Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Dossier : Nouvelles recherches en...Les stratégies préventives sanita...

Dossier : Nouvelles recherches en histoire contemporaine

Les stratégies préventives sanitaires et la construction territoriale de l’État grec

Quarantaines, souveraineté et relations interétatiques aux confins du continent européen (1833-1845)
Health prevention strategies and the territorial structuring of the Greek State. Quarantines, sovereignty, and interstate relations on the edge of the European continent (1833-1845)
Las estrategias de salud preventiva y la construcción territorial del Estado griego. Cuarentenas, soberanía y relaciones interestatales en los confines del continente europeo (1833-1845)
Athanasios Barlagiannis
p. 49-66

Résumés

L’article étudie les relations entre la géographie, le commerce, l’intégration sociale et territoriale et l’influence politique européenne pour expliquer le développement de la protection sanitaire des frontières de l’État grec. Contre une vision trop univoque, il suggère qu’une plus grande attention soit accordée à la combinaison d’une multitude de facteurs qui influencent les mesures préventives appliquées dans les douze ans qui suivent la fondation du royaume. Ces mesures incluent tantôt les quarantaines (aux frontières et à l’intérieur du pays) tantôt les mesures hygiénistes (à l’intérieur). L’article brosse ainsi un panorama des principales caractéristiques de l’hygiène publique grecque tout en essayant d’analyser le lien entre les quarantaines aux frontières et l’aspiration du pays à s’unir, géographiquement, sanitairement et politiquement, au système interétatique européen et à fonder ainsi sa souveraineté.

Haut de page

Texte intégral

La recherche sur l’hygiène publique grecque du xixe siècle a été financée par la Fondation pour l’éducation et pour la civilisation européenne (Athènes) et par la Fondation A. G. Leventis (Chypre). Je remercie le professeur Anne Carol pour ses remarques de fond et son aide précieuse à la mise en forme de cet article. Je voudrais également remercier les rapporteurs anonymes dont l’avis m’a amené à clarifier certaines idées centrales développées ici.

  • 1 Peter Baldwin, Contagion and the State in Europe, 1830-1930, Cambridge, Cambridge University Press (...)

Etiological theories have been used selectively not to determine, but to justify sanitary policies adopted for largely different reasons1.

  • 2 Bruno Argémi, Clot-bey. Un médecin français à la cour du Pacha d’Égypte, Marseille, Gaussen, 2018, (...)

1Envoyé en mission en 1838-1839 par le gouvernement français dans les pays méditerranéens, M. de Ségur Dupeyron, Inspecteur général des établissements sanitaires en France, vient en Grèce pour « s’informer sur l’état des quarantaines dans nôtre pays, et en conséquence de cet éxamen de provoquer, s’il est possible, une diminution de la quarantaine en France contre la Grèce2 ».

  • 3 Archives nationales de Grèce [ANG], Archives de la période d’Othon [Othon], Ministère de l’Intérie (...)

2L’inspecteur n’est pas totalement satisfait de la situation observée. S’il affirme, d’une part, l’efficacité du système grec et propose une diminution de la durée de la quarantaine dans les ports français, il signale, d’autre part, « comme la chose la plus urgente et nécessaire, l’édition d’une loi et de réglemens sanitaires, sans lesquels aucune confiance ne pourrait être donnée au Gouvernement grec3 ». À la suite de ces observations, le ministre de l’Intérieur grec remet sur le tapis la question sanitaire :

  • 4 ANG, Othon, Intérieur, dos. 192, doc. 118. Souligné par l’auteur.

Considérant que le service sanitaire dans les ports et les lazarets ne se peut faire comme il faut, s’il n’existe un règlement régulier et détaillé, et que l’Europe ne donnera jamais foi à la réalité et sévérité de nos précautions sanitaires, si nous ne puissions lui présenter la loi et les règlemens, qui ont valeur dans notre pays, j’ose prier instamment Votre Majesté de vouloir bien donner Sa haute approbation à la proposition et au projet que j’ai eu l’honneur de Lui soumette il y a quelques mois, et qui dépuis plus de quatre ans attendent leur réalisation4.

  • 5 Le lazaret est une construction ou un espace délimité par des clôtures, qui se trouve le plus souv (...)
  • 6 Aristote Kousis, Les premières autorités de notre politique sanitaire et de l’organisation de la s (...)
  • 7 ANG, Othon, Intérieur, dos. 204, doc. 9.
  • 8 ANG, Othon, Intérieur, dos. 192, doc. 112.
  • 9 ANG, Othon, Intérieur, dos. 192, doc. 119.
  • 10 Aristote Kousis, Les premières autorités de notre politique sanitaire..., op. cit., p. 79.

3Comme le ministre le souligne, la promulgation d’un règlement des lazarets5 et des bureaux de santé du pays avait déjà été tentée plusieurs fois depuis la fondation de l’État grec en 1833 sous le règne d’Othon, fils cadet de Louis de Bavière. Le Conseil de santé du pays s’en était préoccupé durant plusieurs séances, en 1834 et en 18356. En 1835, le ministre de l’époque écrivait que « tous les reglemens sanitaires du pays […] ne sont encore que provisoires et pour cette raison defectueux et mal exécutés7 » et invitait le roi à entériner son projet. Quelques années plus tard, Georges Glarakis, ministre de l’Intérieur et médecin, tentait, en collaboration avec la Chambre de Commerce d’Athènes, d’apporter des modifications à un règlement « pour les bureaux de santé et les lazarets » que nous ne connaissons pas8. Glarakis insistait auprès du roi Othon sur « la nécessité de donner sa haute approbation aux projets sur le dit sujet soumis à VM il y a plusieurs mois9 ». Mais cette approbation tarda à venir puisque, une année plus tard, on donna lecture d’un (nouveau ?) règlement10. Ce règlement ne fut pas publié dans le Journal officiel du Gouvernement et semble ainsi être resté à l’état de simple projet.

4Ce n’est qu’en 1845, douze ans après la fondation du royaume de Grèce, que le Parlement grec vota dans la journée du 25 novembre trois lois et six décrets royaux (Code sanitaire) qui régulèrent de manière formelle, complète et homogène le fonctionnement des établissements sanitaires, les quarantaines, la hiérarchie des autorités sanitaires ainsi que les dispositions pénales relatives aux infractions commises.

  • 11 Ibid., p. 79-80.
  • 12 La même instabilité caractérisait le tarif des droits sanitaires, au moins jusqu’en 1836.

5Dans l’intervalle, l’absence d’un règlement sanitaire inclusif et général qui aurait encadré le fonctionnement du système sanitaire des frontières, a conduit à une régulation par étapes et peu cohérente. Prenons l’exemple de la durée de la quarantaine qui dépendait de la patente de santé des navires. Aucun document officiel ne réglait cette affaire si pressante pour la surveillance du mouvement portuaire. En mars 1839, une classification complète des patentes des quarantaines afférentes est proposée au roi mais il est peu probable que cette proposition ait été acceptée11. Par conséquent, la durée de la quarantaine était variable allant, pour les patentes brutes, de 28 à 14 jours12. C’est le Code sanitaire de 1845 qui finit par imposer une homogénéisation et une régulation stable des patentes et de la durée correspondante de la quarantaine (voir tableau 1).

Tableau 1 : Durée de la quarantaine dans les lazarets grecs (Code sanitaire de 1845)

Lazarets côtiers Lazarets terrestres
Patente Navires Équipages et passagers Objets susceptibles de contagion Individus Objets susceptibles de contagion
Sans le spoglio* Après le spoglio
Nette 7 jours 7 jours 5 jours 11 jours 5 jours 7 jours
Suspecte 12 jours 12 jours 7 jours 17 jours 11 jours 17 jours
Brute 21 jours 21 jours 17 jours 28 jours 21 jours 28 jours

*Spoglio, mot italien signifiant « déshabillement » : voir la Proclamation du 8 décembre 1836, Du spoglio des gens sous quarantaine. Le but était de diminuer le temps de la quarantaine pour les passagers qui accepteraient de se déshabiller totalement, de laver tout leur corps et de s’habiller ensuite avec des vêtements venant de la ville. Cette pratique est interdite dans les lazarets terrestres.

6Un tel état de choses, qui compromettait l’efficacité de la protection des frontières (et qui privait la caisse d’importants revenus afférents aux droits sanitaires), étonne l’historien de la santé publique en Grèce pour deux raisons.

  • 13 Plus concrètement, la peste « se raréfie à partir de 1840 et semble sur le point de disparaître », (...)
  • 14 Kostas Kostis, Au temps de la peste. Images des sociétés de la péninsule grecque, 14e-19e siècles (...)
  • 15 Daniel Panzac, La peste dans l’Empire ottoman..., op. cit., p. 437.

7Tout d’abord, parce que la peste continuait à faire des ravages dans l’Empire ottoman jusqu’à la moitié du xixe siècle13. Les régions du sud des Balkans, même si elles étaient épargnées par un foyer actif de Yersinia pestis, se trouvaient pourtant en communication fréquente et directe avec Istanbul, Alexandrie et Izmir, « les trois centres principaux de l’expansion de la peste dans la péninsule grecque » depuis le xviiie siècle14. Daniel Panzac ajoute l’Épire et l’Albanie, dans l’ouest des Balkans, comme foyers temporaires de la peste15. Le royaume de Grèce était exposé à la maladie épidémique par excellence qui menaçait non seulement sa population mais également les populations de l’Europe occidentale.

8Par ailleurs, la difficulté à promulguer un règlement des quarantaines contraste avec l’organisation méticuleuse, durant cette même période, du système intérieur de prévention des maladies contagieuses. L’hygiène publique en Grèce a engendré un encadrement structurel et une formalisation législative précoce. Un Conseil de santé fut établi, des médecins des épidémies et des vaccinateurs nommés et une énorme production législative avec des prescriptions détaillées fut promulguée. Ce contraste entre le désintérêt pour la protection des frontières et la surveillance constante des conditions sanitaires à l’intérieur du pays doit être questionné, d’autant plus que les conseillers de la Cour royale manifestaient un grand zèle bureaucratique.

9Rappelons que la Grèce fut constituée comme État après une guerre d’indépendance de dix ans (1821-1831) et selon la volonté de trois grandes puissances (la Grande-Bretagne, la France et la Russie) à partir des régions détachées de l’Empire ottoman au sud des Balkans. Quels sens et forme prend ce « détachement » en ce qui concerne la prévention sanitaire des régions qui le constituent ? La réponse à cette question n’est pas facile, car elle est liée à celle des continuités et des ruptures avec le passé ottoman des communautés chrétiennes du sud des Balkans.

  • 16 Alison Bashford, Imperial Hygiene. A Critical History of Colonialism, Nationalism and Public Healt (...)
  • 17 Pour les termes, voir Anthony Giddens, The Nation-State and Violence, Volume Two of a Contemporary (...)

10Le royaume grec, après sa reconnaissance « fictive » par les traités internationaux, aspire à exister comme entité politique concrète. Une « ligne quarantenaire » sur ses frontières aurait matérialisé cette aspiration : quarantine, more than any other government technology is the drawing and policing of boundaries16. Les pratiques frontalières de la prévention sanitaire contribuent au passage du frontier, de la zone poreuse et instable distinguant les Empires, au border, à la ligne contrôlée et stable entre les États souverains17. Ce passage, conditionné par l’ancrage administratif efficace de l’État dans son territoire, est nécessairement lent : l’État grec a mis du temps pour s’imaginer comme un espace bien délimité et distinct du territoire ottoman.

  • 18 John A. Petropulos, Politique et construction de l’état dans le royaume de Grèce (1833-1843) [en g (...)
  • 19 Arthur de Gobineau, Au royaume des Grecs à la fin du xixe siècle [trad. en grec], Athènes, Periplo (...)
  • 20 Patrick Zylberman, « Civilizing the State: Borders, Weak States and International Health in Modern (...)

11L’analyse des politiques sanitaires ne peut se faire sans référence au contexte géopolitique. Si le pays « se détache » de l’Empire ottoman, il aspire en revanche à se rattacher à l’espace européen. Othon et sa Cour d’érudits, de savants, d’administrateurs et de médecins d’origine étrangère (pays allemands, France, Empire ottoman) et formés dans les universités européennes (surtout de langue allemande), avaient pour modèle les pays de l’Europe occidentale, car « être civilisé » signifiait « être Européen18 ». Comme l’écrit un contemporain français, ils « étaient chargés par l’Europe d’adapter ce pays oriental à la façon européenne19 ». Comment, en matière sanitaire, cette mission est-elle remplie ? S’agit-il d’une imitation aveugle, imposée aux populations autochtones ou d’une adaptation aux priorités politiques, sociales et économiques du pays ? En retour, quel rôle joue l’hygiène publique du royaume non seulement sur le rythme de son intégration à l’espace européen mais aussi sur la construction, matérielle et imaginaire, de ce même espace ? Selon Patrick Zylberman, the health imperative gave a principle of legitimacy to the demarcation of the continent. Public health thus participated in the definition of Europe’s frontiers20. Comment les politiques sanitaires en Grèce influencent-elles cette définition ?

  • 21 Elle reprend en partie mon travail de doctorat : Hygiène publique et construction de l’État grec, (...)

12Cet article propose d’étudier les facteurs qui, d’une part, ont empêché la Cour royale de promulguer un statut des lazarets et des bureaux de santé avant 1844, et, d’autre part, ont favorisé une organisation méticuleuse de la santé des frontières en 1845. Cette analyse fournit l’occasion d’évoquer plus largement, le système de l’hygiène publique du pays durant les douze premières années de son existence en tant qu’entité politique indépendante, mais aussi de s’interroger sur les processus d’adaptation, par et dans l’État grec, des politiques et des pratiques d’hygiène publique venues de l’Europe occidentale21. Elle entend révéler l’action combinée de plusieurs facteurs qui expliquent les politiques de prévention appliquées aux frontières et à l’intérieur du royaume de Grèce, tels que les limites géographiques, les intérêts commerciaux, les nécessités pratiques de l’administration et les aspirations idéologiques et culturelles du nouvel État.

Arguments économiques et pressions politiques européennes

13Pour aborder les multiples facteurs qui ont influencé la stratégie sanitaire préventive frontalière de l’État grec, citons le témoignage d’un de trois membres de la Régence bavaroise, qui assurait les affaires politiques du royaume jusqu’à la majorité du roi Othon en 1835.

  • 22 Les Phanariotes étaient des grécophones de Constantinople qui possédaient une grande puissance pol (...)
  • 23 Georg Ludwig von Maurer, Le peuple grec. Droit public, privé et ecclésiastique depuis le début de (...)
  • 24 Ibid.

14Georg Ludwig von Maurer rapporte le désaccord qui existait entre Alexander Mavrocordato et Jean Colettis, deux hommes politiques parmi les plus importants du pays. Selon Maurer, Mavrocordato, « comme un Phanariote22, [au nom des] intérêts économiques [soutenait] que la communication avec l’Orient doit être maintenue23 ». En revanche, « Colettis qui a fait des études en Italie [en médecine], donnait plus d’importance au développement intellectuel du pays, et [proposait] que des mesures sanitaires plus strictes soient pratiquées envers l’Orient, puisque de cette façon les communications avec l’Europe se multiplieront24 ». Dans cette controverse, la quarantaine ne s’inscrit pas dans la seule dimension sanitaire ou même économique ; elle revêt des enjeux culturels et géographiques. Elle devient le symbole de la direction politique que les administrateurs envisagent pour leur pays.

  • 25 Georg Ludwig von Maurer, Le peuple grec..., op. cit., p. 488.
  • 26 Vassias Tsokopoulos, Le Pirée. Introduction à l’histoire du Manchester de la Grèce [en grec], Athè (...)
  • 27 Georg Ludwig von Maurer, Le peuple grec..., op. cit., p. 488.

15Contre les quarantaines, Mavrocordato use d’un argument commercial. De fait, l’économie était un facteur qu’on ne pouvait ignorer ; comme le souligne Maurer, « le commerce grec connaît sa plus grande activité même aujourd’hui avec les États de l’Orient25 ». Jusqu’en 1860, 22 % de la valeur totale des importations du pays provient de l’Empire ottoman devant la France et l’Angleterre26. « Si – continue Maurer – on excluait, avec des mesures sanitaires strictes, la communication avec ces états, on condamnerait au déclin le commerce grec27. »

  • 28 François Hildesheimer, Fléaux et société : de la Grande Peste au Choléra, xive-xixe siècle, Paris, (...)

16Mais l’enjeu des quarantaines ne se limite pas aux intérêts commerciaux : ce sont les villes marchandes de l’Italie qui ont inventé cette mesure prophylactique28 ; et comment expliquer la promulgation d’un règlement en Grèce en 1845 alors que les relations économiques avec l’Empire ottoman continuaient à être intenses ?

  • 29 Georg Ludwig von Maurer, Le peuple grec..., op. cit., p. 488.
  • 30 Peter Baldwin, Contagion and the State in Europe..., op. cit., p. 550.

17Pour Maurer, « la configuration géographique de la Grèce, avec des côtes étendues et les nombreuses îles, demandait des dépenses énormes pour qu’une surveillance efficace soit assurée, et la Grèce pauvre n’avait pas encore les moyens d’assumer de tels coûts29 ». En un mot : face au littoral du pays, la capacité administrative de surveillance est infime. Contrairement à l’argument de Peter Baldwin, pour qui l’incapacité administrative des pays explique, entre autres, l’adoption des quarantaines, dans le cas grec, établir un tel système semblait impossible30.

  • 31 ANG, Othon, Intérieur, dos. 194, doc. 11.

18En revanche, le calcul des profits économiques que les droits sanitaires pouvaient apporter militait pour les quarantaines. Les sources laissent souvent percevoir que le seul moyen de persuader le roi de financer la réparation d’un lazaret ou la nomination d’un médecin est la promesse des revenus : en 1839, alors que la charge était vacante au lazaret de Lamia, le ministre soulignait par exemple que le gouvernement perdait « les droits du médecin, qui s’éleveraient à plusieurs mille Drachmes par an31 ».

  • 32 Peter Baldwin, Contagion and the State in Europe..., op. cit., p. 205. Pour les quarantaines dans (...)

19Au-delà des facteurs économiques, les facteurs culturels et politiques jouent un rôle important. Depuis le début du xixe siècle, les États européens, surtout l’Angleterre, avaient mis en cause la pratique de la quarantaine. Or, s’ils avaient pu abandonner la quarantaine, c’est parce qu’elle subsistait sur la périphérie du continent en contact avec les foyers de la peste. En d’autres termes, les pays occidentaux ont pu abolir leurs quarantaines parce que les pays orientaux les avaient instaurées32. Leurs pressions vers cette direction sur la Grèce, autant que sur l’Empire ottoman, étaient donc grandes.

  • 33 Georg Ludwig von Maurer, Le peuple grec..., op. cit., p. 488.

20Ainsi, s’il était souhaitable que « l’Europe […] abolisse complètement les mesures sanitaires [...] rigoureuses » contre la Grèce33, le nouvel État devait de son côté appliquer les quarantaines à ses frontières, et convaincre l’Europe qu’il avait un système de protection performant :

  • 34 Frederick Strong, Greece as a kingdom or a statistical description of that country, from the arriv (...)

non seulement est-il nécessaire pour la sécurité du royaume, mais il est de l’intérêt manifeste et de la politique de la Grèce d’être extrêmement exacte dans le respect de ses règlements de quarantaine, afin de gagner progressivement la confiance des autres États européens, en vue d’obtenir éventuellement un assouplissement de cette mesure vexatoire, mais nécessaire, la quarantaine, et être finalement admis en libre pratique34.

  • 35 ANG, Othon, Intérieur, dos. 195, doc. 197.

21Le souci d’éviter « le mépris des étrangers » à l’encontre d’une administration inefficace hante les administrateurs grecs. La « dignité » à laquelle aspirait le pays devait l’inciter à se doter d’un système de surveillance de ses frontières : « Avec regret je suis obligé de rapporter à V. M. que le service sanitaire souffre à Amaliapolis [Nea Mintzela] à un tel degré, qu’il est nécessaire qu’il soit organisé, parce qu’autrement, la santé publique est menacée et le crédit du Gouvernement en souffre35. »

22Colettis, qui lie expressément les quarantaines à « la civilisation européenne », semble percevoir ces enjeux plus clairement que Mavrocordato. Celui-ci, dont le mode de vie « à l’européenne » ne laisse aucun doute quant à ses orientations culturelles (contrairement à Colettis, qui portait l’habit traditionnel des bandes armées irrégulières), est moins enclin que son « adversaire » politique à rompre ses liens familiaux et économiques avec l’Empire ottoman. En refusant la quarantaine, ce ne sont pas les pays européens, qui s’élèvent à l’époque contre elle, que Mavrocordato imite mais c’est l’Empire ottoman, qui ne l’applique pas pour ses propres raisons (qui ne sont pas économiques). Comme l’a constaté Baldwin, le système de protection d’un État doit impérativement s’harmoniser avec celui des pays avec lesquels il est en contact régulier. En revanche, c’est Colettis – bien qu’il soit aussi originaire de l’Empire ottoman (de l’Épire) – qui promulgue en tant que ministre de l’Intérieur le Code sanitaire de 1845.

23Au préalable, rappelons toutefois que les pressions européennes pouvaient être ambiguës et contradictoires. Les consuls étrangers en Grèce intervenaient régulièrement au sujet des quarantaines, de leur durée et de ceux qui devaient ou non y être soumis, imposant des adaptations qui finissaient parfois par contrevenir à l’application rigoureuse de la législation sanitaire réclamée. Dans ces cas, des conflits de juridiction entre les autorités sanitaires grecques et les consuls pouvaient conduire à la destitution d’employés locaux.

  • 36 Compte-rendu de la séance du Conseil médical du 25 juillet 1839, Archives du ministère des Affaire (...)
  • 37 Circulaire du 28 juillet 1839 Des mesures sanitaires concernant les bâtiments de guerre, ANG, Coll (...)

24Les amiraux des flottes européennes du bassin méditerranéen demandaient également que leurs bâtiments de guerre ne soient pas soumis aux quarantaines. Le Conseil de santé grec était convoqué de façon récurrente afin de donner son avis et d’équilibrer les pressions militaires et les nécessités sanitaires. En juillet 1839, par exemple, l’officier de santé du port insulaire d’Ermoúpolis est informé de l’existence de la peste dans des régions du territoire ottoman alors même que des flottes européennes stationnent dans les parages de l’Empire36. Le problème pour le Conseil de Santé était alors le suivant : comment imposer les mesures sanitaires de façon à ce que la santé publique soit protégée sans « pour autant que les Intendants de la Santé en Grèce opposent des obstacles superflus aux flottes stationnées en Méditerranée37 » ? La solution choisie consiste à faire confiance à la fiabilité et à la bonne volonté des capitaines des bâtiments pour coopérer avec les structures grecques et révéler l’existence d’une maladie épidémique à bord.

25Cette ambiguïté a probablement favorisé également les retards dans le système de protection sanitaire du pays.

L’État souverain et les quarantaines : entre le passé « ottoman » et le futur « européen »

  • 38 Basilios Kremmydas, Jean Colettis, l’homme politique. Les années à Paris (1835-1843) [en grec], At (...)
  • 39 Nicolas Svoronos, Histoire de la Grèce moderne, Paris, PUF, 1953, p. 53-54 et 58.

26Si la poursuite des échanges économiques avec l’Empire ottoman impose l’absence de quarantaines, le choix de se rapprocher de l’Europe exige le contraire. Ce rapprochement n’est pas seulement commercial, il est aussi politique, idéologique et spatial. « Vers 1840 J. Colettis était prêt […] à comprendre dans sa proclamation d’unité l’idée unificatrice et générale de l’état-nation38. »En 1844, après l’éclatement d’une révolte demandant au roi une constitution, Colettis, lors d’un discours devant la première Assemblée Nationale, formule la « Grande Idée », à savoir la version grecque de l’irrédentisme39. Le pays devait tracer des frontières distinctes de l’Empire pour pouvoir établir sa souveraineté territoriale et ensuite s’étendre au détriment du territoire ottoman et libérer les « frères asservis ». Ce projet s’illustre notamment par la politique des quarantaines.

  • 40 Daniel Panzac, La peste dans l’Empire..., op. cit., p. 446.
  • 41 Il était responsable du système des quarantaines de l’île de Spetsai, voir Louis-André Gosse, Rela (...)
  • 42 Les quarantaines sont plus d’une fois utilisées pour imposer des séparations politiques. Par exemp (...)

27De formation médicale, Colettis en connaît la pratique grâce à ses séjours en Italie, mais aussi grâce à son poste de médecin à la Cour d’Ali Pacha. Ce dernier est un de ces pachas de l’Empire ottoman en rupture avec le Sultan depuis la deuxième décennie du xviiie siècle, et qui met en œuvre des mesures de quarantaine40. Ce n’est pas un hasard si Colettis se trouve également derrière le système des quarantaines mis en place en 1828 durant la guerre d’indépendance grecque41. Colettis a appris d’Ali Pacha que, si l’on voulait rompre politiquement avec Istanbul, les quarantaines étaient une mesure nécessaire42. En 1845, il organise donc le système des quarantaines en Grèce.

  • 43 Pierre Rosanvallon, L’état en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, p. 272.

28La notion de souveraineté est importante dans ce contexte. Le Code sanitaire de 1845 illustre ces efforts du politique vers la « sécularisation et [la] territorialisation du pouvoir43 ». Les analyses de Pierre Rosanvallon permettent de comprendre les processus, bien qu’elles se réfèrent à une époque où l’Europe s’éloignait du Moyen Âge et des rêves d’un empire chrétien (xiiie-xive siècle). Même si le contexte est différent, on assiste dans la Grèce du xixe siècle à une tension similaire entre le rêve de la reconstruction de l’Empire byzantin et l’établissement d’un État souverain, ou entre la métaphysique chrétienne tournée vers le salut et la volonté de maîtrise politique de son destin terrestre, notamment contre la maladie.

  • 44 Ibid., p. 272.

29Le Code sanitaire lance un processus à long terme dans l’histoire de l’État grec parce qu’il favorise l’établissement d’un État souverain ; un État qui a cessé depuis 1844 d’être un royaume « grâce à Dieu », abandonné au fatalisme religieux. La construction politique de la Grèce quitte progressivement « la géométrie variable » et lâche des empires, et concentre le pouvoir au sein d’un territoire bien délimité ; et comme l’écrit Rosanvallon, « la notion de la souveraineté [traduit] ce double processus de concentration des moyens et délimitation territoriale de la puissance politique qui caractérise la formation des États en Occident44. »

30Colettis incarne exactement cette aspiration qui peut sembler paradoxale : au moment où il organise en 1845 les lazarets, son « modèle » – l’État souverain occidental – est en train d’abandonner les pratiques de quarantaine. Ce qui représente dans la pensée de certains administrateurs du royaume de Grèce une mesure de « modernisation » et de reniement de la passivité religieuse face à l’épidémie est considéré par les pays européens comme une pratique dépassée. Pourtant, avec les quarantaines, la Grèce voulait rompre avec son passé ottoman et basculer vers son versant politique, sanitaire et géographique occidental.

La géographie des quarantaines

  • 45 Frederick Strong, Greece as a kingdom…, op. cit., p. 95.
  • 46 Daniel Panzac, La peste dans l’Empire..., op. cit., p. 462.
  • 47 Compte-rendu des bâtiments venus et partis durant l’année du 1842 depuis le bureau de santé de Nau (...)
  • 48 Nikos Bakounakis, Patras 1828-1860. Une capitale grecque au xixe siècle [en grec], 2e éd., Athènes (...)

31Ce n’est pas un hasard si ce sont les frontières au nord et à l’est qui sont les plus fortifiées (voir Figure 1) : tous les lazarets et les bureaux de santé sont orientés vers l’Empire ottoman. Le lazaret d’Ermoúpolis est le plus grand établissement sanitaire du pays, avec 20 employés en 1842 sur un total de 10745. La ville est en effet le port central du commerce de transit à l’est de la Méditerranée : « Tous les navires reliant la Méditerranée occidentale et le Levant, en particulier les ports de Salonique, d’Istanbul, de Smyrne, mais aussi d’Alexandrie ou la Syrie, y font escale46. » Dans le bureau de santé de Nauplie en 1842, les arrivages depuis l’intérieur du pays ou de sa partie occidentale (de Malte, de Trieste, de Corfou) étaient acceptés en libre pratique. Au contraire, les bâtiments mis en quarantaine étaient tous de provenance ottomane47. Le port de Patras offre un autre exemple. Son lazaret est tardivement construit, en 1845, alors que son bureau de santé est vite aboli, en 1843. Une raison de ces développements est sa liaison avec l’Occident. Entre 1833 et 1850, l’Angleterre, surtout par le biais des Îles Ioniennes – sous occupation britannique –, représentait en moyenne 57 % du mouvement total de son port. Ensuite, venaient l’Autriche, Malte et même les États-Unis, mais la Russie était absente. Enfin, depuis l’Empire ottoman et l’Égypte on importait autour de 1 à 2 % tandis que les exportations étaient presque inexistantes48.

32À travers les lazarets, le territoire du pays se définit par des continuités et des discontinuités spatiales : il était uni à celui des autres pays européens de l’ouest mais séparé de celui de l’Empire ottoman. On peut d’ailleurs noter que sur les frontières terrestres du nord du pays, frontières communes avec l’Empire ottoman, un cordon sanitaire stable était établi, surveillé par l’armée, dans la continuité géographique avec le cordon sanitaire qui séparait depuis le milieu du xviiie siècle le même empire de l’Empire des Habsbourg. Tout se passait comme si ce qui entrait depuis « l’Orient » se « purifiait » à travers les frontières grecques avant de pouvoir continuer son trajet vers l’« Europe », vers laquelle la « sortie » était « libre » ; de la sorte, l’« Europe » pouvait recevoir en toute sûreté les flux de provenance grecque, et le royaume pouvait se sentir géographiquement en continuité avec elle.

33Comme l’expliquait Maurer :

  • 49 Georg Ludwig von Maurer, Le peuple grec..., op. cit., p. 489.

Les intérêts intellectuels de la Grèce sont intimement liés à l’Europe. Cette tradition date de cent ans et même plus et a été davantage renforcée pendant la Guerre d’Indépendance. Et avec ces restrictions sanitaires ce serait comme si on érigeait une clôture infranchissable entre la Grèce et la civilisation européenne49.

34Les quarantaines s’identifient donc aux « intérêts intellectuels » du pays, à condition qu’elles soient appliquées sur ses frontières de l’est, les plus exposées à la peste. La focalisation de l’État grec sur les frontières avec l’Empire ottoman n’a de sens que dans le projet de s’en distinguer. Ou autrement dit : la délimitation territoriale du royaume est plus nécessaire contre l’Empire ottoman avec lequel la Grèce partage de nombreux points communs, et qui menace en priorité ses frontières politiques et sanitaires, que contre l’Europe occidentale avec laquelle le royaume aspire à avoir un destin commun.

35Ainsi, jusqu’en 1845, des influences contradictoires sont à l’œuvre concernant le système des frontières. Le désaccord entre Mavrocordato et Colettis, les intérêts commerciaux et les orientations intellectuelles du pays, les pressions européennes ambiguës, les problèmes financiers et la recherche de ressources, les aspirations à établir la souveraineté politique ou au contraire la puissance du fatalisme chrétien et du rêve byzantin conduisaient à des pratiques divergentes et incohérentes. Soit les quarantaines sur les frontières étaient appliquées de manière peu rigoureuse, soit elles ne concernaient que les échanges avec l’est.

Figure 1 : Les autorités sanitaires de la Grèce en 1838

Figure 1 : Les autorités sanitaires de la Grèce en 1838

Carte réalisée à partir de Map of subdivision of Greece in 1833 de Costas78, https://commons.m.wikimedia.org/​wiki/​File:Dioikitiki_diairesi_1833_map.PNG#mw-jump-to-license

« Purifier » l’État par la peste : l’administration de la santé à l’intérieur des frontières

36Le Code de 1845 crée finalement les conditions d’une opposition entre « nous » et « eux ». Cette opposition reposait parmi d’autres sur une définition de la peste : s’agissait-il d’une endémie interne au royaume ou d’une épidémie, venant de l’« extérieur » ? En fait, la mise en place du système de quarantaines en 1845 marque l’aboutissement d’un travail de purification du territoire qui allait dans deux directions.

  • 50 L’usage des couleurs claires – rouge, blanche, jaune – et des couleurs à l’huile était interdit «  (...)
  • 51 Il s’agit du livre Des airs, des eaux et des vents à la base des nouvelles théories hygiénistes du (...)

37En premier lieu, dans le but de contrôler l’environnement des espaces habités, la Cour édicte en 1835 le Décret royal De la construction hygiénique des villes et des bourgs. Ce décret indique toutes les prescriptions sur « l’emplacement des villes et des bourgs par rapport à la police qui a soin de la santé publique ». Selon ce texte, une ville devait se situer dans un emplacement riche, fertile, d’accès facile et son air devait être sain : pas de marais, de volcans ou de menaces d’inondation dans les environs, pas de vents trop froids ou trop chauds mais pas non plus d’obstacles à leur circulation, « pour ne pas concentrer des exhalaisons malsaines ». Ce dernier but était servi, d’un côté, par l’absence de murailles, de forêts et de collines, de l’autre, par la construction de rues droites, rectangulaires et parallèles aux quatre points cardinaux pour favoriser leur aération. D’autres prescriptions concernaient les places, les plantations d’arbre, les eaux, la taille des maisons et leurs cabinets d’aisances, les cheminées, les toits, les couleurs des murs extérieurs50… Les détails du décret sont innombrables et visent à réguler les éléments d’Hippocrate, les « lieux », les « eaux » et les « vents »51.

  • 52 Un terme alternatif est celui d’inféctionnisme. Nous préférons pourtant le premier, car il décrit (...)

38Comme d’autres décrets concernant le nettoyage des rues, la régulation des boucheries et l’assèchement de la fange urbaine et des marais des campagnes, l’inspiration en était clairement néo-hippocratique52. Ce faisceau des pratiques hygiénistes tentait de répondre aux problèmes liés à la situation lamentable des régions après la guerre d’indépendance : villes en ruines, campagnes désolées, paysages marécageux, miasmes et malpropreté, aqueducs détruits ; en bref, à un environnement naturel et social bouleversé.

39À ces mesures s’ajoute le Décret royal de 1837 De l’empêchement de la transmission des maladies contagieuses (transmissibles) qui s’inspire du contagionnisme. Les maladies visées par le décret étaient : la « maladie contagieuse pestilentielle » (le typhus), la peste, le choléra, la variole, la lèpre, l’ophtalmie d’Égypte, la maladie vénérienne, la gale, la tuberculose pulmonaire, la coqueluche et la rage.Contre elles, l’isolement, la ségrégation, la désinfection, la vaccination et la déclaration des cas constituaient l’arsenal de la prévention sanitaire. En un mot, il s’agissait de casser les chaînes de la transmission en isolant les porteurs de la maladie dans des hôpitaux spécifiques, dans leurs maisons, loin des lieux habités. Dans des cas les plus graves, des espaces entiers devaient être isolés du reste du territoire. Outre l’isolement, on prévoyait également la purification des lieux, des hommes, de l’air, des plaies du corps et des biens infestés – ou leur abandon pour les laisser se détruire/mourir dans les cas les plus critiques – pour qu’ils soient, au mieux, ensuite réutilisés. Divers moyens de désinfection étaient énumérés : les encens, les lavages au chlore, la cendre ou le recours au vinaigre, aux fumigations et au feu. On prescrivait également la cautérisation des plaies provoquées par des chiens enragés. Une annexe au décret décrivait la composition des fumigations et des lavages au chlore, dans le prolongement de précautions sanitaires millénaires.

40Comment expliquer la coexistence de ces deux décrets qui s’inspirent de deux théories préventives différentes et qui renvoient à des temporalités différentes du développement historique des systèmes sanitaires européennes ?

  • 53 Joseph De-Kigallas, Dissertation correspondante sur le rapport concernant la peste et les quaranta (...)
  • 54 D’autres médecins étaient sur cette même ligne non réductionniste. Ils ne pointaient pas seulement (...)

41Du point de vue théorique, les médecins grecs semblent avoir essayé de combiner les enseignements du néo-hippocratisme avec la nécessité sociale des quarantaines. Joseph De-Kigallas et Petrakis Ipitis, deux médecins en poste dans l’administration sanitaire grecque, qui ont écrit un traité sur la peste, sont les représentants de cet éclectisme. Le livre de De-Kigallas, par exemple, reprenait un rapport de l’Académie de Médecine de Paris sur les quarantaines contre la peste53. Au rebours des idées parisiennes inspirées par la médecine environnementale, De-Kigallas n’acceptait pas la seule « influence atmosphérique » sur « la diffusion et le développement de la peste » ni l’influence « d’autres circonstances générales » comme l’hygiène, l’aérisme, la pauvreté et l’alimentation. Selon lui, il s’agissait d’une combinaison de tous ces facteurs, plus une « cause spécifique sui generis de peste » encore inconnue, à laquelle s’ajoutait aussi un autre facteur, le contact. L’étiologie spécifique de la peste comprenait donc des conditions atmosphériques, comme la température et l’état hygrométrique, des conditions naturelles, comme la flore et la faune, des causes économiques et d’autres encore inconnues de l’homme54.

  • 55 Je remercie Patrice Bourdelais de m’avoir indiqué cette notion qui traduit la phronesis aristotéli (...)
  • 56 Paolo Napoli, Naissance de la police moderne. Pouvoir, normes, société, Paris, La Découverte, 2003

42Au niveau pratique, c’est-à-dire administratif, la doctrine qui a prévalu a sans doute été celle issue de la Cour bavaroise du roi : il s’agit de la practical wisdom55de la police sanitaire, conçue comme un moyen administratif et comme un corps bureaucratique, et dont Paolo Napoli a noté la faculté d’adaptation aux circonstances sociales et sanitaires56.

  • 57 Mack Walker, « Rights and functions: the social categories of eighteenth-century German jurists an (...)

43La police est historiquement liée avec les quarantaines et la ségrégation des hommes, à savoir le contagionnisme. Développée durant les xviie et xviiie siècles, son action se concevait plutôt dans des États « fragmentaires », composés de plusieurs niveaux inférieurs d’intégration sociale, presque autonomes. Pour le théoricien de la police Johannes Heinrich Gottlob von Justi (1717-1771), par exemple, la société « était de caractère intégral, décrit par les relations de contribution d’un groupe avec un autre groupe et avec l’ensemble de la collectivité ». L’action de coordonner dans un ensemble toutes ces parties, localités et individualités « est une affaire de la science politique, Staatskunst, et de la police, Polizei »57.

  • 58 Georges Dertilis, Histoire de l’état grec, 1830-1920 [en grec], t. 1, 3e éd., Athènes, Librairie E (...)

44Le royaume de Grèce, qui s’était constitué à partir d’espaces auparavant sans rapport politique et national spécifique, était une société « fragmentaire » de ce type et la police devait s’attacher à mettre en relation les parties constituantes pour former une unité politique inédite. L’historien George Dertilis pointe cette réalité sociale, qui est aussi sanitaire et géographique (grande divergence entre montagnes, plaines et îles), en soulignant que « durant surtout les premières décennies de sa vie, l’État grec est freiné par la géographie même du territoire dans son effort de fonder sa puissance58 ».

45La faible intégration sociale et territoriale signifiait qu’en cas de maladie épidémique les sociétés locales pouvaient très facilement couper leurs communications avec le monde extérieur et s’enfermer pour s’isoler. Contre une attaque d’ampleur, la police mettait en place ses anciennes mesures de ségrégation et d’isolement, car c’était à la fois facile à réaliser et propre au caractère de la société de l’époque.

  • 59 Peter Baldwin, Contagion and the State in Europe..., op. cit., p. 95.

46La police sanitaire appliquait en effet les mesures les plus pertinentes pour assurer sa réussite sans se soucier de distinctions théoriques. Bien que les Bavarois d’Othon aient adopté la façon de gouverner du xviiie siècle, leur police était très informée des évolutions scientifiques européennes. En Grèce, la police donnait la priorité aux quarantaines, tant à ses frontières (à cause du faible niveau de l’intégration du pays dans le système interétatique) qu’à l’intérieur du pays (à cause du caractère « fragmentaire » de l’État), mais sans pour autant oublier des mesures contre les miasmes, à l’intérieur, dans une logique opposée : la volonté de l’administration d’homogénéiser le territoire. Les mesures de ségrégation et la fermeture des frontières intercommunales faisaient monter les tensions et entretenaient la méfiance entre les municipalités. Selon leurs adversaires, les quarantaines étaient « immorales parce qu’elles sacrifiaient une partie de la population dans l’espoir d’en sauver une autre ». Elles favorisaient aussi l’égoïsme puisque chaque partie de l’État « refusait d’accepter que la maladie ait des origines locales et indigènes, préférant blâmer les autres pour son importation59 ». Pour contrecarrer ce danger de conflit et de fragmentation, les mesures contre les miasmes se révélaient donc préférables.

  • 60 Constantin Mavrogiannis, « Observations sur les climats de la Grèce » [en grec], Evropaikos Eranis (...)

47Expliqués sur la base d’une constitution atmosphérique, les miasmes volatils ne menaçaient pas simplement leur lieu d’origine, mais les espaces voisins. Ils infectaient d’ailleurs les éléments naturels mobiles comme l’eau et le vent, qui ne connaissent pas de frontières. Évoquant la situation hygiénique de Corinthe, le médecin Constantin Mavrogiannis soulignait que la ville, même privée de marais, souffrait des fièvres quand les vents du sud empoisonnés par leur passage sur les marais d’Epidaure soufflaient vers sa direction60. Agir sur les miasmes supposait donc une situation de forte intégration sociale et d’interdépendance sanitaire : assécher les eaux stagnantes dans un lieu n’aurait aucun résultat si le lieu voisin ne le faisait pas également. Autrement dit, la construction administrative d’un État aussi fragmenté que l’État grec exigeait des mesures concomitantes de salubrité pour que chaque partie constituante puisse concevoir son interdépendance avec le reste de la collectivité nationale. En revanche, imposer l’isolement sans demander l’amélioration des conditions d’hygiène locales entraînait une méfiance réciproque générale, sans permettre l’unification envisagée.

48Cette distinction au niveau des pratiques de prévention sanitaire se reflète dans la division du travail entre les deux niveaux de l’administration : tandis que l’administration centrale contrôlait les lazarets, surveillait les relations intercommunales, s’assurait de la santé des frontières et appliquait les mesures préconisées par le décret de 1837 sur les maladies contagieuses, l’administration municipale, qui régissait des sociétés locales cohérentes et fortement intégrées, appliquait les mesures d’assainissement et de propreté.

49Les stratégies préventives sont donc étroitement liées au niveau de l’intégration des sociétés. Les quarantaines représentent une période première de l’histoire politique des sociétés européennes, tandis que les mesures inspirées par le néo-hippocratisme reflètent un niveau de développement sociétal plus avancé et des sociétés plus homogènes. Le cas grec démontre d’ailleurs la possibilité de leur coexistence sur différents niveaux d’intégration sociale sans aucune contradiction théorique ni administrative ou pratique.

  • 61 Proclamation du 10 décembre 1838, De la communication libre des navires provenant de la Grèce avec (...)
  • 62 À titre d’exemple, Proclamation du 3 avril 1835, De la réciprocité concernant les navires avec le (...)
  • 63 Proclamation du 14 septembre 1834, De la facilitation des relations entre le Royaume Grec et l’Éta (...)
  • 64 La France a changé sa disposition envers les provenances grecques en 1839, après le retour de son (...)

50Ce lien peut être transposé aux relations interétatiques : la Grèce était obligée d’appliquer les mesures d’hygiénisme si elle voulait s’intégrer au système européen et de faire glisser la quarantaine vers l’est. C’est grâce à ce travail à l’intérieur du pays durant les douze premières années de son indépendance que les opinions occidentales basculent : dès 1838, la Norvège et la Suède, qui considéraient la Grèce comme un pays jusqu’alors suspecté de peste, l’exemptent de quarantaine61. D’autres pays de l’Europe occidentale commencent entre 1834 et 1839 à accepter les échanges, en reconnaissant la « réciprocité », au niveau des tarifs douaniers et sanitaires, entre leurs navires et les navires grecs62. Convaincus « de l’autorité des lois de l’État grec qui s’étend à toutes les branches administratives63 », ils acceptent, en outre, sinon une abolition des mesures de quarantaine faute d’un règlement sanitaire, au moins leur relâchement64.

51La question de la quarantaine aux frontières de la Grèce dépendait du degré de l’emprise préalable ou, au moins, parallèle de l’administration sanitaire sur son propre territoire. En 1845, Colettis peut ainsi annoncer que l’objectif de « purification » du territoire est accompli. La preuve en est le Décret royal Des maladies pestilentielles qui proclame que la peste, le choléra asiatique et la fièvre jaune sont des épidémies, provenant de « l’extérieur ». Cet « extérieur » n’était pas une donnée objective, mais une construction. Pendant la première décennie de l’existence du royaume, dont les frontières sont simplement tracées sur la carte de l’Empire ottoman, l’intérêt se focalise sur la sécurité intérieure de l’État grec ; entre 1833 et 1844, l’« ennemi » sanitaire et social du bon fonctionnement de la collectivité se trouve à l’intérieur des frontières. Le royaume a surgi dans les destructions, les épidémies et les conflits sanglants de la guerre d’indépendance ; il doit d’abord mettre de l’ordre dans les relations sociales et sanitaires censées le constituer. C’est ensuite qu’il peut circonscrire de manière décisive son territoire, base de sa souveraineté, et établir une « extériorité ».

  • 65 On doit noter que ce triple effort de fondation de la souveraineté, de construction des borders et (...)

52En 1845, la Cour royale grecque semble déterminée à s’éloigner du système sanitaire « oriental », dominé par la peste. Le royaume trace alors, symboliquement, une ligne chronologique et territoriale de séparation d’avec son passé. Cette reconfiguration territoriale concerne également l’espace européen qui s’élargit ainsi. L’État grec aspire à ce que ses frontières politiques nationales soient pensées comme les frontières sanitaires orientales de l’« Europe », et la construction de l’identité grecque est indissociable de son identité européenne. Sur celle-ci, les stratégies préventives sanitaires à l’intérieur et aux frontières d’un pays aux confins du continent ont joué un rôle majeur65.

Haut de page

Notes

1 Peter Baldwin, Contagion and the State in Europe, 1830-1930, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 526.

2 Bruno Argémi, Clot-bey. Un médecin français à la cour du Pacha d’Égypte, Marseille, Gaussen, 2018, p. 75.

3 Archives nationales de Grèce [ANG], Archives de la période d’Othon [Othon], Ministère de l’Intérieur [Intérieur], dossier 195, document 143. Souligné par l’auteur, le ministre de l’Intérieur. L’orthographe originelle a été conservée.

4 ANG, Othon, Intérieur, dos. 192, doc. 118. Souligné par l’auteur.

5 Le lazaret est une construction ou un espace délimité par des clôtures, qui se trouve le plus souvent dans les ports. Son but est d’accueillir, selon des règles bien définies, les voyageurs pour qu’ils y passent les jours de leur quarantaine.

6 Aristote Kousis, Les premières autorités de notre politique sanitaire et de l’organisation de la santé publique après la formation du Royaume de Grèce [en grec], Procès-verbaux de l’Académie des Sciences d’Athènes, t. 21, 1946, p. 79.

7 ANG, Othon, Intérieur, dos. 204, doc. 9.

8 ANG, Othon, Intérieur, dos. 192, doc. 112.

9 ANG, Othon, Intérieur, dos. 192, doc. 119.

10 Aristote Kousis, Les premières autorités de notre politique sanitaire..., op. cit., p. 79.

11 Ibid., p. 79-80.

12 La même instabilité caractérisait le tarif des droits sanitaires, au moins jusqu’en 1836.

13 Plus concrètement, la peste « se raréfie à partir de 1840 et semble sur le point de disparaître », voir : Daniel Panzac, La peste dans l’Empire ottoman, 1700-1850, Louvain, Peeters, 1985, p. 437.

14 Kostas Kostis, Au temps de la peste. Images des sociétés de la péninsule grecque, 14e-19e siècles [en grec], Héraklion, Presses universitaires de Crète, 1995, p. 154.

15 Daniel Panzac, La peste dans l’Empire ottoman..., op. cit., p. 437.

16 Alison Bashford, Imperial Hygiene. A Critical History of Colonialism, Nationalism and Public Health, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2004, p. 123. Souligné par l’auteur.

17 Pour les termes, voir Anthony Giddens, The Nation-State and Violence, Volume Two of a Contemporary Critique of Historical Materialism, 5e éd., Cambridge, Polity Press, 2002.

18 John A. Petropulos, Politique et construction de l’état dans le royaume de Grèce (1833-1843) [en grec], Athènes, MIET, 1997, p. 194.

19 Arthur de Gobineau, Au royaume des Grecs à la fin du xixe siècle [trad. en grec], Athènes, Periplous, 1999, p. 125 (1re éd. en français en 1869).

20 Patrick Zylberman, « Civilizing the State: Borders, Weak States and International Health in Modern Europe », dans Alison Bashford (éd.), Medicine at the Border. Disease, Globalization and Security, 1850 to the Present, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan, 2007, p. 29.

21 Elle reprend en partie mon travail de doctorat : Hygiène publique et construction de l’État grec, 1833-1845 : la police sanitaire et l’ordre public de la santé, thèse d’histoire sous la direction de Patrice Bourdelais, EHESS, 2018.

22 Les Phanariotes étaient des grécophones de Constantinople qui possédaient une grande puissance politique et économique dans l’Empire ottoman.

23 Georg Ludwig von Maurer, Le peuple grec. Droit public, privé et ecclésiastique depuis le début de la Guerre d’Indépendance jusqu’au 31 juillet 1834 [trad. en grec], Athènes, Tolidi, 1976, p. 489 (1re éd. en allemand, Heidelberg, 1835).

24 Ibid.

25 Georg Ludwig von Maurer, Le peuple grec..., op. cit., p. 488.

26 Vassias Tsokopoulos, Le Pirée. Introduction à l’histoire du Manchester de la Grèce [en grec], Athènes, Kastaniotis, 1984, p. 158.

27 Georg Ludwig von Maurer, Le peuple grec..., op. cit., p. 488.

28 François Hildesheimer, Fléaux et société : de la Grande Peste au Choléra, xive-xixe siècle, Paris, Hachette, 1993, p. 19.

29 Georg Ludwig von Maurer, Le peuple grec..., op. cit., p. 488.

30 Peter Baldwin, Contagion and the State in Europe..., op. cit., p. 550.

31 ANG, Othon, Intérieur, dos. 194, doc. 11.

32 Peter Baldwin, Contagion and the State in Europe..., op. cit., p. 205. Pour les quarantaines dans la région méditerranéenne, voir les travaux de Daniel Panzac.

33 Georg Ludwig von Maurer, Le peuple grec..., op. cit., p. 488.

34 Frederick Strong, Greece as a kingdom or a statistical description of that country, from the arrival of King Otho, in 1833, down to the present time ; drawn up from official documents and other authentic sources, Londres, Longman, Brown, Green, and Longmans, 1842, p. 93.

35 ANG, Othon, Intérieur, dos. 195, doc. 197.

36 Compte-rendu de la séance du Conseil médical du 25 juillet 1839, Archives du ministère des Affaires étrangères de France, Mémoires et Documents, Grèce, vol. 2 (1838-1840), fol. 174-175.

37 Circulaire du 28 juillet 1839 Des mesures sanitaires concernant les bâtiments de guerre, ANG, Collection Vlachogiannis, D83.

38 Basilios Kremmydas, Jean Colettis, l’homme politique. Les années à Paris (1835-1843) [en grec], Athènes, Tipothito/Georges Dardanos, 2000, p. 125.

39 Nicolas Svoronos, Histoire de la Grèce moderne, Paris, PUF, 1953, p. 53-54 et 58.

40 Daniel Panzac, La peste dans l’Empire..., op. cit., p. 446.

41 Il était responsable du système des quarantaines de l’île de Spetsai, voir Louis-André Gosse, Relation de la peste qui a régné en Grèce en 1827 et 1828, contenant des vues nouvelles sur la marche et le traitement de cette maladie, Paris, Ab. Cherbuliez et Cie, 1838, p. 172.

42 Les quarantaines sont plus d’une fois utilisées pour imposer des séparations politiques. Par exemple, le cordon sanitaire d’Autriche aux frontières polonaises en 1770-1771 est utilisé « et pour faire obstacle à la diffusion de la peste et comme exercice pour la partition de cette nation [Pologne] en 1771 » : Peter Baldwin, Contagion and the State in Europe..., op. cit., p. 27.

43 Pierre Rosanvallon, L’état en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990, p. 272.

44 Ibid., p. 272.

45 Frederick Strong, Greece as a kingdom…, op. cit., p. 95.

46 Daniel Panzac, La peste dans l’Empire..., op. cit., p. 462.

47 Compte-rendu des bâtiments venus et partis durant l’année du 1842 depuis le bureau de santé de Nauplie, ANG, Archives non classées du ministère de l’Intérieur, Vaccinations, 1/12, dos. 2 (1842).

48 Nikos Bakounakis, Patras 1828-1860. Une capitale grecque au xixe siècle [en grec], 2e éd., Athènes, Kastaniotis, 1995, p. 163-164.

49 Georg Ludwig von Maurer, Le peuple grec..., op. cit., p. 489.

50 L’usage des couleurs claires – rouge, blanche, jaune – et des couleurs à l’huile était interdit « comme nuisibles à la santé » (article 14).

51 Il s’agit du livre Des airs, des eaux et des vents à la base des nouvelles théories hygiénistes du xixe siècle. Le texte grec ancien fait partie du Corpus hippocraticum. On peut se référer à l’édition suivante : Ιπποκράτους Το περί αέρων, υδάτων, τόπων, Δεύτερον εκδοθέν μετά της Γαλλικής μεταφράσεως· ω προσετέθη εκ του αυτού Ιπποκράτους και Ο Νόμος, Μετά της Γαλλικής μεταφράσεως· και το του Γαληνού οτι άριστος ιατρός, και φιλόσοφος. Φιλοτίμω δαπάνη των ομογενών Χίων, Adamantios Coray (éd.), Paris, Everart, 1816 [Traité d’Hippocrate Des Airs, Des Eaux et Des Lieux, publié avec la traduction française, suivi de la Loi d’Hippocrate ou Directions pour l’Éducation médicale de ses Disciples (avec la traduction française)….].

52 Un terme alternatif est celui d’inféctionnisme. Nous préférons pourtant le premier, car il décrit plus complètement la pluralité (et la complexité) des théories élaborées, voir l’introduction de Patrice Bourdelais (éd.), Les hygiénistes, enjeux, modèles et pratiques (xviiie-xxe siècles), Paris, Belin, 2001, p. 5-26.

53 Joseph De-Kigallas, Dissertation correspondante sur le rapport concernant la peste et les quarantaines de la Commission de l’Académie royale de Médecine de Paris [en grec], Ermoúpolis, Georges Polimeris, 1846.

54 D’autres médecins étaient sur cette même ligne non réductionniste. Ils ne pointaient pas seulement une cause de la maladie, mais l’interdépendance de plusieurs, et partageaient avec De-Kigallas sa volonté d’englober des causes encore inconnues.

55 Je remercie Patrice Bourdelais de m’avoir indiqué cette notion qui traduit la phronesis aristotélicienne.

56 Paolo Napoli, Naissance de la police moderne. Pouvoir, normes, société, Paris, La Découverte, 2003.

57 Mack Walker, « Rights and functions: the social categories of eighteenth-century German jurists and cameralists », The Journal of Modern History, 50/2, juin 1978, p. 240.

58 Georges Dertilis, Histoire de l’état grec, 1830-1920 [en grec], t. 1, 3e éd., Athènes, Librairie Estia, 2005, p. 68.

59 Peter Baldwin, Contagion and the State in Europe..., op. cit., p. 95.

60 Constantin Mavrogiannis, « Observations sur les climats de la Grèce » [en grec], Evropaikos Eranistis, t. 2, n° 3, année A, 1840, p. 225-226.

61 Proclamation du 10 décembre 1838, De la communication libre des navires provenant de la Grèce avec la Suède et la Norvège. Apparemment, ces pays ont pris cette décision radicale car la longueur du trajet leur paraissait une garantie suffisante.

62 À titre d’exemple, Proclamation du 3 avril 1835, De la réciprocité concernant les navires avec le drapeau de Sa Majesté impériale de toutes les Russies et Proclamation du 19 avril 1835, De la réciprocité en ce qui concerne les droits portuaires entre la Grèce et les Pays Bas.

63 Proclamation du 14 septembre 1834, De la facilitation des relations entre le Royaume Grec et l’État d’Autriche.

64 La France a changé sa disposition envers les provenances grecques en 1839, après le retour de son inspecteur, Circulaire du ministre du Commerce de France du 25 mai 1839, Le Courrier Grec, 24 juillet 1839.

65 On doit noter que ce triple effort de fondation de la souveraineté, de construction des borders et d’intégration aux relations interétatiques européennes caractérise toute l’histoire de l’État grec, voir Kostas Kostis, History’s spoiled children. The formation of the Modern Greek State, Londres, Hurst, 2018 (1re éd. Athènes, Polis, 2013). Les discussions contemporaines sur le Grexit, doublées par la contestation de la frontière politique et sanitaire à l’est du pays (mouvements migratoires et tensions avec la Turquie), montrent qu’on est davantage devant des processus plutôt que des sujets résolus de façon définitive à un moment donné.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les autorités sanitaires de la Grèce en 1838
Crédits Carte réalisée à partir de Map of subdivision of Greece in 1833 de Costas78, https://commons.m.wikimedia.org/​wiki/​File:Dioikitiki_diairesi_1833_map.PNG#mw-jump-to-license
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/1997/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Athanasios Barlagiannis, « Les stratégies préventives sanitaires et la construction territoriale de l’État grec »Histoire, médecine et santé, 15 | 2020, 49-66.

Référence électronique

Athanasios Barlagiannis, « Les stratégies préventives sanitaires et la construction territoriale de l’État grec »Histoire, médecine et santé [En ligne], 15 | été 2019, mis en ligne le 24 septembre 2020, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/hms/1997 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.1997

Haut de page

Auteur

Athanasios Barlagiannis

Université nationale et capodistrienne d’Athènes ; membre associé UMR Telemme, AMU-CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search