Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Médicalisation de la sexualité

Souffrir de folie ou souffrir à la folie ?

La chirurgie gynécologique à Bruxelles au tournant du xxe siècle
Suffering from or until craziness? Gynaecological surgery in Brussels between 1890 and 1910
Tommy De Ganck
p. 39-56

Résumés

Au tournant du xxe siècle, la pratique extensive des ablations d’organes génitaux prête à débat dans le monde médical. Les gynécologues justifient leur pratique opératoire en soulignant la gravité des douleurs induites par les maladies gynécologiques ainsi que leurs conséquences sur la qualité de vie des patientes. Ils déclarent aussi ne pas opérer en l’absence de lésions des organes génitaux. Cependant, certaines lésions d’apparence minime sont corrélées à des douleurs très importantes et il n’existe pas de réel consensus sur l’attitude à adopter dans ces circonstances. Les douleurs pelviennes chroniques étant également un stigmate de l’hystérie, les praticiens ne savent comment distinguer les cas de maladies gynécologiques sources de douleurs chroniques des cas d’hystérie avec stigmates génitaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Monica H. Green, Making Women’s medicine Masculine: The Rise of Male Authority in Premodern Gynaec (...)
  • 2 George Weisz, Divide and Conquer: A Comparative History of Medical Specialization, Oxford, Oxford (...)
  • 3 Ornella Moscucci, The Science of Woman: Gynaecology and Gender in England, 1800-1929, Cambridge, C (...)
  • 4 Nicole Edelman, Les métamorphoses de l’hystérique. Du début du xixe siècle à la Grande Guerre, Par (...)

1La gynécologie est un domaine privilégié pour étudier la médicalisation de la sexualité des femmes. Son histoire renvoie aux liens tissés entre sexualité et reproduction par les médecins depuis l’époque moderne1. Dans la seconde partie du xixe siècle, la gynécologie se développe en tant que spécialité parallèlement à d’autres disciplines2. Ayant vocation à devenir une « science de la femme3 », elle incarne le réductionnisme génital opéré dans la manière d’envisager la sexualité des femmes. En effet, les gonades acquièrent une importance croissante dans la conceptualisation de la sexualité dès 1860. Dans ce contexte, la sexualité féminine est avant tout envisagée à travers le fonctionnement des ovaires et des organes génitaux. Parallèlement, les spécialistes de la psychiatrie, de la neurologie et de la psychologie naissante sont prolixes sur la sexualité et ses liens supposés avec les troubles nerveux et mentaux chez les femmes. Nicole Edelman a déjà souligné le réductionnisme génital qui se produit également dans la manière de comprendre l’hystérie à la Belle Époque4. La question des traitements de l’hystérie et des troubles nerveux féminins se trouve donc au croisement de l’histoire des sciences du psychisme et de la gynécologie.

  • 5 Julie De Ganck, Cultiver la différence. Histoire du développement de la gynécologie à Bruxelles (1 (...)

2Je propose d’interroger la problématique des traitements gynécologiques des états nerveux et de l’hystérie, principalement par ovariotomie – l’extraction d’ovaire(s) –, en plaçant le thème de la douleur au cœur de l’analyse. Cette analyse est basée sur les résultats de ma recherche doctorale portant sur la gynécologie bruxelloise5. Je me focalise ici sur la période comprise entre 1890 et 1910 environ. Les douleurs pelviennes se trouvent alors à la jonction entre la gynécologie, les maladies nerveuses et mentales, y compris l’hystérie, et justifient un grand nombre d’opérations. Cette analyse donne à voir la manière dont les gynécologues utilisent les connaissances développées par leurs collègues spécialistes en neurologie et en santé mentale, mais également la manière dont ils tracent, tant bien que mal, une limite entre maladie gynécologique et maladie nerveuse ou mentale.

  • 6 John Haller et Robin M. Haller, The Physician and Sexuality in Victorian America, Chicago, Univers (...)
  • 7 Wendy Mitchinson, « A Medical Debate in Nineteenth-Century English Canada: Ovariotomies », Social (...)

3Le traitement chirurgical des états nerveux chez les femmes a été régulièrement abordé dans l’historiographie de l’histoire des femmes et de la médecine depuis les années 1970. Différentes auteures se sont successivement emparées du sujet pour démontrer les effets d’un biais androcentrique en médecine6. Le tournant de l’histoire sociale de la médecine et des sciences a ensuite transformé la compréhension de cette thématique : la vision de l’histoire de l’ovariotomie comme « livre noir » de la gynécologie a été amendée. Plusieurs historiennes ont éclairé la manière dont les combats professionnels ont façonné les arguments moraux dans les débats sur les opérations, en soulignant l’importance de la dimension sociale dans les choix thérapeutiques effectués par les chirurgiens et les gynécologues7. En effet, si la réalisation massive d’ovariotomies à la fin du xixe siècle résulte d’une compréhension gonadique de la santé et de la sexualité féminine, les choix thérapeutiques des médecins ne sont pas uniquement dictés par le souci de contrôler leur sexualité. C’est ce qu’ont également permis de montrer mes recherches doctorales sur l’histoire du développement de la gynécologie à Bruxelles entre 1870 et 1935.

4Cet article traite du développement de la chirurgie gynécologique bruxelloise au travers des activités et des prises de position de son personnage phare : Charles Jacobs (1862-1924). Chirurgien-gynécologue formé à l’Université de Bruxelles, Jacobs est à l’initiative de la création de la Société belge de gynécologie et d’obstétrique (SBGO). Il travaille comme spécialiste en polyclinique dès 1889 et fonde, en 1892, l’Institut Sainte-Anne, première clinique gynécologique bruxelloise. Ses prises de position seront confrontées à celles d’autres personnages clés du monde médical bruxellois, de par leur rôle de chef de clinique privée, de professeur d’université ou de membre de sociétés savantes. On proposera ainsi une fresque des pratiques et des idées discutées par des figures d’autorité médicales belges.

5Les données sont présentées de façon progressive, en allant du général au particulier. Je présenterai d’abord brièvement l’histoire de la gynécologie en Belgique et à Bruxelles. Ensuite, j’analyserai les discours médicaux sur la douleur avant d’évaluer quantitativement les pratiques de chirurgie gynécologique durant les années 1890. Je présenterai enfin successivement les débats sur les conséquences morales et sexuelles des opérations, sur le traitement chirurgical de l’hystérie et les collaborations entre gynécologues et aliénistes à Bruxelles.

Ovariotomie et antisepsie : la voie du radicalisme

  • 8 Les écrits de ces deux chirurgiens ont fait date dans les débats français sur l’ovariotomie : Eugè (...)

6Entre 1870 et 1890, la gynécologie s’affirme progressivement comme spécialité prisée par les chirurgiens grâce à l’ovariotomie. La réussite de cette opération constitue pour eux la meilleure démonstration clinique de l’efficacité de la méthode antiseptique appliquée à la chirurgie. Le champ de pratique ouvert par l’ovariotomie qu’est la chirurgie abdominale est dès lors très vite investi. Les premières ovariotomies réussies datent du milieu du siècle aux États-Unis et en Angleterre. En France, quelques réussites sont également enregistrées à cette époque, mais l’opération continue d’être regardée avec effroi. Cette situation change durant les années 1860 avec les travaux de Koeberlé (1828-1915) et Péan (1830-1898)8. Aucun succès n’aurait par contre été enregistré en Belgique avant 1870, soit assez tardivement par comparaison avec la situation internationale.

  • 9 Il avait publié un traité sur le sujet en 1865 : The Diseases of the Ovaries: Their Diagnosis and (...)
  • 10 Jules Thiriar, De l’ovariectomie antiseptique considérée au point de vue du traitement du pédicule (...)
  • 11 Dans ce contexte, une opération « radicale » est une opération impliquant l’ablation d’organe(s).

7Dans le plat pays, l’adoption de la méthode antiseptique et le développement de la chirurgie gynécologique sont des processus interdépendants. C’est le gantois Gustave Boddaert (1834-1909) qui se fait connaître à l’Académie royale de médecine de Belgique comme premier auteur d’une ovariotomie réussie. Il s’était familiarisé avec cette technique chirurgicale lors d’un voyage d’études à Londres, dans le service de Thomas Spencer Wells (1818-1897), élève de Lister et spécialiste de l’ovariotomie9. À Bruxelles, ce sont les travaux de Jules Thiriar (1846-1913) qui illustrent ce phénomène. Diplômé en médecine à Bruxelles en 1871, Thiriar voyage et réalise en 1882 une thèse d’agrégation sur l’ovariotomie antiseptique10 où il rend compte de la rationalisation de sa pratique opératoire grâce à la mise au point d’un protocole précis et minutieux et l’usage des analyses biologiques de l’urine. Pour lui, la réussite des opérations d’ovariotomie est dépendante du degré de rationalisation du protocole médico-chirurgical utilisé. Il s’agit de maîtriser des facteurs identifiables via une méthode scientifique. Cette rationalisation implique l’extraction rapide des kystes de l’ovaire constatés (principale indication de l’ovariotomie à cette époque) pour éviter qu’ils n’adhèrent aux organes voisins en se développant et ne compliquent le travail du chirurgien. Ce point de vue engendre une approche dite « radicale11 » en chirurgie gynécologique. Les succès opératoires, en retour, constituent les meilleures « preuves » de l’efficacité de la méthode antiseptique.

  • 12 Un cours de clinique gynécologique est créé à l’Université libre de Bruxelles et deux cliniques pr (...)
  • 13 Annuaire médical de la Belgique et législation médicale par C. Le Comte. Deuxième édition, année 1 (...)

8Mais Boddaert et de Thiriar n’agissent pas seuls. Ils sont soutenus par des chirurgiens professeurs d’université plus âgés – Adolphe Burggraeve (1806-1902) à Gand et Louis Deroubaix (1813-1897) à Bruxelles – qui ont à cœur de susciter une évolution des idées et pratiques chirurgicales en Belgique. Cette campagne en faveur de la chirurgie abdominale et de l’antisepsie porte ses fruits. Dès 1885, la pratique gynécologique s’inscrit dans un paysage hospitalier en mutation. Les services hospitaliers sont réaménagés pour mettre en pratique les mesures antiseptiques, puis aseptiques, en chirurgie et la majorité des opérations se déroulent désormais à l’hôpital et non plus à domicile. Parallèlement, l’enseignement des méthodes de chirurgie abdominale forme une nouvelle génération qui promeut la gynécologie en tant que spécialité. Une société savante de gynécologie est créée en 1889 à l’initiative de Charles Jacobs et la gynécologie bruxelloise s’ancre institutionnellement12, tandis que les médecins se déclarant spécialistes en gynécologie apparaissent dans les annuaires médicaux en 1888. À cette date, les spécialistes dans le soin des femmes représentent alors le groupe le plus nombreux de spécialistes autodéclarés dans les annuaires soit 30 %13. La gynécologie est devenue incontournable.

Choisir le radicalisme en gynécologie : une question de classe ?

9Après 1885, l’ovariotomie devient une opération courante dont l’usage s’étend à différentes indications et le thème de la castration apparaît dans la presse médicale belge. En gynécologie, le terme de castration décrit à l’époque une ovariotomie pratiquée pour supprimer des troubles liés au fonctionnement « normal » des ovaires. Cette opération peut donc être réalisée sur des organes sains. Il s’agit alors d’une « oophorectomie » ou « opération de Battey ».

  • 14 Morantz-Sanchez, Conduct Unbecoming a Woman, op. cit., p. 95.

10Dès 1872, l’américain Robert Battey (1828-1895) pratique des ovariotomies sur des femmes présentant des douleurs pelviennes chroniques. Les ovaires prélevés semblent normaux et c’est pourquoi l’opération est appelée « ovariotomie normale ». Battey pratique donc une opération encore très dangereuse pour lutter contre des douleurs chroniques ne mettant pas directement la vie de la patiente en danger, mais pour restaurer sa qualité de vie. Confronté à des critiques, il analyse les ovaires prélevés au microscope et affirme qu’ils sont atteints de « dégénérescence kystique », désignant par là une dégénérescence des tissus constitutifs des ovaires en suivant la pathologie cellulaire élaborée par Rudolph Virchow (1858). En 1877, il précise les indications de son opération14, incluant les cas d’épilepsie, de folie et de douleurs chroniques liés au fonctionnement de l’utérus ou des ovaires. Mais, contrairement à ce que la création de cette catégorie diagnostique donne à penser, les gynécologues éprouvent de réelles difficultés à distinguer ces différents états et il n’y a pas de démarcation claire entre l’état normal ou pathologique des ovaires. Ainsi, la présence de petits kystes à leur surface est jugée pathologique par certains gynécologues, mais pas par d’autres.

11En Belgique, la castration est discutée pour la première fois dans l’enceinte de l’Académie de médecine en 1890. Dans le cas des castrations, la suppression de la douleur est la seule indication, et non des lésions organiques. Cependant, les discussions se multiplient également autour de cas d’opération (ovariotomies et hystérectomies) pratiquées sur des organes atteints de lésions ou d’infections dans le but de supprimer des douleurs incompatibles avec le travail. Les auteurs établissent alors aussi un lien entre douleurs gynécologiques et troubles nerveux et font allusion à des crises d’hystérie. Ces deux types d’opérations sont différents, mais la douleur est un symptôme commun dont l’importance est continuellement soulignée dans les sources. Il est donc justifié de les envisager ensemble.

12Tout comme Battey, l’argumentation des chirurgiens-gynécologues belges est basée sur la gravité des douleurs qui affaiblissent progressivement les patientes et les empêche d’avoir une vie normale. Les crises nerveuses ou hystériques font fréquemment partie du tableau symptomatique et de l’histoire des patientes telle que relatée par les médecins, sans cependant être le diagnostic justifiant les opérations. En effet, ceux-ci ne catégorisent pas les femmes souffrant de douleurs chroniques comme des malades mentales ou des hystériques. Les références aux accidents nerveux et aux crises hystériques s’inscrivent dans le cadre de la description de crises douloureuses au cours desquelles les patientes ont des mouvements involontaires ou s’évanouissent. Le terme d’hystérie renvoie donc dans ce cadre à l’idée générale d’une atteinte diffuse du système nerveux.

  • 15 Charles Jacobs, « Onze cas de salpingectomie pour salpingite chronique », Bulletin de la Société b (...)
  • 16 Ibid., p. 98.
  • 17 Ibid.

13D’une manière générale, les gynécologues envisagent les douleurs d’un point de vue économique et social. Ils soulignent la perspective misérable qui attend les femmes devenues incapables de travailler à cause de douleurs invalidantes. Le Dr Jacobs est particulièrement explicite à cet égard : « La vie des malheureuses dont les souffrances reviennent par intermittence devient insupportable15 ». Avec le temps, « les troubles nerveux apparaissent ; [les patientes] deviennent peu à peu à charge d’elles-mêmes, dépérissent, désespérées de voir l’infirmité arriver à grands pas16 ». Les traitements médicaux sont inefficaces. Le traitement radical s’impose alors comme unique solution. Pour Jacobs, il ne fait aucun doute que la situation sociale et économique des malades doit intervenir dans le choix thérapeutique : « Je suis convaincu que les interventions opératoires sont soumises à des règles différentes suivant la position sociale des malades. Certes, vous rencontrerez des personnes auxquelles leur position de fortune permettra de subir un traitement prolongé et des opérations à différentes reprises. Mais, dans la classe laborieuse, j’estime qu’il est du devoir du praticien de recourir d’emblée à l’opération radicale17 ».

L’âge d’or du radicalisme

14Les années 1890 constituent l’âge d’or de la chirurgie gynécologique abdominale en Belgique. Une fois admise, la pratique de l’ovariotomie se développe rapidement tout comme la chirurgie abdominale en général. Concrètement, l’installation de nouveaux équipements hospitaliers et l’enseignement des nouvelles méthodes chirurgicales permettent une forte augmentation du nombre d’opérations pratiquées. J’interroge ici les données chiffrées afin de mieux cerner l’importance prise par la gynécologie dans le paysage hospitalier de la capitale durant cet âge d’or. Quelle est la part des opérations de gynécologie réalisées dans le but de supprimer des douleurs pelviennes chroniques et des troubles nerveux ? Est-il possible de constater, dans les statistiques, une différence selon l’origine sociale des patientes ?

  • 18 Les informations retrouvées dans les registres d’admission et les dossiers administratifs, par exe (...)
  • 19 Le service clinique de gynécologie a été créé en 1892 en tant que service médico-chirurgical, mais (...)
  • 20 À l’hôpital Saint-Jean, l’un des deux hôpitaux publics généraux de Bruxelles, les femmes ne représ (...)
  • 21 Yves Horrent, Michel Oris, Paul Servais et Karel Velle, « La population des grands hôpitaux univer (...)

15Malheureusement, il est difficile voire impossible de répondre à cette dernière question. En effet, les archives hospitalières et les statistiques publiées ne permettent pas de comparer la pratique des hôpitaux publics, qui accueillent une majorité des pauvres, avec celle des cliniques privées. Les sources utilisables pour appréhender l’activité des services chirurgicaux des hôpitaux publics de la capitale font défaut18. Les données disponibles indiquent cependant une tendance générale qui donne une idée de l’importance acquise par la gynécologie durant la dernière décennie du xixe siècle. À l’hôpital public Saint-Jean de Bruxelles, l’activité du service de gynécologie explique la surreprésentation des femmes traitées en chirurgie (53 %)19, malgré leur sous-représentation en chirurgie générale20. À l’hôpital universitaire de Liège, les maladies des organes génitaux féminins ne justifient pas moins de 20 % du total des entrées des deux sexes dans les années 189021.

  • 22 Alphonse Delétrez, « Statistique des opérations réalisées à l’Institut », Annales de l’Institut ch (...)
  • 23 Charles Jacobs, « 1996 laparotomies », BSBGO, 10/3, 1889-1990, p. 96.

16Les statistiques publiées par Adolphe Delétrez et Charles Jacobs, deux chirurgiens dirigeant les deux principales cliniques chirurgicales de la ville durant cette décennie, fournissent des informations plus détaillées. Celles-ci permettent d’analyser la proportion d’opérations radicales réalisées. Alphonse Delétrez, fondateur de l’Institut chirurgical de Bruxelles, publie en 1902 une statistique des opérations qu’il a pratiquées dans son institut depuis 1892. Son service de chirurgie abdominale et de gynécologie accueille aussi bien des hommes que des femmes. Les opérations impliquant l’extirpation entière d’un organe ou d’un groupe d’organes ne sont pas rares. Elles représentent 8,5 % des opérations abdominales (hommes et femmes) et 14,5 % des opérations gynécologiques (soit près du double). L’opération abdominale gynécologique la plus pratiquée est l’ovariotomie (180, soit 17 %). On constate cependant une tendance à la diminution des opérations dans la seconde moitié de la décennie : toutes opérations confondues, 79 % concernent les opérations sur les organes génitaux féminins en 1893, mais plus que 54 % en 189922. De son côté, Charles Jacobs publie en 1899 une statistique concernant l’ensemble des opérations gynécologiques abdominales qu’il a pratiquées. Les hystérectomies (50 %) et les ovariotomies (15 %) sont les deux opérations les plus courantes. Contrairement à Delétrez, Jacobs privilégie l’hystérectomie à l’ovariotomie. Par hystérectomie, il désigne l’extirpation de l’utérus ainsi que de ses annexes (trompes et ovaires). Il la préconise chez les femmes souffrant de fibrome utérin ou d’inflammations graves des annexes. Pour lui, les infections des annexes doivent être traitées par castration totale le plus souvent possible : « L’utérus laissé en place est toujours profondément atteint dans ses éléments essentiels. Il ne peut être par la suite qu’une cause de douleurs, d’impotence, d’accidents divers23 ». Ces deux diagnostics justifient à eux deux 80 % des hystérectomies.

  • 24 Charles Jacobs, « Résultats cliniques de 500 hystérectomies vaginales. Notes cliniques et techniqu (...)
  • 25 Ibid., p. 70.

17Les statistiques de Jacobs permettent en outre d’évaluer grossièrement l’importance des opérations radicales réalisées dans le but de supprimer des douleurs pelviennes chroniques. Deux catégories diagnostiques concernent en effet des atteintes organiques assez minimes, mais accompagnées de douleurs chroniques invalidantes : les « dégénérescences sclérokystiques » (des ovaires à petits kystes) et les « annexites chroniques » (des déviations utérines avec lésions des annexes). Cumulées, ces opérations représentent 13 % des opérations abdominales réalisées, soit une opération sur huit environ24. L’importance numérique des opérations radicales fait l’objet de discussions professionnelles depuis la fin des années 1880. Conscient des critiques existantes, le Dr Jacobs prend donc soin de se justifier. Il se défend d’avoir pratiqué des opérations de façon intempestive et souligne que des lésions gynécologiques existaient dans tous les cas qu’il a opérés : « Quelle que soit notre foi dans le bien-fondé des opérations, nous ne saurions nous résoudre à tenter la cure des névralgies du bassin par l’intervention radicale, alors que l’utérus ou les annexes ne présentent pas de lésions qui viennent justifier l’opération25 ».

18Les propos de Jacobs se veulent rassurants. Il insiste sur l’existence de lésions et n’inclut jamais les « troubles nerveux » ou l’hystérie de façon explicite dans ses catégories statistiques. Cependant, il établit un lien entre ces lésions gynécologiques et le système nerveux, utilisant par exemple l’expression de « symptômes réflexes » pour décrire les douleurs. L’ombre de l’hystérie plane alors sur toutes les femmes présentant des douleurs pelviennes, que celles-ci soient la cause ou la conséquence d’une maladie gynécologique. Or il existe une difficulté à établir des diagnostics, fréquemment soulignée par les critiques qui jugent que ces opérations ne sont pas réalisées pour des motifs valables.

L’ovariotomie, une « mutilation » dangereuse pour la sexualité féminine ?

  • 26 Hippolyte Barella, « Présentation de l’ouvrage de monsieur Pozzi de Paris », Bulletin de l’Académi (...)

19Après 1870, l’activité ovarienne est au centre des explications des mécanismes pathologiques des douleurs pelviennes et des troubles nerveux féminins. Cependant, les contemporains attribuent un rôle essentiel aux ovaires dans la constitution de la féminité, tant aux plans physique que moral. L’ovariotomie prête donc à débat : l’opération est considérée comme une « amputation » grave tandis que la sexualité des femmes opérées est pathologisée. Le Dr Barella (1832-1902) dénonce ainsi les « abus » de la chirurgie gynécologique à l’Académie en 1892 en des termes qui mettent bien en lumière les enjeux de ce débat : « La gynécologie, science toute récente, est faite d’antisepsie et d’anesthésie ; mais parce que l’on peut supprimer la douleur, rendre l’intervention active moins dangereuse, ce n’est pas une raison de se livrer à des hécatombes de trompes et d’ovaires, de remplir les deux mondes d’eunuques femelles, de mutiler de pauvres hystériques ou des femmes atteintes de dysménorrhée ou de neurasthénie26 ».

  • 27 Voir Morantz-Sanchez, Conduct Unbecoming a Woman, op. cit.

20Le vocabulaire utilisé traduit les inquiétudes vis-à-vis de la fertilité et de la sexualité féminines. Les causes sociales et symptomatiques mises en avant par les chirurgiens pour justifier les castrations seraient trop légères en comparaison avec l’atteinte irrémédiable faite aux organes génitaux féminins. À l’argumentation de la préservation de la capacité reproductive, les chirurgiens, belges comme internationaux27, opposent que les organes prélevés ne sont plus fonctionnels. Les conséquences sexuelles et morales des opérations prêtent davantage à débat. Charles Jacobs participe à ces discussions et s’oppose fréquemment à ce sujet à un autre gynécologue bruxellois, Jean-Hilaire Keiffer (1864-1941).

  • 28 Depuis le milieu du siècle, les travaux physiologiques portant sur les fonctions sécrétoires des o (...)
  • 29 Jean-Hilaire Keiffer, « Six cas d’avortement graves », BSBGO, 3/10, 1892, p. 195.

21Dans le contexte de vision gonadique de la sexualité, l’utérus n’est plus regardé comme le fondement de la féminité. Certains chirurgiens, comme Jacobs, préfèrent donc extirper l’utérus en même temps que les ovaires pour éviter de potentielles complications. Le Dr Keiffer n’est pas du même avis. Spécialiste de la physiologie de l’utérus, il se réfère aux travaux sur les « sécrétions internes28 » pour faire l’hypothèse que l’utérus joue un rôle glandulaire qui justifierait sa préservation pour sa potentielle influence morale sur les femmes29.

  • 30 Voir Mitchinson, « A Medical Debate in Nineteenth-Century English Canada: Ovariotomies », art. cit (...)

22Ce sont cependant les ovaires qui sont au centre des discussions sur les conséquences « morales » des chirurgies radicales. Keiffer et Jacobs s’opposent aussi sur ce point. Un débat international existe à l’époque dans les cercles médicaux au sujet des conséquences des opérations sur la vie domestique. Les ovariotomies sont critiquées en ce qu’elles dénaturent les femmes qui, une fois castrées, se masculiniseraient. La sexualité conjugale serait également dénaturée : infertiles, les rapports intimes seraient assimilables à de la débauche prostitutionnelle. Enfin, l’atteinte à la féminité se manifesterait également par des difficultés vécues par les femmes castrées dans la tenue de leur ménage30.

  • 31 « Statistiques des opérations pratiquées du 15 juin 1889 au 31 décembre 1895 », Annales de l’Insti (...)
  • 32 Jean-Hilaire Keiffer, « Étude psycho-physique sur les castrats féminins », Bulletin de la Société (...)

23Le Dr Jacobs pare à ces critiques dans ses commentaires statistiques de 1895. Il dit avoir interrogé 150 patientes si  mois après leur opération au sujet de leur désir sexuel. Selon lui, seules trois d’entre elles déclarent avoir perdu leur appétit sexuel, tandis que la majorité ne rapporte pas de changement dans leur sexualité et qu’une minorité constate une amélioration. Il explique ces améliorations par la suppression des douleurs chroniques. Jacobs ne s’étend pas sur ce sujet, son objectif étant clairement de minimiser les dangers des opérations radicales qu’il a entreprises31. L’année suivante, le Dr Keiffer publie une autre étude sur la sexualité des femmes castrées. Contrairement à son collègue, il ne dresse pas une statistique, mais établit une typologie en fonction de la classe sociale (ouvrière, classe moyenne ou bourgeoise) et des « sentiments sexuels » postopératoires. Pour Keiffer, les opérations peuvent donner lieu à une « suggestion » chez les femmes nerveuses et, dans le cas où leur éducation de départ serait « vicieuse », déboucher sur le développement d’une sexualité dégénérée, artificielle, car déconnectée de la reproduction. Ainsi, il aide une patiente bourgeoise abattue par son opération à retrouver un appétit sexuel en lui expliquant qu’elle a gardé son utérus et que son « intégrité sexuelle » a donc été préservée. Par contre, il considère négativement la sexualité d’une patiente ouvrière après l’opération. Cette dernière fréquente des hommes hors mariage, sans devoir se soucier d’aucun risque de grossesse. Pour lui, cette ouvrière est atteinte d’une « hystérie cérébrale », sa sensibilité psychique et génitale ayant été renforcée32. Les symptômes nerveux et l’hystérie sont donc une cause et une conséquence de l’opération, surtout dans la bouche de ses pourfendeurs, et ces états sont intimement liés, dans les discours, à la manière dont la sexualité des femmes est vécue, mais aussi jugée.

24D’une manière générale, on peut dire que Charles Jacobs se positionne en chirurgien pragmatique qui juge important de libérer les femmes de leurs douleurs pour leur permettre de vivre une vie normale, y compris dans le domaine sexuel. La forme prise par sa petite enquête, bien que motivée par son besoin de se justifier, met la satisfaction sexuelle des femmes au centre de l’attention, contrairement à celle du Dr Keiffer pour lequel cette considération est secondaire.

Lésions ovariennes et hystérie : des liens indirects et difficiles à cerner

  • 33 Voir Edward Shorter, From Paralysis to Fatigue: A History of Psychosomatic Illness in the Modern E (...)

25À la fin du xixe siècle, les idées de Charcot ont fortement marqué les idées sur l’hystérie qui est alors essentiellement perçue comme une maladie nerveuse. Le développement de la notion de psychonévrose concurrence la compréhension des troubles nerveux dans le cadre de la théorie de l’arc réflexe développée par Marshall Hall en 183333. Cependant, les stigmates permanents censés caractériser la maladie – règles irrégulières, douleurs ovariennes et abdominales – réactualisent toujours le lien avec les organes génitaux. L’opposition ancienne entre approche génitale et cérébrale de la maladie laisse place à une vision où les deux s’interpénètrent. Dans ce contexte, la frontière séparant des cas gynécologiques de cas d’hystérie n’est pas claire. C’est donc à une sémiologie compliquée que se livrent les médecins pour établir leur diagnostic. Le flou existant au sujet de l’interprétation des symptômes gynécologiques crée l’espace du débat entre les adeptes et les détracteurs du recours aux opérations radicales dans les cas d’hystérie.

  • 34 Charles Jacobs, « Ablation des annexes chez une hystérique », La Clinique, 5, 1891, p. 225.

26Dans ce cas précis, le Dr Jacobs appelle à la prudence : « Il est de toute évidence que si certaines hystériques présentent des phénomènes douloureux dans les régions ovariennes, on ne doit pas immédiatement en conclure que les ovaires et les trompes sont malades, et que l’extirpation de ces organes est nécessaire à la guérison34 ». L’examen du système nerveux doit donc être minutieux pour éviter les erreurs de diagnostic. Jacobs se positionne donc contre les opérations de castration dans les cas d’hystérie sans lésion gynécologique, niant que la castration ait jamais amélioré l’état mental d’une patiente per se. Cependant, il souligne que les hystériques peuvent aussi présenter des dégénérescences sclérokystiques, des prolapsus, etc. qui justifient une intervention pour supprimer des douleurs chroniques, améliorer leur santé générale et ainsi soulager le système nerveux.

  • 35 L’usage du terme « symptôme » dénote bien ici la conception négative de la ménopause, perçue comme (...)
  • 36 Elie Lambotte, « Hystérie convulsive depuis vingt ans, Salpyngectomie, guérison », La Clinique, 20 (...)

27Rares sont les chirurgiens bruxellois qui se positionnent clairement en faveur du traitement chirurgical de l’hystérie en dehors de lésions caractérisées des organes génitaux. Elie Lambotte (1856-1912), chirurgien à l’hôpital de Schaerbeek, est un des seuls à se montrer enthousiaste. Il publie, en 1891, les résultats d’une opération de castration pratiquée, avec succès avance-t-il, sur une femme de 43 ans qui souffrait de douleurs chroniques et de crises nerveuses depuis vingt ans. Selon lui, l’hystérie doit être soignée par la chirurgie, car elle aurait toujours un lien avec des lésions des organes génitaux. Il réaffirme cette opinion en 1899 et élabore une théorie explicative. Les lésions génitales causant l’hystérie seraient caractérisées par leur caractère minime et indétectable, sinon au microscope. Les ovaires à tout petits kystes seraient défaillants du point de vue des sécrétions produites et l’ovariotomie double serait la solution. Mais Lambotte doit faire face à la critique d’autres médecins qui soulignent que d’autres glandes que les ovaires pourraient être en cause, qu’il existe des traitements médicaux efficaces de l’hystérie et que les castrations produisent des ménopauses postopératoires aux symptômes35 non négligeables. Pour Lambotte cependant, la stérilisation des hystériques est une prophylaxie sociale souhaitable36.

28Dans l’ensemble, les positions prises par les gynécologues et les chirurgiens fluctuent tant ils peinent à s’accorder sur la délimitation entre états normaux et pathologiques des organes génitaux. Ni la signification à accorder aux symptômes ni les résultats des opérations ne permettent de trouver un consensus en la matière.

  • 37 Ferdinand Popelin, « Un cas de psychose menstruelle guérie par l’hystérectomie vaginale », BSBGO, (...)

29Le lien entre hystérie, sexualité et maladies gynécologiques est également établi par les patientes elles-mêmes ou par leur famille qui insistent dans certains cas auprès des chirurgiens pour obtenir une intervention. Il est difficile d’évaluer l’ampleur de ces demandes qui ne sont pas souvent mentionnées. Quelques traces retrouvées dans les articles médicaux et les discussions auxquelles ces quelques cas donnent lieu permettent néanmoins d’appréhender les pratiques gynécologiques avec un autre regard. Les gynécologues partagent à ces occasions des anecdotes dévoilant l’écart pouvant exister entre les positions théoriques qu’ils adoptent dans leurs articles et leurs pratiques. Le Dr Popelin (1842-1912) présente un cas d’hystérectomie demandée et finalement obtenue par une femme de 43 ans qui n’avait plus de rapports sexuels à cause des douleurs et qui avaient des crises « hystéro-épileptiques » pendant ses règles. Une discussion s’ouvre à la SBGO où plusieurs gynécologues livrent des exemples d’opérations effectuées sur demande : une jeune fille est castrée pour supprimer des crises afin d’entrer dans les ordres, une autre subit l’hystérectomie pour supprimer son envie de se masturber à la demande de ses parents37. Ces quelques exemples montrent qu’au-delà des réserves formulées, des parents anxieux de la sexualité potentiellement déviante de leur fille ou des femmes éreintées par leurs « crises » peuvent trouver un chirurgien qui acceptera de les opérer.

Manquer d’ovaire : une cause de folie féminine ?

30Les liens fréquemment établis par les médecins entre maladies gynécologiques et maladies mentales chez les femmes expliquent les collaborations fréquentes entre gynécologues et aliénistes. Ceux-ci se questionnent sur la suppression des ovaires comme cause à la fois morale et physique de troubles nerveux et de folie.

  • 38 Charles Jacobs, « De la menstruation physiologique et pathologique », La Policlinique, 1892, p. 21 (...)

31Le Dr Jacobs collabore avec le Dr Jean De Boeck (1863-1913), titulaire de la chaire de clinique universitaire de psychiatrie à Bruxelles. De Boeck signale les cas gynécologiques de ses patientes à Jacobs qui, de son côté, fait appel aux lumières de De Boeck lorsque des opérées présentent des troubles mentaux postopératoires38. En effet, Jacobs relate de rares crises d’hystérie chez des patientes opérées : des patientes se lèvent quelques heures après leur opération et circulent d’une manière somnambulique dans l’hôpital, tandis que d’autres s’agitent, se déshabillent, crient et doivent être attachées à leur lit, etc. Ces cas fournissent matière à réflexion sur les liens entre organes génitaux et folie chez les femmes. Jacobs et De Boeck sollicitent d’ailleurs le Dr George Rohé, aliéniste américain, pour statuer sur l’un de ces cas.

  • 39 Charles Jacobs, « Folie post-opératoire », BSBGO, 5/1, 1894, p. 163.
  • 40 Glorieux, « La folie post-opératoire et de la manie des opérations chirurgicales (mania operative (...)

32Rohé avait en effet préconisé le traitement chirurgical des aliénées dans son livre The Relation of Pelvis Disease and Physical Disturbance in Women publié en 1892. Jacobs en rend compte à la SBGO39. Les gynécologues se questionnent à cette occasion sur l’impact possible des opérations, discutant des cas où des femmes opérées semblent prises de folie (une femme opérée tue son mari à la hache, par exemple). À l’inverse, des spécialistes des maladies nerveuses, comme le Dr Glorieux, médecin à la Policlinique de Bruxelles, s’interrogent sur les états mentaux poussant des patientes à désirer ardemment une opération, ou au contraire à la redouter40. En envisageant non pas le choc physiologique, mais le choc moral provoqué par les opérations, le lien entre organes génitaux et maladies mentales passe du domaine physique au domaine représentationnel. Ce serait non pas les organes génitaux eux-mêmes, leurs maladies ou leur fonctionnement qui causeraient la maladie, mais les idées des patientes à propos de leurs organes, de leur maladie ou de leurs traitements. L’idée de suggestibilité des femmes, liée à leur faiblesse nerveuse, passe au premier plan dans le discours médical.

  • 41 Emily Banks, « From Dog’s Testicles to Mares’ Urine: The Origins and Contemporary use of Hormonal (...)
  • 42 Charles Jacobs, « Opothérapie ovarienne », La Policlinique, 1896, p. 842.

33En 1895, Marie Bra, élève de Brown-Séquard, propose d’utiliser des sécrétions ovariennes pour soigner les pathologies résultant d’une insuffisance ovarienne supposée. Les gynécologues se lancent directement dans l’application clinique de ce principe pour lutter contre la ménopause artificielle induite par les castrations41. Dès 1896, Jacobs prescrit de l’extrait d’ovaire à ses patientes castrées se plaignant de symptômes pénibles suite à l’opération, mais également à des jeunes filles anémiques ou aménorrhéiques, ces états étant censés résulter d’une insuffisance ovarienne. Ses patientes ne supportant pas l’extrait d’ovaire pur, il met au point une recette de « vin d’Oophorine » qu’il fait fabriquer par ses assistants dans le laboratoire de son institut à partir d’ovaires de vache. Il administre ce traitement à 36 patientes en quelques mois, principalement pour lutter contre les effets de la ménopause postopératoire. Parallèlement, Jacobs collabore avec le Dr Raulier, directeur de la maison de santé de Mons, pour faire administrer son « vin d’Oophorine » à 14 patientes internées. Un autre médecin, nommé Balteaux, fait appel à Jacobs pour tester ce traitement sur une femme internée dans la maison de santé d’Evere, suite à une tristesse déclarée après sa ménopause. Le résultat de ces traitements est relatif. L’état physique des patientes s’améliore mais pas leur état mental. Jacobs se montre cependant très optimiste42.

  • 43 S. Frédéricq, « Psychoses et gynécologie opératoire », BSBGO, 14/3, 1903-1904, p. 138.
  • 44 Shorter, From Paralysis to Fatigue, op. cit., p. 207.

34Certains médecins préconisent cependant plus qu’une simple collaboration entre médecins et institutions et considèrent qu’il faut systématiser le dépistage gynécologique en asile. Pour le Dr Frédéricq, chef du service de gynécologie à l’hôpital de Gand, quelques mesures s’imposent : les femmes admises pour maladie mentale devraient automatiquement subir un examen gynécologique avant leur entrée et les équipes asilaires devraient par conséquent disposer d’un gynécologue et les institutions être équipées d’une salle d’opération43. Il estime également que, s’il faut rester prudent, il n’est pas répréhensible d’opérer une patiente dont les crises hystéro-épileptiques sont manifestement liées à la génitalité (aux règles), même si les ovaires semblent normaux. Cette position fait débat quelques années plus tard. Au début des années 1910, la question du traitement gynécologique des femmes malades mentales suscite une polémique. En 1912, le Dr Luigi Maria Bossi (1859-1919) publie un livre où il soutient que les maladies gynécologiques non traitées peuvent provoquer des maladies mentales incurables. Il faudrait donc systématiser l’examen gynécologique des femmes à leur entrée à l’asile et enseigner les théories expliquant les causes gynécologiques de la folie aux étudiants-médecins. Cette conception est combattue par des gynécologues d’une nouvelle génération44. Cependant, Rufin Schockaert (1875-1953), titulaire de la chaire de gynécologie et d’obstétrique à l’Université Catholique de Louvain, présente et soutient les idées de Bossi devant la SBGO.

  • 45 Rufin Schockaert, « Psychopathies d’origine génitale », BSBSGO, 1913, 23/9, p. 263-264.
  • 46 Les notions de toxines et d’intoxication ont une longue histoire en pathologie et dans l’histoire (...)

35Dans un article de 1913 sur les « psychopathies d’origine génitale », il réaffirme le lien entre sexe et psychisme chez les femmes : « Abstraction faite de l’influence réciproque que la psyché et le système génital peuvent exercer l’un sur l’autre, tant chez la femme que chez l’homme, il est indéniable que l’activité physiologique de la matrice et des ovaires tient sous une certaine dépendance l’état d’âme ou la psyché de la femme45 ». Schockaert met néanmoins à jour les idées médicales supposées expliquer les causes gynécologiques des troubles mentaux. Il réfute l’idée ancienne d’influence spécifique de l’utérus sur le cerveau, mais avance que des organes génitaux infectés pourraient produire une intoxication responsable d’un déséquilibre mental46. C’est pourquoi il a lui-même proposé la mise en place d’un système d’examen gynécologique systématique des femmes aliénées en Belgique en 1912. L’aliéniste anversois Fritz Sano s’y était alors opposé au motif que l’examen des femmes est difficile à l’asile. L’examen se déroulerait le plus souvent de force et nécessite une narcose qui n’est pas toujours tolérée par les patientes. L’opposition de Sano résulte donc de considérations pratiques et non d’une divergence de fond.

  • 47 Schockaert, « Psychopathies d’origine génitale », art. cité, p. 266.

36Cependant, si Schockaert considère que les gynécologues doivent être impliqués dans le soin aux aliénées, il pense également qu’ils doivent s’imprégner de connaissances en psychologie, notamment pour traiter les femmes atteintes de névralgies pelviennes. En effet, les femmes souffrant de névralgies pelviennes pour lesquelles aucune lésion organique importante ne peut être constatée seraient victimes de leurs « représentations pathologiques », causées par une éducation négative sur un terrain prédisposant : « En cas de troubles nerveux, l’organe génital, même sain, est souvent le siège de la réaction organique ; la psyché maladive localise les manifestations morbides dans le système génital47 ».

*

37Après 1890, la chirurgie gynécologique est de tendance radicale en Belgique. Les douleurs chroniques invalidantes concernent un grand nombre de troubles gynécologiques. Les considérations sociales sur leurs conséquences intensifient la tendance au radicalisme, surtout sur les femmes pauvres. Lorsque la douleur est la seule indication, les chirurgiens opèrent pour améliorer la qualité de vie des patientes. La castration est, dans ces cas, considérée comme une mesure préventive vis-à-vis du développement de troubles nerveux induits par l’épuisement et l’irritation des organes sur le long cours. Cette situation se traduit par une forte augmentation du nombre des opérations pratiquées dans les années 1890 durant lesquelles les troubles gynécologiques deviennent l’un des principaux motifs d’hospitalisation. La pratique de la gynécologie est alors essentiellement chirurgicale et un peu moins de 10 % des opérations abdominales sont réalisées pour supprimer des douleurs pelviennes chroniques. Bien que les chirurgiens aient commencé plus tardivement à pratiquer les ovariotomies en Belgique qu’à l’étranger, surtout en comparaison avec l’Angleterre ou les États-Unis, les pratiques opératoires et les débats que celles-ci suscitent dans les années 1890 sont tout à fait comparables. Les gynécologues radicaux légitiment leur pratique par l’existence de lésions organiques. Les petits kystes sur les ovaires sont souvent mis en cause, mais le mécanisme pathologique responsable reste inconnu.

38D’autres médecins contestent que la douleur soit un motif gynécologique suffisant pour opérer, soulignant les incertitudes dans l’établissement des diagnostics. Ce faisant, ils déplacent la ligne de démarcation entre maladie gynécologique et maladie nerveuse ou mentale. En outre, les opérations altéreraient le désir, la féminité et le rôle social des femmes. Jacobs adopte une vision pragmatique et souligne l’amélioration de la vie sexuelle des femmes libérées de leurs douleurs chroniques. Pour Keiffer, la dissociation entre sexualité et reproduction chez les femmes est un danger, par suggestion chez des femmes aisées bien éduquées et par dégénérescence chez les pauvres. Dans le débat sur le traitement de l’hystérie, la majorité des gynécologues considèrent que l’existence de douleurs pelviennes et de troubles nerveux n’indiquent pas forcément une maladie gynécologique, mais certains jugent la castration légitime et souhaitable par hygiénisme social. Les expériences cliniques réalisées sur les aliénées avec de l’extrait d’ovaires ne permettent pas de confirmer le rôle des ovaires dans les maladies nerveuses et mentales. Malgré le flou persistant sur ce sujet, l’idée d’un lien entre génitalité et santé morale et mentale des femmes n’est jamais remise en question.

39Au début du xxe siècle, la contestation de la nature pathologique des ovaires à petits kystes et le recours à la psychologie tendent à faire sortir le traitement des douleurs pelviennes chroniques du champ des traitements chirurgicaux. L’idée que les femmes sont suggestibles alimente désormais l’interprétation des douleurs pelviennes en termes psychosomatiques. Psychosomatisme et gynécologie feront dès lors bon ménage pour expliquer des situations aussi variées que la stérilité ou l’endométriose. Durant tout ce parcours, ni les douleurs pelviennes chroniques des femmes ni leur association spécifique à leur féminité – à travers leur génitalité ou leur psychologie – ne disparaissent du champ gynécologique.

Haut de page

Notes

1 Monica H. Green, Making Women’s medicine Masculine: The Rise of Male Authority in Premodern Gynaecology, Oxford/New York, Oxford University Press, 2008 ; Helen King, Midwifery, Obstetrics and the Rise of Gynaecology. The Uses of a Sixteenth-Century Compendium, Hants/Burlington, Ashgate, 2007 ; Francesca Arena, « Folles de maternité ». Théories et pratiques d’internement autour du diagnostic de la folie puerpérale, xviie-xxe siècles, France-Italie, thèse sous la direction d’Anne Carol, Aix-Marseille Université, 2012.

2 George Weisz, Divide and Conquer: A Comparative History of Medical Specialization, Oxford, Oxford University Press, 2005 ; Patrice Pinell, « Champ médical et processus de spécialisation », Actes de la recherche en sciences sociales, 156-157, 2005, p. 4-36.

3 Ornella Moscucci, The Science of Woman: Gynaecology and Gender in England, 1800-1929, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

4 Nicole Edelman, Les métamorphoses de l’hystérique. Du début du xixe siècle à la Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2003.

5 Julie De Ganck, Cultiver la différence. Histoire du développement de la gynécologie à Bruxelles (1870-1935), thèse défendue à l’Université libre de Bruxelles le 1er mars 2016, département Histoire, Arts, Archéologie, sous la direction de Valérie Piette.

6 John Haller et Robin M. Haller, The Physician and Sexuality in Victorian America, Chicago, University of Illinois Press, 1974 ; Graham John Barker-Benfield, The Horrors of the Half-Known Life: Male Attitudes towards Women and Sexuality in Nineteenth-Century America, New York, Harper & Row, 1976 ; Ann Dally, Women under the Knife. A History of Surgery, Londres, Hutchinson Radius, 1991.

7 Wendy Mitchinson, « A Medical Debate in Nineteenth-Century English Canada: Ovariotomies », Social History, XVII/33, 1984, p. 133-147. ; Nancy M. Theriot, « Women’s Voices in Nineteenth-Century Medical Discourse: A Step Toward Deconstructing Science », Signs, 19/1, 1993, p. 1-31 ; Regina Morantz-Sanchez, Conduct Unbecoming a Woman. Medicine on trial in Turn-of-the-Century Brooklyn, Oxford, Oxford University Press, 1999 ; Kathleen E. Powderly, « Patient Consent and Negotiation in the Brooklyn Gynaecological Practice of Alexander J.C. Skene: 1863-1900 », Journal of Medicine and Philosophy, 25/1, 2000, p. 12-27.

8 Les écrits de ces deux chirurgiens ont fait date dans les débats français sur l’ovariotomie : Eugène Koeberlé (professeur agrégé à la Faculté de médecine de Strasbourg), De l’ovariotomie, Paris, Baillière et fils, 1863 ; Jules-Émile Péan, L’ovariotomie peut-elle être faite à Paris avec des chances favorables de succès ? Observations pour servir à la solution de cette question, Paris, A. Delahaye, 1867. Cette histoire reste à écrire.

9 Il avait publié un traité sur le sujet en 1865 : The Diseases of the Ovaries: Their Diagnosis and Treatment.

10 Jules Thiriar, De l’ovariectomie antiseptique considérée au point de vue du traitement du pédicule physiologique et pathologique des accidents dus aux lésions nerveuses, thèse présentée à la Faculté de médecine de Bruxelles en 1882.

11 Dans ce contexte, une opération « radicale » est une opération impliquant l’ablation d’organe(s).

12 Un cours de clinique gynécologique est créé à l’Université libre de Bruxelles et deux cliniques privées centrées sur la pratique gynécologique sont ouvertes en 1892.

13 Annuaire médical de la Belgique et législation médicale par C. Le Comte. Deuxième édition, année 1888, Bruxelles, Office pharmaceutique et médical de la Belgique, 1889.

14 Morantz-Sanchez, Conduct Unbecoming a Woman, op. cit., p. 95.

15 Charles Jacobs, « Onze cas de salpingectomie pour salpingite chronique », Bulletin de la Société belge de gynécologie et d’obstétrique (BSBGO), 1/4, 1889-1890, p. 97.

16 Ibid., p. 98.

17 Ibid.

18 Les informations retrouvées dans les registres d’admission et les dossiers administratifs, par exemple, ne permettent pas de comptabiliser les maladies diagnostiquées ou les opérations pratiquées dans les hôpitaux publics.

19 Le service clinique de gynécologie a été créé en 1892 en tant que service médico-chirurgical, mais il a en réalité été considéré et organisé comme un troisième service de chirurgie.

20 À l’hôpital Saint-Jean, l’un des deux hôpitaux publics généraux de Bruxelles, les femmes ne représentent en effet que 39 % des malades hospitalisées dans les services généraux de chirurgie (en excluant le service de gynécologie) entre 1896 et 1899.

21 Yves Horrent, Michel Oris, Paul Servais et Karel Velle, « La population des grands hôpitaux universitaires belges du début du xixe siècle à la fin du xxe siècle », Annales de démographie historique, 1994, p. 217-236.

22 Alphonse Delétrez, « Statistique des opérations réalisées à l’Institut », Annales de l’Institut chirurgical de Bruxelles, 1902, p. 21-23.

23 Charles Jacobs, « 1996 laparotomies », BSBGO, 10/3, 1889-1990, p. 96.

24 Charles Jacobs, « Résultats cliniques de 500 hystérectomies vaginales. Notes cliniques et techniques », BSBGO, 7/3, 1896.

25 Ibid., p. 70.

26 Hippolyte Barella, « Présentation de l’ouvrage de monsieur Pozzi de Paris », Bulletin de l’Académie royale de médecine de Belgique, 1892, p. 891.

27 Voir Morantz-Sanchez, Conduct Unbecoming a Woman, op. cit.

28 Depuis le milieu du siècle, les travaux physiologiques portant sur les fonctions sécrétoires des organes avaient mis en évidence leur existence. Le physiologiste français Édouard Brown-Séquard (1817-1894) utilise ce terme pour décrire une fonction glandulaire consistant dans la sécrétion et le déversement dans le sang d’un produit indispensable à la vie. Frederic L. Holmes, « La physiologie et la médecine expérimentale », dans Mirko D. Grmek (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, t. 3, Du romantisme à la science moderne, Paris, Seuil, 1999 [1998], p. 89.

29 Jean-Hilaire Keiffer, « Six cas d’avortement graves », BSBGO, 3/10, 1892, p. 195.

30 Voir Mitchinson, « A Medical Debate in Nineteenth-Century English Canada: Ovariotomies », art. cité.

31 « Statistiques des opérations pratiquées du 15 juin 1889 au 31 décembre 1895 », Annales de l’Institut Sainte-Anne, 1/1, 1895.

32 Jean-Hilaire Keiffer, « Étude psycho-physique sur les castrats féminins », Bulletin de la Société d’anthropologie de Bruxelles, 14, 1895-1896, p. 197-208.

33 Voir Edward Shorter, From Paralysis to Fatigue: A History of Psychosomatic Illness in the Modern Era, chap. 3, New York, Free Press, 1992.

34 Charles Jacobs, « Ablation des annexes chez une hystérique », La Clinique, 5, 1891, p. 225.

35 L’usage du terme « symptôme » dénote bien ici la conception négative de la ménopause, perçue comme une pathologie.

36 Elie Lambotte, « Hystérie convulsive depuis vingt ans, Salpyngectomie, guérison », La Clinique, 20, 1891 ; « Conférence à la société médico-chirurgicale du Brabant sur le traitement chirurgical de l’hystérie », La Clinique, 13, 1899, p. 789.

37 Ferdinand Popelin, « Un cas de psychose menstruelle guérie par l’hystérectomie vaginale », BSBGO, 1896.

38 Charles Jacobs, « De la menstruation physiologique et pathologique », La Policlinique, 1892, p. 212.

39 Charles Jacobs, « Folie post-opératoire », BSBGO, 5/1, 1894, p. 163.

40 Glorieux, « La folie post-opératoire et de la manie des opérations chirurgicales (mania operative passiva) chez certains névropathes », La Policlinique, 1894, p. 390.

41 Emily Banks, « From Dog’s Testicles to Mares’ Urine: The Origins and Contemporary use of Hormonal Therapy for the Menopause », Feminist Review, 72, 2002, p. 2-25.

42 Charles Jacobs, « Opothérapie ovarienne », La Policlinique, 1896, p. 842.

43 S. Frédéricq, « Psychoses et gynécologie opératoire », BSBGO, 14/3, 1903-1904, p. 138.

44 Shorter, From Paralysis to Fatigue, op. cit., p. 207.

45 Rufin Schockaert, « Psychopathies d’origine génitale », BSBSGO, 1913, 23/9, p. 263-264.

46 Les notions de toxines et d’intoxication ont une longue histoire en pathologie et dans l’histoire de la notion de dégénérescence. Jean-Paul Gaudillière et Ilana Löwy (éd.), Heredity and Infection. The History of Disease Transmission, Londres/New York, Routledge, 2001.

47 Schockaert, « Psychopathies d’origine génitale », art. cité, p. 266.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tommy De Ganck, « Souffrir de folie ou souffrir à la folie ? », Histoire, médecine et santé, 12 | 2018, 39-56.

Référence électronique

Tommy De Ganck, « Souffrir de folie ou souffrir à la folie ? », Histoire, médecine et santé [En ligne], 12 | hiver 2017, mis en ligne le 28 mai 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/hms/1149 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.1149

Haut de page

Auteur

Tommy De Ganck

Chercheur indépendant

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals