Navegación – Mapa del sitio
Dossier thématique : Remèdes

Les médicaments dans les hôpitaux de la Marche au XVIIIe siècle

Drugs in the hospitals of la Marche during XVIIIth century
Cédric Gourjault
p. 45-59

Resúmenes

Les hôpitaux localisés dans la province rurale de la Marche au XVIIIe siècle sont des maisons léguées par des particuliers, où les « pauvres malades » sont accueillis, nourris et médicamentés. À la lumière de la réalité du fonctionnement de ces petits établissements, le partage des tâches et des soins entre les médecins, les religieuses et les apothicaires sera questionné. L’étude de la pharmacopée disponible, connue grâce à des inventaires d’apothicaireries et des factures de drogues dressés au XVIIIe siècle, permettra également de questionner les circuits d’échange utilisés pour approvisionner les hôpitaux en médicaments.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 LEROUX Alfred, « Notice historique sur l’hôpital de Magnac-Laval en Basse Marche », Bulletin de la (...)
  • 2 Parmi d’autres : LOUIS-COURVOISIER Micheline, Soigner et consoler. La vie quotidienne dans un hôpit (...)
  • 3 GUTTON Jean-Pierre (dir.), Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’Ancien Régime ; Les a (...)
  • 4 LALOUETTE Jacqueline (dir.), L’hôpital entre religions et laïcité du Moyen Age à nos jours, Paris, (...)
  • 5 DINET-LECOMTE Marie-Claude (dir.), Les hôpitaux, enjeux de pouvoir. France du Nord et Belgique (IVe(...)
  • 6 JEORGER Muriel, « La structure hospitalière de la France sous l’Ancien Régime », Annales. Économies (...)
  • 7 FOUCAULT Michel, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972 [1961].
  • 8 HICKEY Daniel, Local Hospitals in Ancien Régime France, Rationalization, Resistance, Renewal, 1530- (...)

1Des monographies hospitalières rédigées au XIXe siècle par les érudits locaux dans le cadre de sociétés savantes1 aux études récentes menées par des historiens et consacrées à un établissement ou aux institutions d’assistance à l’échelle d’une région2, les travaux relatifs à l’hôpital du passé ont constamment suscité l’intérêt des chercheurs. Parmi les colloques universitaires des quinze dernières années qui ont nourri la réflexion sur son histoire, citons les tables rondes relatives aux administrateurs des hôpitaux en France et en Europe moderne organisées en 1997, 1998 et 2000 par Jean-Pierre Gutton, conçues comme une contribution à l’histoire des élites3 ; celui proposé en 2005 par Jacqueline Lalouette concernant la religion à l’hôpital4 ; ou encore celui tenu à Amiens en 2006 sur les enjeux de pouvoir que représentent les hôpitaux dans la France du Nord et en Belgique5. Si les publications d’ouvrages et d’articles enrichissent régulièrement la bibliographie hospitalière, l’histoire institutionnelle reste privilégiée tandis que l’usage des médicaments au sein des institutions d’assistance est un domaine encore peu exploité. Or, si Furetière définit dès la fin du XVIIe siècle l’hôpital comme « un lieu pieu et charitable où on reçoit les pauvres pour les soulager en leurs nécessités », il le distingue – déjà – de l’hôpital général, « celui où on reçoit tous les mendiants », et de l’hôtel-Dieu, réservé à « tous les malades ». Reprise par Muriel Jeorger dans son article consacré aux hôpitaux civils en France au XVIIIe siècle6, cette classification des établissements en trois catégories – « hôpitaux généraux », « hôpitaux », « hôtels-Dieu » – est fondée sur leurs fonctions principales respectives : « renfermer », venir en aide, soigner. À la suite des interprétations relatives au « grand renfermement », proposées par Michel Foucault dans les années 19607, les historiens ont débattu du caractère répressif des premiers et ont nuancé les propos du philosophe en fondant leurs travaux sur les archives des hôpitaux et non sur la teneur des édits royaux. Plus récemment, Daniel Hickey s’est intéressé au réseau hospitalier hérité du Moyen Âge, pour montrer comment, malgré la volonté du pouvoir royal de fermer les petites « institutions locales », les populations ont résisté pour conserver ce patrimoine, en défendant une approche fondée sur le christianisme pour venir en aide aux plus démunis8.

  • 9 LEBRUN François, Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles. Essai de démographie e (...)
  • 10 RISSE Guenter B., Hospital Life in Enlightement Scotland. Care and Teachingat the Royal Infirmary o (...)

2Quant à l’histoire des médicaments dans les hôpitaux sous l’Ancien Régime, elle est le parent pauvre d’une histoire sociale de la médecine devenue un champ de recherche pour les historiens au début des années 1970. Malgré les travaux novateurs de François Lebrun qui, dans son essai de démographie et de psychologie historiques sur les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles9, s’est intéressé au rôle de l’équipement hospitalier et à la thérapeutique disponible pour lutter contre les maladies, il faut attendre la fin des années 1980 pour que des historiens commencent à intégrer l’étude des remèdes dans leurs recherches relatives aux hôpitaux10. Aussi, dans la mouvance de ces nouvelles problématiques, qui croisent l’histoire de la thérapeutique et l’histoire sociale, la place des médicaments mérite d’être interrogée dans le contexte hospitalier pour mieux connaître les activités médicales et la consommation des produits pharmaceutiques dans les petites institutions charitables.

  • 11 Il s’agit des hôpitaux localisés à Aubusson, Auzances, Bellac, Bénévent, Bord, Bourganeuf, Boussac, (...)
  • 12 GUTTON Jean-Pierre, La société et les pauvres en Europe (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, PUF, 1974, p. (...)

3Dans la province, essentiellement rurale, de la Marche et ses territoires environnants, les hôpitaux sont des petites maisons léguées ou fondées entre les années 1620 et le début du XVIIIe siècle par des particuliers soucieux de concilier charité chrétienne et quête de leur salut11. D’une faible capacité d’accueil, avec quelques lits seulement pour la plupart, ils sont destinés à secourir des « pauvres malades » tandis que les « riches se font presque toujours soigner chez eux »12. Dans la perspective d’une étude située au croisement de l’histoire des hôpitaux, de la médecine et de la charité, quels regards porter sur la médication des « pauvres malades » dans les établissements de cette province au XVIIIe siècle ? Nous proposons de mettre en lumière les personnes chargées de l’élaboration des médicaments, puis d’analyser le contenu de la pharmacopée hospitalière avant de nous interroger sur l’approvisionnement des apothicaireries dans la Marche.

4Localisés dans les petites villes et les gros bourgs, les hôpitaux sont desservis par des congrégations religieuses féminines qui se consacrent aux soins des malades, mais aussi par des médecins et des apothicaires. Comment se partagent les responsabilités de chacun dans l’élaboration des médicaments, entre des hommes détenteurs d’un savoir savant et des femmes n’ayant aucune formation d’ordre médical ?

  • 13 LéMERY Nicolas, Pharmacopée universelle, Paris, chez d’Houry, seconde édition, 1716, p. 2.

5Répartis entre le simple, « celui qu’on emploie comme il est venu naturellement, et le composé […] celui qui est fait par le mélange de plusieurs ingrédients »13, quels sont les médicaments inventoriés dans les hôpitaux de la Marche au XVIIIe siècle ? Comment et auprès de qui, dans cette province rurale et éloignée des grandes villes, les administrateurs des institutions d’assistance réussissent-ils à se procurer les drogues nécessaires à l’élaboration des remèdes prescrits aux « pauvres malades » ?

  • 14 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 58*-64*.
  • 15 Arch. dép. Creuse, 6 E 15852.
  • 16 Arch. dép. Creuse, 6 E 2803 ; 6 E 2815 ; 3 J 10.
  • 17 Arch. dép. Creuse, 2 H dépôt 32.
  • 18 Arch. dép. Creuse, 10 H dépôt 30.
  • 19 Arch. dép. Creuse, 3 H dépôt 13.
  • 20 Arch. dép. Haute-Vienne, Magnac-Laval, H supplément E 22.

6Les sources étudiées sont les registres de délibérations tenues à l’hôtel-Dieu de Guéret de 1707 à l’an V14, qui éclairent le rôle des soignants et les tâches qui incombent à chacun quant à la préparation des remèdes au sein de l’établissement ; un inventaire après décès d’un apothicaire de la ville d’Aubusson permet de comparer les produits recensés dans sa boutique avec ceux employés dans les hôpitaux15 ; des contrats passés entre des apothicaires et les parents de leurs futurs apprentis16 ; un inventaire du milieu du XVIIIe siècle de la pharmacie de l’hôpital de Bénévent17, des factures de drogues datées de 1732 à 1776 relatives aux établissements de La Souterraine18 et de Bourganeuf19, situés dans les territoires du Haut-Limousin et du Poitou, qui séparent la Basse et la Haute-Marche, et une liste des drogues fournies aux religieuses hospitalières de Magnac au XVIIIe siècle20.

Le personnel soignant

  • 21 DINET-LECOMTE Marie-Claude, « Les sœurs apothicaires en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue (...)
  • 22 LEBRUN François, op. cit., p. 260 ; LOUIS-COURVOISIER Micheline, op. cit., p. 230.
  • 23 Citons néanmoins quelques travaux récents : LAFONT Olivier, La vie des apothicaires du XVIIe et du (...)

7Le « personnel soignant » dans les hôpitaux désigne les religieuses hospitalières, les médecins et les apothicaires. Si le rôle des sœurs apothicaires est questionné depuis plusieurs années par Marie-Claude Dinet-Lecomte21, et si le désintérêt des médecins pour soigner les « pauvres malades » a été mis en évidence par François Lebrun ou Micheline Louis-Courvoisier22, l’apothicaire a suscité peu d’intérêt23. Dans la Marche et les régions voisines, quelle est l’implication de ce dernier, au côté des autres acteurs de la santé, dans la médication au sein des hôpitaux, entre collecte, gestion des matières premières, préparation et vente des remèdes ?

  • 24 LE VAYER Jacques, Mémoire de la généralité de Moulins, Moulins, Librairie historique du Bourbonnais (...)
  • 25 BOLOTTE Marcel, Les hôpitaux et l’assistance dans la province de Bourgogne au dernier siècle de l’A (...)
  • 26 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 61*.

8À Guéret, petite ville de 2 300 habitants et 540 feux à la fin du XVIIe siècle24, un médecin est attaché au service de l’hôtel-Dieu dès le début du XVIIIe siècle. Cependant, si les administrateurs de l’hôpital souhaitent une visite quotidienne des malades, comme c’est le cas en Bourgogne et dans d’autres hôpitaux du royaume25, les praticiens qui se succèdent tout au long du siècle sont peu enclins à respecter leurs engagements et à plusieurs reprises, des plaintes relatives à leur absence sont formulées. Or, à l’instar de Joseph Pichon du Bury qui, le 11 mai 1742, se rend dans le bureau de l’hôpital et offre aux administrateurs « de venir visiter les pauvres malades, leur donner les remèdes convenables […] le tout gratuitement et sans aucune rétribution »26, ce sont les médecins eux-mêmes qui ont pris la décision de desservir l’hôtel-Dieu. Comment expliquer alors qu’ils soient aussi négligents ? En réalité, derrière la charité qui semble dicter leur choix, ils souhaitent obtenir des privilèges, comme l’exemption du logement des gens de guerre ou de charges publiques. Ainsi leurs motivations, comme la fréquence de leurs visites, permettent-elles d’écarter l’hypothèse selon laquelle les médecins seraient responsables de la médication dans les hôpitaux de la Marche au XVIIIe siècle.

  • 27 DINET-LECOMTE Marie-Claude, Les sœurs hospitalières en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. La chari (...)
  • 28 Selon la constitution Circapastoralis promulguée en 1566 par Pie V.
  • 29 Archives de la Société royale de médecine déposées à l’Académie nationale de médecine, carton 148, (...)
  • 30 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 47.
  • 31 Arch. dép. Creuse, 6 E 20889.
  • 32 Arch. nat., S 4921.

9À l’inverse des praticiens, les « sœurs hospitalières » – expression empruntée à Marie-Claude Dinet-Lecomte27 pour désigner les laïques, les congrégations de filles séculières et les véritables religieuses, qui prononcent des vœux perpétuels et sont astreintes à la clôture28 – sont présentes dans tous les établissements de la province et assument des tâches quotidiennes. Aux filles dévotes, qui décident dans le contexte de la réforme catholique de se consacrer au service des « pauvres malades » par souci d’édification personnelle, succèdent bientôt, à la demande des administrateurs, des communautés religieuses féminines. La desserte de l’ensemble des hôpitaux est assurée dans la Marche et les environs par une multitude de congrégations : les Augustines à Guéret ; les Filles de la Charité à Bénévent, Mainsat, et Ussel ; les Sœurs de la Charité, fondées à Montoire dans le diocèse du Mans, à Boussac ; les Sœurs de la Charité et de l’Instruction chrétienne de Nevers à Bourganeuf ; les Sœurs de Saint-Alexis à La Souterraine ; les Filles de la Sagesse à Le Dorat ; les Filles de la communauté de l’Union chrétienne à Bellac... Le nombre de religieuses est variable puisque seulement trois Filles de la Charité desservent le petit hôpital de Bénévent alors que la communauté des Augustines, installées à l’hôtel-Dieu de Guéret qui compte vingt-sept lits en 178629, est composée d’une vingtaine de membres au début de la Révolution30. Si les statuts sont propres à chaque congrégation, ils tendent néanmoins à se rapprocher d’un modèle commun et permettent aux religieuses d’assurer la gestion interne des établissements : tenir propre la chapelle, les chambres, les salles des malades ; gérer les dépenses occasionnées pour les pauvres ; servir, nourrir et soigner les « pauvres malades »… Mais leur rôle en matière de pharmacie hospitalière est plus difficile à cerner dans la mesure où elles ne jouissent pas d’un statut médical reconnu et où les autorités dont elles dépendent leur assignent des fonctions différentes. À Boussac, par exemple, les Sœurs de la Charité sont autorisées à exercer « elles-mêmes la pharmacie »31 tandis qu’à l’hôpital de Bénévent, les Filles de la Charité peuvent faire « elles-mêmes les sirops, saignées, décoctions, tisanes et infusions en se servant des drogues qui leur seront fournies »32. Si, dans la plupart des cas, il est impossible de vérifier dans quelle mesure les règlements sont appliqués, les délibérations prises par les administrateurs de l’hôpital de Guéret permettent d’évaluer les compétences des Augustines dans la gestion des drogues et l’élaboration des remèdes.

  • 33 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 58*.
  • 34 DINET-LECOMTE Marie-Claude, « Les sœurs apothicaires en France… », op. cit., p. 133.
  • 35 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 61*.

10Lors d’une réunion tenue à l’hôtel-Dieu, le 23 mai 171033, les administrateurs défendent au trésorier d’acquitter les billets pour drogues sans qu’ils ne les aient au préalable visés. Si la délibération témoigne du contrôle exercé sur les dépenses, elle fournit aussi une première indication sur le rôle dévolu à la « Dame Durand » en matière pharmaceutique. Occupant la charge de directrice de la salle, c’est à elle qu’il revient de rédiger le mémoire des drogues nécessaires à l’hôtel-Dieu. Cette décision lui permet d’acquérir une autonomie certaine, puisqu’après de nombreuses années, le 3 novembre 1730, elle est devenue l’unique gestionnaire des produits pharmaceutiques. Elle avertit les administrateurs lorsqu’il manque des drogues ; on lui reconnaît les connaissances suffisantes pour juger de la qualité des composants thérapeutiques comme pour imposer le fournisseur chez qui s’approvisionner. De plus, l’idée selon laquelle les religieuses seraient « d’excellentes gestionnaires »34 se trouve confirmée ici : le 24 septembre 1745, la directrice de la salle réussit, après avoir examiné et discuté avec l’apothicaire de chaque article contenu dans un mémoire de drogues, à restreindre à 12 livres une facture initialement estimée à 17 livres 15 sols35. Ces faits témoignent d’une forme de pouvoir exercé par les religieuses dans le fonctionnement interne de l’hôtel-Dieu en matière de pharmacie, mais participent-elles pour autant à l’élaboration des médicaments ?

  • 36 EVEN Pascal, op. cit., p. 220.
  • 37 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 58*.
  • 38 Arch. dép. Haute-Vienne, 1 G 788.

11Lorsque les administrateurs délibèrent le 10 mai 1709 des attributions de l’apothicaire, ils précisent que les remèdes doivent être composés dans l’établissement en présence de la dame de la salle. Cette association n’est pas rare ; par exemple, à l’hôpital de La Rochelle en 1733, un maître apothicaire offre ses services pour une année entière et s’engage à ne confectionner aucune drogue en l’absence de la religieuse affectée plus spécialement à la pharmacie36. Cependant, si la religieuse peut être considérée comme la collaboratrice de l’apothicaire, elle n’est pas en mesure, à Guéret, de se passer de ses connaissances. Le 23 mai 1710, après une année de formation empirique auprès de l’apothicaire, dont la venue est pourtant quotidienne à l’hôtel-Dieu, la « Dame Durand » déplore l’absence de ce dernier, alors qu’elle est « dans la nécessité de composer des médicaments »37. Par conséquent, si la gestion des drogues est avérée, l’acquisition d’un savoir-faire indéniable, et que l’apparition du terme « pharmacienne » sur une liste des Augustines hospitalières dressée en 176638 prouve la reconnaissance de leur savoir par la communauté, les religieuses ne sont pas à l’initiative de l’introduction ni de l’élaboration des médicaments dans les hôpitaux de la Marche.

12Défini par Furetière comme celui qui « exerce cette partie de la médecine qui consiste en la préparation des remèdes », l’apothicaire est resté, d’un point de vue historiographique, dans l’ombre des médecins. Son importance au sein de l’hôpital doit-elle être réévaluée au regard de ses compétences et de la fréquence de ses visites ?

  • 39 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 58*.
  • 40 Idem.
  • 41 Arch. dép. Creuse, 8H dépôt 58*-64*.

13À l’hôtel-Dieu de Guéret, doté seulement de dix lits en 170739, l’apothicaire est considéré dès le début du XVIIIe siècle comme indispensable au fonctionnement de cette institution par ses administrateurs, comme par la religieuse chargée de la salle des malades : le 10 mai 1709, informés de son départ, les premiers décident de le remplacer car l’hôtel-Dieu en a impérativement besoin ; un an plus tard, le 23 mai 1710, deux jours après le décès de son successeur, « dépourvue des secours et des soins d’un apothicaire dont le besoin est extrêmement pressent »40, la seconde réclame la nomination d’un nouveau titulaire. Tenus de se rendre à l’hôtel-Dieu au moins une fois par jour et chaque fois que la directrice de la salle les sollicite pour composer des remèdes et apprêter les drogues, les apothicaires satisfont les exigences des administrateurs tout au long du siècle et ne font l’objet d’aucune plainte. Moins bien rémunérés que les médecins, pourtant peu présents, ils sont payés annuellement 50 livres en 1710, 60 livres en 1766, 80 livres en 1783 et 100 livres en 1789, quand les premiers reçoivent 60 livres dès 1745, puis 120 livres en 1785 et 150 livres en 178941. Aussi, demandent-ils – et obtiennent-ils – une augmentation de leurs honoraires quand les administrateurs proposent aux médecins une rétribution plus élevée pour les inciter à respecter leurs engagements.

14Quatre apothicaires se succèdent au service de l’hôtel-Dieu au XVIIIe siècle mais, comme le premier, Gilbert Laurent, se retire en 1709, et le second, Olivier Guéret, nommé à sa place, meurt un an plus tard, seulement deux personnes exercent cette charge de 1710 à l’an V : Pierre Richard et Léonard Poissonnier des Granges. Fils d’Antoine et père de Joseph dit Beausoleil, tous les deux apothicaires, Pierre Richard exerce seul son métier dans l’hôtel-Dieu jusqu’au 17 avril 1733. Âgé, il demande et obtient des administrateurs qu’ils lui adjoignent son gendre, Léonard Poissonnier, qui reste seul apothicaire de l’hôpital après la mort de son beau-père. Estimant en 1766 que les 50 livres accordées sont trop modiques, eu égard à la peine résultant de l’augmentation du nombre des malades depuis la construction du nouvel hôtel-Dieu, il obtient 10 livres de plus ; en 1783, la deuxième augmentation est accordée pour le récompenser, car les administrateurs estiment que ses appointements ne sont pas proportionnels à ses peines et sollicitudes.

  • 42 VILLARD Ferdinand, Notes sur les médecins, chirurgiens, apothicaires et sages-femmes de Guéret aux (...)
  • 43 Arch. dép. Creuse, 5 E 37.
  • 44 LE VAYER Jacques, op. cit., p. 53.
  • 45 Arch. dép. Creuse, 6 E 2803.
  • 46 Arch. dép. Creuse, 6 E 2815.
  • 47 POITOU Christian (sous la direction de Jean-Pierre BARDET et Claude MOTTE), Paroisse et communes de (...)
  • 48 Arch. dép. Creuse, 3 J 10.
  • 49 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 60*.

15Appréciés pour leurs compétences et leur assiduité, quelles formations suivent les apothicaires qui exercent dans la Marche ? Dans les villes importantes où ils sont en nombre suffisant, ils forment une corporation qui est à la fois un collège d’enseignement, un jury de réception pour les grades, une instance disciplinaire et un corps constitué, jouissant de droits et de prérogatives pour défendre les intérêts de la profession et de ses membres dans la cité42. Rien de tel n’existe à Guéret43, ni dans les autres petites villes de la région, privée de faculté de médecine pourvue d’une chaire de pharmacie. Deux contrats d’apprentissage éclairent les modalités de la formation de l’apothicaire dans la province. Le 26 septembre 1657, Nicollaon, apothicaire à Ahun, dotée de 369 habitants ou 95 feux en 169744, s’engage vis-à-vis de Dame Ysabeau, veuve d’un avocat au parlement, et de François Chateauvert, son fils, « à montrer et enseigner le dit François dans l’art de farmacie pendant le temps de deux années entières », contre une somme de 70 livres, à le nourrir à sa table et à le coucher, sachant que l’élève est tenu en échange de « rapporter à Nicollaon tout le profit qu’il pourra faire pendant ces deux ans de saignées […] et autres choses dans ledit art de Farmacie »45. En 1687, devenu apothicaire à Ahun, François de Chateauvert passe à son tour un contrat d’apprentissage pour une durée de deux années avec Antoine Dublanc, par lequel il s’engage « à apprendre sa vacation d’apothicaire à ne lui rien sceller ou cacher […] le nourrir, entretenir de bouche, coucher, et blanchir »46. Ainsi, comme le plus souvent en province, l’enseignement théorique est-il inexistant et la formation se limite-t-elle à un apprentissage d’une durée variable auprès d’un apothicaire. Le contrat passé le 27 août 1714 entre Philippe Boucheron, maître apothicaire à La Châtre, et Etienne Labourg, demeurant à La Celle Dunoise, bourg de 76 feux en 171347, montre que la formation est identique au XVIIIe siècle. Le premier s’engage, en effet, à « nourrir et héberger et apprendre l’art de pharmacie pendant un an à Louis Labourg son fils ». Il « s’oblige aussi […] de faire blanchir le linge dudit Louis Labourg pendant sa demeure »48. À l’issue de l’apprentissage, les apothicaires peuvent exercer dans les autres provinces du royaume. Avant de proposer ses services aux administrateurs de l’hôtel-Dieu de Guéret, Léonard Poissonnier des Granges a travaillé pendant plusieurs années à l’hôtel-Dieu de Paris, mais aussi dans les hôpitaux royaux et militaires de Metz et Verdun. Cette expérience permet au gendre de Pierre Richard de présenter des certificats et des recommandations, rédigés par les docteurs de la faculté de Paris desservant l’hôtel-Dieu de la ville et par les docteurs en médecine et les chirurgiens desservant les seconds. Les signataires de ces documents attestent de la manière dont Léonard Poissonnier s’est comporté et de sa capacité49.

16Personnages importants pour celui qui s’intéresse à reconstituer la consommation des médicaments dans les hôpitaux, les apothicaires sont responsables de l’introduction d’un savoir pharmaceutique dans les établissements de la Marche, quand les médecins se révèlent peu assidus à venir soigner les « pauvres malades ». Formés de manière empirique selon un apprentissage dispensé par un autre apothicaire, leur présence dans les institutions charitables permet aux religieuses d’acquérir, à leur côté, une expérience qui les autorise à assurer seules la gestion des drogues.

L’approvisionnement de l’hôpital en produits pharmaceutiques

  • 50 Arch. dép. Creuse, 2 H dépôt 1.

17Grâce à un inventaire de pharmacie dressé au milieu du XVIIIe siècle dans le petit hôpital de Bénévent, d’une capacité de huit lits en 173250, et à quelques documents relatifs aux hôpitaux de Bourganeuf, La Souterraine et Magnac, les médicaments utilisés dans les institutions charitables de la Marche et des alentours peuvent être inventoriés et classés selon leurs origines, leur diversité, leurs présentations ou encore leurs effets. Mais au-delà de la connaissance des produits pharmaceutiques disponibles, il faut s’interroger sur la circulation des drogues dans un espace géographique dépourvu de grande ville.

Inventaire des médicaments composant la pharmacie de l’hôpital de Bénévent au milieu du XVIIIe siècle

Produits d’origine végétale

Produits d’origine animale

Produits d’origine minérale

Compositions

aloès

baleine (blanc de)

antimoine diaphorétique

antihectique de poterius

baume de copahu

bouquetin (sang de)

crème de tartre

basilicum

bois sudorifique

cerf (craie et rasure de corne)

fleur de souffre

confection d’hyacinthe

camomille

cantharides

litharge d’or

eau de mélisse

capillaires

écrevisses (yeux d’)

mercure

eau vulnéraire

feuilles de rose

sel (espèces de)

émétique

fleurs de roses pâles

sel de glauber

emplâtre de cigüe

gayac

ver de gris

fleur de sirop

gommes

vitriol blanc

liqueur

gomme arabique

vitriol bleu

onguent

hypericum

onguent d’althea

jalap

onguent d’arsenic

manne

opiat

morelle

pastilles purgatives

myrrhe

pilules de belloste

quina en bois

pilules mercurielles

rhubarbe

poudre diagrede

safran de mars

poudre spécifique contre la dysenterie

semences froides

précipité rouge

styrax

sirop

tamarin

thériaque

térébenthine

Source : Arch. dép. Creuse, 2 H dépôt 32

18Les produits d’origine végétale, animale et minérale qui entrent dans la composition des médicaments se caractérisent d’abord par leur richesse et leur grande variété. La pharmacopée est essentiellement galénique puisque la plupart des drogues simples – quarante-deux sur les soixante-trois inventoriées – appartiennent au règne végétal. Originaires de France (la camomille par exemple), d’Asie (la rhubarbe de Chine), d’Amérique (le jalap) ou du Moyen Orient (le séné), leur présence dans les hôpitaux révèle la maîtrise d’un savoir hérité de l’Antiquité et du Moyen Âge. Toutefois, la pharmacopée hospitalière n’est pas figée puisque deux nouvelles plantes originaires d’Amérique du Sud et introduites en France dans la seconde moitié du XVIIe siècle sont employées dans les quatre établissements : l’ipécacuana est mentionné à Magnac et le quinquina à Bénévent, Bourganeuf et La Souterraine.

  • 51 LéMERY Nicolas, op. cit., p. 1.

19Dans les réserves des hôpitaux se trouvent également quelques ingrédients d’origine animale, qui proviennent de « leur chair, mais aussi leurs os, leurs ongles, leur lait, leur sang, leur poil, leurs excréments »51, comme les yeux d’écrevisse, le castoreum (ou testicules du castor), les mouches cantharides, la corne de cerf…

  • 52 LEBRUN François, Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux XVIIe et XVIIIe siècles, Pa (...)

20Enfin, une quinzaine de substances chimiques obtenues à partir des minéraux – le borax, le cristal minéral, l’esprit de sel, le sel ammoniac et le vitriol de Chypre – complètent l’inventaire. Développée au début du XVIe siècle par Paracelse, opposé aux conceptions de la médecine galénique, l’iatrochimie n’est donc pas ignorée dans les petits hôpitaux de la Marche et les trois corps qui ont enrichi difficilement la pharmacopée des XVIIe et XVIIIe siècles52 – le plomb, le mercure ou vif-argent, utilisé contre les maladies vénériennes, et l’antimoine, qui est un puissant émétique – sont utilisés pour soigner les « pauvres malades » de la province.

21Les drogues sont prescrites seules – ce sont les simples – ou bien elles sont mélangées par l’apothicaire pour obtenir des compositions, au nombre d’une quinzaine dans les quatre hôpitaux étudiés. Les médicaments à destination interne sont des sirops, des poudres (cornachine), des pilules, des confections (celles d’Alkermès, d’hyacinthe ou bien le catholicum), de la thériaque. Ceux à usage externe, ou topiques, sont des onguents (basilicum, onguent d’althaea, onguent de la Mère) et des emplâtres.

  • 53 LéMERY Nicolas, op. cit.
  • 54 LéMERY Nicolas, Dictionnaire ou traité universel des drogues simples, Amsterdam, Aux dépens de la c (...)

22Inventoriés dans la Pharmacopée universelle53 et son complément, le Dictionnaire ou traité universel des drogues simples54, de Nicolas Lémery, deux ouvrages qui servent de référence en matière pharmaceutique pendant tout le XVIIIe siècle, les médicaments utilisés dans les hôpitaux de la Marche possèdent diverses propriétés thérapeutiques. Selon la théorie hippocratico-galénique qui domine à l’époque, ils permettent de chasser du corps les humeurs peccantes – les évacuants – ou de changer la mauvaise qualité d’une humeur en une meilleure – les altérants. Les premiers se répartissent entre les purgatifs comme la casse, le jalap, la manne, le séné, la rhubarbe, le tamarin, la térébenthine… ; les diaphorétiques, qui augmentent la transpiration, comme la camomille ou l’écorce de gaïac ; et les diurétiques comme les capillaires, l’hypericum et les semences froides. Quant aux altérants, ils comprennent les remèdes rafraichissants (gommes adragantes et arabiques), dessicatifs (salsepareille, squinne, yeux d’écrevisse), astringents (borax)… La présence de tous ces composants aux vertus curatives confirme que les hôpitaux de la Marche sont, au XVIIIe siècle, un lieu de médication. Comment expliquer la diversité de la pharmacopée dans des établissements situés dans des petites villes ou dans les campagnes ? Selon l’implantation géographique des institutions charitables, plusieurs circuits d’échange sont utilisés ou imposés pour approvisionner les apothicaireries. Ainsi, dans la Marche et les territoires alentours, les administrateurs des hôpitaux peuvent-ils recourir à trois fournisseurs pour acheter les drogues nécessaires à l’élaboration des médicaments.

  • 55 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 61*.
  • 56 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 60*.
  • 57 Idem.

23Les produits pharmaceutiques sont d’abord vendus par les apothicaires, dont les attributions ne se limitent pas à la préparation des remèdes. Il peut s’agir de ceux attachés au service d’un établissement hospitalier, comme à Guéret, où Léonard Poissonnier des Granges reçoit 12 livres le 24 septembre 1745 pour les médicaments fournis aux « pauvres malades »55 ; mais aussi d’un autre apothicaire de la ville, lorsque plusieurs tiennent boutique. Aussi, toujours à Guéret, le 31 octobre 1732, les administrateurs, avertis de l’épuisement des réserves de plusieurs drogues, et de la bonne qualité de celles proposées par « le sieur Richard fils marchand apothicaire »56, le font-ils venir à l’hôtel-Dieu et lui en achètent-ils. Ici, l’apothicaire se déplace pour vendre ses ingrédients aux administrateurs, mais l’inverse est également possible. Munis du mémoire des drogues rédigé par la « Dame Durand », ces derniers se rendent au mois d’octobre 1731, sur les conseils de la directrice de la salle, chez le sieur Branche, marchand apothicaire installé à Guéret, pour acheter les produits nécessaires57. Les apothicaires semblent donc en mesure d’approvisionner les hôpitaux en médicaments. Mais possèdent-ils dans leurs boutiques les différents ingrédients inventoriés précédemment ?

  • 58 Arch. dép. Creuse, 1 H dépôt 23.
  • 59 Arch. dép. Creuse, 6 E 15852.

24À Aubusson, le registre des dépenses de l’hôpital mentionne à plusieurs reprises, au milieu du XVIIIe siècle, des sommes versées à Pierre Augier du Fôt en échange des médicaments fournis aux pauvres58. Les services rendus par cet apothicaire sont confirmés par la lecture de son testament, rédigé le 1er janvier 1777, par lequel il fait « grâce à l’hôtel-Dieu de tout ce qu’il [lui] sera du sur [ses] registres »59. À la suite de son décès, survenu le 5 octobre 1782, il est procédé à un inventaire de ses meubles et effets le 13 novembre de la même année, à la demande de son fils aîné François, héritier universel de ses biens. Dans sa boutique, outre les instruments composés des mortiers, pilons, coquemars, fontaines, tamis avec tambours, balances… et « une paire de sacoches de cuir pour porter les drogues à la campagne » (qui rappelle que l’apothicaire ne limite pas la vente de ses remèdes aux clientèles urbaines), plus de cinq cent drogues sont inventoriées par ordre alphabétique. Elles appartiennent essentiellement au règne végétal (agaric, aristoloche, manne, rhubarbe, safran oriental, térébenthine…), animal (cloportes, cantharides, extraits de dents de sanglier, sang de bouquetin…) et minéral. Les bassines en étain, inventoriées dans le magasin de l’apothicaire et décrites comme « servant à faire des préparations de chimie », expliquent la présence de substances relevant de l’iatrochimie comme l’antimoine, la litharge d’or, le sel d’absinthe, le vitriol blanc… Quant aux drogues provenant du Nouveau Monde (ipécacuana, quinquina), elles ne font pas défaut dans la boutique de Pierre Augier du Fôt. De nombreuses compositions sont aussi énumérées (électuaires, extraits, mellites, onguents, pilules mercurielles, sirops de roses pâles, teintures, vinaigre, vins…) mais il faut toutefois signaler l’absence de la thériaque. Le contenu de cet inventaire explique la diversité des médicaments utilisés dans les hôpitaux de la Marche, que l’apothicaire et ses confrères desservent et approvisionnent.

  • 60 Bénézet Jean-Pierre, « éléments du statut social des apothicaires », Pharmacopoles et apothicaires… (...)
  • 61 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 59*-60*.
  • 62 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 65*.

25Les droguistes, apparus au XVIe siècle et qui sont les pourvoyeurs en matières premières des apothicaires60, reçoivent également la visite d’administrateurs désireux d’acheter des médicaments. Lorsqu’ils sont implantés dans les petites villes de la province, comme Guéret, capitale de la Haute Marche, ils permettent à ces derniers de choisir leurs fournisseurs. Ainsi, de 1728 à 1732, les administrateurs de l’hôtel-Dieu de cette ville sollicitent-ils quatre ravitailleurs différents61 : deux marchands droguistes et deux marchands apothicaires, alors que le journal des dépenses tenu par le receveur François Lemoyne mentionne seulement le sieur Fauchier comme pourvoyeur de l’hôpital pour les années 1787-1790. Droguiste installé à Guéret, il est payé au mois de juin pour les drogues fournies annuellement62. Si l’approvision-nement des hôpitaux urbains est facilité par la proximité des marchands, à l’inverse, les administrateurs des établissements situés dans les campagnes doivent s’organiser pour assurer le ravitaillement des apothicaireries en produits pharmaceutiques.

  • 63 Arch. dép. Creuse, 10 H dépôt 30.
  • 64 Arch. dép. Creuse, 3 H dépôt 13.

26Les factures de drogues révèlent des circuits d’échange à l’intérieur de la Marche, mais aussi depuis les grandes villes de régions voisines comme Limoges et Poitiers. Les administrateurs de l’hôpital de La Souterraine se déplacent notamment à Guéret à deux reprises en 1774 pour acheter des produits pharmaceutiques au sieur Fauchier. Le 19 avril, ils acquièrent des drogues végétales (manne, séné du levant, vin) et des remèdes composés (onguent de la mère, thériaque) puis le 5 septembre, pour un montant de 29 livres, de l’argent vif, de la manne, des mouches cantharides et, de nouveau, de la manne, de l’onguent de la mère, du quinquina et du séné63… Les administrateurs de l’hôpital de Bourganeuf s’approvisionnent, quant à eux, dans la grande ville de Limoges. Par exemple, au cours de l’année 1732, ils se rendent chez trois droguistes différents, Felines, Fournier et Joseph Poumaret, et achètent, pour un montant de 120 livres et 19 sols64, des produits pharmaceutiques, qui se répartissent également entre les ingrédients appartenant aux trois règnes – végétal (quina, rhubarbe, tamarin), animal (vipères) et minéral (mercure, vitriol blanc) – et les compositions (thériaque).

  • 65 Arch. dép. Corrèze, C 226.
  • 66 Arch. dép. Corrèze, C 227.

27Enfin, dans les localités isolées, le chirurgien attaché au service d’un hôpital peut vendre des drogues, comme c’est le cas dans les établissements voisins de Meymac et de Treignac, dans le Bas-Limousin, chacun d’une capacité d’accueil de quinze lits. Dans le premier, exerçant gratuitement, le chirurgien reçoit 40 livres en 1764 pour les médicaments fournis65 ; dans le second, en 1766, il « se fait seulement payer les drogues qu’il fournit »66.

28Ces achats mettent en évidence une circulation des produits pharmaceutiques dans la province rurale de la Marche et des alentours ; ils permettent aux « pauvres malades » accueillis dans les hôpitaux de bénéficier des médicaments nécessaires à leurs soins. Selon l’emplacement des établissements, les administrateurs achètent donc les drogues à différents fournisseurs, n’hésitant pas à se déplacer dans des villes parfois éloignées.

*

29Au XVIIIe siècle, les hôpitaux de la Marche et des territoires alentours ne sont pas seulement des lieux où les populations démunies sont accueillies, nourries et entretenues. Des médicaments sont fabriqués pour soigner les « pauvres malades » par les apothicaires ; leurs visites sont quotidiennes et indispensables aux religieuses hospitalières. Souvent, du fait de l’absence de médecins, ils sont à l’origine de la médication et de l’introduction dans les apothicaireries des nouveaux produits pharmaceutiques. Les drogues qu’ils manipulent pour obtenir des compositions proviennent des petites villes de la Marche ou des régions voisines et sont achetées par les administrateurs. Ces derniers, lorsqu’ils se déplacent chez les droguistes, favorisent la circulation des médicaments dans cette province essentiellement rurale et empêchent, par la même occasion, son enclavement en matière pharmaceutique.

Inicio de página

Notas

1 LEROUX Alfred, « Notice historique sur l’hôpital de Magnac-Laval en Basse Marche », Bulletin de la Société archéologique et historique du Limousin, tome XXVIII, Limoges, 1880, p. 149-240 ; JUGAND Jules, Histoire de l’hôtel-Dieu et des établissements charitables d’Issoudun depuis leur fondation jusqu’à nos jours, Issoudun, Imprimerie et lithographie de A. Gaignault, 1882.

2 Parmi d’autres : LOUIS-COURVOISIER Micheline, Soigner et consoler. La vie quotidienne dans un hôpital à la fin de l’Ancien Régime (Genève, 1750-1820), Genève, Georg Éditeur, 2000 ; EVEN Pascal, Les hôpitaux en Aunis et Saintonge sous l’Ancien Régime, La Crèche, Geste éditions, 2002 ; LAMARRE Christine, L’hôpital de Dijon au XVIIIe siècle, Langres, Dominique Guéniot, 2004.

3 GUTTON Jean-Pierre (dir.), Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’Ancien Régime ; Les administrateurs d’hôpitaux dans l’Europe moderne, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1999 et 2002.

4 LALOUETTE Jacqueline (dir.), L’hôpital entre religions et laïcité du Moyen Age à nos jours, Paris, Letouzey et Ané, 2006.

5 DINET-LECOMTE Marie-Claude (dir.), Les hôpitaux, enjeux de pouvoir. France du Nord et Belgique (IVe-XXe siècle), Villeneuve-d’Ascq, Revue du Nord, 2008.

6 JEORGER Muriel, « La structure hospitalière de la France sous l’Ancien Régime », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1977, p. 1025-1051.

7 FOUCAULT Michel, Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard, 1972 [1961].

8 HICKEY Daniel, Local Hospitals in Ancien Régime France, Rationalization, Resistance, Renewal, 1530-1789, Montréal, Mc Gill-Queen’s University Press, 1997.

9 LEBRUN François, Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles. Essai de démographie et de psychologie historiques, Paris, EHESS, 2004 [1971].

10 RISSE Guenter B., Hospital Life in Enlightement Scotland. Care and Teachingat the Royal Infirmary of Edinburgh, Cambridge, Cambridge University Press, 1986 ; HéRAULT Pascal, Assister et soigner en Haut-Poitou sous l’Ancien Régime : la Maison-Dieu de Montmorillon du début des guerres de religion à la Révolution, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1998 ; HENDERSON John, The Renaissance Hospital. Healing the Body and Healing the Soul, New Haven-Londres, Yale University Press, 2006 ; CRISNAIRE Corinne, « La vie à l’hôpital Saint-Julien de Nancy sous le règne de Stanislas », Revue de la Société française d’histoire des hôpitaux, n° 130, septembre 2008, p. 67-79.

11 Il s’agit des hôpitaux localisés à Aubusson, Auzances, Bellac, Bénévent, Bord, Bourganeuf, Boussac, Felletin, Guéret, La Souterraine, Le Dorat, Lussac-les-Églises, Magnac, Mainsat, Meymac, Treignac, Ussel.

12 GUTTON Jean-Pierre, La société et les pauvres en Europe (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, PUF, 1974, p. 53.

13 LéMERY Nicolas, Pharmacopée universelle, Paris, chez d’Houry, seconde édition, 1716, p. 2.

14 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 58*-64*.

15 Arch. dép. Creuse, 6 E 15852.

16 Arch. dép. Creuse, 6 E 2803 ; 6 E 2815 ; 3 J 10.

17 Arch. dép. Creuse, 2 H dépôt 32.

18 Arch. dép. Creuse, 10 H dépôt 30.

19 Arch. dép. Creuse, 3 H dépôt 13.

20 Arch. dép. Haute-Vienne, Magnac-Laval, H supplément E 22.

21 DINET-LECOMTE Marie-Claude, « Les sœurs apothicaires en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue d’histoire de la pharmacie, n° 312, 1996, p. 131-135.

22 LEBRUN François, op. cit., p. 260 ; LOUIS-COURVOISIER Micheline, op. cit., p. 230.

23 Citons néanmoins quelques travaux récents : LAFONT Olivier, La vie des apothicaires du XVIIe et du XVIIIe siècle à Rouen, Luneray, Bertout, 2005 ; COLLARD Franck et SAMAMA Evelyne (dir.), Pharmacopoles et apothicaires. Les « pharmaciens » de l’Antiquité au Grand siècle, Paris, L’Harmattan, 2006.

24 LE VAYER Jacques, Mémoire de la généralité de Moulins, Moulins, Librairie historique du Bourbonnais, 1906, p. 50.

25 BOLOTTE Marcel, Les hôpitaux et l’assistance dans la province de Bourgogne au dernier siècle de l’Ancien Régime, Dijon, Association Bourguignonne des sociétés savantes, 1964, p. 312.

26 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 61*.

27 DINET-LECOMTE Marie-Claude, Les sœurs hospitalières en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. La charité en action, Honoré Champion, Paris, 2005.

28 Selon la constitution Circapastoralis promulguée en 1566 par Pie V.

29 Archives de la Société royale de médecine déposées à l’Académie nationale de médecine, carton 148, dossier 8.

30 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 47.

31 Arch. dép. Creuse, 6 E 20889.

32 Arch. nat., S 4921.

33 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 58*.

34 DINET-LECOMTE Marie-Claude, « Les sœurs apothicaires en France… », op. cit., p. 133.

35 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 61*.

36 EVEN Pascal, op. cit., p. 220.

37 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 58*.

38 Arch. dép. Haute-Vienne, 1 G 788.

39 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 58*.

40 Idem.

41 Arch. dép. Creuse, 8H dépôt 58*-64*.

42 VILLARD Ferdinand, Notes sur les médecins, chirurgiens, apothicaires et sages-femmes de Guéret aux XVIIe et XVIIIe siècles, Guéret, Betoulle, 1904, p. 35.

43 Arch. dép. Creuse, 5 E 37.

44 LE VAYER Jacques, op. cit., p. 53.

45 Arch. dép. Creuse, 6 E 2803.

46 Arch. dép. Creuse, 6 E 2815.

47 POITOU Christian (sous la direction de Jean-Pierre BARDET et Claude MOTTE), Paroisse et communes de France. Dictionnaire d’histoire administrative et démographique, Creuse, Paris, CNRS éditions, 2000, p. 303.

48 Arch. dép. Creuse, 3 J 10.

49 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 60*.

50 Arch. dép. Creuse, 2 H dépôt 1.

51 LéMERY Nicolas, op. cit., p. 1.

52 LEBRUN François, Se soigner autrefois. Médecins, saints et sorciers aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Seuil, 1995, p. 71.

53 LéMERY Nicolas, op. cit.

54 LéMERY Nicolas, Dictionnaire ou traité universel des drogues simples, Amsterdam, Aux dépens de la compagnie, troisième édition, 1716.

55 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 61*.

56 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 60*.

57 Idem.

58 Arch. dép. Creuse, 1 H dépôt 23.

59 Arch. dép. Creuse, 6 E 15852.

60 Bénézet Jean-Pierre, « éléments du statut social des apothicaires », Pharmacopoles et apothicaires…, op. cit., p. 104.

61 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 59*-60*.

62 Arch. dép. Creuse, 8 H dépôt 65*.

63 Arch. dép. Creuse, 10 H dépôt 30.

64 Arch. dép. Creuse, 3 H dépôt 13.

65 Arch. dép. Corrèze, C 226.

66 Arch. dép. Corrèze, C 227.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Cédric Gourjault, « Les médicaments dans les hôpitaux de la Marche au XVIIIe siècle », Histoire, médecine et santé, 2 | 2012, 45-59.

Referencia electrónica

Cédric Gourjault, « Les médicaments dans les hôpitaux de la Marche au XVIIIe siècle », Histoire, médecine et santé [En línea], 2 | automne 2012, Publicado el 01 diciembre 2013, consultado el 10 diciembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/166 ; DOI : 10.4000/hms.166

Inicio de página

Autor

Cédric Gourjault

Professeur des écoles, Cédric Gourjault est doctorant à l’Université de Limoges. Il a entrepris, sous la direction de Michel Cassan, une thèse en histoire moderne intitulée « Maladies, médecin(e)s, société dans la Marche du milieu du XVIIe jusqu’à la Révolution »

Inicio de página

Derechos de autor

Histoire, médecine et santé

Inicio de página
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals