centre for the History of Medicine at UCL, Medical History, supplement n° 25, 2005.

7 WEAR Andrew, Knowledge and Practice…, op. cit., p. 353-433.

8 WALLIS Patrick, « Consumption, Retailing, and Medicine in Early-Modern London », Economic History Review, vol. 61, 2008, p. 26-53.

9 Voir, par exemple, RISSE G. B., Hospital life in Enlightenment Scotland: Care and Teaching at the Royal Infirmary of Edinburgh, Cambridge, Cambridge University Press, principalement p. 177-239, ainsi que la contribution de ESTES J. Worth, « Drug Usage at the Infirmary: the Example of Dr Andrew Dunan, Sr. », ibidem, p. 350-384.

10 COSTE Joël (dir.), La Littérature des « erreurs populaires » : Une ethnographie médicale à l’Époque moderne, Paris-Genève, H. Champion, Bibliothèque d’histoire moderne et contemporaine, vol. 9, 2002.

11 REY Roselyne, « La vulgarisation médicale au Xviiie siècle : Le cas des dictionnaires portatifs de santé », Revue d’histoire des sciences, vol. 44, n° 3-4, 1991, p. 413-433 ; LAGET Mireille, « Les livrets de santé pour les pauvres aux XVIIe et XVIIIe siècles », Histoire, économie et société, numéro spécial no 4, 1984 ; PORTER Roy (dir.), The Popularization of Medicine: 1650-1850, The Wellcome Institute Series in the History of Medicine, London-New York, Routledge, 1992 ; VERRY-JOLIVET Corinne, « Les livres de médecine des pauvres aux Xviie et Xviiie siècles. Les débuts de la vulgarisation médicale », in Touati François-Olivier, Maladies, médecines et sociétés, L’Harmattan et Histoire au présent, 1993, t. I, p. 51-61.

12 Maehle A. H., Drugs on Trial…, op. cit.

13 ROSENBERG Charles E., « The Therapeutic Revolution: Medicine, Meaning and Social Change in Nineteenth-Century America », Perspectives in Biology and Medicine, Summer 1977, p. 485-486.

14 BONAH Christian et RASMUSSEN Anne (dir.), Histoire et médicament aux xixe et xxe siècles, Paris, Éditions Glyphe, 2005.

15 WALLIS Patrick, « Exotic Drugs and English Medicine: England’s Drug Trade, c. 1550-c. 1800 », Social History of Medicine, vol. 25-1, Feb. 2012, p. 20-46.

16 Voir COOK Harold John, « The New Philosophy of Medicine in Seventeenth-century England », in LINDBERG David C. et WESTMAN Robert S. (dir.), Reappraisals of the Scientific Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 397-436.

17 Sceptical therapeutic empiricism. Cf. Maehle A. H., Drugs on Trial…, op. cit., p. 5.

18 LEONG Elaine, « Making Medicines in the Early Modern Household », Bulletin of the History of Medicine, vol. 82, 2008 ; RIEDER Philip, La figure du patient au Xviiie siècle, Genève, Droz, Bibliothèque des Lumières, vol. 76, 2010, p. 479-490 ; PORTER Roy and PORTER Dorothy (dir.), Patients Progress, The Wellcome Institute Series in the History of Medicine: 1650-1850, London-New York, Routledge, 1989 ; BANDELIER André, « Se soigner autrefois : papiers de famille et santé au siècle des Lumières », Musée Neuchâtelois, 1996, n° 4, p. 227-240 ; HOLLIGER Christian, « Aus Ulrich Bräkers Hausapotheke », in HOLZHEY Helmut et BOSCHUNG Urs (dir.), Gesundheit Und Krankheit Im 18. Jahrhunderts, Amsterdam-Atlanta, Clio Medica, vol. 31, 1995.

19 Les travaux sur la Société royale de médecine révèlent le dynamisme de ce secteur du marché : KIBLEUR Pascale, « L’évaluation et la validation des remèdes par la Société royale de médecine (1778-1793) », in FAURE Olivier (dir.), Les Thérapeutiques…, op. cit., p. 73-85 ; RAMSEY Mathew, « Secret Remedies in Ancien Régime », in Goubert Jean-Pierre (dir.), La médicalisation de la société française, 1770-1830, Ontario, University of Waterloo, Historical Reflections/Réflexions historiques, vol. 9, 1982, p. 215-232.

20 Voir, par exemple : RIEDER Philip, La figure du patient…, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philip Rieder et François Zanetti, « Le remède et ses usages historiques (1650-1820) », Histoire, médecine et santé, 2 | 2012, 9-19.

Référence électronique

Philip Rieder et François Zanetti, « Le remède et ses usages historiques (1650-1820) », Histoire, médecine et santé [En ligne], 2 | automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/110

Haut de page

Auteurs

Philip Rieder

Philip Rieder est un historien spécialisé dans l’histoire de la médecine à l’époque moderne. Auteur de plusieurs ouvrages et d’une cinquantaine d’articles, il est actuellement adjoint scientifique à la Maison de l’histoire de l’Université de Genève et chargé de cours au département d’histoire de la même université.

François Zanetti

François Zanetti est professeur agrégé d’histoire-géographie au Lycée Maurice Genevoix de Decize et chercheur associé au CHiSCO, Université Paris-Ouest Nanterre. Il a soutenu une thèse de doctorat d’histoire consacrée à l’électricité médicale dans la France des Lumières.

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals