Navigation – Plan du site
Varia

Jehan Leclerc et les chirurgiens jurés de Paris : une rivalité professionnelle à l’Hôtel-Dieu (1498-1500)

Jehan Leclerc and the Sworn Surgeons of Paris: a Professional Rivalry at the Hotel-Dieu (1498-1500)
Hélène Leuwers
p. 69-90

Résumés

À la fin du xve siècle, le chirurgien Jehan Leclerc exerçait à l’Hôtel-Dieu de Paris où il soignait les malades accueillis par l’institution. Entre 1498 et 1500, il y rencontra l’hostilité de plusieurs chirurgiens de la ville. Le parcours de ce praticien controversé peut être retracé grâce à un ensemble d’actes notariés, notamment des attestations de soins et de guérison dans lesquelles d’anciens patients témoignent de ses réussites thérapeutiques et dévoilent le différend qui l’opposa à des chirurgiens de la confrérie. Reconstituer l’itinéraire particulier de Jehan Leclerc permet également d’éclairer la vie médicale à l’hôpital, la composition de son personnel soignant, les gestes chirurgicaux et les mécanismes de l’assistance à l’Hôtel-Dieu. Le conflit hospitalier, en particulier, révèle l’importance du service des « pauvres malades » dans l’affirmation professionnelle des chirurgiens parisiens et dévoile quelques aspects de leur éthique en formation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Paris, Archives nationales [désormais AN], Minutier central, XIX, 13, 18 décembre 1498, au dos d’u (...)
  • 2 Jacquet Belangier, charretier : Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 25 février 1499 n. st., au d (...)

1Le mardi 18 décembre 1498, le tonnelier Denis Moul, dit Faulconnier, attesta, devant notaire, qu’il avait été soigné d’une plaie au talon gauche par Jehan Leclerc à l’Hôtel-Dieu de Paris1. Deux mois et demi suffirent au thérapeute pour guérir la maladie dont souffrait son patient depuis cinq années, et qui avait été déclarée jusqu’alors incurable par plusieurs chirurgiens réputés. À partir de cette date et jusqu’au vendredi 6 mars 1500 (n. st.), huit autres témoins, convalescents, rétablis, ou simples observateurs, se présentèrent à l’étude du notaire Pierre Pichon l’aîné, rue Saint-Antoine. Ils y attestèrent, de la même façon, des exploits thérapeutiques de Jehan Leclerc, mais aussi des échecs répétés de ses collègues et rivaux2. Au détour des témoignages conservés, riches de détails vivants, se dévoile le parcours d’un chirurgien parisien loué, mais aussi controversé, à l’extrême fin du xve siècle.

  • 3 Le repérage des documents a été effectué à partir de l’inventaire exhaustif susnommé et grâce au d (...)
  • 4 Gianna Pomata, La promessa di guarigione. Malati et curatori in antico regime: Bologna XVI-XVII se (...)
  • 5 Alexandre Lunel, La maison médicale du roi : xvie-xviiie siècles. Le pouvoir royal et les professi (...)
  • 6 Danielle Jacquart, Le milieu médical en France..., op. cit., p. 78-83 ; Vern L. Bullough, « Traini (...)
  • 7 Danielle Jacquart, La médecine médiévale dans le cadre parisien, xive-xve siècle, Paris, Fayard, 1 (...)
  • 8 Sur la chirurgie médiévale et ses rapports avec la médecine, voir notamment : Danielle Jacquart, L (...)

2L’itinéraire de Jehan Leclerc peut être retracé grâce aux indices qu’en donnent une dizaine d’actes du Minutier central des notaires de Paris, inédits3. L’enquête dans les fonds notariés parisiens est rarement menée pour étudier les parcours des praticiens de santé et la vie médicale tardo-médiévale. Certes, les écrits qui documentent les pratiques de santé y sont moins nombreux et plus tardifs que dans les fonds notariés des espaces italiens et méridionaux, riches de contrats de soins formalisés, conclus entre praticiens et patients4. Toutefois, promesses et attestations de guérison peuvent également être recueillies dans les archives parisiennes à partir de la seconde moitié du xve siècle et offrir un autre regard sur les relations thérapeutiques. Les minutes identifiées nous apprennent ainsi que Jehan Leclerc, qui se définit comme chirurgien et qui est reconnu comme tel par sa « patientèle », fréquente régulièrement l’Hôtel-Dieu de Paris où il soigne les « pauvres malades » accueillis par l’institution. Dans les dernières années du xve siècle, il y est en conflit avec plusieurs chirurgiens de Paris qui s’opposent à ce qu’il exerce auprès des malades de l’hôpital, lui reprochant sa manière de soigner. Il existe une incertitude quant à son statut précis. Jehan Leclerc pratique-il sans autorisation ? Indéniablement, les chirurgiens ne le reconnaissent pas comme l’un des leurs. Dans la capitale, ces praticiens sont alors constitués en une confrérie dirigée par un prévôt des chirurgiens, nommé pour deux ans5. Comme dans tout métier juré, les chirurgiens exercent un monopole professionnel sur le territoire de la ville et plusieurs maîtres « jurés » élus sont chargés de représenter la communauté et de faire respecter ses statuts. L’autorisation d’exercer dans la ville (licentia operandi) est délivrée à l’issue d’un examen devant un jury auquel les maîtres jurés participent, après un cycle d’apprentissage chez un maître6. L’édit de 1311 donne autorité au chirurgien juré au Châtelet de Paris sur ces maîtres jurés dans le contrôle des approbations obligatoires7. Sur le terrain des pratiques de soins, les chirurgiens peuvent rencontrer les médecins, formés pour leur part à l’université, mais c’est avec les barbiers, avec qui ils partagent les opérations chirurgicales et dont ils tentent de se démarquer, qu’ils entrent le plus directement en concurrence8. C’est dans ce milieu médical hétérogène et concurrentiel qu’évolue Jehan Leclerc.

  • 9 En complément des actes notariés qui documentent les activités de Jehan Leclerc, quelques minutes (...)
  • 10 Christine Jéhanno, « La réforme de l’Hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge : remise en ordre n (...)
  • 11 Ead., « L’“émeute” du 11 juillet 1497 à l’Hôtel-Dieu de Paris : un récit de violences », dans Fran (...)

3Plusieurs types de documents notariés composent le dossier étudié : ce sont majoritairement des attestations de soins ou de guérison rédigées pour certifier de l’habileté professionnelle de Jehan Leclerc, et des attestations de maladie requises pour justifier d’une incapacité physique. Toutes offrent une plongée au cœur de l’Hôtel-Dieu en dévoilant progressivement, quoique partialement, le parcours de Jehan Leclerc et la querelle hospitalière qui l’oppose à d’autres chirurgiens9. L’enquête biographique à partir des minutes autorise une étude concrète des activités de soins à l’Hôtel-Dieu de Paris et complète l’approche par les documents hospitaliers. À travers le cas de Jehan Leclerc, c’est tout un pan de la vie de l’Hôtel-Dieu qui surgit, complexifiant notre vision des services sanitaires de cet établissement d’assistance qui accueille indigents et malades. C’est en un temps de réforme de l’institution, engagée par le chapitre cathédral à partir de 148210 et après une longue période d’instabilité11, qu’il faut replacer le différend entre Jehan Leclerc et les chirurgiens jurés de Paris. Prenant part à la vie médicale mouvementée de l’institution, son parcours permet en particulier d’apporter un éclairage sur les praticiens de santé chargés de visiter les « pauvres malades », la composition du personnel exerçant effectivement à l’Hôtel-Dieu, et les missions des soignants.

  • 12 Ce rapprochement se concrétise par la conclusion d’un contrat, en janvier 1506 (n. st.), qui engag (...)

4Étudier le parcours de ce chirurgien contesté permet en outre d’observer, in vivo, les mécanismes de l’assistance hospitalière, et d’interroger à nouveaux frais le rôle des œuvres de miséricorde dans la fabrique des professions de santé. Pourquoi le conflit qui oppose Jehan Leclerc aux chirurgiens de la ville se cristallise-t-il autour de la question de l’assistance des pauvres malades ? Ne peut-on pas identifier, derrière une querelle personnelle, un différend plus profond, lourd d’enjeux professionnels ? Dans le contexte parisien et au tournant du siècle, cette rivalité prend un sens particulier. La confrérie des chirurgiens se montre particulièrement soucieuse de la compétence des praticiens alors qu’elle est défiée dans sa préséance par la communauté rivale des barbiers, qui tend à se rapprocher de la puissante faculté de médecine12. De plus, l’assistance des pauvres malades de l’Hôtel-Dieu semble de plus en plus relever de leur ressort professionnel.

Le récit d’une querelle personnelle et professionnelle

  • 13 Les attestations se terminent par une même formule : « Dont ledit Leclerc, a ce present, requert l (...)

5Croiser les récits des patients guéris par Jehan Leclerc permet d’esquisser son portrait et de retracer le différend qui l’oppose aux chirurgiens de Saint-Côme. L’objectif n’est pas ici de démêler le vrai du faux, alors que la documentation donne uniquement la parole à des témoins acquis à sa cause et qui s’expriment à sa demande13. En prélude à l’analyse, il s’agit de reconstituer les éléments de la querelle, d’établir sa chronologie et d’identifier ses acteurs.

  • 14 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st (...)
  • 15 Ernest Coyecque, L’Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge. Histoire et documents, t. II, Délibérations d (...)
  • 16 Christine Jéhanno, « Entre le chapitre cathédral et l’Hôtel-Dieu de Paris : les enjeux du conflit (...)
  • 17 Paris, Archives de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris [désormais AP-HP], liasse 1452, pièce (...)

6Lorsqu’éclate le conflit, Jehan Leclerc n’est pas un nouveau venu à l’Hôtel-Dieu de Paris. Deux religieuses professes, Marie Labailleulle et Guillemette La Riblete, attestent, le 4 mars 1500 (n. st.), qu’il exerce au sein de l’établissement depuis trois années environ14. La présence des deux sœurs à l’hôpital est confirmée par les registres de délibération du chapitre Notre-Dame15, la seconde ayant sans doute joué un rôle de meneuse dans la journée du 11 juillet 1497 qui opposa le personnel de l’hôpital au chapitre, en réaction à l’incarcération par les chanoines de Jean le Fèvre, maître de l’Hôtel-Dieu16. La Riblete, ou La Ribellecte, est également mentionnée sous le priorat de Jeanne l’Asseline, dans les comptes de l’année 1489-1490 qui consignent une dépense de huit sous parisis pour des soins17. Selon les déclarations conservées par le notaire, les multiples réussites thérapeutiques du praticien lui attirèrent les foudres de plusieurs chirurgiens de la ville qui exerçaient également à l’hôpital. Leurs motivations ne sont pas formulées dans ces témoignages qui sont tous favorables à Jehan Leclerc.

  • 18 Sauf indication contraire, les citations qui suivent sont extraites de deux minutes : Paris, AN, M (...)
  • 19 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 décembre 1499 (Étude XIX, n° 4530).
  • 20 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 25 février 1499 n. st., au dos d’une minute du 24 septembre (...)

7Deux récits concordants font connaître un épisode que l’on peut situer à l’automne 149818. Plusieurs chirurgiens ont alors pris « question et debat plusieurs foy audit Leclerc », d’autres ont jeté ses « oustilz », « boistels et appareilz aval l’ostel-dieu ». Il lui fut enfin défendu de s’occuper des malades jugés incurables par les mêmes praticiens qui « menassoient lesdits malades de les faires mectre hors d’iceluy hostel-dieu, pour ce qu’ilz se faisoient penser audit Leclerc ». À la confiscation des boîtes à instruments, aux interdictions et aux menaces s’ajoutèrent l’injure et la diffamation : les chirurgiens « luy disoit qu’il n’estoit que ung Johannes, qu’il ne savoit riens » et l’accusèrent d’ignorance devant Faulconnier en affirmant « que sa maladie estoit incurable et que ledit Leclerc n’estoit que ung asne et ung bedier ». Robin Fayau, soigné un an plus tard d’une plaie à la jambe gauche, rapporte qu’à plusieurs reprises, alors que Jehan Leclerc était à son chevet, les mêmes chirurgiens « se mocquoient d’iceluy Leclerc, et par mocquerie l’appelloient grant Jehan en disant audit actestant qu’il estoit bien fol de se laisser appareiller audit Leclerc, et qu’il ne savoit riens, et luy mectroit le feu en la jambe et puis apres le habandonneroit19 ». Ces épisodes d’insultes et de dénigrements, attentatoires à la renommée, correspondent à la phase la plus aiguë du conflit tel qu’il est rapporté par les témoignages des malades. L’essentiel des attestations porte ensuite sur le récit des soins ; les thérapies aboutissent à une nette amélioration de la condition du malade ou du blessé, voire à son complet rétablissement. Bien souvent, les minutes se répondent. Il n’est pas rare de trouver la résonnance d’une même guérison dans plusieurs témoignages, par des patients qui furent aussi, le temps de leur alitement, les témoins de la vie médicale de l’Hôtel-Dieu. Ainsi, la guérison du charretier âgé de dix-sept ans, Jacquet Belangier, qu’il rapporte lui-même, est aussi évoquée dans trois autres récits20. Tous font de Jehan Leclerc un spécialiste des cas désespérés, défiant tous les diagnostics et les pronostics des autres chirurgiens, et œuvrant pour le bien de ses patients en dépit des entraves de ses concurrents.

  • 21 Paris, AN, X1A 4811, fol. 263r, 16 janvier 1470 (n. st.). Pierre Champion a identifié dans les reg (...)
  • 22 Voir par exemple l’argumentation de Jean de Dompremi au Parlement de Paris (1423-1427) ; Laurent G (...)

8Pratiquait-il illégalement dans la capitale, sans avoir été examiné puis reconnu « suffisant » par un jury composé de professionnels de la santé ? Trente années avant cet épisode, c’est pour cette raison qu’un dénommé Raymon de Verrières comparaissait en appel au Parlement de Paris, opposé aux chirurgiens de la ville. Exerçant dans la capitale sans avoir été approuvé, il disait être « venu en ceste ville pour exercer opus caritatum » et, comme Jehan Leclerc, s’être adonné à la chirurgie dans un Hôtel-Dieu21. Le rapprochement que l’on peut faire entre les deux chirurgiens controversés s’arrête ici. En effet, rien ne permet d’affirmer que Jehan Leclerc pratiquait illégalement son activité. Dans les minutes qui le concernent, aucune motivation légale n’est avancée pour expliquer l’interdiction dont il fait l’objet ; les témoignages laissent davantage penser que l’acharnement des autres chirurgiens contre lui serait né d’un sentiment très proche de l’envie, un topos de défense couramment mobilisé dans les affaires de santé qui touchent au droit d’exercer22. Quelles qu’aient été les raisons de cette interdiction, la situation s’envenima et évolua en affaire judiciaire.

  • 23 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, s. d. (Étude XIX, n° 5221).
  • 24 À titre d’exemple, l’attestation de guérison faite par Guillaume Tuillier devant notaire le 6 mars (...)

9Le litige est connu par une procuration notariée, non datée, conservée dans la même liasse que les attestations les plus tardives du dossier. Elle donne le pouvoir à un dénommé Martin Josset de faire appel d’un jugement rendu en première instance par le prévôt de Paris, favorable aux chirurgiens jurés de la ville23. Cette décision interdisait-elle à l’intéressé d’exercer au sein de l’hôpital ? Les attestations de soins, sollicitées par Jehan Leclerc lui-même, furent-elles composées dans le cadre de cette action en justice, pour être produites devant la cour ? Le récit des faits et la chronologie invitent à le penser, sans que cela puisse être affirmé avec une absolue certitude. Dans tous les cas, le conflit fut producteur d’archives ; quant au praticien, il sut mobiliser sa « patientèle » et certains membres de la communauté hospitalière pour prendre fait et cause pour lui. Cette réussite s’explique concrètement par des échanges de bons procédés24 et par la solidarité des patients avec celui qui est parvenu à leur rendre la santé.

  • 25 On a conservé chez les notaires Pichon deux attestations témoignant de soins médicaux effectués pa (...)
  • 26 Par exemple : Paris, AN, Minutier central, XIX, 20, 19 et 22 juillet 1503, au dos d’une minute du (...)
  • 27 Paris, AN, Minutier central, III, 46, 22 juin 1537 ; Madeleine Jurgens, Documents du Minutier cent (...)
  • 28 Paris, AN, Minutier central, XIX, 11, 13 décembre 1496 (Étude XIX, n° 3275).
  • 29 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4720).
  • 30 La collaboration entre pères et fils et la transmission filiale des métiers de chirurgien et de ba (...)

10Dans l’état actuel des connaissances, le déroulement du procès demeure inconnu. Toutefois plusieurs minutes conservées dans les cartons suivants laissent penser que l’issue de la querelle fut heureuse pour l’appelant. Un dénommé Jehan Leclerc, fils de Simon Leclerc, un praticien dont on a conservé des attestations de soins25, exerce en tant que « chirurgien juré à Paris », dès le mois de juillet 1503, dans des actes de nature économique ou se rapportant au domaine familial26. Un inventaire après décès à son nom, daté du 22 juin 1537, est également identifié27. Dès lors, à la suite de rebondissements qui nous échappent, les rapports entre Jehan Leclerc et les chirurgiens de la ville se seraient-ils pacifiés ? Un doute subsiste toutefois. Le chirurgien décédé en 1537 n’est-il pas un simple homonyme du chirurgien qui exerce à l’Hôtel-Dieu ? La concordance temporelle et le nombre limité de praticiens fréquentant l’étude de Pierre Pichon invitent à faire l’hypothèse d’une identification, de même qu’un indice géographique : Simon Leclerc a soigné un dénommé Jehan Croix, vendeur de bétail « demourant a Paris, en la rue Saint-Honoré28 », alors qu’en 1500 un témoin rapporte que « ledit [Jehan] Leclerc, a fait plusieurs autres belles cures, de ladite maladie [de peste], et autres, a plusieurs personnes demourans environs la rue Saint-Honoré29 ». Ce lien – père et fils travailleraient à proximité l’un de l’autre – est toutefois insuffisant pour rassembler définitivement ces documents en un unique dossier et pour établir fermement que tous les actes concernent un seul et même homme. L’hypothèse d’un lien de parenté est plus assurée, dans la mesure où la collaboration familiale et la transmission de père en fils du métier étaient fréquentes au sein des milieux médicaux30. D’autres recoupements, à la fois narratifs et homonymiques, permettent de recomposer avec davantage de certitude le paysage médical de l’Hôtel-Dieu de Paris. Identifier les acteurs, leurs missions de soins, et les replacer dans le milieu des soignants invite à envisager les enjeux professionnels qui transparaissent derrière la querelle de personnes.

Un chirurgien parmi le personnel soignant de l’Hôtel-Dieu de Paris

  • 31 Christine Jéhanno, « La série des comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge : aspects (...)
  • 32 De 1443 à 1458, Pierre Malaisié (chirurgien), Enguerrand de Parenty (médecin) et George (barbier) (...)
  • 33 Paris, AP-HP, liasse 1452, pièce 6566, fol. 56v (1444) ; liasse 1452, pièce 6570, fol. 99v-100r (1 (...)
  • 34 BNF, ms. fr. 3906, fol. 18v ; Paris, AN, H2 188011, fol. 129v ; François Quesnay, Recherches criti (...)
  • 35 Ernest Wickersheimer, « Médecins et chirurgiens dans les hôpitaux du Moyen Âge », Janus, 32, 1928, (...)
  • 36 Sur le personnel médical hospitalier, voir notamment : ibid., p. 97-101 ; Jean Imbert, Les hôpitau (...)

11Les connaissances dont on dispose sur les soignants exerçant à l’Hôtel-Dieu de Paris s’appuient avant tout sur la double série des comptes de l’institution conservée aux Archives de l’Assistance publique et aux Archives nationales31. Mais si les comptabilités conservent la trace de thérapeutes pensionnés pour assurer les soins du personnel religieux32, elles ne mentionnent que peu les praticiens rémunérés pour servir les malades pris en charge par l’institution. C’est seulement lorsqu’occasionnellement le barbier « qui vient visiter les pouvres malades oudit hostel-dieu » soigne les frères et les sœurs, que sa rémunération est consignée dans les comptes33. En droit, les lettres patentes du 16 janvier 1328 (n. st.) disposent que les deux chirurgiens jurés du roi au Châtelet sont également chargés de visiter les malades de l’établissement, en échange d’une rémunération journalière de douze deniers34. Les comptes demeurent silencieux sur leur rétribution35. L’absence d’indices supplémentaires dans ces sources ne signifie pourtant pas que deux chirurgiens et un barbier aient été les seuls professionnels présents. Les informations complémentaires sur l’exercice de thérapeutes à l’Hôtel-Dieu sont à rechercher dans une documentation extra-hospitalière, et éparse, comme les quittances de médecins et de chirurgiens, et le compte rendu de délibérations auxquelles prirent part ces spécialistes36. Les actes du minutier en sont un autre exemple.

  • 37 Ernest Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins..., op. cit., t. I, p. 258 et t. II, (...)
  • 38 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 25 février 1499 n. st., au dos d’une minute du 24 septembre (...)
  • 39 Philippe Rogier figure dans la liste des « nom et surnom des chirurgiens jurés du roy au Châtelet (...)
  • 40 Paris, AN, Minutier central, XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Ét (...)
  • 41 Robert Morillon pratique en compagnie de son neveu Gilles Morillon, et Jehan Peuple, de son fils. (...)
  • 42 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 décembre 1499 (Étude XIX, n° 4530). Jacquet Belangier a ét (...)

12Devant les notaires, les témoins nomment systématiquement les chirurgiens qu’ils attestent avoir vu exercer à l’Hôtel-Dieu. D’un acte à l’autre, moyennant quelques variantes patronymiques, huit protagonistes récurrents peuvent être identifiés. Les thérapeutes impliqués ne sont pas des inconnus, mais des maîtres réputés, qui occupent une place éminente dans la confrérie. Robert Morillon, Guillaume de Nourry, Jean Peuple, Philippe Rogier et maître Gilles37, tous alternativement nommés « maîtres chirurgiens » et « maîtres chirurgiens jurés à Paris », figurent parmi les individus les plus fréquemment désignés comme acteurs de la querelle38. Guillaume de Nourry en 1504 et Philippe Rogier en 1510 bénéficiaient du titre de Chirurgien juré du roi et du Châtelet39. Leur fréquentation de l’Hôtel-Dieu put être conforme au dispositif des lettres patentes de 1328. Une minute évoque aussi les « cirurgians ayans la charge de penser [sic] les malades navrés, oudit hostel-dieu », une formule qui s’applique dans le texte aux praticiens au-delà des seuls chirurgiens du Châtelet40. Ces professionnels, souvent nommés collectivement et toujours solidaires, ne travaillent en effet pas seuls, mais en présence d’un socius, parfois membre de leur famille41. Ils sont entourés de leurs serviteurs, à l’image de Guillaume et de maître Appolin qui « souvant venoient appareiller autres malades, oudit hostel-dieu pour leurs maistres », et de leurs élèves dans une institution qui est aussi un lieu de formation42.

  • 43 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st (...)

13Jehan Leclerc, quant à lui, est d’abord présenté sous la plume du notaire comme un « maistre es ars, qui frequante oudit hostel-dieu », puis, à partir du 25 février 1499 (n. st.), il est invariablement désigné comme « maistre cirurgian », dans des sources notariées généralement très attentives à la qualification des activités professionnelles des parties. Pendant la période 1498-1500, il n’est jamais désigné comme « chirurgien juré à Paris ». Son statut à l’hôpital est ambigu. Dans l’un des témoignages, Pierre Dorenge, serviteur à l’Hôtel-Dieu, affirme que le 8 décembre 1499, jour de la Conception Notre-Dame, Robert Morillon le chargea en personne « de dire audit Leclerc qu’il besongnast soubz luy oudit hostel-dieu, et qu’il le salarisoit et recompenseroit bien de ce qu’il y feroit [en marge] et qu’il le soustiendroit en ce, et luy feroit tout le plaisir qu’il pourroit43 ». Cette affirmation, qu’aurait peut-être contestée le chirurgien, donne à l’activité hospitalière de Jehan Leclerc une légitimité dans une logique de délégation du service d’assistance des plus humbles.

  • 44 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 13 juillet 1499, au dos d’une minute du 12 juillet 1499 (Étu (...)
  • 45 Paris, AN, Minutier central, XIX, 20, 27 décembre 1503. Guillaume de Nourry fréquente très réguliè (...)
  • 46 Paris, AN, Minutier central, XIX, 11, 13 décembre 1496 (Étude XIX, n° 3275).

14Pour l’ensemble de ces praticiens, le service des pauvres malades n’est jamais une occupation à plein temps. Jehan Leclerc exerce également hors des murs de l’institution. Le laboureur Guillaume Tuillier, blessé au genou, fut soigné « tant a l’ostel-dieu de Paris, que oudit hostel de l’Esteuf, ouquel il est a present malade, et encores le pense44 ». Le prêtre et vicaire de Saint-Germain l’Auxerrois, Ambroise de Sanville, qui affirme avoir été guéri de la peste, a sans doute été soigné dans son propre hôtel. La diversité sociale de la clientèle est une réalité pour Jehan Leclerc, comme elle en est une pour les autres chirurgiens nommés. Elle s’observe en particulier dès qu’est franchi le seuil de l’hôpital. En 1503, Guillaume de Nourry atteste avoir soigné un certain Henry Pradier, blessé à la jambe, dans une chambre privée45. De la même façon on retrouve Jean Peuple, qui fréquente également l’Hôtel-Dieu en tant que chirurgien, dans un acte de 1496. Il y atteste des soins qui furent donnés à un malade atteint d’ulcères aux jambes, et qui fut transporté « pour estre appareillé en l’ostel de cirurgien ou barbier46 ». Les visites à l’Hôtel-Dieu ne sont bien qu’un complément de l’activité des thérapeutes.

  • 47 Robert Castel, « La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désaffil (...)

15À l’orée du xvie siècle, la tradition de visite des malades hospitalisés par des spécialistes reconnus, déjà prévue par les lettres de 1328, semble toujours d’actualité. Toutefois, la lecture des actes qui concernent l’exercice de Jehan Leclerc invite à élargir ce service à davantage de protagonistes : jurés de Paris, apprentis, serviteurs et rivaux, certes moins visibles dans les sources, sont à compter au nombre des soignants qui se présentent au chevet des malades. Tous incarnent, au quotidien, le rôle d’assistance de la communauté des chirurgiens en répondant aux besoins de secours d’une « indigence intégrée47 » correspondant aux « pauvres malades » pris en charge par l’hôpital.

Le service des pauvres malades

  • 48 Jole Agrimi et Chiara Crisciani, « Charité et assistance dans la civilisation chrétienne médiévale (...)

16Plusieurs récits de convalescents rappellent les aumônes permises par l’exercice de la chirurgie et l’importance des œuvres de miséricorde dans la vie de la confrérie48. Denis Moul, dit Faulconnier, évoque l’organisation de consultations collectives lorsqu’il rapporte que :

  • 49 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 18 décembre 1498, au dos d’une minute du 24 septembre 1498 ((...)

iceulx Morillon et maistre Gilles, maistres Philippe Rogier, Guillaume de Nourry, ung nommé Claude, et autres cirurgiens, se assemblerent a Saint-Cosme, en cestedite ville, auquel lieu ledit actestant leur monstra et exhiba sondit mal, avecques autres personnes, qui semblablement avoient autres maladies. Et delibererent lors iceulx cirurgians, de bruler de fers chaulx le tallon d’iceluy actestant, ou estoit ladite maladie49.

  • 50 Ernest Wickersheimer, « Les secrets et les conseils de maître Guillaume Boucher et de ses confrère (...)
  • 51 Paris, AN, Minutier central, XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Ét (...)
  • 52 Paris, AN, Y 12, fol. 173v-175v ; Paris, Archives de la Préfecture de Police [désormais APP], Coll (...)
  • 53 « Icelle court ordonne que aux despens desdits chirurgiens il sera basty dedans ledit cimetiere un (...)

17Les consultations régulières des chirurgiens font écho à celles des médecins parisiens, à l’église des Mathurins ou au domicile de l’un des maîtres régents50. Mais les rassemblements ici évoqués correspondent davantage à des consultations charitables, collectives et gratuites, organisées par la confrérie à l’église Saint-Côme. Leur tenue est confirmée par le récit que fait un autre malade de l’Hôtel-Dieu. Il lui fut conseillé « de soy en aller a Saint-Cosme, pour monstrer sondit mal aux maistres cirurgians quy ont acoustumé eulx y assembler le premier lundy d’un chacun moys » ; il dut d’ailleurs s’y reprendre à deux fois car « a la premiere foys lesdits cirurgiens ne vouldroient veoir sondit mal51 ». La pratique des rassemblements mensuels est conforme à l’écho qu’en donnent des sources normatives quelques décennies plus tard lorsque les lettres patentes de François Ier, datées de janvier 1544 (a. st.), chargent les chirurgiens de la ville de se rassembler en l’église paroissiale de Saint-Côme et Saint-Damien, rue de la Harpe, de dix heures à douze heures « tous les premiers lundiz des mois de l’an », pour visiter gratuitement les pauvres malades52. Ces consultations étaient toujours d’usage lorsque, le mardi 2 avril 1555 (n. st.), un arrêt du Parlement de Paris ordonna la construction d’un appentis couvert pour loger les malades, et qu’il fut ordonné aux chirurgiens de venir les visiter et les soigner tous les premiers lundis du mois53. Cette mission d’assistance conférée par la puissance publique aux chirurgiens invite à souligner les enjeux professionnels de la dispute qui se déroule au sein de l’hôpital.

  • 54 Par exemple pour les drapiers et les barbiers : René De Lespinasse, Les métiers et corporations de (...)
  • 55 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4720).
  • 56 Ernest Coyecque, L’Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge..., op. cit., t. I, p. 97-98 ; Danielle Jacqua (...)
  • 57 Ibid., p. 129.
  • 58 Étienne Pasquier, Les recherches de la France, édition critique établie sous la direction de Marie (...)

18Certes l’action charitable envers les individus accueillis par l’Hôtel-Dieu fait partie de la vie de nombreux métiers54. Toutefois, les œuvres de miséricorde corporelles et les soins médicaux y sont largement pris en charge par les chirurgiens de la confrérie, dans un milieu urbain dans lequel la diversité des activités de soins et des thérapeutes n’est pourtant plus à démontrer. Dans les minutes du dossier, le soin des pauvres de l’Hôtel-Dieu de Paris semble l’apanage d’une unique profession. C’est seulement lorsqu’un malade est soigné à son domicile que s’opère une diversification des soignants. Au chevet du prêtre Ambroise de Sanville, malade de la peste, défilent certes des « femmes quy le gardoient en sa maladie » et des médecins55, mais il s’agit de l’unique évocation de médecins dans le dossier, d’ailleurs très allusive. L’importance de la présence chirurgienne, déjà constatée par les historiens et confirmée dans les actes étudiés56, trouve ses racines dans l’obligation légale de visite de 1328. Toutefois, l’absence de mention de la communauté des barbiers retient aussi l’attention. Le contexte d’une rivalité corporative avec les barbiers n’est sans doute pas étranger à cette spécialisation57, d’autant que certains chirurgiens nommés dans le dossier furent personnellement impliqués dans la défense de la prééminence de la confrérie. Le 18 novembre 1494, Philippe Rogier, en personne, requit des maîtres de la faculté de médecine qu’ils cessent d’enseigner aux barbiers en langue vulgaire58. À la lumière des démêlés que Jehan Leclerc eut avec les chirurgiens de la ville, les membres de la confrérie semblent faire de l’Hôtel-Dieu de Paris leur pré carré et veiller activement sur les activités de soins qui y sont exercées. Accusés de négligences, leur opposition collective à leur rival démontre peut-être aussi l’importance qu’ils accordent à leur rôle auprès des pauvres de l’Hôtel-Dieu. Au-delà d’un simple conflit de personne, peut se jouer la défense de l’efficacité du devoir d’assistance des chirurgiens, marqueur du rôle social de la profession dans la capitale.

La chirurgie en actes

19Interdire l’exercice à un chirurgien dont les pratiques thérapeutiques sont estimées non conformes, voire dangereuses, concourt aussi à la défense de la réputation et de l’honneur d’un groupe de professionnels. Les techniques chirurgicales et le comportement face au malade, discriminants dans la querelle, méritent ainsi une attention toute particulière.

  • 59 Ambroise de Sanville, Charlotte Leclerc, une jeune fille âgée de 14 ou 15 ans et d’autres malades (...)
  • 60 Paris, AN, Minutier central, XIX, 16, 3 décembre 1500 (Étude XIX, n° 5132). Dans une autre minute (...)
  • 61 Annie Saunier, « Le pauvre malade »…, op. cit., p. 232 ; Charles Coury, « L’Hôtel-Dieu de Paris, u (...)

20Des dizaines de malades et de blessés sont passées entre les mains de Jehan Leclerc. Pour neuf d’entre eux, les actes conservent à la fois leurs noms et une présentation des blessures ou maladies dont ils souffrent. La majorité des cas rapportés sont graves et jugés difficiles. Parmi les maux traités, on relève des plaies et fractures ouvertes aux jambes, des abcès ou apostèmes aux membres inférieurs et supérieurs, des fistules à la jambe et des cas de « peste »59. Les attestations de soins délivrées par les chirurgiens hors de l’Hôtel-Dieu complètent ce panorama avec la mention d’« ulceres corrosifz autrement appellé la maladie de Naples60 ». Le soin de la syphilis hors des murs de l’hôpital est conforme à l’exclusion de ces malades dans la période épidémique des dernières années du xve siècle61. Lorsque la prise en charge de ces maux par les chirurgiens est documentée, la visite, le diagnostic, le pronostic et le traitement sont prétextes à mettre en contraste les comportements des adversaires.

  • 62 Danielle Jacquart, La médecine médiévale…, op. cit., p. 501-509 (p. 504) ; Ernest Wickersheimer, « (...)
  • 63 Danielle Jacquart, Le milieu médical en France..., op. cit., p. 88-89 ; Chiara Crisciani, « Éthiqu (...)
  • 64 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 18 décembre 1498, au dos d’une minute du 24 septembre 1498 ((...)
  • 65 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 18 décembre 1498, au dos d’une minute du 24 septembre 1498 ((...)

21La visite des chirurgiens au chevet des malades est collective. L’aspect collégial de la pratique fait écho aux consultations médicales de Guillaume Boucher au tournant des xive et xve siècles, transmises par un étudiant allemand de passage à Paris, dont les conseils ont pu servir, initialement, de rapports écrits entre plusieurs praticiens62. Dans le corpus étudié, c’est à l’issue d’une concertation, qui prend souvent la forme d’une délibération collective, d’une collatio63, que les chirurgiens déterminent le traitement à suivre. Un indice en est l’emploi du verbe « délibérer » : devant le Faulconnier, ils « delibererent [...] de bruler de fers chaulx le tallon d’iceluy actestant », et à un autre patient, « lesdits cirurgiens avoient deliberé de luy coupper le bras ou il avoit mal64 ». À plusieurs reprises, l’on peut inférer la participation de plusieurs chirurgiens à une même consultation. De la même façon, la présence simultanée de plusieurs praticiens est attestée pendant les soins : « dix ou douze cirurgiens, assemblez » puis « quatre, ou cinq desdits cirurgiens » assistèrent aux opérations malheureuses du Faulconnier65. Par opposition, Jehan Leclerc semble toujours pratiquer son art seul ; cette différence, fondamentale dans l’exercice de l’art, est loin d’être isolée.

  • 66 Jehan Leclerc ne décrit pas plus précisément la plaie au genou de la jambe droite de Guillaume Tui (...)
  • 67 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 18 décembre 1498, au dos d’une minute du 24 septembre 1498 ((...)
  • 68 Paris, AN, Minutier central, XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Ét (...)
  • 69 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (É (...)
  • 70 Danielle Jacquart, « Le difficile pronostic de mort (xive-xve siècles) », Médiévales, 46, 2004, p. (...)
  • 71 « disoient que ledit actestant n’en guerisoit jamais et estoit en danger de mort » : Paris, AN, Mi (...)
  • 72 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4720).
  • 73 Luke Demaitre a souligné que Bernard de Gordon se montre réticent à formuler le diagnostic de lèpr (...)

22À l’issue de la visite, les chirurgiens déterminent la maladie, estiment si elle est curable et, si c’est le cas, établissent le traitement à suivre. Les descriptions des pathologies et des blessures telles qu’on peut les lire dans les actes sont relativement peu détaillées66. En revanche, les pronostics erronés des cas incurables sont rapportés avec précision et sont une constante dans le dossier, au cœur de l’argumentation en faveur de Jehan Leclerc. Les patients que ce chirurgien a guéris affirment que leur mal fut auparavant jugé intraitable par les chirurgiens de l’hôpital. Le mal est alors dit « incurable67 » ; les praticiens assument « qu’ilz ne pourroient trouver remedde68 » et « qu’il n’y savoient que faire69 ». Cette dimension de la querelle renvoie aux attitudes ambigües et parfois contradictoires des praticiens face aux maladies jugées incurables. La réticence à intervenir dans les cas difficiles ou désespérés, qui se retrouve sous la forme de recommandations dans les ouvrages de chirurgie, se double d’une hésitation à annoncer un pronostic fatal. Danielle Jacquart a démontré combien il pouvait être honteux pour un médecin de pronostiquer à tort la mort70 ; ici, Jehan Leclerc et ses patients jouent de ce registre pour discréditer leurs adversaires. Dans les attestations de soins, parmi les erreurs de pronostics de cas incurables, la mort est ainsi promise à Guillaume Tuillier71 ou Ambroise de Sanville, à qui les chirurgiens et les médecins « maudirent qu’il recevoit tous ses sacremens s’il ne les avoit receuz, et qu’il ne passeroit point le moyt72 ». Si le pronostic de mort implique théoriquement un arrêt des soins, on observe dans les textes médicaux une volonté de prendre en charge les cas difficiles pour prolonger la vie ou atténuer les effets du mal73. De la même façon ici, les attitudes de Jehan Leclerc et des autres chirurgiens trahissent un désaccord sur l’attitude à adopter face aux cas jugés incurables.

  • 74 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (É (...)
  • 75 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 décembre 1499 (Étude XIX, n° 4530).
  • 76 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (É (...)

23Les descriptions par les patients des gestes techniques et des soins sont également nombreuses ; elles sont l’occasion d’accuser les adversaires de Jehan Leclerc de mauvais soins, et de démontrer l’aptitude de ce dernier. La chirurgie pratiquée sur les « malades navrés » est essentiellement traumatologique et orthopédique. Les traumatismes portés à l’attention du soignant concernent majoritairement les membres inférieurs (jambe, genou, pied). Lorsqu’ils ont été provoqués par des chocs, le type d’accident est précisé : le laboureur Guillaume Tuillier reçut « ung coup d’espee sur le genoul dextre74 » et, au charretier Robin Fayau, il « fut baillé ung coup de pié par ung cheval contre la jambe senestre, qui se appostuma75 ». Quand, enfin, l’origine de la blessure ou de la maladie est indéterminée, elle est « survenue » au patient. En outre, l’insistance sur la gravité du mal est récurrente dans les actes ; les plaies et fractures ouvertes traitées mettent en jeu le pronostic vital du malade, « en grant danger de sa personne », « en danger de mort ». La douleur est évoquée directement, par exemple dans le cas de Guillaume Tuillier, « persecuté de mal », « si malade qu’il ne pensoit que a mourir76 », ou indirectement, lorsqu’aucune « allejance », aucune amélioration du mal ni soulagement de la douleur, n’est constatée après les soins des maîtres. Dans le traitement de ces urgences vitales, les gestes thérapeutiques des chirurgiens jurés de Paris et ceux de Jehan Leclerc sont mis en contraste.

  • 77 Julius Pagel (éd.), Die Chirurgie des Heinrich von Mondeville, Berlin, August Hirschwald, 1892, p. (...)
  • 78 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 25 février 1499 n. st., au dos d’une minute du 24 septembre (...)
  • 79 Danielle Jacquart, La médecine médiévale…, op. cit., p. 96.

24Les témoignages délivrent des informations sur les types d’opérations effectuées par les chirurgiens : sont majoritairement représentées l’incision, la suture, l’amputation et la cautérisation. Considérée comme une technique difficile par Henri de Mondeville, la cautérisation ou « brûlure », au fer rouge en particulier, est évoquée à trois reprises dans les sources77. Elle est pratiquée sur le talon du Fauclonnier, sur la jambe de Jaquet Belangier, et sur la cuisse d’un patient non nommé. Dans tous les cas rapportés, l’intervention provoque l’aggravation du mal en brûlant un os ou un nerf du membre souffrant78. Les formes des cautères utilisés dans ces cas demeurent inconnues, mais plusieurs types de fers sont sans doute employés par les chirurgiens qui ont « apposé par cinq diverses fers, lesdits fers chaulx sur le mal » du Faulconnier. La multiplicité des instruments appliqués successivement ajoute à la dramatisation du récit de ces cures, mais correspond également à la diversité des instruments qu’énumèrent Guy de Chauliac et Jacques Despars79. Face à ces techniques par le fer et le feu, qui mettent en cause l’intégrité physique, la chirurgie pratiquée par Jehan Leclerc, dans la logique de sa défense, apparaît moins traumatisante pour les corps. Les soins évoqués n’entament pas la chair : ce sont des emplâtres, des « appareils » et des médicaments.

  • 80 La question de l’échec rejoint des réflexions récentes autour de l’histoire de la faute et de l’er (...)
  • 81 Les faits sont datés dans les cas de Faulconnier, de Belangier et d’un autre blessé : Paris, AN, M (...)
  • 82 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 25 février 1499 n. st., au dos d’une minute du 24 septembre (...)
  • 83 Paris, AN, Minutier central, XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Ét (...)
  • 84 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (É (...)
  • 85 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 20 février 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4530).

25À ce premier contraste, s’ajoute un second : les échecs thérapeutiques imputés aux maîtres, réputés responsables de la mort de plusieurs malades, sont opposés aux guérisons de Jehan Leclerc80. La différence se joue d’abord dans le temps. Les soins longs et inefficaces des chirurgiens sont confrontés aux soins rapides et réussis de Jehan Leclerc, alors que la date de commencement et la durée des soins sont souvent spécifiées avec précision dans les minutes. L’opposition permet de nourrir la démonstration ; la précision permet au récit de gagner en crédibilité et en validité. Les soins effectués par Jehan Leclerc n’excèdent pas deux mois et demi ; ceux de ses adversaires s’étalent sur une durée de trois mois à deux ans81. Les guérisons rapides du thérapeute sont aussi complètes : le malade est « sané et guery tout net », et « n’y a plus de mal ». Celles-ci peuvent être illustrées par le retour à l’état de santé antérieur : la jambe de Jacquet Belangier est considérée comme guérie puisque le patient « y marche et va bien dessus ce qu’il ne povoit faire auparavant l’appareil dudit Leclerc mais luy convenoit avoir deux potences [béquilles] pour aller82 ». Un autre « fut entierement sané et guery de ladite apposteme et puis ledit temps n’y eut mal, et s’en retourna ledit actestant besongner de son mestier comme il avoit fait par avant83 ». Souvent totales, toujours promptes, ces guérisons inespérées contredisent les prévisions des chirurgiens parisiens. Si, à l’issue des soins effectués par Jehan Leclerc, l’amélioration ne va pas jusqu’à la guérison complète, c’est en raison des mauvais soins délivrés par ses concurrents ; ainsi Guillaume Tuillier « ne peut dresser le genoul au moien du mauvais appareil qui luy fut fait au commancement de sa maladie » par les chirurgiens qui « luy feirent clourre la playe qu’il avoit sur ledit genoul avant que faire vuider toute l’ordure qui y estoit84 ». Relative au résultat, la renommée de Jehan Leclerc n’a pour pareil que le discrédit de ses adversaires dans ces témoignages à charge : le charretier Robin Fayau atteste ainsi « que tous ceulx que ledit Leclerc a pensés oudit hostel-dieu durant le temps que ledit actestant y estoit malade se sont tousiours louez de luy et au contraire plusieurs de ceulx que pensoient lesdits cirurgiens se plaignoient d’eulx85 ».

La déontologie du chirurgien

  • 86 Chiara Crisciani, « Éthique des consilia et de la consultation… », art. cité ; Michael R. McVaugh, (...)

26Les situations conflictuelles rapportées autour de la figure de Jehan Leclerc posent, en actes, les problèmes que tentent de résoudre les théoriciens des règles éthiques de l’activité soignante, censées guider le thérapeute dans ses relations avec ses patients et avec ses confrères86. Les sources de la pratique peuvent contribuer, à leur mesure, à la connaissance de la déontologie médicale lorsqu’elles se font l’écho de règles théorisées, et lorsqu’elles dénoncent des comportements jugés inadaptés.

  • 87 Une occurrence : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du (...)
  • 88 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st (...)
  • 89 « durant le temps que la peste a eu dernierement cours, oudit hostel-dieu, ledit Leclerc s’est tou (...)
  • 90 Guigonis de Caulhiaco (Guy de Chauliac), Inventarium sive Chirurgia Magna, Michael R. McVaugh (éd. (...)

27Les cas de peste, en particulier, sont l’occasion de confronter les comportements des différents soignants dans leurs rapports aux malades. Jehan Leclerc, pris de pitié87, répond aux sollicitations des malades souffrants et « s’est mis pluseurffois mis [sic] en danger de sa personne88 ». Ce dévouement pour le bien commun est un trait récurrent de l’argumentation en sa faveur. Par opposition, la pénurie de chirurgiens se fait sentir à l’Hôtel-Dieu en temps d’épidémie89. Les topoï des sources médicales et littéraires qui dénoncent la couardise et l’appât du gain de certains praticiens, avivés par le retour périodique des épidémies, trouvent ici une application concrète : les chirurgiens parisiens fuient devant la peste ou délèguent les visites à leurs subordonnés malhabiles90. Le prêtre Ambroise de Sanville « frappé de peste en la gorge » rapporte ainsi sa propre expérience :

  • 91 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4720).

pour y cuider trouver remedde, envoya querir maistre Philippe Roger cirurgian, qui n’y voult venir et se pensa disant qu’il avoit une fievre tierce, et qu’il y envoyroit quelcun, et de fait y envoya ung grant jeune filz qui se disoit son parent, lequel incontinant qu’il fut arrivé en la chambre, en laquelle ledit actestant estoit malade, fist approcher ledit actestant du feu et luy dist qu’il allemast le feu, et que c’estoit le plus grand remede qu’il y sceust trouver, sans vouloit autrement appareiller ne visiter le mal dudit actestant [...]91.

28À la fuite et à l’impuissance devant la maladie s’ajoute la renonciation à soigner, une question qui met plus nettement en jeu l’éthique du professionnel. Dans les attestations de soins de ce dossier, treize récits d’abandon peuvent être relevés. Ils occupent toujours la même place dans la structure des actes : le patient, aussi nommé « actestant », rapporte d’abord sa propre expérience en détail. Après s’être fait soigner à l’Hôtel-Dieu par les chirurgiens de Paris sans qu’il ne puisse constater aucune « allejance », ces derniers concluent à son incurabilité et l’abandonnent. En dernier recours et de sa propre initiative, le malade se présente à Jehan Leclerc qui parvient à le guérir. L’attestant ajoute ensuite un témoignage complémentaire : il affirme avoir vu, du temps de sa fréquentation de l’Hôtel-Dieu, le chirurgien guérir d’autres patients, eux aussi abandonnés, et qu’il est parfois en capacité de nommer. Cette structure répétitive, tout comme l’accumulation des attestations, renforce la cohérence de la déposition, comme elle contribue à établir la bonne fama du praticien. Elle signale sans doute aussi que les témoignages – ou les dépositions – ont été guidés par le notaire et obéissent à une forme fixe.

  • 92 L’avocat de De Verrières, opposé aux chirurgiens de Paris, rapporte par exemple que « ceulx qui so (...)
  • 93 Julius Pagel (éd.), Die Chirurgie des Heinrich von Mondeville, op. cit., p. 153-154.
  • 94 Ibid., p. 246.
  • 95 Déjà cité plus haut : « se mocquoient d’iceluy Leclerc, et par mocquerie l’appelloient grant Jehan (...)
  • 96 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st (...)
  • 97 Céline Pauthier, L’exercice illégal de la médecine, 1673-1793. Entre défaut de droit et manière de (...)

29Bien sûr, ces récits s’inscrivent toujours dans une stratégie argumentative. L’objectif est de dénoncer l’attitude de ses adversaires et, peut-être, de remporter l’adhésion d’un juge. L’insistance sur l’abandon semble toutefois révéler un point focal de l’éthique en formation des praticiens et des devoirs inhérents à l’exercice professionnel. Cette accusation n’est pas isolée ; devant le Parlement de Paris, c’est une rhétorique de justification que partagent médecins, chirurgiens et barbiers accusés de pratique irrégulière92. La question est déjà posée par le chirurgien Henri de Mondeville dans le chapitre sur le soin des plaies de sa Chirurgie. Soucieux de la réputation du soignant, et envisageant qu’un chirurgien renonce à une opération par crainte de la rumeur, propter verba93, il affirme qu’abandonner le patient (dimittere, fugere) n’est souhaitable qu’en cas de plaie mortelle au cœur : dans tous les autres cas, il est préférable de continuer à panser le malade blessé94. Dans les faits, cette accusation semble d’autant plus centrale dans la relation soignant-soigné, qu’elle concerne tous les chirurgiens du corpus. En effet, si les patients de Jehan Leclerc dénoncent les abandons répétés de ses adversaires, ils rapportent également qu’il fut, lui-même, victime de cette accusation95. Jehan Leclerc la place d’ailleurs sur le plan de la diffamation, au même titre que l’accusation d’ignorance. Ses adversaires, en attaquant, par l’injure et la rumeur, son savoir comme sa déontologie, touchent directement à son honneur professionnel, et donc à sa clientèle. L’importance éthique de la constance des soins délivrés par un professionnel qui panse « continuellement96 », trouve des prolongements jusqu’au xviiie siècle97.

  • 98 Et si dicatur, dixit Galenus in commento super aphorism. 1ae particulae ‘quando steterit aegritudo (...)
  • 99 Abandon par arrêt des soins : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’u (...)

30La notion n’est toutefois pas univoque ; déjà Mondeville, évoquant l’attitude à adopter face au mourant, distinguait l’abandon qui consiste à ne pas promettre la guérison, de celui qui vise à ne pas visiter le malade98. De même, les actes nous apprennent qu’un patient peut s’estimer « abandonné » lorsqu’un médecin, ayant engagé des soins, renonce à soigner une blessure, mais également lorsqu’il ne trouve pas de praticien qui accepte de prendre en charge un mal qui se révèle curable99. Le même terme est employé pour décrire les deux réalités, une ambivalence qui conforte la démonstration des patients en faveur de Jehan Leclerc. Quelle qu’en soit la forme, l’abandon semble un dérèglement du comportement du chirurgien, une transgression de l’éthique du soignant. Les comportements discordants, révélés par les témoignages en faveur de Jehan Leclerc, cristallisent les tensions autant qu’ils permettent, dans l’argumentation, de distinguer le chirurgien qui, contrairement à ses adversaires, observe une attitude conforme à ce que l’on attend d’un chrétien charitable et d’un bon professionnel.

 

31Bien que fragmentaire, cette reconstitution du parcours de Jehan Leclerc est l’occasion d’observer la vie médicale de l’Hôtel-Dieu, les thérapeutes parisiens qui fréquentent les salles de soin, leur mission auprès des « malades navrés » et les gestes chirurgicaux qu’ils pratiquent au sein de l’hôpital. Le prisme offert par les attestations notariées permet aussi d’éclairer des aspects que les comptes et les délibérations ne peuvent révéler, notamment la parole des malades accueillis par l’établissement sur les maux dont ils souffrent, sur les opérations qu’ils subissent, sur les praticiens qui les prennent en charge et sur les comportements qu’ils attendent d’eux.

  • 100 Marilyn Nicoud, « Pratiquer la médecine dans l’Italie de la fin du Moyen Âge : enquête sur les sta (...)

32Enfin, le statut controversé du chirurgien et le conflit qui l’oppose à des maîtres jurés de la confrérie parisienne dévoilent une rivalité riche d’enjeux professionnels. La querelle, parce qu’elle se noue autour du traitement de cas difficiles et du soin des malades accueillis par l’Hôtel-Dieu, aborde, à partir de situations concrètes, les questions qui préoccupent les praticiens défendant leur préséance dans un milieu médical concurrentiel. Ainsi, l’insistance sur le traitement des cas incurables cristallise les questions de prudence et de responsabilité du chirurgien qui doit préserver la confiance des patients et garantir sa bonne réputation. Le soin des « pauvres malades » révèle, enfin, l’importance de la charité et de l’assistance pour la confrérie des chirurgiens, proche de l’idée d’un « service public » dû par certains professionnels. Cette préoccupation apparaît, avant l’époque moderne, dans la recherche de l’« utilité commune » qui motive la rédaction de règlements corporatifs et urbains autant qu’elle légitime l’action des praticiens100. Ces thèmes récurrents apparaissent, pour les thérapeutes comme pour leurs patients, comme autant de marqueurs de l’éthique en formation des praticiens de santé.

Haut de page

Notes

1 Paris, Archives nationales [désormais AN], Minutier central, XIX, 13, 18 décembre 1498, au dos d’une minute du 24 septembre 1498 ; Claire Béchu, Florence Greffe et Isabelle Pébay (dir.), Minutier central des notaires de Paris, minutes du xve siècle de l’étude XIX. Inventaire analytique, Paris, Archives nationales, 1993 [désormais Étude XIX], n° 4158.

2 Jacquet Belangier, charretier : Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 25 février 1499 n. st., au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158) ; un malade de l’Hôtel-Dieu : Paris, AN, Minutier central, XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Étude XIX, n° 4308) ; Robin Fayau, charretier : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 décembre 1499 et 20 février 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4530) ; Marie Labailleulle et Guillemette La Riblete, religieuses professes et Pierre Dorenge, serviteur à l’Hôtel-Dieu : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4711) ; Guillaume Tuillier, laboureur : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (Étude XIX, n° 4718) ; Ambroise de Sanville, prêtre : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4720).

3 Le repérage des documents a été effectué à partir de l’inventaire exhaustif susnommé et grâce au dépouillement des cartons XIX, 17 à XIX, 21.

4 Gianna Pomata, La promessa di guarigione. Malati et curatori in antico regime: Bologna XVI-XVII secolo, Rome/Bari, Laterza, 1994 ; Michael R. McVaugh, Medicine before the Plague. Practitioners and their Patients in the Crown of Aragon, 1285-1345, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 174-181 ; Danielle Jacquart, Le milieu médical en France du xiie au xve siècle, Genève, Droz, 1981, p. 183-185, 297 ; Joseph Shatzmiller, Médecine et justice en Provence médiévale : documents de Manosque, 1262-1348, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1989, p. 123-124 ; Noël Coulet, « Documents aixois (première moitié du xve siècle) », Razo. Cahiers du Centre d’études médiévales de Nice, 4, 1984, Le corps souffrant : maladies et médications, p. 115-125 ; Philippe Wolff, « Recherches sur les médecins de Toulouse aux xive et xve siècles », dans id., Regards sur le Midi médiéval, Toulouse, Privat, 1978, p. 125-142.

5 Alexandre Lunel, La maison médicale du roi : xvie-xviiie siècles. Le pouvoir royal et les professions de santé (médecins, chirurgiens, apothicaires), Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 26-27.

6 Danielle Jacquart, Le milieu médical en France..., op. cit., p. 78-83 ; Vern L. Bullough, « Training of the Nonuniversity-Educated Medical Practitioners in the Later Middle Ages », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, 14, 1959, p. 446-458. Des contrats d’apprentissage documentent par exemple la relation maître-apprenti à Montpellier : Geneviève Dumas, Santé et société à Montpellier à la fin du Moyen Âge, Leyde, Brill, 2015, p. 222-231. Des actes d’apprentissage de barbiers et de chirurgiens parisiens sont également conservés au Minutier central à partir de la fin du xve siècle.

7 Danielle Jacquart, La médecine médiévale dans le cadre parisien, xive-xve siècle, Paris, Fayard, 1998, p. 79 ; Eusèbe de Laurière (éd.), Ordonnances des roys de France de la troisième race, t. I, Paris, Imprimerie royale, 1723, p. 490-492.

8 Sur la chirurgie médiévale et ses rapports avec la médecine, voir notamment : Danielle Jacquart, La médecine médiévale..., op. cit., p. 15-115 ; Michael R. McVaugh, « Surgical education in the Middle Ages », Dynamis, 20, 2000, p. 283-304 ; id., « Stratégies thérapeutiques : la chirurgie », dans Mirko D. Grmek (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, t. 1, Antiquité et Moyen Âge, Paris, Seuil, 1995, p. 239-255.

9 En complément des actes notariés qui documentent les activités de Jehan Leclerc, quelques minutes faisant écho aux pratiques de santé extra-hospitalières des protagonistes de la dispute peuvent être mobilisées.

10 Christine Jéhanno, « La réforme de l’Hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge : remise en ordre nécessaire ou réforme monastique imposée à l’hôpital ? », dans Marie-Claude Dinet-Lecomte (dir.), Les hôpitaux, enjeux de pouvoir. France du Nord et Belgique (ive-xxe siècle), Revue du Nord, hors-série collection histoire, 22, 2008, p. 67-88.

11 Ead., « L’“émeute” du 11 juillet 1497 à l’Hôtel-Dieu de Paris : un récit de violences », dans François Foronda, Christine Barralis et Bénédicte Sère (dir.), Violences souveraines au Moyen Âge. Travaux d’une école historique, Paris, PUF, 2010, p. 67-77 ; Siméon Luce, « L’administration intérieure de l’Hôtel-Dieu de Paris en 1368 et 1369 », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 7, 1880, p. 137-144.

12 Ce rapprochement se concrétise par la conclusion d’un contrat, en janvier 1506 (n. st.), qui engage réciproquement les maîtres de la faculté de médecine et les barbiers de Paris ; Alexandre Lunel, La maison médicale du roi..., op. cit., p. 54-55 ; Contract passé entre les docteurs de la faculté de médecine de Paris : et les maistres barbiers chirurgiens de la dite ville (13 janvier 1505), Paris, s. l. n. d., BNF, Z Thoisy-326 (BIS), fol. 130r-132v.

13 Les attestations se terminent par une même formule : « Dont ledit Leclerc, a ce present, requert lettres ».

14 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4711).

15 Ernest Coyecque, L’Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge. Histoire et documents, t. II, Délibérations du chapitre Notre-Dame de Paris relatives à l’Hôtel-Dieu (1326-1539), Paris, Honoré Champion, 1889, n° 1215, 1234, 1476, 1541, 1545, p. 175, 178, 231, 246-249 et n° 1310, 1320, 1460, 1476 et 1483, p. 192-196, 224, 231, 234.

16 Christine Jéhanno, « Entre le chapitre cathédral et l’Hôtel-Dieu de Paris : les enjeux du conflit de la fin du Moyen Âge », Revue historique, 659, 2011, p. 527-560 (p. 532) ; ead., « L’“émeute” du 11 juillet 1497... », op. cit., p. 73 ; Ernest Coyecque, L’Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge..., op. cit., t. II, n° 1460 (14 août 1497), p. 224.

17 Paris, Archives de l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris [désormais AP-HP], liasse 1452, pièce 6571, fol. 217r : « Item a une fille en habit blanc nommée Guillemecte La Ribellecte malade, a elle baillé pour lui avoir ses neccessitez huit solz parisis pour ce. VIII s. p. ».

18 Sauf indication contraire, les citations qui suivent sont extraites de deux minutes : Paris, AN, Minutier central, XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Étude XIX, n° 4308) ; XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4711).

19 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 décembre 1499 (Étude XIX, n° 4530).

20 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 25 février 1499 n. st., au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158) ; XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Étude XIX, n° 4308) ; XIX, 14, 20 février 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4530) ; XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4711).

21 Paris, AN, X1A 4811, fol. 263r, 16 janvier 1470 (n. st.). Pierre Champion a identifié dans les registres du Parlement de Paris une plaidoirie qui concerne « Jehan » de Verrière, opposé aux chirurgiens de Paris quelques jours plus tôt : X1A 4811, fol. 252v, 8 janvier 1470 (n. st.). Même si le prénom de l’ « appelant » n’est pas identique dans le passage daté du 16 janvier, les deux audiences semblent correspondre à une même affaire. Pierre Champion, François Villon : sa vie et son temps, Paris, Honoré Champion, 1913 [2de éd. 1933], t. II, p. 372 ; Ernest Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge, Genève, Droz, 1936, t. I, p. 499.

22 Voir par exemple l’argumentation de Jean de Dompremi au Parlement de Paris (1423-1427) ; Laurent Garrigues, « Les professions médicales à Paris au début du xve siècle. Praticiens en procès au Parlement », Bibliothèque de l’École des chartes, 156-2, 1998, p. 317-367 ; Geneviève Dumas et Faith Wallis, « Theory and practice in the trial of Jean Domrémi, 1423-1427 », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, 54-1, 1999, p. 55-87.

23 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, s. d. (Étude XIX, n° 5221).

24 À titre d’exemple, l’attestation de guérison faite par Guillaume Tuillier devant notaire le 6 mars 1500 (n. st.) répond à l’attestation de maladie que dressa pour lui Jehan Leclerc le 13 juillet 1499 : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 13 juillet 1499, au dos d’une minute du 12 juillet 1499 (Étude XIX, n° 4344) et XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (Étude XIX, n° 4718).

25 On a conservé chez les notaires Pichon deux attestations témoignant de soins médicaux effectués par Simon Leclerc, chirurgien juré : Paris, AN, Minutier central, XIX, 11, 13 décembre 1496 (Étude XIX, n° 3275) et XIX, 16, 3 décembre 1500 (Étude XIX, n° 5132). Ce chirurgien juré et son fils appartiennent à la famille du peintre George Trubert : Étienne Hamon, « Une famille d’artistes d’origine troyenne à Paris à la fin du xve siècle : les Trubert », Bibliothèque de l’École des chartes, 162-1, 2004, p. 163-189.

26 Par exemple : Paris, AN, Minutier central, XIX, 20, 19 et 22 juillet 1503, au dos d’une minute du 8 juillet 1503 ; XIX, 21, 19 mars 1504 n. st. ; XIX, 21, 22 juillet 1504 ; XIX, 21, 9 décembre 1504.

27 Paris, AN, Minutier central, III, 46, 22 juin 1537 ; Madeleine Jurgens, Documents du Minutier central des notaires de Paris. Inventaires après décès (1483-1547), t. I, Paris, Archives nationales, 1982, n° 680.

28 Paris, AN, Minutier central, XIX, 11, 13 décembre 1496 (Étude XIX, n° 3275).

29 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4720).

30 La collaboration entre pères et fils et la transmission filiale des métiers de chirurgien et de barbier sont attestées en France comme en Angleterre. Danielle Jacquart, Le milieu médical en France..., op. cit., p. 168-176, 384-385 ; Faye Getz, Medicine in the English Middle Ages, Princeton, Princeton University Press, 1998, p. 11, 22-23.

31 Christine Jéhanno, « La série des comptes de l’Hôtel-Dieu de Paris à la fin du Moyen Âge : aspects codicologiques », Comptabilité(S), revue d’histoire des comptabilités, 2, 2011, en ligne : https://journals.openedition.org/comptabilites/639.

32 De 1443 à 1458, Pierre Malaisié (chirurgien), Enguerrand de Parenty (médecin) et George (barbier) sont ainsi pensionnés par l’hôpital : Paris, AN, H5 3663, p. 199 ; Paris, AP-HP, liasse 1452, pièce 6566, fol. 56v (1444). Sur maître Thierry (docteur en médecine) : Paris, AN, H5 3666, fol. 298r. Ernest Coyecque, L’Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge..., op. cit., t. I, Histoire de l’Hôtel-Dieu : documents (1316-1552), Paris, Honoré Champion, 1891, p. 98 ; Ernest Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins..., op. cit., t. I, p. 129-130 et t. II, p. 648 ; Danielle Jacquart, Supplément au Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge d’Ernest Wickersheimer, Genève, Droz, 1979, p. 65, 238.

33 Paris, AP-HP, liasse 1452, pièce 6566, fol. 56v (1444) ; liasse 1452, pièce 6570, fol. 99v-100r (1483) ; liasse 1452, pièce 6571, fol. 36v (1486) ; liasse 1452, pièce 6573, fol. 33r (1494-1495) ; Ernest Coyecque, L’Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge..., op. cit., t. I, p. 99.

34 BNF, ms. fr. 3906, fol. 18v ; Paris, AN, H2 188011, fol. 129v ; François Quesnay, Recherches critiques et historiques sur l’origine, sur les divers états et sur les progrès de la chirurgie en France, t. II, Paris, Charles Osmont, 1744, p. 105 ; René De Lespinasse, Les métiers et corporations de la ville de Paris, t. III, xive-xviiie siècle. Tissus, étoffes, vêtement, cuirs et peaux, métiers divers, Paris, Imprimerie nationale, 1897, p. 628.

35 Ernest Wickersheimer, « Médecins et chirurgiens dans les hôpitaux du Moyen Âge », Janus, 32, 1928, p. 1-11, p. 10 ; Ernest Coyecque, L’Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge..., op. cit., t. I , p. 97.

36 Sur le personnel médical hospitalier, voir notamment : ibid., p. 97-101 ; Jean Imbert, Les hôpitaux en droit canonique : du décret de Gratien à la sécularisation de l’administration de l’Hôtel-Dieu de Paris en 1505, Paris, Vrin, 1947, p. 138-140 ; Danielle Jacquart, Le milieu médical en France..., op. cit., p. 127-137, 373 ; Annie Saunier, « Le pauvre malade » dans le cadre hospitalier médiéval : France du Nord, vers 1300-1500, Paris, Arguments, 1993, p. 128-151.

37 Ernest Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins..., op. cit., t. I, p. 258 et t. II, p. 463, 603, 714-715.

38 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 25 février 1499 n. st., au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158) ; XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Étude XIX, n° 4308) ; XIX, 14, 6 décembre 1499 et 20 février 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4530) ; XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4711) ; XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (Étude XIX, n° 4718) ; XIX, 14, 6 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4720).

39 Philippe Rogier figure dans la liste des « nom et surnom des chirurgiens jurés du roy au Châtelet de Paris » dressée par Jérôme Delanoue : Paris, BIUM, ms. 2114, fol. 159r-159v ; Ernest Wickersheimer, Dictionnaire biographique des médecins..., op. cit., t. I, p. 258. Leurs noms peuvent s’ajouter à la liste des chirurgiens du roi au Châtelet ayant visité les malades de l’Hôtel-Dieu : Danielle Jacquart, Le milieu médical en France..., op. cit., p. 129, n. 3.

40 Paris, AN, Minutier central, XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Étude XIX, n° 4308).

41 Robert Morillon pratique en compagnie de son neveu Gilles Morillon, et Jehan Peuple, de son fils. Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 18 décembre 1498, au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158).

42 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 décembre 1499 (Étude XIX, n° 4530). Jacquet Belangier a été soigné « par maistre Robert Morillon, Philippe Rogier, ung nommé maistre Gilles, maistre Jehan Peuple, cirurgiens jurez a Paris, et aucuns de leurs eleves » : Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 25 février 1499 n. st., au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158).

43 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4711).

44 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 13 juillet 1499, au dos d’une minute du 12 juillet 1499 (Étude XIX, n° 4344) ; « ledit actestant a esté malade au lyt par l’espace de neuf moys, ou environ, dont il a esté cinq moys a l’ostel-dieu de Paris, et le seurplus en une maison en la rue du Temple, en laquelle il se tient encores a present », Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (Étude XIX, n° 4718).

45 Paris, AN, Minutier central, XIX, 20, 27 décembre 1503. Guillaume de Nourry fréquente très régulièrement l’étude de Pierre Pichon, pour des affaires qui concernent aussi sa vie privée.

46 Paris, AN, Minutier central, XIX, 11, 13 décembre 1496 (Étude XIX, n° 3275).

47 Robert Castel, « La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désaffiliation », Cahiers de recherche sociologique, 22, 1994, p. 11-27.

48 Jole Agrimi et Chiara Crisciani, « Charité et assistance dans la civilisation chrétienne médiévale », dans Mirko D. Grmek (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident, t. I, op. cit., p. 151-174.

49 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 18 décembre 1498, au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158).

50 Ernest Wickersheimer, « Les secrets et les conseils de maître Guillaume Boucher et de ses confrères. Contribution à l’histoire de la médecine à Paris vers 1400 », Bulletin de la Société française d’histoire de la médecine, 7, 1909, p. 199-305 (p. 202).

51 Paris, AN, Minutier central, XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Étude XIX, n° 4308).

52 Paris, AN, Y 12, fol. 173v-175v ; Paris, Archives de la Préfecture de Police [désormais APP], Coll. Lamoignon, t. VII, fol. 16r-20v ; René De Lespinasse, Les métiers et corporations de la ville de Paris, op. cit., t. III, p. 630.

53 « Icelle court ordonne que aux despens desdits chirurgiens il sera basty dedans ledit cimetiere ung petit tauldis ou appentiz qui soit couvert auquel ilz pourront retirer et mectre les malades et les visiter. Enjoinct en oultre ladite court ausdits chirurgiens tam anciens que nouveaulx se trouver le premier lundy de chacun moys de l’an en ladite eglise Saint-Cosme pour aller faire les visitacions desdits malades et bailler ausdits malades le premier appareil ainsi qu’ilz verront estre requis et necessaire gratis et pro deo. Et leur faict defense de rien prendre ny exiger pour ledit premier appareil sur peine de suspencion de leurs privileges. » : Paris, AN, X1A 4959, fol. 1156v-1157r (les Marguilliers de l’église Saint-Côme et Saint-Damien vs les chirurgiens de Paris).

54 Par exemple pour les drapiers et les barbiers : René De Lespinasse, Les métiers et corporations de la ville de Paris, op. cit., t. III, p. 146, 655.

55 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4720).

56 Ernest Coyecque, L’Hôtel-Dieu de Paris au Moyen Âge..., op. cit., t. I, p. 97-98 ; Danielle Jacquart, Le milieu médical en France..., op. cit., p. 129.

57 Ibid., p. 129.

58 Étienne Pasquier, Les recherches de la France, édition critique établie sous la direction de Marie-Madeleine Fragonard et François Roudaut, t. III, Paris, Honoré Champion, 1996, p. 1858 ; Commentaires de la Faculté de médecine de l’Université de Paris (1395-1516), publiés avec une introduction et des notes par le Dr. Ernest Wickersheimer, Paris, Imprimerie nationale, 1915, p. 365. Philippe Rogier est également cité comme requérant, avec Guillaume de Nourry, dans des lettres du recteur de l’Université datées du 5 mars 1515 (a. st.) accordant privilèges et immunités aux chirurgiens : Étienne Pasquier, Les recherches de la France, op. cit., t. III, p. 1850-1851 ; René De Lespinasse, Les métiers et corporations de la ville de Paris, op. cit., t. III, p. 629-630.

59 Ambroise de Sanville, Charlotte Leclerc, une jeune fille âgée de 14 ou 15 ans et d’autres malades non nommés : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4711) ; XIX, 14, 6 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4720).

60 Paris, AN, Minutier central, XIX, 16, 3 décembre 1500 (Étude XIX, n° 5132). Dans une autre minute du même notaire, la maladie est soignée par le barbier juré Pierre Henry et décrite comme « la maladie que on appelle la grosse verolle, ou la maladie de Naples » ; Paris, AN, Minutier central, XIX, 20, 19 janvier 1503 n. st., au dos d’une minute du 1er avril 1503 n. st.

61 Annie Saunier, « Le pauvre malade »…, op. cit., p. 232 ; Charles Coury, « L’Hôtel-Dieu de Paris, un des plus anciens hôpitaux d’Europe », Medizinhistorisches Journal, 2, 1967, p. 269-316 (p. 281).

62 Danielle Jacquart, La médecine médiévale…, op. cit., p. 501-509 (p. 504) ; Ernest Wickersheimer, « Les secrets et les conseils de maître Guillaume Boucher… », art. cité.

63 Danielle Jacquart, Le milieu médical en France..., op. cit., p. 88-89 ; Chiara Crisciani, « Éthique des consilia et de la consultation : à propos de la cohésion morale de la profession médicale (xiiie-xive siècles) », Médiévales, 46, 2004, p. 23-44.

64 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 18 décembre 1498, au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158) ; XIX, 13, 25 février 1499 n. st., au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158).

65 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 18 décembre 1498, au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158).

66 Jehan Leclerc ne décrit pas plus précisément la plaie au genou de la jambe droite de Guillaume Tuillier, que ce dernier ne le fait lui-même. Le chirurgien rapporte qu’il « a les nerfs de ladite jambe pourriz, et les os du genoul hors de leur lieu dut » et le blessé qu’il reçu « ung coup d’espee sur le genoul dextre, dont luy fut couppé les joinctz dudit genoul entre les deux oz » et décrit l’enflure « a l’endroit dudit genoul, si grosse qu’il sembloit qu’elle deust crever ». Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 13 juillet 1499, au dos d’une minute du 12 juillet 1499 (Étude XIX, n° 4344) ; XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (Étude XIX, n° 4718).

67 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 18 décembre 1498, au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158) ; XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Étude XIX, n° 4308) ; XIX, 14, 6 décembre 1499 (Étude XIX, n° 4530) ; XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4711).

68 Paris, AN, Minutier central, XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Étude XIX, n° 4308).

69 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (Étude XIX, n° 4718).

70 Danielle Jacquart, « Le difficile pronostic de mort (xive-xve siècles) », Médiévales, 46, 2004, p. 11-22.

71 « disoient que ledit actestant n’en guerisoit jamais et estoit en danger de mort » : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (Étude XIX, n° 4718).

72 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4720).

73 Luke Demaitre a souligné que Bernard de Gordon se montre réticent à formuler le diagnostic de lèpre mais aussi que le pronostic qui lui est associé n’implique pas nécessairement un abandon du malade. Luke E. Demaitre, Doctor Bernard de Gordon: Professor and Practitioner, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 1980, p. 125 ; id., Leprosy in Premodern Medicine. A Malady of the Whole Body, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2007, p. 240-277.

74 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (Étude XIX, n° 4718).

75 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 décembre 1499 (Étude XIX, n° 4530).

76 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (Étude XIX, n° 4718).

77 Julius Pagel (éd.), Die Chirurgie des Heinrich von Mondeville, Berlin, August Hirschwald, 1892, p. 351-365 ; Édouard Nicaise (éd.), Chirurgie de Maître Henri de Mondeville, chirurgien de Philippe le Bel, composée de 1306 à 1320, Paris, Félix Alcan, 1893, p. 512-532 ; Danielle Jacquart, La médecine médiévale..., op. cit., p. 31-32.

78 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 25 février 1499 n. st., au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158) ; XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Étude XIX, n° 4308).

79 Danielle Jacquart, La médecine médiévale…, op. cit., p. 96.

80 La question de l’échec rejoint des réflexions récentes autour de l’histoire de la faute et de l’erreur en médecine : Marilyn Nicoud, « Le médecin, le patient et l’“échec thérapeutique” à la fin du Moyen Âge : réflexions sur un problème déontologique et pratique », dans Fabienne Bock, Geneviève Bührer-Thierry et Stéphanie Alexandre (dir.), L’échec en politique, objet d’histoire, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 93-109 ; Danielle Jacquart, « De la faillibilité de l’art médical aux erreurs du praticien au début du xive siècle : une imperceptible marge » dans Mariacarla Gadebusch Bondio et Agostino Paravicini Bagliani (dir.), Errors and Mistakes: A Cultural History of Fallibility, Florence, Sismel, 2012, p. 129-146.

81 Les faits sont datés dans les cas de Faulconnier, de Belangier et d’un autre blessé : Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 18 décembre 1498 et 25 février 1499 n. st, au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158) ; XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Étude XIX, n° 4308). Marie Labailleulle et Guillemette La Riblete évoquent de façon générale les patients que les maîtres ont « par long temps appareillez, sans les saner et guerir », Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4711).

82 Paris, AN, Minutier central, XIX, 13, 25 février 1499 n. st., au dos d’une minute du 24 septembre 1498 (Étude XIX, n° 4158).

83 Paris, AN, Minutier central, XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Étude XIX, n° 4308) ; l’acte, déchiré dans sa partie supérieure, ne permet pas d’identifier le blessé.

84 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (Étude XIX, n° 4718).

85 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 20 février 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4530).

86 Chiara Crisciani, « Éthique des consilia et de la consultation… », art. cité ; Michael R. McVaugh, « Bedside Manners in the Middle Ages », Bulletin of the History of Medicine, 71, 1997, p. 201-223.

87 Une occurrence : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (Étude XIX, n° 4718).

88 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4711).

89 « durant le temps que la peste a eu dernierement cours, oudit hostel-dieu, ledit Leclerc s’est tousiours trouvé oudit hostel, a pensé et guery plusieurs personnes qui avoient la peste, et durant lequel temps lesdits cirurgiens n’y se y trouvoient ne vouloient aller ne venir » : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4711).

90 Guigonis de Caulhiaco (Guy de Chauliac), Inventarium sive Chirurgia Magna, Michael R. McVaugh (éd.), Leyde, Brill, 1997, t. I : Text, p. 118 ; Ignazio Moutier (éd.), Cronica di Matteo Villani a miglior lezione ridotta coll’aiuto de’ testi a penna, Florence, Magheri, 1825, t. I, I.2, p. 8-9. L’exemple de Matteo Villani est cité dans : Laurence Moulinier-Brogi et Marilyn Nicoud, « Fama ou légende ? De la vie de quelques médecins italiens d’après les témoignages médiévaux », Micrologus, 21, 2013, p. 445-470 (p. 456-457).

91 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4720).

92 L’avocat de De Verrières, opposé aux chirurgiens de Paris, rapporte par exemple que « ceulx qui sont abandonnez par les cirurgiens il les garist » : Paris, AN, X1A 4811, fol. 252v, 8 janvier 1470 (n. st.).

93 Julius Pagel (éd.), Die Chirurgie des Heinrich von Mondeville, op. cit., p. 153-154.

94 Ibid., p. 246.

95 Déjà cité plus haut : « se mocquoient d’iceluy Leclerc, et par mocquerie l’appelloient grant Jehan en disant audit actestant qu’il estoit bien fol de se laisser appareiller audit Leclerc, et qu’il ne savoit riens, et luy mectroit le feu en la jambe et puis apres le habandonneroit » : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 décembre 1499 (Étude XIX, n° 4530).

96 Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 4 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 2 mars 1500 n. st. (Étude XIX, n° 4711).

97 Céline Pauthier, L’exercice illégal de la médecine, 1673-1793. Entre défaut de droit et manière de soigner, Paris, Glyphe/Biotem éditions, 2002, p. 339, 409-410.

98 Et si dicatur, dixit Galenus in commento super aphorism. 1ae particulae ‘quando steterit aegritudo’, quod morituri solis pronosticis sunt dimittendi, dicendum : ‘sunt dimittendi’ i. e. non promittatur cura, non tamen dimittantur, quoniam visitentur [...], Julius Pagel (éd.), Die Chirurgie des Heinrich von Mondeville, op. cit., p. 154 ; « Et si l’on argue que Galien a dit dans le Commentaire sur l’Aphorisme de la première partie : ‘quando steterit aegritudo’, que les mourants doivent être abandonnés d’après les seuls signes pronostics, on doit répondre : Il faut les abandonner, c’est-à-dire ne pas leur promettre la guérison, mais non pas les abandonner sans les visiter [...] », Édouard Nicaise (éd.), Chirurgie de Maître Henri de Mondeville…, op. cit., p. 230.

99 Abandon par arrêt des soins : Paris, AN, Minutier central, XIX, 14, 6 mars 1500 n. st., au dos d’une minute du 8 octobre 1499 (Étude XIX, n° 4718). Abandon par refus de soigner : Paris, AN, Minutier central, XIX, 12, 22 juin 1499, au dos d’une minute du 22 mars 1498 n. st. (Étude XIX, n° 4308).

100 Marilyn Nicoud, « Pratiquer la médecine dans l’Italie de la fin du Moyen Âge : enquête sur les statuts communaux et les statuts de métier », dans Jacqueline Vons (dir.), Pratique et pensée médicales à la Renaissance, Paris, De Boccard, 2009, p. 9-23 (p. 13) ; Danielle Jacquart, La médecine médiévale…, op. cit., p. 229-230 ; Christelle Rabier, « Le “service public” de la chirurgie : administration des premiers secours et pratiques professionnelles à Paris au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 58-1, 2011, p. 101-127.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Leuwers, « Jehan Leclerc et les chirurgiens jurés de Paris : une rivalité professionnelle à l’Hôtel-Dieu (1498-1500) », Histoire, médecine et santé, 13 | 2018, 69-90.

Référence électronique

Hélène Leuwers, « Jehan Leclerc et les chirurgiens jurés de Paris : une rivalité professionnelle à l’Hôtel-Dieu (1498-1500) », Histoire, médecine et santé [En ligne], 13 | été 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/1390 ; DOI : 10.4000/hms.1390

Haut de page

Auteur

Hélène Leuwers

Université Paris Nanterre, EA 1587-CHiSCO, ED 395

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals