Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Sexologie et idéologies

Langage coercitif, pratiques émancipatrices : des lesbiennes sous l’œil de la clinique

Nicole G. Albert
p. 13-28

Résumés

À la fin du xixe siècle, la sexologie émerge comme discipline scientifique visant à élaborer les « perversions sexuelles », parmi lesquelles le saphisme, déjà abordé – et condamné – principalement par des écrivains masculins. Pendant plusieurs décennies, des cliniciens vont tenter de cerner l’homosexualité, tant pour la traiter que pour trancher entre son caractère inné et acquis. Ils établissent des cadres et des catégories dans lesquelles les lesbiennes finiront par se reconnaître, allant jusqu’à voir dans l’entreprise nosographique une possibilité d’exister et de s’accepter. J’analyse ce phénomène ambivalent à la lumière de quelques œuvres littéraires, en particulier Le puits de solitude de Radclyffe Hall (1928) et Diana: A Strange Autobiography (1939). Dans les deux cas, les thèses médicales servent de grille de lecture à la fois aux autrices et à leur personnage principal ou alter ego et leur permettent de revendiquer la naturalité de leurs désirs comme de leur identité sexuelle.

Haut de page

Texte intégral

1L’image de la lesbienne a été si fortement arrimée au discours clinique depuis le xixe siècle – époque où naît la sexologie – qu’il semble encore difficile de s’émanciper des grilles d’analyse alors appliquées à l’homosexualité féminine, même si une grande part du vocabulaire inventé par les médecins d’alors est aujourd’hui caduc. Phénomène social, effet de mode, sexualité contre-nature ou vicariante, déviance, maladie, le saphisme charrie une multitude de stigmates et d’explications que certaines lesbiennes se sont appropriées, que d’autres ont rejetées, que d’autres encore ont détournées mais qui ont non moins constitué un solide maillage à leur auto-définition.

  • 1 Sur les multiples formes et discours auxquels a donné lieu le saphisme au tournant du xxe siècle, (...)

2On doit à la sexologie d’avoir pour la première fois sorti l’homosexualité féminine de l’invisibilité et du déni social dans lequel elle se cantonnait, évolution qui a favorisé l’explosion d’une littérature consacrée à ce nouveau « fléau ». Ces productions couvrent un spectre extrêmement large qui inclut non seulement des traités médicaux ou pseudo-médicaux, des études quasi-ethnologiques, mais aussi des romans, des nouvelles, des poèmes, des articles divers publiés dans la presse populaire et satirique du tournant du siècle qui accueille également de nombreuses planches illustrées1.

  • 2 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, I, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1994 [1976], (...)

3Si l’homosexuelle d’occasion séduit certains romanciers par sa bisexualité potentielle et sa féminité équivoque, l’homosexuelle vraie, en revanche, à travers le discours clinique, passe de l’individu au type, de l’anormalité à la pathologie, du stade de l’aberration temporaire à celui de l’espèce, démarche qui, au lieu d’en nier l’existence, lui confère « une réalité analytique, visible et permanente2 ». Grâce à cet abondant discours, pour la première fois aussi, la lesbienne met un nom sur ce qu’elle est, ce qu’elle éprouve, elle acquiert une identité comme l’a remarqué Michel Foucault, elle existe en tant que catégorie, fût-elle monstrueuse ou moralement répréhensible, avec tout ce que ce nouveau statut a de périlleux et d’ambigu.

Les chercheurs de tares3

  • 3 J’emprunte l’expression au titre d’un roman de Catulle Mendès, Le chercheur de tares (1898).
  • 4 L’expression est de Michel Foucault, dans Histoire de la sexualité, I, op. cit., p. 69 et passim.
  • 5 Sur la « médicalisation de la sexualité », on consultera le dossier que lui a consacré, sous la di (...)
  • 6 Humaniste et homme de savoir né en 1825, Ulrichs, lui-même inverti, fut un des premiers à étudier (...)
  • 7 Voir Florence Tamagne, entrée « Hirscheld Magnus », dans Didier Eribon (dir.), Dictionnaire des cu (...)

4Rappelons, en guise de préliminaire à l’analyse de la formidable popularité de l’invertie à la fin du xixe siècle, que l’étude de la sexualité ou scientia sexualis4 a émergé en Europe, et plus particulièrement en Allemagne, après 18505. « Inventeur », parmi d’autres, de la sexologie, Karl Ulrichs s’est penché sur l’homosexualité (surtout masculine) dans les années 18606 et a cherché son origine dans un dérèglement organique qui tient, pour les lesbiennes, dans la formule anima virilis in corpore muliebri inclusa (une âme d’homme dans un corps de femme), d’où leur apparence et leur comportement virils. Ulrichs avance l’argument essentialiste selon lequel l’inversion est congénitale – thèse à laquelle se ralliera, entre autres, Magnus Hirschelfd, fervent défenseur du troisième sexe. Fondateur, en 1919, de l’Institut pour la science sexuelle à Berlin, militant de la première heure en faveur de la dépénalisation de l’homosexualité, il rattache celle-ci à une « variété sexuelle », une « orientation inconsciente » sur laquelle il est impossible d’agir, plutôt qu’à une anomalie. Néanmoins, en promouvant « une vision médicalisée et compatissante de l’homosexualité » afin de susciter l’indulgence et la compréhension de l’opinion publique, il cantonne les homosexuels dans un rôle de victimes et de malades7, ce dernier terme se prêtant à des interprétations contraires.

  • 8 Voir Carl Westphal, Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, Berlin, August Hirschwald, 1869- (...)

5Bien qu’il aborde le « désir sexuel contraire » sous l’angle de la pathologie, Westphal, à qui l’on doit la première étude de cas lesbien en 1869, adopte un point de vue similaire et constate un décalage entre le sexe anatomique et l’instinct génésique, l’inversion étant d’ordre purement psychologique, sans qu’elle s’accompagne nécessairement de malformations ou d’anomalies des organes8.

  • 9 Sur l’instauration des discours autour de l’homosexualité au xixe siècle, voir Vernon Rosario (dir (...)

6Ces présupposés ont été adoptés et adaptés par Richard Krafft-Ebing et Havelock Ellis, deux des plus célèbres sexologues de la fin du xixe et du début du xxe siècle9.

  • 10 Traduit en français en 1895, il fut de nombreuses fois réédité dans l’hexagone, une énième réimpre (...)
  • 11 Moll fut lui-même l’auteur de Die conträre Sexualempfindung. Son ouvrage, une première fois publié (...)
  • 12 Philippe Lejeune, après avoir comptabilisé le nombre de cas observés par Krafft-Ebing, constate qu (...)
  • 13 Havelock Ellis, L’inversion sexuelle, 4e éd. française, revue et augmentée par l’auteur, Paris, Me (...)
  • 14 Dr R. von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis, Paris, Carré, 1895 (1re éd. française), p. 375.

7Krafft-Ebing fait partie de cette vague de cliniciens, pour la plupart allemands, qui ont jeté les bases de la sexologie moderne et qui, les premiers, ont mis en place tout un système taxinomique des perversions sexuelles, exposé dans Psychopathia sexualis (1886), qui obtint un énorme succès10 et passa pour le texte de référence sur l’inversion. En 1923, l’imposant traité fut repris par le professeur Moll11, qui proposa, vingt ans après la mort de son auteur, une nouvelle édition largement remaniée, émaillée de ses propres commentaires et enrichie d’un plus grand nombre de cas féminins12. En effet, le saphisme a longtemps été le parent pauvre de la sexologie : si Havelock Ellis reconnaissait que l’homosexualité était aussi répandue chez les femmes que chez les hommes13, Krafft-Ebing, en 1886, employait encore l’expression d’« uraniste féminin14 » !

  • 15 Dr R. von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis, étude médico-légale à l’usage des médecins et des j (...)
  • 16 Voir ibid., p. 434. Havelock Ellis souligne également cette importance de l’hérédité qui est, selo (...)
  • 17 Dr R. von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis, op. cit., p. 517.
  • 18 Ibid., p. 521.

8La théorie de Krafft-Ebing s’articule autour de quelques points qui portent à la fois sur l’origine, les causes, les formes de l’homosexualité, et les éventuels remèdes à y apporter, le tout organisé selon une méthode taxinomique en vogue dans les milieux post-darwiniens de la fin du xixe siècle. Le professeur allemand considère l’homosexualité comme une sorte d’« hybridation mentale15 » qui s’accompagne d’un ensemble de facteurs pathologiques annexes d’origine héréditaire16 ou de nature congénitale, définis méthodiquement. Cette vision, dominée par la notion de dégénérescence, sous-tendra toute une approche d’ordre sociologique, puisque Krafft-Ebing rattachera l’inversion à un mode de vie marginal. Adepte du travestissement – qui vient corroborer la théorie de la mauvaise assignation du corps à l’esprit et qui s’accompagne éventuellement d’une falsification de l’état civil – et vivant le plus souvent d’expédients, la lesbienne est chez lui un personnage sinon errant, du moins aventureux. La plupart des cas étudiés par Krafft-Ebing sont de plus issus d’une population assez défavorisée, sur laquelle pèsent de lourds atavismes familiaux et sociaux, tels que mariages consanguins, incestes, alcoolisme, etc., autant de stigmates qui n’auraient pas dû favoriser l’identification de celles qui souffraient d’inversion… Krafft-Ebing distingue quatre catégories de saphisme : l’hermaphrodisme psychosexuel (c’est-à-dire « un penchant aux deux sexes »), l’homosexualité pure, la viraginité (où « les caractères psychiques se rapprochent, abstraction faite de l’instinct sexuel, en partie de l’autre sexe ») et la gynandrie (où « les formes physiques ressemblent […] à celles de l’homme »)17, « degré le plus grave de l’homosexualité » : « il s’agit de femmes […] qui sont absolument viriles dans leurs sensations, leur façon de penser, leurs actes et leur extérieur » et qu’on qualifie volontiers de « viragos »18. Autrement dit, non seulement la lesbienne « la plus atteinte » est la plus masculine, mais de surcroît toute transgression du code vestimentaire, toute aspiration aux prérogatives masculines deviennent à ses yeux des symptômes de lesbianisme, comme l’atteste cette description d’un cas où le trouble dans le genre vaut à la fois comme cause et comme preuve de l’homosexualité :

  • 19 Ibid., p. 548.

Dès la première visite, cette malade attira mon attention par sa mise, ses traits et son allure. Elle portait un chapeau d’homme ; elle avait les cheveux coupés court […], un lorgnon, une cravate d’homme [;] les traits grossiers, plutôt masculins, une voix rauque […], et elle donnait plutôt l’impression d’un homme habillé en femme […]19.

  • 20 Anna Rüling, « Welches Interesse hat die Frauenbewegung an der Lösung des homosexuellen Problems? (...)

9La militante allemande Anna Rüling s’appropria et revendiqua ce rattachement de la lesbienne – « femme-homme » (Mannweib) – à la masculinité, allant jusqu’à affirmer, en 1904, que « l’homosexuelle possède de nombreuses caractéristiques, inclinations et facultés que l’on considère habituellement comme masculines » (Die homosexuelle Frau besitzt viele Eigenschaften, Neigungen und Fähigkeiten, die wir gewöhnlich als rechtsgültigen Besitz des Mannes betrachten) et que par conséquent elle « n’imite pas l’homme [mais] est intrinsèquement semblable à lui » (sie ahmt den Mann nicht nach, sie ist veranlagt wie er)20.

  • 21 Pour Krafft-Ebing, l’homosexuel était plus à plaindre qu’à punir. Il signa d’ailleurs la pétition (...)
  • 22 Censuré avant même d’être mis en vente, l’ouvrage parut d’abord dans une traduction allemande, sou (...)
  • 23 Havelock Ellis, préface de la première édition, p. 7. Sharon Marcus a remarqué que loin d’être sus (...)
  • 24 Natalie Barney, « L’amour défendu », Traits et portraits, Paris, Mercure de France, 1963, p. 168. (...)
  • 25 Voir Aimée Duc, Sind es Frauen? Roman über das dritte Geschlecht (1901) dont les personnages princ (...)

10Havelock Ellis, exégète critique de Krafft-Ebing, sortira le saphisme des ornières du sous-prolétariat pour l’observer dans une classe sociale privilégiée, celle dont les jeunes filles fréquentaient les collèges privés. Dans Sexual Inversion (1897), le tome II de ses Studies in the Psychology of Sex, il plaidait, à l’instar de Krafft-Ebing d’ailleurs21, en faveur d’une certaine clémence envers les homosexuels, et ne préconisait pas le traitement à tout prix. Condamné en 1898 par the National Vigilance Association pour obscénité (Obscene Publication Act), il ne devait pas, de son vivant, voir son ouvrage vendu en Grande-Bretagne22. Selon Havelock Ellis, l’homosexuel est certes malade mais toutefois innocent puisque son inversion est involontaire ; il lui paraît donc aussi injuste qu’absurde de stigmatiser « les manifestations d’un instinct qui apparaît à ceux qui en sont doués comme naturel et normal23 ». Natalie Barney lui fera écho en affirmant avec un bon sens désarmant que « pour la plupart des anormaux sexuels, l’anomalie consisterait justement dans la pratique d’une sexualité normale24 ! » Dénonçant la persécution légale et sociale dont faisaient l’objet les homosexuels, ces cliniciens, qu’ils penchent pour l’homosexualité acquise dans l’enfance comme Krafft-Ebing ou qu’ils défendent le déterminisme biologique comme Havelock Ellis, ont parlé d’irresponsabilité et par conséquent de non-culpabilité des homosexuels. Ceci explique que de nombreux invertis les considéreront comme des défenseurs de leur cause et se rallieront à leurs thèses25.

  • 26 Havelock Ellis, L’inversion sexuelle, op. cit., p. 183.
  • 27 Ibid., p. 185.
  • 28 Ibid., p. 59.

11Havelock Ellis a simplifié la typologie en quatre volets de Krafft-Ebing pour dégager d’autres catégories qui comprennent, aux deux extrêmes, les jeunes filles en proie aux « amitiés passionnées » (passionate friendships) sans conséquence car « aucune inversion ne s’y décèle, d’ordinaire »26et « la femme activement invertie » (actively inverted woman)27 généralement d’aspect viril. S’y ajoute une autre distinction : l’homosexualité congénitale, donc incurable, par opposition au vice homosexuel acquis28 ; autrement dit la perversion, d’une part, la perversité, de l’autre, deux pôles autour desquels graviteront les figures lesbiennes de la fiction fin-de-siècle mais qui sont déjà en germe dans La fille aux yeux d’or de Balzac (1835). Joséphin Peladan pastiche ainsi la démarche médicale pour diviser « les gynandres en natives ou devenues » :

  • 29 Joséphin Peladan, La gynandre, Genève, Slatkine, 1979 [1891], p. 190-191.

Les natives, garçonnières dès l’enfance jouent le rôle positif en l’aberration, obéissant à un idéal faussé et aussi insensuelles qu’insexuelles, des garçons avortés en femmes, des âmes de lycéens en des corps féminins [...].
Les devenues, normales pendant l’enfance, jouant encore par la suite le rôle passif et féminin en l’aberration, [...] simplement ennemies de l’homme par inaccommodation de la vibrabilité voluptueuse ; [....] cette catégorie reste guérissable par une simple vibration heureusement donnée29.

  • 30 Havelock Ellis, Sexual Inversion, p. 222 ; voir p. 186 dans l’édition française de 1914.
  • 31 Havelock Ellis, Sexual Inversion, p. 226 et 228 ; voir p. 186-187 dans l’édition française de 1914

12Quels que soient les cadres nosographiques adoptés, les médecins jouent un rôle important dans la façon dont les homosexuels s’auto-définissent, tant du point de vue du discours, même si celui-ci est très normatif, que des comportements et des caractéristiques. Ils amènent à la connaissance, à la lumière, des cas de femmes sans hommes qui peuvent tout autant servir de repoussoir que de modèles, voire de miroirs à des lesbiennes cantonnées à un vide représentationnel. C’est notamment le cas chez Havelock Ellis qui dresse le portrait de femmes indépendantes, célibataires, libérées du joug masculin et dont l’homosexualité se lit en filigrane derrière leurs singulières caractéristiques : éduquées, cultivées, intellectuelles, musiciennes, elles tranchent avec la majorité de leurs contemporaines et exercent des professions révélatrices de leur milieu, telle Miss S. a business woman of fine intelligence (une femme d’affaires d’une grande intelligence)30, ou Miss M…, the daughter of English parents (both musicians) (fille de parents anglais, tous les deux musiciens) elle-même musicienne, etc31.

  • 32 Jean-Louis Dubut de Laforest, Pathologie sociale, Paris, Dupont, 1897, p. v.

13Avant que des écrivaines lesbiennes, en évoquant leurs destinées personnelles, viennent lever l’anonymat attaché à la figure, l’on voit la sexologie s’inviter dans la littérature fin-de-siècle où l’on dénombre quantité d’ouvrages offrant une illustration romanesque des différents types définis par la clinique. Moins présente que son homologue masculin dans les traités de sexologie, la lesbienne s’impose davantage que lui en tant qu’héroïne dans les romans de pathologie sociale pour reprendre le titre adopté en 1897 par Jean-Louis Dubut de Laforest, grand admirateur de Charcot, pour une série de nouvelles et romans courts conçus à partir de « la méthode anatomo-clinique32 ». Or, le détour par la médecine vient, dans ces fictions d’hommes, alimenter un propos coercitif, voire moralisateur. Le discours clinique remplira une tout autre fonction sous la plume des premières lesbiennes qui, parlant en leur nom, retraceront leur lente venue à l’homosexualité en s’aidant des traités de sexologie pour se comprendre, s’analyser et s’affirmer. Je m’appuierai, pour montrer comment le propos médical peut devenir un vecteur d’identification positive, sur deux exemples emblématiques et diversement célèbres, datés respectivement de 1928 et 1939.

De Stephen Gordon à Diana : des lesbiennes au prisme de la sexologie

  • 33 Voir Christine Bard, Les garçonnes, modes et fantasmes des années folles, Paris, Flammarion, 1998 (...)
  • 34 Pour un panorama éclairant de cette période, voir Florence Tamagne, « L’identité lesbienne : une c (...)

14Les femmes de lettres lesbiennes de la Belle Époque, contemporaines de l’explosion de la sexologie, ne se sont guère emparées de cette dernière pour éclairer leur sexualité, Renée Vivien en tête, qui trace son sillon poétique en détournant les motifs symbolistes et en choisissant Sappho comme figure d’élection et la Grèce antique comme paradis des amours anandrynes. Avec les bouleversements sociétaux engendrés par la Première Guerre mondiale et l’avènement de la garçonne, les thèses médicales élaborées dans la seconde moitié du xixe siècle vont trouver un nouveau terrain favorable de diffusion et servir à décrypter les évolutions de la société, notamment en matière de libération des mœurs et d’identité sexuelle33. Tout en s’alarmant du phénomène, la presse notamment popularise le personnage de la garçonne – avec son allure libre et son vestiaire masculin –, qui entre définitivement dans la postérité grâce au roman éponyme de Victor Margueritte en 1922 et marque les débuts d’une véritable culture lesbienne34.

15La littérature enregistre ce changement de paradigme et s’en fait l’écho. Le brouillage des sexes et la fin du dimorphisme servent d’éclairage à l’homosexualité, ainsi diluée dans des textes qui optent volontiers pour une poétisation, voire un contournement subversif du thème. Ainsi Virginia Woolf, inspirée par la flamboyante Vita Sackville-West avec qui elle a eu une relation amoureuse, imagine, en 1928, les tribulations d’Orlando à travers les siècles et les sexes, et joue de ses changements d’anatomie pour explorer l’homosexualité sur fond d’androgynie. Ce détour par la fantaisie historique – mais non moins féministe – lui permet d’aborder le sujet avec une légèreté apparente en raillant habilement les constructions des sexologues et regarde déjà du côté de la théorie queer puisque Orlando se soustrait à tout étiquetage de son identité sexuelle. En effet, le corps de sa/son protagoniste se prête, à travers ses transformations, à des désirs changeants expérimentés sans arrière-pensées :

  • 35 Virginia Woolf, Orlando, Paris, Stock, 1974, p. 178.

[…] comme Orlando n’avait jamais aimé que les femmes et que la nature humaine se fait toujours tirer l’oreille avant de s’adapter aux conventions nouvelles, quoique femme à son tour, ce fut une femme qu’elle aima ; et si la conscience d’appartenir au même sexe eut un effet quelconque sur elle, ce fut d’aviver et d’approfondir ses sentiments masculins d’autrefois35.

  • 36 Psychopathia sexualis, comme les autres volumes de sexologie de cette bibliothèque secrète, est, e (...)
  • 37 Voir Radclyffe Hall, The Well of Loneliness, livre 2, chap. XXVII, Londres, Virago, 1982 [1928], p (...)

16La même année, Radclyffe Hall adopte une démarche radicalement différente et plus frontale en racontant l’histoire contemporaine de Stephen, condensé des nombreuses théories cliniques et décalque de son autrice, dans The Well of Loneliness, roman d’initiation d’une invertie-née et moyen pour la romancière anglaise de réfléchir à sa propre trajectoire. C’est d’ailleurs en tombant par hasard, dans un recoin de la bibliothèque paternelle, sur le fameux volume de Krafft-Ebing, que l’héroïne prend conscience qu’elle appartient à une catégorie pathologique qui compte des milliers d’individus36 : « Nous sommes en si grand nombre » (there are so many of us), s’écrie Stephen après avoir dévoré Psychopathia sexualis dont « elle n’avait jamais entendu parler auparavant »37. Cette découverte rend tout à coup sa situation à la fois tragique et inévitable et marque une étape dans sa destinée et sa vocation créatrice. La stigmatisation se transforme alors en signe d’élection, une élection à rebours qui l’assimile à Caïn.

  • 38 Voir Suzette Robichon, entrée « Hall Radclyffe » dans Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes(...)
  • 39 En France, le saphisme ne fut jamais un délit, contrairement à l’Allemagne, par exemple, où un pro (...)
  • 40 On se souvient, qu’en 1885, la reine Victoria aurait refusé de signer une loi réprimant l’homosexu (...)

17Le recours au vocabulaire ou aux cadres cliniques dans le roman sert en réalité à affirmer la légitimité d’un désir (naturel), d’une identité et d’un destin et par conséquent à laver le personnage de toute culpabilité ou responsabilité de ses penchants. Le roman se clôt d’ailleurs sur un appel à la tolérance. Stephen/Hall, butch avant la lettre, réclame la clémence de la société et le droit, moins d’aimer les femmes, que d’exister en dépit de sa différence et de vivre conformément aux codes masculins. L’ouvrage rencontra le succès, notamment parmi les « sans-patrie du sexe » auxquels il tendait le miroir de leurs souffrances intimes, mais devint rapidement la cible de la critique conservatrice et s’attira les foudres de la censure. S’ensuivit un procès houleux qui se solda au Royaume-Uni par l’interdiction du livre (pour plus de trente ans !), ainsi promu à un retentissement inattendu et dorénavant drapé d’un parfum de scandale. Autobiographie déguisée, plaidoyer pro domo, peinture jugée trop sage par certain·e·s, telles Natalie Barney et Romaine Brooks, en raison d’une conception très conventionnelle du couple lesbien calqué sur le modèle hétérosexuel38, Le puits de solitude dont la tonalité fataliste du titre reflète la relative modestie des revendications qui s’y expriment, a néanmoins servi de catalyseur à une parole du dedans à l’adresse d’une société britannique partagée entre tentative avortée de criminalisation de l’homosexualité féminine en 192139 – à l’instar de son versant masculin – et volonté d’invisibiliser les lesbiennes40.

  • 41 Sur l’homosexualité d’Edith Ellis, voir la biographie de son époux par Vincent Brome, Havelock Ell (...)
  • 42 Sur Radclyffe Hall, voir l’article que lui a consacré Suzette Triton, dans la revue Masques, 6, 19 (...)
  • 43 Voir Radclyffe Hall, The Well of Loneliness. With a Commentary by Havelock Ellis, Paris, Pegasus P (...)
  • 44 Esther Newton, « The Mything Mannish Lesbian: Radclyffe Hall and the New Woman », Signs: Journal o (...)
  • 45 Cette approche est encore défendue par Lillian Faderman, dans Surpassing the Love of Men: Romantic (...)

18Si le discours médical a pu servir à condamner l’homosexualité, il remplit la fonction inverse dans le roman. En outre, Havelock Ellis, sans doute sensibilisé à la question du fait que sa propre épouse était lesbienne41, rédigea, en guise de soutien, un bref avant-propos élogieux pour The Well of Loneliness42, louant ses qualités littéraires et soulignant qu’il « a une importante signification au point de vue psychologique et social » (possesses a notable psychological and sociological significance)43. Sa dimension documentaire se déploie néanmoins pleinement à travers la fiction : la romancière se revendique, par et dans l’œuvre, comme homosexuelle et s’affirme des deux côtés du spectre romanesque – en tant qu’écrivaine et en tant que personnage fictif – sous cette identité. En effet, Stephen, pourvue d’un prénom masculin car son père aurait souhaité un garçon, correspond exactement à la définition de H. Ellis, puisqu’elle pense (et tout chez elle le confirme) qu’elle aurait dû être un homme. Selon Esther Newton, alors même que cet archétype viril était marqué au sceau de la pathologie, Hall and many other feminists like her embraced, sometimes with ambivalence, the image of the mannish lesbian and the discourse of the sexologists about inversion primarily because they desperately wanted to break out of the asexual model of romantic friendship44, qui pendant longtemps a servi à minimiser ou à désexualiser les relations saphiques45. Toutefois, à cette époque comme ensuite, nombreuses furent celles qui cherchèrent à se désolidariser de ce stéréotype jugé dévalorisant, et régulièrement la cible des caricaturistes, pour revendiquer leur féminité. Néanmoins, en s’échappant de la sphère traditionnelle du féminin et en adoptant un comportement jugé masculin, les lesbiennes gynandres ne se contentaient pas de vivre conformément à leur supposée inversion psychique mais manifestaient des aspirations féministes de liberté, de sorte qu’après une enfance de garçon manqué, porter des vêtements de coupe virile, renoncer aux cheveux longs, s’adonner aux sports, priser les activités intellectuelles, fumer et boire, attestaient une émancipation tant sexuelle que sociale.

  • 46 Propos rapportés par Liane de Pougy, dans Mes cahiers bleus, 21 septembre 1933, Paris, Plon, 1977, (...)
  • 47 Évoquant « celles qui se sentent une nature plutôt masculine », il ajoute : « Elles en arrivent mê (...)

19Facilement repérables dans la sphère publique, ces figures sont évidemment la face apparente de l’iceberg et laissent dans l’ombre celles qui, extérieurement, continuaient à se conformer « à leur sexe » et donnent à penser que ces peintures d’une homosexualité « affichée » étaient un phénomène citadin. On a, en effet, plus volontiers retenu les couples lesbiens comme celui que formèrent, par exemple, Radclyffe Hall et Una Troubridge, que ceux où la féminité est le dénominateur commun : c’est le cas de Natalie Barney – plus près de nous d’Elula Perrin – qui ne renonce pas à ses robes ni à ses tenues vaporeuses – sauf sur le tard –, au motif qu’il serait absurde de vouloir imiter le « sexe laid » que l’on déteste : « Pourquoi vouloir ressembler à nos ennemis ? », interrogeait Barney qui, à l’instar de ses conquêtes, n’aimait « pas trop les femmes-garçons »46. L’Amazone réservait le travesti à l’intimité, qu’elle se rendît en secret habillée en page auprès de Liane de Pougy en vue de la séduire ou qu’elle posât avec Renée Vivien dans de plaisants tableaux vivants immortalisés par la photographie ; il s’agit alors davantage de déguisements, de travestis ludiques, même s’ils s’accompagnent chez Vivien d’une réflexion sur le neutre ou la traversée du genre, à commencer par l’onomastique. Marguerite Radclyffe Hall avait opté pour le prénom John, Renée Vivien – en réalité Pauline Tarn – signait volontiers Paul au bas de ses missives amoureuses, et l’austère militante féministe américaine Frances Willard se faisait appeler Franck dans l’intimité…, corroborant ainsi ce qu’écrivait Krafft-Ebing à ce sujet47.

  • 48 Colette, Le pur et l’impur, Œuvres complètes, tome III, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1991, p. 58 (...)
  • 49 Ibid., p. 591.
  • 50 Ibid., p. 590.
  • 51 Colette, Lettres à Marguerite Moreno, 7 juin 1944, Paris, Flammarion, 1959, p. 288. Sur l’ambivale (...)

20Colette, pour sa part bisexuelle avérée, ignore la nomenclature scientifique pour évoquer le passage (le sien en l’occurrence) du « sexe officiel [au] sexe clandestin48 ». Ce dernier, s’appuyant sur le travestissement, comporte quelques accessoires obligés qui trahissent la dissidence, ces « insignes tels que plastron à plis, col dur, parfois gilet, toujours pochette de soie49 », toute une panoplie qu’elle endossa pour « singer le garçon50 », tout en restant femme, puis qu’elle rangea soigneusement dans ses armoires et ses souvenirs au moment de regagner les rives de Cythère, sans toutefois quitter totalement du regard celles de Lesbos. Et lorsque, dans ces mêmes pages du Pur et l’impur (1932), elle évoque Missy, la marquise de Belbeuf au maintien viril, dont elle fut un temps la compagne, elle poétise sa monstruosité et en fait une figure chimérique, l’héritière malheureuse de l’androgyne platonicien, avant de la qualifier plus tard d’« être inachevé51 ». En revanche, pour celles qui revendiquent une féminité parfois hyperbolique, l’homosexualité se veut un choix plus qu’un destin ou une fatalité. En demeurant dans le domaine de la « féminité », elles sont ainsi plus difficiles à appréhender mais surtout semblent échapper à cette mauvaise assignation sexuée qui fait que la mannish lesbian est attirée par les femmes car, en réalité, elle est un homme et se comporte en conséquence.

  • 52 Lillian Faderman, Odd Girls and Twilight Lovers: A History of Lesbian Life in the Twentieth Centur (...)
  • 53 Voir Diana Frederics [pseud.], Diana: A Strange Autobiography, New York, Citadel Press, 1945 [1939 (...)

21Le procédé mis en œuvre par Radclyffe Hall sera de nouveau utilisé dans un texte plus tardif, mais qui devint un classique du genre : Diana: A Strange Autobiography publié aux États-Unis en 1939, dans un contexte très répressif, à une époque où toute évocation de l’homosexualité et présence de personnages gays sont interdites au théâtre et au cinéma en vertu du code Hays, en vigueur depuis 1934, et où les homosexuels vivent dans la quasi-clandestinité52. C’est dire l’importance symbolique de cet ouvrage mineur qui se présente comme une confession et bénéficie de prolégomènes scientifiques, à savoir une introduction rédigée par le Dr Victor Robinson (auteur de The Story of Medicine, comme il est indiqué sur la jaquette). Celui-ci, qui voit dans ce livre un témoignage capital pour une meilleure compréhension des lesbiennes par les médecins eux-mêmes, décrit Diana en termes élogieux comme the confession of one who was destined by Nature to gather forbidden fruit in the gardens of deviation, and who saved her life from frustration by knowing herself53. La parole médicale placée en ouverture semble ainsi garantir non seulement la qualité mais surtout l’authenticité subjective du récit qui lui fait suite.

  • 54 Diana Frédérics, Diana, roman traduit de l’anglais par Jean Gompel, Paris, Éditions des Deux-Rives (...)
  • 55 Ibid.
  • 56 Ibid., p. 37.
  • 57 Ibid., p. 38. Ces propos sont aux antipodes de la doxa de l’époque, largement véhiculée à partir d (...)

22À l’instar du Puits de solitude, Diana: A Strange Autobiography raconte l’histoire d’une jeune fille qui, après avoir lu un traité de sexologie, commence à se rendre compte qu’elle est lesbienne. Le passage qui relate les circonstances de cette prise de conscience est clairement inspiré du roman de Radclyffe Hall : « Bouquinant un soir dans la bibliothèque de mon père, je tombai sur un livre traitant des questions sexuelles54 ». « Un chapitre détaillé [portait] sur l’homosexualité. Je le lus et le relus, impatiente, effrayée et enfin me sentis malade55 », sans doute en voyant défiler sous ses yeux les termes « pervers », « perversions mentales », « crimes contre nature ». Il s’agit évidemment d’une brochure de vulgarisation. Son frère, étudiant en médecine, désireux d’apaiser ses tourments, lui lit alors des passages « d’un volume de Havelock Ellis et de Freud56 ». Elle apprend ainsi que les homosexuels ne sont « pas des déséquilibrés […] parfois enclins à la démence sexuelle » mais « en grande majorité [des individus] intellectuellement sains »57. Elle décide cependant dans un premier temps d’ignorer ses penchants : elle évite toute relation intime avec ses amies et, bien qu’incapable de se résigner au mariage, vit quelque temps en couple avec un garçon, le passage par l’hétérosexualité venant confirmer le caractère congénital de son inversion mais aussi la tentative d’y échapper. Après leur rupture, elle parvient à s’affirmer et à s’accepter, notamment grâce à ses nombreuses lectures où se côtoient, pêle-mêle, la sexologie, la psychanalyse et la littérature, comme autant de discours visant à une certaine émancipation :

  • 58 Diana Frédérics, Diana, op. cit., p. 89.

[…] je lus Hirschfeld, Freud, Jung, Westermarck, Kraftt-Ebing, Gide et Ellis, et j’acceptai peu à peu ce qui était compatible avec mes propres observations. Je ne pensais plus à l’homosexualité comme à un problème moral, mais seulement comme à une condition dans la gamme des variations sexuelles58.

  • 59 Ibid., p. 90.
  • 60 Ibid., p. 91.

23Elle déclare cependant ne pouvoir adhérer à la théorie de l’homosexualité congénitale pour lui préférer celle de la psychanalyse et de ses cycles de développement sexuel. Freud, s’il parle d’immaturité sexuelle plutôt que de vice, s’inscrit dans la même lignée déculpabilisante qu’Havelock Ellis par exemple. Parallèlement, il soutient une approche normative de l’homosexualité en tant que tendance à corriger quand elle perdure dans la vie adulte, afin d’asseoir la suprématie du désir hétérosexuel. On peut donc s’étonner de le voir plébiscité dans un ouvrage s’efforçant de peindre le lesbianisme in fine comme un mode de vie non seulement acceptable mais épanouissant. Dans tous les cas, ces lectures semblent amener Diana à « humaniser » son approche et à considérer la conduite de l’homosexuel « ni pire ni meilleure que celle de l’hétérosexuel59 ». Face au saphisme généralisé dans la faculté où elle étudie, elle établit des catégories et distingue les lesbiennes actives et passives qui rappellent les distinctions opérées par les sexologues. Les premières s’affichent et s’enorgueillissent de « leur singularité » ; elles ont des attitudes viriles, fument et boivent excessivement, se travestissent et portent « des chemises avec cravate […] et des pantalons60 ». Les secondes ne sont « pas visiblement homosexuelles » mais « possèd[ent] des caractéristiques latentes » qui peuvent les amener à emprunter tel ou tel chemin.

  • 61 Ibid., p. 94.

24L’héroïne a alors quelques aventures au cours de différents voyages en Europe qui la mènent à Berlin et à Paris, hauts lieux du saphisme et stations obligées de l’initiation sexuelle. Le parcours de Diana ne manque pas d’originalité pour l’époque : se définissant comme membre du troisième sexe61 sans toutefois cultiver une apparence révélatrice, elle s’émancipe peu à peu pour quitter le territoire de la honte et de la culpabilité, mener une carrière de professeure, s’essayer à l’écriture et trouver le bonheur et la stabilité affective auprès d’une autre femme.

  • 62 Ibid., p. 10.

25L’introduction de Victor Robinson s’inscrit dans une volonté d’information. Déplorant le manque de connaissances et les erreurs d’interprétation sur l’inversion, il voit dans l’autobiographie de Diana, narrée dans les limites de la bienséance, l’occasion de mieux comprendre les lesbiennes. L’héroïne, grâce à ses lectures scientifiques, se voit sauvée « de la frustration par la connaissance de soi » ; sa « déviance » n’est « pas une question de morale, mais de glandes endocrines »62. Par un juste retour des choses, la narratrice balise son récit de références aux textes cliniques et emprunte volontiers au langage de la sexologie, notamment lorsqu’elle dresse une typologie des lesbiennes qui l’entourent. Son livre montre les tensions à l’œuvre entre le discours clinique, théorique, et l’expérience réelle et empirique. Le discours clinique sert de soubassement à la perception de soi mais Diana sinon l’invalide, du moins l’infléchit : elle naturalise le lesbianisme présenté comme une identité sexuelle tout aussi valable que l’hétérosexualité, neutralisant ainsi toute tentative de hiérarchie.

  • 63 Karla Jay, « Foreword », dans Diana Frederics [pseud.], Diana, A Strange Autobiography, New York, (...)
  • 64 Marylynne Diggs, entrée « Frederics Diana », dans An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Trans (...)

26Sur le rabat de la jaquette de l’édition originale (1939) de Diana: A Strange Autobiography , on pouvait lire cette note de l’éditeur : This is the autobiography of a woman who tried to be normal, non conservée par la suite (édition de poche 1952) et éliminée de l’édition française (1946) dont le titre est devenu simplement Diana, sous-titré « roman », alors même que l’édition originale américaine stipulait à trois reprises qu’il ne s’agissait pas d’une œuvre de fiction mais d’une histoire vraie (this is not a work of fiction. […] It is a true story [note de l’éditeur]), d’une « confession » (introduction du docteur Victor Robinson), et que « les personnages et les événements de ce livre [étaient] vrais » (avant-propos de l’autrice). Il demeure néanmoins impossible to verify whether Frederics is honestly recounting events from her own life, creating a composite of several women she knew, or writing a work of fiction disguised as autobiography, reconnaît Karla Jay, célèbre autrice de lesbian pulp fiction, dans l’avant-propos qui a accompagné sa réédition en 199563. En dépit du paratexte visant à asseoir son authenticité et du recours à un pseudonyme, le livre peut certes soulever quelques interrogations quant à la véritable identité et identité sexuelle de l’auteur·e. On l’a récemment attribué à Frances V. Rummell, décédée en 1969, professeure de français au Stevens College, mais cette “Diana Frederics” est-elle a lesbian writer who appropriates medical language for her own validation and self-representation? Or is “she” really a male physician, well-versed in sexological theory, validating lesbian identity while also maintaining the control of the male physician over what gets said about lesbians?64 Ces interrogations pourraient paraître triviales si elles ne témoignaient de la subtile imbrication souvent à l’œuvre entre la fiction des sexologues (car il s’agit bien de cela aussi) et celle élaborée par les lesbiennes sur elles-mêmes avec l’aide des premiers.

Conclusion

  • 65 Cheshire Calhoun, « The Gender Closet. Lesbian Disappearance under the Sign “Women” », dans Martha (...)

27À partir d’une démarche similaire qui emprunte une forme plus ou moins romancée, Radclyffe Hall et Diana Frederics tendent vers une même affirmation de soi au sein d’une société hostile. Qu’elles le fassent en recourant aux thèses de la sexologie élaborées à la fin du xixe siècle peut paraître étonnant mais celles-ci leur permettent d’affirmer la naturalité de leurs désirs et leur appartenance à une catégorie. De plus, comme l’a rappelé Cheshire Calhoun, in Western culture, the lesbian as the bearer of a different, distinctive identity became thinkable, imaginable, largely by virtue of turn-of-the-century sexologists’ construction of a non binary sex/gender system in which the lesbian was positioned as the third sex; or, as M. Wittig desdribes her, “a not-woman, a not-man” […] or as Judith Butler might describe her, as disruptively reconfiguring and redeploying the categories of sex65.

  • 66 Sous-titre du chapitre XI de l’ouvrage du Dr Caufeynon, L’amour lesbien, Paris, Librairie artistiq (...)

28Radclyffe Hall et Diana offrent ainsi à elles deux une illustration de l’influence et de la dimension paradoxalement libératrices des discours scientifiques sur la perception que les lesbiennes ont eue d’elles-mêmes. En effet, la clinique fin-de-siècle, visiblement troublée et désorientée, dépeint en détail, dans sa tentative d’appréhender le phénomène, ces lesbiennes ayant déserté le territoire de leur sexe biologique pour un ailleurs encore mal défini, et dessine ce faisant le territoire imaginaire d’une population jusque-là invisible et indicible, individus sans attaches ou « ménages de tribades66 », que les mots des sexologues font avancer sur le devant de la scène médicale pour saluer leurs pareilles, invitées, dans le futur, à se raconter elles-mêmes.

Haut de page

Notes

1 Sur les multiples formes et discours auxquels a donné lieu le saphisme au tournant du xxe siècle, on pourra se reporter à Nicole G. Albert, Lesbian Decadence. Representations in Art and Literature of Fin-de-Siècle France, New York, Harrington Park Press, 2016.

2 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, I, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1994 [1976], p. 60.

3 J’emprunte l’expression au titre d’un roman de Catulle Mendès, Le chercheur de tares (1898).

4 L’expression est de Michel Foucault, dans Histoire de la sexualité, I, op. cit., p. 69 et passim.

5 Sur la « médicalisation de la sexualité », on consultera le dossier que lui a consacré, sous la direction de Sylvie Chaperon, Histoire, médecine et santé, 12, 2017 (en ligne : https://journals.openedition.org/hms/1136) notamment l’article de Julie Mazaleigue-Labaste, « Perversions parisiennes. La psychopathologie sexuelle en France entre 1872 et 1897 », p. 19-38.

6 Humaniste et homme de savoir né en 1825, Ulrichs, lui-même inverti, fut un des premiers à étudier et à défendre l’homosexualité – masculine –, qu’il baptisa « uranisme ».

7 Voir Florence Tamagne, entrée « Hirscheld Magnus », dans Didier Eribon (dir.), Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, Paris, Larousse, 2003.

8 Voir Carl Westphal, Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten, Berlin, August Hirschwald, 1869-1870, tome 2.

9 Sur l’instauration des discours autour de l’homosexualité au xixe siècle, voir Vernon Rosario (dir.), Science and Homosexualities, New York, Routledge, 1997.

10 Traduit en français en 1895, il fut de nombreuses fois réédité dans l’hexagone, une énième réimpression datant de 1963, dans la Bibliothèque scientifique chez Payot.

11 Moll fut lui-même l’auteur de Die conträre Sexualempfindung. Son ouvrage, une première fois publié à Berlin, chez H. Kornfeld en 1891, avec une préface du docteur Krafft-Ebing, fut réimprimé pour la troisième fois en 1899, dans une édition augmentée.

12 Philippe Lejeune, après avoir comptabilisé le nombre de cas observés par Krafft-Ebing, constate que 39 concernent des hommes et 11 des femmes (calcul effectué sur la première traduction française de 1895 de Psychopathia sexualis). Voir Philippe Lejeune, « Autobiographie et homosexualité », Romantisme, 56, 1987, note 24, p. 93. La remarque peut toutefois être étendue à L’inversion sexuelle d’Havelock Ellis, dont l’édition française de 1909 au Mercure de France comporte 38 cas d’hommes pour 5 cas de femmes seulement (voir ibid., note 28, p. 93).

13 Havelock Ellis, L’inversion sexuelle, 4e éd. française, revue et augmentée par l’auteur, Paris, Mercure de France, 1914, p. 161. Les références citées par la suite renvoient à cette édition.

14 Dr R. von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis, Paris, Carré, 1895 (1re éd. française), p. 375.

15 Dr R. von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis, étude médico-légale à l’usage des médecins et des juristes, nouvelle édition révisée par le Dr Moll (1923), préface du Dr Pierre Janet, Paris, Payot, 1963, p. 432. Nos références, quand elles sont données sans d’autres indications, proviennent de cette édition.

16 Voir ibid., p. 434. Havelock Ellis souligne également cette importance de l’hérédité qui est, selon lui, un facteur d’inversion dans environ un tiers des cas (voir Havelock Ellis, Sexual Inversion, chap. V (« The Nature of Sexual Inversion »), 3e éd., revue et augmentée, Philadelphie, F.A. Davis, 1927, en particulier les pages 264-265 consacrées à l’hérédité ; id., L’inversion sexuelle, op. cit., p. 230-231).

17 Dr R. von Krafft-Ebing, Psychopathia sexualis, op. cit., p. 517.

18 Ibid., p. 521.

19 Ibid., p. 548.

20 Anna Rüling, « Welches Interesse hat die Frauenbewegung an der Lösung des homosexuellen Problems? Eine Rede », dans Magnus Hirschfeld (dir.), Jahrbuch für sexuelle Zwischenstufen unter besonderer Berücksichtigung der Homosexualität, vol. 7, 1905, p. 131-151, en ligne : http://www.angelfire.com/fl3/uraniamanuscripts/annadt.html ; trad. anglaise « What Interest does the Women’s Movement have in the Homosexual Question? », dans Lillian Faderman et Brigitte Eriksson, Lesbian in Germany: 1890’s-1920’s, Tallahassee, Naiad Press, 1980, p. 83-94.

21 Pour Krafft-Ebing, l’homosexuel était plus à plaindre qu’à punir. Il signa d’ailleurs la pétition pour l’abrogation du paragraphe 175 de la législation pénale allemande.

22 Censuré avant même d’être mis en vente, l’ouvrage parut d’abord dans une traduction allemande, sous le titre Das konträre Geschlechtsgefühl (Leipzig, G. Wigands Verlag, 1896).

23 Havelock Ellis, préface de la première édition, p. 7. Sharon Marcus a remarqué que loin d’être suspecte, l’amitié entre femmes dans l’Angleterre victorienne était encouragée comme lien social « comparable à la parenté et à l’amour conjugal » avant que « la popularisation des nouveaux concepts de développement psychosexuel » ne la ramène à un attachement éphémère qui doit cesser avec le mariage (voir Sharon Marcus : « Entre femmes : l’amitié et le jeu du système dans l’Angleterre victorienne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 53/4, 2006, Écrire l’histoire des homosexualités en Europe : xixe-xxe siècles, p. 34.

24 Natalie Barney, « L’amour défendu », Traits et portraits, Paris, Mercure de France, 1963, p. 168. Et l’Amazone d’inviter à une étude plus approfondie de cette question auprès « des auteurs qui en on fait leur spécialité : Havelock Ellis, Krafft-Ebing, Freud, Young [sic] etc. Grâce à eux l’hypocrisie au sujet de ces mœurs tend à disparaître » (ibid.).

25 Voir Aimée Duc, Sind es Frauen? Roman über das dritte Geschlecht (1901) dont les personnages principaux invoquent Krafft-Ebing et se revendiquent du troisième sexe, statut qui les autorise à vouloir vivre librement, accéder à l’éducation et embrasser des carrières intellectuelles, de sorte que leurs revendications englobent toutes les femmes. Sur cette question, voir Katherina Rolwood, The Educated woman, Minds, Bodies, and Women’s Higher Education in Britain, Germany and Spain, Londres, Routledge, 2010, en particulier le chap. 5, « Masculine Minds in Feminine Bodies: Sexologies and Women’s Higher Education 1869-1914 ».

26 Havelock Ellis, L’inversion sexuelle, op. cit., p. 183.

27 Ibid., p. 185.

28 Ibid., p. 59.

29 Joséphin Peladan, La gynandre, Genève, Slatkine, 1979 [1891], p. 190-191.

30 Havelock Ellis, Sexual Inversion, p. 222 ; voir p. 186 dans l’édition française de 1914.

31 Havelock Ellis, Sexual Inversion, p. 226 et 228 ; voir p. 186-187 dans l’édition française de 1914.

32 Jean-Louis Dubut de Laforest, Pathologie sociale, Paris, Dupont, 1897, p. v.

33 Voir Christine Bard, Les garçonnes, modes et fantasmes des années folles, Paris, Flammarion, 1998 et Mary Louise Roberts, Civilization Without Sexes, Reconstructing Gender in Postwar France, Chicago/Londres, Chicago University Press, 1994.

34 Pour un panorama éclairant de cette période, voir Florence Tamagne, « L’identité lesbienne : une construction différée et différenciée ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 84, 2001, p. 45-57.

35 Virginia Woolf, Orlando, Paris, Stock, 1974, p. 178.

36 Psychopathia sexualis, comme les autres volumes de sexologie de cette bibliothèque secrète, est, en outre, couvert d’annotations de la main du père de l’héroïne.

37 Voir Radclyffe Hall, The Well of Loneliness, livre 2, chap. XXVII, Londres, Virago, 1982 [1928], p. 207 ; traduction française : Le puits de solitude, Paris, Gallimard (Folio), 1980, p. 304. Au début du roman, on voit en outre son père, Sir Philip, consulter et annoter fébrilement une des brochures écrites et publiées entre 1864 et 1879 par Karl Ulrichs, l’un des premiers sexologues à aborder l’homosexualité, mais plus spécifiquement « l’amour de l’homme pour l’homme », dans Forschungen über das Räthsel des mannmännlichen Liebe. Sur le passage du Puits de solitude où il est mentionné, voir p. 22-23 dans l’édition anglaise, p. 38 dans la traduction française.

38 Voir Suzette Robichon, entrée « Hall Radclyffe » dans Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes, op. cit.

39 En France, le saphisme ne fut jamais un délit, contrairement à l’Allemagne, par exemple, où un projet de loi, finalement rejeté, proposa en 1909 l’extension au lesbianisme du paragraphe 175 du code pénal, qui punissait les relations entre hommes d’une peine de prison.

40 On se souvient, qu’en 1885, la reine Victoria aurait refusé de signer une loi réprimant l’homosexualité, tant que toute référence aux femmes ne serait pas supprimée, sous prétexte que le saphisme n’existait pas !

41 Sur l’homosexualité d’Edith Ellis, voir la biographie de son époux par Vincent Brome, Havelock Ellis: Philosopher of Sex, chap. 8 (« His wife’s lesbian experience »), Boston, Routledge, 1979, p. 109-117.

42 Sur Radclyffe Hall, voir l’article que lui a consacré Suzette Triton, dans la revue Masques, 6, 1980, p. 70-76.

43 Voir Radclyffe Hall, The Well of Loneliness. With a Commentary by Havelock Ellis, Paris, Pegasus Press, s.d. [1933], n. p. ; Havelock Ellis, « Commentaire », dans Radclyffe Hall, Le puits de solitude, op. cit., n. p.

44 Esther Newton, « The Mything Mannish Lesbian: Radclyffe Hall and the New Woman », Signs: Journal of Women in Culture and Society, 9/4, 1984, p. 560 ; traduction française : « Le mythe de la lesbienne masculine : Radclyffe Hall et la Nouvelle Femme », Cahiers du Genre, 45, 2008, Les fleurs du mâle. Masculinités sans hommes ?, p. 15-42, en ligne : https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2008-2-page-15.htm.

45 Cette approche est encore défendue par Lillian Faderman, dans Surpassing the Love of Men: Romantic Friendship and Love Between Women from the Renaissance to the Present, New York, William Morrow & Company, 1981.

46 Propos rapportés par Liane de Pougy, dans Mes cahiers bleus, 21 septembre 1933, Paris, Plon, 1977, p. 281.

47 Évoquant « celles qui se sentent une nature plutôt masculine », il ajoute : « Elles en arrivent même à se donner des noms masculins, par exemple Paul au lieu de Pauline [sic], non seulement dans les relations personnelles, mais aussi dans les relations épistolaires » (Psychopathia sexualis, op. cit., p. 519).

48 Colette, Le pur et l’impur, Œuvres complètes, tome III, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1991, p. 589.

49 Ibid., p. 591.

50 Ibid., p. 590.

51 Colette, Lettres à Marguerite Moreno, 7 juin 1944, Paris, Flammarion, 1959, p. 288. Sur l’ambivalence de Colette face à l’homosexualité, on se reportera à Nicole G. Albert, « À la recherche du genre perdu : figures de l’entre-deux dans l’œuvre de Colette », Cahiers Colette 31, 2009, p. 101-114.

52 Lillian Faderman, Odd Girls and Twilight Lovers: A History of Lesbian Life in the Twentieth Century America, New York, Columbia University Press, 1991.

53 Voir Diana Frederics [pseud.], Diana: A Strange Autobiography, New York, Citadel Press, 1945 [1939], introduction, p. ix.

54 Diana Frédérics, Diana, roman traduit de l’anglais par Jean Gompel, Paris, Éditions des Deux-Rives (Rive Ouest), 1946, p. 31.

55 Ibid.

56 Ibid., p. 37.

57 Ibid., p. 38. Ces propos sont aux antipodes de la doxa de l’époque, largement véhiculée à partir des années 1940 dans la littérature populaire (qualifiée de lesbian pulp fiction, sous-genre spécifiquement états-unien) qui s’écoulait sous la forme de romans de gare aux couvertures suggestives. Ils racontaient des histoires d’amour lesbiennes malheureuses, voire tragiques, bien que souvent écrites par des homosexuelles elles-mêmes. Voir Jaye Zimet, Strange Sisters. The Art of Lesbian Pulp Fiction, 1949-1969, New York, Viking Studio, 1999.

58 Diana Frédérics, Diana, op. cit., p. 89.

59 Ibid., p. 90.

60 Ibid., p. 91.

61 Ibid., p. 94.

62 Ibid., p. 10.

63 Karla Jay, « Foreword », dans Diana Frederics [pseud.], Diana, A Strange Autobiography, New York, New York University Press, 1995, p. xv.

64 Marylynne Diggs, entrée « Frederics Diana », dans An Encyclopedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender, and Queer Culture, Chicago, 2002, en ligne : http://www.glbtqarchive.com/. Dans l’introduction d’une récente réédition (New York University Press, 1995), Julie Abraham suggère, pour sa part, qu’il s’agit moins d’une autobiographie proprement dite que d’une synthèse délibérée de plusieurs archétypes et intrigues que l’on trouve dans les livres de confession ou de témoignage (voir p. xix). En dépit de ses faiblesses, Diana n’en offre pas moins un plaidoyer en faveur du lesbianisme, dont la radicalité ne s’est pas émoussée dans les années qui ont suivi sa parution.

65 Cheshire Calhoun, « The Gender Closet. Lesbian Disappearance under the Sign “Women” », dans Martha Vicinus (éd.), Lesbian Subjects. A Feminist Studies Reader, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 1996, p. 210.

66 Sous-titre du chapitre XI de l’ouvrage du Dr Caufeynon, L’amour lesbien, Paris, Librairie artistique, 1932, p. 115.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole G. Albert, « Langage coercitif, pratiques émancipatrices : des lesbiennes sous l’œil de la clinique », Histoire, médecine et santé, 13 | 2018, 13-28.

Référence électronique

Nicole G. Albert, « Langage coercitif, pratiques émancipatrices : des lesbiennes sous l’œil de la clinique », Histoire, médecine et santé [En ligne], 13 | été 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/1249 ; DOI : 10.4000/hms.1249

Haut de page

Auteur

Nicole G. Albert

Chercheuse indépendante, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals