Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Dossier : Nouvelles recherches en...Des difficultés de quantifier les...

Dossier : Nouvelles recherches en histoire contemporaine

Des difficultés de quantifier les populations infirmes en France au xixe siècle

Le recensement de la population et le recrutement militaire
On the difficulties in quantifying the disabled populations in XIXth century France. Population census and military recruitment
Dificultades para cuantificar las poblaciones lisiadas en Francia en el siglo XIX. Censo de población y reclutamiento militar
Pauline Hervois
p. 29-47

Résumés

En 1851, une variable relative aux infirmités est introduite dans le recensement français. Jusqu’en 1876, les individus atteints de folie, de la perte d’un sens (vue, ouïe, parole) ou de goitre sont dénombrés lors de ces opérations quinquennales. En parallèle, des comptes rendus sur le recrutement militaire font état des jeunes hommes impropres à porter les armes pour cause d’infirmités. Le présent article explore les sources d’erreurs dans ces deux productions statistiques, avec l’hypothèse de sous-déclarations dans les recensements et de sur-déclarations dans les comptes rendus du recrutement. Il s’agit donc de présenter les difficultés rencontrées aux différentes échelles de la production : les instructions ministérielles, le rôle des acteurs de l’identification, les comportements des individus et la traduction d’une information en une donnée statistique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ian Hacking, « Biopower and the Avalanches of Printed Numbers », Humanities in Society, 5, 1982, p (...)
  • 2 Ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics, Statistique de la France, deuxième (...)
  • 3 Jean-Paul Bertaud, « L’armée et le brevet de virilité », dans Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine (...)

1Au xixe siècle, deux sources de données nominatives mentionnent l’état de déficience des Français vivant dans leurs foyers (et une seulement celui des Françaises). Dans une période d’engouement pour les statistiques1, des dénombrements réguliers sont organisés dès 1801 à des fins administratives, fiscales et militaires. Avec l’introduction de variables inédites, le recensement de 1851 signe la transition des dénombrements vers les recensements : l’opération administrative devient progressivement aussi qualitative que quantitative. Ainsi, entre 1851 et 1876, les maires ont pour consigne de notifier si un individu est atteint d’une « infirmité apparente ». À intervalles réguliers de cinq ans, le ministère de l’Intérieur publie la statistique des individus atteints par certaines déficiences sensorielles, intellectuelles ou physiques parmi les 35 783 170 habitants de la France2. Aussi, chaque année, les jeunes hommes de 21 ans sont appelés à se présenter devant des conseils de révision qui portent un diagnostic sur leur capacité à porter les armes3. À partir de 1816, le ministère de la Guerre publie des statistiques rendant compte de ces opérations du recrutement militaire, dont un tableau détaille le nombre des exemptions pour cause d’infirmité ou de maladie.

  • 4 François Buton, L’administration des faveurs. L’État, les sourds et les aveugles, 1789-1885, Renne (...)
  • 5 Philippe Pinel, Traité médico-philosophique sur l’aliénation mentale, ou la manie, Paris, chez Ric (...)

2La nosographie des déficiences incompatibles avec le service militaire est composée de 200 à 400 catégories. Dans une démarche comparative des sources, la population étudiée est centrée sur les infirmes présents régulièrement dans les recensements de 1851 à 1876, c’est-à-dire les aveugles, les sourds-muets, les idiots, les crétins, les aliénés et les goitreux. Ces infirmes ont aussi la particularité d’avoir suscité de l’intérêt dans le milieu médical et auprès de l’État, au cours de la période étudiée. En effet, dès la fin du xviiie siècle et durant le xixe siècle, les infirmes sensoriels se retrouvent au cœur de démarches en faveur de leur éducabilité4, et des médecins cherchent les origines et les remèdes à leurs maux. Incités par les travaux de Philippe Pinel5, de nombreux médecins orientent leurs recherches sur la folie. L’une de ses formes, le « crétinisme », employée dans les années 1850, qualifie des fous, goitreux, vivant dans les régions montagneuses. Outre le fait d’attirer l’attention et malgré la diversité de ces situations, ces infirmes partagent des conditions d’existences communes : leurs déficiences peuvent se manifester à la naissance ou au cours de la vie, leurs conditions de santé sont stables – elles ne se dégradent pas brutalement – et ils peuvent vivre dans leurs foyers aussi bien qu’en institutions.

  • 6 Alain Desrosières, Prouver et gouverner : une analyse politique des statistiques publiques, vol. 1 (...)
  • 7 Propos tenus par Ernest Bertrand, juge d’instruction en 1860 puis conseiller à la Cour impériale d (...)

3Le présent article entreprend d’analyser les productions statistiques sur les infirmes vivant en ménages, dans la seconde moitié du xixe siècle. Il s’agit aussi d’étudier la manière dont l’infirmité est quantifiée, c’est-à-dire la façon de transformer sous forme numérique ce qui est exprimé en mot6. L’hypothèse de départ, exprimée par Ernest Bertrand, membre de la Société Statistique de Paris, reflète les croyances des savants de l’époque : « il est certain qu’autant on cache ses infirmités à l’agent du recensement, autant on s’empresse de les montrer au conseil de révision7 ». En s’exprimant de la sorte, il remet en cause la qualité de ces données. Dans le prolongement de son idée, l’article explore les difficultés rencontrées dans la fabrique des chiffres et les arguments des médecins dans ces contestations numériques.

Le recrutement militaire, une opération de sélection encadrée par des « gens de l’art »

  • 8 Loi du 27 juillet 1872.

4Le recrutement militaire, organisé tous les ans, est une opération complexe, encadrée par des lois stables. Les principales modifications, celles de 1872 (qui font suite à la guerre franco-prussienne), concernent la création de services auxiliaires destinés à élargir les critères de sélection afin d’incorporer davantage de jeunes hommes, dont ceux porteurs de déficiences légères8. Ces derniers, qui étaient jusqu’alors exemptés, sont désormais incorporés dans des services tels que l’infirmerie ou l’intendance.

  • 9 Dans un contexte militaire, il est d’usage de parler en termes de « classe » (d’âge), c’est-à-dire (...)
  • 10 Michel Bozon, Les conscrits, Paris, Berger-Levrault, 1981 ; Odile Roynette, Bons pour le service : (...)
  • 11 Laurent Heyberger, La révolution des corps, Paris, PUF, 2005, p. 126-127.

5Le recrutement se déroule sur six mois. Avant le 1er janvier, les maires dressent la liste des jeunes hommes de leurs communes ayant atteint leurs 20 ans dans le cours de l’année achevée. Cette liste du recensement est ensuite ordonnée alphabétiquement et publiée dans le chef-lieu de chaque canton pour vérifier que personne n’ait été oublié. Puis, le ministère de la Guerre répartit le contingent proportionnellement à chaque département : il définit le nombre d’hommes qui doivent être recrutés par zone, c’est-à-dire qui doivent y être reconnus aptes à porter les armes. Le contingent évolue en fonction des besoins en soldats, conséquences du contexte géopolitique : entre 1851 et 1876, il varie entre 80 000 et 140 000 hommes. Les hommes de la classe9 sont ensuite appelés, au mois de mars, à tirer un numéro aléatoire qui définit leur ordre de passage devant les conseils de révision. Jusqu’en 1872, ce numéro représente une chance d’échapper à un service de sept années, perçu comme pénible10 (après les réformes de 1872, il n’y a plus de contingent fixé mais l’enjeu du numéro persiste puisqu’il détermine la durée du service11). En effet, une fois le contingent atteint, les hommes qui n’ont pas encore été examinés sont libérés sans que leur condition ne soit jugée.

  • 12 Un capitaine de recrutement, Manuel des conseils de révision, nouvelle législation du recrutement (...)
  • 13 Jean-Michel Selig, Malnutrition & développement économique dans l’Alsace du xixe siècle, Strasbour (...)
  • 14 C.-M. Gonvot, Manuel de recrutement, à l’usage de MM. les Maires de toutes les communes de France, (...)
  • 15 C.-M. Gonvot, Manuel de recrutement, op. cit., p. 17.
  • 16 Charles Ely, « Recrutement », Dictionnaire usuel des sciences médicales, vol. 81, Paris, Dechambre (...)
  • 17 George-Auguste Morache, Traité d’hygiène militaire, op. cit.
  • 18 Loi Soult du 21 mars 1832.
  • 19 Ibid. ; circulaire 373 du 20 février 1852 (AN F/9/265).

6L’ensemble des numéros tirés, le préfet dresse la liste de tirage, et les jeunes hommes passent sous la toise (ils sont mesurés). Les conseils de révision, au cœur du processus de sélection, mènent leur tournée de début mai à fin juin. Ils sont composés de cinq membres de la préfecture ou du conseil général et de membres aux avis consultatifs : des maires12, des médecins militaires13 et des intendants militaires14. À partir de 1832, les médecins militaires, qualifiés de « gens de l’art », sont appelés à se prononcer dans les cas d’exemption pour infirmités15 ; à la suite des réformes militaires de 1872, aucune exemption définitive ne peut être décidée sans la consultation d’un avis médical16 : le poids du diagnostic médical prend alors de plus en plus d’importance. Dans chaque canton, un médecin, de préférence un médecin militaire17, est réquisitionné pour procéder aux examens. Leur affectation est encadrée pour éviter tout accord avec des appelés (en cas de corruption, ils encourent de deux mois à deux ans d’emprisonnement18) : les médecins ne doivent avoir ni famille dans le secteur d’affectation, ni y avoir exercé au cours de leur carrière19.

  • 20 Baptiste-Alphonse Corriger, Recueil méthodique des dispositions qui régissent le recrutement de l’ (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 M.-A. Bost et Jules Périer, Guide complet du recrutement. Code formulaire à l’usage des fonctionna (...)

7Les jeunes hommes peuvent être exemptés pour trois types de raisons. Le défaut de taille20 est prononcé lorsque l’individu n’atteint pas une taille minimale qui varie au cours de la période entre 1,54 et 1,57 mètres. À partir de 1873, ce motif n’est plus considéré comme définitif : l’individu jugé trop petit se représente l’année suivante, voire celle d’après, pour être à nouveau mesuré et examiné. De nombreuses maladies ou infirmités sont présentées comme incompatibles avec le service militaire et éloignent définitivement les jeunes hommes de cette fonction. Enfin, ils peuvent être écartés pour des motifs légaux, c’est-à-dire pour des causes familiales (aîné de veuf ou de veuve, frère mort sous les drapeaux, etc.) ou du fait d’un engagement (militaire, dans l’instruction religieuse ou publique21). Cependant, ces dernières raisons motivent la dispense et non l’exemption : en cas de mobilisation, les dispensés déclarés aptes sont appelés. Ainsi, si un individu est éligible à une dispense et à une exemption, c’est l’exemption, du fait de son caractère définitif, qui doit lui être accordée22.

  • 23 Ministère de la Guerre, Instruction pour servir de guide aux officiers de santé dans l’appréciatio (...)
  • 24 Ministère de la Guerre, Instruction pour servir de guide aux officiers de santé dans l’appréciatio (...)
  • 25 Ministère de la Guerre, Instruction sur les maladies, infirmités ou vices de conformation qui rend (...)
  • 26 Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1846, p. 1-3.

8Afin d’harmoniser les procédures d’exemption d’un canton à l’autre, des manuels décrivant les maladies et infirmités incompatibles avec le service militaire sont mis à la disposition des membres des conseils de révision. Les moyens de reconnaître les simulateurs, les dissimulateurs ou les provocateurs y sont également détaillés. Le manuel de 1846 est composé de 200 maladies et infirmités23. Seize ans plus tard, un nouveau recueil fait état de plus de 400 maladies et infirmités intégrant ainsi des maladies plus générales affectant le corps telles que la faiblesse, la maigreur, l’acné ou la paralysie24. Ces manuels publiés sont révisés dans la précipitation, en 1873, à la suite de la création des services auxiliaires pour orienter les déficients dans le service le plus adapté. Quatre années plus tard, le manuel est agrémenté de détails sur l’ensemble des maladies et infirmités25. Les nomenclatures et les descriptions sont présentées comme non-exhaustives mais avec l’ambition de servir de guide. Les déficiences sont ordonnées de la tête aux pieds, suivant ainsi l’ordre de l’examen. Lorsque son numéro est appelé, le jeune homme se rend auprès du conseil au cours duquel le médecin inspecte d’abord son corps dans son ensemble, afin de détecter les « grands vices de conformations » (marasme, obésité) et les « difformités évidentes des membres » (perte d’un membre)26 :

  • 27 Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1862, p. 23.

L’homme se présente entièrement nu et subit déjà un premier examen en s’avançant vers le médecin ; on le fait placer debout, les pieds sur un tapis ou une natte, les talons rapprochés, les bras pendants sur les côtés du corps, les mains étalées et leur paume dirigée en avant (position de soldat sans arme). On jette alors sur tout l’individu un regard d’ensemble qui fait apercevoir et juger d’emblée les grands vices de conformation, ceux qui ne peuvent permettre aucun doute sur l’inaptitude du service27.

  • 28 Ibid.
  • 29 C.-M. Gonvot, Manuel de recrutement, op. cit., p. 116 ; M.A. Bost et Jules Périer, Guide complet d (...)

9Si aucune cause d’exemption n’est observée lors de ce « premier coup d’œil », un examen détaillé et particulier est alors engagé. Le médecin ausculte le jeune homme en commençant par la tête et en descendant vers les pieds28. Le conseil de révision statue ensuite sur le sort de l’examiné : bon, exempté ou dispensé, puis le motif est écrit de façon manuscrite sur la ligne nominative du sujet. Dans leurs diagnostics, les conseils de révision ont pour consigne d’agir aussi bien dans l’intérêt de l’armée que dans celui des jeunes hommes29 : ils ne doivent pas prendre le risque de recruter un homme faible qui, d’une part, serait rapidement réformé sans être remplacé, et, d’autre part, pourrait se blesser, voire mourir du fait de son manque de robustesse. Une fois le contingent atteint dans le département, l’autorité préfectorale dresse un tableau détaillé par canton dans lequel figure le nombre d’exemptés pour chaque infirmité ou maladie. Le ministère de la Guerre établit ensuite les comptes rendus sur le recrutement qui transcrivent les événements propres au recrutement de cette classe (taille du contingent, date des étapes de la tournée, nombre de jeunes gens examinés, etc.) dont le tableau D « Récapitulatif par département des diverses espèces de maladies et d’infirmités » expose le nombre d’exemptés par département, selon 50 catégories de maladies et infirmités (21 catégories jusqu’en 1850).

Des diagnostics difficiles à poser, des données erronées

  • 30 Martin-Antoine Vincent, Du choix du soldat, ou étude sur la constitution des hommes de 20 ans, app (...)
  • 31 Jean-Paul Aron, « Taille, maladie et société : essai d’histoire anthropologique », Anthropologie d (...)
  • 32 George-Auguste Morache, Traité d’hygiène militaire, op. cit., p. 67.
  • 33 Jean-Michel Selig, Malnutrition & développement économique…, op. cit., 1996.
  • 34 Circulaire 373 du 20 avril 1852, AN F/9/265.
  • 35 Jean-Charles Chenu, Recrutement de l’armée et population de la France, Paris, Dumaine, Masson et f (...)
  • 36 Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1846, p. 29-30 ; Ministère de la Guerre, Instructi (...)
  • 37 Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1846, p. 10-11 ; Ministère de la Guerre, Instructi (...)

10Malgré des instructions nationales, des manuels détaillés et un calendrier strict, dans la pratique, un certain nombre d’éléments entravent le constat des exemptions. L’examen médical auquel sont contraints les appelés est affecté par le contexte dans lequel il se déroule. D’une part, l’environnement peut être influencé par des « reflets de voisinage, de réverbération trop vive de lumière, et dirigé en plein sur l’individu à examiner30 », d’autre part, la durée consacrée aux examens perturbe les diagnostics posés sur les appelés. Le retard à l’ouverture des conseils31 ou le manque de médecins dans des départements populeux32 conduisent à une diminution du temps moyen d’examen33 qui provoque des conséquences néfastes sur la constitution du contingent34. Un examen hâtif est forcément incomplet35, notamment lorsqu’il s’agit de poser un diagnostic sur des cas de surdi-mutité36 et de folie37 qui nécessitent un examen approfondi :

  • 38 Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1862, p. 45.

Les nuances qui caractérisent la folie sont quelquefois si fugitives et, en même temps, si variées, qu’il est difficile au médecin de les saisir, même lorsqu’il peut entourer d’une surveillance assidue et prolongée l’individu qui est présumé en être atteint. Sans doute il est des cas dans lesquels les caractères de l’aliénation mentale sont si évidents, si bien établis par des preuves et des témoignages incontestables, que tout le monde est apte à les reconnaître et que l’officier de santé peut, à coup sûr, proposer soit l’exemption, soit la réforme ; mais il en est d’autres qui sont tellement obscurs qu’il faut, pour arriver à la connaissance de la vérité, soumettre l’individu suspect à une observation suivie et intelligente qui n’est possible qu’à l’égard de l’homme présent sous les drapeaux38.

  • 39 Jean-Charles Chenu, Recrutement de l’armée, op. cit., p. 5.
  • 40 Baptiste-Alphonse Corriger, Recueil méthodique, op. cit., p. 281 à propos de la loi du 7 mars 1820
  • 41 Martin-Antoine Vincent, Du choix du soldat…, op. cit.
  • 42 Ibid., p. 40.
  • 43 Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1846.

11Le médecin Jean-Charles Chenu suggère donc de toujours préférer l’exemption en cas de doute et regrette que ce ne soit pas la situation qu’il observe39. Cependant, le fait que le contingent soit fixé et réparti par département rend la tâche complexe ; lorsque les conseils de révision rencontrent des difficultés à atteindre le nombre d’hommes aptes, les exigences de sélection s’amoindrissent40. De plus, l’examen reste une appréciation individuelle du médecin et ne peut être homogène malgré la distribution de consignes. Martin-Antoine Vincent parle donc d’un « art bien réel de regarder », qualité indispensable qui ne serait pourtant pas à la portée de tous les médecins41. Aussi, la sélection est influencée par la loi des séries42 qui se traduit par un niveau d’exigence évoluant en fonction des cas précédemment examinés : un homme un peu moins faible qui se présente après une série d’hommes très faibles pourrait être déclaré bon, et inversement. Enfin, les comportements des jeunes hommes représentent des obstacles puisque les appelés auraient tendance à simuler des infirmités pour échapper au service qui s’impose à eux43.

  • 44 Article 44 de l’instruction du 18 mai 1840.
  • 45 François-Antoine-Mathias Sistach, Études statistiques sur les infirmités et le défaut de taille, c (...)
  • 46 Hippolyte Larrey, « Du recrutement de l’armée », Bulletin de l’Académie de Médecine, 1867, p. 677.
  • 47 Paul Broca, Sur la prétendue dégénérescence de la population française, Paris, Imprimerie Martinet (...)
  • 48 Hippolyte Larrey, « Du recrutement de l’armée », art. cité.
  • 49 Pierre-Hubert Nysten, « Crétin », Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des scienc (...)

12Les médecins relèvent également des irrégularités dans l’application des instructions en ce qui concerne l’ordre de préférence des motifs accordés : certains privilégient l’exemption pour défaut de taille, plus rapide à constater, alors qu’à partir de 1840, la préférence est censée être donnée aux exemptions pour infirmités44. Cet argument relatif à la perte d’information sur la santé des individus se porte aussi dans la transposition de données individuelles à des données agrégées : lorsque l’examiné est jugé inapte, le motif d’exemption est inscrit sur la liste de tirage sous forme manuscrite. Ces motifs individuels sont ensuite comptabilisés dans des tableaux récapitulatifs, mais certains cas ne correspondent pas à la nomenclature proposée par le ministère de la Guerre45. Les médecins Hippolyte Larrey46 et Paul Broca47 critiquent d’ailleurs la désuétude de ces catégories. La traduction de situations complexes pose aussi question. Par exemple, lorsque des individus sont atteints de plusieurs infirmités, seul un motif est retenu48, le plus souvent le plus visible par souci d’accélérer les examens. Cet appauvrissement de renseignement est particulièrement regrettable dans l’étude du crétinisme puisque, selon les recherches de l’époque, ce qui distingue un idiot d’un crétin, c’est que le second est affligé d’un goitre49. Avant 1872, les conseils de révision privilégient les exemptions pour cause de goitre (pour la classe 1860, 2,5 % des exemptions pour infirmités et maladies le sont pour cause de goitre contre 1 % pour crétinisme, idiotisme, imbécillité) mais la tendance s’inverse lorsque les goitreux ne sont plus exemptés mais envoyés dans les services auxiliaires (alors, pour la classe 1872, seules 1,3 % des exemptions pour infirmités et maladies le sont pour cause de goitre, contre 4,5 % pour cause d’idiotisme, crétinisme ou imbécillité). Cette hypothèse est illustrée par l’analyse des évolutions des exemptions pour ces deux causes : à partir du moment où les goitreux sont incorporés dans les services auxiliaires, le nombre d’individus exemptés pour cause de crétinisme augmente fortement (Figure 1).

Figure 1 – Distribution des exemptés pour cause de « goitre » et de « crétinisme, idiotisme, imbécillité » par classe

Figure 1 – Distribution des exemptés pour cause de « goitre » et de « crétinisme, idiotisme, imbécillité » par classe

Données issues des « Comptes rendus sur le recrutement militaire » (1850-1880) publiés annuellement par le ministère de la Guerre.

Graphique réalisé par l’autrice

  • 50 Arthur Chervin, Essai de géographie médicale de la France d’après les infirmités constatées chez l (...)

13De plus, et du fait de la rapidité des examens, le médecin qui sélectionne les hommes ne s’attarde pas sur la nature de la déficience. Il existe une catégorie, nommée « faiblesse de constitution », qui regorge de cas de la sorte, ce qui en fait une catégorie trop vague. À titre d’exemple, dans la classe 1860, 17 915 individus ont été exemptés pour cette cause sur un total de 66 325 exemptions pour maladies ou infirmités. C’est donc plus d’un quart des exemptés pour maladies ou infirmités qui sont classés dans cette catégorie et pour lesquels il est impossible de connaître précisément la nature de leur déficience. À l’inverse, Arthur Chervin souhaite que la catégorie « faiblesse de constitution » soit davantage utilisée pour les jeunes hommes qui sont impropres au service mais qui ne présentent aucune infirmité concrète : pour lui, c’est une catégorie un peu fourre-tout, qui peut surtout permettre d’éloigner des hommes qui seront réformés à peine enrôlés50. Dans ce débat, ce sont deux intérêts qui s’opposent entre ceux qui souhaitent favoriser la qualité des données et celui qui privilégie la qualité des hommes recrutés.

  • 51 Charles Ely, « Recrutement », art. cité, p. 651.
  • 52 Paul Broca, Recherches sur l’anthropologie de la France, 1860 ; Hippolyte Larrey, « Du recrutement (...)

14Dès lors que les médecins s’intéressent à ces données inédites et régulières, d’autres critiques émergent sur les comptes rendus sur le recrutement et sur leur exploitation. Le docteur Charles Ely souligne l’incohérence de ces tableaux du ministère de la Guerre et regrette que le terme d’« infirmes » soit employé dans les études pour qualifier les exemptés, alors qu’il faudrait lui préférer celui d’« impropres »51. En effet, il considère que, du fait d’exagérations, de mauvais diagnostics ou d’une nomenclature inadaptée52, ce n’est pas une quantité d’individus infirmes qui sont traduits dans ces tableaux, mais bien une quantité d’individus jugés inaptes au moment du conseil de révision. Au même titre, l’emploi du terme d’examinés, tel que présenté dans le tableau des comptes rendus sur le recrutement et utilisé pour calculer des proportions, est l’objet de discussions.

  • 53 Léon-Joseph Du Cazal, « Répartition en France des infirmités susceptibles d’entraîner l’exemption (...)
  • 54 Adolphe Devot, Essai de statistique médicale sur les principales causes d’exemption du service mil (...)
  • 55 Statistique générale de France, Mouvement de la population pendant les années 1858, 1859 et 1860, (...)
  • 56 Hippolyte Larrey, « Du recrutement de l’armée », art. cité.
  • 57 Archives départenales (AD) Hautes-Alpes, série 1R.
  • 58 Cet exemple ne peut être généralisé à l’ensemble du territoire à ce stade de l’étude.
  • 59 AD Hautes-Alpes, 1R564, liste de tirage, classe 1856.
  • 60 AD Hautes-Alpes, 1R561, liste de tirage, classe 1853.

15Jean-Christian-Marc Boudin, médecin militaire, est l’un des premiers auteurs à avoir mobilisé les statistiques du recrutement afin d’étudier la répartition des maladies et infirmités sur le territoire. Cette initiative fait de lui le « créateur » de la géographie médicale53. Son analyse de 1849, intitulée « Étude sur le recrutement de l’armée », a inspiré de nombreux travaux (Devot, Broca, Lagneau, Sistach, Chervin54) mais s’est aussi attirée plusieurs critiques. Dans ce travail précurseur, Boudin calcule des proportions à partir du nombre d’examinés tel que publié par le ministère de la Guerre. Or, d’après le bureau national de statistique, la Statistique générale de France (SGF)55, et d’après le médecin militaire Hippolyte Larrey56, les dispensés, les absents, les engagés volontaires et les exemptés pour raisons légales échappent à l’examen médical et ne peuvent pas, de ce fait, être considérés comme des examinés. Arthur Chervin va plus loin en démontrant que les calculs de Boudin sont incorrects puisqu’en plus des situations précédemment citées, les individus qui n’auraient pas la taille suffisante pour aller à l’armée seraient eux aussi exemptés avant de passer devant le médecin. Selon ces dires, le nombre des examinés ne correspondrait pas à ceux qui passent devant le médecin, cette dernière quantité serait inférieure. Les proportions d’infirmes établies par Boudin seraient donc plus faibles que celles attendues par Chervin. L’analyse des listes de tirage du canton de Saint-Bonnet (Hautes-Alpes)57 permet en partie de trancher cette discussion58. Au cours du recrutement, les jeunes hommes ont la possibilité de mentionner un ou plusieurs motifs d’exemption qui sert de guide pour le conseil de révision mais ne peut en aucun cas s’y substituer. Parmi les jeunes hommes appartenant aux classes 1850-1875, 12 ont évoqué conjointement une infirmité ou maladie et une raison légale ou un engagement comme motif potentiel d’exemption. Ils sont 8 à avoir été exemptés pour infirmités et 4 pour motif légal ou engagement. Il y a également des cas, comme celui de François Barthélémy Blanc (classe 1856) qui évoque comme motif son engagement dans l’instruction publique et qui se retrouve exempté pour hernie59. Au même titre, Pierre César Jaussard (classe 1853) se présente comme l’aîné d’un veuf mais l’exemption lui est accordée pour difformité du pied gauche60. Ces exemples démontrent que, sur la période étudiée par Boudin, Larrey ou Chervin, dans les Hautes-Alpes, des jeunes hommes qui auraient pu être exemptés pour des motifs légaux passaient bel et bien un examen médical.

Le recensement, une opération administrative à la charge des maires des communes

  • 61 Paul Schor et Alexis Spire, « Les statistiques de la population comme construction de la nation », (...)
  • 62 Ibid.
  • 63 Ian Hacking, « Biopower and the Avalanches of Printed Numbers », art. cité.

16Les premiers recensements quinquennaux de la population sont pensés comme une opération administrative de décompte de la population. Cette « prérogative de l’administration61 » n’est encadrée que par la loi du 22 juillet 1791 et il faut attendre dix années pour que le premier dénombrement soit réalisé. Les instructions et les modifications ne sont apportées que par décrets et par circulaires62. Il s’agit d’une tâche délibérément ordonnée par l’État et confiée aux maires des communes. Dans la première moitié du siècle, les collectes de statistiques en général et celles de population en particulier progressent, tant du point de vue de la quantité que de la qualité63. La création d’un bureau national de statistique, la SGF, au sein du ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics, en 1833, accompagne grandement ces améliorations. Si le ministère de l’Intérieur organise le dénombrement, la SGF en profite pour collecter des informations plus détaillées sur les populations.

  • 64 En 1851, il s’agit du décret n° 2729 daté du 1er février signé par Louis-Napoléon Bonaparte et son (...)
  • 65 Circulaire n° 4 du 4 mars 1851.
  • 66 Loi du 18 juillet 1837.
  • 67 Gaëlle Charcosset évoque l’intervention des instituteurs dans « la correspondance avec les service (...)
  • 68 Circulaire n° 15 du 6 mai 1846 « Dénombrement quinquennal de la population du royaume », AN F/1a/6 (...)

17Le recensement s’opère à trois niveaux géographiques, par trois types d’acteurs. Ainsi, en février de l’année choisie (les années se terminant en 1 et en 6), le ministre de l’Intérieur annonce par décret l’organisation du recensement dans le courant de l’année64. Quelques semaines plus tard (début mars65), des instructions spécifiques sont envoyées par circulaire aux préfets qui les font ensuite suivre aux maires de leurs communes. Les dépenses en matériel et en personnels liées à cette collecte sont à la charge des communes66. Dans les plus « populeuses », les maires peuvent faire appel à des délégués municipaux afin de les aider dans la visite des ménages67. La collecte, qui doit être effectuée le plus rapidement possible (afin d’éviter les doubles comptes du fait des déplacements de population), s’inscrit sur une période comprise entre le 1er avril et le 1er juin. Après s’être rendus dans l’ensemble des ménages de leurs communes, les maires complètent des tableaux récapitulatifs avec le total d’individus concernés par les caractéristiques relevées. La responsabilité des maires à remplir les tableaux récapitulatifs est accordée à partir de 1851 ; préalablement, cette tâche était confiée à l’autorité préfectorale68. Les maires font ensuite parvenir à la préfecture les listes nominatives et les tableaux récapitulatifs afin que ceux-ci puissent être vérifiés par l’autorité préfectorale. Cette dernière complète à son tour les tableaux récapitulatifs de la population du département ; ces tableaux sont ensuite retournés au ministère de l’Intérieur au plus tard le 1er juillet et une copie est conservée aux archives de la préfecture. Du fait de cette organisation, les listes nominatives ne parviennent pas jusqu’aux plus hautes instances de l’État. À la suite de cette collecte nationale qui a lieu tous les cinq ans, le ministère de l’Intérieur publie les chiffres « authentiques » de la population qui sont officiels jusqu’à l’opération suivante. Trois à quatre années plus tard, la SGF et le ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics publient des données et des analyses détaillées sur les caractéristiques de la population et sur sa répartition.

  • 69 Jacques Dupâquier et René Le Mée, « La connaissance des faits démographiques de 1789 à 1914 », dan (...)
  • 70 Il y a eu des tentatives d’enquête en population générale, en 1812 notamment, mais aucune publicat (...)
  • 71 René-Louis Villermé, « Mémoire sur la distribution de la population française », Séances et Travau (...)
  • 72 Alfred Legoyt, « Des maladies de l’intelligence chez les nations modernes », Revue Contemporaine, (...)
  • 73 François Buton, L’administration des faveurs, op. cit.
  • 74 Anne Carol, Histoire de l’eugénisme en France, les médecins et la procréation xixe-xxe siècle, Par (...)
  • 75 Bénédict-Augustin Morel, Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’esp (...)
  • 76 Charles-Michel de L’Épée, Institution des sourds et muets, par la voie des signes méthodiques. Ouv (...)

18Comme l’ont mentionné Jacques Dupâquier et René Le Mée, le recensement de 1851 « fait date dans l’histoire de la statistique »69. En effet, si celui de 1846 était composé de 16 variables, le suivant en comporte 35 : des variables portant sur la religion, la nationalité ou les infirmités sont introduites. À la suite de la disparition d’archives de la SGF, il est délicat d’affirmer ce qui a motivé la mise en place délibérée d’un dénombrement des infirmes. Cependant, l’étude du contexte dans lequel s’inscrit cette production inédite et qui se répète à six occasions permet d’émettre des hypothèses sur les raisons de cette démarche. Jusqu’en 1851, les études portant sur les causes de ces infirmités restaient essentiellement cloîtrées au sein d’établissements70. Las de ce champ d’étude limitée, plusieurs médecins ont sollicité l’intervention de l’État pour faire connaître le nombre d’infirmes vivant encore dans leurs ménages ainsi que leur répartition sur le territoire71. Si leur incitation était scientifique (collecter des données inédites pour étudier ces maux), elle se montre également nécessaire du point de vue administratif. En effet, en plus de conduire à l’ouverture d’un asile dans chaque département, la loi Esquirol de 1838 impose la répartition des frais d’entretien des aliénés en fonction de leurs départements de naissance72. Établir le nombre d’aliénés sur le territoire permettait ainsi de répondre à cette seconde requête tout en adaptant le nombre de places d’accueil dans les asiles en fonction du nombre de fous encore présents dans les foyers. De même, la prise en charge des infirmes sensoriels (aveugles et sourds-muets) se concrétise dans ce début du xixe siècle par l’ouverture d’institutions destinées à les éduquer73. Connaître leur répartition sur le territoire permet d’adapter l’installation de ces nouveaux établissements en fonction des besoins locaux. Enfin, cette production statistique s’inscrit plus globalement dans un contexte grandissant d’une peur de la dégénérescence de la population, préoccupation qui intéresse aussi bien les médecins que les statisticiens74. La dégénérescence, théorisée en 1857 par Bénédicte-Augustin Morel75, se manifesterait par une augmentation du nombre des infirmes dans la société76, d’où la nécessité de le mesurer.

  • 77 Les aveugles, borgnes, sourds et muets, aliénés à domicile, aliénés en établissements particuliers (...)
  • 78 Bulletin du recensement, 1861.

19En 1851 donc, et à l’occasion du premier recensement des « maladies et infirmités apparentes », cette variable se décline exceptionnellement en onze catégories77. Si un individu est atteint d’une de ces infirmités, le maire coche la case correspondant à cette déficience sur sa ligne nominative. Au cours des recensements quinquennaux suivants (1856-1876), les maires écrivent dans la dernière colonne « observations » la nature de l’infirmité dont l’individu semble être atteint. À partir de ces informations individuelles, ils calculent le total d’individus pour chaque infirmité et complètent le tableau récapitulatif à cet effet en dernière page des bulletins. L’étude de ces tableaux récapitulatifs permet de prendre connaissance de l’évolution de la nature des infirmités recensées. Le nombre de catégories d’infirmités est réduit à partir de 1856, et seules les infirmités qui paraissent se manifester dès la naissance sont conservées (individus atteints de cécité, de surdi-mutité, de folie). Aussi, il est demandé en 1856 de préciser l’origine de la cécité et de la surdi-mutité (de naissance, postérieurement à la naissance, origine inconnue) ; les infirmes sont aussi distingués par sexe. À partir de 1861, seuls les aliénés à domicile sont recensés (ceux vivant en établissements sont recensés à part) et la catégorie des goitreux refait son apparition. C’est aussi à cette occasion qu’une définition des degrés de folie est introduite pour orienter les maires : « l’aliéné est celui qui, ayant joui autrefois de la plénitude de ses facultés intellectuelles les a perdues en tout ou en partie. L’idiot et le crétin sont ceux qui n’en ont jamais joui ou qui n’en ont joui que très-imparfaitement78 ». Les nomenclatures des recensements de 1866 et de 1872 sont identiques et correspondent à l’apparition de l’état civil dans les tableaux récapitulatifs. Trois nouveaux degrés d’infirmes apparaissent aussi : les « idiots et crétins non goitreux », les « goitreux-crétins » et les « goitreux non-crétins ». Cette nouveauté peut s’expliquer par l’annexion récente de la Savoie et de la Haute-Savoie dans lesquelles ces populations sont particulièrement nombreuses. Enfin, dans le recensement de 1876, l’origine de l’infirmité ne peut plus être inconnue, et les aliénés sont séparés en deux catégories : les « idiots et crétins » ou les « fous ».

Des maires incompétents et des familles réticentes

  • 79 AN F/20/161.
  • 80 AN F/135/2/229.

20Au même titre que les obstacles rencontrés lors du recrutement, des difficultés de plusieurs ordres remettent en cause la qualité des recensements. Au niveau même de l’organisation, les maires de certaines communes déplorent des instructions à deux vitesses. Deux épisodes similaires sont relevés par le maire d’Amiens en 185679 et par celui de Marseille en 186180. Le ministère de l’Intérieur fait parvenir la consigne selon laquelle le dénombrement de la population doit avoir lieu, et, quelques semaines plus tard, le ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics envoie des consignes spécifiques. Or, ces maires avaient procédé au décompte nominatif de leurs habitants sans avoir connaissance des renseignements particuliers à relever. Il leur est demandé de renouveler une opération longue et coûteuse. Ces deux exemples illustrent l’écart entre, d’une part, une volonté de dénombrer, c’est-à-dire de compter, qui émane du ministère de l’Intérieur, et d’autre part, un désir d’étudier les caractéristiques de la population, qui provient de la SGF et de son ministère.

  • 81 « Vie de la société », Journal de La Société Statistique de Paris, 8, 1867, p. 277-308.
  • 82 Patrick Lagoueyte, La vie politique en France au xixe siècle, Paris, Ophrys, 1997, p. 101-102.
  • 83 Gaëlle Charcosset, « La politique au village… », thèse citée, p. 279-282.
  • 84 Propos tenus par Horace Say (Congrès Général de Statistique, Compte rendu des travaux du Congrès G (...)
  • 85 Propos tenus par Alfred Legoyt (William Farr, Report of the proceedings of the fourth session, op. (...)
  • 86 Adolphe de Watteville de Grabe, Statistique des établissements de bienfaisance : Rapport à S. Exc. (...)
  • 87 Pierre-Armand Dufau, Des aveugles…, op. cit., p. 213.
  • 88 Statistique de la France, Statistique de la France. T. 9, Résultats du dénombrement de la populati (...)
  • 89 « Vie de la société », Journal de la Société Statistique de Paris, 4, 1863, p. 141.
  • 90 Alfred Legoyt, « Du mouvement de l’aliénation mentale en Europe et dans l’Amérique du Nord », Jour (...)
  • 91 Ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics, Statistique de la France, op. cit. (...)
  • 92 Congrès Général de Statistique, Compte rendu, op. cit., p. 111.
  • 93 Alfred Legoyt, « Du mouvement de l’aliénation mentale en Europe et dans l’Amérique du Nord », art. (...)

21Les maires, en tant qu’opérateurs du recensement sur le terrain, rencontrent également de grandes difficultés dans l’identification des infirmes. Si certains manquent de motivation dans la réalisation de cette opération81, leur difficulté principale provient du fait qu’ils ne sont pas, pour la grande majorité d’entre eux, des professionnels de la santé (dans les grandes villes, seuls 3 à 4 % ont une formation médicale82 et ils sont encore moins nombreux dans les zones plus rurales83). Ce constat est évoqué par plusieurs savants84 mais la solution de faire intervenir des médecins est jugée incompatible avec l’éthique du secret médical instauré en 181085. De plus, les instructions sont insuffisantes pour pallier le manque de connaissances médicales. Ainsi, l’inspecteur général des bureaux de bienfaisance, le baron Watteville, relève des confusions dans le dénombrement des sourds, des muets et des sourds-muets en 185186 ; ils ont été comptés ensemble, alors que la catégorie était intitulée « sourds et muets ». Les statistiques sur les infirmes sensoriels ne satisfont pas non plus le directeur de l’Institut Royal pour jeunes aveugles, Pierre-Armand Dufau, ni le docteur Georges Loubrieu qui reprochent aux maires de ne pas savoir établir l’origine de l’infirmité alors que celle-ci est parfois inconnue des familles elles-mêmes. En effet, Dufau poursuit son argument en expliquant que, dans certains ménages, les infirmes sont tellement intégrés que leurs déficiences ne sont plus considérées comme telles, au point que les maires omettent de les compter87. Enfin, lorsqu’Alfred Legoyt, directeur de la statistique publique, reproche à certains maires d’avoir compté des idiots et des crétins parmi les aliénés en 185188, il omet le fait que la première définition à l’intention des maires sur les différentes formes de la folie ne soit donnée qu’à partir de 1861. De plus et d’après ces instructions, ce qui distingue un aliéné d’un idiot ou d’un crétin, c’est l’origine de l’infirmité. Or, c’est une difficulté complémentaire que de demander d’identifier l’apparition de la déficience par une appréciation visuelle, et ce quelle que soit la proximité des maires et de leurs administrés. Par ailleurs, beaucoup de maires se retrouvent confrontés au scepticisme des familles qui doivent répondre à une enquête en général, et à des questions portant sur les infirmes de leurs foyers en particulier. Les familles adopteraient donc des stratégies pour ne pas divulguer la présence d’un déficient en leur sein, comme l’ont montré Brière de Boismont89, Legoyt90 et la SGF91 dans le cas de l’aliénation, et Joseph Garnier92 à propos des goitreux. Ce mal-être des familles à propos de la variable relative aux infirmités dans le recensement est questionné par le statisticien Alfred Legoyt93. Cet argument est ensuite au cœur du discours d’Arthur Chervin qui milite de 1878 à 1881 pour la suppression de cette variable dans le recensement français et qui obtient gain de cause.

  • 94 Jean-Christian-Marc Boudin, Traité de géographie et de statistique médicales et des maladies endém (...)
  • 95 Adolphe de Watteville de Grabe, Statistique des établissements de bienfaisance, op. cit.
  • 96 « Vie de la Société », Journal de la Société Statistique de Paris, 2, 1861, p. 195-196.

22Ces divers obstacles constatés et la comparaison avec des données proches (portées sur des espaces ou des populations différentes) conduisent certains médecins à contester les données de ces premiers recensements. Boudin exploite conjointement les comptes rendus sur le recrutement et les recensements et en conclut, au moyen de calculs de proportions, que le dénombrement des goitreux de 1851 comporte un très grand nombre d’omissions (il parle de 249 000 goitreux contre 42 224 recensés)94. Dans une démarche similaire, Watteville remet en cause les statistiques des sourds-muets du recensement de 1851 et prétend mener une contre-enquête95. Cette démarche agace le directeur de la SGF, Alfred Legoyt, qui lui reproche de n’exposer ni ses sources ni sa méthodologie et qui l’accuse surtout de publier son étude en 1856, soit à la suite du nouveau recensement qui présente des données quasiment identiques à celles de Watteville. Autrement dit, Legoyt accuse Watteville de s’être appuyé sur les données du dénombrement de 1856 pour construire son estimation96.

  • 97 Alfred Legoyt, « De la prétendue dégénérescence physique de la population française comparée aux a (...)

23De nombreux reproches émanent de la plume des médecins qui sont au cœur du processus de quantification des infirmités. En effet, dans le cas des recensements, ils en sont les initiateurs et les exploitants et, dans le cas du recrutement, ils sont à la fois les exécutants et les exploitants. Leurs critiques à l’encontre de ces deux opérations reflètent leurs expériences : celle du terrain militaire de ceux ayant participé à des conseils de révision et le terrain d’enquête de ceux qui ont mené des recherches dans leurs institutions. Aussi, lorsque l’État organise un recensement exhaustif sur l’état de santé des populations, collecte inédite et impossible à mettre en place dans le cadre d’une recherche individuelle, les médecins intéressés par ces questions se montrent impatients, mais aussi intransigeants. Les critiques envers la qualité des données et la très faible exploitation des recensements des infirmes illustrent leur déception et révèlent ce paradoxe. Lors des discussions qui se développent dans les années 1860 sur la dégénérescence de la population97, c’est-à-dire sur une dégradation de la qualité des Français et des Françaises, ce sont les statistiques du recrutement qui sont mobilisées. Cependant, et bien que le recrutement soit une opération encadrée et menée par des « gens de l’art », la qualité des diagnostics posés sur les jeunes hommes est, elle aussi, largement remise en cause et l’exploitation de ces données est discutée.

24Comme l’affirmait Ernest Bertrand, les omissions sont nombreuses dans le cadre des recensements des infirmes. Cependant, les sources d’erreurs ne se trouvent pas que dans les comportements individuels : la tâche est difficile pour les maires et les instructions quasi inexistantes. De façon plus surprenante, les médecins discutent des sous-déclarations dans le recrutement militaire : le contexte dans lequel s’opère cet examen, la rapidité de ces examens et les difficultés à faire entrer dans une case une information complexe biaisent la production et l’analyse des données. Aussi, lorsque les médecins souhaitent intervenir pour améliorer ces statistiques, ils se trouvent confrontés à un refus. Comme le résume Hippolyte Larrey, les intérêts des uns ne sont pas ceux des autres :

  • 98 Hippolyte Larrey, « Du recrutement de l’armée », art. cité, p. 3.

Notre collègue lui-même a insisté sur le peu de valeur des documents statistiques qui lui ont été fournis par le bureau de recrutement. Or, le bureau de recrutement répond qu’il fonctionne à un point de vue essentiellement administratif et non pas médical. C’est celui-ci cependant qui nous intéresse98.

25En effet, la fonction des conseils de révision consiste à sélectionner les hommes les plus robustes et à éloigner les impropres. Ce n’est en aucun cas de créer une statistique nationale, régulière et fiable, comme l’auraient souhaité les médecins, statisticiens et autres savants. Les difficultés liées aux collectes de données, c’est-à-dire les calculs de temps et d’argent ainsi que les réticences des populations ne sont donc inhérentes ni une époque ni à un lieu ni au choix d’une variable.

Haut de page

Notes

1 Ian Hacking, « Biopower and the Avalanches of Printed Numbers », Humanities in Society, 5, 1982, p. 279-295 ; Joshua Cole, The Power of Large Numbers: Population, Politics, and Gender in Nineteenth-Century France, Cornell, Cornell University Press, 2000.

2 Ministre de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics, Statistique de la France, deuxième série : Territoire et population, Paris, Imprimerie royale, 1855.

3 Jean-Paul Bertaud, « L’armée et le brevet de virilité », dans Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire de la virilité, Paris, Seuil, 2011, p. 66-67.

4 François Buton, L’administration des faveurs. L’État, les sourds et les aveugles, 1789-1885, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

5 Philippe Pinel, Traité médico-philosophique sur l’aliénation mentale, ou la manie, Paris, chez Richard, Caille et Ravier, 1801.

6 Alain Desrosières, Prouver et gouverner : une analyse politique des statistiques publiques, vol. 1, Paris, La Découverte, 2014 ; id., L’argument statistique, 1, Pour une sociologie historique de la quantification, Paris, Presses de l’École des Mines, 2008.

7 Propos tenus par Ernest Bertrand, juge d’instruction en 1860 puis conseiller à la Cour impériale de Paris : « Vie de la Société », Journal de la Société Statistique de Paris, 2, 1861, p. 196.

8 Loi du 27 juillet 1872.

9 Dans un contexte militaire, il est d’usage de parler en termes de « classe » (d’âge), c’est-à-dire d’une génération, au sens où ils sont nés la même année. La classe de 1850 correspond aux hommes nés en 1830 qui atteignent leurs 20 ans en 1850, année au cours de laquelle ils sont recensés. Ils sont appelés à être examinés en 1851.

10 Michel Bozon, Les conscrits, Paris, Berger-Levrault, 1981 ; Odile Roynette, Bons pour le service : la caserne à la fin du xixe siècle, Paris, Belin, 2017.

11 Laurent Heyberger, La révolution des corps, Paris, PUF, 2005, p. 126-127.

12 Un capitaine de recrutement, Manuel des conseils de révision, nouvelle législation du recrutement de l’armée, Paris, J. Dumaine, 1878, p. 11.

13 Jean-Michel Selig, Malnutrition & développement économique dans l’Alsace du xixe siècle, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1996, p. 31.

14 C.-M. Gonvot, Manuel de recrutement, à l’usage de MM. les Maires de toutes les communes de France, Paris, Blot, 1856, p. 1 ; Un capitaine de recrutement, Manuel des conseils de révision, op. cit., p. 11.

15 C.-M. Gonvot, Manuel de recrutement, op. cit., p. 17.

16 Charles Ely, « Recrutement », Dictionnaire usuel des sciences médicales, vol. 81, Paris, Dechambre, 1874, p. 634 ; George-Auguste Morache, Traité d’hygiène militaire, Paris, J.B. Baillière et fils, 1874, p. 66.

17 George-Auguste Morache, Traité d’hygiène militaire, op. cit.

18 Loi Soult du 21 mars 1832.

19 Ibid. ; circulaire 373 du 20 février 1852 (AN F/9/265).

20 Baptiste-Alphonse Corriger, Recueil méthodique des dispositions qui régissent le recrutement de l’armée, accompagnées de tous les modèles en vigueur, Paris, J. Dumaine, 1857.

21 Ibid.

22 M.-A. Bost et Jules Périer, Guide complet du recrutement. Code formulaire à l’usage des fonctionnaires civils et militaires et des chefs de famille, Paris, J. Dumaine, 1861, p. 39.

23 Ministère de la Guerre, Instruction pour servir de guide aux officiers de santé dans l’appréciation des infirmités ou maladies qui rendent impropre au service militaire, approuvée par le pair de France, ministre secrétaire d’État de la guerre, le 14 novembre 1845, d’après les propositions du Conseil de santé des armées, Paris, Imprimerie royale, 1846.

24 Ministère de la Guerre, Instruction pour servir de guide aux officiers de santé dans l’appréciation des infirmités ou des maladies qui rendent impropre au service militaire, approuvée par le maréchal de France, ministre secrétaire d’État de la guerre, le 2 avril 1862, d’après la proposition du Conseil de santé des armées, Paris, Imprimerie royale, 1862.

25 Ministère de la Guerre, Instruction sur les maladies, infirmités ou vices de conformation qui rendent impropre au service militaire : approuvée par le ministre de la guerre le 27 février 1877, d’après la proposition du Conseil de santé, Paris, J. Dumaine, 1877.

26 Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1846, p. 1-3.

27 Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1862, p. 23.

28 Ibid.

29 C.-M. Gonvot, Manuel de recrutement, op. cit., p. 116 ; M.A. Bost et Jules Périer, Guide complet du recrutement, op. cit., p. 1 ; Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1862, p. 141-142 ; George-Auguste Morache, Traité d’hygiène militaire, op. cit., p. 122.

30 Martin-Antoine Vincent, Du choix du soldat, ou étude sur la constitution des hommes de 20 ans, appliqué au recrutement de l’armée, Paris, Victor Rozier, 1861, p. 38.

31 Jean-Paul Aron, « Taille, maladie et société : essai d’histoire anthropologique », Anthropologie du conscrit français d’après les comptes numériques et sommaires du recrutement de l’armée 1819-1826, La Haye, Mouton, 1972.

32 George-Auguste Morache, Traité d’hygiène militaire, op. cit., p. 67.

33 Jean-Michel Selig, Malnutrition & développement économique…, op. cit., 1996.

34 Circulaire 373 du 20 avril 1852, AN F/9/265.

35 Jean-Charles Chenu, Recrutement de l’armée et population de la France, Paris, Dumaine, Masson et fils, 1867, p. 5.

36 Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1846, p. 29-30 ; Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1862, p. 54-56.

37 Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1846, p. 10-11 ; Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1862, p. 44.

38 Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1862, p. 45.

39 Jean-Charles Chenu, Recrutement de l’armée, op. cit., p. 5.

40 Baptiste-Alphonse Corriger, Recueil méthodique, op. cit., p. 281 à propos de la loi du 7 mars 1820.

41 Martin-Antoine Vincent, Du choix du soldat…, op. cit.

42 Ibid., p. 40.

43 Ministère de la Guerre, Instruction…, op. cit., 1846.

44 Article 44 de l’instruction du 18 mai 1840.

45 François-Antoine-Mathias Sistach, Études statistiques sur les infirmités et le défaut de taille, considérées comme cause d’exemption du service militaire, Paris, 1861, p. 363.

46 Hippolyte Larrey, « Du recrutement de l’armée », Bulletin de l’Académie de Médecine, 1867, p. 677.

47 Paul Broca, Sur la prétendue dégénérescence de la population française, Paris, Imprimerie Martinet, 1867.

48 Hippolyte Larrey, « Du recrutement de l’armée », art. cité.

49 Pierre-Hubert Nysten, « Crétin », Dictionnaire de médecine, de chirurgie, de pharmacie, des sciences accessoires et de l’art vétérinaire, Paris, J.S. Chaudé, 1833 ; F.-E. Plisson, « Crétin, Crétinisme », Dictionnaire de médecine usuelle, Paris, Didier, 1849, p. 461-463.

50 Arthur Chervin, Essai de géographie médicale de la France d’après les infirmités constatées chez les conscrits par les conseils de révision pour le recrutement de l’armée de 1850 à 1869, Paris, Masson, 1880, p. 12.

51 Charles Ely, « Recrutement », art. cité, p. 651.

52 Paul Broca, Recherches sur l’anthropologie de la France, 1860 ; Hippolyte Larrey, « Du recrutement de l’armée », art. cité.

53 Léon-Joseph Du Cazal, « Répartition en France des infirmités susceptibles d’entraîner l’exemption du service militaire. Étude de géographie et de statistique médicales », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 1896, p. 54.

54 Adolphe Devot, Essai de statistique médicale sur les principales causes d’exemption du service militaire et recherches sur leur fréquence et leur distribution géographique, 1855 ; Paul Broca, Recherches sur l’anthropologie de la France, op. cit. ; Gustave Lagneau, Remarques ethnologiques sur la répartition géographique de certaines infirmités en France, 1868 ; Arthur Chervin, Essai de géographie médicale…, op. cit.

55 Statistique générale de France, Mouvement de la population pendant les années 1858, 1859 et 1860, Paris, SGF, 1863.

56 Hippolyte Larrey, « Du recrutement de l’armée », art. cité.

57 Archives départenales (AD) Hautes-Alpes, série 1R.

58 Cet exemple ne peut être généralisé à l’ensemble du territoire à ce stade de l’étude.

59 AD Hautes-Alpes, 1R564, liste de tirage, classe 1856.

60 AD Hautes-Alpes, 1R561, liste de tirage, classe 1853.

61 Paul Schor et Alexis Spire, « Les statistiques de la population comme construction de la nation », dans Riva Kastoryano (dir.), Les codes de la différence : race, origine, religion, France, Allemagne, États-Unis, Paris, Presses de la fondation nationale des Sciences politiques, 2005, p. 93.

62 Ibid.

63 Ian Hacking, « Biopower and the Avalanches of Printed Numbers », art. cité.

64 En 1851, il s’agit du décret n° 2729 daté du 1er février signé par Louis-Napoléon Bonaparte et son ministre de l’Intérieur Claude-Marius Vaïsse.

65 Circulaire n° 4 du 4 mars 1851.

66 Loi du 18 juillet 1837.

67 Gaëlle Charcosset évoque l’intervention des instituteurs dans « la correspondance avec les services préfectoraux, la rédaction des actes de l’état civil, des listes électorales, des délibérations, des listes nominatives de recensement » : ead., « La politique au village. Histoire sociale de l’institution municipale, 1800-1940. Arrondissement de Villefranche (Rhône) », thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université de Lyon, 2018, p. 310.

68 Circulaire n° 15 du 6 mai 1846 « Dénombrement quinquennal de la population du royaume », AN F/1a/68.

69 Jacques Dupâquier et René Le Mée, « La connaissance des faits démographiques de 1789 à 1914 », dans Jacques Dupâquier et de Maurice Garden (dir.), Histoire de la population française, 1789 à 1914, Paris, PUF, 1988.

70 Il y a eu des tentatives d’enquête en population générale, en 1812 notamment, mais aucune publication à cet égard.

71 René-Louis Villermé, « Mémoire sur la distribution de la population française », Séances et Travaux de l’Académie Des Sciences Morales et Politiques, 1837, p. 111 ; Pierre-Armand Dufau, Traité de statistique et essai de statistique physique et morale de la population française, Paris, Delloye, 1840 ; id., Des aveugles : considérations sur leur état physique, moral et intellectuel, avec un exposé complet des moyens propres à améliorer leur sort à l’aide de l’Instruction et du travail, Paris, Renouard et Cie, 1850 ; Guillaume-Marie-André Ferrus, « Mémoire sur le goitre et le crétinisme », Bulletin de l’Académie de Médecine, XVI, 1850, p. 200-283 ; Jean-Christian-Marc Boudin, Statistique de la population de la France et de ses colonies, d’après les derniers recensements, Paris, Baillière, 1852, p. 14.

72 Alfred Legoyt, « Des maladies de l’intelligence chez les nations modernes », Revue Contemporaine, IV, 1858, p. 857-890.

73 François Buton, L’administration des faveurs, op. cit.

74 Anne Carol, Histoire de l’eugénisme en France, les médecins et la procréation xixe-xxe siècle, Paris, Seuil, 1995.

75 Bénédict-Augustin Morel, Traité des dégénérescences physiques, intellectuelles et morales de l’espèce humaine et des causes qui produisent ces variétés maladives, Paris, J.B. Baillière, 1857.

76 Charles-Michel de L’Épée, Institution des sourds et muets, par la voie des signes méthodiques. Ouvrage qui contient le projet d’une langue universelle, par l’entremise des signes naturels assujettis à une méthode, Paris, Nyon, 1776 ; Jean-Etienne Esquirol, Des maladies mentales considérées sous les rapports médical, hygiénique et médico-légal, 1838, p. 731.

77 Les aveugles, borgnes, sourds et muets, aliénés à domicile, aliénés en établissements particuliers, individus atteints du goitre, individus affligés d’une déviation de la colonne vertébrale, individus affligés de la perte d’un bras, individus affligés de la perte d’une jambe, individus pieds bots, autres maladies ou infirmités apparentes.

78 Bulletin du recensement, 1861.

79 AN F/20/161.

80 AN F/135/2/229.

81 « Vie de la société », Journal de La Société Statistique de Paris, 8, 1867, p. 277-308.

82 Patrick Lagoueyte, La vie politique en France au xixe siècle, Paris, Ophrys, 1997, p. 101-102.

83 Gaëlle Charcosset, « La politique au village… », thèse citée, p. 279-282.

84 Propos tenus par Horace Say (Congrès Général de Statistique, Compte rendu des travaux du Congrès Général de Statistique, réuni à Bruxelles les 19, 20, 21 et 22 septembre 1853, Bruxelles, Hayez, 1853) ; propos tenus par Ernst Engel (William Farr, Report of the proceedings of the fourth session of the International Statistical Congress: held in London July 16th, 1860, and the five following days, Londres, H.M. Stationery off, 1861, p. 354) ; propos tenus par J.-C.-M. Boudin (« Vie de la Société », Journal de la Société Statistique de Paris, 2, 1861, p. 197).

85 Propos tenus par Alfred Legoyt (William Farr, Report of the proceedings of the fourth session, op. cit., p. 353).

86 Adolphe de Watteville de Grabe, Statistique des établissements de bienfaisance : Rapport à S. Exc. le ministre de l’Intérieur sur les sourds-muets, les aveugles et les établissements consacrés à leur éducation, Paris, Imprimerie impériale, 1861, p. 6.

87 Pierre-Armand Dufau, Des aveugles…, op. cit., p. 213.

88 Statistique de la France, Statistique de la France. T. 9, Résultats du dénombrement de la population en 1856. Strasbourg, Imprimerie Administrative Veuve Berger-Levrault, 1859, p. xxix.

89 « Vie de la société », Journal de la Société Statistique de Paris, 4, 1863, p. 141.

90 Alfred Legoyt, « Du mouvement de l’aliénation mentale en Europe et dans l’Amérique du Nord », Journal de la Société de Statistique de Paris, 4, 1863, p. 54.

91 Ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux Publics, Statistique de la France, op. cit., p. xxiv.

92 Congrès Général de Statistique, Compte rendu, op. cit., p. 111.

93 Alfred Legoyt, « Du mouvement de l’aliénation mentale en Europe et dans l’Amérique du Nord », art. cité.

94 Jean-Christian-Marc Boudin, Traité de géographie et de statistique médicales et des maladies endémiques […], Paris, J.-B. Baillière et fils, 1857.

95 Adolphe de Watteville de Grabe, Statistique des établissements de bienfaisance, op. cit.

96 « Vie de la Société », Journal de la Société Statistique de Paris, 2, 1861, p. 195-196.

97 Alfred Legoyt, « De la prétendue dégénérescence physique de la population française comparée aux autres populations européennes », Journal de la Société Statistique de Paris, 4, p. 316-338 ; Paul Broca, Sur la prétendue dégénérescence, op. cit.

98 Hippolyte Larrey, « Du recrutement de l’armée », art. cité, p. 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Distribution des exemptés pour cause de « goitre » et de « crétinisme, idiotisme, imbécillité » par classe
Légende Données issues des « Comptes rendus sur le recrutement militaire » (1850-1880) publiés annuellement par le ministère de la Guerre.
Crédits Graphique réalisé par l’autrice
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/1913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Hervois, « Des difficultés de quantifier les populations infirmes en France au xixe siècle »Histoire, médecine et santé, 15 | 2020, 29-47.

Référence électronique

Pauline Hervois, « Des difficultés de quantifier les populations infirmes en France au xixe siècle »Histoire, médecine et santé [En ligne], 15 | été 2019, mis en ligne le 24 septembre 2020, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/hms/1913 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.1913

Haut de page

Auteur

Pauline Hervois

Centre de recherche de l’Institut de démographie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Cridup)/Ined

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search