Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Remèdes

« Rendre service aux malades » : les Carmes déchaux et la pratique médicale (XVIIe-XVIIIe siècles)

"Serving the sufferers": the Carmes déchaux and medical practice (XVIIth-XVIIIth centuries)
Gilles Sinicropi
p. 21-32

Résumés

Tout comme le baume du père Tranquille, Capucin, l’eau des Feuillants de l’abbaye du Val, ou encore la poudre des Chartreux, certaines drogues ont été très tôt associées aux Carmes déchaux. Or, si aux XVIIe et XVIIIe siècles les textes normatifs de l’ordre consacrent plusieurs paragraphes aux différents ministères auxquels ses membres doivent se livrer, ils n’abordent celui des malades que dans un très court passage qui évoque, sans davantage de précision, le « soulagement spirituel et corporel de ceux qui le sont ». Aussi semble-t-il intéressant de s’interroger sur la façon dont les disciples de Thérèse de Jésus et de Jean de la Croix assument une fonction qui, bien que souvent pratiquée par le clergé, ne semble pas constituer une finalité de leur institut.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fondations faites par Sainte Therese de plusieurs monasteres de Carmelites et de Carmes deschaussez(...)

Que l’on […] satisfasse à l’obeïssance et à la charité envers le prochain, qui nous obligent à quitter le plaisir si doux de s’entretenir seul à seul avec Dieu et de recevoir des faveurs de luy. Car se priver de ce contentement pour de tels sujets c’est demeurer avec luy, c’est agir pour luy, puis qu’au regard de la charité il a dit de sa propre bouche. Je tiendray comme fait à moy-mesme ce que vous ferez pour l’un de ces petits qui sont à moy.
Thérèse de Jésus1

  • 2 Voir par exemple DOMPNIER Bernard, Enquête au pays des frères des Anges. Les Capucins de la Provinc (...)
  • 3 Voir LE GOFF Jacques, REMOND René (dir.), Histoire de la France religieuse, vol. 2, François LEBRUN (...)

1Tout au long de l’Ancien Régime, les liens entre charité et soins médicaux sont vivaces. Évoquées par nombre d’auteurs, les activités qui en découlent ne semblent réservées qu’à certaines familles religieuses, celle des Franciscains en particulier, et surtout, limitées aux périodes d’épidémies2. L’apostolat médical auquel se sont livrés de nombreux autres réguliers est en réalité peu exploré et peu connu. C’est le cas de celui des Carmes déchaux, issus, comme nombre de congrégations, de la Réforme catholique3.

  • 4 Voir « Carmelitani, Ordo Fratrum B. Mariae Virginis de Monte Carmelo (OCarm, OrdCarm) », dans Dizio (...)
  • 5 Voir LE GOFF Jacques, REMOND René (dir.), op. cit. ; BRÉMOND Henri, Histoire littéraire du sentimen (...)

2L’ordre des Carmes, fondé aux alentours du XIIe siècle, est à l’origine constitué d’ermites qui se sont retirés sur les pentes du Mont Carmel pour s’adonner à la contemplation4. Face aux mitigations qui bouleversent la règle initiale du XIIIe au XVe siècle, plusieurs courants réformateurs font leur apparition dans tout l’Occident. En Espagne, le mouvement est initié par Thérèse de Jésus qui, après avoir érigé, en 1562, un couvent de religieuses observant la règle primitive, inaugure, en 1568, le premier couvent réformé de la branche masculine de l’ordre. Ses membres, qualifiés de Carmes déchaussés ou Petits Carmes, viennent fonder le premier couvent français, à Paris, en 1611. En quelques décennies, ils disposent d’une soixante de maisons réparties dans tout le royaume, contribuant ainsi à cette invasion conventuelle et mystique5 qui a caractérisé la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle.

  • 6 Arch. dép. du Jura, 25 H 2, 1626.
  • 7 Bibl. mun.de Marseille, ms 706, Les Constitutions des Carmes déchaussés de la Congregation de Saint (...)
  • 8 Bibl. mun. de Marseille, ms cité, p. 52.

3Les patentes d’installation permettent de cerner précisément à la fois l’image que véhiculent ces religieux et les attentes des populations qui acceptent de les accueillir. Dans de nombreuses villes, elles exigent des Carmes déchaux qu’ils s’emploient « au service du g[éné]ral et particulier, pratiquant leurs dites fonctions qui sont entre aultres, de prescher, confesser et visiter les malades »6. Or, si les textes normatifs de l’ordre consacrent bien plusieurs paragraphes aux deux premiers ministères7, ils n’abordent les activités médicales que dans un très court passage. « La charité, précisent simplement les Constitutions, se porte naturellement à consoler ceux qui manquent de secours ; c’est pourquoy que nos Freres donnent toute leur attention a consoler les malades, et par leurs conseils, et par leurs services ; que les superieurs prennent un soin particulier du soulagement spirituel et corporel de ceux qui le sont »8. Les considérations qui suivent ces quelques phrases ne concernent que les « freres malades », alors que les Instructions de l’ordre n’évoquent que l’office d’infirmier du couvent.

4Aussi, en dépit de l’extrême dispersion, de l’inégale conservation, voire de l’imprécision de la documentation, semble-t-il intéressant de s’interroger sur la façon dont les disciples de Thérèse de Jésus assument une charge qui non seulement ne constitue pas une finalité de leur institut, mais semble même en totale opposition avec son esprit de retraite et de contemplation. Les diverses sources consultées offrent un premier aperçu des activités d’assistance médicale qu’un grand nombre de religieux ont pu exercer au quotidien ou lors d’événements exceptionnels dans tout le royaume de France. Plus précisément, elle signale l’existence de remèdes spécifiques dont quelques maisons seulement semblent s’être fait une spécialité. Plus exceptionnellement enfin, elle nous renseigne sur le destin peu commun, et dès lors révélateur, du père Placide de la Circoncision, apothicaire du couvent de Bordeaux.

Le soulagement des malades

  • 9 Louis de SAINTE-THÉRÈSE, Annales des Carmes Dechaussez de France, Paris, 1665, p. 349 ; FLEURY E., (...)
  • 10 Voir FAGE René, Le Vieux Tulle. Les couvents d’hommes, Tulle, 1888, p. 29-44, part. p. 34.

5Il n’est guère aisé de localiser les témoignages du soulagement que les Carmes déchaux ont pu procurer aux personnes souffrantes. Du fait de leur identité spirituelle contemplative, rares sont les établissements qui s’y consacrent spécifiquement. Celui de Goa, en terre de mission, ou de Brest, où les disciples de Thérèse de Jésus fondent et administrent un hôpital9 ne sont que des exceptions. Il est d’ailleurs tout à fait révélateur qu’en 1677, à Tulle, les Carmes déchaux renoncent à l’héritage du curé de Saint-Hilaire-Foissac qui leur imposait de venir s’installer à Égletons pour y fonder un hôpital10.

6En revanche, un certain nombre de documents éparpillés dans les différents fonds français, rédigés par les religieux eux-mêmes, relatent les activités médicales auxquelles ils se sont livrés, afin de contribuer autant au prestige de la congrégation dans son ensemble qu’à celui de certains de ses membres.

  • 11 LOUIS DE SAINTE-THÉRÈSE, op. cit., p. 321.
  • 12 Ibidem.
  • 13 Arch. mun. de Bar-le-Duc, BB 5, fol. 17 v°, 3 juin 1636.

7Ainsi, dans son ouvrage d’édification, Louis de Sainte-Thérèse, annaliste de l’ordre, consacre-t-il de nombreuses pages aux actions héroïques auxquelles se seraient livrés les Carmes déchaux en temps de peste. Au-delà des formules emphatiques de rigueur, certains de ses récits illustrent concrètement les fonctions d’assistance exercées par les membres de l’ordre. Que ce soit à l’intérieur même de leur couvent, parfois transformé en infirmerie, ou bien depuis un quartier ou un hôpital, dont ils peuvent avoir la charge temporelle11, les disciples de Thérèse de Jésus interviennent à tous les stades de la contagion. À Lyon, en 1636, certains sont chargés des établissements de quarantaine12, d’autres font office de corbeaux et s’exposent dans les lieux infectés. À Nancy, les Carmes déchaux se chargent surtout du suivi quotidien des pestiférés. À Bar-le-Duc13, le père Élie de Sainte-Thérèse semble s’être tout particulièrement dévoué à son office d’infirmier, voire de médecin :

  • 14 LOUIS DE SAINTE-THÉRÈSE, op. cit., p. 316-317.

Quoy que le principal exercice du Pere fut d’administrer les saints Sacremens aux malades […] neantmoins il apportoit un grand soin, pour procurer la santé et guerison de ceux qui estoient infectez de ce mal : il pourvoyoit que les Chirurgiens exposez aussi bien que luy, fissent leur devoir : il consultoit souvent avec eux des remedesnecessaires, et leur donnoit des receptes qu’il sçavoit de longue experience, veu qu’il s’entendoit à la Medecine : quand les Chirurgiens manquoient de venir en temps presix, pour lever les emplastres des malades, luymesme le faisoit de sa main14.

  • 15 GAUTHIER Charles, La peste de 1629 à Salins, Salins, 1852, p. 19.
  • 16 BAUDAT Michel, BERTRAND Régis, « Aux origines du monument aux morts : le “mausolée des consuls d’Ar (...)

8Le dévouement des membres de l’ordre est reconnu par les gestes de reconnaissance manifestés par certaines municipalités, du demi-muid de vin attribué au couvent de Salins en 162915, à la plaque commémorative gravée à Arles en 172616. Il est également attesté par le soutien qu’ont parfois manifesté les populations à l’égard des Carmes déchaux. À Bletterans, les religieux sont installés depuis près d’un siècle lorsqu’en 1752 leur fondation est menacée de suppression. Maire, échevins, et conseillers, rédigent alors une supplique dans laquelle ils présentent les bienfaits que procurent depuis fort longtemps les pères carmes déchaux, aussi bien aux habitants de la ville qu’à ceux des villages alentours.

  • 17 Arch. dép. du Jura, 22 H 23, sans date. Voir également MILLOUX Jules, Histoire d’une petite ville d (...)

Les Pauvres de Blettrantrouvent dans leur Maison des Secours abondans […] qui les empèchent de s’appercevoir de leur indigence, ils y ont jusqu’à des remédes qu’ils donnent gratuitement à ceux que la médiocrité de leur fortune met hors d’etat de s’en procurer ailleurs17.

  • 18 Bibl. mun.de Marseille, ms cité, p. 53.
  • 19 Instructiones…, op. cit., p. 148.

9Les textes normatifs des Carmes déchaux n’abordent guère cette fonction spécifique. Ils n’évoquent que la construction d’une infirmerie conventuelle18 et enjoignent simplement de placer les vases, les onguents, les conserves et les médicaments « dans un local fermé »19. Quelques documents internes mentionnent en revanche parfois la présence d’une « apotiquairerie ».

  • 20 « Trienne » : période de trois années de gouvernement.
  • 21 Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, H 940, p. 1.

Le frere Damien de St joseph, affirme un religieux du couvent de Nancy, a fait faire en ce trienne20 un laboratoire d’une chambre qui estoitderriere, et qui paroissoit assez inutile et cela pour la Commodité des distillations et des syrots qu’il falloit faire auparavent sur un fourneau de fer ou à la petite cuisine21.

  • 22 Voir par exemple Arch. dép. du Nord, plan Cambrai 615 ; Arch. dép. de la Nièvre, H 355, plan du cou (...)
  • 23 Arch. mun. de Marseille, P 125, avril 1790.

10Certains des rares plans conservés localisent également, outre l’infirmerie, une « apothicairerie » ou une « pharmacie »22, inégalement décrites par les inventaires révolutionnaires. À Marseille par exemple, il est simplement indiqué que ces pièces contiennent « plusieurs alambics, bassins, chauderons, balances, marmittes, poillons, mortiers et plusieurs ustensiles en etain et en fer blanc »23.

  • 24 Voir FOSSEYEUX Marcel, « Les apothicaireries de couvents sous l’Ancien Régime », dans Bulletin de l (...)

11En fait, tout comme le baume du père Tranquille, capucin, l’eau des Feuillants de l’abbaye du Val, ou encore la poudre des Chartreux, qui ont fait la réputation d’un religieux, d’une maison, voire de toute une congrégation, certaines drogues, élaborées et débitées par les disciples de Thérèse de Jésus, ont été très tôt associées à l’ordre. Vendues « le bon prix » aux populations aisées, elles auraient été – pratique courante en médecine – distribuées « libéralement » aux nécessiteux24.

Les remèdes carmélitains

  • 25 Arch. mun. de Bordeaux, ms 835 ; TOURNIER Jules, op. cit., p. 175 et suiv.
  • 26 Arch. dép. de l’Hérault, 36 H 13. Voir à ce sujet, CAILLET Robert, « L’affaire la plus fructueuse d (...)
  • 27 Les vertus admirables d’une eau composée aux Carmes dechaussez de Lyon, souveraine, contre l’apople (...)
  • 28 Ibidem ; Les vertus d’une eau de melisse composée aux Carmes déchaussez de Paris, souveraine contre (...)
  • 29 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 10 H 39, éphémérides du couvent de 1692 à 1745. Le rôle des discrets (...)

12Au cours de nos recherches, aucun recueil pharmaceutique comparable à ceux qu’ont pu rédiger les Récollets de Bordeaux et de Paris25 n’a pu être identifié dans les différents fonds consultés. Il a donc fallu recourir à une documentation éparse, uniquement conservée pour son caractère commercial ou comptable, pour identifier les remèdes distribués aux pauvres ou débités aux abords des maisons de l’ordre. Si quelques-uns mentionnent la poudre d’Ailhaud26, une pommade contre de nombreuses affections de la peau27 ou en encore une eau contre la paralysie28, ils vantent surtout les mérites du cordial que le public associe à l’ordre, l’eau de mélisse dite également « eau des Carmes ». Préparée dans quelques couvents seulement, acheminée vers d’autres, cette préparation semble faire l’objet de toutes les attentions. Ainsi, lors de sa visite au couvent de Rennes, en 1713, le provincial de Normandie rappelle-t-il que les caisses d’eau de mélisse ne doivent être ouvertes que devant le prieur et un « discret »29.

  • 30 BOYER, Eau de Mélisse des Carmes déchaussés de la rue de Vaugirard, Paris, 1860.
  • 31 Ibidem, p. 8 et 21.
  • 32 Le nécrologe de la province de Paris ne mentionne que deux frères Damien, l’un et l’autre n’ayant f (...)
  • 33 Boyer affirme toutefois qu’un cordial analogue était connu des « anciens moines ». C’est, écrit-il (...)
  • 34 LEMERY Nicolas, Cours de Chymie contenant la maniere de faire les opérations qui sont en usage dans (...)
  • 35 TOURNIER Jules, op. cit., p. 156 et 170.
  • 36 Voir Dumont Prosper, La Vérité sur l’eau de mélisse des Carmes du grand couvent de la Place Maubert(...)
  • 37 BOYER, op. cit., p. 24-28.
  • 38  PIGANIOL DE LA FORCE Jean-Aymar, Description historique de la ville de Paris et de ses environs, n (...)
  • 39 BOYER, op. cit., p. 30.
  • 40 TOURNIER Jules, op. cit., p. 27.

13La principale source disponible pour percer le secret de la naissance et de la diffusion de ce précieux cordial est une notice rédigée au XIXe siècle30. L’auteur, alors débiteur du remède, prétend offrir au public un résumé des documents épars qu’il aurait recueillis, parmi lesquels la « charte authentique dans laquelle le chapitre entier de l’ordre écrivit le secret de la composition de l’eau des Carmes déchaussés »31. Contrairement à ce qu’affirment d’autres documents, il y est indiqué que la formule de l’eau de mélisse aurait été donnée en 1610 par un médecin, « dont le nom à moitié effacé sur le parchemin est presque indéchiffrable », à un certain « père Damien »32. Ce dernier aurait ensuite cédé la propriété de cette recette à son établissement, rue de Vaugirard, qui s’en serait réservé la composition en défendant d’en dévoiler le secret, y compris aux autres maisons de l’ordre33. Certains ouvrages de chimie n’hésitent pourtant pas à publier différentes recettes de cette eau magistrale34. D’autres maisons religieuses, celles des Jacobins de la rue Saint-Jacques, des Minimes de la Place Royale35, et surtout des Grands Carmes de la Place Maubert, débitent également une eau de mélisse36. Aussi, Louis XIV octroie-t-il, en 1709, des lettres patentes reconnaissant et garantissant la propriété exclusive du cordial aux déchaux parisiens37. À la lecture des témoignages contemporains, le succès de ce remède, comme de ses contrefaçons, semble indéniable. Jean-Aymar Piganiol de La Force parle d’un « débit très-considérable », ajoutant que ce n’est pourtant « que de l’eau de Mélisse telle qu’on en fait par-tout ailleurs »38. À la suite d’une nouvelle requête, déposée en 1773, la Commission royale de médecine accorde un nouveau brevet exclusif aux Carmes déchaux parisiens. Valable seulement trois années, il est reconduit d’autant en 177639. L’année suivante, confronté aux nombreuses plaintes des apothicaires jurés, le roi décide cette fois d’interdire à l’ensemble des communautés régulières et séculières d’avoir une pharmacie « si ce n’est pour leur usage particulier ou intérieur »40. En 1780 pourtant, un brevet accorde de nouveau l’exclusivité de la composition et de la vente de l’eau de mélisse aux religieux pour vingt ans. En fait, les Carmes déchaux ont trouvé un compromis avec les membres du collège de pharmacie à qui ils s’engagent à verser annuellement la somme de 1000 livres.

  • 41 LARUELLE Ernest, Les Apothicaires rouennais. Histoire de la corporation du Moyen-Âge à la Révolutio (...)
  • 42 Arch. dép. de la Gironde, H 2716.

14Dans d’autres villes du royaume en revanche, les disciples de Thérèse de Jésus et les apothicaires ne semblent prêts à aucune concession. Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, la corporation de Rouen demande, et obtient, la condamnation à la fois des Grands Carmes et des Carmes déchaux de la ville, les uns et les autres commercialisant diverses drogues41. À Bordeaux, ce sont les religieux qui, en 1721, assignent en justice un commerçant de la ville. Selon la requête du père syndic du couvent des Chartrons, l’apothicaire débite, dans les îles d’Amérique, des fioles illégalement estampillées « Eau de Mélisse des Carmes »42. La défense sur laquelle s’appuie l’apothicaire bordelais est tout à fait caractéristique du point de vue de sa profession sur les activités des religieux :

Le suppliant observe la qualité de la partie adverse, c’est un Religieux Mandiant, mort au Monde pour ne posseder rien en propre et pour ne faire ny lui ny sa Communauté aucun commerce de quelqu’espece qu’il puisse estre. C’est même un des points de leur regle et de leur Discipline. C’est même ce qui leur est deffendu par les ordonnances et par les Saints Canons. Cependant ce Religieux fait tout le contraire.

À la critique et à l’ironie succède la menace :

Pour debiter des Remedes de quelqu’especes qu’ils soient, les privileges et les statuts sont même prohibitifs à toute sorte de personnes sauf à ceux de la profession du suppliant […]. Suivant cela, le suppliant seroitplutot en droit d’interdire à l’adversaire son commerce, que l’adversaire de l’interdire au suppliant.

La menace n’interdit pas la malice :

  • 43 Ibidem.

Tout appotiquaire peut […] préparer [cette eau]. Il peut non seulement la preparer mais la debitermeme sous le nom de l’auteur pour faire honneur à celuy qui l’a inventée43.

  • 44 Les vertus d’une eau souveraine…, Les vertus d’une eau de melisse…, Les vertus admirables d’une eau (...)

15Les vertus que l’on attribue à cette panacée expliquent son succès auprès des populations. À la lecture des documents publicitaires carmélitains, elle soigne les attaques d’apoplexie, les maladies contagieuses, les diverses obstructions du corps ou encore l’asthme. Elle fortifie le cœur, apaise les douleurs en tout genre, cicatrise les plaies et surtout, constitue « un excellent préservatif contre la peste »44.

Ce précieux cordial est à la fois débité et produit dans l’une des plus importantes pharmacies de l’ordre, celle du couvent de Bordeaux.

L’« apothiquairerie » de Bordeaux

  • 45 À propos des apothicaireries conventuelles bordelaises, voir LE BRETON Dominique, Apothicaires et m (...)
  • 46 Arch. dép. de la Gironde, Q 891, 1791.
  • 47 Selon Maurice Meaudre de Lapouyade, un certain nombre de ces pots seraient aujourd’hui conservés à (...)
  • 48 Le département d’histoire de la médecine du Science Museum de Londres possède deux pots à thériaque (...)

16Les procès-verbaux rédigés par les fonctionnaires révolutionnaires au cours du mois de février 1791 à Bordeaux ne mentionnent pas moins de trois salles dans chacune des deux maisons qu’accueille la ville45. L’inventaire du couvent Notre-Dame du Salut, situé dans le faubourg des Chartrons, précise simplement « premiere sale », « seconde sale » et « laboratoire ». Celui du couvent Saint-Louis de la ville, moins fourni, distingue la « pharmacie », du « magazin » et du « laboratoire »46. Fourneaux, alambics en verre ou en cuivre, matras, bassines, tamis et mortiers en marbre, cuivre, fonte ou fer sont inventoriés dans cette dernière pièce où sont indéniablement produits les remèdes carmélitains. Les deux autres, meublées d’armoires, d’étagères, de tables et de comptoirs, servent probablement de lieu de rangement pour les drogues. Les récipients inventoriés, plus de quatre cents au couvent Saint-Louis, plus de sept cents à Notre-Dame du Salut, témoignent de la variété des remèdes proposés. Les chevrettes, ou cruches à sirop, côtoient les pots à canon contenant les onguents et autres électuaires, les piluliers, les flacons servant de poudriers, les bocaux et les bouteilles de diverses matières, formes et tailles47. Un procès-verbal indique en particulier neuf pots à thériaque qu’il semble aujourd’hui possible d’identifier, grâce aux armoiries de l’ordre, dans différentes collections particulières et dans certains musées48.

  • 49 Arch. nat., D XIX 11, n° 157. Selon les documents, le nom de famille de ce religieux est également (...)
  • 50 Arch. dép. de la Gironde, G 2403.
  • 51 L’acte est retranscrit dans SERVANTIE Louis, « La pharmacie à Bordeaux (1790-1804), frère Placide, (...)

17Pierre Catinot, né à Tulle, le 16 janvier 172649, est l’un des principaux acteurs de la pharmacie des Carmes déchaux de Bordeaux. Il prononce ses vœux sous le nom de Placide de la Circoncision et exerce, au couvent Saint-Louis, les fonctions d’apothicaire. Il fournit parfois, comme l’attestent des documents comptables, ses remèdes aux habitants de sa paroisse50. À la suite du décret du 13 février 1790, supprimant les congrégations religieuses, ces derniers contactent les autorités locales afin de continuer à bénéficier de ses services. Ils obtiennent gain de cause car, en mars 1791, un acte officiel intronise Pierre Catinot maître apothicaire51.

  • 52 Arch. dép. de la Gironde, Q 891, 1791.
  • 53 Arch. dép. de la Gironde, Q 1137, lettre datée du 31 mars 1791.
  • 54 Cité dans SERVANTIE Louis, article cité, p. 104-105.

18Le même mois, la pharmacie des Carmes déchaux de la ville est adjugée par les autorités révolutionnaires au sieur Francisque52. Celui-ci, indique une lettre adressée quelques jours plus tard aux administrateurs du district, « par lui-même n’a pas voulu exploiter cette pharmacie, l’a cedée au P. Placide exposant, ci devant attaché auxd. P. Carmes […] que la municipalité a preposé à la garde des scellés qu’elle a apposés dans ce couvent »53. Le nouveau propriétaire est désormais présenté comme « apoticaire juré de la ville de Bordeaux ». Il déménage ensuite non loin de son ancien établissement pour y installer son officine. La prestation du serment civique, de même que la rédaction, avec d’autres apothicaires, d’un mémoire s’opposant à ce que les moines de la ville bénéficient d’une patente de pharmacien54, attestent que désormais le Carme déchaussé, frère Placide, s’efface peu à peu pour céder la place à l’apothicaire Pierre Catinot. Celui-ci exerce ses fonctions jusqu’en 1805, date à laquelle il décide de se retirer et de céder son commerce. Parmi les conditions de vente figurent inévitablement des clauses relatives au cordial qui a fait la réputation de l’ordre et, visiblement, de la pharmacie du religieux défroqué.

  • 55 Ibid., p. 107.

1° Le sieur Catinot promet de bonne foi, en son âme et conscience, de ne plus exercer l’état et profession de pharmacien, et de ne vendre ni faire vendre par qui que ce soit, de l’eau des Carmes, ni drogues et remèdes […].
2° Le dit sieur Catinot promet de faire en présence du dit sieur Magonty, une chauffée d’eau des Carmes, telle qu’il l’a toujours faite, avec tout ce qu’il emploie dans sa composition, dont il donnera connaissance au dit sieur Magonty, et cette chauffée faite, il sera vérifié si l’eau des Carmes qui en proviendra est semblable à celle qui s’est vendue jusqu’à présent et qui se vend journellement dans la pharmacie du dit sieur Catinot.
3° Enfin, le dit sieur Catinot promet toujours de bonne foi et en son âme et conscience de ne conférer en aucun temps son secret pour la composition de l’eau des Carmes à aucune autre personne qu’au dit sieur Magonty sous quelque prétexte que ce soit55.

  • 56 Ibid., p. 108. Le cas du père Placide ne semble pas isolé. Selon Boyer, à Paris, en 1793, les « ci- (...)
  • 57 Cette enseigne a fait l’objet d’une thèse pour l’obtention du diplôme de docteur en pharmacie (RENO (...)

19Le 7 septembre 1811, le registre de la cathédrale Saint-André de Bordeaux indique que « les honneurs funèbres ont été rendus à Pierre Catinot, âgé de quatre-vingt-cinq ans et sept mois, ancien Frère Petit Carme, mort la veille rue Gouvion n° 21 »56. Il y a quelques années encore, à l’angle des rues de Castillon et Margaux, non loin de l’ancien couvent, l’enseigne « Pharmacie des Carmes » perpétuait, d’une certaine façon, le souvenir de ce religieux que les événements révolutionnaires n’ont finalement guère perturbé57.

*

  • 58 THÉRÈSE DE JÉSUS, La Vie de la Sainte Mere Terese de Jesus, dans Les Œuvres […] Nouvellement tradui (...)

20S’interroger sur la place des Carmes déchaux dans le soulagement spirituel et corporel des malades permet d’évaluer et de confronter à la fois les préoccupations de leur institut et celles du siècle. D’un côté, Thérèse de Jésus, dans ses écrits, multiplie les mises en garde et encourage ses ouailles à limiter les contacts avec le siècle et à se consacrer à l’oraison58.

  • 59 THÉRÈSE DE JÉSUS, Fondations […], dans Les Œuvres de Sainte Therese divisées en deux parties. De la (...)

Pourveu – ajoute-t-elle toutefois – que cela n’empesche pas que l’on satisfasse à l’obeïssance et à la charité envers le prochain, qui nous obligent à quitter le plaisir si doux de s’entretenir seul à seul avec Dieu et de recevoir des faveurs de luy59.

21De l’autre, les autorités civiles et religieuses affichent, quelle que soit la région ou l’époque, une exigence commune qui conditionne toute nouvelle installation de congrégations régulières : « estre utile au public ». L’apostolat caritatif s’impose donc à l’ordre, et par les nécessités du siècle, et par celles de la religion.

22Dès lors, contractuellement défini et accepté, cet apostolat se manifeste spontanément, comme en période d’épidémie, ou lorsque l’environnement du couvent l’impose, au niveau d’une paroisse, voire des campagnes environnantes. Il sait également évoluer vers des activités qui permettent de procurer aux membres de l’ordre d’indispensables revenus. Quelques couvents se sont ainsi spécialisés dans la fabrication, la distribution parfois, la vente surtout, de remèdes qui finissent par prendre jusqu’au nom de l’ordre. Les Carmes investissent ainsi à plusieurs titres le marché thérapeutique, offrant conseils et remèdes selon une logique sociale qui n’est pas sans rappeler celle de la médecine de leur temps. Une évaluation précise de leur impact sur le marché des soins nécessiterait une étude détaillée de la comptabilité de l’ordre. Or cette dernière ne permet pas d’en dresser un état précis. Il n’en demeure pas moins que leur activité est reconnue tout au long de l’Ancien Régime. Il n’est donc pas étonnant qu’à l’instar de certains apothicaires, des voix s’élèvent, s’interrogeant sur l’utilité ou encore sur le caractère charitable de certaines de ces activités.

  • 60 Cité dans FOSSEYEUX Marcel, article cité, p. 51.

Ce qu’il y a d’admirable dans tous ces médecins de robes noires, blanches, grises et tannées – ironise Bernier dans son Essai de Medecine à la fin du XVIIe siècle – c’est qu’ils nourrissent de grandes familles pendant que les petites familles des médecins de robe courte meurent de faim60.

23Comme d’autres philosophes, Diderot participe de cette remise en cause et brocarde tout particulièrement la charité des membres de la famille carmélitaine :

  • 61 Mémoires, correspondance et ouvrages inédits de Diderot, publiés d’après les manuscrits confiés, en (...)

Le rendez-vous des convives était dans l’allée des Carmes. Nous étions trois ou quatre assis sur un banc tout voisin de la porte du même nom, lorsque nous entendîmes des cris qui venaient de la porte d’entrée de ces moines. C’était une femme qui était tombée en défaillance au sortir de leur église. Un d’entre nous accourt, il frappe à la porte du couvent ; le portier ouvre ; « Mon père, vite une goutte de votre eau de mélisse ; c’est pour une femme qui est là, qui se meurt ». Le moine répond froidement : Il n’y en a point ; et ferme la porte. Là-dessus, mon amie, je vous laisse rêver à votre aise sur les grands effets de l’esprit de religion61.

Haut de page

Notes

1 Fondations faites par Sainte Therese de plusieurs monasteres de Carmelites et de Carmes deschaussez, dans Les Œuvres de Sainte Therese divisées en deux parties. De la Traduction de Monsieur Arnauld d’Andilly, Paris, 1670, p. 316.

2 Voir par exemple DOMPNIER Bernard, Enquête au pays des frères des Anges. Les Capucins de la Province de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Saint-Étienne, 1993, p. 227 et suiv. ; MEYER Frédéric, Pauvreté et assistance spirituelle. Les Franciscains récollets de la province de Lyon aux XVIIe et XVIIIe siècles, Saint-Étienne, 1997, p. 320 et suiv.

3 Voir LE GOFF Jacques, REMOND René (dir.), Histoire de la France religieuse, vol. 2, François LEBRUN (dir.), Du christianisme flamboyant à l’aube des Lumières (XIVe-XVIIIe siècle), Paris, 1988, p. 404 et suiv. (« Les réguliers »).

4 Voir « Carmelitani, Ordo Fratrum B. Mariae Virginis de Monte Carmelo (OCarm, OrdCarm) », dans Dizionariodegliistituti di perfezione (D.I.P.), vol. 2, Rome, 1975, col. 460-52 ; Melchior de SAINTE-MARIE, « Carmel (Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel) », dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique (D.H.G.E.), vol. 2, Paris, 1949, col. 1070-1104.

5 Voir LE GOFF Jacques, REMOND René (dir.), op. cit. ; BRÉMOND Henri, Histoire littéraire du sentiment religieux en France, 12 vol, part. vol. II, L’invasion mystique (1590-1620), Paris, Bloud et Gay, 1925.

6 Arch. dép. du Jura, 25 H 2, 1626.

7 Bibl. mun.de Marseille, ms 706, Les Constitutions des Carmes déchaussés de la Congregation de Saint Elie de l’Ordre de la Tres Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel, sans date, p. 55-57 ; Instructiones Fratrum Discalceatorum Congregat. S. Eliae Ordinis Beatissimae Virginis Mariae de Monte Carmelo, Venise, 1686, p. 71-73 (pour l’édition consultée).

8 Bibl. mun. de Marseille, ms cité, p. 52.

9 Louis de SAINTE-THÉRÈSE, Annales des Carmes Dechaussez de France, Paris, 1665, p. 349 ; FLEURY E., « Notice historique sur le couvent et l’église des Carmes de Brest », dans Bulletin de la Société académique de Brest, 1858, p. 153-176, part. p. 158. Voir également LEVOT Jean-Prosper, Histoire de la ville et du port de Brest, 5 vol., Brest, 1864, vol. 1, « La ville et le port jusqu’en 1681 », p. 318-330, part. p. 322.

10 Voir FAGE René, Le Vieux Tulle. Les couvents d’hommes, Tulle, 1888, p. 29-44, part. p. 34.

11 LOUIS DE SAINTE-THÉRÈSE, op. cit., p. 321.

12 Ibidem.

13 Arch. mun. de Bar-le-Duc, BB 5, fol. 17 v°, 3 juin 1636.

14 LOUIS DE SAINTE-THÉRÈSE, op. cit., p. 316-317.

15 GAUTHIER Charles, La peste de 1629 à Salins, Salins, 1852, p. 19.

16 BAUDAT Michel, BERTRAND Régis, « Aux origines du monument aux morts : le “mausolée des consuls d’Arles” (1722) », dans Provence historique, 1997, p. 535-548, part. p. 545-546.

17 Arch. dép. du Jura, 22 H 23, sans date. Voir également MILLOUX Jules, Histoire d’une petite ville de Franche-Comté : Bletterans, Lons-le-Saunier, 1960, p. 95-98, part. p. 97.

18 Bibl. mun.de Marseille, ms cité, p. 53.

19 Instructiones…, op. cit., p. 148.

20 « Trienne » : période de trois années de gouvernement.

21 Arch. dép. de Meurthe-et-Moselle, H 940, p. 1.

22 Voir par exemple Arch. dép. du Nord, plan Cambrai 615 ; Arch. dép. de la Nièvre, H 355, plan du couvent de Nevers.

23 Arch. mun. de Marseille, P 125, avril 1790.

24 Voir FOSSEYEUX Marcel, « Les apothicaireries de couvents sous l’Ancien Régime », dans Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île de France, 1919, p. 42-59 ; TOURNIER Jules, Le clergé et la pharmacie. Essai sur le rôle du clergé et plus particulièrement des congrégations religieuses dans la préparation et la distribution des remèdes avant la Révolution, Paris, Librairie Caffin, 1938 ; Delaunay Paul, La médecine et l’Église. Contribution à l’histoire de l’exercice médical par les clercs, Paris, Le François, 1948.

25 Arch. mun. de Bordeaux, ms 835 ; TOURNIER Jules, op. cit., p. 175 et suiv.

26 Arch. dép. de l’Hérault, 36 H 13. Voir à ce sujet, CAILLET Robert, « L’affaire la plus fructueuse du XVIIIe siècle. Le remède universel du docteur Ailhaud » dans Revue d’histoire de la médecine, 1954, p. 251-266.

27 Les vertus admirables d’une eau composée aux Carmes dechaussez de Lyon, souveraine, contre l’apoplexie et contre les vapeurs, etc., Lyon, sans date.

28 Ibidem ; Les vertus d’une eau de melisse composée aux Carmes déchaussez de Paris, souveraine contre l’apoplexie et contre les vapeurs etc., sans lieu ni date ; Les vertus admirables d’une eau souveraine contre l’apoplexie et contre les vapeurs, sans lieu ni date.

29 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 10 H 39, éphémérides du couvent de 1692 à 1745. Le rôle des discrets est de faire « les comptes de la recepte et de la depense et de donner leurs avis pour la distribution des biens du convent » (Bibl. mun. de Marseille, ms cité, p. 165).

30 BOYER, Eau de Mélisse des Carmes déchaussés de la rue de Vaugirard, Paris, 1860.

31 Ibidem, p. 8 et 21.

32 Le nécrologe de la province de Paris ne mentionne que deux frères Damien, l’un et l’autre n’ayant fait profession qu’en 1629 et 1655 ([FRANçOIS-JOSEPH DE SAINTE-MARGUERITE], Necrologium Carmelitarum Discalceatorum Provinciae Parisiensis, Paris, 1718, p. 96 et 123.

33 Boyer affirme toutefois qu’un cordial analogue était connu des « anciens moines ». C’est, écrit-il « l’élixir qu’offrent les religieux du mont Carmel aux pèlerins et aux voyageurs qui les visitent » (op. cit., p. 21).

34 LEMERY Nicolas, Cours de Chymie contenant la maniere de faire les opérations qui sont en usage dans la medecine, par une methode facile, 2ème édition, Paris, 1677, p. 434-438. L’édition de 1701 donne une recette supplémentaire (p. 503-507).

35 TOURNIER Jules, op. cit., p. 156 et 170.

36 Voir Dumont Prosper, La Vérité sur l’eau de mélisse des Carmes du grand couvent de la Place Maubert, Paris, 1864. L’auteur, concurrent commercial de Boyer, affirme sans surprise que les Carmes déchaux ne firent qu’exploiter « habilement à leur profit la popularité qu’avait acquise en France depuis trois siècles, le fameux élixir qu’on préparait au couvent de la place Maubert » (p. 21).

37 BOYER, op. cit., p. 24-28.

38  PIGANIOL DE LA FORCE Jean-Aymar, Description historique de la ville de Paris et de ses environs, nouvelle édition, 10 vol. , Paris, 1765, vol. 7, p. 277-285, part. p. 284.

39 BOYER, op. cit., p. 30.

40 TOURNIER Jules, op. cit., p. 27.

41 LARUELLE Ernest, Les Apothicaires rouennais. Histoire de la corporation du Moyen-Âge à la Révolution, Rouen, Lucien Wolf, 1920, p. 70-71.

42 Arch. dép. de la Gironde, H 2716.

43 Ibidem.

44 Les vertus d’une eau souveraine…, Les vertus d’une eau de melisse…, Les vertus admirables d’une eau..., p. 2.

45 À propos des apothicaireries conventuelles bordelaises, voir LE BRETON Dominique, Apothicaires et moines à Bordeaux à la fin de l’Ancien Régime, thèse pour le diplôme d’État de docteur en pharmacie, Bordeaux II, 1983.

46 Arch. dép. de la Gironde, Q 891, 1791.

47 Selon Maurice Meaudre de Lapouyade, un certain nombre de ces pots seraient aujourd’hui conservés à l’Hôtel Saint-Marc de la ville (MEAUDRE DE LAPOUYADE M., Essai d’histoire des faïenceries de Bordeaux du XVIIIe siècle à nos jours, Macon, 1926, p. 49). Il semble en fait confondre avec une autre collection (voir RENOU Frédéric, Histoire de la pharmacie des Carmes à Bordeaux, de sa création à la disparition de sa préparation la plus célèbre : l’eau de mélisse des Carmes, thèse pour le diplôme d’État de docteur en pharmacie, Bordeaux, 2005, p. 36).

48 Le département d’histoire de la médecine du Science Museum de Londres possède deux pots à thériaque du XVIIIe siècle provenant des manufactures bordelaises Hustin (inventaires numéro 2050/1940 et 499/1941). L’un et l’autre arborent les armoiries de l’ordre des Carmes déchaux (informations aimablement fournies par monsieur Stephen Clarke). Rudolf E. A. DREY, dans son étude intitulée Pharmaceutical Pottery and Porcelain in Europe and the East, 1150-1850 (Londres, 1978), évoque un pot identique conservé au Wellcome Institute of the History of Medicine (p. 98-100, et p. 103, fig. 49c).

49 Arch. nat., D XIX 11, n° 157. Selon les documents, le nom de famille de ce religieux est également orthographié Catinaut ou Catineau.

50 Arch. dép. de la Gironde, G 2403.

51 L’acte est retranscrit dans SERVANTIE Louis, « La pharmacie à Bordeaux (1790-1804), frère Placide, petit carme déchaux », dans Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, 1965, p. 91-115, part. p. 101. L’auteur cite par ailleurs un certificat de travail rédigé par le père Placide de la Circoncision en juillet 1789, où il se présente déjà comme maître en pharmacie (ibid., p. 100).

52 Arch. dép. de la Gironde, Q 891, 1791.

53 Arch. dép. de la Gironde, Q 1137, lettre datée du 31 mars 1791.

54 Cité dans SERVANTIE Louis, article cité, p. 104-105.

55 Ibid., p. 107.

56 Ibid., p. 108. Le cas du père Placide ne semble pas isolé. Selon Boyer, à Paris, en 1793, les « ci-devant Carmes, devenus simples commerçants, composaient et vendaient, pendant la tourmente révolutionnaire, leur bienfaisant cordial, rue Taranne, 14, où ils avaient établi leur nouveau laboratoire » (op. cit., p. 33 et suiv.).

57 Cette enseigne a fait l’objet d’une thèse pour l’obtention du diplôme de docteur en pharmacie (RENOU Frédéric, étude citée).

58 THÉRÈSE DE JÉSUS, La Vie de la Sainte Mere Terese de Jesus, dans Les Œuvres […] Nouvellement traduites d’Espagnol en François, par le R. Pere Cyprien de la Nativité de la Vierge, 2 vol., Paris, 1650, vol. 1, p. 385 (pour l’édition consultée ; 1ère édition 1644).

59 THÉRÈSE DE JÉSUS, Fondations […], dans Les Œuvres de Sainte Therese divisées en deux parties. De la Traduction de Monsieur Arnauld d’Andilly, Paris, 1670, p. 316.

60 Cité dans FOSSEYEUX Marcel, article cité, p. 51.

61 Mémoires, correspondance et ouvrages inédits de Diderot, publiés d’après les manuscrits confiés, en mourant, par l’auteur à Grimm, 2 vol., Paris, 1841, vol. 2, p. 1-2 (Lettres à Mademoiselle Voland de 1759 à 1774, « Lettre LXXXIX, le 1er août 1765 », p. 1-5).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Sinicropi, « « Rendre service aux malades » : les Carmes déchaux et la pratique médicale (XVIIe-XVIIIe siècles) », Histoire, médecine et santé, 2 | 2012, 21-32.

Référence électronique

Gilles Sinicropi, « « Rendre service aux malades » : les Carmes déchaux et la pratique médicale (XVIIe-XVIIIe siècles) », Histoire, médecine et santé [En ligne], 2 | automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/135 ; DOI : 10.4000/hms.135

Haut de page

Auteur

Gilles Sinicropi

Gilles Sinicropi est l’auteur d’une thèse de doctorat : « D’oraison et d’action ». Les Carmes déchaux en France aux XVIIe et XVIIIe siècles (sous presse, P.U.S.E., collection du « C.E.R.C.O.R., Travaux et recherches »).

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals