Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Sexologie et idéologies

Sexologie et idéologies

Sylvie Chaperon
p. 9-12

Texte intégral

1Le dossier « Sexologie et idéologies » est issu du colloque international « Sexologies européennes », tenu à Toulouse en juin 2016. Ce dernier a déjà donné lieu à un précédent dossier de six articles, publié dans le numéro 12 d’Histoire, médecine et santé, sous le titre « Médicalisation de la sexualité1 ». Le colloque de Toulouse visait à impulser une histoire globale et comparée à l’échelle de l’Europe en insistant sur les pays latins, peu représentés dans l’historiographie. Un réseau du même nom a été fondé à cette occasion où l’on trouvera les programmes et les publications d’autres rencontres scientifiques réunies à Genève, Lausanne, Paris, Bruxelles et Barcelone2.

  • 3 Pour un bilan de l’histoire sociale et culturelle des sciences voir Dominique Pestre, Introduction (...)

2Plus modeste, puisqu’il ne compte que trois articles, le présent dossier entend réfléchir sur les liens qui unissent l’élaboration de la science, en l’occurrence la sexologie, à son espace social et culturel. Depuis plus de quarante ans, l’histoire sociale et culturelle des sciences (les Sciences Studies) a rompu avec le récit positiviste porté par les scientifiques eux-mêmes et qui faisait de la science un domaine séparé de l’opinion commune, en marche vers la vérité3. Cette narration permettait de grandir le prestige des scientifiques, mais gommait les innombrables erreurs et théories obsolètes qui jonchent les sciences du passé. En réalité, les sciences sont profondément informées par les enjeux sociaux et sont aussi un puissant agent de leur transformation. La sexologie, qui a toujours eu du mal à se constituer comme science, rend encore plus flagrante cette interpénétration. En effet, cette science de la sexualité, née au tournant du xxe siècle, agrège de nombreuses spécialités médicales (gynécologie, urologie, endocrinologie, psychiatrie) et disciplines (sociologie, anthropologie, psychologie, psychanalyse, droit) qui rendent son unité problématique. Elle est en outre tiraillée entre des écoles ou des tendances rivales et n’a jamais été reconnue comme une spécialisation médicale à proprement parler.

3Les articles du présent dossier se penchent principalement sur trois pays européens (Royaume-Uni, Espagne, Belgique) depuis l’entre-deux-guerres jusqu’aux années 1960. Nicole G. Albert, docteure en Littérature comparée et chercheuse indépendante, a publié plusieurs ouvrages et articles sur la culture lesbienne. Elle réfléchit ici sur les relations complexes qui existent entre les lesbiennes et les sexologues et s’arrête notamment sur deux romans autobiographiques écrits à dix ans d’intervalle, tous deux préfacés par des médecins : The Well of Loneliness de l’Anglaise Radclyffe Hall (1928) et Diana: A Strange Autobiography (1939) d’une Américaine qui signe sous le pseudonyme de Diana Frederics. Jean-Louis Guereña, historien et hispaniste, professeur émérite de l’Université François-Rabelais a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire de la sexualité en Espagne. Il narre une polémique du début des années 1930 entre deux réformateurs sexuels, de stature très inégale. D’un côté Oliver Brachfeld, un jeune Hongrois très intégré dans les milieux intellectuels catalans, historien de formation mais féru de psychanalyse, traducteur et introducteur d’Alfred Adler et de Carl Gustav Jung en Espagne. De l’autre, l’endocrinologue mondialement réputé Gregorio Marañón, fondateur et directeur de l’Institut de pathologie médicale, investi dans la section espagnole de la Ligue mondiale pour la réforme sexuelle et son bulletin Sexus, auteur du célèbre ouvrage L’évolution de la sexualité et les états intersexuels (1929). Enfin Wannes Dupont, post-doctorant du Fonds de la recherche scientifique pour la Flandre (FWO) à l’Université d’Anvers, auteur d’articles sur l’histoire de l’homosexualité, mais aussi les milieux catholiques en Belgique, explore ici les milieux intellectuels progressistes de l’Université catholique de Louvain et leurs combats pour faire évoluer la doctrine catholique en matière de contraception durant les années 1950 et 1960.

  • 4 Voir par exemple : William A. Peniston et Nancy Erber (dir.), Bougres de vies  : huit homosexuels (...)
  • 5 Harry Oosterhuis, Stepchildren of Nature. Krafft-Ebing, Psychiatry and the Making of Sexual Identi (...)
  • 6 Voir Sylvie Chaperon, La médecine du sexe et les femmes. Anthologie des perversions féminines au x (...)
  • 7 Vernon A. Rosario, L’irrésistible ascension du pervers entre littérature et psychiatrie, Paris, EP (...)
  • 8 Maxime Foerster, The Politics of Love. Queer Heterosexuality in Nineteenth-Century French Literatu (...)

4Ces trois textes enrichissent l’historiographie de la sexologie chacun à leur manière. Nicole G. Albert poursuit l’analyse des relations qui unissent les sexologues à leurs objets d’étude : les homosexuel·le·s ; mais aussi entre la sexologie et la littérature. De nombreux travaux ont montré comment des homosexuel·le·s lettré·e·s du xixe et du début du xxe siècles ont tenté de contribuer à la sexologie naissante, en écrivant aux médecins, en les rencontrant, en leur envoyant leur autobiographie sexuelle ou en publiant des essais, voire des thèses, nuançant ou contestant les productions scientifiques4. S’appuyant sur les archives du célèbre psychiatre viennois Richard von Krafft-Ebing, Harry Oosterhuis a pu parler de « co-contruction du savoir5 ». La clientèle privée du psychiatre, appartenant au même monde social, parvient à le convaincre peu à peu de sa quasi-normalité. Les lesbiennes sont bien moins nombreuses dans les traités cliniques, elles consultent peu et se livrent moins6. Nicole G. Albert remarque que les portraits de lesbiennes fournis par Havelock Ellis sont ceux de femmes cultivées et assez indépendantes, souvent des relations de son épouse Edith. Inversement, les observations de perversion publiées par les sexologues nourrissent la littérature fin-de-siècle, Vernon Rosario l’a bien montré7. Plus récemment Maxime Foerster analyse la diffusion des « troubles dans l’hétérosexualité8 ». Nicole Albert révèle que les portraits littéraires de saphistes sont cette fois bien plus nombreux que ceux des invertis, mais ils servent surtout une littérature moralisante. La réception des théories sexologiques par les lesbiennes est plus intéressante. Ces théories constituent un « solide maillage à leur auto-définition », écrit-elle. Ce n’est pas la seule référence culturelle sur laquelle elles trouvent appui. Le modèle grec saphique nourrit bien plus l’imaginaire de la première génération, dont Renée Vivien et Natalie Barney. Radclyffe Hall, visiblement séduite par la théorie de l’inversion sexuelle, peint la lesbienne virile. Mais dix ans plus tard, Diana Frederics, abandonne les catégories de la sexologie pour se rapprocher de celles de la psychanalyse. Ainsi les modèles sexologiques, fondés sur l’observation de patient·e·s, deviennent-ils à leur tour des socles sur lesquels élaborer des modèles identitaires. Nulle circularité cependant dans ce processus, chaque personnalité, médicale ou profane, apportant ses réinterprétations.

  • 9 Dominique Raynaud, Sociologie des controverses scientifiques, Paris, PUF, 2006.

5La polémique, richement analysée par Jean-Louis Guereña, ne peut être versée au dossier des controverses scientifiques, très présentes dans l’histoire sociale et culturelle des sciences9. Trop localisée dans le temps, mobilisant trop peu de savants, elle n’exprime pas un clivage durable et significatif du champ sexologique. Elle révèle cependant des différences intéressantes entre les deux scientifiques. Si tous les deux appartiennent aux milieux libéraux et républicains, l’un est jeune et fortement inspiré par la psychanalyse, l’autre est plus âgé et de formation médicale. Le premier reproche d’ailleurs au second son approche « mécaniciste » et son ignorance de la psychologie, il lui fait aussi le procès de reprendre la théorie des « intermédiaires sexuels » de Magnus Hirschfeld, ce que Gregorio Marañón admet d’ailleurs, tout en faisant valoir son apport endocrinien. Il ne faut cependant pas opposer le modèle psychanalytique de la bisexualité au modèle endocrinien de la bisexualité. Magnus Hirschfeld lui-même pratique un syncrétisme des différents paradigmes. En attaquant si frontalement le monstre sacré qu’est alors Gregorio Marañón, Oliver Brachfeld exprime sans doute surtout l’impatience d’une jeune génération à trouver sa place.

  • 10 Martine Sevegrand, Les enfants du bon Dieu : les catholiques français et la procréation au xxe siè (...)
  • 11 Valérie Piette, David Paternotte et Sophie van der Dussen (dir.), « Habemus gender ! Déconstructio (...)
  • 12 Voir Cécile Vanderpelen-Diagre et Caroline Sägesser (dir.), La Sainte Famille. Sexualité, filiatio (...)
  • 13 Alana Harris, The Schism of ’68. Catholicism, Contraception and Humanae Vitae in Europe, 1945-1975(...)

6La sexologie catholique a peu retenu l’attention des historien·ne·s qui ont privilégié les approches plus radicales des libéraux, libres penseurs ou anarchistes. Elle fait surtout figure de réaction conservatrice face au progrès de la contraception dans les années 1950 ou 196010 ou face au progrès de « la théorie du genre » aujourd’hui11. Pourtant, il existe aussi une sexologie catholique progressiste dont l’Université catholique de Louvain forme le fer de lance. Depuis 1959, des colloques internationaux de sexologie catholique s’y tiennent et, en 1961, un Institut pour la famille et les sciences sexologiques y est fondé12. Wannes Dupont rappelle comment des théologiens (Louis Janssens, professeur de théologie morale, l’archevêque Leo-Jozef Suenens) et des médecins (Ferdinand Peeters et Jacques Ferin) ont travaillé de concert pour rendre compatible l’action des anovulants avec la doctrine catholique, pour mettre au point des pilules moins dosées en progestérone et enfin convaincre le Groupe d’étude sur la population au sein de Vatican II de faire évoluer les positions de l’Église. Mais la mort de Jean XXIII met un terme à ces avancées. L’encyclique Humanae Vitae, promulguée par Paul VI en 1968 sonne effectivement le glas des réformateurs sexuels catholiques13.

7Ainsi la sexologie reçoit-elle et diffuse-elle des éléments de milieux très différents. Les psychanalystes comme les endocrinologues, les catholiques comme les lesbiennes participent à sa formation et à son rayonnement. Plus que tout autre champ, la sexologie exemplifie la porosité de la science avec les enjeux sociaux de son temps.

Haut de page

Notes

1 Histoire, médecine et santé, 12, Médicalisation de la sexualité, Sylvie Chaperon (dir.), 2017, https://journals.openedition.org/hms/1136 ; DOI : 10.4000/hms.1136.

2 Voir le site https://sexologies.hypotheses.org/.

3 Pour un bilan de l’histoire sociale et culturelle des sciences voir Dominique Pestre, Introduction aux Science Studies, Paris, La Découverte, 2006 ; Renaud Debailly, La critique de la science depuis 1968, Paris, Hermann, 2015 ; Delphine Gardey, « Genre, corps et biomédecine », dans Dominique Pestre et Christophe Bonneuil (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, vol. 3, Le siècle des technosciences, Paris, Seuil, 2015.

4 Voir par exemple : William A. Peniston et Nancy Erber (dir.), Bougres de vies  : huit homosexuels du xixe siècle se racontent, Aurillac, ErosOnyx, 2012.

5 Harry Oosterhuis, Stepchildren of Nature. Krafft-Ebing, Psychiatry and the Making of Sexual Identity, Chicago, University of Chicago Press, 2000.

6 Voir Sylvie Chaperon, La médecine du sexe et les femmes. Anthologie des perversions féminines au xixe siècle, Paris, La Musardine, 2008.

7 Vernon A. Rosario, L’irrésistible ascension du pervers entre littérature et psychiatrie, Paris, EPEL, 2000.

8 Maxime Foerster, The Politics of Love. Queer Heterosexuality in Nineteenth-Century French Literature, Durham, University of New Hampshire Press, 2018. Voir le compte-rendu de l’ouvrage par Pauline Mortas dans ce numéro.

9 Dominique Raynaud, Sociologie des controverses scientifiques, Paris, PUF, 2006.

10 Martine Sevegrand, Les enfants du bon Dieu : les catholiques français et la procréation au xxe siècle, Paris, Albin Michel, 1995.

11 Valérie Piette, David Paternotte et Sophie van der Dussen (dir.), « Habemus gender ! Déconstruction d’une riposte religieuse », Sextant, 31, 2016 ; Roman Kuhar et David Paternotte (dir.), Anti-gender campaigns in Europe: mobilizing against equality, Londres, Rowman & Littlefield, 2017 ; Sara Garbagnoli et Massimo Prearo, La croisade « anti-genre ». Du Vatican aux manifs pour tous, Paris, Textuel (Petite encyclopédie critique), 2017.

12 Voir Cécile Vanderpelen-Diagre et Caroline Sägesser (dir.), La Sainte Famille. Sexualité, filiation et parentalité dans l’Église catholique, Bruxelles, Éditions de l’Université libre de Bruxelles et Cécile Vanderpelen-Diagre, « Les colloques internationaux de sexologie et l’Université de Louvain », communication au colloque « Sexologie et idéologie à l’âge de l’institutionnalisation (1960-2000) », 21-23 mars 2018, Université libre de Bruxelles.

13 Alana Harris, The Schism of ’68. Catholicism, Contraception and Humanae Vitae in Europe, 1945-1975, Londres, Palgrave Macmillan, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Chaperon, « Sexologie et idéologies », Histoire, médecine et santé, 13 | 2018, 9-12.

Référence électronique

Sylvie Chaperon, « Sexologie et idéologies », Histoire, médecine et santé [En ligne], 13 | été 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/1237

Haut de page

Auteur

Sylvie Chaperon

Professeure d’histoire contemporaine du genre, université Toulouse-Jean-Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals