Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Dossier thématique : Médicalisati...Les patient·e·s du docteur Forel

Dossier thématique : Médicalisation de la sexualité

Les patient·e·s du docteur Forel

Une consultation de sexologie épistolaire
Forel’s Patients. An Epistolary Consultation of Sexology
Taline Garibian
p. 57-72

Résumés

Dans le premier tiers du xxe siècle, nombreux et nombreuses sont les patient·e·s qui écrivent au psychiatre suisse Auguste Forel au sujet de sexualité. Ces consultations épistolaires s’inscrivent dans un contexte qui voit les débats concernant la sexualité – comme ceux sur la prostitution ou le contrôle des naissances – gagner la sphère publique. Forel participent largement à cette évolution en publiant dès 1905 un livre destiné au grand public : La question sexuelle. L’étude de la correspondance du médecin montre qui si hommes et femmes écrivent au psychiatre, leurs préoccupations sont souvent bien différentes. Les hommes s’intéressent plus aux dysfonctions sexuelles quand les femmes demandent des informations concernant la procréation. Ces lettres, qui donnent également un aperçu des traitements envisagés par le médecin, dévoilent également le regard critique que portent parfois les patient·e·s sur le savoir produit par les médecins.

Haut de page

Texte intégral

1Les lettres adressées au psychiatre suisse Auguste Forel (1848-1931) abordent dans leur grande majorité des thématiques liées à la sexualité. Elles révèlent un aspect des premiers pas de la pratique sexologique et lèvent le voile sur la manière dont les patient·e·s ou futur·e·s patient·e·s envisagent les troubles dont ils/elles souffrent et interrogent le savoir médical. À l’opposé de la correspondance entre savants, les relations épistolaires entre médecins et patient·e·s en disent souvent plus de la diffusion des savoirs et parfois des croyances dans la population que l’état d’avancement du savoir médical.

  • 1 Séverine Pilloud, Les mots du corps. Expérience de la maladie dans les lettres de patients à un mé (...)

2Dans son ouvrage consacré à la correspondance du médecin vaudois Samuel Auguste Tissot1, Séverine Pilloud a bien montré l’intérêt de ce type de source, non seulement pour l’histoire de la médecine, mais également pour l’histoire sociale et culturelle du corps et de la maladie. En effet, en décrivant les raisons qui les poussent à s’adresser au médecin, les patient·e·s témoignent de leur expérience de la maladie. À cet égard, on peut parler de « culture médicale », tout en restant prudent sur les réalités que ces lettres dévoilent, tout le monde n’écrivant pas à Forel pour lui faire part de difficultés sexuelles. Si les correspondant·e·s du médecin ne constituent certainement pas un échantillon représentatif de la population, il en va de même de la « culture » qu’ils et elles sont susceptibles de véhiculer. La plupart sont issu·e·s des classes moyennes et supérieures même s’il n’est pas rare de voir également des personnes d’un milieu plus modeste écrire au médecin. Il serait hasardeux de tenter de décrire plus précisément le profil de ces correspondant·e·s, tant les informations contenues dans ces lettres sont parfois ténues. Mais on peut toutefois supposer que la plupart sont séduit·e·s par la vision plutôt libérale que défend Forel sur les questions concernant la sexualité. En effet, le psychiatre dispose alors d’une notoriété qui laisse peu de doute sur ses opinions et il est probable que ses personnes s’adressent à lui pour cette raison. Il est certes malaisé de savoir si la correspondance de Forel est plus ou moins similaire à celle que reçoivent ses confrères exerçant l’art médical à la même époque. Mais il est certain que la renommée du Vaudois, en Suisse mais également à l’étranger, en fait un correspondant de choix.

  • 2 Vincent Barras et Martin Dinges, Maladies en lettres. xviie-xxie siècles, Lausanne, BHMS, 2013, p. (...)
  • 3 Ibid., p. 13.
  • 4 Ibid.
  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.

3La correspondance médicale constitue une source relativement rare pour le xxe siècle. Les consultations épistolaires connaissent en effet leur apogée entre le xvie siècle et la fin du xviiie siècle2. Le recul de l’illettrisme contribue alors, entre autres, à démocratiser la pratique de la correspondance3. Outre ces éléments, d’ordres matériel et social, les historiens Vincent Barras et Martin Dinges soulignent également les conditions qui, « rendent pensable, et praticable, la consultation épistolaire comme pratique de lecteur du corps à distance4 ». Pour ces auteurs, les paradigmes nerveux et humoral qui caractérisent la médecine de l’époque moderne constituent un « cadre épistémologique » favorable à ce type de consultations qui font la part belle aux « descriptions symptomatiques détaillées »5. Ainsi, l’abandon progressif de ce cadre épistémologique pourrait expliquer que la pratique tende à s’amoindrir au cours du xixe siècle, le modèle anatomo-pathologique qui se répand alors favorisant l’auscultation comme méthode d’investigation clinique. Mais d’autres facteurs doivent être invoqués comme « la modification des conditions concrètes d’exercice de la médecine, la meilleure accessibilité matérielle aux soins médicaux, l’évolution des paradigmes théoriques et des techniques matérielles de diagnostic6 ». Les lettres adressées au médecin suisse Auguste Forel montrent qu’en dépit de cette tendance, et encore au début du xxe siècle, les patient·e·s sont prompts à prendre la plume avant d’envisager une consultation. La lecture de ces lettres renseigne donc autant sur l’expérience des troubles et de la maladie des patient·e·s que sur le cadre épistémologique qui prévaut dans le domaine de la sexualité. La sexualité constitue peut-être une thématique particulièrement propice aux consultations épistolaires, pour laquelle le modèle anatomo-pathologique s’impose plus tardivement.

  • 7 Ces lettres sont réunies dans deux cartons, l’un contenant les lettres adressées par des femmes et (...)

4La correspondance médicale d’Auguste Forel est conservée au département des manuscrits de la Bibliothèque cantonale universitaire de Lausanne. De cette correspondance, il ne reste que les lettres rédigées par les patient·e·s7. Celles-ci, provenant aussi bien d’hommes que de femmes, rendent compte des questionnements et des difficultés auxquels sont confronté.e.s celles et ceux qui jugent utile de contacter le médecin. Les lettres contenues dans cette correspondance s’étalent sur les trente premières années du xxe siècle, même si elles sont plus rares avant 1910. Les correspondants masculins sont un peu plus nombreux que les correspondantes. Parmi eux/elles, nombreux·ses sont celles et ceux qui ont lu La question sexuelle ou d’autres ouvrages de Forel. On retrouve donc dans ces lettres de multiples références aux travaux du psychiatre et l’emploi d’un certain jargon psychiatrique. Le succès éditorial des écrits de Forel, tout comme ses positions plutôt progressistes en matière de sexualité, expliquent sans doute la facilité avec laquelle on s’adresse à lui. Notons qu’il ne fait, à notre connaissance, aucune publicité autour de son activité épistolaire. Confiés en toute discrétion, les épanchements des patient·e·s se veulent strictement confidentiels. En ce sens, on peut se demander si le recours à l’écrit ne permet pas d’évoquer des choses trop difficiles à verbaliser lors d’un entretien en cabinet.

5Il s’agira d’abord d’identifier les différentes thématiques abordées dans ces lettres en s’intéressant plus particulièrement aux effets du genre dans les préoccupations des patientes et des patients. Nous analyserons dans un second temps la manière dont le savoir médical est mobilisé et parfois même critiqué par les correspondant·e·s de Forel. Cette analyse permet de restituer une vision plus fine de l’incorporation des savoirs dans la culture médicale « populaire » et, à l’inverse, de l’apport des patient·e·s dans la construction du savoir médical.

La sexologie au tournant du siècle

  • 8 Auguste Forel, La question sexuelle, 5e éd., Paris, Masson et cie, 1922.
  • 9 Dagmar Herzog, Sexuality in Europe. A Twentieth-Century History, Cambridge, Cambridge University P (...)

6La correspondance d’Auguste Forel s’inscrit dans un contexte romand qui voit, au début du xxe siècle, la sexualité devenir une question publique autant qu’un champ d’intervention politique. Un certain nombre de problématiques telles que la prostitution et le contrôle des naissances font l’objet de débats publics – qui dépassent largement le cercle des médecins spécialistes – et cristallisent des oppositions politiques. Dans le même temps, on assiste à l’émergence d’une véritable clinique de la sexualité, secteur lucratif qui s’attache à prévenir et soigner les troubles empêchant le coït. Cette clinique de troubles ordinaires – dans le sens où ils ne relèvent pas d’anomalies graves, mais de petits dysfonctionnements – et les ouvrages qui l’accompagnent, à l’image de La question sexuelle, contribuent sans doute à populariser la nouvelle science de la sexualité8. Au début du xxe siècle, la sexualité devient donc un enjeu politique. Selon l’historienne Dagmar Herzog, les débats qui l’entourent alors modifient les pratiques et l’expérience même de la sexualité9.

  • 10 Cette ligue, créée après un premier congrès tenu à Berlin en 1921, réunit, outre Forel, des sexolo (...)

7Le travail de Forel est emblématique de cette période. Natif du Canton de Vaud, Forel dirige l’asile zurichois du Burghölzli et occupe la chaire de psychiatrie de l’Université de Zürich de 1879 à 1898. En 1905, lorsqu’il publie en allemand La question sexuelle (Die sexuelle Frage. Ein naturwissenschaftliche, psychologische, hygienische und soziologische Studie für Gebildete), il est un psychiatre reconnu et respecté. Son ouvrage, de plus de cinq cents pages, traduit en français dès l’année suivante, est régulièrement réédité jusque dans les années 1940. Forel y traite de la sexualité sous de très nombreux aspects, qui vont de l’explication des mécanismes physiologiques de la fécondation aux symptômes de l’inversion sexuelle, en passant par les questions liées au mariage et à la prostitution. Comme c’est le cas d’autres médecins, son intérêt pour la sexualité s’accompagne de prises de position fréquentes et engagées dans les débats politiques et moraux de son temps, sur le contrôle des naissances, la lutte antialcoolique, la répression des délits contre les mœurs, l’eugénisme, etc. Membre du Parti socialiste dès 1916, il est en outre président d’honneur de la Ligue mondiale pour la réforme sexuelle créée en 192810. Les patient·e·s qui prennent contact avec Forel s’adressent donc non seulement au médecin, mais aussi certainement au militant.

Des registres de questions différenciées

8Les thématiques abordées par les patient·e·s sont très proches de celles développées par Forel dans son ouvrage. Mais notons que leur distribution se fait de manière très inégale entre les correspondantes féminines et les correspondants masculins. Une analyse en termes de genre se révèle utile, car si nombre de procédés narratifs et discursifs sont communs à l’ensemble des lettres, les préoccupations des patient·e·s sont loin d’être uniformes.

9Dans leur grande majorité, les femmes font état de difficultés liées à la procréation ou à la contraception tandis que les hommes relatent des troubles liés directement à l’acte sexuel et aux difficultés qu’ils rencontrent à l’accomplir. Il arrive également que des femmes demandent conseil pour des personnes, souvent des hommes, de leur entourage. Dans ce cas, il s’agit le plus souvent de jeunes hommes. La longueur des lettres varie énormément, de quelques lignes à plusieurs pages, mais rares sont les correspondant·e·s pour lesquel·le·s on retrouve plusieurs missives, ce qui laisse penser qu’une réponse a suffi ou qu’une ou plusieurs consultations ont eu lieu à la suite du premier échange.

  • 11 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, (...)
  • 12 Auguste Forel, La morale sexuelle, Lausanne, Éditions de la libre pensée, 1912, p. 4.

10Chez les femmes, les questions relatives au moyen d’éviter une grossesse non désirée sont fréquentes. Ainsi, une femme, issue d’un milieu modeste, s’adresse à Forel dans une lettre non datée, pour demander des précisions au sujet des techniques qui pourraient lui éviter une nouvelle grossesse. Mère de famille nombreuse, la jeune femme explique ne pas pouvoir assumer financièrement la charge d’enfants supplémentaires et ajoute : « nous ne sommes mon mari et moi, ni l’un ni l’autre en âge de pratiquer la continence ». Elle fait état des conseils donnés par une sage-femme pendant sa dernière grossesse : « [elle] m’a dit […] qu’il fallait pour se préserver de la grossesse s’abstenir pendant les 10 jours qui suivent les menstrues qu’ensuite il n’y plus de danger. Nous avons fait ainsi mais voilà une semaine que mes époques devraient apparaître et je n’aperçois encore rien ». Manifestement au fait des positions du médecin sur le contrôle des naissances, elle s’adresse à lui en connaissance de cause : « Voudriez-vous donc, cher docteur, être assez-bon pour m’indiquer la méthode que vous avez préconisée dans vos conférences et même davantage si vous le pouvez »11. Forel est en effet un fervent défenseur du contrôle des naissances mais ses positions rencontrent de vives réactions là où il les expose. Ainsi le médecin dédie-t-il à la Municipalité de Lausanne l’édition française de La morale sexuelle, « en souvenir de l’interdiction dont elle a menacé les conférences sur la question “Peu ou beaucoup d’enfants” et de celle qu’elle a prononcée contre ma leçon “sur la procréation consciente et les moyens de l’obtenir”12 ».

  • 13 Anne-Françoise Praz, De l’enfant utile à l’enfant précieux. Filles et garçons dans les cantons de (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid., p. 414.

11Au début du siècle, un groupe malthusien voit le jour à Genève. Pour les néo-malthusien·ne·s, l’émancipation de la classe ouvrière passe par une diminution du nombre d’enfants par famille. Cela aurait pour conséquence non seulement de réduire les charges pour les ménages, mais également de raréfier la main-d’œuvre et donc de provoquer une hausse des salaires. Ces idées sont notamment relayées dans un supplément mensuel du Peuple suisse publié entre 1908 et 1914. Son titre La vie intime. Hygiène sociale, malthusianisme, question de mœurs ne laisse que peu de doutes sur les idées qui y sont défendues. C’est Valentin Grandjean qui en est à l’origine. Député socialiste au Parlement genevois, il est aussi un membre fondateur de l’Association genevoise pour le suffrage féminin. Le quotidien édité par la Fédération des Unions ouvrières de la Suisse romande, à tendance syndicaliste révolutionnaire, La Voix du peuple, publie lui aussi volontiers des articles sur le néo-malthusianisme, tout comme certaines femmes impliquées dans les luttes ouvrières. C’est le cas par exemple de la secrétaire de l’Union syndicale suisse, Margarethe Faas-Hardegger. Le journal qu’elle dirige, L’exploitée. Organe des femmes travaillant dans les usines, les ateliers et les ménages, paru entre 1907 et 1909, édite de nombreux articles sur les moyens de limiter les naissances. À en croire la rédactrice en chef, ces thématiques rencontrent un succès certain puisqu’en deux mois « plus de quatre cents lettres arrivaient à la rédaction, demandant des conseils hygiéniques ». Cette initiative ne manque pas d’irriter la direction du syndicat pour lequel elle travaille. Les discours sur le contrôle des naissances rencontrent en effet des résistances assez vives de la part des autorités politiques et religieuses en Suisse romande. Mais certains organes se montrent moins réfractaires, comme le journal publié à Lausanne, L’essor social, moral et religieux, qui publie le compte rendu d’une présentation d’Auguste Forel13. Pour autant, le journal reste prudent et « se déclare opposé à une large diffusion des moyens contraceptifs, qu’il estime moralement dangereuse car susceptible de favoriser le libertinage et de fournir prématurément à la jeunesse des excitations malsaines14 ». Le spectre d’une inflation de l’immoralité rend difficile le développement de tels discours. D’ailleurs, l’historienne Anne-Françoise Praz remarque que quel que soit le bord auquel renvoient les discours sur la contraception, ils s’adressent prioritairement aux hommes : « désigné[s] comme seul[s] responsable[s] de la procréation et comme destinataire de l’information malthusienne15 ».

  • 16 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, (...)

12La correspondance de Forel montre que ce sont en premier lieu les femmes qui s’intéressent à la procréation. Bon nombre d’entre elles souhaitent éviter une conception non désirée et d’autres s’inquiètent au sujet de leur fécondité. Le 20 février 1930, une lectrice de La question sexuelle confie au médecin les difficultés qu’elle et son époux rencontrent pour concevoir un enfant. Âgée de 28 ans, mariée depuis quatre ans, elle explique ce qui constitue à ses yeux l’origine du problème : « Imprudemment et sans songer aux conséquences funestes pour moi (ceci se passait l’année qui précéda et celle qui suivit mon mariage) je me suis rendue chez une sage-femme, une avorteuse, qui m’a fait 4 injections dans la matrice en l’espace de 2 ans. Nous ne voulions pas d’enfants et à aucun prix à ce moment-là. Mais maintenant que nous avons changé d’avis, c’est trop tard ». La lettre précise que depuis ces épisodes, cette patiente a fait deux fausses couches qui ont beaucoup découragé les époux. « Nous n’osons pas essayer une troisième grossesse, car l’espoir nous abandonne et ces fausses-couches sont si déprimantes. J’ai consulté un docteur, à ce sujet, qui m’a plutôt découragée en me disant que la médecine est impuissante dans ces cas-là »16. Cette patiente s’adresse donc à Forel pour savoir si ses espoirs d’avoir un enfant sont vains et si toute grossesse se solderait par une fausse couche, ou si au contraire, il faut faire de nouvelles tentatives. Cette lettre adressée à Forel – qui n’est pas spécialisé en gynécologie – l’est certainement parce que ses positions en matière d’avortement sont connues pour être libérales.

  • 17 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, (...)

13Les questions relatives à la procréation sont beaucoup plus rares dans les lettres envoyées par des hommes. On en retrouve toutefois parfois la trace comme dans le cas de ce père de quatre enfants qui contacte Forel en 1907. Il explique : « Ma femme a […] accouché le 28 août, elle a eu le retour des couches le 15 octobre et depuis cette époque elle n’a plus eu ses règles et malgré toute l’attention dans nos rapports conjugaux je redoute qu’elle ne se retrouve en espérance malgré qu’elle nourrit l’enfant aux seins et tout me le fait croire vu les premiers symptômes.[…] Je vous serait infiniment reconnaissant de bien vouloir m’envoyer les indications ou les remèdes nécessaires pour faire revenir ses règles et empêcher toute reproduction ceci pour un certain laps de temps17 ». Mais ce sont plutôt des questions strictement sexuelles qui motivent les hommes à s’adresser à Forel. L’impuissance est fréquemment évoquée chez les correspondants, comme chez cet intellectuel genevois bien connu qui se plaint des difficultés qu’il rencontre à avoir des rapports sexuels : « Plus une seule union complète depuis le début de juin : érections positivement insuffisantes. Grand érotisme psychique et psycho-physique se traduisant par une érection et les sensations associées, mais manque de tonus nerveux suffisant pour arriver au coït ni à l’éjaculation ».

  • 18 Marijke Gijswijt-Hofstra, « Introduction », dans Marijke Gijswijt-Hofstra et Roy Porter, Cultures (...)
  • 19 Angus McLaren, Impotence. A Cultural History, Chicago/Londres, University of Chicago Press, p. 116

14L’impuissance est, au tournant du siècle, l’objet d’une attention particulière de la part des médecins spécialistes de la sexualité. Son diagnostic, souvent adossé au champ des maladies nerveuses, est indissociable des premiers pas de la sexologie. La neurasthénie sexuelle constitue alors une catégorie diagnostique fréquemment employée pour expliquer le manque d’ardeur sexuelle. Popularisée à la fin des années 1860 par l’américain Georges Miller Beard, elle peut concerner un ensemble de troubles variés dont l’origine serait nerveuse ou psychique. Les conditions d’existence liées à la modernité et à « l’avancement de la civilisation » sont, selon Beard, à l’origine de ce mal. Les troubles de la sexualité sont régulièrement associés à la neurasthénie qui, à l’inverse de l’hystérie, constitue un diagnostic peu stigmatisant qui convient certainement mieux à une clientèle masculine aisée ou issue des classes moyennes18. Selon l’historien Angus McLaren, en désignant la modernité comme l’origine de l’impuissance, la neurasthénie a sans doute permis à une frange de la population masculine issue des classes moyennes d’exprimer ses dysfonctions sexuelles19. Plus prompte à se faire soigner dans des établissements privés, cette population constitue une clientèle de choix pour les nombreuses cliniques et cabinets privés installés en Suisse.

  • 20 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, (...)

15Au tournant du siècle, la neurasthénie est donc un mal connu et nombreuses sont les réclames promouvant ouvrages et remèdes. Les patients masculins de Forel y font fréquemment référence, à l’image de cet habitant de Payerne, petite ville proche du canton de Fribourg, qui explique dans une lettre non datée : « Je suis atteint de neurasthénie sexuelle qui commence à se répercuter sur l’état général ». Il semble même que le diagnostic tende à rester prégnant dans l’imaginaire des patient·e·s, même lorsqu’il n’est plus que rarement mentionné par les professionnels de santé. Ainsi un jeune homme de 25 ans, qui écrit du Havre à Forel en 1926, avoue n’avoir « jamais ressenti de désir sexuel ». Il détaille son ascendance et précise que ses « parents n’étaient point des dégénérés ». Il ajoute toutefois qu’il « est bien possible que mon père m’ait procréé sous l’influence de l’alcool et ma mère était à ce moment atteinte d’une neurasthénie consécutive à ses nombreuses grossesses »20. Or si, dans les années 1920 encore, les effets de l’alcoolisme des parents sur leur progéniture demeurent largement décriés, la neurasthénie n’est plus que très rarement évoquée dans les publications médicales.

  • 21 Ibid.

16Globalement, le désir occupe une place importante dans la correspondance des patients qui se tournent vers Forel. Mais il ne s’agit pas uniquement d’une crainte liée à un déficit d’ardeur. Certains s’inquiètent au contraire de leur vitalité en la matière. Un jeune homme de 19 ans écrit en 1919 : « Depuis une année environ, j’ai eu des rapports sexuels normaux, deux fois par mois en moyenne. Si bien que j’en suis arrivé à ne presque plus pouvoir m’en passer. Et pourtant, je voudrais ardemment réussir à restreindre mes désirs afin de me livrer plus complètement à l’étude ; mais je crois que j’aurais beaucoup de difficulté à diminuer la fréquence des orgasmes auxquels je me suis habitué ». Lecteur de La question sexuelle il n’a pas trouvé de réponse à ses questions dans cet ouvrage et souhaite savoir « quel serait donc le besoin normal d’un homme de mon âge […] en moyenne ?21 ».

  • 22 Forel, La question sexuelle, op. cit., p. 246.
  • 23 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, (...)
  • 24 Forel, La question sexuelle, op. cit., p. 249.
  • 25 Robert Muchembled, L’orgasme et l’Occident. Une histoire du plaisir du xvie siècle à nos jours, Pa (...)

17En général, femmes et hommes ne s’adressent pas au médecin pour les mêmes raisons. Les lettres montrent que si l’important élan de vulgarisation médicale en matière de sexualité entamé à la fin du xixe siècle a sans conteste contribué à populariser et à légitimer les questions relatives à la sexualité et à ses éventuels troubles, les préoccupations des patientes et des patients sont souvent opposées. L’attention portée aux dysfonctions sexuelles ne concerne que les hommes et est de fait largement ignorée par les publications médicales. Forel estime pour sa part « qu’il ne peut exister d’impuissance proprement dite chez la femme. Les mêmes interférences ou paralysies mentales que chez l’homme se produisent cependant aussi chez elle, empêchant simplement les sensations voluptueuses et l’orgasme, et déterminant même souvent le dégoût22 ». Les troubles féminins de la sexualité rendant difficile ou empêchant le coït sont d’ordre mécanique et semblent, pour le médecin, relever de la chirurgie. La lettre envoyée à Forel par l’un de ces patients en 1906 va dans ce sens puisqu’il explique : « La suite du petit traitement (élargissement du vagin par le Dr Muret) de ma femme, a eu un résultat attendu et qu’à la fin nos rapports commencent à devenir normaux23 ». À l’inverse le manque d’appétence des femmes pour la sexualité ne semble pas dénoter une réelle pathologie. Selon Forel, les femmes sont « complètement froides au point de vue sexuel, étant donné le caractère normalement passif du sexe féminin dans le coït. C’est bien plutôt la femme très libidineuse qui est pathologique24 ». Comme l’explique Robert Muchembled, « médecins en tête, les penseurs du temps décrivent de plus en plus la femme de bien comme un être sans besoin ni désir sexuel impératif25 ».

Les traitements

18Malheureusement les lettres de ces patient·e·s nous renseignent peu sur les traitements préconisés et il est difficile de cerner la prise en charge proposée par les différentes spécialités médicales. La correspondance de Forel permet toutefois de penser qu’il existe, si ce n’est un réseau, tout au moins une offre thérapeutique tournée vers les troubles masculins, relativement développée en Suisse romande, mais dont l’efficacité semble discutable.

19Une lettre de 1928, écrite par un homme de 33 ans issu d’une famille très aisée nous en donne un aperçu. Elle confirme également que les patient·e·s sont prompt.e.s à ébaucher un diagnostic sur leur propre cas mais qu’une certaine confusion règne quant aux causes invoquées. Lecteur des œuvres de Forel, ce patient ne manque pas de vocabulaire pour décrire sa situation : « Le fait est d’autant plus complexe que je suis atteint de perversion de l’instinct sexuel. Ceci est peut-être héréditaire et inné chez moi mais depuis tout jeune j’ai été masochiste, j’adore la flagellation ». Manifestement convaincu par les écrits médicaux qu’il a lus, il explique les raisons qui le poussent à consulter : « Je voudrais avant tout me guérir de cette mauvaise habitude de la masturbation dont les conséquences sont si pitoyables – déchéance des facultés, la misère physiologique, la perte du sens moral, l’indifférence affective et [un mot] font de moi une épave à l’avenir brisé, au caractère flétri, à la santé ruinée pour qui les véritables joies paraissent à jamais interdites ». Se comparant à Jean-Jacques Rousseau, il décrit le mal qui le ronge et son désespoir semble à la mesure des conséquences de ses habitudes : « Certes, c’est un vice troublant que cette curieuse passion du fouet, ses effets et conséquences sont multiples, elle constitue avant tout un puissant dissolvant psychologique, on en perd le goût pour ses plus chères occupations, l’intérêt que l’on porte à ses travaux, à sa profession, à sa famille, à soi-même diminue progressivement ».

  • 26 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, (...)

20La missive révèle ensuite les noms des différents médecins consultés. Le patient s’est d’abord tourné vers William Boven, un psychiatre lausannois, qui, aux dires du patient, « ne croyait pas [son] cas très grave surtout au point de vue de [sa] tendance masochiste ». Après avoir consulté un médecin – dont on ignore le nom – aux États-Unis où il se trouvait, ce patient s’est ensuite adressé à Henri Flournoy, médecin et psychologue genevois. Ce dernier étant absent, c’est Raymond de Saussure, médecin et psychanalyste, qui l’a finalement reçu. Le patient, qui ne l’a vu qu’une fois, résume l’échange en une phrase : « il était trop jeune et ne m’a pas dit grand-chose ». C’est donc finalement chez le docteur Georges Liengme, dans le Canton de Neuchâtel, que l’intéressé a trouvé conseil : « Comme vous le savez, le Dr Liengme traite par le moral, il vous inculque des principes dont l’application n’est malheureusement pas si aisée »26. Il est difficile d’évaluer à quoi correspond le traitement « par le moral » de Liengme qu’évoque le patient.

  • 27 Georges Rumler, Causes, nature et guérison de la neurasthénie en général ainsi que de la neurasthé (...)
  • 28 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, (...)
  • 29 Ibid.

21En effet, à lire les lettres des patient·e·s, un certain nombre d’informations circulent au sujet de certains médecins ou de tel traitement. C’est peut-être l’un des aspects les plus intéressants de cette correspondance. Il n’est pas rare que des patient·e·s demandent à Forel des informations sur différents praticiens dont les méthodes suscitent une certaine suspicion. Certains patients s’enquièrent ainsi auprès de Forel de la réputation d’un institut dirigé par Georges Rumler, à Genève. Auteur d’un ouvrage destiné au grand public et intitulé Causes, nature et guérison de la neurasthénie en général ainsi que de la neurasthénie des organes génitaux en particulier, ce dernier se présente comme « spécialiste pour les maladies du système nerveux, du sang, de la peau et des organes génitaux »27. Réédité de nombreuse fois, l’ouvrage semble relativement connu, tout comme l’institut – consacré notamment aux maladies des organes de la génération – que dirige l’auteur et dont les mérites sont régulièrement vantés dans la presse locale. Cependant, en 1922, un jeune homme d’une vingtaine d’années expose ses doutes à Forel : « j’ai lu le livre traitant de l’onanisme du Dr Rumler de Genève et frappé par toutes les conséquences du vice, j’ai suivi pendant 6 mois son traitement, toujours en doutant du succès, vu que je me livrai de temps à autre à ma funeste passion et que le traitement fort couteux (frs. 28.- la cure d’un mois) me laissait des doutes sur la sincérité du médecin […] Que pensez-vous de l’institut Rumler à Genève ?28 ». Malheureusement, nous ne disposons pas de la réponse de Forel au sujet de la pratique médicale de son confrère. Un autre patient explique avoir été rassuré par la lecture de l’ouvrage de Forel, qu’il juge beaucoup moins alarmiste que celui de Rumler : « J’ai lu votre livre “La question sexuelle” et c’est avec satisfaction que j’ai constaté que les suites de la masturbation ne sont pas si désastreuses, que l’habitude n’est pas si dégradante, comme on le voit habituellement – j’en conclus que le livre publié à Genève par un Institut, traitant particulièrement cette maladie (si l’on peut appeler cela une habitude maladive) dont vous avez sans doute déjà entendu parler ?, n’est qu’une vulgaire entreprise commerciale29 ».

  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid.

22Du côté des traitements ou solutions proposés par Forel lui-même, la correspondance n’est malheureusement pas très utile puisque les réponses du médecin n’y figurent pas. Néanmoins, les notes marginales griffonnées parfois à même les lettres par le psychiatre donnent quelques indices. Ainsi, il suggère le recours à l’hypnose pour un jeune homme qui pratique l’onanisme depuis l’âge de quinze ans. De l’aveu du patient, les conséquences « ne sont pas si épouvantables », mais il « se fait des reproches de conscience surtout » et considère cet acte comme une « dégradation, une trahison des lois de la nature ». Il précise encore que chez lui, « l’instinct sexuel […] est très fort »30. Un autre jeune homme, habitant à Berne, demande à « venir en consultation […] du 27 au 30 novembre [1928] pour un cas d’homosexualité ». Selon le patient, « une cure » de quelques jours chez le médecin suffirait à améliorer son état : « J’ai l’idée ferme que vous réussirez à me guérir, je n’y arrive pas seul car le désir l’emporte sur la volonté et la pensée dans mes exercices d’autosuggestion ». On perçoit ici l’influence du développement des sciences du psychisme. Les notes de Forel, bien qu’expéditives – « venir ici puis envoyer à [Walter] Morgenthaler31 » – donnent à penser que Forel estime pouvoir soigner l’homosexualité de ce patient.

L’opinion des patient·e·s

  • 32 Paul-Louis Ladame, « Névrose et sexualité », L’Encéphale. Journal de neurologie et de psychiatrie, (...)

23Force est de constater que les patient·e·s ont parfois une idée assez précise des causes des maux dont ils souffrent ainsi que du traitement qui pourrait leur convenir. Les conceptions, parfois confuses, qu’ils et elles se font des thérapies, témoignent de la pénétration des connaissances médicales auprès du public et des approximations auxquelles elle peut donner lieu. À cet égard, les médecins ne sont pas dupes des effets de la vogue des ouvrages sur la sexualité. En 1912, Paul-Louis Ladame, un médecin genevois contemporain de Forel, raille cette tendance : « Depuis quelques années, le marché de la librairie a été véritablement inondé par des publications de toutes sortes, brochures et gros traités, plus ou moins populaires sur la “Question sexuelle”. Vous aurez sans doute, dans vos cabinets de consultations, connu comme moi, les effets de cette littérature érotique contemporaine32 ».

  • 33 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, (...)
  • 34 Forel, La question sexuelle, op. cit., p. 329.

24Si on ignore tout de la patientèle de Ladame, il est clair que la quasi-totalité des patient·e·s qui s’adressent à Forel ont lu son ouvrage et y font référence. Dès lors, ces lettres permettent d’évaluer le degré de familiarité des patient·e·s avec les notions psychiatriques et leur propension à les discuter avec le médecin. En 1923, par exemple, un jeune homme, refusant de s’auto-désigner par le terme « homosexuel », reprend le terme psychiatrique sans se l’approprier : « Je suis ce que vous appelez homosexuel ». Il précise ensuite : « le beau sexe me laisse indifférent et je serais plutôt rendu amoureux par les types de mon âge et c’est un état moral dont je souffre beaucoup » avant de se définir selon un mode sexué et non en fonction de ses attirances sexuelles : « Je suis ce qu’on appelle une “petite fille” et en ai les manières ». L’objet de sa lettre est clair, il s’agit de savoir s’il est possible de le guérir et, à cet effet, il suggère lui-même « l’implantation de glandes sexuelles »33. Il est probable que l’auteur de cette lettre a lu La question sexuelle puisque cette solution est préconisée par Forel lui-même dans la sous-partie consacrée à la psychanalyse, le recours à la transplantation étant présenté comme une alternative à la méthode freudienne. Forel écrit en effet : « D’autre part, les cas indiqués à la p. 27 de notre premier chapitre […] prouvent qu’on peut guérir dans l’adolescence les cas héréditaires d’homosexualité plus ou moins hermaphrodites par la transplantation des glandes sexuelles de l’autre sexe34 ». Ainsi, les patient·e·s s’approprient parfois directement le savoir médical et revendiquent la solution thérapeutique qu’ils et elles jugent opportun d’appliquer.

25Mais les patients, et plus souvent les patientes, écrivent également pour discuter les résultats ou les affirmations du médecin. La correspondance entretenue par Forel et A. est instructive puisqu’elle comprend trois lettres datant de la fin des années 1910, qui attestent d’un véritable échange avec le spécialiste. Dans une première missive, datant vraisemblablement de 1907 ou 1908, cette lectrice de La question sexuelle souhaite manifestement rendre attentif le médecin à certains effets de la contraception notamment sur les relations sexuelles et le plaisir féminin. « Le désappointement physique, peut être sub-conscient, de la femme quand le coït soit interrompu, ou par la capote anglaise ou par la verge retirée ? ». Anticipant l’opinion de Forel qu’elle connaît vraisemblement par son ouvrage, elle ajoute : « Vous dites que l’homme n’en souffre point ; mais n’est-il pas vrai que le fait de la semence étant retenue dans la capote, et non répandue dans le vagin, doit stultifier [sic] le plaisir, ou du moins négative la joie de la fin logique et légitime du coït, pour la femme ? Ou bien est-il vrai que ce plaisir, la consommation, a lieu pour elle avant, ou même sans le contact de la semence avec le vagin ? ». Les manipulations nécessaires à l’emploi de certaines méthodes contraceptives semblent également susciter chez elle un certain scepticisme :

  • 35 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, (...)

Le dégout esthétique qu’éprouvent beaucoup de femmes (et des hommes sensibles aussi) à l’idée des préparations, arrangements (introduction des éponges, seringues, nettoyages des capotes, etc.) qu’exigent ces précautions. Vous citez qu’une idée de ridicule ou de malaise peut détruire tout désir. Je peux constater ceci. Pour bien des (la plupart ?) femmes, le coït n’est pas désiré comme une chose à part – mais comme l’apothéose, le symbole de l’amour, ou plutôt la base physique nécessaire à une vie d’amour double. […] Tous ces soins que la propreté et l’efficacité demandent, nécessitant lumière, bruit, antiklimax, détruisent l’idéalisme et la beauté de ces heures. Je connais même des femmes très érotiques qui renonceraient plutôt au coït, que de subir ces distractions, faites comme nous le disons « in cold blood »35.

  • 36 Ibid.

26Dans ce cas, le dialogue avec le médecin s’apparente plus à un échange de vues. C’est aussi le cas en 1929, lorsqu’une autre femme souhaite partager avec Forel son expérience de la contraception : « Je lis justement votre livre Sexuelle Frage. À la page 496, vous mentionnez les moyens préservatifs concernant les Sicherheitsovale en beurre de cacao et quinine, vous dites ne pas avoir d’expérience et ne pas avoir confiance en ce moyen. Permettez-moi que je vous dise que je les utilise depuis 7 ans, tous les 2-3 jours et jamais je n’ai été enceinte36 ».

*

27Ces lettres montrent que les questions relatives à la sexualité, émanant de personnes des deux sexes, concernent souvent des thématiques différentes. Aux hommes la majeure partie des questions liées à l’acte sexuel et aux femmes celles concernant la procréation. Sans surprise, la sexualité féminine n’est pas souvent pensée autrement que sous le prisme de la reproduction.

28En revanche, il est plus étonnant de constater que les patient·e·s s’attachent non seulement à poser des questions, mais entendent aussi parfois discuter et débattre avec le médecin. Nombreux·ses sont celles et ceux qui ont lu l’ouvrage de Forel ou d’autres écrits médicaux. Le recours au jargon médical n’est pas rare et la formulation d’hypothèses fréquente. On ne peut donc conclure à un mouvement unilatéral du savoir des médecins vers les patient·e·s ou la population. Au contraire, il semble qu’on assiste à une certaine appropriation doublée de critique du savoir de la part des correspondant·e·s de Forel. D’ailleurs, les patient·e·s n’hésitent pas à mettre en doute et à confronter les méthodes des soignants qui leur paraissent suspectes. Ce constat est intéressant du point de vue médical ou scientifique, dans la mesure où il traduit une « certaine » co-élaboration du savoir. Nombreux·ses sont celles et ceux qui invoquent leur propre expérience ou celle de proches pour étayer leur point de vue et rien ne dit que ces confidences, faites par courrier, n’influencent pas l’opinion du docteur. D’un point de vue social, cette attitude traduit aussi une certaine distance face au savoir/pouvoir médical.

29En outre, la clinique de la sexualité que révèlent ces lettres s’apparente plus à une clinique des troubles ou des préoccupations « ordinaires ». La plupart des sujets abordés dans ces lettres – l’impuissance, la masturbation, la contraception et la procréation et quelques cas d’homosexualité – sont donc le plus souvent loin de la psychopathologie sexuelle et de la figure repoussoir du pervers qui ont beaucoup capté l’attention des historien·ne·s de la sexualité et de la psychiatrie. Ce ne sont pas non plus des troubles qui nécessitent une hospitalisation. Le recours à un médecin privé permet certainement, outre la discrétion, d’aborder ces thématiques sans passer par l’expérience plus stigmatisante du dispensaire, voire de l’asile.

30Le travail clinique et théorique de Forel est loin de constituer une exception. En Suisse romande, alors que le tourisme médical se développe, plusieurs cliniques proposent des traitements visant à soigner les troubles de la « génération », à grand renfort de publicité. La « publicisation » des questions sexuelles, non seulement au plan médical, mais également politique, a sans doute favorisé l’expression de ces patient·e·s.

Haut de page

Notes

1 Séverine Pilloud, Les mots du corps. Expérience de la maladie dans les lettres de patients à un médecin du xviiie siècle: Samuel Auguste Tissot, Lausanne, BHSM, 2013.

2 Vincent Barras et Martin Dinges, Maladies en lettres. xviie-xxie siècles, Lausanne, BHMS, 2013, p. 12.

3 Ibid., p. 13.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Ces lettres sont réunies dans deux cartons, l’un contenant les lettres adressées par des femmes et l’autre celles rédigées par des hommes. Pour des raisons de confidentialité, tous les passages cités sont anonymisés. Voir Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, IS 1925/III/G/1 (femmes) et IS 1925/III/G/2 (hommes).

8 Auguste Forel, La question sexuelle, 5e éd., Paris, Masson et cie, 1922.

9 Dagmar Herzog, Sexuality in Europe. A Twentieth-Century History, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

10 Cette ligue, créée après un premier congrès tenu à Berlin en 1921, réunit, outre Forel, des sexologues de renom comme Magnus Hirschfeld et Henry Havelock Ellis. Elle promeut une réforme des normes entourant la sexualité basée sur la recherche scientifique. Parmi les buts poursuivis, on retrouve, par exemple, l’égalité politique, économique et sexuelle entre homme et femme, l’accès à la contraception, ou encore « l’application des connaissances eugénistes » afin « d’améliorer la race ». La ligue se dissout en 1935, peu après la mise à sac par les nazis de l’institut dirigé par Hirschfeld à Berlin. Voir notamment Florence Tamagne, « La Ligue mondiale pour la réforme sexuelle : la science au service de l’émancipation sexuelle ? », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 22, 2005, p. 101-121.

11 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, IS 1925/III/G/1.

12 Auguste Forel, La morale sexuelle, Lausanne, Éditions de la libre pensée, 1912, p. 4.

13 Anne-Françoise Praz, De l’enfant utile à l’enfant précieux. Filles et garçons dans les cantons de Vaud et Fribourg (1860-1930), Lausanne, Antipodes, 2005, p. 399.

14 Ibid.

15 Ibid., p. 414.

16 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, IS 1925/III/G/1.

17 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, IS 1925/III/G/2.

18 Marijke Gijswijt-Hofstra, « Introduction », dans Marijke Gijswijt-Hofstra et Roy Porter, Cultures of Neurasthenia. From Beard to the First World War, Amsterdam/New York, Rodopi, 2001, p. 10.

19 Angus McLaren, Impotence. A Cultural History, Chicago/Londres, University of Chicago Press, p. 116.

20 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, IS 1925/III/G/2.

21 Ibid.

22 Forel, La question sexuelle, op. cit., p. 246.

23 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, IS 1925/III/G/2.

24 Forel, La question sexuelle, op. cit., p. 249.

25 Robert Muchembled, L’orgasme et l’Occident. Une histoire du plaisir du xvie siècle à nos jours, Paris, Seuil, 2005, p. 236. Sur les conceptions du plaisir féminin et les évolutions qu’elles connaissent sous l’influence des savoirs sur la reproduction et notamment sur l’ovulation spontanée dès les années 1840, voir Thomas Laqueur, « Orgasm, Generation, and the Politics of Reproductive Biology », Representations, 14, 1986, The Making of the Modern Body: Sexuality and Society in the Nineteenth Century, p. 1-41.

26 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, IS 1925/III/G/2. Liengme, infirmier de formation, s’est initié à la médecine à Berne. Après avoir été missionnaire en Afrique, il s’installe à Vaumarcus, sur les rives du lac de Neuchâtel, et ouvre une clinique destinée à traiter les maladies nerveuses.

27 Georges Rumler, Causes, nature et guérison de la neurasthénie en général ainsi que de la neurasthénie des organes génitaux en particulier, 16e éd., Genève, G. Rumler, 1903.

28 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, IS 1925/III/G/2.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Paul-Louis Ladame, « Névrose et sexualité », L’Encéphale. Journal de neurologie et de psychiatrie, 8, 1913, p. 167.

33 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, IS 1925/III/G/2.

34 Forel, La question sexuelle, op. cit., p. 329.

35 Bibliothèque cantonale universitaire (Lausanne), département des manuscrits, fonds Auguste Forel, IS 1925/III/G/1.

36 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Taline Garibian, « Les patient·e·s du docteur Forel »Histoire, médecine et santé, 12 | 2018, 57-72.

Référence électronique

Taline Garibian, « Les patient·e·s du docteur Forel »Histoire, médecine et santé [En ligne], 12 | hiver 2017, mis en ligne le 28 mai 2018, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/1161 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.1161

Haut de page

Auteur

Taline Garibian

Post-doctorante, Université d'Oxford

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search