Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Reid Fiona, Medicine in First World War Europe. Soldiers, Medics, Pacifists

New York, Bloomsbury Academic, 2017
Odile Roynette
p. 129-132
Référence(s) :

Reid Fiona, Medicine in First World War Europe. Soldiers, Medics, Pacifists, New York, Bloomsbury Academic, 2017, 280 pages

Texte intégral

1Le récent ouvrage de l’historienne britannique Fiona Reid, qui avait déjà consacré une étude au choc traumatique pendant la Première Guerre mondiale (Broken Men: Shell Shock, Treatment and Recovery in Britain 1914-1930, New York, Bloomsbury, 2010), nous offre une approche globale de la médecine militaire sur le front occidental pendant la Grande Guerre. Inscrit dans une historiographie qui a connu un profond renouvellement depuis une vingtaine d’années, notamment du côté anglo-saxon – nous songeons plus particulièrement aux travaux de Mark Harrison, Roger Cooter, Steve Sturdy et Leo Van Bergen auxquels l’auteure se réfère à de nombreuses reprises –, le travail de Fiona Reid a une double portée. Il peut se définir à la fois comme une synthèse, dense et stimulante, des principaux apports récents de la recherche sur la médecine militaire entre 1914 et 1918, mais aussi comme une approche qui défend le parti pris de s’intéresser en premier lieu au « soldat ordinaire, familier de la mort et de la blessure » (the ordinary soldier, the man familiar with wounds and death, p. 18), confronté à des hommes, les médecins, et aux institutions qui les soignent, mais aussi qui les contrôlent et les surveillent. C’est donc à la complexité des relations entretenues entre les combattants et les soignants (brancardiers, infirmier·e·s, aides-soignant·e·s, médecins et chirurgiens) que s’attache avec raison Fiona Reid en utilisant les témoignages des blessés, mais aussi les textes de fiction qui permettent de mieux apercevoir la relation patient-soignant dans toute son ambivalence. L’autre principale qualité de cet ouvrage est sa dimension comparée, puisque l’auteure, même si elle privilégie les sources britanniques qui constituent le cœur de sa documentation, cherche à comparer les pratiques et les représentations au sein des armées britannique, allemande et française, afin de mettre en relief les points communs, mais aussi les dissemblances, révélatrices de différences d’ordre culturel qui font tout l’intérêt du présent ouvrage.

2Le traitement thématique choisi par l’auteure la conduit en premier lieu à questionner ce lieu commun, déjà présent avant 1914 et repris pendant le conflit par le corps médical lui-même, puis par un certain nombre d’historiens de la médecine, selon lequel la guerre serait bénéfique à la médecine, en ce qu’elle lui aurait permis d’accomplir des progrès qu’elle n’aurait pas pu – ou pas eu – à accomplir aussi rapidement sans cela. Que le conflit ait permis de consolider la prophylaxie de certaines maladies graves comme la typhoïde ou le tétanos, de promouvoir la radiologie et les transfusions sanguines, d’améliorer les techniques opératoires, la chirurgie plastique et orthopédique, ou même l’attention portée à l’hygiène ordinaire du soldat, ne fait aucun doute. Pour autant, comme le souligne avec raison Fiona Reid, on ne peut s’en tenir à ce constat, extérieur à la réalité vécue par les combattants qui, de leur côté, ont bien sûr regardé la médecine comme salvatrice, mais qui ont aussi développé du ressentiment vis-à-vis de traitements pénibles et douloureux infligés dans le but, tout aussi impératif en temps de guerre, de renvoyer le plus grand nombre d’entre eux sur le front. L’auteur questionne cette dimension profondément ambiguë d’une médecine de temps de guerre, prise en étau entre la mission, vertueuse, de secourir les blessés puis de les guérir et celle de contribuer à alimenter une machine de guerre si profondément destructrice.

3L’analyse des pratiques de soin met en évidence un aspect bien connu, mais toujours aussi frappant à nos yeux : celui de l’impréparation des services de santé militaires face à l’ampleur des pertes suscitées par la guerre moderne. Si les armées occidentales furent toutes dépassées par la gravité et la fréquence démultipliées des atteintes physiques subies par les combattants dès 1914, l’armée allemande fut toutefois la moins débridée en partie, semble-t-il, en raison du haut degré de militarisation des praticiens avant-guerre, alors qu’au Royaume-Uni et en France, il fallut mobiliser en urgence les médecins civils, recourir au volontariat et compter très largement sur l’aide humanitaire qui fut cruciale partout, mais tout particulièrement côté britannique et français. L’auteure souligne également l’adaptation des soins pratiqués sur les blessés, notamment en France où l’évacuation à l’arrière avant tout traitement fut abandonnée devant l’échec patent de cette doctrine, responsable de tant de décès lors des premiers mois du conflit. Elle observe aussi l’évolution de l’équipement dans le sens d’une protection plus efficace du corps (casque), néanmoins toujours dérisoire face à la puissance de feu déployée sur le champ de bataille. Elle note enfin que trois types de blessures – les atteintes au visage, les lésions provoquées par l’inhalation des gaz ainsi que le choc traumatique, sont devenues les blessures emblématiques de la Grande Guerre dans la mémoire collective, alors même qu’elles ne représentaient pas la majorité des cas, et cela en raison, principalement, de la répulsion physique ou de la réprobation morale qu’elles ont inspirée à la fois aux victimes, lorsqu’elles ont pu l’exprimer, et à leur entourage. Les « gueules cassées », tout comme les traumatisés psychiques, soulignaient tout particulièrement l’impuissance à laquelle furent réduits la plupart des combattants devant les instruments de leur mise à mort et révélaient la remise en cause profonde d’un système de représentations qui associaient guerre et masculinité. Ceci est également très sensible dans le cas de l’emploi du gaz dès 1915 sur le front occidental à propos duquel l’auteure convoque des témoignages de soldats qui expriment une condamnation radicale de ce type de pratiques.

4Face à de telles réalités, les attitudes médicales concernant ce type d’atteintes révèlent des systèmes culturels qui diffèrent parfois d’une armée à une autre, et l’analyse, sur ce point, est particulièrement intéressante. L’auteure montre par exemple que l’électrothérapie pour lutter contre le choc traumatique fut peu utilisée au Royaume-Uni, patrie du libre arbitre, alors qu’elle fut beaucoup plus fréquemment et brutalement imposée en Allemagne. Le droit du médecin vis-à-vis de son patient y était volontiers perçu comme plus absolu, alors qu’en France, comme l’ont montré d’autres travaux, la possibilité de refuser un traitement fut l’objet d’un débat très vif sur la liberté du soldat-citoyen. Dans le même ordre d’idée, l’auteure remarque qu’au sein de l’armée britannique, où les différences de classe entre officiers et hommes du rang étaient particulièrement prononcées, on prêtait facilement à ceux-ci une prédisposition pour le choc traumatique (shell shock), alors qu’on évoquait plutôt, au sujet des officiers, une anxiété liée à la peur de ne pas remplir correctement leur devoir, une peur censée ne pas concerner les simples soldats au motif qu’ils auraient été dépourvus d’idées aussi élevées.

5Les deux derniers temps de la démonstration de Fiona Reid sont à mon sens les plus neufs. Elle montre en effet comment les combattants se sont efforcés de déployer des stratégies de survie face à la violence quotidienne et elle consacre à ce propos des développements intéressants à la consommation de spiritueux, de vin, de tabac, et plus rarement d’opium et de cocaïne, comme remèdes aux maux du corps et à la peur. Elle utilise à ce propos la notion d’automédication, tant ces pratiques dépassaient très largement le cadre des distributions d’alcool et de tabac autorisées par les autorités militaires pour aider les soldats à supporter le froid, la douleur et l’ennui et elle s’arrête aussi sur les pratiques souterraines qui, de la « fine blessure » (a blighty one en anglais, ein Heimatschuss en allemand), en passant par la mutilation volontaire, passible de la peine de mort en temps de guerre, peuplaient les rêves et les conversations des combattants avant un éventuel passage à l’acte, toujours douloureux et terrifiant, qui forma une résistance de basse intensité (a low-level resistance, p. 142) à la violence de la guerre.

6Le dernier temps de l’analyse est consacré à l’attitude des médecins et des soignants engagés dans l’humanitaire, et notamment à celle des pacifistes qui trouvèrent dans cette forme d’engagement un moyen de servir leur pays, tout en ne participant pas directement au massacre de masse. Ce « pacifisme médical en action » (p. 162), pour reprendre les termes de l’auteure, fut particulièrement en vigueur au Royaume-Uni dès le début du conflit, puis, après 1916 et la création de l’objection de conscience, notamment au sein des mouvements non-conformistes (baptistes, méthodistes, congrégationalistes) et des quakers. Les membres de la Société des Amis (Quakers) furent plus particulièrement en pointe dans ce combat pour concilier leur refus de tuer, ou même de porter les armes, avec leur devoir civique et l’Ambulance des Amis (the Friends Ambulance Unit) reçut nombre de ces volontaires, tel le peintre Christopher Nevinson, qui servit en France en secourant les blessés, civils et militaires, non sans susciter d’importantes frictions avec les associations humanitaires comme la Croix Rouge qui opérait, quant à elle, sous le contrôle des armées.

7Fiona Reid pose ainsi un regard neuf sur les pratiques et les représentations de la médecine en temps de guerre qui place au centre de l’attention l’histoire des corps et des émotions, loin d’une approche institutionnelle qu’elle ne méconnaît pas, mais qu’elle considère comme seconde face à la compréhension des effets de la guerre moderne sur la transformation des relations entre l’homme et la médecine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Roynette, « Reid Fiona, Medicine in First World War Europe. Soldiers, Medics, Pacifists », Histoire, médecine et santé, 13 | 2018, 129-132.

Référence électronique

Odile Roynette, « Reid Fiona, Medicine in First World War Europe. Soldiers, Medics, Pacifists », Histoire, médecine et santé [En ligne], 13 | été 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/1531

Haut de page

Auteur

Odile Roynette

Université Bourgogne - Franche-Comté

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals