Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Pour en finir avec les médecines ...Le surgissement de médecines « ré...

Pour en finir avec les médecines parallèles

Le surgissement de médecines « révolutionnaires » en France (fin xviiie-début xixe siècle) : magnétisme, phrénologie, acupuncture et homéopathie

The emergence of “revolutionary” medicines in France (late 18th–early 19th centuries): magnetism, phrenology, acupuncture and homeopathy
Olivier Faure
p. 29-45

Résumés

Avant et après la Révolution, le mesmérisme, le magnétisme, la phrénologie, l’acupuncture, l’homéopathie, dans la plupart des cas nés dans le monde germanique, furent introduits en France où ils attirèrent l’attention de la sphère publique. Dans les années 1830, les partisans de ces doctrines constituèrent un véritable mouvement, une nébuleuse, dans laquelle docteurs et laïcs s’investissaient en même temps dans deux ou trois systèmes médicaux. Nombre d’entre eux étaient aussi partisans des nouvelles doctrines socialistes comme le saint-simonisme et le fouriérisme. Au début les autorités médicales et les grands médecins prêtèrent attention à ces doctrines portées par des médecins éclairés, mais ils les rejetèrent assez vite, non pour leur inefficacité mais pour leur incapacité à expliquer en termes scientifiques l’action de leurs thérapeutiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hervé Guillemain et Nathalie Richard, « Towards a Contemporary Historiography of Amateurs in Scien (...)

1Il y a déjà bien longtemps que les chercheurs en sciences sociales ont pris au sérieux ce que l’on appelle encore parfois dans le public les médecines parallèles. Au sein de cet immense ensemble, je me contente d’aborder celles qui, au-delà de leurs différences, sont majoritairement pratiquées et diffusées par des médecins et reposent sur un corpus théorique qui se revendique de la science. Il n’est plus question de les rejeter dans les ténèbres de la foi aveugle opposée à la science rationnelle, ni de voir dans leur succès le simple résultat de l’éternelle « crédulité du public » ou même le reflet des difficultés de la médecine dominante. En effet, jamais l’homéopathie et l’acupuncture ne se sont mieux portées que depuis les années 1960 malgré les immenses avancées opérées depuis par la médecine « classique ». L’homéopathie, la phrénologie, l’acupuncture sont donc désormais saisies pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire des mouvements tout à la fois scientifiques, sociaux, culturels et politiques baignant dans des contextes changeants : ce texte s’inscrit dans ce courant. La seule originalité qui le constitue consiste à appréhender ces médecines, non pas isolément comme on l’a fait jusque-là, mais globalement au moment bien précis où elles apparaissent en France. Cette lecture conjointe et précisément datée veut démontrer qu’elles ne constituent pas une série de doctrines ou de thérapeutiques indépendantes et isolées mais plutôt une véritable nébuleuse dans laquelle les mêmes hommes cultivés, nourris des mêmes aspirations, circulent et se rencontrent. Parmi ceux-ci, on rencontre de nombreux médecins dont la présence semble démentir l’idée d’un rejet global de doctrines absurdes par des médecins unanimes dans leur détermination rationnelle. Parmi les adeptes, on trouve aussi de nombreux « laïcs » non-médecins ou pour mieux dire des amateurs1 qui ont étudié la médecine et/ou se passionnent pour les questions médicales. La phrénologie et l’homéopathie surtout sont largement des sciences de profanes. Nombre d’entre eux font de cet engagement médical le prolongement ou la source de leur engagement politique, tant la médecine est considérée à l’époque comme une science sociale.

Une arrivée groupée

  • 2 Laurence Brockliss et Colin Jones, The Medical World of Early Modern France, Oxford, Oxford Univer (...)

2Successivement et presque simultanément dans les années 1775-1830 surgissent toute une série de techniques, de doctrines médicales révolutionnaires qui intéressent bien au-delà du monde professionnel. Bien sûr les xviie et xviiie siècles avaient été fertiles en systèmes médicaux et l’on avait vu les iatro-mécanistes s’opposer aux iatro-chimistes et ces deux-là aux animistes puis aux vitalistes. Néanmoins ces débats, moins tranchés qu’on ne l’a dit, n’avaient concerné que l’élite médicale2.

3L’arrivée presque conjointe du magnétisme, de la phrénologie, de l’acupuncture et de l’homéopathie modifie radicalement le débat. Toutes ces théories sont révolutionnaires car aucune ne peut être rattachée ni aux découvertes du xviie siècle, ni se rattacher à la filiation chrétienne comme l’animisme et le vitalisme. Par ailleurs, et cette chronologie n’est pas le fruit du hasard, toutes ces théories naissent et se répandent lors d’une courte période qui s’étend de part et d’autre de la Révolution. Celle-ci est marquée par un véritable engouement pour les sciences et par la formation d’un « espace public » qui se constitue dans les salons, les sociétés savantes ou philanthropiques. Ces systèmes médicaux et thérapeutiques devinrent donc l’objet d’un débat auquel participent toutes les élites de la société.

  • 3 Robert Darnton, La fin des Lumières : le mesmérisme et la Révolution, Paris, Perrin, 1984 (édition (...)
  • 4 Annales historiques de la Révolution française, 391, 2018, Le mesmérisme et la Révolution français (...)
  • 5 Robert Darnton, La fin des Lumières…, op. cit., p. 61.
  • 6 Un somnambule désordonné ? Œuvres du marquis de Puységur publiées et présentées par Jean-Pierre Pe (...)
  • 7 Bertrand Méheust, Somnambulisme et médiumnité, t. 1, Le défi du magnétisme animal, Le Plessis-Robi (...)
  • 8 Anne Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du Tout-Paris (1815-1848), Paris, Seuil, 1993 (...)
  • 9 Ibid., p. 265.
  • 10 Bertrand Méheust, Somnambulisme et mediumnité, op. cit., p. 207.
  • 11 Robert Darnton, La fin des Lumières…, op. cit., p. 166.

4Chronologiquement, le ballet s’ouvre par l’arrivée à Paris de Franz-Anton Mesmer (1734-1815) en 1778. Depuis le travail pionnier de Robert Darnton3, le mesmérisme a été l’objet d’une riche historiographie encore en pleine évolution comme en témoigne un tout récent numéro des Annales historiques de la Révolution française4. Avant de revenir sur ses implications médicales, sociales et politiques, on peut être bref sur l’histoire factuelle du mesmérisme. On sait que dans les dernières années de l’Ancien Régime, le mesmérisme occupa plus de place que n’importe quel autre sujet et qu’il fut l’objet d’au moins 200 brochures publiées avant et après la condamnation de la doctrine par l’Académie de sciences (1784). Cet engouement ne fut pas seulement passager et certains individus furent profondément marqués par l’expérience. Près de cinquante après, le marquis de Montlosier écrivait : « Aucun événement, pas même la Révolution ne m’a laissé des lumières aussi vives que le magnétisme5. » La découverte du somnambulisme provoqué, ou sommeil magnétique, préfigurateur de l’hypnose, par Armand Chastenet de Puységur (1751-1825), est aussi bien connue grâce à l’heureuse republication de ses œuvres, finement présentées par Jean-Pierre Peter6. Bertrand Méheust a scrupuleusement recensé les expériences de magnétisme et les innombrables ouvrages et brochures qui y furent consacrés dans la première moitié du xixe siècle, montrant bien l’importance qu’avait prise cette question dans le monde scientifique7. Anne Martin-Fugier8 a aussi bien montré que le magnétisme devint un phénomène mondain, étant bien entendu que les salons n’étaient pas seulement des lieux de frivolité mais qu’ils diffusaient aussi des idées et des pratiques nouvelles. Bonne observatrice de la vie mondaine qu’elle animait, Delphine de Girardin affirmait que chaque société a son magnétiseur et sa petite somnambule9. La plupart des écrivains de renom, comme Théophile Gautier, qui fréquentaient ces salons furent captivés par le magnétisme. Alexandre Dumas fit venir chez lui le célèbre somnambule Alexis et son magnétiseur et rapporta l’expérience au Journal des Débats10. Dans sa préface à la Comédie humaine, Balzac rendait hommage au « magnétisme animal aux miracles duquel je me suis familiarisé depuis 182011 ». Bien que moqué ou dénoncé, le magnétisme occupa durablement l’espace public et acquit une certaine légitimité grâce au prestige de ceux qui le promouvaient.

  • 12 Marc Rennevile, Le langage des crânes : une histoire de la phrénologie, Le Plessis-Robinson, Synth (...)

5Grâce à l’excellente étude de Marc Renneville12, on connaît bien le succès de la phrénologie que l’on ne fait ici que rappeler sommairement. L’arrivée du pape de la phrénologie, Franz Josef Gall (1758-1828), à Paris en octobre 1807, reproduit le scénario de l’arrivée de Mesmer. L’événement privé devient vite public puisque cette installation est suivie, en 1808, par des cours ouverts à tous qui ont un certain retentissement si l’on en juge par l’importance du public qui les suit (200 à 300 personnes), des polémiques relayées par la presse, des vaudevilles et pièces de théâtre qui la prennent pour objet, des prises de position des plus hauts personnages en sa faveur (Metternich, Junot, Fouché, Decazes…). Le succès ne se dément pas puisque Gall donnait encore des conférences en 1820.

  • 13 Lucia Candelise, « L’appropriation de l’acupuncture en France au xxe siècle : un processus d’accul (...)
  • 14 Louis V. Joseph Berlioz, Mémoires sur les maladies chroniques, les évacuations sanguines et l’acup (...)
  • 15 L’exemplaire détenu par la Bibliothèque municipale de Lyon (cote 394608, également consultable en  (...)
  • 16 Engelbert Kaempfer (1651-1716), botaniste d’origine allemande est l’auteur d’une Histoire naturell (...)
  • 17 Willem Ten Rhyne [ou Rhijne] (1647-1700), chirurgien et botaniste hollandais en mission au Cap de (...)
  • 18 Réédité en 1828 dans Antoine-Laurent Bayle (dir.), Bibliothèque de thérapeutique, p. 412-419.

6Troisième à arriver sur la scène, l’acupuncture le fait de façon très discrète. Parce qu’elle passe pour être à cette époque plutôt un « acte chirurgical qu’une véritable interprétation du savoir médical chinois13 », la première apparition de la méthode n’a guère été étudiée. Elle mérite donc un développement plus important. Louis V. Joseph Berlioz (1776-1848), père d’Hector, fut le premier utilisateur de l’acupuncture qu’il expérimenta pour la première fois en 1810 sur une jeune femme, « aussi intéressante par ses charmes extérieurs que par les agréments de son esprit et la bonté de son cœur14 » mais fâcheusement atteinte de fièvre nerveuse. Bien que simple médecin d’un gros bourg du Bas-Dauphiné, La Côte-Saint-André (Isère), Louis Berlioz appartenait à la république des savants. En 1809 et 1810, il participa à trois concours ouverts par les sociétés de médecine de Bordeaux, Montpellier et Paris. Un de ses mémoires portait sur les maladies chroniques (Montpellier), les deux autres sur les évacuations sanguines. En 1816, il décida de publier ces mémoires sous forme d’un ouvrage, Mémoires sur les maladies chroniques, les évacuations sanguines et l’acupuncture, dont il fit sans doute don à des sociétés de médecine et assurément à celle de Lyon15. C’est dans le cadre du mémoire sur les évacuations sanguines (p. 147-343) qu’il intégra un court chapitre (p. 296-311) consacré à l’acupuncture. Il ne s’agissait donc pas d’un traité sur cette thérapeutique mais bien plutôt de la relation de quelques expériences. En effet, Berlioz, comme tous ses contemporains, ignorait presque tout des pratiques asiatiques de la méthode qu’il employait puisqu’il affirmait à tort que « les Chinois et les Japonais s’en servent d’une façon empirique et leur pratique ne fournit aucun document qui puisse en régulariser l’emploi ». Par ailleurs, s’il jugeait que les éloges donnés à l’acupuncture par Kaempfer16 et Ten Rhyne17 étaient justes et mérités, il ne faisait pas de référence précise à leurs écrits. Du reste, ceux-ci étaient bien brefs sur ce thème. De Kaempfer on ne connaît que son court appendice (cinq pages) à son histoire du Japon consacré au traitement de la colique par l’acupuncture telle qu’elle est utilisée par les Japonais18.

7Pour Berlioz, l’acupuncture n’était pas un système médical complet mais une simple technique qu’il utilisait en alternance avec d’autres traitements, comme l’opium et surtout les évacuations sanguines dont il était un chaud partisan. Outre sur l’intéressante jeune femme, il utilisa l’acupuncture sur un paysan de 40 ans attaqué de toux convulsive avec douleur à l’épigastre. Sans relater d’expériences précises, il recommandait la méthode pour les contusions sans ecchymose, « les douleurs qui sont la suite d’un effort ou d’un travail forcé », le rhumatisme vague, « les douleurs nerveuses de la tête et celles qui surviennent durant le paroxysme des fièvres intermittentes ». Il envisageait même de l’utiliser pour ramener les asphyxiés à la vie. Sur le plan technique, il se servait d’une aiguille d’acier longue de trois pouces « que je n’enfonce pas à coups de marteau comme les Chinois et les Japonais mais en la roulant entre mes doigts ». S’il ne voyait pas l’intérêt d’utiliser plusieurs aiguilles, il n’excluait pas que « la communication du choc galvanique par un appareil de Volta accroîtrait les effets médicaux de l’acupuncture » (p. 304-305).

  • 19 Jean-Baptiste Sarlandière, Mémoire sur l’électro-puncture considérée comme un moyen nouveau de tra (...)

8C’est dans cette direction que se tourna Jean-Baptiste Sarlandière (1787-1838). Bien qu’il se soit proposé de réclamer l’antériorité de son usage, il ne se mit au mieux à l’acupuncture qu’en 1815, soit cinq années après Berlioz. Comme ce dernier, il était plein du mépris habituel des Européens pour les Asiatiques. Voilà ce qu’il écrivait : « Les prodiges que ces peuples attribuent à ce moyen peuvent bien tenir quelque chose de leur imagination orientale et de leur amour du merveilleux et c’est bien ce qui a empêché les nations d’Europe d’y porter attention. » Pour tout dire, Sarlandière ne croyait pas à l’acupuncture simple nimbée « d’un prestige merveilleux et consistant dans la simple présence d’une aiguille dans nos tissus sans autre action ». Aussi promouvait-il l’électro-acupuncture dans laquelle « l’aiguille ne joue pas le principal rôle […] mais sert de conducteur à l’électricité qui, introduite à travers la peau dans le tissu musculaire […] modifie la vitalité de ces tissus à tel point qu’elle y dénature la douleur et fait cesser l’irritation19 ».

  • 20 Haime, « Notice sur l’acupuncture et observations sur ses effets thérapeutiques », Annales de la S (...)
  • 21 Mémoire sur l’acupuncture suivi d’une série d’observations recueillies sous les yeux de M. Jules C (...)

9Des deux acupunctures, c’est la première qui servit de guide aux expériences pratiquées à l’hôpital de Tours dès 1816-1817. En effet, Berlioz avait été lu. Son confrère Haime, médecin à Tours, convainquit Bretonneau de le laisser pratiquer l’opération dans son service20. C’est aussi par l’entremise d’un autre lecteur de Berlioz, Morand, que Jules Cloquet (1790-1883) introduisit l’acupuncture dans les salles de chirurgie et les consultations de l’hôpital Saint-Louis à Paris. Il faudrait vérifier dans quelle mesure la mention qu’il fait à son propos des « journaux consacrés à la publication des faits cliniques remplissent leurs colonnes sur ce nouveau moyen de guérir les maladies » correspond à la réalité. Au vu de la disparition précoce de cette première expérience, il ne semble pas que l’acupuncture ait eu un grand retentissement dans l’opinion contrairement à l’avis de Morand selon lequel « les gens du monde eux-mêmes ne veulent pas rester étrangers à cette conquête faite par la médecine, partout on parle de l’acupuncture dans les salons comme à l’Institut21 ». Néanmoins, l’affaire mériterait une enquête.

  • 22 Olivier Faure, Et Samuel Hahnemann inventa l’homéopathie : la longue histoire d’une médecine alter (...)

10Enfin, l’homéopathie vint compléter le tableau. Comme le magnétisme et la phrénologie, elle est liée à la personne charismatique de son fondateur, Samuel Hahnemann (1755-1843), mais elle n’attend pas l’installation du fondateur à Paris (1835) pour faire son entrée en scène comme en témoigne la publication en 1831 de la Lettre aux médecins français sur l’homéopathie rédigée par le médecin lyonnais d’origine napolitaine, Sébastien Des Guidi (1767-1863). Cette proclamation est le fruit des nombreuses visites (pour ne pas dire pèlerinages) effectuées à Köthen, petite ville de Saxe où réside Hahnemann de 1822 à 1835 et du succès de son livre phare, Organon de la médecine rationnelle [devenu par la suite De l’art de guérir] (1810) traduit en français en 1824 par von Brunnow, puis en 1832 par Jourdan. L’année suivante, le choléra offrit à l’homéopathie l’occasion de s’affirmer sur la scène médicale. Sans doute autant que la phrénologie et le magnétisme, l’homéopathie fut l’occasion de débats enflammés qui donnèrent lieu à la publication de plusieurs centaines de brochures polémiques (600) et à la création de nombreuses sociétés22.

La formation d’une nébuleuse

  • 23 Un somnambule désordonné ?…, op. cit., p. 54.

11Les années 1830 ne furent pas seulement celles de l’organisation des écoles phrénologiques et homéopathiques mais aussi celles pendant lesquelles des hommes se mirent à circuler entre les différentes doctrines voire à adhérer à plusieurs d’entre elles. Bien sûr, les fondateurs de doctrines comme Gall ou Hahnemann ignorèrent ou condamnèrent les pratiques voisines, à l’image de Gall qui dénonça l’homéopathie et le magnétisme. Ainsi refusa-t-il d’examiner le jeune Hébert que Puységur voulait lui présenter23. Il n’en alla pas de même chez les simples militants, qu’ils soient médecins ou « amateurs ». Plutôt que de donner une liste de noms, on retiendra ici deux personnages qui montrent bien comment on pouvait être parfois tout à la fois phrénologue, magnétiseur et homéopathe.

  • 24 Frapart, Lettre sur le magnétisme et le somnambulisme à l’occasion de Mlle Pigeaire à M.M. Arago, (...)
  • 25 Bertrand Méheust, Somnambulisme et médiumnité, op. cit., p. 435.
  • 26 Ibid., p. 437.
  • 27 Frapart, Lettres sur le magnétisme et le somnambulisme…, op. cit., lettres n° 13 p. 61 et n° 26 p. (...)

12Le docteur Frapart a l’avantage et l’inconvénient d’être un médecin si obscur que l’on ignore même ses dates de vie. Il n’était, selon ses dires, « ni professeur, ni agrégé, ni médecin d’un hôpital, ni membre de la plus petite société savante, ni membre de la Légion d’honneur, ni même membre d’un bureau de charité24 ». Pourtant, le personnage mérite qu’on s’y arrête puisqu’il adhéra en même temps à l’homéopathie et au magnétisme et joua un rôle essentiel dans leur diffusion. Frapart est jusqu’à présent surtout connu pour avoir été le stratège de l’affaire Pigeaire à propos du magnétisme, « celui qui en lançant des invitations soigneusement dosées a réuni ces assemblées de savants, d’hommes politiques, d’écrivains et de gens du monde qui se sont succédé pour assister aux séances de lectures magnétiques25 ». Bertrand Méheust le décrit très justement comme un « médecin propagandiste, homme du monde, pamphlétaire tour à tour candide et cynique, humble et arrogant26 ». En revanche, Méheust signale à peine que ses écrits traitent aussi de l’homéopathie, de la phrénologie de Gall, du bilan de l’œuvre de Broussais. C’est en partie par la phrénologie que Frapart en vint à l’homéopathie en constatant que, « excepté le front du général Foy nous n’avons pas en France de front plus vaste que celui de Hahnemann et que ce front est fait pour ceindre le diadème de la science ». Le lien qu’il établit entre le magnétisme et l’homéopathie est encore plus étonnant à nos yeux : « Puisqu’un bon somnambule trouve le remède au mal et que les infinitésimaux sont des remèdes, il est évident qu’il suffirait, pour faire disparaître les entraves au traitement magnétique, de diriger exclusivement la clairvoyance thérapeutique des somnambules sur les infinitésimaux27. »

  • 28 Olivier Faure, Et Samuel Hahnemann inventa l’homéopathie…, op. cit., p. 56-57 et 99-100.

13Non-médecin, le Comte de Las Cases (1804-1854), fils du mémorialiste de Sainte-Hélène, député sous la monarchie de Juillet, était aussi adepte des trois thérapeutiques. Son adhésion à l’homéopathie est le fruit d’un itinéraire à la fois sensible et intellectuel. De santé fragile (il meurt à 50 ans) et très attentif à ses moindres incidents de santé, capable de rédiger une histoire très précise de ses maladies depuis l’enfance, il étudie aussi la médecine en amateur. Déçu par le flou que présente cette science, il est convaincu par un médecin anglais, Frederick Quin (1798-1878), de lire l’Organon qui l’enthousiasme. Deux rencontres avec Hahnemann à Köthen (1832 et 1833) le transforment en disciple et propagandiste de l’homéopathie tant le fondateur de l’homéopathie exerçait d’emprise sur ses visiteurs. Chez lui, le recours à l’homéopathie faisait bon ménage avec le magnétisme. Il n’hésita pas à confier à Hahnemann qu’il avait magnétisé une femme qui, mise en état de somnambulisme, l’hypnotisait28.

  • 29 Ibid., p. 82-84 et 114.

14À côté de ces quelques parcours complets, on pourrait en ajouter d’autres qu’il faudrait retracer, comme ceux de Foissac, qui incitait ses malades mis en état de somnambulisme à choisir des médicaments homéopathiques qu’il leur faisait respirer et qui devint membre de la Société de phrénologie, de Teste, à la fois homéopathe et magnétiseur, de Sarlandière, acupuncteur et phrénologue, de Fleury Imbert, phrénologue en vue (et époux de la veuve de Gall) converti à l’homéopathie dans ses dernières années29, de Dubois, phrénologiste et magnétiseur…

15Pour ces hommes, les différentes doctrines n’étaient pas des chapelles isolées et rivales mais elles représentaient des territoires aux frontières poreuses et qui acceptaient la multi-appartenance. Enfin cette nébuleuse n’était pas au départ nettement séparée du reste de la médecine (sauf assez vite pour l’homéopathie). Ceux qui étaient attentifs aux nouvelles méthodes restaient des médecins qui ne renonçaient pas aux pratiques habituelles ni ne récusaient les connaissances établies. Ils voyaient dans ces techniques ou ces théories des moyens de faire avancer la science médicale et la thérapeutique. L’intérêt gagna même les hautes sphères du monde médical et provoqua un débat sur lequel il faut revenir.

L’intérêt du monde médical

16Loin de séduire seulement une frange minoritaire de médecins obscurs et marginaux, les systèmes proposés retinrent l’attention des plus grands noms de la médecine du temps qui se partagèrent assez également entre l’hostilité absolue et l’intérêt marqué. Il n’y eut donc pas condamnation unanime et les débats scientifiques ne furent pas totalement éclipsés par les questions professionnelles.

  • 30 Louis V. Joseph Berlioz, Mémoires sur les maladies chroniques…, op. cit., p. 305.
  • 31 Cité dans ibid., p. 18.

17Les médecins étaient le deuxième groupe le mieux représenté au sein de la mesmérienne Société de l’Harmonie mais on ne sait guère quelle fut la réception de l’acupuncture. Berlioz notait lui-même que l’une de ses opérations avait été « accusée de témérité par les membres de la société de médecine de Paris composant la commission nommée pour faire le rapport sur les ouvrages envoyés au concours de 181130 ». Dans le Nouveau dictionnaire de médecine, Pierre-Augustin Béclard (1785-1825) rédigea un article plutôt sévère. Il écrivait « qu’avant d’étudier les effets thérapeutiques de cette singulière opération, il convient d’apprécier avec exactitude les effets de la piqûre sur les différentes parties du corps ». Il mettait en garde « contre les piqûres les plus profondes, celles qui intéressent les viscères qui, si elles ne produisent pas toujours des accidents, cependant elles en déterminent quelquefois de très graves et même la mort. » Sans condamner la méthode, sa conclusion portait une fin de non-recevoir : « Avant d’avoir fait des expériences sur cette opération et avant qu’elle fût employée comme moyen curatif en usage, j’étais disposé à croire qu’il fallait la laisser à ses inventeurs. L’expérience m’a confirmé dans cette opinion. »31.

18Assez logiquement, la phrénologie intéressa de nombreux aliénistes insatisfaits des explications physiologiques de la maladie mentale proposées par Pinel. Aussi la plupart d’entre eux (Esquirol, Foville, Ferrus, Bottex, Brierre de Boismont) accordèrent-ils foi à la phrénologie. Au moins dans sa dimension anatomique, celle-ci séduisit aussi des cliniciens comme Jean-Pierre Bouillaud (1796-1881) mais aussi des pathologistes comme Gabriel Andral (1797-1876), tous deux professeurs à la faculté de Paris et membres de l’Académie de médecine quasiment depuis sa création. Bien qu’au cœur des instances dominantes de la médecine, Bouillaud présida deux fois la Société de phrénologie.

19Le magnétisme bénéficia de l’intérêt de médecins jouissant du même profil. Les aliénistes Georget et Ferrus virent dans la magnétisation une façon de soigner leurs patients. Parmi les cliniciens, Henri-Marie Husson (1772-1853), médecin de l’hôtel-Dieu de Paris, membre de l’Académie de médecine (1821) qu’il présida en 1839, hébergea dans son service des expérimentations magnétiques. Professeur de clinique médicale à Paris, Léon Rostan (1790-1866) fit de même et écrivit un traité du magnétisme animal (1825). Bien qu’il eût rédigé dans sa jeunesse une analyse favorable des leçons de Gall (1808), Nicolas Philibert Adelon (1782-1862) fut très tôt comblé d’honneurs. Il fut membre de l’Académie de médecine (1821) qu’il présida (1831), agrégé de médecine (1823), professeur de médecine légale (1826).

  • 32 Marc Renneville, Le langage des crânes…, op. cit., p. 111.

20Si l’homéopathie s’attira au mieux la neutralité de certains membres de l’élite médicale, plusieurs d’entre eux montrèrent leur sympathie pour deux ou trois doctrines nouvelles. Chirurgien, membre de l’Académie de médecine, Germain-Jules Cloquet (1790-1883) se distingua à la fois en expérimentant l’acupuncture dans son service à l’hôpital Saint-Louis (1825) et en pratiquant l’ablation d’une tumeur sous sommeil magnétique (1829). Pourtant rien ne vaut le parcours de François Broussais (1772-1838). Pourfendeur des systèmes médicaux, passant pour le chantre d’une médecine matérialiste, il montra à la fin de sa vie un intérêt différencié pour les nouvelles méthodes. Douteux et pour le moins transitoire (quatre mois) son recours aux soins d’un homéopathe pur (1837) aurait été un choix d’ordre purement privé face à la maladie qui l’emporta l’année suivante. En revanche, il est évident qu’il a signé avec Frapart (un de ses élèves) le récit de la cure d’un malade par magnétisme. Son engagement dans la phrénologie fut encore plus net puisqu’il consacra à ce thème l’un de ses derniers cours de pathologie générale et thérapeutique (1836). Certes, comme le note Marc Renneville, ce cours était plus le fruit d’un mariage de raison que d’un ralliement sans condition. Broussais cherchait à regagner un peu de son prestige malmené depuis l’épisode du choléra et voyait surtout dans la phrénologie une doctrine propre à arracher la question des facultés mentales aux philosophes pour la faire rentrer dans le domaine de la physiologie32. Il n’empêche que par son prestige et l’importance du réseau de ses élèves (Frapart), Broussais fut un vecteur essentiel de la légitimation des doctrines nouvelles.

21L’affirmation répétée des homéopathes, phrénologues et magnétiseurs selon laquelle ils auraient été la cible d’une véritable mise à l’index et d’une persécution de la part de leurs confrères, et particulièrement de l’Académie hostile à toute nouveauté, ne tient donc pas. Bien au contraire, l’intérêt fut vif et les positions partagées. Du reste, la condamnation de l’homéopathie ne fut acquise qu’à une courte majorité de l’Académie (1835) et celle-ci était tellement divisée sur le magnétisme qu’elle ne put prendre aucune décision, se contentant, faute de consensus, de mettre fin en 1842 à un vain débat qui durait depuis dix-sept ans. De plus, il n’existait pas deux blocs homogènes, l’un en faveur des doctrines nouvelles et l’autre qui leur aurait été opposé. Ainsi l’académicien Bouillaud, très engagé dans la phrénologie fut l’un des grands pourfendeurs de l’homéopathie et du magnétisme.

Deux conceptions de la même science

22Il est évidemment hors de question de rejeter a priori hors de la science de son temps les méthodes proposées à la charnière des xviiie et xixe siècles. Le point d’achoppement avec les confrères ne portait pas sur les résultats de ces méthodes mais sur leur explication. Les résultats parurent si inexplicables qu’ils furent rejetés. Comment concevoir que des médicaments dépourvus de substance puissent agir ? Comment admettre que l’implantation d’une simple aiguille puisse soulager la douleur ? Comment accepter qu’un somnambule puisse lire des textes, poser un diagnostic, prescrire un traitement ? Derrière ces questions en apparence triviales se cachent deux conceptions d’une même démarche scientifique.

  • 33 Morand, Mémoire sur l’acupuncture suivi d’une série d’observations…, op. cit., p. 6.

23Loin de s’opposer à la science de leur temps, acupuncteurs, magnétiseurs, homéopathes et phrénologues multipliaient les observations dans la droite ligne de la médecine clinique dont ils étaient partie prenante. Formés en Allemagne et en Autriche, temple de la médecine d’observation, Mesmer, Gall et Hahnemann avaient été initiés à la démarche clinique et l’avaient scrupuleusement appliquée jusqu’à sa logique la plus extrême. De même, l’acupuncteur Morand se comptait parmi « les hommes sages qui, faisant taire leurs passions, se recueillent dans le silence pour méditer des faits observés. Dédaignant le faste des théories, craignant de s’égarer en marchant dans le vaste domaine des hypothèses, ils suivent avec persévérance la route étroite de l’observation notent les faits avec une scrupuleuse exactitude puis les rapportent avec candeur et bonne foi33 ».

24La démarche de ces médecins semble se limiter à l’observation brute des faits et réduit presque à néant la question de la causalité. Frapart résume assez bien les divergences méthodologiques entre les partisans et les adversaires de ces nouvelles méthodes. S’adressant à Bouillaud qui condamne l’homéopathie et le magnétisme en arguant que voir sans les yeux est une chose surnaturelle ou contre naturelle, il répond :

  • 34 Frapart, Lettres sur le magnétisme et le somnambulisme…, op. cit., lettre n° 14 p. 111 (souligné p (...)

Il y a deux manières d’étudier les sciences dites naturelles. La première consiste à aller des faits aux théories, la seconde des théories aux faits. M. Bouillaud a sans doute tout lu sur le magnétisme et l’homéopathie. Aussi, il a voulu juger la science avant de voir les faits. Si cette manière est la plus commode, elle n’est pas la meilleure car les faits et les faits seuls, telle est la seule base solide de toute science. Pour acquérir une conviction magnétique, il aurait fallu que M. Bouillaud magnétisât souvent et pour acquérir une conviction homéopathique qu’il essayât longtemps sur lui les infinitésimaux34.

  • 35 Haime, « Notice sur l’acupuncture… », art. cité, p. 192.
  • 36 Frapart, Lettres sur le magnétisme et le somnambulisme…, op. cit., lettre n° 26 p. 144.
  • 37 Un somnambule désordonné ?…, op. cit., p. 215.

25Dans ce cadre, l’explication des faits n’est pas une question majeure. « Si l’on me demande de quelle manière agit l’acupuncture, écrit Haime, j’avoue qu’il me sera difficile de répondre35. » Plus radical, comme souvent, Frapart avoue : « je suis prêt à reconnaître que je ne comprends rien aux phénomènes magnétiques ». À propos des médecins de bonne foi qui nient l’action des médicaments homéopathiques, il écrit : « ils ont voulu comprendre avant de voir alors qu’il n’y avait rien à comprendre mais tout à voir, ils n’ont pu pénétrer jusqu’à la vérité36 ». Puységur dénonçait de son côté les hommes qui ont « l’inconsidération de prononcer qu’un fait n’est pas vrai parce qu’il ne leur est pas expliqué ni démontré37 ».

  • 38 Frapart, Lettres sur le magnétisme et le somnambulisme…, op. cit., p. 96 (souligné par Olivier Fau (...)

26Cet apparent refus de comprendre ne renvoie pas les méthodes dans le domaine de la croyance. Il y a en effet dans la démarche une volonté de « réduire l’inexplicable à la raison scientifique ». À ceux qui traitent d’absurde le magnétisme parce qu’il est étonnant, ses partisans répondent que c’est la théorie actuelle qui est fausse ou incomplète. En généralisant, Frapart rappelle que « ce qui paraît aujourd’hui impossible sera peut-être évident demain et que ce qui est au-dessus de la science n’est pas pour cela au-dessus du possible38 ». Les expériences de Lavoisier mettant en évidence l’existence de gaz invisibles ou de Galvani et Volta révélant l’existence d’un fluide invisible, pouvaient donner du crédit à cette affirmation. Dans ce contexte, le magnétisme ou l’homéopathie avait des chances de profiter du déplacement des frontières ainsi opéré entre le croyable et l’incroyable.

  • 39 Charles Hervier, Théorie du mesmérisme, Paris, Agasse, 1818.

27Au-delà de la scrupuleuse observation des faits, les méthodes pouvaient offrir deux avantages par rapport aux pratiques et connaissances en vigueur. Elles répondaient d’abord à la volonté, de plus en plus affirmée, de tout essayer pour soigner, sinon pour guérir. C’était là un défi croissant pour une médecine qui supportait de moins en moins le décalage entre ses capacités diagnostiques et son impuissance thérapeutique. Même si elles agissaient de manière mystérieuse, certaines méthodes inhabituelles soulageaient la douleur et, si les premières enquêtes fort contestées ne démontraient pas la supériorité des infinitésimaux face au choléra, elles ne marquaient pas non plus une claire supériorité des autres thérapeutiques. Par ailleurs, certaines d’entre elles, comme le magnétisme et l’homéopathie, prétendaient soumettre à une loi la multitude des observations collectées par la médecine du xviiie siècle. Le magnétisme rétablissait une médecine universelle et réunifiée. Il ne connaissait qu’une cause des pathologies (l’obstacle à la circulation du fluide universel), préconisait une thérapeutique unitaire. Selon l’auteur d’une Théorie du mesmérisme, au lieu d’une infinité de maladies, il n’y avait plus qu’une vie, une santé, une maladie et par conséquent qu’un remède39. Sans aller aussi loin, Hahnemann finit par identifier dans la psore (affection cutanée) le substrat de toutes les maladies qu’il fallait traiter par un remède unique, le soufre, avant de mettre en œuvre des traitements individuels fondés sur la double loi des semblables et de l’infinitésimalité. Ces théories rassuraient des cliniciens comme Fleury Imbert qui pensait que « les faits accumulés ne constituent pas plus une science qu’un amas de matériau ne constitue un édifice ». D’autres, déçus par les théories antérieures démenties par la nature ou dépourvues de perspectives thérapeutiques, ne se résignaient pas à l’éclectisme et voyaient dans ces systèmes fondés sur l’observation la boussole qu’ils recherchaient.

28Les partisans des méthodes alternatives ne poussèrent pas seulement jusqu’au bout la logique de la médecine d’observation mais ils en tirèrent des propositions thérapeutiques et pour certains des lois générales auxquelles aspiraient encore de nombreux médecins. En revanche, non seulement elles ne convainquirent pas les sceptiques, mais elles en accrurent sans doute les rangs par leur caractère incroyable. Il resterait ici à analyser sérieusement et historiquement le scepticisme et l’éclectisme médical de cette époque.

La connexion politique

29Dans le cadre des études sur chaque théorie, beaucoup a déjà été dit sur les connexions établies entre ces écoles médicales et des courants politiques contestataires allant de la contestation prérévolutionnaire aux premiers courants socialistes.

30Le symbole le plus fort de cette double appartenance politique et médicale est, sans doute, le lit de mort de Saint-Simon où, le 15 mai 1825, Broussais et Gall accourent à l’appel du phrénologiste Bailly pour aider son médecin traitant, Sarlandière. Les liens entre le libéralisme radical et la phrénologie sont bien attestés. La doctrine de Gall recrute massivement parmi les membres de la Société de la morale chrétienne, de la Société pour l’instruction primaire et parmi d’anciens membres de la Charbonnerie. Elle compte à la fois des hommes politiques, des philanthropes et des médecins. Appert, Las Cases, Lasteyrie, Ternaux et bien d’autres se retrouvent au sein de la Société phrénologique. Le ralliement de Las Cases à la phrénologie semble avoir été en lien avec ses préoccupations sociales et politiques de l’époque. Il voyait dans la phrénologie « la science la plus propre à nous apprendre pourquoi l’homme agit sur ce qui l’environne et comment on peut agir sur lui ». Il en retenait plusieurs applications dans l’art de gouverner les hommes, dont l’instruction.

31La frontière entre le libéralisme radical et le saint-simonisme n’était pas nette et beaucoup passaient de l’un à l’autre quand ils ne combinaient les deux appartenances. Au moins deux figures marquantes du mouvement saint-simonien furent l’un homéopathe, l’autre phrénologue. Ami de Saint-Simon et correspondant d’Enfantin, Étienne Marin Bailly (1796-1837) rédigea la partie médicale des Opinions littéraires, philosophiques et industrielles attribuées à Saint-Simon (1825). Sur la tombe du maître, il aurait fait de celui-ci le fondateur d’une physiologie de l’espèce humaine. De son côté, l’homéopathe Léon Simon (1798-1867) fut l’un des hommes forts de la communauté saint-simonienne de Ménilmontant puisqu’il fut directeur du 3e collège puis chef de cuisine de la communauté et à ce titre l’un des plus proches d’Enfantin. C’est lui qui aurait suggéré au « père » l’analogie entre la ville idéale et le corps humain. D’autres saint-simoniens médecins ou laïcs comme l’homme d’affaires lyonnais Arlès-Dufour (1797-1872) étaient aussi adeptes de l’homéopathie. Ce dernier essaya en vain de convertir Enfantin d’y adhérer. Il y eut aussi des noyaux provinciaux mêlant étroitement homéopathie et saint-simonisme. Les liens avec le fouriérisme ne furent pas moins forts. Le phrénologue Fleury Imbert, d’abord saint-simonien, les homéopathes Benoît Mure et Jaenger furent des fouriéristes militants et le premier l’inventeur de son propre système socialiste, l’Armanase ou le règne de la capacité. Imbert et Mure créèrent ou soutinrent des colonies fouriéristes, l’une en Algérie, l’autre au Brésil.

32On peut déceler quatre raisons à cette collusion médico-politique. Que ce soit avant la Révolution ou après, la revendication ouvertement politique des jeunes en quête de neuf ne trouva guère de débouchés ni sous l’Empire autoritaire ni sous la Restauration. Néanmoins, le militantisme médical révolutionnaire ne fut pas seulement un substitut de l’engagement politique. Robert Darnton a peut-être un peu trop rapidement postulé que le magnétisme attira de jeunes ambitieux préalablement radicalisés. On peut plutôt penser que l’engagement dans le magnétisme fut plutôt une école de radicalisation, le combat contre le despotisme des académies servant de laboratoire à la lutte contre le régime politique. Après la Révolution, les jeunes médecins, comme les jeunes ingénieurs polytechniciens, fournirent les gros contingents de la contestation politico-médicale. Outre leurs frustrations politiques, les jeunes médecins voyaient s’offrir devant eux des carrières sociales médiocres et une pratique décevante par son inefficacité thérapeutique. Les ingrédients de la double contestation étaient réunis chez ces jeunes gens dont il faudrait préciser le profil.

  • 40 Paul Bénichou, Le temps des prophètes, Paris, Gallimard, 1977. Repris dans id., Romantismes frança (...)
  • 41 Olivier Faure, Et Samuel Hahnemann inventa l’homéopathie…, op. cit., p. 33-46.

33Encore fallait-il que cette contestation latente se fasse jour. Ici, il faut redonner leur place aux créateurs des théories contestataires. On sait que l’époque fut Le temps des prophètes40 aussi bien sur le plan littéraire que social. Il le fut aussi en médecine. Visiblement Mesmer, Gall et surtout Hahnemann41 étaient des leaders charismatiques qui avaient la capacité, non seulement de convaincre, mais aussi de recruter des disciples fidèles attachés à leur cause et à leur personne. Au-delà de leur attraction personnelle, les leaders charismatiques des nouvelles médecines savaient se poser en victimes du despotisme, en Galilée persécuté et en appelaient au peuple et au public. Le message était transparent et ne pouvait que convaincre ceux qui, à tort ou à raison, croyaient vivre sous la chape de plomb d’une société étriquée et figée.

  • 42 Judith Schlanger, Les métaphores de l’organisme, Paris, Vrin, 1971 (rééd. L’Harmattan, 1995).
  • 43 Marc Renneville, Le langage des crânes…, op. cit., p. 108, 144 et 148.

34Néanmoins, pour avoir tant d’emprise, encore fallait-il que la frontière entre la politique et la médecine ne fût pas trop considérable. Si elle était fort ancienne, la métaphore organiciste qui comparait le corps humain au corps social s’était nettement étendue depuis la fin du xviiie siècle42. Elle ne fut jamais aussi forte que dans ces milieux contestataires. À la recherche d’une justification scientifique à leur doctrine, le saint-simonisme et le fouriérisme la cherchèrent naturellement dans la médecine et d’autant plus que les jeunes médecins contestataires envahirent leurs rangs. Plus ceux-ci étaient nombreux et plus la référence à la médecine s’accroissait. Sous l’inspiration de Léon Simon, Enfantin décrivit la ville à l’image du corps humain (ce qui n’était pas nouveau) et Bailly fit de Saint-Simon l’inventeur d’une physiologie de l’espèce humaine. En sens inverse, la phrénologie fut mobilisée par la nébuleuse réformatrice comme la science qui devait fournir aux législateurs, instituteurs et moralistes, les données nécessaires pour introduire dans la législation, l’instruction, la philosophie, les perfectionnements réclamés de toute part43.

  • 44 Fleury Imbert, De la nécessité d’une théorie en médecine, Lyon, Rossary, 1833, p. 13.
  • 45 Discours prononcé à l’ouverture de la Société homéopathique gallicane le 15 septembre 1835, Genève (...)
  • 46 Paul Bénichou, Le temps des prophètes, op. cit.
  • 47 David Armando et Bruno Belhoste, « Le mesmérisme… » art. cité.

35En médecine comme en politique, l’espoir d’un ordre nouveau passait par l’attente d’un homme providentiel qui le révélerait. Ainsi, le phrénologue Fleury Imbert appelait-il de ses vœux dès 1833 « le génie qui fera cesser nos discordes, imposera une autorité durable à la médecine et sera pour elle dans les siècles à venir ce qu’a été Hippocrate44 ». Près de vingt ans plus tard, il crut le reconnaître dans Hahnemann qui n’hésitait pas à se présenter comme le messie qui apporte « la vérité, cette révélation divine d’un principe de la nature éternelle45 ». Cette attente de l’homme providentiel était un sentiment assez partagé qui explique le succès des annonciateurs d’une nouvelle société ou d’une nouvelle médecine. En ce sens, les écoles socialistes et médicales font partie de ce messianisme du début du siècle qui sort de la sphère purement religieuse46. Ce messianisme explique aussi que le magnétisme, comme l’homéopathie, ait pu s’associer aussi bien aux espérances révolutionnaires qu’aux orientations réactionnaires, qu’elles aient pu venir en renfort de la tradition catholique ou fonder une religion nouvelle incompatible avec la tradition de l’Église47.

Un cultic milieu ouvert ?

  • 48 Arnaud Baubérot, Histoire du naturisme : le mythe du retour à la nature, Rennes, Presses universit (...)

36Loin d’être des médecines parallèles, les systèmes dont on vient de retracer l’introduction en France naquirent au sein de la médecine d’observation et furent principalement portés par d’authentiques docteurs mais qui ne constituaient qu’une minorité de la profession. Ils formaient une nébuleuse contestataire qui s’apparente à un cultic milieu tel qu’il a été défini par Colin Campbell et appliqué au milieu naturiste par Arnaud Baubérot48. Ces hommes étaient bien de ces individus qui tenaient pour acquises des croyances et des valeurs que la science établie ne reconnaissait pas comme légitimes et envisageaient toutes les possibilités pourvu qu’elles sortent des sentiers battus. Cet état d’esprit était aussi propice aux interactions entre des domaines divers comme la médecine et la politique. La période pré et post-révolutionnaire dans laquelle l’ancien monde était mourant mais le nouveau pas encore établi était propice à la recherche de prophètes comme Mesmer, Gall et Hahnemann à l’instar de Saint-Simon. Dans ce contexte, ce milieu ne constituait en rien une secte. Les interrogations qu’il portait, les solutions qu’il proposait séduisaient partiellement les gens établis.

  • 49 Olivier Faure, « Esquisse d’une histoire des marges médicales en France (xixe-milieu xxe siècles)  (...)

37Si ce cas de figure est évidemment spécifique à cette époque, le même schéma semble s’être partiellement reproduit dans l’entre-deux-guerres même s’il n’y eut plus de prophètes et que les prolongements politiques aient été radicalement différents49. Par bien des aspects, la période très contemporaine offre aussi de très nettes parentés avec ces deux épisodes. Ceux-ci offrent de riches perspectives aux recherches futures qui devront en particulier utiliser les approches biographiques et la formation des réseaux constitués par ces activistes et leurs compagnons de route.

Haut de page

Notes

1 Hervé Guillemain et Nathalie Richard, « Towards a Contemporary Historiography of Amateurs in Science (18th-20th Centuries), Gesnerus, 73/2, 2016, p. 201-237.

2 Laurence Brockliss et Colin Jones, The Medical World of Early Modern France, Oxford, Oxford University Press, 1998, p. 144-150.

3 Robert Darnton, La fin des Lumières : le mesmérisme et la Révolution, Paris, Perrin, 1984 (édition originale 1968).

4 Annales historiques de la Révolution française, 391, 2018, Le mesmérisme et la Révolution française. Voir en particulier David Armando et Bruno Belhoste, « Le mesmérisme entre la fin de l’Ancien régime et la Révolution : dynamiques sociales et enjeux politiques », p. 3-26.

5 Robert Darnton, La fin des Lumières…, op. cit., p. 61.

6 Un somnambule désordonné ? Œuvres du marquis de Puységur publiées et présentées par Jean-Pierre Peter, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, 1999.

7 Bertrand Méheust, Somnambulisme et médiumnité, t. 1, Le défi du magnétisme animal, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, 1999.

8 Anne Martin-Fugier, La vie élégante ou la formation du Tout-Paris (1815-1848), Paris, Seuil, 1993 (1re éd. Fayard, 1990) p. 265-268.

9 Ibid., p. 265.

10 Bertrand Méheust, Somnambulisme et mediumnité, op. cit., p. 207.

11 Robert Darnton, La fin des Lumières…, op. cit., p. 166.

12 Marc Rennevile, Le langage des crânes : une histoire de la phrénologie, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, 2000.

13 Lucia Candelise, « L’appropriation de l’acupuncture en France au xxe siècle : un processus d’acculturation et d’insertion locale dans le contexte de globalisation » dans Liliane Hilaire-Perez et Larissa Zakharova (dir.), Les techniques et la globalisation au xxe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Carnot), 2016, p. 205-226.

14 Louis V. Joseph Berlioz, Mémoires sur les maladies chroniques, les évacuations sanguines et l’acupuncture, Paris, Caillebois, 1816, p. 298.

15 L’exemplaire détenu par la Bibliothèque municipale de Lyon (cote 394608, également consultable en ligne sur le portail Numelyo : http://numelyo.bm-lyon.fr/) porte cette dédicace de l’auteur.

16 Engelbert Kaempfer (1651-1716), botaniste d’origine allemande est l’auteur d’une Histoire naturelle, civile et ecclésiastique de l’Empire du Japon en deux volumes traduite en français en 1729.

17 Willem Ten Rhyne [ou Rhijne] (1647-1700), chirurgien et botaniste hollandais en mission au Cap de Bonne-Espérance puis en Indonésie, auteur de Dissertatio de arthritide. Mantissa schematica. De acupunctura (1683).

18 Réédité en 1828 dans Antoine-Laurent Bayle (dir.), Bibliothèque de thérapeutique, p. 412-419.

19 Jean-Baptiste Sarlandière, Mémoire sur l’électro-puncture considérée comme un moyen nouveau de traiter efficacement la goutte, le rhumatisme et les affections nerveuses et sur l’emploi du moxa japonais en France, suivi d’un traité de l’acupuncture et du moxa, Paris, Delaunay, 1825, p. 1.

20 Haime, « Notice sur l’acupuncture et observations sur ses effets thérapeutiques », Annales de la Société de médecine pratique de Montpellier, 23/3, 1818, p. 177-192.

21 Mémoire sur l’acupuncture suivi d’une série d’observations recueillies sous les yeux de M. Jules Cloquet par M. Morand, Docteur-médecin, Paris, Crevot, 1825, p. 5.

22 Olivier Faure, Et Samuel Hahnemann inventa l’homéopathie : la longue histoire d’une médecine alternative, Paris, Flammarion, 2015.

23 Un somnambule désordonné ?…, op. cit., p. 54.

24 Frapart, Lettre sur le magnétisme et le somnambulisme à l’occasion de Mlle Pigeaire à M.M. Arago, Broussais, Bouillaud, Paris, Dentu/Germer/Baillière/Bourgeois-Maze, 1839, p. 121.

25 Bertrand Méheust, Somnambulisme et médiumnité, op. cit., p. 435.

26 Ibid., p. 437.

27 Frapart, Lettres sur le magnétisme et le somnambulisme…, op. cit., lettres n° 13 p. 61 et n° 26 p. 152.

28 Olivier Faure, Et Samuel Hahnemann inventa l’homéopathie…, op. cit., p. 56-57 et 99-100.

29 Ibid., p. 82-84 et 114.

30 Louis V. Joseph Berlioz, Mémoires sur les maladies chroniques…, op. cit., p. 305.

31 Cité dans ibid., p. 18.

32 Marc Renneville, Le langage des crânes…, op. cit., p. 111.

33 Morand, Mémoire sur l’acupuncture suivi d’une série d’observations…, op. cit., p. 6.

34 Frapart, Lettres sur le magnétisme et le somnambulisme…, op. cit., lettre n° 14 p. 111 (souligné par Olivier Faure).

35 Haime, « Notice sur l’acupuncture… », art. cité, p. 192.

36 Frapart, Lettres sur le magnétisme et le somnambulisme…, op. cit., lettre n° 26 p. 144.

37 Un somnambule désordonné ?…, op. cit., p. 215.

38 Frapart, Lettres sur le magnétisme et le somnambulisme…, op. cit., p. 96 (souligné par Olivier Faure).

39 Charles Hervier, Théorie du mesmérisme, Paris, Agasse, 1818.

40 Paul Bénichou, Le temps des prophètes, Paris, Gallimard, 1977. Repris dans id., Romantismes français, vol. 1, Le sacre de l’écrivain. Le temps des prophètes, Paris, Gallimard (Quarto), 2004, p. 445-985.

41 Olivier Faure, Et Samuel Hahnemann inventa l’homéopathie…, op. cit., p. 33-46.

42 Judith Schlanger, Les métaphores de l’organisme, Paris, Vrin, 1971 (rééd. L’Harmattan, 1995).

43 Marc Renneville, Le langage des crânes…, op. cit., p. 108, 144 et 148.

44 Fleury Imbert, De la nécessité d’une théorie en médecine, Lyon, Rossary, 1833, p. 13.

45 Discours prononcé à l’ouverture de la Société homéopathique gallicane le 15 septembre 1835, Genève, Gruaz, 1835.

46 Paul Bénichou, Le temps des prophètes, op. cit.

47 David Armando et Bruno Belhoste, « Le mesmérisme… » art. cité.

48 Arnaud Baubérot, Histoire du naturisme : le mythe du retour à la nature, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 242-243. Je remercie Arnaud Baubérot de m’avoir rappelé ce concept.

49 Olivier Faure, « Esquisse d’une histoire des marges médicales en France (xixe-milieu xxe siècles) », dans id., Aux marges de la médecine. Santé et souci de soi, France, xixe siècle, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2015, p. 319-332.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Faure, « Le surgissement de médecines « révolutionnaires » en France (fin xviiie-début xixe siècle) : magnétisme, phrénologie, acupuncture et homéopathie »Histoire, médecine et santé, 14 | 2019, 29-45.

Référence électronique

Olivier Faure, « Le surgissement de médecines « révolutionnaires » en France (fin xviiie-début xixe siècle) : magnétisme, phrénologie, acupuncture et homéopathie »Histoire, médecine et santé [En ligne], 14 | hiver 2018, mis en ligne le 15 mars 2019, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/1657 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.1657

Haut de page

Auteur

Olivier Faure

Université de Lyon (Jean-Moulin), LARHRA (UMR 5190)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search