Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Remèdes

Soigner une maison aristocratique à la fin du XVIIIe siècle : le cas de la maisonnée de la princesse de Conti

Treating the sick in an aristocratic household at the end of XVIIIth century: the case of princesse de Conti’s
Aurélie Chatenet-Calyste
p. 75-89

Résumés

L’analyse des dépenses de santé de la maison de Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803) offre l’occasion d’étudier les soins médicaux prodigués à une cinquantaine de domestiques de 1776 à 1789. La documentation comptable, forte de 262 pages – majoritairement des factures d’apothicaires – lève le voile sur l’économie de la santé dans le quotidien d’une maison princière et permet de réfléchir à la consommation thérapeutique de la domesticité. Grâce aux factures, il est possible d’ausculter les malades puis de voir quels sont les traitements prodigués.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet : CHATENET Aurélie, « La femme, maîtresse de maison ? Rôle et place des femmes dans (...)

1Soigner et prendre soin de ses domestiques est l’un des devoirs majeurs du maître ou de la maîtresse de maison ainsi que le rappellent les manuels d’économie domestique de l’époque moderne1. À la fin du XVIIe siècle, la duchesse de Liancourt recommande à sa petite-fille :

  • 2 Liancourt Duchesse de, Règlement donné par une dame de haute qualité à Melle de la Roche-Gyon sa pe (...)

Quand ils seront malades, ayez grand soin de les faire traiter et de vous informer tous les jours de l’état où ils sont2.

2Au XVIIIe siècle, l’abbé Fleury rend compte des obligations du maître envers les domestiques souffrants en décrivant précisément les soins à prodiguer :

  • 3 FLEURY Claude Abbé de, Les devoirs des maîtres et des domestiques, Paris, P. Émery, 1736, p. 52.

Quand les domestiques sont malades, il faut avoir dans la maison une chambre destinée à les recevoir loin du bruit mais il ne faut pas les envoyer aux hôpitaux où ils occuperaient la place des pauvres3.

  • 4 PetitfrÈreClaude, L’œil du maître, maîtres et serviteurs de l’époque classique au romantisme, Bruxe (...)
  • 5 Archives nationales (désormais Arch. nat.), R3, Maison de Conti, 172-184, dépenses particulières de (...)
  • 6 COQUERY Natacha, L’hôtel aristocratique : le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Public (...)
  • 7 Thèse d’histoire moderne « Une consommation aristocratique et féminine à la fin du XVIIIe siècle : (...)

3Les livres de comptes et de gages conservés attestent de la sollicitude et des devoirs de nombre de maîtres envers leurs serviteurs4. L’heureuse conservation des comptes de la princesse de Conti en est une bonne illustration. Cette comptabilité permet même d’aller plus loin et de suivre au quotidien les soins prodigués à la maisonnée de cette princesse d’origine italienne. Fille du duc de Modène, elle avait épousé en 1759 Louis-François-Joseph de Bourbon-Conti, héritier de la branche cadette des Bourbon. Le couple se sépare en 1776 et la princesse forme une maison indépendante et financièrement autonome. Son départ de l’hôtel de son époux entraîne la rédaction de comptes établissant le relevé des dépenses dans tous les domaines du quotidien de 1776 à 1789, date à laquelle elle émigre. Ces feuillets conservés aujourd’hui aux Archives nationales fournissent environ 3 000 pages de comptes et mémoires de fournisseurs5. Comparables aux documents du séquestre révolutionnaire étudiés pour cinq familles de l’aristocratie parisienne par Natacha Coquery6, ils m’ont permis d’étudier le train de vie et la consommation de cette princesse7. Les factures d’apothicaires ont plus particulièrement offert la possibilité de mettre au jour les thérapeutiques destinées à la princesse de Conti et de dessiner le portrait d’une femme maladive dont le quotidien est organisé autour du soin et de la préservation de sa santé. En détaillant ensemble les remèdes prescrits à la princesse et sa domesticité, les factures permettent d’élargir la réflexion et de déplacer le regard vers ses serviteurs.

  • 8 Ils sont comparables à ceux de la maison de la duchesse de Bourbon (55 membres).
  • 9 Avec les maîtres d’éducation des pages, les serviteurs des domestiques dont la santé n’est pas pris (...)
  • 10 Gramain-Kibleur Pascale, « Le rôle des prescriptions médicamenteuses dans la société française du X (...)
  • 11 Porter Roy, « The patient’s view, doing medical history from below », Theory and Society, vol. 14, (...)
  • 12 Roche Daniel, « Les domestiques parisiens comme intermédiaires culturels au XVIIIe siècle », Les In (...)

4De 1776 à 1789, les effectifs de la maison princière sont conformes à son rang8 et stables : une quarantaine de personnes composent le service régulier9 à Paris, auxquelles s’ajoutent les six domestiques du château de Triel qu’elle acquiert en 1781 et les deux couples chargés de l’entretien de l’appartement qu’elle partage avec son ex-époux à Versailles. C’est une maison à dominante masculine, mais où les femmes – par leurs fonctions – vivent dans l’intimité de la princesse. Elle comporte une suite aristocratique, composée d’un écuyer, de deux dames suivantes et de deux pages, et une domesticité roturière. Cette dernière est également clairement hiérarchisée. Au sommet, se détachent les responsables des principaux secteurs de la maison : la « Bouche », « l’Écurie » et la « Chambre » ; à sa base, se retrouvent les simples garçons. Cette documentation comptable permet non seulement d’étudier les pratiques de soin d’une aristocrate, mais surtout d’éclairer celles – moins connues – de la domesticité. Elle offre de surcroît un regard original, dans la mesure où il ne s’agit pas ici d’analyser les ordonnances médicales, qui n’ont pas été conservées, ou les consultations épistolaires, bien connues des historiens10, mais de partir des factures des apothicaires, moins sollicitées par les recherches. En détaillant les remèdes prescrits, leur destinataire, leur fréquence, leur coût, les factures permettent de dégager l’offre de soins disponible pour la domesticité d’une aristocrate parisienne à la fin du XVIIIe siècle et de faire une histoire du point de vue du patient – from below11 – attentive à la reconstitution des parcours de malades. À partir de l’étude du cas de la domesticité de la princesse de Conti, il est possible de mettre au jour l’accès aux thérapeutiques de ce groupe social vivant dans l’entourage des élites. Les domestiques de la princesse seraient-ils à l’image de leur maîtresse, une femme régulièrement souffrante et fréquemment malade ? Sont-ils – à l’instar de ce qui a été démontré dans le domaine des apparences – des « intermédiaires culturels »12 profitant de leur service auprès de la princesse pour bénéficier de soins de qualité ? Dans quelle mesure celle-ci leur fournit-elle des soins variés et coûteux, qui peuvent être interprétés comme le reflet de ses devoirs de maîtresse de maison, mais aussi comme sa volonté de les voir rapidement guéris et prêts à reprendre leur service ? L’ampleur de la maison et la variété des fonctions occupées offrent-elles la possibilité de réfléchir à la hiérarchisation des traitements selon la place de chacun ? Les appartenances sociales et sexuelles jouent-elles un rôle sur les soins prodigués ?

5Étudier des sources majoritairement comptables permet de dessiner les contours du marché thérapeutique formé autour de la maison princière. Les factures offrent de surcroît l’occasion de reconstituer des parcours de malades et les maux dont ils souffrent. Par les détails qu’elles offrent, elles mettent au jour les gestes de soin et les médicaments délivrés, afin de voir en quoi ils révèlent la variété des thérapeutiques mises en œuvre pour soigner la domesticité et la coexistence d’une médecine largement inscrite dans la théorie des humeurs et des modes médicales de la deuxième moitié du XVIIIe siècle.

Le recours à de multiples intervenants

6Soigner une domesticité nombreuse impose le recours à de multiples intervenants et réclame un budget important. Cette offre de soins est bien documentée dans la comptabilité pour les années de 1776 à 1789.

Une vision comptable de la santé domestique

  • 13 Arch. nat., R3/177, dépenses de santé, 1776-1789, 118 pièces.

7Les soins médicaux apportés aux serviteurs de la princesse de Conti sont essentiellement connus à travers le prisme de la documentation comptable. Dans les comptes de la maison rédigés de 1776 à 1789, c’est-à-dire de la séparation à l’émigration, et séquestrés à la Révolution, 262 pages classées à part concernent exclusivement les dépenses de santé de la maisonnée13.

8Parmi elles, les factures des apothicaires dominent (cf. Document 1). Présentées chaque année à la princesse, elles précisent, pour chacun des membres de la maison, les médicaments délivrés et leur coût. À chaque fois, l’apothicaire indique la date, le nom du malade et/ou sa fonction, puis décrit la composition des remèdes administrés. À cet ensemble, on peut ajouter les factures d’autres intervenants, tels les chirurgiens appelés ponctuellement pour des cas précis, les garde-malades, les herboristes ou les épiciers… Les factures annuelles des apothicaires sont vérifiées conjointement par le chirurgien de la princesse et le médecin Guillaume Fumée ; les autres mémoires sont contrôlés par le chirurgien seul. Toutefois, dans la mesure où celui-ci est appointé par la princesse, les sources sont muettes sur les gestes pratiqués par ce spécialiste et sur les descriptions des maladies. La résidence de Triel fait exception : en effet, comme la princesse y laisse à demeure des domestiques, ceux-ci sont soignés par un chirurgien triellois qui énumère dans ses factures, ses visites et les gestes médicaux.

9Par leur nature exclusivement comptable, les sources passent sous silence l’expérience de la maladie, la relation thérapeutique entre le patricien et les patients mais éclairent l’économie de la santé en levant le voile sur la variété des intervenants, le poids financier de la santé dans le budget de la maisonnée et les médicaments délivrés à l’ensemble de la domesticité.

Document 1  : Facture d’apothicaire

Document 1  : Facture d’apothicaire

Arch. Nat., R3/177, pièce n°80, Mémoire des médicaments pour 1784

Un marché thérapeutique autour de la maison princière

  • 14 Rieder Philip, « Médecins et patients à Genève : offre et consommations thérapeutiques à l’époque m (...)

10Exploré récemment par Philip Rieder14, le concept anglo-saxon de medical marketplace, ou marché thérapeutique, permet de mettre au jour la diversité sociale de l’offre thérapeutique. Le cas de la maison princière atteste la complexité du réseau de soins où le recours au médecin n’est pas la seule option possible.

  • 15 La « Faculté » renvoie au terme générique employé pour désigner, sur le modèle royal, la maison méd (...)
  • 16 Duma Jean, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793) : une nébuleuse aristocratique au XVIIIe siècle, Pari (...)
  • 17 À l’instar du chirurgien Georges-Martin Guérin (1710-1791).
  • 18 GIQUELAY Christophe, « La cour de Louis-François de Conti. Les trésors des princes de Bourbon-Conti (...)
  • 19 Archives français d’Outre-Mer, FR ANOM COL E 28, Bernat, Joseph, chirurgien de Marine, à Surate (17 (...)
  • 20 « Nécrologie », Journal de Médecine et de chirurgie, 1822, p. 398.
  • 21 Almanach impérial de Paris, 1813, p. 68
  • 22 Jones Colin, « Pulling Teeth in Eighteenth-Century Paris », Past and Present, vol. 166-1, 2000, p.  (...)
  • 23 Lanoë Catherine, La poudre et le fard : une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières(...)
  • 24 Rieder Philip, La figure du patient au XVIIIe siècle, Genève, Droz, Bibliothèque des Lumières, 2010 (...)
  • 25 Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckoucke, 1812, article « Garde-malade ».

11Au sein de la maison, « la Faculté »15 est réduite : seul un chirurgien est au service princier, moyennant des gages annuels de 2 000 livres, alors que la maison médicale – pléthorique – du duc de Penthièvre est composée de six personnes16 et que le prince de Conti dispose alternativement d’un médecin (ou d’un chirurgien)17 et d’un apothicaire18. Deux hommes se succèdent. Le premier, Joseph Bernat, d’origine toulousaine, aurait été chirurgien major à Surate avant de passer au service de la princesse19. Il rédige depuis Triel une « Lettre sur une fécondité extraordinaire » qui paraît dans le Journal de Paris en 1784. Le second, Pierre Ané, originaire du comté de Foix, fut au service de l’ambassadeur de Sardaigne, puis du duc et de la duchesse espagnols de l’Infantado, avant d’entrer au service de la princesse. Il mène ensuite une brillante carrière en devenant chirurgien du roi20, puis de la princesse Pauline Bonaparte21. Un médecin, Guillaume Fumée, précédemment au service du prince de Conti, apparaît épisodiquement dans les comptes pour contrôler les factures sans être appointé par Marie-Fortunée d’Este. D’autres chirurgiens interviennent au gré des déplacements de la maison ou de l’état des patients. Par exemple, le chirurgien bandagier Pipelet est appelé lors de l’accident survenu à un porteur en 1778. On peut noter le recours à un dentiste répondant à l’attention croissante portée aux soins dentaires et notamment aux caries22. Les professionnels adressent ensuite leurs ordonnances à des apothicaires : quasi-exclusivement à la veuve Sage, associée à Folliant, à Paris. La princesse sollicite parfois d’autres spécialistes : des apothicaires pour des produits spécifiques ; des herboristes qui fournissent des plantes pour confectionner des tisanes ; des communautés religieuses pour des herbes et des épiciers. La diversité des intervenants témoigne de la perméabilité entre les différents corps de métier. La princesse s’adresse à des parfumeurs et à des épiciers pour des dépenses de santé : pastilles ou gomme pectorale pour les premiers ; dragées de la Mecque pour les seconds. Le rôle thérapeutique des parfumeurs et la relation forte entre le monde des cosmétiques et celui des remèdes ont été soulignés23. La mention d’épicier rappelle leur lien étroit avec les apothicaires : ils appartiennent au même corps de métier jusqu’en 1777. Il faut enfin noter le recours à des garde-malades, qui ne se rendent pas à l’hôtel suivant une habitude largement répandue, mais chez qui les malades séjournent le temps de se remettre de leurs maux. C’est une profession majoritairement féminine même si des hommes veillent également les malades24. Ces femmes dont l’absence de formation, de compétence, voire la dangerosité, est fustigée par les contemporains25, vivent majoritairement à proximité de l’hôtel.

  • 26 Goubert Jean-Pierre, « L’art de guérir. Médecine savante et médecine populaire dans la France de 17 (...)

12Au final, l’offre médicale, telle qu’elle se donne à voir autour de la maison, se distingue par l’hétérogénéité des intervenants et la coexistence d’une médecine savante et d’une médecine plus populaire26. Elle est à la mesure du rang de la princesse et du nombre de domestiques, avec six apothicaires, neuf chirurgiens ou médecins et onze garde-malades. Elle induit de lourdes dépenses.

Le poids de la santé dans le budget princier

13Chaque année, soigner ses domestiques coûte entre 1 500 et 2 000 livres à la princesse : 1 741 livres, par exemple, en 1778. Si la somme est importante, elle ne grève pas son budget ; dans la mesure où la princesse perçoit des pensions d’un montant annuel de 180 000 livres.

  • 27 CUVILLIER Jacques, Famille et patrimoine de la haute noblesse français au XVIIIe siècle, le cas des (...)
  • 28 Arch. nat., R3/177, pièce n° 18, mémoire de la garde-malade, 5 juillet 1778.

14La place des médicaments se détache de l’éventail des dépenses. Les factures d’apothicaires se montent à 700-900 livres, soit la moitié des frais de santé. Les rémunérations de garde-malades sont aussi à souligner. Les malades, en effet, sont gardés à l’extérieur ; ce qui suppose de les nourrir et justifie un prix élevé. Ainsi, si une garde-malade revient à 4-5 livres par jour – ce qui est proche des 3 livres de celle qui est au chevet de Marie-Catherine Phélypeaux d’Outreville au début du siècle27 – faut-il ajouter aux émoluments de la garde les frais de transport du malade, de literie, de nourriture, voire… de sépulture. Dès lors, le déplacement des malades, associé à la longueur des maladies, alourdit les factures : par exemple le séjour (26 jours) du Suisse revient en 1778 à 130 livres28.

15Pris isolément, les remèdes sont relativement peu onéreux pour une aristocrate, mais restent inabordables pour le peuple parisien : 1 à 2 livres pour une potion, 1 livre 4 sols pour un rouleau de sirop de capillaire, 8 sols pour une once de sirop de réglisse. Certains sont plus coûteux : 3 livres 10 sols pour une livre de chocolat de santé, 4 livres pour deux onces d’eau de Luce, 3 livres 4 sols pour seize sangsues. De même, si une visite d’un chirurgien à Triel ne coûte que 10 sols, celui-ci vient régulièrement ausculter ses patients, parfois matin et soir. Multipliés par des dizaines de malades et sur l’année, ces frais deviennent relativement lourds.

16Ainsi l’obligation de soin est-il l’un des devoirs du Grand. Entretenir une domesticité nombreuse et la soigner n’est réservé qu’à une élite qui peut supporter de tels frais. Le service princier permet aux domestiques d’accéder à un vaste réseau de soins et de bénéficier de traitements longs et coûteux, qui seraient hors de leur portée s’ils devaient les payer eux-mêmes. Par exemple, le garçon de fourneaux reçoit un traitement en juin 1788 de 15 livres soit 10 % de ses gages mensuels tandis que le garçon d’office qui séjourne chez la garde-malade durant le mois de septembre 1783 coûte à la princesse 129 livres pour des gages mensuels de 150 livres.

Des domestiques égaux face aux maladies ?

17Au-delà des informations comptables et thérapeutiques, les factures des apothicaires permettent d’établir une liste des malades de 1776 à 1789 et, dans une certaine mesure, de repérer leurs maladies et d’en suivre le cours. Les domestiques ont-ils la même vulnérabilité ou la même résistance face aux troubles physiques ? En quoi les hiérarchies sociales, l’âge, le sexe sont-ils des facteurs aggravants ou protecteurs face à la maladie ?

Une prise en charge différenciée des malades

  • 29 Arch. nat., R3/177, pièce n° 9, Mémoire des médicaments pour 1777.

18Si la maladie touche chaque année presque tous les membres de la maisonnée – en 1777, il y a 37 malades sur 43 domestiques29 –, elle frappe inégalement ces derniers. Quant à leur prise en charge, elle varie aussi selon les catégories auxquelles ils appartiennent.

19En premier lieu, il faut noter la surreprésentation masculine parmi les malades. Plusieurs raisons permettent de l’expliquer. La première est liée à la composition de la maison où dominent les hommes : cinq femmes appartiennent à la Chambre de la princesse en 1777, auxquelles il faut ajouter deux dames suivantes dont la santé n’est pas prise en charge. La masculinité est, en effet, un des traits caractéristiques de la domesticité aristocratique : avoir des serviteurs est source de prestige social ; posséder une écurie impose des effectifs importants dans le secteur masculin de la Livrée et de l’Écurie. Les membres de ce pôle de la maison occupent des fonctions physiques qui malmènent les corps et occasionnent des accidents. Une forte proportion de porteurs, valets de pied, cochers ou postillons subissent des fractures. La seconde originalité des malades masculins réside dans le fait que seuls les serviteurs sont soignés par une garde-malade. Le poids de la Livrée peut expliquer cette spécificité. Ses membres ont besoin d’un temps de convalescence avant de reprendre un travail exposé aux intempéries. De plus, ils vivent dans des dortoirs au-dessus de l’écurie ou dans le grenier soumis aux variations de températures. Ces conditions ne sont guère propices au rétablissement et à l’activité d’une garde-malade. Comme la princesse de Conti ne sollicite que des femmes, elles ne peuvent se rendre au chevet des hommes malades, dans un espace collectif masculin où une présence féminine serait malvenue. Les serviteurs résident donc le temps de leur maladie chez les soignantes.

  • 30 Archivio di Stato di Modena, Cancelleria ducale estero, Ambasciatori Agenti, corrispondenti estensi (...)

20Les femmes ne sont ici pas plus malades que les hommes ; ce qui nuance l’image largement véhiculée d’une fragilité toute féminine. Cela dit, leurs maladies sont aussi longues que celles de leurs homologues masculins : la femme de chambre-gouvernante suit par exemple un traitement pendant quarante-cinq jours, mais, contrairement aux serviteurs, elle demeure à l’hôtel. Cette différence de traitement est à associer à la place singulière des femmes auprès de la princesse. Ce sont majoritairement des femmes de chambre, d’origine italienne ou alliées à des Italiens, qui appartiennent à l’intimité de la princesse depuis de longues années, parfois même depuis son arrivée en France. Dès lors, elles bénéficient de bonnes conditions de logement, d’appartements personnels – qui rendent superflu un séjour chez une garde-malade – ainsi que de la bienveillance particulière de leur maîtresse. Celle-ci s’inquiète régulièrement de la santé de ces femmes, comme en témoigne la correspondance diplomatique rédigée par l’envoyé du duc de Modène en France à son maître, père de la princesse. En 1780, il relate l’attention de Marie-Fortunée d’Este aux troubles de sa gouvernante d’origine italienne, Mlle Marescotti : elle « l’a fait transporter à Paris accompagnée de son médecin et de son chirurgien qu’elle avait fait chercher à Paris sur le champ »30, avant de faire appel au chirurgien du duc de Penthièvre. L’inquiétude de la princesse est vive, elle va la voir tous les jours et cette maladie l’oblige à reporter ses projets de déplacement. Ultime preuve de l’attention qu’elle porte à cette femme, la princesse de Conti récompense le chirurgien du duc de Penthièvre, qui l’a saignée et soignée avec succès, de 30 louis d’or.

21Enfin, un troisième groupe se détache. Les pages sont des jeunes nobles venus à Paris recevoir une formation conforme à leur rang. Âgés de huit à dix-huit ans, ils servent par deux pendant deux à quatre ans. Vivant dans un pavillon à l’arrière de l’hôtel, ils séjournent chez la garde-malade pendant leurs maladies afin de bénéficier de soins constants.

22Ainsi peut-on noter une différence de traitement entre les hommes et les femmes. Ces dernières restent à l’hôtel dans un environnement féminin. Seuls les serviteurs profitent des soins de la garde-malade, mais à la différence d’autres maisons, il n’y a pas d’infirmerie à l’hôtel et les domestiques doivent le quitter pour être soignés. Toutefois, à lire les factures, il ne se dessine pas de nettes différences dans la prise en charge des maladies : il n’y a pas de garde-malade spécifique pour les pages ; les chirurgiens ou les apothicaires semblent traiter indifféremment l’ensemble de la maisonnée, de la princesse au postillon, et selon le seul critère de leurs troubles.

Entre chutes et rhumes : les maux de la domesticité

23Le nombre de domestiques favorise la multiplicité des maladies. Les remèdes prodigués peinent à dévoiler la nature de ces dernières mais plusieurs indices permettent de jeter quelques lueurs sur elles. La différence entre hommes et femmes dans la fréquence et la prise en charge des maux se retrouve-t-elle ? Certaines fonctions ancillaires exposent-elles davantage les domestiques aux maux ?

  • 31 Arch. nat., R3/177, pièces n° 24, 26, 30, mémoires de la garde-malade, 1779-1780.

24Soulignons tout d’abord un trait commun à l’ensemble de la maison : les traitements frappent par leur longueur. Par exemple, un garçon de fourneaux reçoit un remède pendant 69 jours en 1788, le valet de chambre-concierge pendant 58 jours et une femme de chambre pendant 42 jours en 1784. De même, les séjours chez la garde-malade sont longs : 73 jours pour un page en 1787 ; 88 jours pour un garçon d’office en 1784. Le maximum est atteint par un valet de pied qui demeure 387 jours chez la garde-malade entre 1779 et 1780, avant de décéder en avril 178031.

  • 32 Arch. nat., R3/177, pièce n° 86, mémoire de Chabosson chirurgien à Triel pour 1786.
  • 33 « Espèce de fluxion sur la gorge et sur la trachée-artère, qui fait tousser, moucher et cracher », (...)
  • 34 Le looch est « une composition pharmaceutique d’une consistance moyenne, destinée à être roulée dan (...)

25Les maladies qu’on pourrait qualifier de professionnelles sont aisément identifiables. Les accidents et les chocs physiques sont fréquents. Ils viennent expliquer la présence plus forte des membres de l’écurie parmi les malades et rappeler les dangers qui les menacent : une chute, un mauvais coup de sabot... De même, à Triel où les fonctions ancillaires sont majoritairement tournées vers l’entretien du domaine, les blessures sont récurrentes : en 1786, le chirurgien réduit les luxations du pied du garde-chasse, qui a chuté, et du doigt du jardinier32. Ensuite, les maux de la mauvaise saison tels les rhumes33 sont courants. De nombreux médicaments signalent la fréquence des maladies pulmonaires, à l’instar des expectorants tels la gomme pectorale, le sirop de guimauve, le looch blanc34… Les fièvres sont légion comme les fièvres tierces soignées par des médicaments fébrifuges.

26Les maladies sont fort variées : cours de ventre ; rhumatisme et autres douleurs physiques, soignées par des onguents et des pommades ; maladies de peau, avec des éruptions de pustules sudorales ; problèmes dentaires, qui réclament à plusieurs reprises l’intervention d’un dentiste, ou oculaires, soignés par des collyres. Enfin certaines pathologies sont plus difficilement définissables à l’instar « des débordements d’humeur ».

27En définitive, les maladies sont aussi nombreuses que variées. Rares sont les jours où l’apothicaire ne délivre pas de potions. La comptabilité de la princesse ne permet pas d’isoler des maux spécifiquement féminins. Les mêmes traitements peuvent être alternativement pris par un homme ou une femme, ce qui ne veut pas dire qu’il s’agit des mêmes maladies. La complexité de la pharmacopée rend aujourd’hui le diagnostic difficile, tant la conception et la description des pathologies ont changé depuis le XVIIIe siècle. Toutefois, la précision des factures incite à mettre en évidence la diversité de l’arsenal thérapeutique déployé pour soigner chacun des membres de la maisonnée.

Un arsenal thérapeutique varié

Des soins inspirés de la théorie des humeurs

  • 35 Fourcroy Antoine-François, L’art de connaître et d’employer les médicaments dans les maladies qui a (...)

28Les factures témoignent de l’ampleur de la pharmacopée. Les gestes de soins restent marqués par la domination de la pensée humorale. Selon cette dernière, la maladie naît du déséquilibre entre les quatre humeurs. Pour revenir à l’harmonie, il faut donc évacuer l’humeur nocive. Le corps est ainsi vu comme un organisme à réguler, évacuer, faire transpirer, ou saigner en fonction des maux dont le patient se plaint. Les saignées sont donc fréquentes tout comme l’usage de sangsues. Les purgatifs sont communément employés avec la mention d’apozème purgatif à base de séné, de manne, de rhubarbe ou de miel mercurial purgatif utilisé pour les lavements. Les laxatifs sont présents avec la cassonade rouge, les suppositoires au beurre de cacao, la crème de tartre ; tout comme les vomitifs avec des émétiques, tel l’antimoine. La pharmacopée est composée de produits complexes à base de plantes auxquelles sont ajoutés des produits d’origine animale. Les remèdes sont principalement administrés sous une forme liquide et leur action principale est de réguler les humeurs. Chaque plante ou produit est ainsi défini par sa fonction dans l’équilibre des humeurs35.

  • 36 Ce sel, du nom de Johann Rudolf Glauber, est du sulfate de sodium ; Jacques Coster, Dictionnaire de (...)
  • 37 « Sel formé par l’union de l’acide qu’on nomme Nitreux, et d’un alcali fixe » ; Dictionnaire de l’A (...)

29Des évolutions se repèrent aisément dans les comptes. Les sels employés sous des formes diverses – sels de Glauber36, de nitre37, de seignette – entrent dans la composition de nombreux remèdes. Ils témoignent du développement de la chimie et de son application en médecine dès le XVIIe siècle. De nouveaux produits attestent de l’ouverture au monde avec l’introduction de plantes exotiques comme la cannelle, censée stimuler la sécrétion gastrique ; le quinquina, pour lutter contre les fièvres, ou l’ipécacuana, qui provoque des vomissements. Une autre nouveauté réside dans l’utilisation progressive de produits calmants, tels les opiacés présents dans les années 1780. Ces usages suggèrent une évolution de la pratique médicale.

30Les gestes de soin et la pharmacopée sont donc variés. À ces remèdes s’ajoutent des stratégies thérapeutiques qui visent à faire des aliments ou de l’eau des médicaments.

Le régime comme pratique de santé

  • 38 NICOUD Marilyn, Les régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture médicale, (...)
  • 39 Le médecin Tissot démontre en 1761, dans son Avis au peuple sur sa santé, que la mauvaise réputatio (...)
  • 40 Arch. nat., R3/172, pièce n° 117, dépenses journalières de Bouche pour le mois d’octobre 1777.
  • 41 Arch. nat., R3/177, pièce n° 84, mémoire du lait et sucre pour Monsieur de Montarby, 31 juillet 178 (...)

31Héritage antique et médiéval38, la diététique régit les comportements alimentaires. Selon la théorie humorale, le régime de santé vise à maintenir l’homme ou la femme en bonne santé, ou à les soigner. Avec la chimie, les connaissances sur le processus de la digestion, la diététique et les propriétés médicales des aliments évoluent ; fruits et légumes sont alors considérés comme sains. De plus, sous l’influence des physiocrates et des écrits de Rousseau, la nature et ses produits sont valorisés. Parallèlement, les docteurs Théodore Tronchin (1709-1781) et Samuel Auguste Tissot (1728-1797) prônent le retour aux sources naturelles, au lait, aux fruits39… Les thérapeutiques ordonnées aux domestiques témoignent de ces nouvelles idées et les traitements à base de régimes deviennent plus fréquents au cours des années 1780. Ils se distinguent par leur variété. Les bouillons peuvent être à base de légumes ou de jus d’herbes, voire d’animaux tels les limaçons. Les dépenses de bouche attestent de la pratique du régime comme thérapeutique par l’acquisition de « poule pour le bouillon des malades », comme en octobre 177740, soulignant ainsi le lien très étroit entre alimentation et soins. De même, les régimes lactés sont particulièrement fréquents et administrés à un grand nombre de domestiques ; une dizaine chaque année, pendant de longues périodes : par exemple, un jeune page suit durant 81 jours un régime fortifiant au lait parfois accompagné de sucre41. Le petit lait a des vertus laxatives et peut être pris avec du tartre – il est alors purgatif –, du sucre pour combattre les rhumatismes, du vin pour lutter contre les fièvres.

  • 42 Lind James, Traité du scorbut, Paris, Ganeau, 1756.

32En outre, les aliments exotiques, à la mode au XVIIIe siècle, tels le chocolat de santé, le café, le thé de Chine, accompagnent le traitement et sont inclus dans les dépenses de santé. Les agrumes, comme les citrons ou les oranges, viennent en complément des traitements médicaux et attestent la diffusion des moyens de lutter contre le scorbut popularisés par les expériences de James Lind traduites en français42. Des antiscorbutiques sont par ailleurs administrés à des domestiques dans les années 1780.

Bains et boissons : l’usage thérapeutique de l’eau

  • 43 VIGARELLO Georges, Le propre et le sale, l’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Éditions du (...)
  • 44 Caulier Brigitte, L’eau et le sacré : les cultes thérapeutiques autour des fontaines en France, du (...)
  • 45 PORTER Roy, The medical history of waters and spas, London, Wellcome Institute for the History of M (...)

33L’usage thérapeutique de l’eau s’inscrit dans une pratique millénaire. Si au XVIIe siècle les bains étaient suspectés par les médecins de provoquer les maladies, le discrédit sur l’eau n’est pas total. Elle devient un élément primordial dans les nouvelles valeurs de l’hygiène qui s’affirment au siècle des Lumières43. Elle est chargée de vertus thérapeutiques en accord avec la théorie humorale. Les bonnes fontaines ou eaux miraculeuses font l’objet d’un culte thérapeutique, où se mêlent des guérisons curieuses et des histoires édifiantes. L’eau est un don de Dieu qui possède une partie de sa puissance. Les médecins aux XVIe et XVIIe siècles s’appuient sur ces croyances pour justifier les bienfaits des eaux44. Au XVIIIe siècle, les vertus de ces sources obtiennent une caution scientifique tout particulièrement après la découverte des fibres : le bain agit comme un stimulant sur les fibres et les muscles. Leur utilisation thérapeutique est alimentée par une recherche médicale dynamique, marquée par l’essor des monographies médicales, notamment sur les bains45 : 478 sources sont d’ailleurs recensées à la fin du XVIIIe siècle. Le pouvoir royal accompagne ce mouvement en instituant en 1605 la surintendance générale des bains et fontaines minérales du royaume et, en 1778, la Société royale de médecine qui obtient le contrôle des eaux minérales.

  • 46 Cosma-Muller Pascale. « Entre science et commerce : les eaux minérales en France à la fin de l’Anci (...)
  • 47 Arch. nat., R3/177, pièce n° 61, mémoire de la garde-malade, 1er octobre 1783.
  • 48 Arch. nat., R3/177, pièce n° 51, mémoire des avances faites par Ané chirurgien, 13 janvier 1783.

34L’usage thérapeutique de l’eau se présente sous trois formes dans les comptes. Tout d’abord, à Paris, l’ingestion d’eau est prescrite aux domestiques : eaux de Vichy, de Passy, de Balaruc ou de Seltz, pour des maux variés. Elle témoigne de la vitalité et du succès du commerce des eaux en bouteille qui font figure de « remède universel »46. Aux cures de boissons s’ajoute la prise de bains. À Paris, les mémoires des garde-malades indiquent la présence d’une thérapeutique par l’eau à deux reprises avec peu de détails : en 1783, un valet de chambre reçoit 24 bains47 ; en 1782, la femme de garde-robe est soignée par des bains de vapeur aux vertus émollientes et sudorifiques48. Les bains sont donc pris hors de la maison princière pendant la maladie sous la surveillance de la garde-malade.

35Enfin, le séjour aux bains de la princesse de Conti à Bourbon-l’Archambault, de juin à septembre 1787, est l’occasion pour plusieurs domestiques de bénéficier de soins thermaux. Cette pratique révèle le goût et la mode des bains qui se diffusent à l’époque moderne en France et dans le reste de l’Europe49. Les eaux sulfureuses de Bourbon-l’Archambault connaissent, selon les médecins de l’époque, un succès dans de nombreuses affections : maladies de la faiblesse et du relâchement, rhumatismes50, engorgements du foie51… En sus de la princesse, deux domestiques font une cure. La plus malade reçoit 19 bains et 17 douches et boit pendant 72 jours52. Parallèlement, les malades suivent un régime au petit lait, agrémenté pour la femme de chambre de prises de rhubarbe et de plantes dépuratives afin d’épurer le sang et les humeurs.

*

  • 53 Dictionnaire des sciences médicales, op. cit.

36Ainsi l’analyse des soins médicaux donnés aux domestiques d’une princesse du sang à la fin du XVIIIe siècle permet-elle de dessiner les contours de ce marché de la santé qui gravite autour de la maisonnée et réunit des intervenants variés. L’étude des factures dressées par des apothicaires confirme l’hétérogénéité des remèdes. L’appartenance à la maison princière garantit l’accès à des soins de qualité, par la présence d’un chirurgien à demeure, la possibilité de séjourner aux eaux et l’accès à des produits variés et coûteux. Le recours aux services des garde-malades démontre l’importance des soignantes. Si les femmes de chambre n’en bénéficient pas c’est qu’elles vivent dans un environnement féminin qui rend les garde-malades inutiles : elles se gardent les unes les autres..., semblant conforter l’opinion largement répandue que « la femme est douée plus que l’homme de cette patience si nécessaire pour soigner les malades »53.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet : CHATENET Aurélie, « La femme, maîtresse de maison ? Rôle et place des femmes dans les ouvrages d’économie domestique au XVIIIe siècle », Histoire, économie et société, n° 4, 2009, p. 21-34.

2 Liancourt Duchesse de, Règlement donné par une dame de haute qualité à Melle de la Roche-Gyon sa petite-fille, pour sa conduite et pour celle de sa maison, Paris, A. Leguerrier, 1698.

3 FLEURY Claude Abbé de, Les devoirs des maîtres et des domestiques, Paris, P. Émery, 1736, p. 52.

4 PetitfrÈreClaude, L’œil du maître, maîtres et serviteurs de l’époque classique au romantisme, Bruxelles, Éd. Complexe, 1986, p. 86-89.

5 Archives nationales (désormais Arch. nat.), R3, Maison de Conti, 172-184, dépenses particulières de Marie-Fortunée d’Este, 1776-1789.

6 COQUERY Natacha, L’hôtel aristocratique : le marché du luxe à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998.

7 Thèse d’histoire moderne « Une consommation aristocratique et féminine à la fin du XVIIIe siècle : Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803) » dirigée par Michel Cassan et soutenue à l’Université de Limoges, le 27 novembre 2010. Publication aux Presses universitaires de Limoges en 2012.

8 Ils sont comparables à ceux de la maison de la duchesse de Bourbon (55 membres).

9 Avec les maîtres d’éducation des pages, les serviteurs des domestiques dont la santé n’est pas prise en charge par la princesse, la maison parisienne atteint une cinquantaine de membres.

10 Gramain-Kibleur Pascale, « Le rôle des prescriptions médicamenteuses dans la société française du XVIIIe siècle », Histoire, économie et société, n° 3, 2001, p. 321-337 ; Pilloud Séverine, « Mettre les maux en mots, médiations dans la consultation épistolaire au XVIIIe siècle : les malades du Dr Tissot », Bulletin canadien de l’histoire de la médecine, n° 16, 2000, p. 215-245 ; Barras Vincent, Louis-Courvoisier Micheline (éd.), La médecine des Lumières : tout autour de Tissot, Geneva, Georg, 2001.

11 Porter Roy, « The patient’s view, doing medical history from below », Theory and Society, vol. 14, n° 2, March 1985, p. 175-198.

12 Roche Daniel, « Les domestiques parisiens comme intermédiaires culturels au XVIIIe siècle », Les Intermédiaires culturels, Aix-en-Provence, Publication de l’université de Provence, 1982, p. 189-202.

13 Arch. nat., R3/177, dépenses de santé, 1776-1789, 118 pièces.

14 Rieder Philip, « Médecins et patients à Genève : offre et consommations thérapeutiques à l’époque moderne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 52-1, 2005, p. 39-63.

15 La « Faculté » renvoie au terme générique employé pour désigner, sur le modèle royal, la maison médicale des princes. Voir LUNEL Alexandre, La maison médicale du roi : XVIe-XVIIIe siècles, le pouvoir royal et les professions de santé (médecins, chirurgiens, apothicaires), Seyssel, Champ Vallon, 2008.

16 Duma Jean, Les Bourbon-Penthièvre (1678-1793) : une nébuleuse aristocratique au XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

17 À l’instar du chirurgien Georges-Martin Guérin (1710-1791).

18 GIQUELAY Christophe, « La cour de Louis-François de Conti. Les trésors des princes de Bourbon-Conti », Les trésors des princes de Bourbon-Conti, Paris, Somogy, L’Isle-Adam, Musée d’art et d’histoire Louis Senlecq, 2000, p. 10-18.

19 Archives français d’Outre-Mer, FR ANOM COL E 28, Bernat, Joseph, chirurgien de Marine, à Surate (1773).

20 « Nécrologie », Journal de Médecine et de chirurgie, 1822, p. 398.

21 Almanach impérial de Paris, 1813, p. 68

22 Jones Colin, « Pulling Teeth in Eighteenth-Century Paris », Past and Present, vol. 166-1, 2000, p. 100-145.

23 Lanoë Catherine, La poudre et le fard : une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Paris, Champ-Vallon, 2008.

24 Rieder Philip, La figure du patient au XVIIIe siècle, Genève, Droz, Bibliothèque des Lumières, 2010, p. 254.

25 Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckoucke, 1812, article « Garde-malade ».

26 Goubert Jean-Pierre, « L’art de guérir. Médecine savante et médecine populaire dans la France de 1790 », Annales, E. S. C., vol. 32- 5, 1977, p. 908-926.

27 CUVILLIER Jacques, Famille et patrimoine de la haute noblesse français au XVIIIe siècle, le cas des Phélypeaux, Gouffier, Choiseul, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 442.

28 Arch. nat., R3/177, pièce n° 18, mémoire de la garde-malade, 5 juillet 1778.

29 Arch. nat., R3/177, pièce n° 9, Mémoire des médicaments pour 1777.

30 Archivio di Stato di Modena, Cancelleria ducale estero, Ambasciatori Agenti, corrispondenti estensi, Francia, 221, Abbé Contri, lettre du 26 juin 1780.

31 Arch. nat., R3/177, pièces n° 24, 26, 30, mémoires de la garde-malade, 1779-1780.

32 Arch. nat., R3/177, pièce n° 86, mémoire de Chabosson chirurgien à Triel pour 1786.

33 « Espèce de fluxion sur la gorge et sur la trachée-artère, qui fait tousser, moucher et cracher », Jean-François LAVOISIEN, Dictionnaire portatif de médecine, d’anatomie, de pharmacie, de chymie, d’histoire naturelle, de botanique et de physique…, Paris, Théophile Barrois, 1793, p. 503.

34 Le looch est « une composition pharmaceutique d’une consistance moyenne, destinée à être roulée dans la bouche, et avalée peu-à-peu, ou à être prise par très petites portions et en léchant » ; le looch blanc est composé d’amandes douces, d’eau de fleurs d’orange, Denis DIDEROT et Jean Le Rond D’ALEMBERT, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Briasson, 1751-1765, t. IX, p. 689 « looch ».

35 Fourcroy Antoine-François, L’art de connaître et d’employer les médicaments dans les maladies qui attaquent le corps humain, Paris, 1785, 2 vol.

36 Ce sel, du nom de Johann Rudolf Glauber, est du sulfate de sodium ; Jacques Coster, Dictionnaire de santé ou vocabulaire de médecine, Paris, Gabon, 1829.

37 « Sel formé par l’union de l’acide qu’on nomme Nitreux, et d’un alcali fixe » ; Dictionnaire de l’Académie française, 4e édition, 1762.

38 NICOUD Marilyn, Les régimes de santé au Moyen Âge. Naissance et diffusion d’une écriture médicale, Rome, École française de Rome, 2007, 2 vol.

39 Le médecin Tissot démontre en 1761, dans son Avis au peuple sur sa santé, que la mauvaise réputation des fruits est un préjugé populaire.

40 Arch. nat., R3/172, pièce n° 117, dépenses journalières de Bouche pour le mois d’octobre 1777.

41 Arch. nat., R3/177, pièce n° 84, mémoire du lait et sucre pour Monsieur de Montarby, 31 juillet 1786.

42 Lind James, Traité du scorbut, Paris, Ganeau, 1756.

43 VIGARELLO Georges, Le propre et le sale, l’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Éditions du Seuil, 1987.

44 Caulier Brigitte, L’eau et le sacré : les cultes thérapeutiques autour des fontaines en France, du Moyen Âge à nos jours, Paris, Beauchesne-Presses de l’Université Laval, 1990.

45 PORTER Roy, The medical history of waters and spas, London, Wellcome Institute for the History of Medicine, 1990.

46 Cosma-Muller Pascale. « Entre science et commerce : les eaux minérales en France à la fin de l’Ancien Régime », GOUBERT Jean-Pierre (éd.), La médicalisation de la société française, 1770-1830, Waterloo, Ontario, Historical Reflections Press, 1982, p. 249-262.

47 Arch. nat., R3/177, pièce n° 61, mémoire de la garde-malade, 1er octobre 1783.

48 Arch. nat., R3/177, pièce n° 51, mémoire des avances faites par Ané chirurgien, 13 janvier 1783.

49 Gerbod Paul, Loisirs et santé. Les thermalismes en Europe des origines à nos jours, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 35-56.

50 Banc Jean, Les admirables vertus des eaux naturelles de Pougues, Bourbon et autres renommées de France, en faveur des malades qui ont recours en leurs salutaires emplois, depuis peu descouvertes, Paris, L. Giffart, 1618 ; FAYE, Essai sur les eaux minérales et médicinales de Bourbon-l’Archambault, Moulins, 1778 ; BRIEUDE Jean-Joseph de, Observations sur les eaux thermales de Bourbon-l’Archambault, de Vichy, du Mont d’Or, Paris, 1788.

51 Adelon, Béclard, Bérard et al., Dictionnaire de médecine ou répertoire général des sciences médicales considérées sous le rapport théorique et pratique, Paris, Béchet jeune, 1833, t. V, « Bourbon l’Archambault (eaux de) », p. 529.

52 Arch. nat., R3/183, dépenses à Bourbon-l’Archambault, pièce n° 123, mémoire des boissons et des bains, 1er septembre 1787.

53 Dictionnaire des sciences médicales, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1  : Facture d’apothicaire
Crédits Arch. Nat., R3/177, pièce n°80, Mémoire des médicaments pour 1784
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/184/img-1.png
Fichier image/png, 3,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Chatenet-Calyste, « Soigner une maison aristocratique à la fin du XVIIIe siècle : le cas de la maisonnée de la princesse de Conti », Histoire, médecine et santé, 2 | 2012, 75-89.

Référence électronique

Aurélie Chatenet-Calyste, « Soigner une maison aristocratique à la fin du XVIIIe siècle : le cas de la maisonnée de la princesse de Conti », Histoire, médecine et santé [En ligne], 2 | automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/184 ; DOI : 10.4000/hms.184

Haut de page

Auteur

Aurélie Chatenet-Calyste

Agrégée d’histoire et ATER à l’université de Strasbourg, Aurélie Chatenet-Calyste a soutenu sa thèse de doctorat d’histoire intitulée Une consommation aristocratique et féminine à la fin du XVIIIe siècle : Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803), en 2010, à l’Université de Limoges. Ses recherches portent sur l’histoire du corps, des femmes, de la consommation et de la noblesse.

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals