Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Dossier thématique : Médicalisati...Sexologies européennes

Dossier thématique : Médicalisation de la sexualité

Sexologies européennes

La médicalisation de la sexualité (Europe latine, xixe-xxe siècle)
Sylvie Chaperon
p. 9-18

Texte intégral

  • 1 Le terme vient de André Béjin, Le nouveau tempérament sexuel. Essai sur la rationalisation et la d (...)

1La médicalisation de la sexualité est un processus contemporain de l’essor de la médecine moderne et de la sécularisation, lesquels connaissent en Europe un temps fort dans la deuxième moitié du xixe siècle et au début du xxe siècle. Ce processus aboutit à la naissance de la sexologie. Même si ce champ de savoir n’est pas le monopole des seuls médecins, ils y jouent un rôle central. Le mot sexology est attesté dès les années 1860 en langue anglaise, mais il ne prend son sens moderne de science de la sexualité que dans les années 1900, d’abord en allemand (Sexualwissenschaft), néerlandais (seksuologie), puis en français, espagnol (sexología), italien (sessuologia), etc. Pour autant, sous d’autres vocables – « psychopathologie sexuelle », « hygiène conjugale » –, de très nombreux médecins, aliénistes ou psychiatres avaient accumulé tout un savoir constituant le normal et le pathologique en matière de sexualité. Les historiens français ont coutume de différencier la « proto-sexologie » du xixe siècle de la sexologie1 du xxe siècle, mais les anglophones ne font que rarement cette distinction et, par commodité, le terme sera employé ici aussi, même s’il n’existait pas en français au xixe siècle.

  • 2 La thèse a été publiée en 1968 et traduite en français en 1972 sous le titre Histoire de la répres (...)

2L’historiographie de la sexualité ainsi que celle de sa médicalisation prend son essor à partir de la libération sexuelle, dans les années 1970 et 1980. Les remises en question de la morale et des règles sexuelles traditionnelles ont incité les chercheur·e·s à explorer le passé. Le freudo-marxisme, qui affirme la répression de la sexualité par le capitalisme, a eu un fort impact dans les sciences sociales. Il est repris notamment par l’historien belge Jos Van Ussel dans sa thèse Sexualunterdrückung (Histoire de la question sexuelle)2. L’ouvrage de Michel Foucault, La volonté de savoir (1976), qui conteste cette « hypothèse répressive » et avance l’idée de l’invention psychiatrique de l’homosexualité, a eu une immense postérité.

  • 3 Pour un panorama européen, voir Dagmar Herzog, « Syncopated Sex: Transforming European Sexual Cult (...)
  • 4 J’ai tenté une historiographie de la sexologie en France : Sylvie Chaperon, « La sexologie françai (...)
  • 5 À titre d’exemple : Michael L. Bush (dir.), What Is Love? Richard Carlile’s Philosophy of Sex, Lon (...)
  • 6 Le cas français est assez illustratif de ce déséquilibre. La bibliographie des perversions est ric (...)
  • 7 Voir le panorama dressé par Florence Tamagne, « Écrire l’histoire des homosexualités en Europe : x (...)
  • 8 Sheila Jeffreys, Anticlimax: A Feminist Perspective on the Sexual Revolution, Londres, The Women’s (...)
  • 9 Sylvie Chaperon, « Contester normes et savoirs sur la sexualité (France-Angleterre, 1880-1980) », (...)

3L’histoire de la sexualité en Europe constitue un corpus très important, quoiqu’inégal selon les pays3. Bien qu’elle soit moins abondante, il paraît difficile de prétendre à une historiographie exhaustive de la sexologie, surtout à l’échelle du continent européen. On peut cependant souligner quelques déséquilibres dans les thématiques, périodes et pays couverts4. L’approche biographique des grands sexologues est très présente et les portraits d’hommes réformateurs sexuels sont plus nombreux que ceux des femmes ou des scientifiques5. Les recherches portant sur l’homosexualité ou les perversions en général ont été beaucoup plus nombreuses que celles abordant les problèmes de l’hétérosexualité6. Le xixe siècle et le début du xxe siècle ont davantage retenu l’attention que la deuxième moitié du xxe siècle. Si les études gaies et lesbiennes ont apporté d’innombrables contributions7, l’histoire des femmes est restée plus en retrait. Les recherches de Lucy Bland, de Lesley Hall, ou de Laura Dean ont contesté l’approche assez négative de Sheila Jeffreys, pour laquelle la sexologie ne prenait que peu en compte les revendications de la première vague féministe8. Elles montrent, au contraire, que les pionniers de la sexologie sont partisans de l’égalité des sexes tandis que les féministes s’inspirent de leurs théories9.

  • 10 Heike Bauer (dir.), Sexology and Translation: Cultural and Scientific Encounters across the Modern (...)

4En histoire de la sexualité, tout comme en histoire de la sexologie, les cadres nationaux ont fourni le plus souvent l’espace des études. Les perspectives comparées ou globales sont encore rares. Comme le note Heike Bauer, éditrice d’une des rares collections dédiées à une perspective transnationale (incluant l’Europe, le Moyen-Orient, l’Asie, l’Australie, le Japon, etc.) : Yet what is still missing from the growing body of scholarship on the histories of sexuality in different parts of the world is a deeper understanding of the comparative, transnational, or global dimensions of modern sexology10.

  • 11 Margot Canaday, « Thinking Sex in the Transnational Turn: An Introduction », American Historical R (...)

5Depuis quelques années, le « tournant transnational » a été pris en histoire de la sexualité, puis de la sexologie11. Michel Foucault a été critiqué pour avoir opposé de façon binaire et trop simple l’Occident produisant une Scientia sexualis et l’Orient reposant sur un Ars erotica. Plusieurs ouvrages collectifs ont décentré l’angle de vue, en montrant la circulation des concepts et des chercheur·e·s en de multiples points du globe. Ces recherches complexifient considérablement l’histoire de la sexologie. Les savant·e·s européen·ne·s connaissent où méconnaissent les cultures sexuelles des autres continents et des chercheur·e·s ou des réformateur·trice·s de ces mêmes régions s’approprient le savoir sexologique européen tout en le remodelant. Aussi les influences, les transferts, les traductions ont-elles été constantes et multidirectionnelles et ne se limitent pas aux échanges inégaux qui caractérisent les flux entre centre et périphéries. Ces recherches récentes insistent beaucoup sur les enjeux de traduction, tel que le terme a pu être redéfini largement, c’est-à-dire débordant les questions linguistiques pour inclure les négociations culturelles que toute importation d’élément d’un contexte vers un autre implique. Cynthia Kraus, Veronique Mottier et Vincent Barras s’y emploient également dans les pages qui suivent.

  • 12 Franz X. Eder, Lesley A. Hall et Gert Hekma (dir.), Sexual Cultures in Europe, Manchester, Manches (...)

6À l’échelle de l’Europe, l’histoire transnationale et comparée de la sexualité se développe depuis les années 2000. L’ouvrage en deux tomes Sexual Cultures in Europe, fait figure de repère12, mais les circulations et échanges intra-européens restent peu connus. L’histoire de la sexologie européenne repose essentiellement sur les cas allemand, autrichien, français, anglais et, dans une moindre mesure, italien, de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle. Les scientifiques de l’Europe scandinave ou méditerranéenne demeurent largement ignoré.e.s, tout comme leurs homologues de l’Europe centrale et orientale. Le deuxième xxe siècle également.

  • 13 Robert A. Nye, « History of Sexualiy in Context: National Sexological Traditions », Science in Con (...)
  • 14 Chiara Beccalossi, Female Sexual Inversion: Same-Sex Desires in Italian and British Sexology, ca. (...)
  • 15 Marius Turda et Aaron Gillette, Latin Eugenics in Comparative Perspective, Londres, Bloomsbury, 20 (...)

7Les ouvrages d’histoire de la sexologie s’attachant à une analyse comparée des sciences ou des contextes nationaux ou régionaux sont peu fréquents. Un article déjà ancien de Robert Nye conclut que les sexologues français·e·s sont plus marqué·e·s par la théorie de la dégénérescence et les préoccupations démographiques que leurs homologues anglais·e·s ou allemand·e·s13. Plus récemment, Chiara Beccalossi a étudié en parallèle les publications sexologiques britanniques et italiennes sur l’inversion féminine de 1870 à 192014. Elle montre la relative pudeur qui règne sur les écrits britanniques. L’histoire comparée de l’eugénisme, qui a partie liée avec la sexologie, est l’exemple le plus abouti. Marius Turda et Aaron Gillette ont mis en évidence un eugénisme nordique et un eugénisme latin, aux visées et réalisations différentes15. Pourtant, l’histoire comparée a beaucoup à nous apprendre. Elle permettrait de mesurer le poids relatif dans l’élaboration des sciences, des facteurs religieux ou pénaux, des régimes politiques, des situations démographiques, des traditions scientifiques, des effets de concurrence ou de collaboration entre les spécialisations médicales, etc.

  • 16 Ivan Crozier, « Becoming a Sexologist: Norman Haire, the 1929 London World League for Sexual Refor (...)
  • 17 Leila Rupp, « Sexuality and Politics in the Early Twentieth Century: The Case of the International (...)
  • 18 Leila Rupp, « The Persistence of Transnational Organizing: The Case of the Homophile Movement », T (...)
  • 19 Phillip M. Ayoub et David Paternotte, « L’International Lesbian and Gay Association (ILGA) et l’ex (...)

8Les études d’histoire transnationale à l’échelle de tout ou partie de l’Europe sont tout aussi rares. Elles concernent essentiellement les organisations internationales de réforme sexuelle que sont la Ligue mondiale de la réforme sexuelle sur une base scientifique et ses antennes nationales16, les organisations féministes internationales17, le Comité international pour l’égalité sexuelle18, l’Association internationale des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexes19, etc.

  • 20 Sur les traductions et réceptions en Europe des rapport Kinsey, voir Sylvie Chaperon, « Kinsey en (...)

9Pourtant, les perspectives d’histoire comparée ou transnationale ne manquent pas. Certains auteur·e·s ou travaux ont connu un rayonnement et un impact considérables au sein de l’Europe et au-delà. La liste serait trop longue à énumérer. L’ouvrage emblématique de Richard von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis, est, dans ses éditions augmentées successives, une œuvre transnationale qui synthétise et ordonne les travaux de toute l’Europe. Ses enrichissements et réaménagements au fil des rééditions, ses multiples traductions et réceptions européennes pourraient donner lieu à une belle étude collective. Après la Seconde guerre mondiale, les rapports Kinsey et Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir, bien qu’ils n’aient pas donné lieu à de nouvelles éditions augmentées, ont connu un rayonnement global très important également20. Plus généralement, les collaborations scientifiques des sexologues au sein de l’Europe (congrès, sociétés savantes, voyages, brevets, correspondances, réseaux de partenaires) ont été très nombreuses. Les voyages de Josephine Butler ou de Magnus Hirschfeld en Europe et au-delà ont été décisifs pour les causes qu’ils défendaient.

  • 21 Voir le carnet du réseau : http://sexologies.hypotheses.org/
  • 22 Julie De Ganck, Cultiver la différence. Histoire du développement de la gynécologie à Bruxelles (1 (...)
  • 23 Julie Mazaleigue-Labaste, Les déséquilibres de l’amour…, op. cit.
  • 24 Chiara Beccalossi, Female Sexual Inversion…, op. cit.

10Le dossier qui suit souhaite poursuivre cet effort en histoire transnationale et comparée de la sexologie. Il est issu du colloque international « Sexologies européennes », tenu en juin 2016 à Toulouse, où un réseau du même nom a été fondé21. Ce dossier se concentre sur différentes spécialisations médicales et sur leur rôle dans l’élaboration de la sexologie : psychiatrie, gynécologie, endocrinologie, pionniers de la sexologie, sex therapy nord-américaine, urologie et pharmacologie. Il réunit des jeunes chercheur·e·s et des chercheur·e·s plus confirmé·e·s. Tommy De Ganck et Taline Garibian sont post-doctorant·e·s, respectivement à l’Université libre de Bruxelles et à l’Université d’Oxford, après avoir soutenu leur thèse en 2016 et 201722. Julie Mazaleigue-Labaste est chargée de recherche au CNRS, elle a publié sa thèse en 201423. Chiara Beccalossi, qui a plusieurs ouvrages à son actif, dont sa thèse publiée en 201224, est Senior Lecturer à l’Université de Lincoln, bénéficiaire d’un financement du Wellcome Institute pour poursuivre ses recherches sur la biotypologie italienne et son implantation en Espagne, en Argentine et au Brésil. Cynthia Kraus, Véronique Mottier et Vincent Barras sont respectivement maîtresse d’enseignement et de recherche, professeure associée et professeur ordinaire à l’Université de Lausanne. Leurs publications sont très nombreuses en histoire des sciences, de la médecine en particulier, et de la sexualité. Ils livrent ici une partie des résultats d’un programme de recherche financé par le Fonds national suisse : « Façonner l’hétérosexualité : histoire des “troubles” du désir féminin en Suisse romande de 1960 à nos jours ». Alain Giami, psychosociologue, directeur de recherche à l’Inserm a publié de très nombreux ouvrages sur la sexualité et la sexologie en France, en Europe et au Brésil.

  • 25 Séverine Pilloud, Les mots du corps. Expérience de la maladie dans les lettres de patients à un mé (...)

11Le dossier met en avant l’Europe latine : Belgique, France, Italie, Espagne et Suisse romande, soit une aire culturelle peu représentée dans l’historiographie. Il souhaite enrichir l’histoire de la sexologie, de par les sources utilisées, l’attention portée au genre et la perspective comparée ou transnationale. Les articles mobilisent en effet des sources rarement exploitées en histoire de la sexologie, qui privilégie le plus souvent les sources imprimées. Julie Mazaleigue-Labaste analyse la psychopathologie française, dont on a vu qu’elle était un sujet largement traité, avec une source jusqu’à présent négligée : les registres des placements du Bureau d’admission de l’asile Sainte-Anne, qui reçoit et répartit les aliénés du département de la Seine. Elle démontre que la multiplication des écrits de psychopathologie sexuelle fin-de-siècle repose sur un très petit nombre de cas cliniques, ces « rebuts de la délinquance » urbaine. Taline Garibian explore les lettres reçues par le sexologue suisse Auguste Forel, auteur de la très lue Question sexuelle (1905) dont les réponses n’ont malheureusement pas été conservées. Les correspondances médicales se raréfient au xixe et plus encore au xxe siècle. Pourtant, les questions sexuelles peuvent y être abordées en toute discrétion. Les correspondances de Samuel Auguste Tissot, de Richard von Krafft-Ebing, ou encore celles de Maria Stopes sont des trésors pour les historien·ne·s25. Contrairement aux thèses, essais et articles scientifiques qui permettent d’étudier les logiques du savoir, les consultations épistolaires donnent à voir leur diffusion et leur appropriation par les souffrants et souffrantes, mais aussi ce que ces dernier·e·s apportent à l’élaboration de la sexologie. La recherche menée par Cynthia Kraus, Véronique Mottier et Vincent Barras s’appuie entre autres sur les archives du Centre médico-social Pro Familia de Lausanne comprenant des bilans annuels, des notes de réunions, des cours de formation, des correspondances, etc. Alain Giami sollicite, au-delà des publications scientifiques, des documents (bulletins associatifs, comptes rendus de réunions, photos, conférences de consensus) collectés sur internet ou lors des congrès de sociétés savantes.

12Tous les articles tentent de dégager des comparaisons entre les cultures, les pays ou les traditions professionnelles. Julie Mazaleigue-Labaste conclut que la clinique asilaire parisienne ainsi que l’attention des aliénistes rivée sur la question du passage à l’acte ont contribué à « maintenir la perversion au sein d’un ensemble de troubles obsessionnels et de maladies de l’adaptation et de l’action », loin du foisonnement allemand ou autrichien, où les mobilisations des invertis, dont la sexualité est pénalement répréhensible, impactent le discours psychiatrique.

13Tommy De Ganck se penche sur la gynécologie belge de 1890 à 1910 qui émerge comme une « science des femmes » et une spécialisation médicale reconnue dès la fin des années 1880. L’adoption de la méthode antiseptique soutient le développement de la chirurgie gynécologique. L’ovariotomie est alors pratiquée avec moins de danger, d’abord aux États-Unis, au Royaume-Uni, puis en France et en Belgique. Quinze ans plus tard, l’ablation des ovaires devient un traitement contre les douleurs chroniques pelviennes invalidantes. Pour Tommy De Ganck, cette pratique en essor ne témoigne pas seulement du pouvoir masculin et médical sur les femmes, mais aussi des progrès de la chirurgie abdominale, des liens durablement supposés entre système nerveux et organes génitaux, de la montée du modèle gonadique et des difficultés à différencier des ovaires sains et lésés. Dès les années 1890, les gynécologues chirurgiens castrateurs sont accusés de dénaturer les femmes et de compromettre leur sexualité. « Bien que les chirurgiens aient commencé plus tardivement à pratiquer les ovariotomies en Belgique qu’à l’étranger, spécialement par comparaison avec l’Angleterre ou les États-Unis, les pratiques opératoires et les débats à leur sujet dans les années 1890 y sont tout à fait comparables » affirme-t-il. Mais les castrations en lien avec une volonté eugéniste ont cependant connu un sort différent selon les pays.

  • 26 Sur l’histoire des hormones sexuelles, voir Chandak Sengoopta, The Most Secret Quintessence of Lif (...)
  • 27 Voir Paul-André Rosental, Destins de l’eugénisme, Paris, Seuil, 2016.

14Chiara Beccalossi rappelle la riche, précoce et méconnue tradition sexologique en Italie : les écrits de Paolo Mantegazza dès les années 1840, ceux de Cesare Lombroso dans les années 1880, la revue Archivio delle psichopatie sessuali du criminologue Pasquale Penta (1896), celle de l’historien des sciences Aldo Mieli Rassegna di studi sessuali (1921) et, enfin, la biotypologie de l’endocrinologue Nicola Pende sur laquelle elle s’arrête. Après la psychiatrie et la criminologie, l’endocrinologie devient la spécialité médicale la plus dynamique dans la sexologie26. Héritière de l’opothérapie initiée notamment en France par Charles-Edouard Brown-Séquard, Serge Voronoff et Louis Dartigues, la thérapie hormonale sexuelle connaît un véritable engouement. La greffe de tissus ovariens ou testiculaires, l’ingestion d’extraits de ces mêmes glandes ou encore la stimulation de celles-ci par rayon X ou électricité deviennent des traitements pour les hommes ou les femmes ayant des défaillances propres à leur sexe. Nicola Pende insère ces traitements dans une approche beaucoup plus large, synthèse entre médecine constitutionnaliste et endocrinologie, qui prétend inventorier les différents biotypes humains et prescrire ce qui leur convient. Pourtant, si la contribution majeure de Pende à l’eugénisme italien est bien documentée, ses apports aux connaissances sexuelles restent dans l’ombre. La biotypologie aura en effet un important rayonnement international et des applications très diverses. En France, la Société de biotypologie (1932-1965), dotée du Bulletin de la société de biotypologie, s’est surtout vouée à la sélection et à l’orientation scolaire et professionnelle27.

15Après la Seconde Guerre mondiale, les circulations intellectuelles et scientifiques entre les États-Unis et l’Europe s’intensifient, pour la sexologie comme pour les autres sciences. Cynthia Kraus, Véronique Mottier et Vincent Barras montrent comment l’américanisme des promoteurs lausannois de la sexologie, les psychiatres et psychanalystes freudiens Pierre-Bernard Schneider et Pierre-André Gloor, conforte une « niche écologique hétéronormative » préparée dans les années 1950 et 1960 par la valorisation de la sexualité comme ciment du couple, la mise en place d’une consultation médico-sociale de mariage, de planification familiale et d’éducation sexuelle, et l’ouverture de la psychanalyse vers les thérapies brèves. Se référant à Kinsey, Masters & Johnson, et Kaplan, les deux hommes entreprennent de fonder un Institut de sexologie et s’inspirent pour la thérapeutique des propositions d’Helen Kaplan, un mixte de la sex therapy et de procédés analytiques, « plus adapté à la mentalité vaudoise ».

16Tout récemment, la sexologie se voit redéfinie en médecine sexuelle à un niveau d’emblée transnational. Cette re-médicalisation de la sexologie par l’urologie et les traitements pharmaceutiques est une des conséquences du succès du viagra. La perspective du développement des traitements pharmacologiques des troubles sexuels se porte ensuite sur les troubles du désir féminin et les sociétés savantes internationales, européennes et américaines principalement, changent leur dénomination pour effacer leur focalisation première sur l’impuissance. Ainsi l’European Society for Impotence Research (ESIR) devient-elle l’European Society for Sexual Medicine (ESSM) en 2003.

17Les contributions se montrent également attentives au genre, à la place des hommes et des femmes dans la clinique, ainsi qu’au discours médical sur le masculin et le féminin. Julie Mazaleigue-Labaste confirme la très faible part des femmes parmi les « pervers » et l’explique par la gestion familiale de la sexualité féminine, seules les manifestations de scandale public ou les placements volontaires de familles débordées aboutissent à l’examen ou à l’internement de femmes jugées déviantes sexuellement. Tommy De Ganck révèle le poids de l’hystérie dans la gynécologie de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle. Le lien établi par les médecins entre les organes génitaux et le système nerveux est effectivement beaucoup plus fort et problématique chez les femmes que chez les hommes. Taline Garibian compare les lettres adressées par les hommes et les femmes au docteur Forel : « Dans leur grande majorité, les femmes font état de difficultés liées à la procréation ou à la contraception tandis que les hommes relatent des troubles liés directement à l’acte sexuel et aux difficultés qu’ils rencontrent à l’accomplir. » Les normes sociales, qui assignent les femmes à la maternité et conditionnent la virilité à l’exercice de l’hétérosexualité, pèsent donc de tout leur poids. Mais les unes et les autres se montrent aussi volontiers critiques sur les propositions de la sexologie, notamment sur les procédés anticonceptionnels. Chiara Beccalossi mentionne douze individus traités par Nicola Pende pour des problèmes sexuels dont une seule femme, castrée à l’âge de 35 ans. Les hommes souffrent de divers symptômes (hypogénitalisme constitutionnel, dyspituitarisme, eunuchoïdisme, etc.) affectant leur vie sexuelle sans que celle-ci ne soit décrite. Tous se voient prescrire plusieurs implants de tissus glandulaires. Pour Cynthia Kraus, Véronique Mottier et Vincent Barras, « la sexothérapie se révèle être est un script thérapeutique qui actualise un script sexuel genré : celui de la romance hétérosexuelle et du “bonheur dans le couple”, pour reprendre le titre du manuel illustré de Kaplan », elle soutient donc l’hétérosexualité comme institution. La réduction de la sexualité à des phénomènes physiologiques et chimiques qu’opère la médecine sexuelle se heurte, selon Alain Giami, à la sexualité féminine. Les catégories diagnostiques des troubles sexuels féminins peinent à se stabiliser, les traitements pharmacologiques proposés (à base de testostérone ou d’antidépresseur) n’ont pas rencontré leur public et des sexologues féministes nord-américaines s’organisent pour contester la vision réductrice de la sexualité mise en avant par la médecine sexuelle.

18On le voit, ce numéro enrichit considérablement l’histoire de la sexologie. Il met en valeur les pays latins, encore peu connus. Il prolonge l’analyse sur le xxe siècle, période où l’endocrinologie, puis les thérapies sexuelles mises au point aux États-Unis, jouent un rôle de premier plan. Enfin, le genre, mais aussi l’hétérosexualité comme l’homosexualité, y ont toute leur place.

Haut de page

Notes

1 Le terme vient de André Béjin, Le nouveau tempérament sexuel. Essai sur la rationalisation et la démocratisation de la sexualité, Paris, Kimé, 1990 et a été repris par Alain Corbin, L’harmonie des plaisirs, les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie, Paris, Perrin, 2008.

2 La thèse a été publiée en 1968 et traduite en français en 1972 sous le titre Histoire de la répression sexuelle, Paris, Laffont.

3 Pour un panorama européen, voir Dagmar Herzog, « Syncopated Sex: Transforming European Sexual Cultures », The American Historical Review, 114/5, 2009, p. 1287-1308. Pour la France, voir Sylvie Chaperon, « L’histoire contemporaine des sexualités en France », Vingtième siècle, 75, 2002, p. 47-59 ; Anne-Claire Rebreyend, « Comment écrire l’histoire des sexualités au xxe siècle ? Bilan historiographique comparé français/anglo-américain », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 22, 2005, p. 185-209 ; Sylvie Chaperon et Nahema Hanafi, « Médecine et sexualité, aperçus sur une rencontre historiographique », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 37, 2013, p. 123-142.

4 J’ai tenté une historiographie de la sexologie en France : Sylvie Chaperon, « La sexologie française contemporaine  : un premier bilan historiographique », Revue d’histoire des sciences humaines, 17, 2007, p. 7-22.

5 À titre d’exemple : Michael L. Bush (dir.), What Is Love? Richard Carlile’s Philosophy of Sex, Londres, Verso, 1998 ; Patrick Cardon, Discours littéraires et scientifiques fin-de-siècle. Autour de Marc-André Raffalovich, Paris, Orizons, 2008 ; Vincent Brome, Havelock Ellis, Philosopher of Sex: A Biography, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1979 ; Christiane Demeulenaere-Douyère, Paul Robin (1837-1912). Un militant de la liberté et du bonheur, Paris, Publisud, 1994 ; Phyllis Grosskurth, Havelock Ellis: A Biography, New York, Alfred A. Knopf, 1980 ; Roger-Henri Guerrand et Francis Ronsin, Le sexe apprivoisé : Jeanne Humbert et le contrôle des naissances, Paris, La Découverte, 1990 ; James H. Jones, Alfred Kinsey. A Public/Private Life, New York, Norton and Company, 1997 ; Hubert Kennedy, Ulrichs, The Life and Work of Karl Heinrich Ulrichs, Pionner of the Modern Gay movement, Boston, Alyson, 1988 ; Harry Oosterhuis, Stepchildren of Nature. Krafft-Ebing, Psychiatry and the Making of Sexual Identity, Chicago, University of Chicago Press, 2000 ; June Rose, Marie Stopes and the Sexual Revolution, Londres, Faber and Faber, 1992 ; James D. Steakley, « Per scientiam ad justitiam, Magnus Hirschfelf and the Politics of Innate Homosexuality », dans Vernon A. Rosario (dir.), Science and Homosexualities, New York, Routledge, 1997, p. 133-154 ; Dissidences, 2, 2007, Daniel Guérin. Révolutionnaire en mouvement(s) ; Angeline Durand-Vallot, Margaret Sanger et la croisade pour le contrôle des naissances, Lyon, ENS Éditions, 2013 ; Ana Leonor Pereira et João Rui Pita (dir.), Egas Moniz em livre exame, Coimbra, Minerva Coimbra, 2000 ; Volkmar Sigusch, « The Sexologist Albert Moll – between Sigmund Freud and Magnus Hirschfeld », Medical History, 56/2, 2012, p. 184-200 ; Diana Wyndham, Norman Haire and the Study of Sex, Sydney, Sydney University Press, 2012.

6 Le cas français est assez illustratif de ce déséquilibre. La bibliographie des perversions est riche : Maurice Heine, Recueil de confessions et observations psycho-sexuelles, tirées de la littérature médicale, Paris, Jean Crès, 1936 ; Christian Bonello, Le discours médical sur l’homosexualité au xixe siècle, thèse de 3e cycle, Paris VII, 1984 ; Pierre Hahn, Les déviations sexuelles, Paris, Philipacchi, 1974 ; Georges Lanteri-Laura, Lectures des perversions. Histoire de leur appropriation médicale, Paris, Masson, 1979 ; Sylvie Chaperon, La médecine du sexe et les femmes. Anthologie des perversions féminines au xixe siècle, Paris, La Musardine, 2008 ; Julie Mazaleigue-Labaste, Les déséquilibres de l’amour. La genèse du concept de perversion sexuelle de la Révolution française à Freud, Paris, Ithaque, 2014 ; tandis que les traitements de l’hétérosexualité sont plutôt négligés : Sylvie Chaperon, Les origines de la sexologie 1850-1900, Paris, Louis Audibert, 2007 ; Alain Corbin, L’harmonie des plaisirs…, op. cit.

7 Voir le panorama dressé par Florence Tamagne, « Écrire l’histoire des homosexualités en Europe : xixe-xxe siècles », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 53/4, 2007, p. 7-31 et Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 119, 2012, Sylvie Chaperon et Christelle Taraud (dir.), Homosexualités européennes (xixe-xxe siècles). Entre soumission et subversion.

8 Sheila Jeffreys, Anticlimax: A Feminist Perspective on the Sexual Revolution, Londres, The Women’s Press, 1990 ; ead., The Spinster and her Enemies: Feminism and Sexuality 1880-1930, Londres, Pandora, 1985 ; Lucy Bland et Laura Doan (dir.), Sexology in Culture. Labelling Bodies and Desires, Cambridge, Polity Press, 1998 ; Lesley A. Hall, Sex, Gender and Social Change in Britain since 1880, Londres, Macmillan Press, 2000.

9 Sylvie Chaperon, « Contester normes et savoirs sur la sexualité (France-Angleterre, 1880-1980) », dans Eliane Gubin, Catherine Jacques, Florence Rochefort, Brigitte Studer, Françoise Thébaud et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), Le siècle des féminismes, Paris, Éditions de l’Atelier, 2004, p. 333-346.

10 Heike Bauer (dir.), Sexology and Translation: Cultural and Scientific Encounters across the Modern World, Philadelphia, Temple University Press, 2015, p. 4.

11 Margot Canaday, « Thinking Sex in the Transnational Turn: An Introduction », American Historical Review, 114/5, 2009, p. 1250-1257 ; Elizabeth A. Povinelli et George Chauncey, « Thinking Sexuality Transnationally: An Introduction », Gay and Lesbian Quarterly, 5, 1999, p. 439-449 ; Veronika Fuechtner, Douglas E. Haynes et Ryan M. Jones (dir.), A Global History of Sexual Science, 1880-1960, University of California Press, 2017.

12 Franz X. Eder, Lesley A. Hall et Gert Hekma (dir.), Sexual Cultures in Europe, Manchester, Manchester University Press, 1999, 2 vol.

13 Robert A. Nye, « History of Sexualiy in Context: National Sexological Traditions », Science in Context, 4/2, 1991, p. 387-406.

14 Chiara Beccalossi, Female Sexual Inversion: Same-Sex Desires in Italian and British Sexology, ca. 1870-1920, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012.

15 Marius Turda et Aaron Gillette, Latin Eugenics in Comparative Perspective, Londres, Bloomsbury, 2014.

16 Ivan Crozier, « Becoming a Sexologist: Norman Haire, the 1929 London World League for Sexual Reform Congress, and Organizing Medical Knowledge about Sex in Interwar England », History of Science, 39/125, 2001, p. 299-329 ; Ralf Dose et Pamela Eve Selwyn, « The World League for Sexual Reform: Some Possible Approaches », Journal of the History of Sexuality, 12/1, 2003, p. 1-15 ; Florence Tamagne, « La Ligue mondiale pour la réforme sexuelle: la science au service de l’émancipation sexuelle? », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 22, 2005, p. 101-121.

17 Leila Rupp, « Sexuality and Politics in the Early Twentieth Century: The Case of the International Women’s Movement », Feminist Studies, 23/3, 1997, p. 577-605.

18 Leila Rupp, « The Persistence of Transnational Organizing: The Case of the Homophile Movement », The American Historical Review, 116/4, 2011, p. 1014-1039.

19 Phillip M. Ayoub et David Paternotte, « L’International Lesbian and Gay Association (ILGA) et l’expansion du militantisme LGBT dans une Europe unifiée », Critique internationale, 70/1, 2016, p. 55-70.

20 Sur les traductions et réceptions en Europe des rapport Kinsey, voir Sylvie Chaperon, « Kinsey en France : les sexualités féminine et masculine en débat », Le mouvement social, 1, 2002, p. 91-110 ; Dagmar Herzog, « The Reception of the Kinsey Reports in Europe », Sexuality & Culture, 10/1, 2006, p. 39-48 ; Penelope Morris, « “Let’s not talk about Italian sex”: the reception of the Kinsey reports in Italy », Journal of Modern Italian Studies, 18/1, 2013, p. 17-32. Concernant la circulation transnationale du Deuxième sexe, voir Christine Delphy et Sylvie Chaperon (dir.), Le cinquantenaire du Deuxième sexe, Paris, Syllepse, 2002 ; Sylvie Chaperon , « La réception du Deuxième sexe en Europe », Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe, http://ehne.fr/article/genre-et-europe/feminismes-europeens/la-reception-du-deuxieme-sexe-en-europe (consulté le 1er mars 2018).

21 Voir le carnet du réseau : http://sexologies.hypotheses.org/

22 Julie De Ganck, Cultiver la différence. Histoire du développement de la gynécologie à Bruxelles (1870-1935), Université libre de Bruxelles, 2016 ; Taline Garibian, De la question sexuelle à la sexologie médicale : une histoire des savoirs sur les sexualités (Suisse romande, 1890-1970), Faculté de biologie et de médecine de l’Université de Lausanne en co-tutelle avec l’Université Toulouse-Jean-Jaurès, 2017.

23 Julie Mazaleigue-Labaste, Les déséquilibres de l’amour…, op. cit.

24 Chiara Beccalossi, Female Sexual Inversion…, op. cit.

25 Séverine Pilloud, Les mots du corps. Expérience de la maladie dans les lettres de patients à un médecin du xviiie siècle  : Samuel Auguste Tissot, Genève, Éditions BHMS, 2013 ; Harry Oosterhuis, Stepchildren of Nature…, op. cit. ; Ruth Hall (dir.), Dear Dr. Stopes. Sex in the 1920s. Letters to Marie Stopes, Londres, Deutsch, 1978.

26 Sur l’histoire des hormones sexuelles, voir Chandak Sengoopta, The Most Secret Quintessence of Life: Sex, Glands, and Hormones, 1850-1950, Chicago, University of Chicago Press, 2006 et Nelly Oudshoorn, Beyond the Natural Body: Archeology of Sex Hormons, Londres, Routledge, 1994.

27 Voir Paul-André Rosental, Destins de l’eugénisme, Paris, Seuil, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Chaperon, « Sexologies européennes »Histoire, médecine et santé, 12 | 2018, 9-18.

Référence électronique

Sylvie Chaperon, « Sexologies européennes »Histoire, médecine et santé [En ligne], 12 | hiver 2017, mis en ligne le 28 mai 2018, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/1139 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.1139

Haut de page

Auteur

Sylvie Chaperon

Professeure d’histoire contemporaine du genre, université Toulouse-Jean-Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search