Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Sexologie et idéologies

Une polémique sur les théories sexuelles de Gregorio Marañón dans les années 1930

A controversy on the sexual theories of Gregorio Marañón in the 1930s
Jean-Louis Guereña
p. 29-47

Résumés

Au début des années 1930, à Barcelone, alors que la sexualité est devenue en Espagne un thème scientifique porteur, un jeune psychologue hongrois, Oliver Brachfeld, remet en question les théories sexuelles du très célèbre endocrinologue Gregorio Marañón, de vingt ans son aîné. La publication d’un compte rendu très critique de l’ouvrage phare du docteur Marañón paru à Madrid en 1929, Les états intersexuels dans l’espèce humaine, dans la Revue médicale de Barcelone, puis l’édition d’un petit volume, Polémique contre Marañón en 1933, donnent lieu à une véritable polémique autour de l’« intersexualité ». Deux conceptions et deux méthodes d’approche de la sexualité s’affrontent alors, celles de la psychologie et de la biologie. Brachfeld, tout en rejetant la psychanalyse freudienne, s’évertue à démontrer que la théorie de son aîné est désormais dépassée sur le plan scientifique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, Bernandino Fantini et Louise L. Lambrichs (éd.), Histoire de la pensée médicale (...)
  • 2 Richard M. Cleminson et Efigenio Amezúa, « Spain: the political and social context of sex reform i (...)
  • 3 Jean-Louis Guereña, Les Espagnols et le sexe xixe-xxe siècles, Rennes, Presses universitaires de R (...)
  • 4 Thomas F. Glick, « Marañón, Intersexuality and the Biological Construction of Gender in 1920s Spai (...)

1Les débats, controverses et polémiques scientifiques diverses alimentent l’évolution des sciences et de la pensée médicale et contribuent à leur avancée, y compris dans le cadre de la sexologie même lorsque celle-ci se trouve encore en construction1. Dans le cadre espagnol, où la « réforme sexuelle » avait commencé à s’introduire dès la fin du xixe siècle et les années 1920 et à faire alors l’objet de débats2, nous envisageons une polémique engagée au début des années 1930 par un psychologue hongrois, ou du moins autoproclamé tel, Oliver Brachfeld, contre un endocrinologue déjà très célèbre, Gregorio Marañón, et ses théories sexuelles, autour de l’« intersexualité » ou des « états intersexuels »3. Cette polémique opposait au fond deux conceptions distinctes mais complémentaires et deux méthodes d’approche de la sexualité, celles de la psychologie et de la biologie4.

2Nous présenterons tout d’abord les acteurs et les données de ce débat quelque peu inhabituel en Espagne, surtout dans la mesure où il transcendait le cadre strictement médical, avant d’en aborder les lignes principales et de tenter d’en dégager la portée dans le cadre de l’histoire de la sexualité de l’autre côté des Pyrénées.

Introduction

  • 5 Oliver Brachfeld, « Crítica de las teorías sexuales del Dr. Marañón », Revista médica de Barcelona(...)

3À la fin de l’année 1931, une revue médicale publiée à Barcelone insérait un article portant sur une « Critique des théories sexuelles du Dr Marañón », signé par un certain Oliver Brachfeld (1908-1967). L’article polémique était reproduit peu après dans Le Siècle Médical, prestigieuse revue médicale publiée à Madrid depuis 1854, contribuant ainsi à sa plus grande diffusion dans l’ensemble des milieux médicaux espagnols5.

  • 6 Pierre Vilar, Pensar històricament. Reflexions i records, Rosa Congost (éd.), Valence, Eliseu Clim (...)

4À propos de cette personnalité aujourd’hui bien oubliée en Espagne, l’historien et hispaniste français Pierre Vilar, qui l’a longuement fréquenté à Barcelone dans les années 1931-1932, rappelle dans ses souvenirs, où il lui consacre plusieurs pages passionnantes et vivantes, qu’il s’agissait du « personnage le plus curieux » de son entourage d’alors et de celui « qui probablement [lui] a le plus appris sur l’interprétation des psychologies – des individus ou des groupes – ». Ainsi le poussait-il à observer les relations entre vie privée et vie publique, lui en démontrant l’importance dans la constitution de chaque personnalité comme à l’occasion du choix d’une profession et de la formation d’une famille. Et, conclut Vilar, « pour aborder l’observation sociologique ou, simplement, pour me faire l’historien de personnalités ou de groupes, les suggestions de la psychologie adlérienne, en fin de compte simplifiée par Brachfeld, m’ont toujours servi »6.

  • 7 Gregorio Marañón, Los estados intersexuales en la especie humana, Madrid, Javier Morata, 1929. Voi (...)
  • 8 Gregorio Marañón, « Acerca del problema de la intersexualidad (Réplica a un artículo del dr. Olive (...)
  • 9 Oliver Brachfeld, Polémica contra Marañón con una crítica de las teorías sexuales de Marañón, una (...)

5La publication dans la presse médicale espagnole de cette analyse critique du jeune Oliver Brachfeld – développant ici un premier compte rendu, paru en allemand, de l’ouvrage de Marañón relatif à l’intersexualité7 – à laquelle le déjà célèbre médecin endocrinologue, mais aussi écrivain à succès, Gregorio Marañón (1887-1960), directement interpellé, crut bon de répondre en personne peu de temps après (soit en mars 1932) et dans la même revue barcelonaise ainsi que dans Le Siècle Médical8, allait être suivie, en 1933, de celle d’un petit ouvrage d’Oliver Brachfeld, volontiers pamphlétaire, reprenant et développant l’ensemble de la polémique qui était ainsi portée à la connaissance d’un large public9.

  • 10 Efigenio Amezúa, « Cien años de temática sexual: 1850-1950. Repertorio y análisis. Contribución al (...)

6Sous la dictature de Primo de Rivera (1923-1930) et les premières années de la Seconde République (1931-1936), la sexualité était alors devenue en Espagne un thème scientifique porteur, pour ne pas dire à la mode, et dont sans aucun doute Gregorio Marañón avait contribué très largement au lancement et à la popularisation10.

Gregorio Marañón, le maître

  • 11 Marañón 1887-1960 médico, humanista y liberal, Madrid, Sociedad Estatal de Conmemoraciones Cultura (...)

7Il ne nous paraît pas utile de tenter de rapporter ici la totalité de la riche biographie de Marañón et de son œuvre considérable (qui déborde d’ailleurs le champ médical), bien connues au demeurant, surtout après le cinquantenaire de sa mort en 201011.

  • 12 Veinticinco años de labor. Historia y Bibliografía de la obra del Prof. G. Marañón y del Instituto (...)
  • 13 Ramón Castejón Bolea, Moral sexual y enfermedad: La medicina española frente al peligro venéreo (1 (...)

8Dans les années 1930, et même bien avant, le docteur Marañón – Gregorio Marañón Posadillo –, est depuis plusieurs années une personnalité médicale et scientifique de tout premier plan, jouissant en Espagne d’une autorité et d’un prestige pleinement reconnus, voire incontestables. Ainsi, en 1935, ses vingt-cinq premières années passées à la tête de l’Institut de pathologie médicale de l’Hôpital Général de Madrid furent célébrées avec faste12. Gregorio Marañón avait contribué à fonder cet Institut – qui fut établi sous ce nom seulement en 1925 – dès sa nomination à l’Hôpital Général de Madrid en 1911, à la suite de son séjour d’études en Allemagne, réalisé à Francfort dans le laboratoire de Paul Ehrlich, Prix Nobel de Médecine en 1908 et inventeur du fameux Salvarsán ou 606, premier produit vraiment actif dans le traitement de la syphilis avant la découverte de la pénicilline13.

  • 14 Antonio López Vega, Gregorio Marañón. Radiografía de un liberal, Madrid, Taurus, 2011.
  • 15 Víctor Olmos, Ágora de la libertad. Historia del Ateneo de Madrid. Tomo I (1820-1923), Madrid, La (...)

9Au-delà même de son immense prestige médical, Gregorio Marañón était aussi très largement un écrivain (volontiers porté sur l’écriture de l’histoire) ainsi qu’un homme public qui n’hésita pas, à divers moments de sa vie, à s’engager socialement et politiquement, bien qu’il ne fût pas un homme de parti, comme la plupart des intellectuels de son temps14. Il présida ainsi en 1924 l’Athénée de Madrid (Ateneo científico, literario y artístico de Madrid), espace essentiel de sociabilité dans la vie intellectuelle, sociale et politique du pays15.

10En outre, preuve de la notoriété qu’il avait acquise bien au-delà des seuls milieux médicaux, Gregorio Marañón fut successivement reçu membre de plusieurs académies espagnoles, de l’Académie de Médecine en 1922 (alors qu’il n’avait que 35 ans), mais aussi de celle de la Langue (Real Academia Española) en 1933, et de celle de l’Histoire en 1936, ainsi que de l’Académie des Sciences Exactes, Physiques et Naturelles qu’il intégra en 1947 après la Guerre civile et enfin de celle des Beaux-Arts en 1956.

  • 16 Thomas F. Glick, « On the Diffusion of a New Speciality: Marañón and the “Crisis” of Endocrinology (...)
  • 17 Dagmar Vandebosch, Y no con el lenguaje preciso de la ciencia. La ensayística de Gregorio Marañón, (...)
  • 18 G. Marañón, Tres ensayos sobre la vida sexual, 3e éd., modifiée et avec un prologue de Ramón Pérez (...)
  • 19 José Ruiz-Castillo Basalga, Memorias de un editor. El apasionante mundo del libro, Madrid, Fundaci (...)

11Quant à ses travaux médicaux sur la sexualité publiés et diffusés dès 1915 – sa thèse de doctorat soutenue en 1910 porte pour sa part sur Le sang dans les états thyroïdiens –, ils firent rapidement autorité en Espagne et au-delà (un certain nombre d’entre eux furent en effet traduits en français, en anglais, en italien ou en allemand…). Ces travaux furent non seulement fort connus et appréciés dans le milieu médical (notamment ses recherches portant sur l’endocrinologie et les sécrétions internes) mais aussi dans le grand public16. Citons ses multiples conférences (ainsi à l’Athénée de Madrid en 1915 sur « Le sexe, la vie sexuelle et les sécrétions internes »), ses articles parus par exemple dans la célèbre Revue d’Occident fondée par José Ortega y Gasset, et surtout ses ouvrages à succès aux nombreuses rééditions17. Signalons notamment ses trois essais sur la vie sexuelle (« Sexe, travail et sports », « Maternité et féminisme », « Éducation sexuelle et différenciation sexuelle »), rassemblés en 1926 avec un texte introductif de son ami Ramón Pérez de Ayala, et qui connurent de nombreuses éditions de 1927 à 1934 avec un grand succès qui ne se démentit pas au fil des années18. L’éditeur, José Ruiz-Castillo, évoque à ce sujet un véritable best-seller avec plus de 100 000 exemplaires diffusés au total, malgré un certain scepticisme de l’auteur lors de la première édition tirée à « seulement » 3 000 exemplaires19. Dans le deuxième essai (« Maternité et féminisme »), reprenant le texte d’une conférence prononcée à Séville en février 1920 sous le titre « Biologie et féminisme », Marañón se prononçait clairement, en tant que médecin et endocrinologue, et c’était tout à son honneur, en faveur du contrôle des naissances et de l’éducation des femmes en ce sens.

  • 20 Gregorio Marañón, Amor, conveniencia y eugenesia. El deber de las edades. Juventud, modernidad, et (...)
  • 21 G. Marañón, L’évolution de la sexualité et les états intersexuels, traduit de l’espagnol par le Dr (...)

12Signalons aussi son ouvrage Amour, convenance, eugénisme, publié en 192920, ainsi que son essai déjà cité sur l’évolution de la sexualité et les états intersexuels – à l’origine précisément de la critique d’Oliver Brachfeld –, publié, toujours en 1929, chez l’éditeur madrilène Javier Morata – qui incluait dans son catalogue de nombreux ouvrages de sexologie –, réédité en 1930 sous un titre légèrement différent, et traduit en français en 1931 chez Gallimard21.

  • 22 Enrique Noguera et Luis Huerta (éd.), Genética, Eugenesia y Pedagogía sexual. Libro de las primera (...)

13Fort logiquement, Gregorio Marañón figura au programme des premières « journées eugéniques » espagnoles de 1928, qui allaient être brutalement supprimées par la dictature de Miguel Primo de Rivera peu de temps après leur ouverture, et fut victime, entre autres, la conférence de Marañón portant sur « Le problème de la maternité en Espagne »22.

  • 23 Gregorio Marañón, Obras Completas, Tomo I Prólogos, Recopilación de textos y notas por Alfredo Jud (...)

14Il convient également de prendre en compte quelques-unes de ses très nombreuses préfaces à des publications scientifiques ou littéraires de toutes sortes, d’auteurs espagnols et aussi étrangers (il en écrivit plus de 230 au total, preuve certaine de sa notoriété et aussi de sa grande curiosité intellectuelle), pour la plupart réunies en 1966 dans le premier tome de ses Œuvres complètes23.

  • 24 Ibid., p. 27-33 (« Literatura sexual ») et p. 47-60 (« Breve ensayo sobre la intersexualidad en la (...)

15Pour ce qui nous intéresse, et à l’époque envisagée, soit dans les années 1920 et 1930, nous pouvons ainsi citer les textes de Gregorio Marañón introduisant en 1924 la traduction espagnole de l’ouvrage du dermatologue et sexologue allemand Iwan Bloch portant sur la vie sexuelle contemporaine, ou en 1928 celle de l’étude plus technique du biologiste Alexander Lipschütz sur les sécrétions internes des glandes sexuelles24.

  • 25 Florence Tamagne, « La Ligue mondiale pour la réforme sexuelle. La science au service de l’émancip (...)
  • 26 Alison Sinclair, Sex and Society in Early Twentieth-Century Spain. Hildegart Rodríguez and the Wor (...)
  • 27 Hildegart, El problema sexual tratado por una mujer española, Madrid, Javier Morata Editor, 1931. (...)

16Comme preuve de cette notoriété et de cette autorité acquise en Espagne sur le plan médical et surtout en matière de sexologie au début des années 1930, il convient également de signaler que Gregorio Marañón participa au quatrième congrès de la Ligue mondiale pour la réforme sexuelle, l’organisation fondée par Magnus Hirschfeld en collaboration avec Havelock Ellis et Auguste Forel25. Lors de sa création en 1932, Marañón assuma – mais pour une courte période seulement – la présidence de la Ligue espagnole pour la réforme sexuelle sur des bases scientifiques et fit partie du comité de rédaction de Sexus, dont le premier numéro commença à paraître en octobre-novembre 1932, mais son nom n’apparaît plus dans le second et dernier numéro de la revue (daté d’avril-mai 1933)26. À ses côtés, l’on trouve, en tant que secrétaire général de la Ligue espagnole, l’atypique Hildegart (pseudonyme de Carmen Rodríguez Carballeira, 1914-1933), femme surdouée au destin tragique (elle fut victime de sa mère, Aurora Rodríguez Carballeira), qui en 1931, alors qu’elle n’avait pas encore 18 ans, dédie justement son ouvrage portant sur Le problème sexuel traité par une femme espagnole à Gregorio Marañón qu’elle traite respectueusement de « maître »27.

  • 28 Marie Bonaparte, La sexualidad de la mujer [traduction espagnole de De la sexualité de la femme, 1 (...)

17De plus, s’intéressant à la psychanalyse et à l’œuvre de Sigmund Freud, qu’il avait d’ailleurs connu personnellement, Gregorio Marañón était considéré par les représentants de l’école psychanalytique – ou du moins par certains d’entre eux, comme c’était le cas de Marie Bonaparte – comme un auteur méritant pleinement leur intérêt28.

Oliver Brachfeld, un provocateur ?

  • 29 Virgili Ibarz Serrat et Manuel Villegas Besora, « Ferenc Olivér Brachfeld (1908-1967) : un psicólo (...)

18Il fallait donc toute l’audace et l’impertinence quelque peu irréfléchies – peut-être aussi sans doute, à vrai dire, un peu de jalousie – d’un tout jeune psychologue âgé d’à peine plus de 20 ans, pratiquement inconnu en Espagne hors de certains milieux barcelonais, d’origine étrangère de surcroît (hongroise, concrètement) – et ceci explique peut-être cela (mais il résidait alors à Barcelone, où il semblait être bien implanté) –, pour oser s’attaquer de front au véritable « monstre sacré » qu’était devenu en Espagne Gregorio Marañón, de vingt ans son aîné29.

19Le premier point de départ de la polémique lancée par Ferenc Oliver Brachfeld se trouve dans son compte rendu critique de l’ouvrage de Gregorio Marañón Les états intersexuels dans l’espèce humaine (Madrid, 1929), paru en allemand en 1930 dans la revue de sexologie publiée à Berlin de 1929 à 1932, Zeitschrift für Sexualwissenschaft und Sexualpolitik, mais auquel très peu d’Espagnols eurent sans doute alors accès. Largement complété en mars 1930 et traduit (ou plutôt réécrit) en espagnol, ce premier article servit de base à un travail plus approfondi présenté (sous le pseudonyme de F. Oliver Garay) au concours ouvert en avril 1930 par la revue culturelle La Gazette littéraire, fondée en 1927 par Ernesto Giménez Caballero, et placée sous le patronage de Gregorio Marañón lui-même (qui avait collaboré financièrement à la fondation de la revue) pour récompenser (avec un seul prix de 500 pesetas) « le meilleur essai sur un ouvrage de biologie paru au cours des deux dernières années ». Exclu, semble-t-il sans raison, du concours, cet article intitulé alors « Critique des théories sexuelles du Dr Marañón » fut donc publié en décembre 1931 dans la Revue médicale de Barcelone, et reproduit ensuite dans Le Siècle Médical. Marañón assure toutefois qu’il ne fut en rien responsable de cette exclusion, et il semble que ce fut plutôt Giménez Caballero qui, pour ne pas déplaire à Marañón, préféra ne pas lui transmettre le travail présenté par Oliver Brachfeld.

20L’article critique sur les théories sexuelles de Gregorio Marañón fut ensuite réuni par Oliver Brachfeld en 1933 dans un petit volume au titre direct et volontairement provocateur (Polémique contre Marañón) avec la réponse de Gregorio Marañón parue en 1932 dans la même revue médicale barcelonaise, une longue « introduction » et un appendice. Oliver Brachfeld s’y emploie à loisir à polémiquer avec le maître, véritable poids lourd de la médecine espagnole, et à tenter de déconstruire le « mythe » Marañón, apparemment intouchable jusque-là, n’hésitant pas à se référer à la « trahison » de Marañón.

  • 30 M. Vicenta Mestre et Helio Carpintero, « Unas notas sobre la entrada de Adler en España », Revista (...)
  • 31 Ramón León, « Los psicólogos hispanohablantes y la teoría de Alfred Adler en la revista Internatio (...)

21Mais qui était donc Ferenc Oliver Brachfeld ? Formé à l’Université de Budapest et de Vienne, docteur en histoire mais « psychanalyste amateur », selon l’expression de Pierre Vilar, Oliver Brachfeld avait lu – et en avait, semble-t-il, tiré profit – les travaux des principaux psychologues et psychanalystes de l’époque, et tout particulièrement ceux d’Alfred Adler, ce médecin et psychologue autrichien qui minimisait le rôle de la sexualité dans la genèse de la personnalité et les névroses, et dont Brachfeld contribua à traduire et à diffuser l’œuvre en Espagne30. Membre de la Société hongroise de psychologie individuelle, Oliver Brachfeld travailla donc dans la ligne adlérienne – la « psychologie individuelle », qui est en fait une psychologie sociale puisqu’elle envisage la psychologie de la relation entre individus –, publiant ainsi à partir de 1928 au moins onze articles (ainsi que des comptes rendus critiques), et notamment une interview d’Ortega y Gasset, dans l’organe viennois de la spécialité, Internationale Zeitschrift für Individualpsychologie31. De même, Oliver Brachfeld publia en 1930-1931 quelques articles et compte rendu dans la revue allemande de sexologie fondée par Magnus Hirschfeld, Zeitschrift für Sexualwissenschaft und Sexualpolitik. Lié alors au psychiatre barcelonais, défenseur de la thérapie psychanalytique, Ramón Sarró Burbano, Oliver Brachfeld contribua également à introduire en Espagne les idées du psychologue et psychiatre suisse Carl Gustav Jung, qui insista particulièrement sur le caractère symbolique de la sexualité, en traduisant et en préfaçant en 1935 sa Théorie de la psychanalyse. Mais Oliver Brachfeld eut également d’autres centres d’intérêt liés à son pays d’origine et à sa thèse de doctorat en histoire soutenue à l’Université Pázmány Péter de Budapest.

22C’est à l’occasion d’un premier séjour qu’il effectua en Espagne – concrètement à Barcelone, à partir de l’automne 1929, pour y rassembler des matériaux afin de préparer sa thèse de doctorat – qu’Oliver Brachfeld prit contact avec l’œuvre de Marañón, et en particulier avec son ouvrage Les états intersexuels dans l’espèce humaine qui venait juste de paraître. Dès son arrivée à Barcelone, Oliver Brachfeld réussit à s’intégrer aussitôt dans les milieux intellectuels catalans. C’est ainsi que, dès le mois d’octobre 1929, il prononce deux conférences à l’Athénée de Barcelone sur la « Psychologie postfreudienne : Alfred Adler ». Après un séjour parisien, Oliver Brachfeld semble s’être établi à Barcelone peu avant la Seconde République, tombant amoureux de la ville, de son ciel et de la Méditerranée.

  • 32 Montserrat Kirchner, « La obra de Emilio Mira en el Instituto de Orientación Profesional de Barcel (...)

23Sous la Seconde République, Oliver Brachfeld, s’exprimant avec aisance tant en catalan qu’en castillan (il signale dans l’introduction de son ouvrage de 1933 pouvoir « lire trois langues de plus que les autres »), fut notamment chargé de cours à l’Institut psychotechnique de Barcelone (l’ancien Institut d’orientation professionnelle fondé en 1918) dirigé par Emilio Mira y López, l’un des introducteurs de la psychanalyse freudienne en Espagne, cofondateur et codirecteur de la Revue médicale de Barcelone dans laquelle il donna la possibilité à Oliver Brachfeld de publier son article critique sur Marañón32.

La polémique Brachfeld-Marañón

24Ce livre Polémique contre Marañón contient tout d’abord, après une page de présentation et d’autojustification, une longue « introduction » d’Oliver Brachfeld d’un peu plus de 100 pages, représentant plus de 60 % de l’ensemble, ce qui n’était pas très commun pour un texte qui, placé en début d’ouvrage, pouvait être considéré comme censé ne constituer qu’une simple présentation du reste de l’ouvrage, réduit donc à la portion congrue et en fait pour l’essentiel à un ensemble de pièces justificatives (et surtout quelques articles antérieurs d’Oliver Brachfeld servant à éclairer et à mettre en perspective ce texte – ou plutôt ces textes – « introductif »).

25Ce que nous qualifions sans doute improprement d’« introduction » (Oliver Brachfeld n’utilise absolument pas le terme), et qui constitue bien l’essentiel de l’ouvrage au bout du compte, est divisé en six chapitres plus ou moins longs (de 7 à 35 pages chacun) et relativement autonomes les uns des autres (ils apparaissent en tout cas différenciés comme tels dans la table des matières finale), mais conduisant à un travail en général assez décousu (surtout dans le chapitre intitulé précisément « Notes subjectives en marge de mon cahier sur Marañón ») et souvent de fait assez répétitif.

  • 33 Oliver Brachfeld, Polémica contra Marañón, op. cit., p. 5-21 ; p. 22-29 ; p. 30-55 ; p. 56-90 ; p. (...)

26Les titres de ces différents chapitres indiquent la tonalité générale de l’ouvrage, déjà suggérée clairement par le titre même donné à l’ensemble du livre par l’auteur (et surtout dans le titre « simplifié » de la couverture extérieure, encore plus incisif que celui qui figure sur la page de titre). Se succèdent ainsi « La trahison de Marañón » (en italiques, composée de sept points sans titre) ; « Le favoritisme intellectuel » ; « Fin d’un mythe scientifique » (en cinq sous-parties numérotées sans titre) ; « Notes subjectives en marge de mon cahier sur Marañón » (vingt-cinq « notes » de quelques lignes à plusieurs pages, avec leurs titres correspondants mais non numérotées) ; « L’équation personnelle de Marañón ? (lettre à un médecin) » ; et « Marañón, tabou » (en deux points sans titres)33.

27Tous les éléments du dossier instruit par Oliver Brachfeld – principalement, pour ne pas dire quasi exclusivement, à charge (si l’on excepte naturellement la réponse-défense de Gregorio Marañón lui-même) – sont réunis dans ce volume, ce qui en indique tout l’intérêt car un tel débat – ou polémique – portant sur la sexualité était alors loin d’être courant.

  • 34 Ibid., p. 156.

28Oliver Brachfeld concluait tout de même de manière assez négative son premier travail critique sur l’ouvrage relatif aux états intersexuels de Gregorio Marañón en affirmant que son intérêt principal résidait « plus dans l’excellent matériel casuistique que dans ses conclusions et théories hypothétiques34 ». En conséquence de quoi, il ne recommandait sa lecture seulement qu’à ceux qui étaient en mesure de pouvoir le lire de manière critique (« possédant déjà la critique suffisante », selon ses propres termes), ce qui signifiait bien une manière relativement modérée mais explicite d’en rejeter l’intérêt et de marquer ses distances avec l’ouvrage recensé et son célèbre auteur.

Les enjeux et les termes du débat

29Pour mieux comprendre la nature même du débat polémique entre Oliver Brachfeld et Marañón, rappelons tout d’abord très rapidement ce que Gregorio Marañón définit par « intersexualité » ou « états intersexuels », puisque c’est à ce terrain concret d’étude (pour désigner de cette manière les proportions variables de « masculinité » et de « féminité » présentes dans chaque individu) auquel s’intéresse en priorité Oliver Brachfeld et sur lequel portent essentiellement ses premières attaques.

  • 35 Ibid., p. 83-84.
  • 36 Richard Goldschmidt, Le déterminisme du sexe et l’intersexualité, Paris, Félix Alcan (Nouvelle col (...)
  • 37 Oliver Brachfeld, Polémica contra Marañón, op. cit., p. 152.

30Soucieux de montrer avant tout l’absence d’originalité des travaux menés par Marañón, Oliver Brachfeld souligne d’emblée le parallèle que présentent à ses yeux les thèses de Gregorio Marañón sur l’« intersexualité » avec la théorie avancée par le fondateur, en 1918, de l’Institut de Sexologie de Berlin (Institut für Sexualforschung), pillé par les nazis en 1933, le sexologue allemand Magnus Hirschfeld, sur les « degrés intermédiaires » (Zwischenstufentheorie)35, que Marañón ne mentionne pas alors qu’il cite pourtant son auteur à de multiples reprises et qu’il s’appuie explicitement sur les travaux du biologiste américain d’origine allemande Richard Goldschmidt36. Pour Oliver Brachfeld, il s’agit de toute façon d’une théorie déjà dépassée sur le plan scientifique, tout en reconnaissant pourtant dans un premier temps que le livre de Gregorio Marañón constitue « un ouvrage scientifique cent pour cent, dont les beautés stylistiques complètent avec bonheur le contenu37 ».

  • 38 Voir Nelly Oudshoorn, « Endocrinologists and the Conceptualization of Sex, 1920-1940 », Journal of (...)
  • 39 Oliver Brachfeld, Polémica contra Marañón, op. cit., p. 124.

31Pour Gregorio Marañón, comme pour Sigmund Freud, la libido (que Gregorio Marañón désigne parfois plus simplement comme « faim sexuelle ») est une impulsion primaire. Mais, pour l’endocrinologue espagnol, cette énergie spécifique se trouve être produite à l’origine par un phénomène purement chimique : l’irruption dans le sang des sécrétions internes des gonades38. Gregorio Marañón accepta le concept freudien de sexualité infantile39, et avança donc la théorie de l’« intersexualité », en étant convaincu d’une certaine forme de déterminisme biologique des comportements humains et de l’importance décisive de la sexualité dans ces comportements.

32L’article publié par Oliver Brachfeld dans la Revue médicale de Barcelone, plus conséquent et structuré en quatre points, est nettement plus incisif que sa première ébauche parue en allemand quelques années auparavant mais demeure toutefois dans les limites communément admises de la critique scientifique. Il est d’ailleurs fort probable que si cela n’avait pas été le cas, l’article d’Oliver Brachfeld n’aurait pas été publié dans la revue barcelonaise de médecine. Il convient de noter tout de même que son auteur se laisse quelque peu aller sur la fin, en évoquant notamment ce qu’il qualifie ni plus ni moins de « trahison » de la part de Gregorio Marañón – en se référant explicitement à l’ouvrage de l’essayiste français Julien Benda, La trahison des clercs (1927), où celui-ci condamnait les tendances des écrivains à l’« engagement » –, et ce par rapport à ses propres travaux et découvertes scientifiques.

33Partant de la théorie de l’ « intersexualité» exposée par Gregorio Marañón dans son ouvrage de 1929, Oliver Brachfeld développe une critique qui se veut systématique de l’ensemble de l’œuvre de Marañón relative à la sexualité, en abordant également d’autres ouvrages de l’auteur, tels que les Trois essais sur la vie sexuelle (1926), laissés auparavant de côté. À propos de cette notion d’ « intersexualité», Oliver Brachfeld continue d’affirmer qu’il ne s’agit pas là d’une idée vraiment novatrice, Marañón commettant de plus au passage – selon lui – quelques erreurs ou affirmations sommaires quant aux caractéristiques définissant la « féminité » et la « masculinité », en se référant ainsi exclusivement à l’homme blanc des pays dits « civilisés ».

  • 40 Ibid., p. 115.
  • 41 Ibid., p. 137.

34Certes, selon Oliver Brachfeld, Gregorio Marañón « suppose une bisexualité de l’organisme, comme point de départ normal chez tous les êtres humains40 ». Et, dans la conception de Marañón, l’évolution des deux sexualités connaît un rythme différent, comme ce dernier le commente lui-même dans sa réponse à Oliver Brachfeld : « Dans l’évolution de l’homme se greffe, dans la puberté, une poussée de féminité : et une poussée de virilité à l’âge critique de l’évolution féminine41 ».

  • 42 Ibid., p. 119.
  • 43 Voir Richard Cleminson et Francisco Vázquez García, « Breasts, Hair and Hormones: The Anatomy of G (...)
  • 44 Oliver Brachfeld, Polémica contra Marañón, op. cit., p. 120.
  • 45 Ibid., p. 142.
  • 46 Ibid., p. 122.
  • 47 Ibid., p. 123.

35Tout en rejetant plus ou moins directement la psychanalyse freudienne42, comme l’avait fait avant lui son maître Adler, Oliver Brachfeld aborde ensuite la question des caractères sexuels dits « primaires » et « secondaires » tel qu’ils furent théorisés au xviiie siècle pour la première fois par le médecin anglais John Hunter. À propos de la pilosité et de la calvitie (qui serait le signe d’une plus grande « virilité »)43, Oliver Brachfeld note ainsi que Gregorio Marañón « ne prend pas en compte [...] les données de l’ethnographie et de l’histoire de la civilisation »44. Gregorio Marañón affirme en effet que « l’homme chauve est presque sans exception hyperviriloide dans le reste de sa morphologie » et que « l’homme eunuque ne devient jamais chauve »45. De même, à propos des gestes et des attitudes, prétendant sortir d’une dimension strictement biologique privilégiée par Gregorio Marañón pour aller vers une explication un peu plus complexe de l’ensemble des phénomènes liés à la sexualité, qui prenne en compte notamment tous les aspects psychologiques, Oliver Brachfeld relève que ceux-ci « varient également selon les races et les peuples46 ». Mais, portant une accusation bien plus grave, Oliver Brachfeld en arrive à dénoncer de la sorte toute « la méthode de Marañón, qui interprète les phénomènes de manière arbitraire, selon des préjugés et des théories préconçues47 ».

  • 48 Richard Cleminson, Francisco Vázquez García, “Los Invisibles”: A History of Male Homosexuality in (...)
  • 49 Oliver Brachfeld, Polémica contra Marañón, op. cit., p. 128.
  • 50 Ibid., p. 124.

36Abordant la question de l’homosexualité, qui pour Gregorio Marañón serait avant tout « congénitale » (ce que ce dernier récusera totalement dans sa réponse)48, Oliver Brachfeld la considère lui comme totalement acquise49, affirmant au passage qu’il s’agit de la partie de l’ouvrage de Marañón « la plus illogique, la plus faible50 ».

  • 51 Ibid., p. 139.

37Dans sa « réplique », articulée en quinze points plus ou moins longs (d’une dizaine de lignes à deux pages dans l’ouvrage de 1933) à la suite d’une introduction, Gregorio Marañón tente de démonter méthodiquement et systématiquement, à la base, la critique d’Oliver Brachfeld à son œuvre et même à sa personne, en arguant avant tout de sa bonne foi scientifique : « Dans toute mon œuvre [...] palpite la volonté de m’en tenir aux critères expérimentaux51 ».

  • 52 Ibid., p. 136.

38Quant à la théorie de l’ « intersexualité», Marañón reconnaissait d’emblée ses nombreuses dettes intellectuelles : « [...] Je n’ai jamais prétendu m’attribuer la paternité de la théorie intersexuelle. J’ai seulement souhaité la rajeunir à la lumière des données modernes et de mes propres observations52 ».

  • 53 Ibid., p. 137.

39Tout en soulignant que la part originale de sa conception de la sexualité réside dans le « rythme différent » de l’évolution de la sexualité chez l’homme et chez la femme53, Gregorio Marañón revient en particulier sur la question de la différenciation des caractéristiques sexuelles :

  • 54 Ibid., p. 141.

J’entends par caractère sexuel tout ce qui dans les caractéristiques morphologiques et fonctionnelles contribue à la différenciation des sexes, différenciation qui fonde le déséquilibre entre le mâle et la femelle, nécessaire pour que se mette en marche la dynamique de leur attraction mutuelle54.

  • 55 Ibid., p. 141.

40Tout en affirmant ne s’intéresser effectivement qu’à la sexualité de la race blanche, Gregorio Marañón reconnaît bien entendu la variation des caractéristiques sexuelles entre les espèces et à l’intérieur des espèces et des races, « et dans l’espèce humaine, à chaque époque de son évolution dans chacune des différentes races55 ».

  • 56 Ibid., p. 144.

41S’appuyant sur une longue liste d’auteurs cités dans ses travaux (dont Alfred Adler, si cher à Oliver Brachfeld), Gregorio Marañón affirme ainsi qu’on ne peut absolument pas lui reprocher quelque oubli des aspects psychologiques dans l’approche de la sexualité humaine, et notamment dans le cas de l’homosexualité. Car ce qui est décisif pour la conduite sexuelle (et Gregorio Marañón se réfère en fait à l’homosexualité qualifiée de « perversion ») est bien, selon lui, « l’influence psychologique et sociale » : « La prédisposition par elle seule ne suffit pas pour produire la perversion, sauf dans certains cas d’énergie exceptionnelle : et même dans ceux-ci, le milieu peut la contrarier et l’étouffer »56.

  • 57 Ibid., p. 147.

42Et, conclut-il, son livre – il s’agit toujours de son ouvrage sur Les états intersexuels dans l’espèce humaine – est avant tout le résultat d’un « travail de longues années d’observation minutieuse » et « un essai de systématisation de doctrines et de faits dispersés dans la littérature actuelle », en tentant d’« harmoniser les données certaines, incontestables de l’anatomie et de la physiologie avec les fécondes interprétations des psychologues modernes »57.

  • 58 Ibid., p. 32.
  • 59 Ibid., p. 27.

43Dans sa longue « introduction » de l’ouvrage publié en 1933 (mais en partie rédigée antérieurement), Oliver Brachfeld, qui était bien entendu en possession de la réponse de Gregorio Marañón que nous venons de présenter, essaya de mettre en perspective son premier article critique sur les théories sexuelles de Marañón, qui « éprouve un intérêt fou pour les choses du sexe, et passe pour le plus grand savant dans ces matières58 ». Mais, tout en reconnaissant certes les mérites du médecin espagnol qui, souligne-t-il avec raison, ne sont pas minces (dans la mesure où il avait réussi à « habituer le public espagnol à l’étude objective d’un certain fait de la vie humaine : du fait de la sexualité59 »), tout le talent polémiste – souvent fort excessif, il faut le reconnaître – d’Oliver Brachfeld se déchaîne à cette occasion.

  • 60 Ibid., p. 65.

44Oliver Brachfeld n’hésite pas à s’en prendre, même s’il s’en défend au demeurant, à la personnalité même de l’illustre médecin, et ce avec quantité de petites phrases assassines et de formules à l’emporte-pièce – comme « le célèbre talmudiste de l’hypogastre »60, qu’il reprend à plusieurs reprises, sans doute fier de cette comparaison –, en l’accusant de vanité, d’absence d’originalité et même de manquer de « scientificité », n’hésitant pas à le caricaturer indirectement. Oliver Brachfeld voit en Marañón avant tout un homme représentatif du xixe siècle, un homme du passé et non un scientifique moderne de son temps.

  • 61 Ibid., p. 49.

45Selon Oliver Brachfeld, Gregorio Marañón n’aurait pas su pleinement intégrer dans ses travaux les études récentes dans le domaine de la sexologie – même si sa bibliographie va jusqu’en 1929, date de la première édition de son ouvrage sur les états intersexuels. De plus, la pensée de Gregorio Marañón serait en constante évolution dans ce domaine de la sexualité, ce qui sur le plan scientifique pouvait toutefois ne pas passer pour une objection majeure. Pour Oliver Brachfeld, il est clair que le biologiste l’emporte toutefois très largement chez Gregorio Marañón, conduisant ce dernier à des conceptions d’ensemble qu’il juge par trop schématiques (dans le cadre d’une « conception mécaniciste du monde61 »).

  • 62 Ibid., p. 51.

46Rien n’est vraiment épargné à Gregorio Marañón par Oliver Brachfeld, qui l’accuse d’être une sorte de « contrebandier » intellectuel, en introduisant en quelque sorte par la bande des notions tirées de la psychanalyse : « il lui interdit l’entrée principale, pour lui ouvrir une petite porte latérale62 ».

  • 63 Ibid., p. 52.
  • 64 Ibid., p. 54.

47Au bout de compte, selon Oliver Brachfeld, l’apport de Marañón à la sexologie se réduirait tout bonnement à « une méditation plus ou moins gratuite sur les choses de l’amour63 », autrement dit à pas grand-chose, et les théories sexuelles de Gregorio Marañón ne seraient de ce fait qu’« un simple jeu conceptuel, avec à la base un empirisme supposé, imaginaire et faux64 ».

Un débat pour rien ?

48Quelle portée put avoir alors en Espagne ce débat lancé par Oliver Brachfeld et exposé par ce dernier sur la place publique ? L’ouvrage, paru en 1933 – l’année de l’arrivée de la droite au pouvoir et de la paralysie conséquente après les élections législatives du mois de juin des multiples réformes engagées depuis le début de la Seconde République – dut connaître une diffusion plus que notable au-delà des Pyrénées – tout au moins à Barcelone – puisque Pierre Vilar se rappelle avec précision que « le livre se trouvait sur les présentoirs de tous les libraires de Barcelone avec la présentation : « Dur ? Non, courageux ».

49Nous ignorons la réaction – sans doute toute méprisante – de Gregorio Marañón, toujours fort occupé par une foule d’activités, face à ce volume de 1933, qu’il dut forcément connaître, voire avoir entre les mains et parcourir à défaut de le lire, puisqu’il était, à titre personnel, mis directement et violemment en cause, même si ce n’était pas vraiment la première fois. Nous ne savons pas si l’ouvrage se trouvait dans sa bibliothèque personnelle. En effet, l’exemplaire aujourd’hui conservé par la Fondation Gregorio Marañón à Madrid, portant une dédicace d’Oliver Brachfeld à « l’ami Maurici Torra », est le fruit d’une donation à la Fondation de la part de la famille de cet intellectuel catalan, ami de Marañón, qui vécut longtemps à Paris, où il fut attaché culturel de l’Ambassade d’Espagne.

  • 65 Ibid., p. 133.

50Et, sans doute, Gregorio Marañón dut regretter finalement d’avoir répondu publiquement à Oliver Brachfeld, contrairement à ses habitudes, puisque celui-ci sut s’en servir pour compléter et affiner ses attaques avec l’ouvrage qui nous occupe ici. Gregorio Marañón, sûr de lui, de la pertinence de ses idées et de ses choix, trouvait parfaitement inutile le débat d’idées en général (sans parler bien entendu de la polémique personnelle), puisque selon ses propres paroles, il ne croyait pas « que de la discussion puisse pratiquement jamais sortir la lumière65 ».

  • 66 J. M. R[odríguez] Tejerina, « Villalonga versus Marañón », Medicina Balear, 5/3, 1990, p. 35-36.

51Y eut-il des réactions quelconques, dans un sens ou dans un autre, à la publication d’Oliver Brachfeld, en Espagne principalement (puisqu’il s’agissait bien d’un débat interne, même si Oliver Brachfeld n’était pas de nationalité espagnole) ? Quelles furent ces réactions dans la presse notamment, tant générale que spécialisée, que ce soit pour saluer le « courage » d’Oliver Brachfeld d’avoir « osé » faire ce que personne ou presque n’avait osé avant lui, ou au contraire pour dénoncer une polémique jugée excessive et donc inutile et stérile dans le cadre du débat d’idées ? Dans la Revista Balear de Ciencias Médicas, Lorenzo Villalonga, médecin-psychiatre et écrivain, ami de Brachfeld, publia en avril 1933 un article intitulé ouvertement « Contre Marañón », commentant positivement l’ouvrage de Brachfeld, dont la publication était proche et que Villalonga qualifiait de « moderne, adlérien et moral66 ».

52Aucun compte rendu de l’ouvrage ne semble toutefois être paru dans les colonnes du quotidien barcelonais La Vanguardia, dont Oliver Brachfeld était pourtant l’un des collaborateurs, sans doute pour éviter de se mettre à dos le corps médical. Qu’en fut-il dans le milieu médical en général (par exemple, pour défendre l’un des leurs, sinon le premier d’entre eux, qui aurait été injustement attaqué, par un non-médecin qui plus est, même s’il possédait un titre de « Docteur », ce qui pouvait abuser un temps) ou dans l’opinion publique espagnole en général (sans doute beaucoup plus préoccupée alors par la situation politique et sociale du pays et les multiples tensions qui laissaient déjà présager le conflit qui allait se produire quelques années plus tard) ?

  • 67 Raquel Álvarez, « Publicaciones sobre sexualidad en la España del primer tercio del siglo XX: entr (...)

53En 1933, au moment de la parution du livre d’Oliver Brachfeld, les publications relatives à la sexualité, tant savantes (au premier rang desquelles figuraient naturellement celles de Gregorio Marañón lui-même) que populaires (comme la collection « Questions sexuelles» de Martín de Lucenay), d’auteurs espagnols ou étrangers, ne manquaient pas en Espagne et l’ouvrage d’Oliver Brachfeld ne pouvait donc vraiment attirer l’attention sur ce point67. Il fallait trouver un autre biais.

54Sans doute pour tenter de produire un impact plus fort et davantage percutant sur le public en général et le lecteur en particulier dès le premier contact avec le livre, le titre, tel qu’il apparaît en couverture – dû à l’auteur seul ou peut-être suggéré par l’éditeur ? – mettait par conséquent d’abord en avant la seule dimension polémique et anti-Marañón avant de préciser qu’il s’agissait des théories sexuelles du médecin espagnol envisagées de manière critique.

  • 68 La Vanguardia, Barcelona, 8 septembre 1938, p. 7.

55Le succès commercial de l’ouvrage dut être tout relatif et il dut rester de nombreux invendus. À noter que, pendant la Guerre d’Espagne, l’Union commerciale éditoriale, domiciliée à Barcelone, offrait l’ouvrage de Brachfeld à tout acheteur de dix ouvrages de l’Encyclopédie populaire68.

56Nous ne croyons pas que cette publication, par trop polémique même si elle est loin d’être sans intérêt, servit alors à alimenter en Espagne le débat scientifique relatif à la sexualité tant l’accusation portée par Oliver Brachfeld était frontale et pas toujours de bonne foi, même si elle opposait au fond deux conceptions distinctes mais complémentaires et deux méthodes d’approche de la sexualité, celles de la psychologie et de la biologie.

57Le principal mérite du livre d’Oliver Brachfeld nous paraît consister en l’existence même de ce débat autour de la sexualité, mettant en cause une gloire de la médecine espagnole, et en ayant de plus obligé en quelque sorte cette dernière à y prendre part malgré ses réticences initiales.

58Un débat, par ailleurs, porté largement sur la place publique espagnole et qui sortait du cercle réduit des médecins, des psychologues et autres spécialistes même si diverses manifestations et publications y avaient déjà contribué pendant la Seconde République et même quelque peu auparavant, notamment via les collections de divulgation sexuelle.

  • 69 Mauricio Carlavilla del Barrio « Mauricio Karl », Sodomitas, Madrid, Editorial Nos, 1956, p. 102.

59Si les Trois essais sur la vie sexuelle de Marañón, entre autres, continuaient d’être réédités sans trop de problèmes dans l’Espagne franquiste, le moment n’était plus propice au débat public sur la sexualité, du moins tel qu’il s’était librement déroulé sous la Seconde République. Certains auteurs d’extrême droite – comme Mauricio Carlavilla del Barrio, connu aussi comme Mauricio Karl, ancien policier puis agent secret pendant la Guerre civile, spécialisé dans l’anti-communisme et l’anti-maçonnerie – ne se privaient pas d’attaquer violemment en 1956 Gregorio Marañón comme faisant partie de ce qu’ils qualifiaient d’« école scientifique sodomisante » dans un ouvrage au titre provocateur (Sodomites)69.

  • 70 Marie-Aline Barrachina, « Le Docteur Gregorio Marañón, ou la plume militante de l’endoctrinologue  (...)

60Pourtant Marie-Aline Barrachina a pu démontrer comment les théories de l’endocrinologue libéral avaient pu, dans les années 1940, être instrumentalisées pour apporter leur caution scientifique à la morale sexuelle imposée par le franquisme en fournissant des arguments pour une politique nataliste et pour la relégation des femmes dans l’invisibilité du domaine privé70.

61En tout cas, pour en revenir à la publication de 1933, soulignons qu’aucun des deux protagonistes de la polémique d’antan n’avançait alors vraiment l’idée d’une construction culturelle de la sexualité dans toute sa complexité, tout en l’entrevoyant parfois. Mais était-ce là bien leur propos, à l’un et à l’autre ?

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, Bernandino Fantini et Louise L. Lambrichs (éd.), Histoire de la pensée médicale contemporaine. Évolutions, découvertes, controverses, Paris, Seuil, 2014 ou Sylvie Chaperon, « Kinsey en France : les sexualités féminine et masculine en débat », Le Mouvement Social, 1, 2002, p. 91-110.

2 Richard M. Cleminson et Efigenio Amezúa, « Spain: the political and social context of sex reform in the late nineteenth and early twentieth centuries », dans Franz X. Eder, Lesley A. Hall et Gert Hekma (éd.), Sexual Cultures in Europe: National Histories, Manchester/New York, Manchester University Press, 1999, p. 173-196.

3 Jean-Louis Guereña, Les Espagnols et le sexe xixe-xxe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 401-444 ; id., Detrás de la cortina. El sexo en España (1790-1950), Madrid, Cátedra, 2018, p. 523-575.

4 Thomas F. Glick, « Marañón, Intersexuality and the Biological Construction of Gender in 1920s Spain », Cronos, 8, 2005, p. 121-137.

5 Oliver Brachfeld, « Crítica de las teorías sexuales del Dr. Marañón », Revista médica de Barcelona, VIII, 16/96, décembre 1931, p. 548-561 et El Siglo Médico, 4081, 1932, p. 214-212.

6 Pierre Vilar, Pensar històricament. Reflexions i records, Rosa Congost (éd.), Valence, Eliseu Climent Editor, 1995, p. 144, 150 et 151.

7 Gregorio Marañón, Los estados intersexuales en la especie humana, Madrid, Javier Morata, 1929. Voir José Botella Llusía, « La evolución de la sexualidad y los estados intersexuales: a los sesenta y siete años de un libro fundamental », dans José Botella Llusía et Antonio Fernández de Molina (éd.), La Evolución de la Sexualidad y los Estados Intersexuales, Madrid, Ediciones Díaz de Santos, 1997, p. 1-10.

8 Gregorio Marañón, « Acerca del problema de la intersexualidad (Réplica a un artículo del dr. Oliver Brachfeld) », Revista médica de Barcelona, IX, 17/97, janvier 1932, p. 3-11 et El Siglo Médico, 89/4082, 5 mars 1932, p. 243-247.

9 Oliver Brachfeld, Polémica contra Marañón con una crítica de las teorías sexuales de Marañón, una réplica del Dr. D. Gregorio Marañón, y un Epílogo, Barcelone, Europa, 1933, 160 pages.

10 Efigenio Amezúa, « Cien años de temática sexual: 1850-1950. Repertorio y análisis. Contribución al estudio de materiales para una historia de la sexología », Revista de Sexología, 48, 1991, p. 97-105 ; Marie-Aline Barrachina, « Le Docteur Gregorio Marañón, ou la plume militante de l’endocrinologue », Cahiers de Narratologie, 18, Littérature et sciences, 2010, DOI : 10.4000/narratologie.5963.

11 Marañón 1887-1960 médico, humanista y liberal, Madrid, Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, 2010 [Catalogue d’exposition].

12 Veinticinco años de labor. Historia y Bibliografía de la obra del Prof. G. Marañón y del Instituto de Patología Médica del Hospital de Madrid por sus discípulos, Madrid, Espasa-Calpe, S.A., 1935. Marañón y signe un article sur ses « Vingt-cinq ans de médecine » (p. 17-48). Voir aussi Dr. G. Marañón, Trabajos del Servicio de Patología médica del Hospital General de Madrid Año II (1926-1927), Madrid, Imprenta Viuda e Hijos de Jaime Ratés, 1927.

13 Ramón Castejón Bolea, Moral sexual y enfermedad: La medicina española frente al peligro venéreo (1868-1936), Grenade, Universidad de Granada-Instituto Alicantino de Cultura « Juan Gil-Albert », 2001, p. 236-238.

14 Antonio López Vega, Gregorio Marañón. Radiografía de un liberal, Madrid, Taurus, 2011.

15 Víctor Olmos, Ágora de la libertad. Historia del Ateneo de Madrid. Tomo I (1820-1923), Madrid, La Esfera de los Libros, 2015.

16 Thomas F. Glick, « On the Diffusion of a New Speciality: Marañón and the “Crisis” of Endocrinology in Spain », Journal of the History of Biology, 9, 1976, p. 287-300.

17 Dagmar Vandebosch, Y no con el lenguaje preciso de la ciencia. La ensayística de Gregorio Marañón, Genève, Droz (Romanica Gandensia, XXXIII), 2006.

18 G. Marañón, Tres ensayos sobre la vida sexual, 3e éd., modifiée et avec un prologue de Ramón Pérez de Ayala, Madrid, Biblioteca Nueva, 1927.

19 José Ruiz-Castillo Basalga, Memorias de un editor. El apasionante mundo del libro, Madrid, Fundación Germán Sánchez Ruipérez, 1986, p. 211.

20 Gregorio Marañón, Amor, conveniencia y eugenesia. El deber de las edades. Juventud, modernidad, eternidad, Madrid, Historia Nueva, 1929.

21 G. Marañón, L’évolution de la sexualité et les états intersexuels, traduit de l’espagnol par le Dr Sanjurjo d’Arellano, Paris, Gallimard (Les Documents bleus), 1931.

22 Enrique Noguera et Luis Huerta (éd.), Genética, Eugenesia y Pedagogía sexual. Libro de las primeras jornadas eugénicas españolas, Madrid, Javier Morata Editor, 1934, t. 2, p. 402. Voir Marie-Aline Barrachina, « Maternidad, feminidad, sexualidad. Algunos aspectos de las Primeras jornadas eugénicas españolas (Madrid, 1928-Madrid, 1933) », Hispania. Revista Española de Historia, 64/218, La sexualidad en la España contemporánea (1800-1950), 2004, p. 1003-1026.

23 Gregorio Marañón, Obras Completas, Tomo I Prólogos, Recopilación de textos y notas por Alfredo Juderías, Introducción por Pedro Laín Entralgo, Madrid, Espasa-Calpe, S.A., 1966.

24 Ibid., p. 27-33 (« Literatura sexual ») et p. 47-60 (« Breve ensayo sobre la intersexualidad en la clínica »).

25 Florence Tamagne, « La Ligue mondiale pour la réforme sexuelle. La science au service de l’émancipation sexuelle ? », Clio. Histoire, femmes et société, 22, Utopies sexuelles, 2005, p. 101-121.

26 Alison Sinclair, Sex and Society in Early Twentieth-Century Spain. Hildegart Rodríguez and the World League for Sexual Reform, Cardiff, University of Wales Press, 2007, p. 105-116.

27 Hildegart, El problema sexual tratado por una mujer española, Madrid, Javier Morata Editor, 1931. Voir Jean-Louis Guereña, « Hildegart y la “reforma sexual” en la Casa del Pueblo de Madrid », dans Eliseo Fernández (éd.), Actas do Congreso do centenario de Hildegart Rodríguez Carballeira (1914-1933). Ferrol, 5 a 8 de decembro de 2014 Ateneo Ferrolán, A Coruña, Deputación da Coruña, 2017, p. 213-236.

28 Marie Bonaparte, La sexualidad de la mujer [traduction espagnole de De la sexualité de la femme, 1951], Barcelone, Ediciones Península, 1972, p. 16-20. Voir Anne-Cécile Druet, « La psychiatrie espagnole et la psychanalyse des années 1910 à la guerre civile : de la presse médicale au discours social », El Argonauta español, 8, Médecine et presse médicale en Espagne : entre les savoirs et les pouvoirs (xixe siècle-premier tiers du xxe siècle), 2011, DOI : 10.4000/argonauta.142.

29 Virgili Ibarz Serrat et Manuel Villegas Besora, « Ferenc Olivér Brachfeld (1908-1967) : un psicólogo húngaro en Barcelona », Revista de Historia de la Psicología, 23/3-4, 2002, p. 265-275.

30 M. Vicenta Mestre et Helio Carpintero, « Unas notas sobre la entrada de Adler en España », Revista de Historia de la Psicología, 9/1, 1988, p. 47-62 ; Úrsula Oberst, Virgili Ibarz, Ramón León, « La psicología individual de Alfred Adler y la psicosíntesis de Olivér Brachfeld », Revista de Neuro-Psiquatría, 67, 2004, p. 31-44.

31 Ramón León, « Los psicólogos hispanohablantes y la teoría de Alfred Adler en la revista Internationale Zeitschrift für Individualpsychologie (1914-1937) », Revista Latinoamericana de Psicología, 32/1, 2000, p. 107-126 ; Helio Carpintero Capell, « Ortega y la “Psicología individual” de Adler. Una nota histórica », Revista de Estudios Orteguianos, 24, mai 2012, p. 109-126.

32 Montserrat Kirchner, « La obra de Emilio Mira en el Instituto de Orientación Profesional de Barcelona (1918-1939) », Revista de Historia de la Psicología, 2/3, 1981, p. 225-246 ; José S. Lázaro, « El psicoanálisis de Freud en la obra de Emilio Mira y López (1921-1936) », Revista de la Asociación Española de Neuropsiquatría, VI/19, 1986, p. 636-649 et La recepción de Freud en la cultura española (1893-1983), Barcelone, Centro de Documentación de Historia de la Medicina de J. Uriach & Cía (Medicina & Historia. Revista de estudios históricos de las Ciencias Médicas, 3e époque, 41), 1991, 16 p. ; Dolores et Milagros Saiz, « Emilio Mira y la psicotecnia », dans Personajes para una historia de la psicología en España, Madrid/Barcelone, Editorial Pirámide-Universitat Autónoma de Barcelona, 1996, p. 375-398 ; C. Vilanou (éd.), Emili Mira. Els origens de la psicopedagogia a Catalunya, Barcelone, Universitat de Barcelona. Facultat de Pedagogia, 1998.

33 Oliver Brachfeld, Polémica contra Marañón, op. cit., p. 5-21 ; p. 22-29 ; p. 30-55 ; p. 56-90 ; p. 91-97 ; p. 98-107.

34 Ibid., p. 156.

35 Ibid., p. 83-84.

36 Richard Goldschmidt, Le déterminisme du sexe et l’intersexualité, Paris, Félix Alcan (Nouvelle collection scientifique), 1932.

37 Oliver Brachfeld, Polémica contra Marañón, op. cit., p. 152.

38 Voir Nelly Oudshoorn, « Endocrinologists and the Conceptualization of Sex, 1920-1940 », Journal of the History of Biology, 23, 1990, p. 163-186.

39 Oliver Brachfeld, Polémica contra Marañón, op. cit., p. 124.

40 Ibid., p. 115.

41 Ibid., p. 137.

42 Ibid., p. 119.

43 Voir Richard Cleminson et Francisco Vázquez García, « Breasts, Hair and Hormones: The Anatomy of Gender Difference in Spain, 1880-1940 », Bulletin of Spanish Studies, LXXXXVI/5, 2009, p. 642-644.

44 Oliver Brachfeld, Polémica contra Marañón, op. cit., p. 120.

45 Ibid., p. 142.

46 Ibid., p. 122.

47 Ibid., p. 123.

48 Richard Cleminson, Francisco Vázquez García, “Los Invisibles”: A History of Male Homosexuality in Spain, 1850-1940, Cardiff, University of Wales Press (Iberian and Latin American Studies), 2007, p. 101-105.

49 Oliver Brachfeld, Polémica contra Marañón, op. cit., p. 128.

50 Ibid., p. 124.

51 Ibid., p. 139.

52 Ibid., p. 136.

53 Ibid., p. 137.

54 Ibid., p. 141.

55 Ibid., p. 141.

56 Ibid., p. 144.

57 Ibid., p. 147.

58 Ibid., p. 32.

59 Ibid., p. 27.

60 Ibid., p. 65.

61 Ibid., p. 49.

62 Ibid., p. 51.

63 Ibid., p. 52.

64 Ibid., p. 54.

65 Ibid., p. 133.

66 J. M. R[odríguez] Tejerina, « Villalonga versus Marañón », Medicina Balear, 5/3, 1990, p. 35-36.

67 Raquel Álvarez, « Publicaciones sobre sexualidad en la España del primer tercio del siglo XX: entre la medicina y la pornografía » et Richard M. Cleminson, « El libro Homosexualidad del Dr. Martín de Lucenay: entre el conocimiento científico y la recepción pública de la ciencia sexológica en España a principios del siglo XX », Hispania, 64/218, La sexualidad en la España contemporánea (1800-1950), 2004, p. 947-960 et p. 961-986.

68 La Vanguardia, Barcelona, 8 septembre 1938, p. 7.

69 Mauricio Carlavilla del Barrio « Mauricio Karl », Sodomitas, Madrid, Editorial Nos, 1956, p. 102.

70 Marie-Aline Barrachina, « Le Docteur Gregorio Marañón, ou la plume militante de l’endoctrinologue », art. cité et « Maternité, féminité : un antagonisme en débat en Espagne (années 1920-1940) », dans Jean-Louis Guereña (éd.), Sexualités occidentales xviiie-xxie siècles, Tours, Presses universitaires François-Rabelais (Civilisations étrangères), 2014, p. 75-92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Guereña, « Une polémique sur les théories sexuelles de Gregorio Marañón dans les années 1930 », Histoire, médecine et santé, 13 | 2018, 29-47.

Référence électronique

Jean-Louis Guereña, « Une polémique sur les théories sexuelles de Gregorio Marañón dans les années 1930 », Histoire, médecine et santé [En ligne], 13 | été 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/1293 ; DOI : 10.4000/hms.1293

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Guereña

Interactions culturelles et discursives (ICD), Université François-Rabelais, Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals