Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Dossier thématique : Médicalisati...La médecine sexuelle : genèse d’u...

Dossier thématique : Médicalisation de la sexualité

La médecine sexuelle : genèse d’une spécialisation médicale ?

Sexual medicine: the onset of a medical specialization?
Alain Giami
p. 131-147

Résumés

La médecine sexuelle a connu un fort développement dès le début des années 1980 avec la découverte des traitements pharmacologiques de l’érection. On a assisté alors à l’arrivée des urologues et des endocrinologues. Sur le plan scientifique, les enjeux principaux de cette médecine sexuelle se situent désormais du côté de la recherche physiologique et endocrinologique concernant les fonctions sexuelles masculine et féminine, la recherche clinique biomédicale, les conséquences des maladies et des déficiences sur l’accomplissement de la fonction sexuelle, l’homologation des médicaments pour les traitements des troubles sexuels féminins, et de l’usage de la testostérone pour les hommes et pour les femmes. La médecine sexuelle est confrontée à la question de sa reconnaissance académique comme spécialité médicale, et au développement de la formation des médecins.

Haut de page

Texte intégral

1La médecine sexuelle ne constitue pas pour l’instant, en Europe occidentale et en France en particulier, une spécialité médicale de plein droit, sanctionnée par un diplôme d’études spécialisées (DES) ou un diplôme d’études spécialisées complémentaires (DESC), soit par un diplôme reconnu par les autorités hospitalo-universitaires. Il n’existe pas de chaires professorales hospitalo-universitaires fonctionnant sous cet intitulé. Et pourtant, cette discipline en cours d’émergence présente des caractéristiques qui lui permettent de prétendre à ce statut. La médecine sexuelle donne lieu à des publications scientifiques, à des revues de haut niveau scientifique, à des colloques et des séminaires internationaux qui attirent des milliers de participants ; elle est adossée à un corpus de connaissances regroupées dans des traités et des manuels ; enfin elle est exercée principalement par des médecins bénéficiant de formations universitaires (nationales et européennes).

  • 1 Georges Weisz, « Naissance de la spécialisation médicale dans le monde germanophone », Actes de la (...)

2Retraçant l’histoire de la notion de spécialisation, Georges Weisz rappelle qu’au xixe siècle, la recherche et l’enseignement médical étaient considérés comme une forme de spécialisation de l’activité du médecin par rapport à la pratique médicale stricto sensu. Ce n’est qu’à partir du début du xxe siècle que la spécialisation entendue comme l’apparition et la segmentation des disciplines médicales s’est imposée comme la forme dominante de la pratique médicale. Trois conditions préalables ont été nécessaires : le rapprochement de la chirurgie et de la médecine, l’émergence d’un « désir collectif d’étendre le champ de la science médicale » et l’apparition de rationalités administratives et de gestion de la santé dans les pays en cours d’industrialisation1. Patrice Pinell souligne quant à lui la relative complexité du processus socio-historique de la spécialisation médicale :

  • 2 Patrice Pinell, « Champ médical et processus de spécialisation », Actes de la recherche en science (...)

La spécialisation est un processus de division du champ médical en sous-ensembles de pratiques susceptibles au départ de revêtir des formes variées et aboutissant ou non à la constitution d’une spécialité instituée et reconnue comme légitime par les institutions dominant le champ. […] Les facteurs qui déterminent l’émergence d’un sous-espace spécialisé ou qui interviennent sur son développement pour en modifier le cours peuvent être de tous ordres (scientifiques, techniques, économiques, politiques, etc.) et différents selon les sous-espaces. […] Le processus de division en sous-espaces spécialisés est en partie déterminé par l’état existant des connaissances, des techniques, des institutions et de la structure des rapports de position des agents au sein du champ médical2.

  • 3 Jane Russo, « A terceira onda sexológica: Medicina Sexual e farmacologisação da sexualidade », Sex (...)

3Ces analyses qui resituent la médicine sexuelle dans le cadre plus général de la médecine se situent dans une perspective différente de celle développée par Jane Russo qui qualifie la médecine sexuelle de « troisième vague de la sexologie » caractérisée par une forme de biologisation et d’une re-médicalisation de la sexologie et par le passage d’une sexologie centrée sur la sexualité féminine à une sexologie davantage focalisée sur les troubles sexuels des hommes3.

  • 4 Erwin Haeberle et Rolf Gindorf (dir.), Sexology Today: A Brief Introduction, Berlin, DGSS, 1993.
  • 5 Alain Giami, « Les formes contemporaines de la médicalisation de la sexualité », dans Samir Yaya ( (...)
  • 6 Adele Clarke, Laura Mamo, Jennifer Ruth Fosket, Jennifer Fishman et Janet Shim (dir.), Biomedicali (...)
  • 7 Simon J. Williams, Paul Martin et Jonathan Gabe, « The pharmaceuticalisation of society? A framewo (...)
  • 8 Georges Lanteri Laura, Lecture des perversions. Histoire de leur appropriation médicale, Paris, Ma (...)

4Cet article vise à analyser l’émergence d’une nouvelle spécialisation médicale, la médecine sexuelle, à la fin du xxe siècle. La médecine sexuelle s’inscrit à la fois dans le prolongement de la sexologie des années 1970 et en rupture avec elle. Cette dernière se présentait comme un ensemble pluridisciplinaire associant des disciplines médicales et des disciplines des sciences sociales et psychologiques4, s’intéressant aux dysfonctions et aux difficultés sexuelles féminines et du couple et privilégiant les approches thérapeutiques psycho-sexologiques. Depuis le début des années 1980, on observe un processus de « médicalisation5 », de « bio-médicalisation6 » et de « pharmacologisation7 » de cette sexologie. Ce phénomène peut être décrit comme l’« appropriation médicale » de la sexologie et du traitement des « pathologies sexuelles »8 s’inscrivant dans un nouvel ensemble pluridisciplinaire, plus strictement restreint aux disciplines médicales, qui correspond à son annexion comme une sous-spécialité médicale de l’urologie et de l’endocrinologie. Cette re-médicalisation de la sexologie s’est dans un premier temps focalisée sur les problèmes érectiles avant de s’intéresser aux troubles de la fonction sexuelle féminine (Female Sexual Dysfonction, FSD). Cette hypothèse est discutée à partir de l’analyse du développement global de la médecine sexuelle au plan international et des organisations qui en assurent le développement et de son institutionnalisation en France.

Écrire l’histoire de la médecine sexuelle

  • 9 Fabiola Rohden, Jane Russo et Alain Giami, « Novas tecnologias de intervenção na sexualidade: o pa (...)
  • 10 Alain Giami, « De l’impuissance à la dysfonction érectile. Destins de la médicalisation de la sexu (...)
  • 11 Allison Spurgas, « Interest, arousal, and shifting diagnoses of female sexual dysfunction, or: How (...)
  • 12 Michel Erlich, « La chirurgie sexuelle en France : aspects historiques », Sexologies, 16, 2007, p. (...)
  • 13 Michael Perelman, « The history of sexual medicine », dans Deborah Tolman, Lisa Diamond, José Baue (...)
  • 14 Ronald Lewis et Gorm Wagner, « History of the International Society of Sexual Medicine (ISSM)—The (...)
  • 15 Dirk Schultheiss, Sydney Glina, « Highlights from the History of Sexual Medicine », Journal of Sex (...)
  • 16 John Bancroft, « A History of Sexual Medicine in the United Kingdom », Journal of Sexual Medicine, (...)
  • 17 Mireille Bonierbale et Jacques Waynberg, « 70 ans de sexologie française », Sexologies. Revue euro (...)

5Il est difficile de dater avec précision les premières manifestations du champ de la médecine sexuelle qui regroupe des connaissances scientifiques médicales, des pratiques professionnelles, des organisations professionnelles et scientifiques et des professions. On trouve peu d’études sur la médecine sexuelle – considérée comme un champ structuré, menées par des historiens ou des anthropologues9. On trouve par contre des ouvrages et des articles qui portent sur différentes pathologies (l’impuissance ou la frigidité) qui entrent dans le champ d’intervention de la médecine sexuelle10, sur les troubles sexuels féminins11 ou encore sur les techniques chirurgicales12. Michael Perelman – un psychologue clinicien nord-américain très impliqué dans la sexologie et la médecine sexuelle – a retracé l’émergence de la médecine sexuelle aux États-Unis en la resituant dans la perspective de la sexologie et de la culture américaines. Il cite des auteurs comme Kinsey, Masters & Johnson, Kaplan, Alex Comfort et… Hugh Hefner (le fondateur de la revue Play Boy) et tente de construire une perspective intégrative visant à réunir les thérapeutes sexuels (le plus souvent des psychologues) qui travaillent avec un modèle biopsychosocial laissant la place à des interventions médicales ou chirurgicales et les praticiens de la médecine qui considèrent comme nécessaire le recours au conseil (counseling) comme complément de leur pratique13. Ce point de vue « intégratif » n’est pas partagé par les urologues, les endocrinologues, ou les psychiatres et publiées dans les revues de médecine, en particulier dans le Journal of Sexual Medicine, organe de l’International Society for Sexual Medicine (ISSM). Une section de cette revue est consacrée à des travaux historiques publiés principalement par des médecins membres de cette société qui manifestent un gout pour une histoire érudite de leurs pratiques et de leurs disciplines. Le comité de direction de l’ISSM comprend d’ailleurs en son sein un « historien officiel » – Ronald Lewis – qui a publié plusieurs articles sur l’histoire de cette société savante et ses principaux acteurs14. Dirk Schultheiss, urologue allemand, a pour sa part rédigé des monographies sur l’histoire des idées et des découvertes médicales dans ce domaine15. Par ailleurs, un groupe de médecins et scientifiques britanniques a publié, dans les années 2000, des témoignages sur leur itinéraire professionnel et personnel dans le domaine de la sexologie et la médecine sexuelle16. Mireille Bonierbale et Jacques Waynberg, figures marquantes de la sexologie française contemporaine ont écrit une histoire de cette sexologie fondée sur leur témoignage et marquant une volonté de progrès vers plus de scientificité17.

6Au-delà des publications scientifiques accessibles dans les principales bases de données, on dispose d’un certain nombre de documents (bulletins associatifs, comptes rendus de réunions, photos, conférences de consensus), qui ont été collectés sur Internet ou dans les congrès des sociétés savantes. Il est donc possible de se livrer à un premier repérage de l’histoire de la médecine sexuelle en confrontant l’histoire écrite par les acteurs de la discipline – une histoire positiviste retraçant les progrès de la science et la construction des institutions – avec des documents d’archives qui permettent de recouper les informations et les interprétations données par les historiens « officiels ». Ces différents matériaux autorisent l’écriture de cette histoire à différents niveaux : (1) des portraits de personnages significatifs de ce champ du fait de leur activité médico-scientifique, (2) les principales idées scientifiques et médicales, (3) les organisations (associations professionnelles et scientifiques, nationales, régionales ou globales) que les praticiens de la médecine sexuelle ont construit pour structurer et valoriser leurs activités et (4) les rapports avec les institutions académiques et étatiques.

La préhistoire de la médecine sexuelle et la place de la chirurgie pénienne

  • 18 Gee, « A history of surgical treatment of impotence », art. cité.
  • 19 Gerard Henry, « Historical Review of Penile Prosthesis Design and Surgical Techniques: Part 1 of a (...)
  • 20 Alain Giami et Gert Hekma, Révolutions sexuelles, Paris, La Musardine, 2015.
  • 21 Erlich, « La chirurgie sexuelle en France : aspects historiques », art. cité.

7Certains historiens considèrent que la médecine sexuelle a débuté dans l’antiquité égyptienne avec le développement des premières techniques de chirurgie pénienne18, alors que d’autres font remonter l’histoire de cette chirurgie au début des années 1930 aux États-Unis19. Erlich distingue ainsi deux périodes dans l’histoire de la chirurgie sexuelle. La première s’inscrit dans l’héritage des Lumières et s’étend de la fin du xviiie siècle au milieu du xxe siècle. L’essentiel de la chirurgie sexuelle est alors constitué par la circoncision, l’excision, la castration, la stérilisation et la greffe sexuelle visant au rajeunissement des hommes. La seconde période participe de la « révolution sexuelle » et s’étend du milieu du xxe siècle à nos jours20. Elle comprend toujours la circoncision masculine mais inclut désormais les chirurgies de réassignation sexuelle ainsi que les chirurgies de l’apparence et du plaisir visant au remodelage des organes génitaux21.

  • 22 Jean Real, Voronoff, Paris, Stock, 2001.

8Shulteiss et Glina retracent une historiographie qui inclut la croisade anti-masturbatoire du xviiie siècle, les travaux de Mantegazza en Italie sur la mesure de la puissance sexuelle et le plaisir ou de Lallemand en France au xixe siècle sur les spermatorrhées, les travaux de Krafft Ebing sur les perversions sexuelles et la psychiatrie médico-légale, ceux de W. Acton, en Angleterre sur les organes de la fonction sexuelle, les premiers travaux de Hirschfeld sur les intersexes et les travestis, la chirurgie d’implantation de testicules de singe en vue de la réjuvénation par Voronoff22 et les travaux sur la psychiatrisation de l’homosexualité au début du xxe siècle. Ces recherches s’insèrent dans l’histoire des spécialités médicales dont relèvent leurs auteurs sans que les historiens de la médecine sexuelle n’établissent de lien entre elles.

La sexologie médicale

  • 23 Gilbert Tordjman, Christiane Verdoux et Jean Cohen, Encyclopédie de la vie sexuelle de la physiolo (...)

9La sexologie, dont on considère qu’elle est apparue à la charnière des xixe et xxe siècles, est rarement incluse dans l’histoire de la médecine sexuelle telle qu’elle est écrite par les historiens officiels. Le Congrès mondial de sexologie médicale, considéré comme le moment fondateur du renouveau de la sexologie moderne et de la création de la WAS (World Association for Sexual Health, Association mondiale de sexologie devenue, en 2003, Association mondiale pour la santé sexuelle), a été organisé à Paris en 1974 par des gynécologues regroupés autour d’Albert Netter (un professeur de gynécologie) et de Jacqueline Kahn-Nathan qui se fera connaître plus tard comme coauteure de l’Encyclopédie de la vie sexuelle avec le sexologue français Gilbert Tordjman23. La discipline qui se développe au début des années 1970 associe des psychiatres, des urologues, des gynécologues, mais aussi des physiologistes et des psychologues et permet une certaine diversification des approches et notamment l’ouverture à l’abord médical des troubles sexuels masculins et féminins. À partir de là, la sexologie médicale et la médecine sexuelle vont connaître des destins parallèles avec peu de contacts entre elles. La sexologie continue à s’orienter vers la pluridisciplinarité en incluant au fil du temps les psychothérapies et les techniques de conseil, la santé sexuelle et les droits sexuels tandis que la médecine sexuelle s’oriente vers une pluridisciplinarité interne aux disciplines médicales telles que la chirurgie, l’endocrinologie, l’urologie et, dans une moindre mesure, la psychiatrie.

Érection : de la vascularisation au sildénafil (1970-1998)

  • 24 Eli Lizza, « Adrian Walton Zorgniotti (1925-1994): Renaissance Urologist », Journal of Sexual Medi (...)
  • 25 Ronald Virag, « Intracavernous injection of papaverine for erectile failure », The Lancet, 8304, 1 (...)
  • 26 Laurence Klotz, « How (not) to communicate new scientific information: a memoir of the famous Brin (...)

10La majorité des auteurs nord-américains s’accorde à reconnaître que la médecine sexuelle moderne a pris son essor avec le développement des travaux sur la vascularisation du pénis et la physiologie de l’érection. Dans les années 1970, Vaclav Michal, un chirurgien vasculaire travaillant à Prague, avait déjà publié plusieurs articles sur la revascularisation des corps caverneux et Jean-François Ginestié, un médecin français de Montpellier avait, pour sa part, publié un ouvrage sur les explorations radiologiques de l’impuissance. Une équipe danoise réunie autour de Gorm Wagner travaillait aussi sur ces questions dans une approche physiologique. À la fin des années 1970, une communauté de chercheurs et de cliniciens commence à se former, à se réunir et à s’organiser. Une première réunion intitulée The First International Conference on Corpus Cavernosum Revascularization est organisée à New York en octobre 1978 par deux urologues américains : Adrian Zorgniotti et Giuseppe Rossi24. Suite au succès de cette première conférence, une deuxième réunion est organisée deux ans plus tard, en 1980, à Monaco. Cette conférence qui regroupe vingt-cinq participants permet de jeter les bases scientifiques de la médecine de l’érection. Une troisième réunion a lieu en 1982 au Danemark sous la houlette de Gorm Wagner à l’issue de laquelle est créée l’International Society for Impotence Research (ISIR). Ces différents travaux sont concomitants de la découverte accidentelle par Ronald Virag, en 1982, des effets de la papavérine en injection intracaverneuse. Virag, qui se présente comme « médecin chirurgien en sexologie », dirige à Paris un cabinet médical spécialisé en chirurgie et en cardiologie et c’est dans ce contexte qu’il aborde les questions de médecine sexuelle. Depuis 2011, il est membre de l’Académie nationale de chirurgie (chirurgie vasculaire). Il est l’auteur de l’ouvrage Le sexe de l’Homme réédité plusieurs fois et dans lequel il expose sa vision très physiologique du fonctionnement pénien25. L’année suivante, en 1983, lors du congrès de l’Urodynamics Society à Las Vegas, Giles Brindley, un urologue anglais, démontre, en pratiquant en public sur lui-même une injection intracaverneuse, les effets immédiats de la papavérine sur l’érection26. Au même moment, un groupe d’urologues de Boston dirigé par Robert Krane et Irwing Goldstein publie les Seminars in Urology consacrés aux questions liées au fonctionnement de l’érection. Quelques années plus tard, en 1989, l’équipe de l’ISIR lance le premier numéro de l’International Journal of Impotence Research. En 1995, l’European Society for Impotence Research (ESIR) – la section européenne de l’ISIR – est créée, et son premier congrès a lieu à Porto Carras (Grèce). Gorm Wagner en est le premier président.

L’arrivée de l’industrie pharmaceutique : le sildénafil

  • 27 M. Boolell, MJ Allen, SA Ballard, S. Gepi-Attee, GJ Muirhead, AM Naylor, et al., « Sildenafil: an (...)
  • 28 Raymond C. Rosen, Alan Riley, Gorm Wagner, Ian H. Osterloh, John Kirkpatrick et Avanish Mishra, «  (...)
  • 29 Giami, « De l’impuissance à la dysfonction érectile… », art. cité.
  • 30 Alain Jardin, Gorm Wagner, Saad Khoury, François Giuliano, Harin Padma-Nathan et Raymond C. Rosen, (...)

11Parallèlement aux travaux de ces différents groupes, l’industrie pharmaceutique élabore de nouvelles molécules et, parmi celles-ci, le sildénafil qui donne des résultats prometteurs27. Une échelle d’évaluation diagnostique de la dysfonction érectile est mise au point par une équipe pluridisciplinaire soutenue par l’industrie pharmaceutique28. Tout ceci aboutit à la mise sur le marché international du Viagra, en 199829. La même année, le Prix Nobel de physiologie et médecine est décerné conjointement à Robert F. Furchgott, Louis J. Ignarro et Ferid Murad pour la découverte du « monoxyde d’azote comme molécule signal dans le système cardio-vasculaire ». En 1999, la première Consultation internationale sur la dysfonction érectile a lieu à Paris, soutenue par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’ISIR et la Société internationale d’urologie. Les actes sont publiés en 200030.

12Cette première phase de l’histoire de la médecine sexuelle est fondée sur le développement des travaux sur la vascularisation du pénis et sur le traitement des troubles de l’érection au moyen de techniques chirurgicales, avant la mise au point de médicaments spécifiques. Elle est animée par un petit nombre de cliniciens et de chercheurs disséminés dans différents pays européens (Danemark, États-Unis, France, Tchécoslovaquie) mais aussi en Amérique Latine et aux États-Unis. Elle se conclut par le développement des traitements pharmacologiques, notamment par la mise sur le marché du sildénafil (Viagra), qui révèlent la montée en puissance des traitements pharmacologiques face aux techniques chirurgicales et surtout face aux psychothérapies sexologiques qui constituaient jusqu’alors les principaux traitements des troubles sexuels masculins aussi bien que féminins. Ces travaux sont relayés par un groupe de médecins, urologues et de physiologistes qui créent les organisations qui permettent leur diffusion et leur expansion et développent une véritable activité entrepreneuriale. L’industrie pharmaceutique, peu présente lors des premiers travaux sur la vascularisation du pénis, fait son entrée, à partir de 1996, avec le développement du Viagra produit par Pfizer. L’influence de l’industrie pharmaceutique et son soutien aux urologues facilitent la conquête par ces derniers d’une position hégémonique dans le champ de la sexologie : la médecine sexuelle en vient ainsi à dominer la sexologie des années 1970 et contribue à sa médicalisation au détriment des approches pluridisciplinaires et du développement des différentes formes de psychothérapie et de conseil.

La sexualité féminine au seuil de la médecine sexuelle (1998-2003)

13Le retentissement international de la mise sur le marché du Viagra et la perspective d’un développement des traitements pharmacologiques des troubles sexuels fait apparaître, pour les promoteurs de la médecine sexuelle, la nécessité de sortir du champ de l’érection et de l’impuissance masculine pour inclure les questions liées à la sexualité féminine – terra incognita par excellence – dans le champ de la médecine sexuelle. La prise en compte de la fonction sexuelle féminine nécessite cependant une ouverture aux dimensions psychologiques et relationnelles sans lesquelles il s’avère impossible, aux plans politique et culturel, d’aborder la sexualité féminine. John Bancroft, un médecin psychiatre britannique qui a dirigé le Kinsey Institute (Bloomington, Indiana) entre 1995 et 2004, établit une cartographie de la médecine sexuelle en Angleterre à partir du début des années 1960. Il définit quatre axes distincts :

  1. la perspective psychanalytique et psychosomatique centrée sur les troubles sexuels et marquée par la création de l’Institute of Psychosexual Medicine en 1974 ;

  2. les thérapies sexuelles comportementales inspirées des travaux de Masters & Johnson et mobilisées dans le cadre du conseil conjugal, très répandu au Royaume-Uni ;

  3. des travaux de physiologie sexuelle sur les fonctions sexuelles masculine et féminine développés autour de Roy Levin à l’Université de Sheffield ;

    • 31 Bancroft, « A History of Sexual Medicine in the United Kingdom », art. cité.

    l’implication de quelques urologues dans les traitements chirurgicaux des troubles de l’érection31.

Ces ouvertures et l’expérience britannique relatée par Bancroft constituent un contexte épistémique permettant de penser l’entrée de la sexualité, dans le giron de la médecine sexuelle.

  • 32 Rosemary Basson et al., « Report of the international consensus development conference on female s (...)
  • 33 Irwin Goldstein, Cindy M. Meston, Susan Davis et Abdulmaged Traish (dir.), Women’s sexual function (...)
  • 34 Alain Giami, « Fonction sexuelle masculine et sexualité féminine. Permanence des représentations d (...)

14En 1997 et 1998, deux premières réunions centrées sur les troubles et les dysfonctions sexuelles féminines soutenues par l’American Foundation for Urologic Disease ont lieu à Cape Cod (Massachussetts). Une autre réunion se tient à Amsterdam en août 1998 au cours de laquelle un panel international de dix-neuf experts formé de spécialistes des disciplines habituelles de la médecine sexuelle mais aussi d’infirmières, de pharmaciens, de spécialistes de médecine familiale et de la médecine de rééducation est constitué. La conférence de consensus organisée à Boston le 22 octobre 1998 est placée sous l’autorité de Rosemary Basson. Elle aboutit à la proposition d’une nouvelle classification des troubles sexuels féminins (FSD), à l’identification des besoins en matière de recherche et d’essais cliniques, et à l’évaluation des instruments et des échelles diagnostiques disponibles32. Deux autres réunions se tiennent par la suite, toujours à Boston, et donnent lieu à la fondation de l’International Society for the Study of Women’s Sexual Health (ISSWSH) qui parvient très rapidement à nouer des liens avec les principales sociétés de médecine sexuelle et de sexologie. Tout en collaborant de façon très étroite avec l’ISSM33, l’ISSWSH promeut ainsi une position plus ouverte incluant les dimensions psychologiques et relationnelles, moins développées en médecine sexuelle masculine34.

15Les principales sociétés internationales entreprenent alors de modifier leur intitulé ; tout en conservant le champ de l’impuissance, elles le qualificatif de « sexuel », stratégie visant à inclure les questions liées aux troubles sexuels des femmes dans le champ de la médecine sexuelle. Lors du congrès tenu à Perth (Australie) en 2000, l’ISIR change ainsi de nom pour devenir l’International Society for Sexual and Impotence Research. Dans la foulée, les sociétés européennes et latino-américaines modifient leur nom dans le même sens comme en témoignent la création, en 2001, de l’European Society for Sexual and Impotence Research (ESSIR) et de la Sociedad Latinoamericana para el Estudio de la Impotencia y la Sexualidad (SLAIS).

16Cette deuxième phase de l’histoire de la médecine sexuelle est marquée par la consolidation de ses organisations, par son internationalisation croissante, par la création de sociétés régionales, mais aussi par la fondation de l’ISSWSH qui signe l’avènement de la médecine sexuelle des troubles sexuels féminins. La médecine sexuelle, qui reste dans le giron des urologues, est désormais soutenue par l’industrie pharmaceutique. Celle-ci apporte son soutien aux travaux de recherche et aux publications de même qu’à l’organisation de congrès internationaux et de réunions professionnelles. Les avancées scientifiques et médicales, et la mise au point du Viagra, réalisées au cours des années 1980 et 1990, ont contribué à cette consolidation du champ de la médecine sexuelle qui reste marqué par l’hégémonie des urologues américains et européens même si la médecine sexuelle latino-américaine (principalement en Argentine et au Brésil) constitue un relai important dans la diffusion des innovations scientifiques et médicales.

L’ère de la médecine sexuelle : spécialisation médicale (2003-) ?

17Deux autres consultations internationales ont lieu à Paris en 2004 et 2009, sous le titre de Sexual Medicine: Sexual Dysfunction in Men and Women. Le titre de ces conférences et des publications qui en sont issues témoignent d’un double déplacement. Le premier consiste en une réduction de la diversité des approches développées au cours du xixe siècle et à un recul de la focalisation sur le pénis. Le second correspond à la construction progressive d’un champ de la médecine sexuelle qui déborde du seul domaine de l’érection et de la fonction sexuelle masculine. On peut observer que la médecine sexuelle masculine reste centrée sur le fonctionnement du pénis alors que l’abord médical de la sexualité féminine implique une ouverture plus importante à la sexualité en général.

18C’est en 2003, lors de son congrès tenu à Istanbul, que l’ESIR devient officiellement l’European Society for Sexual Medicine (ESSM). Elle est suivie dans cette démarche, en 2004, par la fondation de l’International Society for Sexual Medicine (ISSM) lors du congrès de Buenos Aires, et, en 2005, par la création de la Sociedade Latino Americana de Medicina Sexual (SLAMS) à Punta del Este (Uruguay). Les sociétés nationales de médecine sexuelle apparaissent en même temps avec la création de la Société francophone de médecine sexuelle (SFMS) en 2004, sous l’impulsion de Jacques Buvat, un médecin français spécialisé en neuropsychiatrie, en endocrinologie et en sexologie. Cette société regroupe principalement des urologues et quelques médecins sexologues. Le passage de « l’impuissance » à la « médecine sexuelle » dans les dénominations des sociétés savantes témoigne de la constitution d’un champ de recherche et d’intervention qui dépasse la seule localisation dans un organe (le pénis). La création de la médecine sexuelle marque l’ambition de constituer une véritable spécialité médicale qui reste pour l’instant dans un cadre associatif extra-universitaire et dans des sociétés savantes.

  • 35 Alain Giami et Patrick de Colomby, « La médicalisation de la sexologie en France », L’Évolution ps (...)
  • 36 Hartmut Porst, Jacques Buvat (dir.), Standard Practice in Sexual Medicine, Malden, Blackwell Publi (...)

19La création de sociétés savantes internationales, régionales et nationales favorise la création de revues scientifiques biomédicales. L’International Journal of Impotence Research change d’éditeur et devient le Journal of Sexual Medicine en 2004. La création de cette revue, placée sous la direction éditoriale de Irwin Goldstein, consacre le destin de cet urologue formé au Canada et à Boston par Robert Krane avant de s’établir à San Diego en Californie et de monter sa propre clinique de médecine sexuelle laquelle emploie pas moins de onze professionnels pour assurer la recherche, l’accueil et le traitement des troubles sexuels masculins et féminins. En France, le premier numéro de la revue Médecine sexuelle paraît en 2007 sous la direction de Jacques Buvat. Cette revue offre une ouverture pluridisciplinaire tout en restant inscrite dans la tradition de la sexologie médicale française marquée par l’hégémonie des médecins35. Jacques Buvat est un des rares médecins français à s’être fortement impliqué dans les structures internationales de la médecine sexuelle, en particulier dans l’ISSM dont il a été président. Il a notamment organisé le lancement des premiers bulletins d’informations (newsletter), contribué au montage du site web de l’ISSM et, last but not least, participé à la création de l’Industry Sponsors Board qui a développé et structuré les partenariats avec l’industrie pharmaceutique. Il a aussi coordonné la publication d’un important manuel de médecine sexuelle36.

Le développement de la formation en médecine sexuelle en Europe

  • 37 Hartmut Porst, Yaacov Reisman (dir.), ESSM Syllabus of Sexual Medicine, Amsterdam, European Societ (...)
  • 38 Paraskevi-Sofia Kirana, Francesca Tripodi, Yaacov Reisman et Hartmut Porst (dir.), The EFS/ESSM Sy (...)

20L’instauration d’une nouvelle discipline et son institutionnalisation s’accompagnent en Europe du développement de la formation médicale continue qui constitue un des principaux objectifs de l’ESIR et de la Fédération européenne de sexologie (EFS, European Federation of Sexology) qui y travaillent de concert. Différentes initiatives sont prises par des revues comme la publication, en 2004, de l’ABC of Sexual Health dans le British Medical Journal qui traduit un effort de présentation des domaines de la sexualité et des questions d’identité de genre dans lesquels la médecine peut intervenir. Sur le plan européen, une première initiative se concrétise en 2007 avec l’ouverture de l’Oxford School of Sexual Medicine sous la direction de l’ESSM, comprenant deux semaines de formation intensive en médecine sexuelle. Cette initiative est renouvelée en 2011 et un Abrégé de médecine sexuelle lui a été rajouté au congrès annuel de médecine sexuelle. C’est aussi en 2011 que le Multidisciplinary Joint Committee on Sexual Medicine (MJCSM), placé sous la houlette de l’Union européenne des médecins spécialistes (UEMS), jette les bases d’un examen de qualification européen en médecine sexuelle. Cette initiative est soutenue par l’European Board en urologie, gynécologie, obstétrique et psychiatrie. Les deux associations unissent leurs moyens pour se développer la formation continue mais aussi un corpus disciplinaire au niveau européen. Deux traités publiés en 2014 par l’ESSM, l’un portant plus spécifiquement sur la médecine sexuelle37 et le second, en coopération avec l’EFS, plus centré sur les thérapies sexuelles38.

  • 39 Progrès en urologie, 9, 2013, Rapport AFU 2012. Médecine sexuelle, p. 541-837.
  • 40 Alain Jardin, « Préliminaires », Progrès en urologie, 9, 2013, Rapport AFU 2012. Médecine sexuelle (...)

21La médecine sexuelle reste une émanation des spécialités médicales concernées sans disposer pour l’instant de l’autonomie d’une spécialité de plein droit. En France, c’est l’Association française d’urologie (AFU) qui a pris l’initiative de produire un rapport sur la médecine sexuelle publié en 2013 dans la revue Progrès en urologie39. La lecture de ce rapport, rédigé sous la direction de Florence Cour, Stéphane Droupy et François Giuliano, trois urologues, fait apparaître l’extension du champ de la médecine sexuelle qui, tout en restant centrée sur les troubles et les dysfonctions sexuelles de l’homme et de la femme, aborde désormais aussi des aspects plus marginaux comme le transsexualisme, les paraphilies, les violences sexuelles et des aspects habituellement traités en sexologie comme le couple. Le rapport de l’AFU regroupe des disciplines et des approches chirurgicales, pharmacologiques, hormonales, psychiatriques et médico-légales et associe des praticiens et des chercheurs relevant de l’urologie, la gynécologie, l’endocrinologie, la psychiatrie, la médecine générale et la sexologie. L’introduction de ce rapport semble annoncer une ouverture à un périmètre plus large que celui des troubles sexuels stricto sensu avec la référence à des problèmes qui ne relèvent pas de prime abord de l’approche urologique. Dans son article introductif, Alain Jardin, ancien chef du service d’urologie de l’hôpital de Bicêtre, plaide pour la pluridisciplinarité de la médecine sexuelle : « Ni les urologues, ni les gynécologues, ni les psychiatres, ni les sexologues, ni les psychanalystes, ni les endocrinologistes, ni les pédiatres… ni les autres ne peuvent prétendre avoir le monopole du sexe. La médecine sexuelle est un paradigme de l’interdisciplinarité médicale40 ». Cette citation exprime parfaitement l’élargissement du périmètre couvert par la médecine sexuelle, qui regroupe un vaste ensemble de disciplines médicales, tout en excluant les sciences humaines, psychologiques et sociales. Elle tranche avec les propos de Haeberle et Gindorf énoncés en 1993 :

  • 41 Haeberle et Gindorf (dir.), Sexology Today, op. cit., p. 27.

La sexologie, considérée comme science sexuelle, recouvre un champ plus vaste que la sexologie médicale ou la médecine sexuelle. Ces dernières sont des pratiques de haut niveau scientifique qui traitent surtout des perturbations et des pathologies de la sexualité. La sexologie médicale est l’un des importants domaines de la sexologie, au même titre que la socio-sexologie, la psycho-sexologie, l’ethnosexologie, l’éducation sexuelle, les différentes formes de conseils et de thérapies sexuels ainsi que les autres domaines de la recherche et de la pratique sexologique. Ensemble, elles constituent le corpus de la sexologie41.

  • 42 Frédérique Courtois et Mireille Bonierbale (éd.), Médecine sexuelle. Fondements et pratiques, Pari (...)

22Plus récemment, la Fédération française de sexologie et santé sexuelle a publié un traité de médecine sexuelle qui marque une ouverture timide aux psychothérapies et à la santé publique42.

Conclusion : les perspectives de la médecine sexuelle

23La médecine sexuelle est apparue dans le giron des approches chirurgicales des troubles de l’érection (vascularisation et pose d’implants ou de prothèses), avant la découverte des molécules sexo-actives comme le sildénafil (Viagra) qui ont fondé le succès thérapeutique des traitements des troubles de l’érection. À la suite de cette préhistoire, la médecine sexuelle a étendu son périmètre de recherche et d’intervention aux troubles sexuels masculins et féminins et à l’étude fondamentale d’une fonction sexuelle envisagée indépendamment de la fonction reproductive et de la dimension psychologique. Ayant ainsi consolidé son champ de recherche et ses modes d’intervention clinique, la médecine sexuelle est désormais à la recherche de son institutionnalisation dans le monde académique et hospitalier. Les sociétés savantes et les associations professionnelles assurent la formation des praticiens en dehors du monde académique en proposant des formations qui sont considérées comme validantes tout en n’étant pas reconnues par le système académique. Ces développements font ainsi apparaître que si les deux premières conditions nécessaires à l’établissement d’une spécialisation médicale décrites par Weisz – le rapprochement entre la chirurgie et les autres secteurs de la médecine et le désir collectif d’étendre le champ de la science médicale – sont remplies, la troisième, à savoir l’émergence de rationalités administratives et de gestion de la santé ne l’est pas encore. Il en est de même pour la sexologie qui n’a jamais été officiellement reconnue comme discipline médicale justifiant l’intégration d’un enseignement spécifique dans le cursus de la formation médicale initiale. Il semble donc que la pluridisciplinarité qui caractérise ces deux ensembles de disciplines constitue un obstacle à leur institutionnalisation et à leur reconnaissance académique.

  • 43 Giami et Hekma, Révolutions sexuelles, op. cit.
  • 44 Thomas Laqueur, Making Sex: Body and Gender from the Greeks to Freud, Cambridge, Harvard Universit (...)

24La médecine sexuelle est intimement liée aux mouvements culturels qui ont marqué le monde occidental depuis le début des années 1960 en contribuant à la dissociation des fonctions reproductive et sexuelle, autrefois considérées comme indissociables43. Les développements de la médecine sexuelle sont fondés sur une forme de désacralisation de la sexualité, liée à la transformation de celle-ci en fonction sexuelle, en rupture avec les théories freudiennes qui avaient assuré le primat des significations inconscientes du désir sexuel et instauré le sexuel comme le lieu central de la subjectivité et des identités. Cette opération de désacralisation de la sexualité à laquelle a contribué la médecine sexuelle repose sur des arguments qui relèvent du registre de la nature (biologie, endocrinologie, physiologie), mais n’échappe pas à l’emprise des stéréotypes de genre concernant la sexualité ni aux valeurs dominantes de l’hétéronormativité qui ancrent la sexualité dans une supposée nature. Dans un premier temps, c’est la sexualité masculine qui a été naturalisée sous la forme de la fonction/dysfonction érectile, en rupture avec les approches psychosociales et subjectives de l’excitation sexuelle qui avaient dominé la sexologie au cours des années 1970, en l’absence de traitement pharmacologique. La désacralisation de la sexualité féminine et sa réduction à des phénomènes biologiques, physiologiques et endocrinologiques semblent en revanche rencontrer des obstacles plus importants. On observe des difficultés à établir des entités cliniques stables des troubles sexuels des femmes qui permettraient d’établir des catégories diagnostiques pouvant servir de fondements à des traitements pharmacologiques adéquats, sûrs et efficaces. Les traitements proposés jusqu’à présent tels que Intrinsa (un patch de testostérone) et Addyi (un médicament à base de Flibansérine, un dérivé d’un antidépresseur) ont eu du mal à obtenir leur approbation sanitaire auprès de la Food and Drug Administration et n’ont pas rencontré leur public. En outre, le fait de promouvoir un médicament pour traiter les troubles sexuels des femmes suscite l’opposition d’une coalition féministe nord-américaine composée de professionnelles de la sexologie et de la médecine sexuelle. Le groupe New Views on Women’s Sexual Problems fonde ainsi son argumentation sur une conception holistique de la sexualité féminine incluant les dimensions psychologique, relationnelle et politique (rapports de genre). Dans cette conception, les troubles sexuels des femmes sont considérés comme dépendant exclusivement de facteurs psychologiques et sociaux. Dans cette perspective, la mise à disposition d’un médicament visant à traiter les troubles du désir sexuel hypoactif revient à stigmatiser les femmes ayant une absence de désir sexuel dans une situation adverse et à les placer en situation de vulnérabilité accrue. Lorsqu’il a été question de construire une échelle d’évaluation des fonctions/dysfonctions sexuelles féminines, la psychologie, le retentissement subjectif et la dimension relationnelle n’ont jamais été absents ni des instruments diagnostiques ni des conceptions nosographiques. Ainsi la modernité scientifique qui vise à établir des vérités fondées sur l’observation et la mesure de la nature reste soumise aux stéréotypes qui opposent le caractère physiologique de la sexualité masculine et le caractère psychologique de la sexualité féminine44.

25On peut aussi faire une hypothèse plus politique. Les universitaires-hospitaliers qui dominent la médecine sexuelle – et la sexologie – en France ne sont pas forcément très désireux de renoncer au prestige d’une chaire en urologie, en gynécologie ou même en psychiatrie pour endosser la toge de la médecine sexuelle ou de la sexologie. Or ceux/celles à qui la sexologie apporte un bénéfice symbolique et financier, à savoir les médecins généralistes, les médecins spécialistes non universitaires et les psychologues ne sont pas en position de convaincre les autorités académiques de l’intérêt et de la pertinence de la création d’une discipline sanctionnée par la création d’une chaire académique.

26La médecine sexuelle reste pour l’heure un champ de controverses scientifiques qui met en présence des disciplines aussi différentes que l’urologie ou la chirurgie avec les différentes formes de psychothérapies. Le champ des traitements des troubles sexuels se structure autour de l’opposition et de la complémentarité entre la médecine sexuelle, qui dispose de l’appui essentiel de l’industrie pharmaceutique et de quelques professeurs de médecine (urologues et gynécologues principalement), et la sexologie qui s’oriente de plus en plus vers les questions de santé sexuelle et de santé publique avec l’arrivée de psychologues formés à la sexologie. Son institutionnalisation est certes acquise du côté des instances de la santé publique, mais pas encore du côté des autorités académiques qui hésitent à créer une nouvelle spécialité médicale.

Haut de page

Notes

1 Georges Weisz, « Naissance de la spécialisation médicale dans le monde germanophone », Actes de la recherche en sciences sociales, 156-157, 2005, p. 37-51.

2 Patrice Pinell, « Champ médical et processus de spécialisation », Actes de la recherche en sciences sociales, 156-157, 2005, p. 4-36, ici p. 7.

3 Jane Russo, « A terceira onda sexológica: Medicina Sexual e farmacologisação da sexualidade », Sexualidad, Salud y Sociedad - Revista Latinoamericana, 14, 2013, p. 172-194.

4 Erwin Haeberle et Rolf Gindorf (dir.), Sexology Today: A Brief Introduction, Berlin, DGSS, 1993.

5 Alain Giami, « Les formes contemporaines de la médicalisation de la sexualité », dans Samir Yaya (dir.), Pouvoir médical et santé totalitaire : conséquences socio-anthropologiques et éthiques, Montréal, Presses de l’Université Laval, 2009, p. 225-249.

6 Adele Clarke, Laura Mamo, Jennifer Ruth Fosket, Jennifer Fishman et Janet Shim (dir.), Biomedicalization. Technoscience, Health and Illness in the U.S., Durham/Londres, Duke University Press, 2010.

7 Simon J. Williams, Paul Martin et Jonathan Gabe, « The pharmaceuticalisation of society? A framework for analysis », Sociology of Health and Illness, 33/5, 2011, p. 710-725.

8 Georges Lanteri Laura, Lecture des perversions. Histoire de leur appropriation médicale, Paris, Masson, 1979.

9 Fabiola Rohden, Jane Russo et Alain Giami, « Novas tecnologias de intervenção na sexualidade: o panorama latino-americano », Sexualidad, Salud y Sociedad - Revista Latinoamericana, 17, 2014, p. 10-29 ; Jane Russo, « A terceira onda sexológica… », art. cité.

10 Alain Giami, « De l’impuissance à la dysfonction érectile. Destins de la médicalisation de la sexualité », dans Didier Fassin et Dominique Memmi (dir.), Le gouvernement des corps, Paris, Éditions de l’EHESS, 2004, p. 77-108.

11 Allison Spurgas, « Interest, arousal, and shifting diagnoses of female sexual dysfunction, or: How women learn about desire », Studies in Gender and Sexuality, 14, 2013, p. 187-205.

12 Michel Erlich, « La chirurgie sexuelle en France : aspects historiques », Sexologies, 16, 2007, p. 180-188 ; William Gee, « A history of surgical treatment of impotence », Urology, 5/3, 1975, p. 401-405.

13 Michael Perelman, « The history of sexual medicine », dans Deborah Tolman, Lisa Diamond, José Bauermeister, William George, Jim Pfaus et Monique Ward (dir.), APA handbook of sexuality and psychology, vol. 2: Contextual approaches, Washington, US American Psychological Association, 2014, p. 137-179.

14 Ronald Lewis et Gorm Wagner, « History of the International Society of Sexual Medicine (ISSM)—The Beginnings », Journal of Sexual Medicine, 5/3, 2008, p. 740-745.

15 Dirk Schultheiss, Sydney Glina, « Highlights from the History of Sexual Medicine », Journal of Sexual Medicine, 7, 2010, p. 2031-2043.

16 John Bancroft, « A History of Sexual Medicine in the United Kingdom », Journal of Sexual Medicine, 2, 2005, p. 569-574 ; Roy Levin, « A journey through two lumens! », International Journal of Impotence Research, 15, 2003, p. 2-9 ; Alan Riley, « The Birth and Development of Sexual Medicine: Reflections of My Personal Journey », Journal of Sexual Medicine, 4, 2007, p. 815-821.

17 Mireille Bonierbale et Jacques Waynberg, « 70 ans de sexologie française », Sexologies. Revue européenne de sexologie médicale, 16/3, 2007, p. 238-258.

18 Gee, « A history of surgical treatment of impotence », art. cité.

19 Gerard Henry, « Historical Review of Penile Prosthesis Design and Surgical Techniques: Part 1 of a Three-Part Review Series on Penile Prosthetic Surgery », Journal of Sexual Medicine, 6, 2009, p. 675-681.

20 Alain Giami et Gert Hekma, Révolutions sexuelles, Paris, La Musardine, 2015.

21 Erlich, « La chirurgie sexuelle en France : aspects historiques », art. cité.

22 Jean Real, Voronoff, Paris, Stock, 2001.

23 Gilbert Tordjman, Christiane Verdoux et Jean Cohen, Encyclopédie de la vie sexuelle de la physiologie à la psychologie, Paris, Hachette, 1973.

24 Eli Lizza, « Adrian Walton Zorgniotti (1925-1994): Renaissance Urologist », Journal of Sexual Medicine, 2, 2005, p. 272-277 ; Lewis et Wagner, « History of the International Society of Sexual Medicine… », art. cité.

25 Ronald Virag, « Intracavernous injection of papaverine for erectile failure », The Lancet, 8304, 1982, p. 938 ; id., Le sexe de l’homme, Paris, Albin Michel, 1997.

26 Laurence Klotz, « How (not) to communicate new scientific information: a memoir of the famous Brindley lecture », British Journal of Urology, 96, 2005, p. 956-957.

27 M. Boolell, MJ Allen, SA Ballard, S. Gepi-Attee, GJ Muirhead, AM Naylor, et al., « Sildenafil: an orally active type 5 cyclic GMP specific phosphodiesterase inhibitor for the treatment of penile erectile dysfunction », International Journal of Impotence Research, 8/2,1996, p. 47-52.

28 Raymond C. Rosen, Alan Riley, Gorm Wagner, Ian H. Osterloh, John Kirkpatrick et Avanish Mishra, « The international index of erectile function (IIEF): a multidimensional scale for assessment of erectile dysfunction », Urology, 49/6, 1997, p. 822-830.

29 Giami, « De l’impuissance à la dysfonction érectile… », art. cité.

30 Alain Jardin, Gorm Wagner, Saad Khoury, François Giuliano, Harin Padma-Nathan et Raymond C. Rosen, Erectile Dysfunction (1st international Consultation on Erectile Dysfunction), Paris, Health publication Limited, 2000.

31 Bancroft, « A History of Sexual Medicine in the United Kingdom », art. cité.

32 Rosemary Basson et al., « Report of the international consensus development conference on female sexual dysfunction: definitions and classifications », Journal of Urology, 163/3, 2000, p. 888-893.

33 Irwin Goldstein, Cindy M. Meston, Susan Davis et Abdulmaged Traish (dir.), Women’s sexual function and dysfunction: Study, diagnosis and treatment, New York, Taylor & Francis, 2006.

34 Alain Giami, « Fonction sexuelle masculine et sexualité féminine. Permanence des représentations du genre en sexologie et en médecine sexuelle », Communications, 81, 2007, p. 135-151.

35 Alain Giami et Patrick de Colomby, « La médicalisation de la sexologie en France », L’Évolution psychiatrique, 67/3, 2002, p. 558-570.

36 Hartmut Porst, Jacques Buvat (dir.), Standard Practice in Sexual Medicine, Malden, Blackwell Publishing, 2006.

37 Hartmut Porst, Yaacov Reisman (dir.), ESSM Syllabus of Sexual Medicine, Amsterdam, European Society for Sexual Medicine (Medix), 2014.

38 Paraskevi-Sofia Kirana, Francesca Tripodi, Yaacov Reisman et Hartmut Porst (dir.), The EFS/ESSM Syllabus of Clinical Sexology, Amsterdam, Medix Publishers, 2014.

39 Progrès en urologie, 9, 2013, Rapport AFU 2012. Médecine sexuelle, p. 541-837.

40 Alain Jardin, « Préliminaires », Progrès en urologie, 9, 2013, Rapport AFU 2012. Médecine sexuelle, p. 541-546, ici p. 543.

41 Haeberle et Gindorf (dir.), Sexology Today, op. cit., p. 27.

42 Frédérique Courtois et Mireille Bonierbale (éd.), Médecine sexuelle. Fondements et pratiques, Paris, Masson/Elsevier, 2016.

43 Giami et Hekma, Révolutions sexuelles, op. cit.

44 Thomas Laqueur, Making Sex: Body and Gender from the Greeks to Freud, Cambridge, Harvard University Press, 1990 ; Giami, « Fonction sexuelle masculine et sexualité féminine… », art. cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Giami, « La médecine sexuelle : genèse d’une spécialisation médicale ? »Histoire, médecine et santé, 12 | 2018, 131-147.

Référence électronique

Alain Giami, « La médecine sexuelle : genèse d’une spécialisation médicale ? »Histoire, médecine et santé [En ligne], 12 | hiver 2017, mis en ligne le 28 mai 2018, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/1191 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.1191

Haut de page

Auteur

Alain Giami

INSERM-CESP, équipe « Genre, sexualité, santé », Université Paris-Saclay

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search