Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Remèdes

Religieuses et médicaments au xviiie siècle

Nuns and drugs during XVIIIth century
Gwénaël Murphy
p. 33-44

Résumés

L’étude s’attache à comprendre la médication proposée dans les couvents de femmes en France au XVIIIe siècle. Elle s’appuie sur une source inédite, un carnet de visite tenu par le chirurgien d’une communauté pendant quatre ans, entre 1786 et 1790. Plus de mille visites sont recensées. Il soigne, avec l’apothicaire du couvent, les troubles du sommeil et de la digestion éprouvés par ces femmes, pratique quelques interventions chirurgicales et commande de nombreux ingrédients pour élaborer des médicaments. Les listes sont précises et permettent de connaître la diversité des ingrédients et de leurs usages.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’une thèse soutenue en 2003 à l’EHESS sous la direction d’Arlette Farge et publiée sous (...)
  • 2 Livre des visites, opérations et remèdes que je fais et fournis aux dames religieuses de la communa (...)

1Cet article analyse la consommation au XVIIIe siècle de remèdes et de services médicaux par des religieuses à travers l’analyse d’une source inédite, découverte au cours de notre étude des 63 communautés féminines du diocèse de Poitiers avant et pendant la Révolution française (soit 1100 religieuses). Ce document, le seul du genre dans notre aire géographique de recherche1, est un carnet d’une quarantaine de pages, tenu par le chirurgien Jacques Lafond (1738-1799). Soignant attitré d’un petit couvent de religieuses fontevristes dans la ville de Lencloître, à une trentaine de kilomètres au nord de Poitiers, Lafond y recense les visites régulières qu’il rend à la vingtaine de religieuses dont il a la charge entre 1786 et 17902.

2Si l’objectif de ce carnet réside en la tenue des sommes de ce que l’économe du couvent doit lui verser en fin d’année, il y inscrit aussi de nombreux détails sur la nature de ses visites : les noms des femmes qui le réclament, les « médicaments » qu’il prescrit et les « remèdes » qu’il prépare avec l’apothicaire de la communauté. Une liste d’une quarantaine de remèdes, présentés comme efficaces, peut être dressée à partir du carnet.

3À travers cette source riche qui suscite de multiples interrogations, nous tenterons d’éclairer les pratiques de soin du couvent au XVIIIe siècle :

  • Quelle place occupent les soins et la médication, y compris sous leur aspect économique, pour les religieuses, un public spécifique, en particulier en raison des tabous corporels inhérents à leur statut ?

  • Comment se partagent les rôles dans la médication au couvent ? Quels sont les acteurs des soins ?

  • Quels sont les « ingrédients » qui composent les médicaments prescrits et administrés par Lafond, de quelle manière sont-ils catégorisés et quels sont les effets attendus ?

  • Enfin, quels sont les différentes familles de remèdes et de quels troubles pouvaient souffrir des femmes qui recouraient si volontiers à des somnifères ?

  • 3 DALARUN Jacques, L’impossible sainteté. La vie retrouvée de Robert d’Arbrissel (v. 1045-1116), Pari (...)
  • 4 ADV, L-252.

4Après une présentation générale des politiques de soins et de lutte contre la maladie dans les couvents de femmes au XVIIIe siècle, ainsi que de leur coût, une étude du rapport des religieuses aux médicaments sera menée à partir du couvent de Lencloître. Il s’agit d’un prieuré rural, fondé au XIIe siècle par des moines et des moniales de l’abbaye royale de Fontevrault, très proche. Cet ordre religieux présente une singularité : la mixité des communautés et leur direction confiée à une femme, selon le vœu du fondateur de l’ordre, Robert d’Arbrissel (1045-1116)3. À Lencloître, les deux sexes sont strictement séparés et ne partagent que l’église. La communauté possède un patrimoine bâti et foncier important, d’une valeur de près de 20 000 livres en 1790, qui en fait la troisième communauté la plus riche du diocèse de Poitiers4. Ces données contribuent à expliquer à la fois un rapport aux hommes distinct de celui d’autres religieuses et des dépenses de soins élevées.

Les « patientes » : soins et lutte contre la maladie dans les couvents de femmes

  • 5 À propos des religieuses qui soignent, parmi une bibliographie abondante, on consultera : DINET-LEC (...)
  • 6 MURPHY Gwénaël, Le peuple des couvents (Poitou, XVIIe-XVIIIe siècles), La Crèche, Geste éditions, 2 (...)
  • 7 Sur le corps des religieuses : ARNOLD Odile, Le corps et l’âme. La vie des religieuses au XIXe sièc (...)
  • 8 Voir notre contribution sur ce thème : « Hygiène et pratiques de santé dans les couvents de femmes (...)
  • 9 VIGARELLO Georges, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Éd. du Seui (...)
  • 10 Voir : Règle des filles religieuses de l’ordre de Saint-Benoît pour le monastère de Sainte-Croix, T (...)

5La religieuse émerge de l’historiographie comme une figure soignante, active auprès de malades contagieux ou non, insensés, vieillards, incurables, pauvres, militaires blessés, enfants abandonnés et même, parfois, vénériennes. Un réseau dense de communautés hospitalières se tisse en France à la fin de l’Ancien Régime. Les centres régionaux s’organisent autour des hôtels-Dieu et des hôpitaux généraux établis dans les grandes villes du royaume dès la deuxième moitié du XVIIe siècle, alors que de nombreux hôpitaux plus modestes sont fondés dans des bourgs et des petites villes au siècle suivant. Ce développement s’accompagne de la naissance de nombreuses communautés hospitalières, comme les Filles de la Sagesse ou les sœurs de Saint-Thomas-de-Villeneuve5. À la veille de la Révolution française, les sœurs hospitalières représentent près de 20 % des 55 000 religieuses françaises6. Toutefois, les soins apportés par ces femmes aux corps des autres incitent à oublier qu’elles en possèdent également un, fût-il masqué sous d’amples habits et sous un voile. Lorsque le regard de l’historien se porte sur elles, il ne peut que constater le silence des archives. Les sœurs hospitalières s’effacent derrière leur mission et leurs malades7. L’histoire des couvents permet toutefois de comprendre que c’est au XVIIIe siècle que des velléités hygiénistes s’affirment et que le souci de propreté corporelle par l’eau transparaît dans les communautés féminines8. L’éducation de celles qui occupent les places de dirigeantes (supériorat, économat, conseil), majoritairement issues de familles aisées, influe probablement sur cette évolution. Habituées, au sein de leurs familles, à une hygiène personnelle et intime élaborée, ces femmes refusent de renoncer à ces soins lorsqu’elles entrent en religion9. Par ailleurs, à l’exception de quelques ordres qui glorifient encore la souffrance physique à travers la mortification régulière et l’absence de soins, la grande majorité des religieuses ne laisse pas une consœur malade sans médication. Ainsi les bénédictines du diocèse de Poitiers possèdent-elles parmi leurs règles de vie la convention que « rien n’est épargné pour procurer la guérison ou le soulagement des malades »10.

  • 11 ADV, G-422 : Déclarations des états de charges et de revenus des communautés religieuses du diocèse (...)
  • 12 À ce propos, voir DINET Dominique, « Les dots de religion en France aux XVIIe et XVIIIe siècles » d (...)
  • 13 ADV, 2H5/26, Fontevristes de La Puye, 1704-1774.
  • 14 ADV, L-252.
  • 15 En proportion des dépenses totales de la communauté, celles de Lencloître consacrées à la médicatio (...)

6Les déclarations de revenus et de dépenses au clergé de France en 1729 révèlent qu’entre 5 et 10 % de charges, dans les budgets des couvents du diocèse de Poitiers, sont consacrées aux « médecins et chirurgiens »11. Autre source, les contrats de religion passés entre la communauté d’accueil de la future professe et sa famille – l’équivalent d’un contrat de mariage pour une religieuse12. Celui de Marie Lignaux, par exemple, qui prend le voile au petit prieuré de La Puye, rattaché à l’abbaye royale de Fontevrault, en 1701, mentionne qu’en contrepartie des 250 livres annuelles que versera son père au couvent, les religieuses s’engagent à lui fournir « nourriture, entretien, vêtements nécessaires à son état tant en santé et en maladie »13. Les soins extérieurs dispensés par les hommes de l’art sont attestés un peu partout. Pour le Poitou, les mêmes reçus et quittances se retrouvent pour toutes les communautés de femmes : dès 1668, les bénédictines de l’abbaye de Sainte-Croix de Poitiers, par exemple, déclarent 60 livres annuelles sous le titre « médecins et drogues » et, en 1790, elles payent pour le même poste 90 livres. Dans les comptes du couvent sur lequel notre attention se porte dans la suite de cette étude, 12 % du budget entre 1786 et 1790 est consacré aux soins, soit un total de 736 livres sur 6210 : 493 pour les produits médicinaux et 243 pour les honoraires du chirurgien Lafond14. Il s’agit donc d’un poste de dépense considérable, qui prouve également l’importance de la santé pour ces femmes. Soulignons également que l’apothicaire et l’économe du couvent sont une seule et même femme, ce qui peut expliquer le taux élevé de ces dépenses à Lencloître15.

Autour des médicaments : les intervenant(e)s

  • 16 ADV, L-252, toutes les informations concernant Lafond sont issues de cette source et de son Livre d (...)
  • 17 Ponction de liquide dans une cavité.
  • 18 Selon LEBRUN François, Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux XVIIe et XVIIIe siècl (...)

7La médication des religieuses de Lencloître implique quatre personnes. Le chirurgien Lafond et la sœur Marcelle Aimée de James de Longueville sont les deux principaux intervenants dans ce domaine16. Entre le 12 juin 1786 et le 1er décembre 1790, Lafond rend 1037 visites au couvent, il effectue 136 actes médicaux, dont 52 administrations de médicaments. Les montants facturés varient en fonction de l’acte médical réalisé. Une simple visite du chirurgien coûte 10 sous à l’économe du prieuré, tandis que la paracentèse pratiquée sur la sœur Marguerite Lavallée le 10 juillet 1790 est l’opération la plus onéreuse, qu’il facture 9 livres17. Les visites du chirurgien sont presque quotidiennes et, à dix reprises, il se fait accompagner par un médecin nommé Ayrault. Celui-ci semble suivre le cas compliqué de la sœur Lavallée, qui souffre d’infections aux oreilles à répétition entre décembre 1789 et juillet 1790, date à laquelle se déroule l’opération précitée. Le chirurgien, en charge de la thérapeutique, semble solliciter un avis ou un conseil du médecin, dont le travail s’apparente le plus souvent au pronostic et à la direction thérapeutique à prendre18. Mais ces opérations restent rares, l’action essentielle de Lafond se partageant entre les saignées (67), l’application de sangsues (50) et l’administration des médicaments prescrits (52).

  • 19 Également en ADV, L-252 sous l’intitulé « Inventaire dressé de ce que doivent les religieuses à Bea (...)
  • 20 ADV, 2H5/18 : Couvent de Lencloître, 1374-1790.

8Les termes utilisés par Lafond dans son livre de visites et par la religieuse nommée James, apothicaire du couvent, laissent penser que ces deux personnes se partagent l’approvisionnement. À plusieurs reprises, le chirurgien explique qu’il « fournit des purgatifs fébrifuges » aux sœurs Gillette, Ayrault ou Durand à l’été 1787, ou encore qu’il « fournit des cloportes préparés » à la sœur Preneuf le 17 septembre. Le lendemain, il « fournit une poudre purgative universelle » à la sœur Radegonde. Parallèlement, des listes de produits commandés par l’apothicaire montrent que la sœur James prépare et administre également des remèdes. Les subtilités de langage du livre des visites du chirurgien permettent de comprendre cette répartition des rôles. En effet, les produits les plus fréquemment commandés par la religieuse sont liés à des problèmes digestifs, spécialisation sur laquelle il est difficile de proposer une explication. Ces plantes, dont il sera question plus avant, ne sont pas cultivées dans l’enceinte du prieuré, qui n’abrite pas de jardin médicinal selon l’inventaire des biens dressé en 1790. De ce fait, un quatrième personnage, secondaire, intervient dans l’approvisionnement en remèdes : un apothicaire « civil », résidant à Châtellerault, nommé Beaupoil. Entre avril 1788 et décembre 1790, celui-ci reçoit 79 commandes du couvent de Lencloître, pour une quarantaine de produits différents. Une fois les ingrédients livrés, les remèdes sont préparés par la religieuse19. En effet, dans l’état des biens mobiliers et immobiliers dressé par la prieure le 22 décembre 1790, la présence d’une pièce servant « d’infirmerie et apothicairerie » est soulignée. Elle contient près de quarante pots, boîtes cylindriques, bouteilles et bocaux de verre, portant chacun le nom latin du produit qu’il contient ; le tout soigneusement rangé sur une série de huit étagères20. Ces préparations s’effectuent régulièrement avec Lafond : en effet, en plus de son millier de visites auprès des religieuses malades, le chirurgien note à plus de cent reprises dans son livre qu’il se rend auprès de la sœur James pour la « préparation des remèdes », ce qui, par ailleurs, lui rapporte 15 sous à chaque fois.

La diversité des ingrédients et de leurs usages

  • 21 Le nombre de saignées mentionnées dans le carnet de Lafond confirme l’importance de cette pratique (...)

9Saignées et sangsues, dont l’utilisation répétée suscite des débats passionnés au XVIIIe siècle, sont les actes pratiqués le plus fréquemment par Lafond21. Pendant les quatre années couvertes par le carnet, les médicaments fournis par le chirurgien aux religieuses se divisent en catégories qu’il résume lui-même à la fin de chaque année dans sa comptabilité, en les classant toujours de la façon suivante :

  • les « somnifères », « calmants », « pilules d’opium »,

  • les onguents,

  • les remèdes dits « fébrifuges »,

  • les « cloportes préparés ».

  • 22 Le vésicatoire est une action qui consiste à faire venir des ampoules par le soulèvement de l’épide (...)
  • 23 ADV, 2H5/18 : Couvent de Lencloître, 1374-1790 pour l’acte de sépulture.

10Ce classement, croisé avec le détail des comptes-rendus des visites, reflète la fréquence, dans l’ordre décroissant, de l’utilisation de ces médicaments. La première catégorie, celle des somnifères et des calmants suggère deux types de traitements : contre la douleur éprouvée à la suite d’une opération et contre l’insomnie. La sœur Preneuf, à laquelle Lafond arrache une dent le 7 juillet 1786, la sœur Ayrault, cousine du médecin, qui est saignée au pied le 12 décembre, la sœur Arnault à laquelle il applique deux vésicatoires le 2 janvier 1788 ou encore la sœur de Lugny traitée pour des aphtes dans la bouche le 28 suivant, reçoivent toutes des pilules calmantes22. Les troubles du sommeil, sans doute liés à la spécificité de cette clientèle, sont un des maux qui apparaît avec évidence, il en sera question plus avant. Près de 70 pilules sont délivrées par Lafond aux religieuses. Les commandes faites à l’apothicaire pour des bouteilles d’huile d’amande douce, figurent aussi en bonne place parmi les remèdes consommés. Les vertus qui lui sont prêtées, outre l’aspect laxatif, consistent également à « calmer les nerfs ». Par ailleurs, l’utilisation fréquente de calmants trahit, à l’occasion, la volonté d’accompagner et d’adoucir les derniers jours de malades condamnés. Radegonde Lebeau, née en 1710 et entrée au couvent en 1730, reçoit la visite du chirurgien presque chaque jour entre le 11 juillet et le 6 octobre 1788, la veille de son décès. Les remèdes prescrits consistent en quelques pilules et la pose de deux sangsues (dont l’une sur les tempes, censée lutter contre les maux de tête). Les efforts du chirurgien visent à soulager au mieux une femme en fin de vie23. Dans le même esprit, mais dans une moindre proportion (30 « pommades » fournies), Lafond applique ou recommande des onguents (dont le contenu n’est pas précisé) ainsi que des extraits de citrine, afin de calmer les douleurs des religieuses opérées. Cette variété de quartz, diluée, permet également, selon lui, de combattre les maux d’estomac.

  • 24 LÉONARD Jacques, « La médecine populaire en France au XIXe siècle », Revue d’histoire moderne et co (...)

11Les remèdes « fébrifuges » sont mentionnés à dix reprises, fréquence assez faible pour des médicaments censés combattre la fièvre. Pour sa part, la sœur James commande des sirops de quinquina à raison de neuf onces à chaque demande. La quinine, plante bien connue importée du Pérou et qui se répand dans la médication du siècle, est réputée pour faire tomber la fièvre24. Enfin, un autre remède ressort fréquemment des comptes-rendus de Lafond : l’absorption de « cloportes préparés ». Selon l’Encyclopédie ils « sont très recommandés dans la cachexie, l’hydropisie, les embarras lymphatiques du poumon, les obstructions des glandes, le calcul et la goutte ».

  • 25 Voir, par exemple, l’étude de la veuve ANTOINE B., Avis au public sur le sel de Glauber et ses vert (...)

12Il est possible de compléter l’étude des visites de Lafond par les listes envoyées par la sœur James à l’apothicaire Beaupoil, de Châtellerault. Une cohérence se dessine entre les prescriptions du premier et les plantes demandées par la seconde. Elle se procure également des emplâtres ou des cloportes, appliquant les ordres du chirurgien dans le suivi des malades entre les visites de celui-ci. Les autres plantes fréquemment commandées, si elles présentent indépendamment les unes des autres des vertus supposées bien différentes, offrent un point commun évident. En effet, les sirops de chicorée, le sel de Glauber, le basilic, le chocolat, l’eau de fleur d’oranger, l’ingestion de cochenilles sont recommandés, au XVIIIe siècle, en cas de problèmes digestifs (contre la diarrhée et les maux d’estomac, comme laxatif ou bien vermifuge…)25.

13Nous constatons le travail complémentaire du chirurgien et de l’apothicaire. Si le premier diagnostique, opère, saigne, administre des calmants, pose des cataplasmes, la seconde achète le nécessaire pour poursuivre les prescriptions thérapeutiques, soulager les douleurs induites par ces interventions, mais surtout pour régler les problèmes digestifs de ses consœurs.

La lutte contre l’insomnie, une préoccupation majeure

  • 26 Je remercie vivement Guillaume Garnier, qui m’a donné tous les renseignements concernant l’insomnie (...)

14Dans le livre de visites du chirurgien, la récurrence de la prescription de pilules somnifères, de calmants voire, à quinze reprises, de pilules d’opium, suscite la curiosité. Le détail des actes de Lafond démontre qu’il ne les prescrit pas qu’aux religieuses qui subissent une intervention de nature chirurgicale. Sept religieuses, soit le tiers de la population du prieuré, en reçoivent directement. L’apothicaire elle-même, Aimée de James, s’en voit attribuer plus de la moitié pour son usage personnel, ainsi que la plupart des « pilules d’opium »26. Au premier regard, ces troubles paraissent évidents parmi des femmes dont la règle de vie interrompt chaque nuit le sommeil pour se rendre à l’office à trois heures du matin.

  • 27 LIEUTAUD J., Précis de médecine pratique contenant l’histoire des maladies et de la manière de les (...)

15Sous l’Ancien régime, l’insomnie est considérée non plus comme une preuve de sainteté mais comme une cause possible de perturbation de la santé, voire comme une maladie à part entière. Ainsi J. Lieutaud considère-t-il, en 1761, que « rien n’altère plus la santé que l’insomnie »27. Les témoignages se multiplient pour décrire la fatigue, la douleur et l’absence de cohérence mentale induites par le manque de sommeil. Les causes de l’insomnie sont difficiles à détecter, aussi bien dans les dictionnaires généralistes que dans les traités médicaux. Faute d’autres explications, les médecins recherchent parfois des causes spirituelles. La théorie de Michel Etmuller circule au XVIIIe siècle. Elle présente l’insomnie comme le reflet d’un cerveau dérangé par des pensées indécentes et impures :

  • 28 ETMULLER M., Pratique générale de la médecine de tout le corps humain, Lyon, 1699, p. 354.

La cause est le vice même des esprits animaux qui les disposent à des mouvements précipités et opiniâtres. Telle est principalement leur trop grande chaleur et celle de tout le cerveau, comme dans les fièvres ardentes etc. Les esprits étant alors agités avec rapidité dans le cerveau donnent indispensablement l’insomnie28.

  • 29 JAMES R., Dictionnaire universel de médecine, Paris, Eldous et Toussaint, 1747, t. IV, p. 1565.

16En plus de l’aspect non naturel du sommeil, les passions humaines sont mises en avant pour expliquer cet état d’esprit : l’amour, la colère, la crainte, la terreur. Les deux premières s’avèrent des fautes capitales pour des femmes consacrées à la religion. À cette explication spirituelle de l’insomnie s’adjoignent des tentatives de compréhension plus concrètes : ainsi Robert James, en 1747, suggère qu’un régime alimentaire avec un faible apport en viande pourrait en être l’origine29. Toutefois, selon Guillaume Garnier, le « dérangement des esprits » a la faveur des médecins. Ces convictions expliquent logiquement la volonté farouche des religieuses de lutter contre ce mal, dont l’interprétation peut se révéler incompatibles avec leur choix de vie.

  • 30 Sur la saignée, voir note 21.
  • 31 LECLERC D., La médecine aisée contenant des remèdes faciles et expérimentés pour toutes sortes de m (...)

17Les thérapies sont de deux natures : la saignée et la prescription de pilules30. Nous pouvons classer dans ces deux catégories près de la moitié des actes pratiqués par Lafond dans le couvent. Bien entendu, les saignées ne peuvent toutes être mises sur le compte de l’insomnie puisque les vertus supposées de ce geste thérapeutique étaient multiples. Mais la fréquence de cette opération à Lencloître, ajoutée à l’usage fréquent des somnifères, renforce l’hypothèse que l’insomnie, avec les problèmes digestifs, fut sans doute le mal contre lequel le chirurgien dut lutter avec le plus de régularité. L’amande douce, la camomille, le solanum, la passiflore, la valériane, la fleur d’oranger, la mélisse, la marjolaine : toutes ces plantes font partie des listes de commandes de la sœur James et sont recommandées vivement pour favoriser le sommeil31.

  • 32 Réflexions sur l’usage de l’opium, des calmants et des narcotiques. Pour la guérison des maladies, (...)
  • 33 SAVARY des BRUSLONS J., Dictionnaire universel de commerce, Paris, Jacques Estienne, 1723, article (...)

18Ces remèdes ne suffisent pas toujours, comme le souligne Guillaume Garnier. Lafond utilise dès lors ce que l’on nomme déjà des « somnifères » ou hypnotiques, en particulier l’opium qui se révèle plus populaire au XVIIIe siècle qu’auparavant. Le 26 mai 1788, il prescrit ainsi douze pilules à la sœur James, qui en reçoit encore dix le 25 août, puis six le 15 décembre. Le 29 août 1788, la sœur Durand en reçoit six, tandis que Radegonde Lebeau, presque octogénaire, s’en voit administrer six le 6 octobre, puis deux le 16 octobre. La prieure reçoit « six pilules d’opium corrigées » le 6 novembre. Le 10 octobre 1790, la prescription pour la sœur Gourdon est radicale : quatre bols de somnifères. L’opium est perçu par les médecins comme un remède sûr et presque imparable. Toutefois, ses effets secondaires sont déjà reconnus, comme la dangerosité de la prise de doses trop élevées, l’inefficacité de leur prise juste après un repas ou encore la suspension des saignements menstruels chez les femmes32. L’usage de ce narcotique tend à suggérer l’aisance matérielle du couvent, puisque les traités du XVIIIe siècle précisent qu’il s’agit d’un remède onéreux33.

Conclusion

19La thérapeutique au couvent, dans une communauté de contemplatives, montre que les problématiques autour des médicaments et de leurs usages y sont nombreuses. La catégorisation, tant dans le livre des visites du chirurgien que dans les commandes de l’apothicaire, soulève clairement les deux problèmes de santé auxquels les religieuses étaient confrontées avec le plus de fréquence : les incommodités digestives et l’absence de sommeil. Fabriqués par l’homme de l’art ou par la religieuse dans son apothicairerie, les composants des médicaments et leur choix par le chirurgien ne révèlent aucune surprise. Ils reflètent des traitements en vogue et, peut-être également, les débats qui agitent le XVIIIe siècle médical autour de la saignée ou de l’opium. Le circuit des médicaments semble fort simple, engageant deux acteurs présents au couvent et un troisième, le « pharmacien » de Châtellerault, qui en est absent. L’espace des soins tient en un lieu, l’infirmerie du prieuré où les remèdes sont stockés et probablement fabriqués, au moins ceux issus du travail de la religieuse. L’ensemble signale l’importance prêtée par la communauté à la santé de ses membres ; importance confirmée par la part du budget qui lui est consacrée : 12 % des dépenses du couvent.

20La présence des remèdes et des médicaments s’avère primordiale dans la vie des religieuses, qui ne négligent pas leur corps à la fin de l’Ancien régime. Si certains ordres, en charge d’hôpitaux et d’hospices, en sont de grands producteurs, il ressort de cette étude qu’ils peuvent également en être d’importants consommateurs. En revanche, l’interprétation des symptômes et de la médication peut se révéler singulière. Les liens supposés de leurs troubles de santé avec le régime alimentaire et les interrogations sur les origines spirituelles de l’insomnie les rappellent, inévitablement, à leur statut de femmes en religion.

Haut de page

Annexe

Exemple de médicaments administrés par le chirurgien Lafond aux religieuses de Lencloître, 1787-1790

- 2 janvier 1787, 12 pilules de calmant et somnifères pour Mme de James (3 livres) qu’il revient voir 11 fois dans le mois dont le 12 janvier pour appliquer un cautère sur la jambe et lui fournir 11 pommades citrine, 2 l.

- 29 mars, fournit 8 onces de pommade citrine à Mme de James, 2 l.

- 22 juillet, fournit des « bols purgatifs febrifuges » à la prieure pour 2 l.

- Sans que l’on sache pour quel motif, visite 22 fois Mme Gilliette en août, il lui donne des « bols purgatifs fibrifuges » le 24 août, même chose à Mlle Ayrault le 27 août, le 16 et le 17 septembre, jour où il revient la voir le soir. Même chose le 24 septembre à sœur Radegonde, à Mme Durant le 26 et le 30 septembre, à Mme Preneuf le 1er octobre et revient la voir 16 fois dans le mois qui suit en lui en fournissant à nouveau le 12 octobre ainsi que des « cloportes préparés » (2 l.).

- 18 septembre, fournit à la sœur Radegonde une « poudre purgative universelle » (1 l. 10 s.), de même le 22 septembre.

- 15 novembre, saigne Mme Ligniers puis lui fournit du purgatif en bol, du « purgatif fibrifuge » le 25. La saigne à nouveau le 1er décembre.

- Sœur Radegonde reçoit des « cloportes préparés » le 6 décembre puis bol purgatif le 29.

- 2 janvier 1788, applique deux vésicatoires à Mme Arnault, lui fournit 4 onguents épispastiques le 5. Viens ensuite la panser deux fois par jour du 6 au 21 janvier, jour où il lui enlève les pansements. Le 15, il a de nouveau fourni des onguents. 25 janvier, 6 sangsues pour Mme Arnault (2 l.).

- 20 février, 6 bols de calmant pour Mme Preneuf.

- 28 mars, 6 pilules somnifères pour Mme de James (contre la toux, 2 l.).

- 12 avril, 6 sangsues dans le cou de Mme Preneuf, idem le 15 (2 l. à chaque fois), de même le 7 mai avec la sœur Radegonde, qu’il saigne deux fois le 12 mai. Il lui fournit des purgatifs le 20.

- 26 mai, 12 pilules somnifères et calmantes à Mme de James (3 l.). Elle reçoit 10 nouvelles pilules le 25 août, puis le 27 août, 4 pilules d’opium de Mr Baumé. Encore 6 pilules d’opium le 15 décembre.

- Le 18 juin, saigne deux fois Mme Preneuf et lui fournit des purgatifs le 22 (3 visites entre-temps). Il en fournit aussi à une postulante le 29 juin.

- Visite la prieure des Cars deux fois par jour de juillet à septembre, le 22 août lui donne des bols purgatifs et fébrifuges.

- 29 août, 6 pilules calmantes à Mme Durand.

- 2 septembre, un purgatif minoratif à Mme Lavallée (2 l.) puis du purgatif fébrifuge le 5 septembre, idem le 10 et le 27.

- 6 octobre, 6 pilules somnifères à la sœur Radegonde (2 l. 10 s.), à nouveau le 16 (la visite 2 fois par jour entre les deux, puis jusqu’au 26).

- 6 novembre, « six pilules d’opium corrigées de baume » pour la prieure (2 l.).

- 15 novembre, bols purgatifs fébrifuges pour une postulante.

- 13 janvier 1789, 6 sangsues au cou de Mme Preneuf, idem le 6 mars et le 7 avril ; pilules somnifères et calmantes le 12 avril (2 l.).

- 3, 5, 18 juillet, 30 gouttes anodines de Sidename, à Mmes Ligniers et Durand.

- 2 novembre, 4 pilules somnifères et calmantes pour une postulante.

- 2 et 10 décembre, visite Mme Lavallée avec le médecin Ayrault.

- Le 6 août 1790 fournit de l’onguent « drachillome » à Mme des Cars.

- Fournit un purgatif fébrifuge à la sœur Radegonde le 10 octobre, 4 bols de somnifère à la même le 22 octobre, tout en l’ayant visitée 6 fois entre-temps.

Source : Lafond Jacques, Livre des visites, opérations et remèdes, op. cit.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’une thèse soutenue en 2003 à l’EHESS sous la direction d’Arlette Farge et publiée sous le titre : Femmes de Dieu et Révolution française. Étude de la réception de l’événement révolutionnaire par les religieuses poitevines, Sarrebrück, Éditions universitaires européennes, 2010.

2 Livre des visites, opérations et remèdes que je fais et fournis aux dames religieuses de la communauté de Lencloître depuis le 12 juin 1786, Archives départementales de la Vienne (désormais ADV), L-252 : Séquestre des biens, traitements et pensions des clergés séculier et régulier. Canton de Saint-Genest, 1790-an VIII.

3 DALARUN Jacques, L’impossible sainteté. La vie retrouvée de Robert d’Arbrissel (v. 1045-1116), Paris, Éd. du Cerf, 1985 et « Robert d’Arbrissel et le salut des femmes » dans Moines et religieux au Moyen Âge, Paris, Éd. du Seuil, 1994, p. 29-45.

4 ADV, L-252.

5 À propos des religieuses qui soignent, parmi une bibliographie abondante, on consultera : DINET-LECOMTE Marie-Claude, « Les religieuses hospitalières de Blois aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest (ABPO), t. 96, 1989, p. 15-40 ; « Les sœurs hospitalières au service des pauvres malades aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales de Démographie historique, 1994, p. 277-292 ; « Les religieuses hospitalières dans la France moderne : une même vocation dans une multitude d’instituts », Revue d’histoire de l’Église de France, t. LXXX, 1994, p. 195-216 ; VACHER Marie, Des régulières dans le siècle. Les sœurs de Saint-Joseph du Père Médaille aux XVIIe et XVIIIe siècles, Clermont-Ferrand, Adose, 1991.

6 MURPHY Gwénaël, Le peuple des couvents (Poitou, XVIIe-XVIIIe siècles), La Crèche, Geste éditions, 2007, p. 46-51. Sur « la France des couvents », statistiques établies à partir des Archives nationales, D-XIX.

7 Sur le corps des religieuses : ARNOLD Odile, Le corps et l’âme. La vie des religieuses au XIXe siècle, Paris, Éd. du Seuil, 1984, ainsi que notre ouvrage pour l’époque moderne, cité en note 6, p. 137-161.

8 Voir notre contribution sur ce thème : « Hygiène et pratiques de santé dans les couvents de femmes au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2003/1, p. 77-86.

9 VIGARELLO Georges, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Éd. du Seuil, 1993, p. 141-195.

10 Voir : Règle des filles religieuses de l’ordre de Saint-Benoît pour le monastère de Sainte-Croix, Thoreau, Poitiers, 1612 ; Les constitutions de la congrégation des religieuses hospitalières de Saint-Joseph de Poitiers, Paris, 1686 (disponibles à la Médiathèque de Poitiers, fonds ancien).

11 ADV, G-422 : Déclarations des états de charges et de revenus des communautés religieuses du diocèse de Poitiers, 1729.

12 À ce propos, voir DINET Dominique, « Les dots de religion en France aux XVIIe et XVIIIe siècles » dans Les Églises et l’argent, Paris, Fayard 1990, p. 37-65.

13 ADV, 2H5/26, Fontevristes de La Puye, 1704-1774.

14 ADV, L-252.

15 En proportion des dépenses totales de la communauté, celles de Lencloître consacrées à la médication s’avèrent deux à quatre fois supérieures à celle des autres couvents du diocèse de Poitiers.

16 ADV, L-252, toutes les informations concernant Lafond sont issues de cette source et de son Livre des visites cité supra.

17 Ponction de liquide dans une cavité.

18 Selon LEBRUN François, Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Éd. du Seuil, 1995 (Messidor-Temps Actuels, 1983), p. 59.

19 Également en ADV, L-252 sous l’intitulé « Inventaire dressé de ce que doivent les religieuses à Beaupoil, apothicaire à Châtellerault, les religieuses au 23 décembre 1790 ».

20 ADV, 2H5/18 : Couvent de Lencloître, 1374-1790.

21 Le nombre de saignées mentionnées dans le carnet de Lafond confirme l’importance de cette pratique à la fin de l’Ancien Régime. Parmi de nombreux travaux, voir : BEAUCHAMP Chantal, Le sang et l’imaginaire médical. Histoire de la saignée aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, Desclée de Brouwer, 2000 ; LÉONARD Jacques, « À propos de l’histoire de la saignée (1600-1900) », Mentalités, n° 1, 1988, p. 75-88. L’usage de la saignée ne fait cependant pas l’unanimité : si Lafond la pratique dans un tiers de ses interventions, les moines hospitaliers de Montmorillon ne l’utilisent que dans 7 % des cas ; HÉRAULT Pascal, « Soigner en Montmorillonais au début du XVIIIe siècle », ABPO, t. 100, 1993/1, p. 61-120.

22 Le vésicatoire est une action qui consiste à faire venir des ampoules par le soulèvement de l’épiderme afin de provoquer une suppuration (NAURY J., « Une forme médicamenteuse aujourd’hui délaissée : le vésicatoire », Revue d’histoire de la pharmacie, vol. 73, n° 265, 1985, p. 113-115). Sur les aphtes, dit « boutons chancreux » au XVIIIe siècle, voir MOURAIN M., Observation sur le traitement des boutons chancreux et ulcères rongeants ou cancéreux, Nantes, Imprimerie Melais, 1811.

23 ADV, 2H5/18 : Couvent de Lencloître, 1374-1790 pour l’acte de sépulture.

24 LÉONARD Jacques, « La médecine populaire en France au XIXe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1980, p. 510-516. Vulgarisé, mis en poème, très utilisé par Louis XIV, le quinquina s’est diffusé en France au XVIIe siècle, on lui prête de nombreuses vertus, notamment celles de résoudre l’épilepsie, la dysenterie et tous les maux de ventre.

25 Voir, par exemple, l’étude de la veuve ANTOINE B., Avis au public sur le sel de Glauber et ses vertus médicinales, imprimé, 1742.

26 Je remercie vivement Guillaume Garnier, qui m’a donné tous les renseignements concernant l’insomnie au XVIIIe siècle, issus de sa recherche novatrice : Dormir et rêver. Histoire du sommeil (1700-1850), thèse de doctorat, université de Poitiers, 2011.

27 LIEUTAUD J., Précis de médecine pratique contenant l’histoire des maladies et de la manière de les traiter, avec des observations et remarques critiques sur les points les plus intéressants, Paris, Vincent, 1761, p. 197. La réflexion médicale sur l’insomnie suscite quelques traités spécifiques comme DU CROISI dit SAUVAGEOT O., Remède contre l’insomnie, Paris, 1784.

28 ETMULLER M., Pratique générale de la médecine de tout le corps humain, Lyon, 1699, p. 354.

29 JAMES R., Dictionnaire universel de médecine, Paris, Eldous et Toussaint, 1747, t. IV, p. 1565.

30 Sur la saignée, voir note 21.

31 LECLERC D., La médecine aisée contenant des remèdes faciles et expérimentés pour toutes sortes de maladies internes et externes, Paris, 1725, p. 62.

32 Réflexions sur l’usage de l’opium, des calmants et des narcotiques. Pour la guérison des maladies, Paris, 1726, p. 8 ; LE MAREC C., « Histoire de l’opium médicinal : du pavot aux alcaloïdes de l’opium », Douleurs, vol. 5, n° 2, 2004, p. 83-98 ; JAMES R., op. cit., t. V, p. 135. À ce propos, voir également AMIEL A. P., Considérations physiologiques et médicales sur l’opium, Montpellier, 1814, et HECQUET P., Réflexion sur l’usage de l’opium, des calmants, des narcotiques, Paris, 1726.

33 SAVARY des BRUSLONS J., Dictionnaire universel de commerce, Paris, Jacques Estienne, 1723, article « Opium », t. 2, p. 899 : l’opium se négocie à 20 livres le cent. La mandragore et la réglisse, bien moins onéreuses, sont plus utilisées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwénaël Murphy, « Religieuses et médicaments au xviiie siècle », Histoire, médecine et santé, 2 | 2012, 33-44.

Référence électronique

Gwénaël Murphy, « Religieuses et médicaments au xviiie siècle », Histoire, médecine et santé [En ligne], 2 | automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/160 ; DOI : 10.4000/hms.160

Haut de page

Auteur

Gwénaël Murphy

Gwénaël Murphy est membre du CRIHAM (EA 4270), Université de Poitiers.

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals