Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Remèdes

Recettes de remèdes recueillis par les particuliers aux XVIIe et XVIIIe siècles. Origine et usage

Drug recipes collected by individuals during XVIIth and XVIIIth centuries. Origin and use
Jean-François Viaud
p. 61-73

Résumés

À l’époque moderne, de nombreuses recettes de remèdes sont inscrites par les particuliers dans leurs livres de raison. L’étude de 330 de ces recettes montre l’éclectisme de leur origine, bien que le cheminement exact de leur transmission soit difficile à déterminer. Il ne s’agit pas d’une médecine strictement populaire. Au contraire, elle est en accord avec la médecine galénique alors pratiquée. La confection des remèdes à la maison est avérée et permet de se soigner à moindre coût.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 ROBIN-ROMERO Isabelle, « La santé dans les écrits privés au XVIIIe siècle », in BARDET Jean-Pierre, (...)
  • 2 PORTER Dorothy et PORTER Roy, Patient’s Progress: Doctors and doctoring in eighteenth-century Engla (...)
  • 3 Voir en particulier REY Roselyne, « La vulgarisation médicale au XVIIIe siècle. Le cas des dictionn (...)

1Le recueil de recettes médicales est une pratique courante aux XVIIe et XVIIIe siècles chez les non-médecins. Il est fréquent qu’elles soient notées dans les livres de raison, où elles apparaissent régulièrement, parfois isolées, parfois par dizaines. Rappelons que les livres de raison sont des registres tenus par le chef de famille, essentiellement dévolus aux comptes domestiques, mais où l’on peut trouver toute information présentant de l’intérêt pour le rédacteur. Dans l’historiographie récente, ils ont suscité un regain d’intérêt chez les historiens, ces documents apportant de précieux renseignements sur la vie privée. Certains auteurs ont aussi signalé que ces sources pouvaient contribuer à l’histoire de la santé et des soins1. Jusqu’à une époque récente, les recettes de remèdes contenues dans les livres de raison n’avaient guère retenu l’attention des chercheurs et, si on les présentait dans quelques études, c’était surtout pour mettre en exergue les plus étranges d’entre elles, voire même les plus susceptibles d’induire du dégoût, tout en affirmant, avec un certain mépris, les faibles moyens de la médecine ancienne. Elles semblaient souvent relever de pratiques populaires dont on se plaisait à souligner l’empirisme. Aujourd’hui, ces recettes et ce qu’elles nous révèlent sur les ingrédients employés, sur la médecine domestique et la diffusion des savoirs, apportent une nouvelle dimension à notre connaissance des pratiques de santé dans le passé et doivent être mises en perspective avec le paradigme humoral, dont les règles étaient connues bien au-delà du monde médical2. Par ailleurs, les recueils de recettes évoquent, par leur présentation et leur contenu, les ouvrages de vulgarisation médicale alors nombreux, qui donnent eux aussi des formules de remèdes3. Le succès de cette littérature et la présence de telles recettes dans les livres de raison semblent témoigner d’une volonté d’automédication dans un monde où le personnel médical est rare et les médicaments toujours chers.

2Quelle est l’origine de ces recettes ? Paraissent-elles provenir des livres de vulgarisation, des journaux, de la publicité, ou d’une transmission familiale ? Leur usage domestique était-il fréquent et important ? Quel impact avaient ces remèdes dans la vie quotidienne ? Les problématiques de recherche sont nombreuses, tant la source s’avère riche pour montrer que les frontières entre la médecine domestique et la médecine orthodoxe étaient poreuses, mais surtout que l’automédication constituait une pratique importante dans la société d’Ancien Régime.

3Après examen d’une centaine de livres de raison, un corpus de quelque trois cent trente recettes, recueillies dans vingt-six livres de raison et deux liasses de papiers de famille du Sud-Ouest de la France, a été constitué. Il s’agit d’un ensemble hétérogène, autant du fait des sources elles-mêmes, variant en fonction de leur rédacteur, que par leur présentation dans les livres de raison (quantité, place). On peut relever plusieurs dizaines de recettes dans un livre de raison (le plus riche en compte 65), dans d’autres cas on n’en trouve qu’une seule. Les aléas de la recherche expliquent une répartition dans le temps déséquilibrée, avec assez peu de sources jusque dans les années 1680. En revanche, la distribution dans le temps laisse entrevoir une nette surabondance de recettes rédigées dans une fourchette relativement étroite entre 1680 et 1720, alors que les sources consultées ne sont pas plus nombreuses que dans les décennies suivantes. C’est aussi dans cet ensemble que sont consignées les collections les plus importantes. L’hétérogénéité des recettes elles-mêmes est par ailleurs une caractéristique qui permet de les différencier en recettes assez simples et en recettes plus complexes, et de s’interroger sur leur origine populaire ou savante. Plus riche d’enseignements est la source où puise le rédacteur. Parfois, elle est notée à côté du texte, parfois elle est facilement identifiable. Quant à l’usage de ces recueils, il est assez rare que le rédacteur en fasse cas, mais quand cette donnée est disponible, elle permet d’estimer l’importance de l’automédication dans les pratiques de soins.

Recettes populaires ou savantes ?

  • 4 Arch. dép. des Pyrénées-Atlantiques, 1 J 8.
  • 5 Arch. dép. de la Dordogne, 2 E 1831-22.
  • 6 La fièvre tierce est une fièvre intermittente, c’est-à-dire une fièvre qui survient par accès, en l (...)
  • 7 La fièvre quarte est une fièvre intermittente dont l’accès se reproduit le quatrième jour, après de (...)
  • 8 Arch. dép. des Pyrénées-Atlantiques, 1 J 8.
  • 9 La goutte est une douleur violente dans les articulations, généralement gonflées et rouges. Pour Fu (...)
  • 10 Maladie qui se caractérise par une pâleur, un amaigrissement, une petite bouffissure, éventuellemen (...)
  • 11 Arch. dép. des Pyrénées-Atlantiques, 1 J 8.
  • 12 Arch. dép. de la Dordogne, 2 E 752-1.
  • 13 Arch. dép. des Pyrénées-Atlantiques, 1 J 8.

4Une médecine populaire au sens strict, c’est-à-dire issue de connaissances empiriques anciennes sans rapport avec le savoir savant et transmises au sein même du peuple, repose uniquement sur des produits disponibles sur place. Un examen rapide de l’ensemble de ces recettes montre que c’est souvent le cas. Quelle que soit la période considérée, quel que soit le niveau social du rédacteur, nombreuses sont les recettes simples, qui n’exigent que des produits courants ou faciles à obtenir, et dont la préparation est possible dans une cuisine modeste, c’est-à-dire avec une source de chaleur, des ustensiles pour couper, mélanger, hacher, et des récipients. Sont volontiers employés les plantes indigènes et les produits disponibles dans la campagne : orge, frêne, sureau, pavot, raves, limaçons, vers de terre... Pour donner quelques exemples, six germes d’œufs du jour malaxés dans du vin suffiraient à traiter les hémorragies génitales4 ; la fiente d’oie serait utile dans la jaunisse5. Les remèdes contre les fièvres (11 % de l’ensemble des recettes) frappent eux aussi parfois par leur simplicité : une simple décoction de verveine contre la fièvre tierce6 ; de l’eau-de-vie, des œufs et du poivre contre la quarte7 ; pour toutes sortes de fièvres intermittentes, des toiles d’araignées roulées en petites boulettes ; une décoction de buis dans du vin blanc8. L’urine, en application locale ou en boisson, est bien représentée. Les remèdes externes qui s’appliquent sur la peau sont nombreux parmi les 330 recettes (48 %) : ils ont à la fois l’avantage d’une préparation souvent assez simple et d’une indication facile à reconnaître dans un monde où les maladies cutanées (gale, teigne…) ou ophtalmiques sont fréquentes. Toutefois, les indications cutanées des remèdes externes ne dépassent pas 17 % dans l’échantillon et les indications oculaires 4 %. Il faut rappeler que les remèdes externes servent aussi à traiter les maladies générales. Des raves placées aux pieds, par exemple, seraient efficaces contre la goutte remontée9, et pour les pâles couleurs10, du persil haché doit être placé au même endroit11. Les remèdes externes sont même utilisés pour lutter contre la fièvre, employant, par exemple, de la poudre à canon au niveau de l’annulaire gauche dans les fièvres quartes12. Parfois ils semblent agir comme une amulette. Ainsi pour les fièvres intermittentes convient-il de suspendre au cou des racines de plantain en faisant bien attention à ce qu’elles parviennent en regard de l’orifice de l’estomac13.

  • 14 LAGET Mireille, « Les livres de santé pour les pauvres aux XVIIe et XVIIIe siècles », Histoire, éco (...)

5Mais dans un même livre de raison, à côté des recettes les plus simples, il n’est pas rare de trouver des formules bien plus complexes, avec des produits introuvables dans la nature et qu’il est nécessaire d’acheter chez un droguiste. Si les premières ne donnent pas d’indication de quantité, il peut arriver en revanche que les secondes précisent des mesures pondérales, souvent en dragmes ou en onces, ce qui complexifie la préparation et requiert la possession d’un instrument de mesure. On peut ainsi distinguer les recettes qui n’utilisent que quelques ingrédients simples, ou même un seul, faciles à trouver sur place, à recueillir dans une maison ou à récolter dans la nature, et celles qui sont plus compliquées, soit qu’elles utilisent un produit chimique comme du soufre, du mercure, des produits d’importation, comme le séné, soit qu’entrent dans leur composition des produits déjà composés, comme la thériaque, soit encore que la quantité des ingrédients soit supérieure ou égale à quatre, avec une préparation longue et difficile en toute évidence, avec des dosages à respecter. Selon cette distinction, 178 recettes entrent dans la première catégorie des remèdes simples (soit 54 %), et 135 (41 %) dans la deuxième. Il est parfois délicat de trancher dans tous les cas, soit que les produits utilisés restent obscurs, soit que les explications sont trop vagues ; dix-sept remèdes (5 %) n’ont ainsi pu être classés. La différence dans la complexité de préparation des recettes a déjà été relevée et a pu conduire à distinguer des « recettes populaires » et des « recettes savantes »14.

6L’exemple particulier des fièvres est emblématique de l’hétérogénéité des formules. Les recettes pour les fièvres se répartissant assez également entre recettes simples et recettes complexes. Parmi ces dernières, certaines comprennent du quinquina. Sur 35 recettes pour les fièvres (toutes écrites après la large diffusion du produit, après 1680), 12 (24 %) en contiennent. Dans l’autre groupe, les remèdes internes sont très simples, et, comme nous l’avons signalé, on y trouve aussi des remèdes externes. Quant aux purgations, les produits utilisés sont rarement simples ou faciles à se procurer, comme le séné ou le sel d’Epsom, et 25 recettes sur les 28 purgations non spécifiques d’une maladie particulière sont assez complexes ou emploient des drogues normalement fournies par un apothicaire.

  • 15 LÉMERY Nicolas, Dictionnaire universel des drogues simples, Paris, 1715, p. 45.

7Pour autant, si deux types de recettes s’opposent clairement, cette césure correspond-elle à la juxtaposition dans les livres de raison d’une médecine populaire et d’une médecine savante ? Il suffit d’ouvrir les pharmacopées de l’époque moderne pour constater que l’efficacité des produits les plus banals est reconnue par les auteurs médicaux. Le Dictionnaire universel des drogues simples de Nicolas Lémery, qui fait référence à la fin du Grand Siècle, préconise les araignées dans les fièvres intermittentes, et suggère même qu’elles soient portées en amulette dans une coquille de noix15. L’urine est un produit employé en médecine savante :

  • 16 Ibidem, p. 579.

Nous nous servons assez souvent dans la médecine de l’urine de l’homme; celle d’un jeune homme bien sain est préférable aux autres16.

Le rédacteur d’un des livres de raison indique un remède contre l’épilepsie à base du pied arrière gauche de l’élan. Le dictionnaire de Lémery justifie cette indication en expliquant que l’élan est un animal sujet à l’épilepsie :

  • 17 Ibidem, p. 21.

Et l’on tient que quand il est dans l’accès, il s’en délivre en fourrant l’ongle de son pied gauche dans son oreille. C’est pourquoi on estime en médecine le pied gauche de derrière beaucoup plus que le droit. […] Les autres pieds de l’élan sont aussi salutaires que le pied gauche de derrière […], mais on ne les met point en usage17.

L’auteur du dictionnaire exprime ici un certain scepticisme, mais il n’empêche qu’il indique bien que, même dans la médecine officielle, on n’emploie que le pied gauche.

  • 18 GOUBERT Jean-Pierre, « Médecine savante et médecine populaire », Initiation à une nouvelle histoire (...)

8La distinction est donc difficile entre recettes populaires et savantes, d’autant qu’on se situe sur un temps long, que les bases de la pharmacopée remontent à l’Antiquité et que celle-ci n’a cessé de s’enrichir, souvent par thésaurisation d’un savoir empirique. Et même si certains remèdes ont une base d’abord populaire, ils peuvent avoir été rapidement récupérés par le savoir officiel. Par ailleurs, des pratiques peuvent sembler « populaires », mais en réalité trouver leur origine dans un savoir savant plus ancien, tombé en désuétude depuis auprès des médecins18. Ce peut être le cas des six recettes qui font intervenir des notions d’astrologie (essentiellement la fabrication ou la prise de traitements en rapport avec les phases de la lune, ou, une fois, avec l’entrée du soleil dans un signe du zodiaque). De telles mentions sont donc relativement exceptionnelles.

  • 19 Arch. dép. de la Dordogne, 1 J 1956.
  • 20 LEMAÎTRE Nicole, Le scribe et le mage. Notaires et société rurale en Bas-Limousin aux XVIe et XVIIe(...)

9Quant aux formules religieuses ou magiques qui pourraient témoigner d’une pratique ésotérique de fabrication, elles sont extrêmement rares. Une seule fois la formule abracadabra, en regard d’une recette destinée à fabriquer une eau de noix, a été trouvée19. Les rédacteurs de ce corpus ne sont pas des « magiciens », comme Nicole Lemaître a pu le dire des Terrade, famille de notaires du Bas-Limousin au début du XVIIe siècle20.

10L’hétérogénéité de genre des recettes et l’absence d’argument en faveur d’une origine strictement populaire qui supposerait une transmission majoritairement orale, conduisent à s’interroger sur les sources qu’utilisent les rédacteurs des livres de raison. Il est bien sûr impossible de les déterminer pour nombre de recettes, mais certains rédacteurs livrent des renseignements précieux et des recherches systématiques dans les ouvrages de vulgarisation permettent d’identifier les sources d’inspiration d’autres rédacteurs.

Origine et sources

  • 21 VERRY-JOLIVET Corinne, « Les livres de médecine des pauvres aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les débuts (...)
  • 22 LAFONT Olivier, Des médicaments pour les pauvres. Ouvrages charitables et santé publique aux XVIIe (...)

11La littérature médicale de vulgarisation s’est beaucoup développée aux XVIIe et XVIIIe siècles. Corinne Verry-Jolivet, qui a établi un corpus bibliographique des ouvrages de cette époque proposant des formules de traitement, a rassemblé 168 titres qui se répartissent en 351 éditions différentes21. Parmi les titres les plus connus, on peut citer Le Médecin charitable de Philbert Guybert (première édition en 1622), Les Remèdes charitables de madame Fouquet (1675), le Manuel des dames de charité (1747)… Ces ouvrages, qui trouvent leur justification dans des préceptes de charité, sont rédigés en langue vulgaire. Ils ont pour objectif de soigner les pauvres avec des remèdes peu coûteux et faciles à préparer et de leur éviter les dépenses occasionnées par un médecin ou un apothicaire. Ils sont généralement destinés à être utilisés par des personnes charitables qui dispensent des soins auprès des pauvres gens : ecclésiastique, notable de village, dame instruite… En réalité, ils visent souvent un public large, et certains font même la distinction entre des recettes pour les pauvres et celles pour les riches22.

  • 23 Nous avons examiné : La Maison rustique d’Étienne et Liébault ; Le médecin charitable de Guybert (P (...)
  • 24 Arch. dép. de la Dordogne, 2 E 1432-1 et 2 E 752-1.

12L’abondance de cette littérature ne permet évidemment pas de se livrer à une analyse exhaustive, mais le contenu de plusieurs ouvrages dont le succès est établi a été comparé avec les recettes de notre corpus23. Or cette comparaison est dans l’ensemble assez peu fructueuse. Seuls deux rédacteurs, au début du XVIIIe siècle, empruntent manifestement et régulièrement aux grands recueils de leur époque. Le premier est un des rédacteurs de la famille Pourquery, dans le Périgord, le second est un prêtre périgourdin, Fournier de la Charmie24. Il convient de noter qu’il s’agit aussi des plus grands collecteurs de la série : respectivement 65 et 56 recettes. Il n’est pas exclu que Fournier, comme beaucoup de prêtres, ait exercé la médecine, ou du moins qu’il se soit employé à soigner les malades nécessiteux et que, dans ce but, il se soit appliqué à réunir un recueil assez élargi de remèdes, n’hésitant pas à les puiser dans les ouvrages communs de son temps. Ces deux grands collecteurs empruntent aux Remèdes charitables de madame Fouquet, à un petit ouvrage paru sans nom d’auteur en 1695, Le Médecin désintéressé, et à un ouvrage généralement reproduit dans celui de madame Fouquet et dans Le Médecin des pauvres de Dubé, connu comme Les Remèdes du clergé. Toutefois, il ne s’agit pas de la majorité des recettes, puisque des correspondances n’ont été retrouvées que pour six de celles de la famille Pourquery et pour dix-neuf de celles de Fournier.

  • 25 Le Médecin désintéressé, op. cit., 1695, p. 14.

13Par ailleurs, il paraît évident qu’ils ne les ont pas recopiées directement dans l’ouvrage, car il existe souvent de légères variantes, et même parfois des erreurs grossières. Par exemple, si Fournier fait huit emprunts au Médecin désintéressé, il transforme parfois la recette au point de la rendre irréalisable. Ainsi celle contre les hémorroïdes, libellée ainsi dans l’ouvrage : « Prenez au col en forme de chapelet les bolettes qui sont dans la racine d’une herbe appellée orpin, à mesure qu’elle seicheront, les hémorroides s’évanoüiront »25, devient, dans le livre de raison : « Prenez au cul en forme de chapellet les bollettes qui sont au racines d’une herbe appellée arpion, a mesure qu’elles secheron les emoroydes s’evanouiron ». Au gré de la copie, sont transformés le nom de la plante, l’orpin, classique traitement des hémorroïdes, et son lieu d’application, le rédacteur ne paraissant pas concevoir l’impossibilité de réaliser la recette ingénument transformée.

  • 26 TISSOT Samuel, Avis au peuple sur sa santé, Paris, 1762, tome 2, p. 558, recette n° 43, et tome 1, (...)
  • 27 Arch. dép. du Lot-et-Garonne, 30 J 150.

14Si le succès éditorial des ouvrages de vulgarisation n’est pas contestable quand on considère leur nombre de rééditions, il est bien évident qu’il doit être nuancé, car il n’atteint pas directement la grande majorité de la population. Assurément, Fournier n’a pas eu l’ouvrage entre les mains et, au bout de combien de recopiages, voire de transmissions orales, la recette est-elle parvenue jusqu’à lui ? Quant aux variantes, en particulier le remplacement d’un ingrédient par un autre, elles ne sont pas surprenantes du fait de la richesse de la pharmacopée. Elles sont habituelles chez les apothicaires qui pratiquent l’art du quid pro quo. Elles sont indispensables pour remplacer un produit cher ou rare, souvent difficile à faire venir dans des délais brefs, même pour des bourses bien fournies, par un autre plus commun et disponible sur place. Cette variabilité est sensible au sein même des ouvrages de vulgarisation, qui proposent communément plusieurs recettes d’un coût différent pour la même indication. Et rares sont les recettes identiques d’un ouvrage à l’autre, même si elles possèdent, de toute évidence, une base commune. On notera par ailleurs que dans les soixante-quatorze recettes des quarante dernières années du XVIIIe siècle, on n’en trouve qu’une seule semblable à l’une de celles données par Tissot dans l’Avis au peuple. Il s’agit d’une tisane à base de camomille et de crème de tartre indiquée pour guérir les fièvres intermittentes. Et encore Tissot précise-t-il que c’est un vieux remède, supplanté par l’usage du quinquina, bien qu’il ait fait ses preuves26. Malgré l’immense succès de l’ouvrage, ses recettes n’ont guère eu le temps d’être diffusées, et dans les écrits privés, on trouve plutôt des recettes anciennes, comme le Vinaigre des quatre voleurs, remède contre la peste que transcrit un rédacteur de la deuxième moitié du XVIIIe siècle27.

  • 28 Ibidem.
  • 29 Autrement dit un remède externe, destiné à être appliqué sur la peau à l’endroit précis (topos) de (...)
  • 30 Arch. dép. de la Gironde, 3 JE 109.
  • 31 Arch. dép. de la Gironde, 3 JE 116.
  • 32 Arch. dép. de la Dordogne, 2 E 1739-4 ; Bibl. municipale de Bordeaux, manuscrit 2853-3.
  • 33 RIEDER Philip, La Figure du patient au XVIIIe siècle, Genève, Droz, 2010, p. 458.

15L’ancienneté des recettes et la présence de nombreuses variantes ne facilitent pas la reconnaissance de leur origine, d’autant qu’il est évident que les sources sont souvent multiples, et appartiennent à des genres très différents. La littérature de vulgarisation n’en est qu’une parmi d’autres. Parfois, les sources sont directement médicales. Un gentilhomme de l’Agenais recopie deux formules données par son médecin et il critique au passage l’un des ingrédients, ayant entendu dire qu’il pouvait être dangereux28 ; un marchand de bois de Blaye donne un topique29 contre les dartres du médecin Grégoire de Bordeaux30 ; un habitant de Saint-Macaire explique comment fabriquer le sirop pour la poitrine d’un frère apothicaire31. Parfois, la signature est prestigieuse : le remède est réputé avoir été composé par Fagon ou par Gui Patin32, ce qui a déjà été signalé dans d’autres collections de recettes33. Dans d’autres cas, le remède est puisé dans la presse. Les journaux spécialisés dans les annonces locales se développent dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Ils ne sont pas avares en publicités médicales, ni en conseils philanthropiques, fournissant ainsi quantité de secrets et de recettes de genres très hétérogènes. Les sources utilisées par ces journaux sont elles-mêmes fort diverses.

  • 34 Et on note que même Tissot en donne une formule approchante (op. cit., tome 2, p. 549, recettes n°  (...)
  • 35 Arch. dép. de la Dordogne, 2 E 926-7.
  • 36 Les Remèdes charitables de madame Fouquet, op. cit., p. 243.
  • 37 On donnera comme exemple de bulletins d’information de quatre pages : L’usage du quinquina ou remèd (...)
  • 38 Arch. dép. du Lot-et-Garonne, 1 J 503.

16On comprend dans ces conditions que l’origine des recettes ne soit que rarement facile à déterminer. Par exemple, quelle est l’origine de cette tisane apéritive, véritable panacée censée presque tout guérir, fort bonne aux vieillards et connue sous le nom de Tisane de monsieur de Sainte-Catherine ? On en trouve la description dans le recueil de madame Fouquet et, plus succinctement résumée, dans le Nouveau recueil des plus beaux secrets de médecine, puis, encore au XVIIIe siècle, dans le Manuel des dames de charité34. L’un des rédacteurs recopie manifestement in extenso dans son livre de raison la recette telle qu’elle est présentée dans l’ouvrage de madame Fouquet, mais la famille de Labonne en a une version différente et plus complète, que nous n’avons trouvée dans aucun recueil publié. Elle y associe, avec une dialectique qui l’apparente aux remèdes secrets et à la publicité médicale, le récit d’une guérison qu’aurait opérée la tisane auprès d’une « demoiselle avancée en âge tourmentée d’un mal de tête depuis quinze ans […] avec des redoublements insupportables »35, et l’apparition progressive d’une paralysie du bras gauche, alors que madame Fouquet se contente de dire que la tisane avait été « expérimentée par plusieurs qui par ce moyen ont été guéris de plusieurs maladies invétérées et désespérées et a délivré surtout d’un continuel mal de tête invétéré qu’on croyait sans remède, et des fluxions invétérées sur les bras »36. Les différences et les détails supplémentaires donnés par le livre de raison excluent que la source de la recette se trouve dans l’un des ouvrages à destination populaire ici cités ; il semble donc exister plutôt une source commune, et, étant donné le style employé, on ne peut éliminer un fascicule publicitaire ayant circulé à l’initiative d’un fabricant de cette tisane, qui aurait pu ainsi être initialement un remède secret. Rappelons le succès, à l’époque moderne, des remèdes secrets, débités par le détenteur de leur composition qui s’assure un commerce aux revenus souvent substantiels si le médicament devient célèbre. Pour certains produits, le succès est d’autant plus important qu’après avoir gagné la confiance du public, ils ne suscitent pas systématiquement la méfiance des médecins. La levée du secret est alors recherchée et l’achat de la formule par un monarque est une consécration. De nombreux remèdes initialement secrets voient leur formule révélée et la médecine officielle s’en saisir. Ils sont parfois publiés sur des bulletins d’information37. Souvent, le message publicitaire qui les accompagne persiste, message que le rédacteur du livre de raison recopie éventuellement. On trouve ainsi des « recettes très véritables et éprouvées », des « recettes approuvées par plusieurs heureuses expériences », des « recettes admirables »… À la suite d’une formule d’élixir de longue vie, le rédacteur juge utile d’indiquer que « l’inventeur de ce remède, médecin suédois, a vécu cent vingt-et-un ans ; son fils cent onze, et son petit-fils, qui l’a donné au public, cent treize »38. De telles remarques, qui donnent au propos une facture bonimenteuse, sont retrouvées dans au moins 6 % des recettes de notre série.

17Les sources mobilisées par les rédacteurs de recueils privés sont donc multiples, ce qui contribue à augmenter l’impression d’éclectisme – éclectisme déjà présent, il est vrai, dans un ouvrage comme le recueil de madame Fouquet, dont les sources sont elles-mêmes multiples. Les scripteurs semblent accorder la même confiance à ces différents genres, même aux recettes qui paraissent les plus empiriques ou les plus simples. Le but de leur inscription dans le livre de raison ne fait pas de doute : être utilisées en cas de besoin.

Finalités et usage

  • 39 Arch. dép. du Lot-et-Garonne, 9 J 10.
  • 40 Épanchement ou infiltration d’eau dans le corps ou une partie du corps.

18Les mentions d’utilisation sont rares, sauf chez quatre rédacteurs de la série. Un juge de Saint-Pastour, en Agenais, signale en marge qu’il prend lui-même les traitements ou qu’il les fait prendre à d’autres39. Il inscrit de cette manière, à côté d’un remède contre la goutte : « J’ai commencé ce remède le 5 octobre 1746. Dieu le bénisse par sa sainte Grâce… » Plus loin, il note, près d’un remède contre l’hydropisie40 : « Il a été avéré par moi sur le nommé Laville, maître sergent de Casseneuil et une servante de M. d’Argeneuil de Galazes avec succès ». Gratien de Raymond change un peu la composition d’une purgation, et c’est ce changement qu’il note dans son livre de raison, témoignant ainsi de l’utilisation qu’il en fait.

  • 41 Bibl. mun. de Bordeaux, manuscrit 2853-3.

Au lieu demi-once de cristal minéral, il faut mettre à la médecine demi-dragme de rhubarbe […]. J’ai remarqué que depuis que je me contente de deux dragmes de séné et d’une once de tamarin, la médecine n’est pas assez forte […] Il faut que j’y mette demi-once de rhubarbe, car sinon je n’en suis pas assez purgé41.

  • 42 Arch. dép. de la Gironde, 3 JE 116.
  • 43 Arch. dép. du Lot-et-Garonne, 30 J 150.
  • 44 Voir, entre autres, RIEDER Philip, op. cit., p. 447 ; VIAUD Jean-François, Le Malade et la médecine (...)

19Un habitant de Saint-Macaire détaille la composition d’un « sirop très excellent et que j’ai éprouvé plusieurs fois, pour la poitrine... »42. Mais c’est un gentilhomme agenais qui donne les précisions les plus intéressantes43. Il commente souvent le résultat de ses recettes de purgation, celles qui sont sans doute le plus souvent mises en œuvre en automédication, les purgations étant, de façon générale, les remèdes les plus fréquemment pratiqués44 :

Remède de se purger bien simple et dont je me suis très bien trouvé le 27 juin 1768 après avoir pris le lait d’ânesse pendant dix-huit jours et l’avoir repris quelques jours deux jours après la purgation…

Plus tard, il livre la recette de la « Ptisane royale pour se purger, qui est une des meilleures façon de se purger, et dont je me suis bien trouvé ». On trouve ensuite une nouvelle recette pour se purger, à base de citron, de séné et de manne – « remède dont je me suis toujours bien trouvé » – mais un peu plus loin, en voici une autre à base de follicules de séné et de fleurs de violettes, « dont je ne me suis pas bien trouvé ». Parfois encore, il ne note pas l’effet sur lui-même, mais indique qu’il a envoyé le remède fabriqué selon la recette du livre de raison à quelque valet d’un de ses domaines.

20D’autres renseignements dignes d’intérêt figurent dans ce livre de raison. La recette de l’eau de noix, « liqueur excellente dans les coliques et les maux d’estomac », est inscrite trois fois, tantôt sur des feuilles volantes, tantôt dans le cahier lui-même sur la partie verso. Dans la partie recto, dévolue aux comptes et aux événements quotidiens, le rédacteur signale avoir fabriqué cette eau de noix, en détaillant un déroulement de l’opération parfaitement conforme aux indications de la recette, respectant, en particulier, le temps de macération d’un mois.

21Les recettes sont donc utilisées chez ce gentilhomme agenais, et, bien qu’il ait été l’un des plus riches propriétaires de sa province, il laisse clairement entrevoir que le moindre coût de la fabrication à domicile est une motivation importante. En effet, il écrit un paragraphe sur la « manière de prendre les pilules de savon d’Alicante envoyées de Paris », recopiant le mode d’emploi probablement fourni par le fabricant parisien, et inscrivant en marge le prix : « trente-huit livres et dix sols sans compter le port ». Au-dessous figure un deuxième paragraphe sur la « manière de préparer les pilules de savon d’Alicante » en achetant les ingrédients à Bordeaux. La recette, très simple, en est donnée, et le rédacteur ajoute en marge que « la livre de savon d’Alicante a coûté à Bordeaux cinq livres sans compter le port ». Il est certain qu’il vaut mieux fabriquer chez soi les remèdes normalement « secrets », vendus très chers par leur inventeur, quand on connaît ou quand on suppute leur formule. C’est sans doute aussi le cas du « Baume de Sabran », merveilleuse panacée aux indications très larges, censée tout guérir, mais dont la composition est dévoilée, puisqu’on la trouve détaillée dans le livre de raison. Et le rédacteur ajoute, toujours avec la même logique comptable, semble-t-il : « Le tout coûte une livre quatorze sols ».

  • 45 Arch. dép. des Pyrénées-Atlantiques, 1 J 62-3.

22Cet argument du moindre coût, sans cesse mis en avant par les auteurs des ouvrages de vulgarisation soucieux de justifier la divulgation des recettes médicales au public, joue probablement dans la motivation des collecteurs de recettes, surtout chez ceux qui en rassemblent beaucoup. Il s’agit pour eux de faire œuvre charitable ou philanthropique, en soignant les pauvres ou en leur indiquant des remèdes de prix modique. On peut supposer qu’un prêtre comme Fournier poursuit ce but. D’autres l’ont d’ailleurs fait de façon plus explicite et à plus grande échelle, comme le chevalier de Béla, qui dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, a rempli cinq gros registres in-folio de recettes, recueillant « en faveur des pauvres des recettes et des secrets divers de la nature »45. Thésaurisation non retenue dans ce corpus, à la fois parce qu’il ne s’agit pas d’un livre de raison, et parce que l’ampleur de l’entreprise la classe clairement à part.

*

23L’examen des recettes de remèdes contenues dans les livres de raison de l’époque moderne donne une impression d’hétérogénéité, voire d’éclectisme. Cette diversité n’est pas liée au regroupement artificiel de recettes issues de livres de raison multiples et de rédacteurs différents, éloignés dans l’espace, dans le temps et, bien souvent, séparés par des barrières sociales. Au contraire, on la trouve au sein d’un même livre de raison. Il est manifeste que les rédacteurs font confiance à toutes sortes de recettes, quelle que soit leur origine. Il est difficile de suivre les linéaments de la transmission, surtout quand des indices font soupçonner qu’elle a une part orale. Par ailleurs, l’ancienneté de la recette n’est pas rédhibitoire, au contraire. On ne décèle pas d’évolution dans le temps, et le gentilhomme de l’Agenais recopie, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, des recettes de madame Fouquet ou la formule du Vinaigre des quatre voleurs contre la peste, alors que les recettes de Tissot sont absentes. Il est vrai que ses ouvrages paraissent à la fin de la période considérée. On assiste donc, dans ces livres de raison, à une thésaurisation de remèdes souvent anciens, d’origine savante ou populaire, sans qu’il soit facile d’en faire la distinction, ce qui contribue à donner l’impression d’hétérogénéité. Mais cette hétérogénéité est à l’image de celle des ouvrages à destination populaire qui sont souvent issus d’une démarche de collecte similaire, comme le recueil de madame Fouquet. Les emprunts directs à cette littérature semblent finalement rares, du fait d’une transmission qui passe probablement par plusieurs intermédiaires, et qui peut se modifier sur les conseils de diverses personnes plus ou moins versées dans le domaine de la médecine, car l’immense pharmacopée permet une grande variabilité dans la composition des remèdes. Les purgations, en particulier, font l’objet d’infinies variantes. Ce sont sans doute les médications les plus courantes en automédication, car il s’agit aussi des remèdes les plus fréquemment employés en médecine. Or ces recettes de purges sont souvent assez complexes et demandent d’employer des drogues strictement médicales comme le séné, le sel d’Epsom… La collection de ces recettes, utile pour l’automédication et pour se soigner à moindre coût, ne relève donc pas d’une pratique qui serait uniquement populaire, ou qu’on pourrait opposer à une médecine savante. Au contraire, elle s’inscrit parfaitement dans la médecine galénique et correspond à des savoirs, certes souvent anciens, mais conformes à ceux que professent ou qu’ont pu professer les médecins.

Haut de page

Notes

1 ROBIN-ROMERO Isabelle, « La santé dans les écrits privés au XVIIIe siècle », in BARDET Jean-Pierre, RUGGIU François-Joseph (dir.), Au plus près du secret des cœurs. Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIe siècle au XVIIIe siècle, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005, p. 165-183. Voir aussi les contributions de Philippe Lejeune et de Philip Rieder dans : BARDET Jean-Pierre, ARNOUL Élisabeth, RUGGIU François-Joseph (dir.), Les écrits du for privé en Europe, du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, analyses, publications, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2010, p. 303-330.

2 PORTER Dorothy et PORTER Roy, Patient’s Progress: Doctors and doctoring in eighteenth-century England, Stanford, Stanford University Press, 1989 ; WEAR Andrew, Knowledge and Practice in English Medicine, 1550-1680, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

3 Voir en particulier REY Roselyne, « La vulgarisation médicale au XVIIIe siècle. Le cas des dictionnaires portatifs de santé », Revue d’histoire des sciences, 1991, n° 44 (3-4), p. 413-433 ; LAGET Mireille et LUU Claudine, Médecine et chirurgie des pauvres au XVIIIe siècle, d’après le livret de Dom Alexandre, Toulouse, Privat, 1984 ; COSTE Joël, La Littérature des “Erreurs populaires”. Une ethnographie médicale à l’époque moderne, Paris, Honoré Champion, 2002.

4 Arch. dép. des Pyrénées-Atlantiques, 1 J 8.

5 Arch. dép. de la Dordogne, 2 E 1831-22.

6 La fièvre tierce est une fièvre intermittente, c’est-à-dire une fièvre qui survient par accès, en laissant un intervalle libre sans fièvre, et qu’on oppose de ce fait aux fièvres continues. Le caractère de tierce introduit la notion d’une régularité dans les accès : il s’agit d’une fièvre dont l’accès survient le troisième jour après le précédent, autrement dit une fièvre qui se manifeste un jour sur deux.

7 La fièvre quarte est une fièvre intermittente dont l’accès se reproduit le quatrième jour, après deux jours sans accès. Les fièvres tierce et quarte, dans leur description typique, sont caractéristiques des accès de paludisme.

8 Arch. dép. des Pyrénées-Atlantiques, 1 J 8.

9 La goutte est une douleur violente dans les articulations, généralement gonflées et rouges. Pour Furetière, c’est « une maladie causée par la fluxion d’une humeur âcre sur les articles ou jointures du corps, et qui est fort douloureuse ». On réserve aujourd’hui ce terme aux inflammations des articulations liées à un excès d’acide urique. L’acide urique en excès peut aussi se déposer dans des organes vitaux et devenir dangereux pour la vie. C’est probablement ce qu’il faut reconnaître dans l’entité nosologique classique en médecine ancienne de « goutte remontée ». Pour Furetière, on parle de goutte remontée « lorsque la nature n’est pas assez forte pour pousser la fluxion que fait la goutte sur les parties extérieures du corps et qu’elle se jette sur les parties nobles, ce qui cause la mort ».

10 Maladie qui se caractérise par une pâleur, un amaigrissement, une petite bouffissure, éventuellement une fièvre lente. Elle a la réputation d’attaquer essentiellement les jeunes filles, voire les veuves, quand l’écoulement menstruel ne se fait pas.

11 Arch. dép. des Pyrénées-Atlantiques, 1 J 8.

12 Arch. dép. de la Dordogne, 2 E 752-1.

13 Arch. dép. des Pyrénées-Atlantiques, 1 J 8.

14 LAGET Mireille, « Les livres de santé pour les pauvres aux XVIIe et XVIIIe siècles », Histoire, économie et société, n° 3, 1984, p. 567-582.

15 LÉMERY Nicolas, Dictionnaire universel des drogues simples, Paris, 1715, p. 45.

16 Ibidem, p. 579.

17 Ibidem, p. 21.

18 GOUBERT Jean-Pierre, « Médecine savante et médecine populaire », Initiation à une nouvelle histoire de la médecine, Paris, Ellipses, 1998, p. 38.

19 Arch. dép. de la Dordogne, 1 J 1956.

20 LEMAÎTRE Nicole, Le scribe et le mage. Notaires et société rurale en Bas-Limousin aux XVIe et XVIIe siècles, Ussel, Paris, Musée du Pays d’Ussel, 2000, p. 227 et suiv.

21 VERRY-JOLIVET Corinne, « Les livres de médecine des pauvres aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les débuts de la vulgarisation médicale », in Maladies, médecines et sociétés, approches historiques pour le présent, Paris, L’Harmattan, 1993, tome 1, p. 51-61.

22 LAFONT Olivier, Des médicaments pour les pauvres. Ouvrages charitables et santé publique aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Pharmathèmes, 2010.

23 Nous avons examiné : La Maison rustique d’Étienne et Liébault ; Le médecin charitable de Guybert (Paris, 1627) ; Le Médecin des pauvres de Dubé (Paris, 1781) ; Les Remèdes charitables de madame Fouquet (Lyon, 1685) ; Le Médecin désintéressé (Paris, 1695) ; Le Manuel des dames de charité d’Arnault de Nobleville (Paris, 1765) ; le Dictionnaire portatif de santé de Vandermonde (Paris, 1761) ; l’Avis au peuple sur sa santé de Tissot (Paris, 1762). Et de façon moins exhaustive : le Nouveau recueil des plus beaux secrets de médecine, attribué à Nicolas LÉmery (Paris, 1694) ; La Médecine et la Chirurgie des pauvres de dom Alexandre (Paris, 1741) ; Secrets de la nature et de l’art, tome 2 (Paris, 1769)

24 Arch. dép. de la Dordogne, 2 E 1432-1 et 2 E 752-1.

25 Le Médecin désintéressé, op. cit., 1695, p. 14.

26 TISSOT Samuel, Avis au peuple sur sa santé, Paris, 1762, tome 2, p. 558, recette n° 43, et tome 1, p. 246.

27 Arch. dép. du Lot-et-Garonne, 30 J 150.

28 Ibidem.

29 Autrement dit un remède externe, destiné à être appliqué sur la peau à l’endroit précis (topos) de la partie malade.

30 Arch. dép. de la Gironde, 3 JE 109.

31 Arch. dép. de la Gironde, 3 JE 116.

32 Arch. dép. de la Dordogne, 2 E 1739-4 ; Bibl. municipale de Bordeaux, manuscrit 2853-3.

33 RIEDER Philip, La Figure du patient au XVIIIe siècle, Genève, Droz, 2010, p. 458.

34 Et on note que même Tissot en donne une formule approchante (op. cit., tome 2, p. 549, recettes n° 2 et 3).

35 Arch. dép. de la Dordogne, 2 E 926-7.

36 Les Remèdes charitables de madame Fouquet, op. cit., p. 243.

37 On donnera comme exemple de bulletins d’information de quatre pages : L’usage du quinquina ou remède contre toutes sortes de fièvres (1683) ; Le remède du prieur de Cabrières pour les descentes donné au public par la bonté du roi (1686) ; ou encore Recette des remèdes de Mlle Jeanne Stephens, pour guérir la pierre et la gravelle (1739).

38 Arch. dép. du Lot-et-Garonne, 1 J 503.

39 Arch. dép. du Lot-et-Garonne, 9 J 10.

40 Épanchement ou infiltration d’eau dans le corps ou une partie du corps.

41 Bibl. mun. de Bordeaux, manuscrit 2853-3.

42 Arch. dép. de la Gironde, 3 JE 116.

43 Arch. dép. du Lot-et-Garonne, 30 J 150.

44 Voir, entre autres, RIEDER Philip, op. cit., p. 447 ; VIAUD Jean-François, Le Malade et la médecine sous l’Ancien Régime, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 2011, p. 310.

45 Arch. dép. des Pyrénées-Atlantiques, 1 J 62-3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Viaud, « Recettes de remèdes recueillis par les particuliers aux XVIIe et XVIIIe siècles. Origine et usage », Histoire, médecine et santé, 2 | 2012, 61-73.

Référence électronique

Jean-François Viaud, « Recettes de remèdes recueillis par les particuliers aux XVIIe et XVIIIe siècles. Origine et usage », Histoire, médecine et santé [En ligne], 2 | automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/174 ; DOI : 10.4000/hms.174

Haut de page

Auteur

Jean-François Viaud

Jean-François Viaud est docteur en médecine et docteur en histoire, chercheur associé au Centre d’études des mondes moderne et contemporain, Université de Bordeaux 3. Il a publié Le malade et la médecine sous l’Ancien Régime, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals