Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Montagne Véronique, Médecine et rhétorique à la Renaissance. Le cas du traité de peste en langue vernaculaire

Paris, Classiques Garnier, 2017
Estela Bonnaffoux
p. 115-117
Référence(s) :

Montagne Véronique, Médecine et rhétorique à la Renaissance. Le cas du traité de peste en langue vernaculaire, Paris, Classiques Garnier (Bibliothèque de la Renaissance, 17), 2017, 443 pages

Texte intégral

1Quarante-huit traités : c’est ce que représente le corpus rassemblé par Véronique Montagne, spécialiste de la rhétorique et de la poétique à la Renaissance, qui nous livre un ouvrage passionnant et s’intéresse ici à la littérature médicale dédiée à la peste. Pour la plupart directement composés en français, ces traités incluent également deux éditions bilingues et quelques cas de traductions. Opter pour la langue vernaculaire semble bien une spécificité française, si l’on compare notamment avec les médecins italiens, qui, à la même époque, rédigent majoritairement en latin. Il faut souligner la grande cohérence des textes étudiés : aux écrits théologiques ou officiels, Véronique Montagne préfère en effet ceux émanant du corps médical (plusieurs médecins, chirurgiens, barbiers et un apothicaire), couvrant ainsi un siècle, de 1512 à 1607. Le préambule, qui regroupe ces textes en les classant par ordre alphabétique, présente le double avantage de ne pas alourdir la lecture tout en se révélant très utile pour retrouver rapidement une référence exacte. Une riche bibliographie (p. 409-427), deux index (Index des notions rhétoriques et linguistiques, p. 429-431 ; Index des noms de personnes, p. 433-437) et une table des illustrations (p. 439-440) viennent compléter cet ouvrage.

2En se penchant sur le cas des traités de peste à la Renaissance, Véronique Montagne s’inscrit dans la lignée de ses précédents articles (« Le discours didascalique sur la peste dans les traités médicaux de la Renaissance : rationaliser et/ou inquiéter », Réforme, Humanisme, Renaissance, n° 70, 2010, p. 103-112 ; et plus récemment, « La métaphore de la “beste” : une figure argumentative des traités de peste de la Renaissance », Métaphore et argumentation, 2017, p. 319-334). Elle en reprend quelques idées, en les développant. Placée sous le signe de la « peur omniprésente » (p. 9), la peste résiste à la définition : en premier lieu par la polysémie de son nom, qui englobe un ensemble de maladies à forte mortalité ; par son mode de propagation ensuite, qui demeure non élucidé par les médecins de l’époque. Tout en nous rappelant « que le bon médecin est aussi philosophe », l’axe retenu ici, la rhétorique, permet d’offrir un éclairage inédit, l’historiographie s’étant davantage intéressée aux répercussions socio-économiques (Jean-Noël Biraben) ou aux représentations liées à l’épidémie (Joël Coste).

3Quatre idées directrices articulent la réflexion. La première partie, la plus descriptive, s’attache à repérer et à identifier les occurrences des figures analogiques utilisées dans le corpus – dont certaines, familières aux lecteurs de tels traités, assimilent la peste à une bête, un incendie ou la dépeignent sous des traits féminins. Au sein de ces textes scientifiques, la coexistence de termes spécifiques et de termes métaphoriques peut paraître contre-productive, a fortiori au prisme d’un regard moderne. Véronique Montagne démontre au contraire que ces « saillances figurales » (p. 30) attirent l’attention du lecteur et constituent un moment fort du propos. L’exemple des adjectifs « malin » et « pernicieux », ou des substantifs « venin » et « vapeur », qui superposent sens médical et sens métaphorique, illustre parfaitement l’absence « de frontière très étanche entre ce qui relève de la métaphore et ce qui n’en relève pas » (p. 77). Au terme de cette première approche, plusieurs constats s’imposent. Outre l’abondance des figures, Véronique Montagne note leur récurrence. Loin d’être figées, ces figures sont en mouvement, et font l’objet d’échos et de réappropriations d’un auteur à l’autre, l’emploi d’un motif isolé demeurant, du reste, rare.

4Dans la deuxième partie, l’autrice procède à une analyse plus fine, en étudiant les informations transmises par ces figures. Dans ces discours à forte teneur subjective, se dégagent plusieurs topoi. Le médecin ou le chirurgien, démuni face à la peste, reconnaît son impuissance. S’il se heurte à une difficulté majeure, celle d’établir une définition précise de la maladie, son traité est néanmoins présenté comme « salvateur », dernier espoir de patients bien souvent abandonnés de tous. En outre, le praticien se construit une image d’homme charitable, qui met son expérience au service des lecteurs. Parfois touché dans sa chair par la peste, son discours acquiert davantage de légitimité, à l’image d’Ambroise Paré, qui se compare au vieux capitaine ou au marinier qu’une longue expérience autorise à disserter sur la guerre ou la navigation. Au fil des années, les traités sur la peste adoptent un « intérêt grandissant pour la notion de méthode », qui n’exclut pas pour autant les figures, mais les intègre « lorsque le besoin s’en fait sentir » (p. 262). Cette deuxième partie confirme également une caractéristique essentielle de tous ces textes, le phénomène d’échos, qui atteint son paroxysme lorsqu’un auteur en calque un autre presque mot pour mot. Deux cas méritent d’être soulignés : le traité d’Antoine Royet, qui en 1583 reprend presque systématiquement celui qu’Ambroise Paré publia en 1568 ; ou les moins connus Auger Ferrier et Jacques Chalopin, tous deux auteurs de très similaires Remèdes préservatifs et curatifs de peste, respectivement parus en 1548 et 1595.

5Une troisième partie plus succincte, mais qui n’en demeure pas moins dense, replace les traités de peste dans le contexte plus large de la rhétorique et de la dialectique. L’apport de logiciens comme Rodolphe Agricola ou Petrus Ramus vient compléter l’héritage de la méthode galénique, selon laquelle le médecin doit procéder rationnellement, et « être apte à définir clairement une pathologie, pour en tirer des conclusions sur la thérapeutique à suivre » (p. 281). De 1547 à 1571, quatre traités (Philippe de Flesselles en 1547, Adrien L’Alemant en 1553, Jean Eusèbe en 1568 et Pierre Bertrand en 1571) sont révélateurs de l’élaboration d’une dialectique médicale. Véronique Montagne en détermine quelques traits distinctifs : en premier lieu, le choix affirmé du vernaculaire, qui va de pair avec la volonté de vulgariser et de s’adresser au plus grand nombre. La progression du vocabulaire technique ensuite, qui ne se départit pas d’une certaine porosité entre les différents champs du savoir, notamment entre médecine et littérature. Enfin, si ces discours sont l’expression d’une subjectivité, ils prennent également en compte d’autres paroles, ainsi que « les opinions, les images, les constructions mentales collectives […] à partir desquelles on raisonne pour bâtir un propos intelligible et suivi d’effets » (p. 313).

6La dernière partie fait émerger les fonctions et la portée illocutoire de ces « saillances figurales » (p. 315). À travers les catégories classiques du langage (placere, movere, docere), enrichies de la pensée jakobsonienne, Véronique Montagne expose la pertinence de telles images dans le cadre d’un discours scientifique, et la nécessité de considérer ses multiples récepteurs, des lecteurs de la Renaissance au public moderne que nous sommes. Elle montre qu’employer ces figures obéit, surtout, à un impératif pratique. De fait, il s’agit d’effrayer, afin de « mobiliser les différents acteurs de l’épidémie » (p. 385), sans toutefois insister sur les effets négatifs de la peur, vue comme un facteur aggravant de la maladie – quand on ne la considère pas comme sa cause directe. Parce qu’elles s’ancrent dans leur époque et suscitent des images communes, les figures analogiques renforcent le lien entre auteur et lecteur, et sollicitent ce dernier pour remporter son adhésion. Elles n’ont donc pas une simple fonction esthétique, mais participent pleinement de la stratégie persuasive du discours.

7Tous ces éléments font de Médecine et rhétorique à la Renaissance. Le cas du traité de peste en langue vernaculaire un outil indispensable pour saisir toute la richesse des traités médicaux consacrés à la peste. Les convergences et les similitudes qui les caractérisent nous permettent d’assister à la naissance d’un genre nouveau, et de mesurer son évolution au cours du xvie siècle, annonçant « une autre manière de penser la science » (p. 405), davantage objective. L’ouvrage de Véronique Montagne a enfin le mérite d’exploiter un corpus extrêmement varié, qui mêle textes phares et sources méconnues, nous donnant la possibilité d’entendre les voix plurielles de cette littérature médicale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estela Bonnaffoux, « Montagne Véronique, Médecine et rhétorique à la Renaissance. Le cas du traité de peste en langue vernaculaire », Histoire, médecine et santé, 13 | 2018, 115-117.

Référence électronique

Estela Bonnaffoux, « Montagne Véronique, Médecine et rhétorique à la Renaissance. Le cas du traité de peste en langue vernaculaire », Histoire, médecine et santé [En ligne], 13 | été 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/1483

Haut de page

Auteur

Estela Bonnaffoux

Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals