Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15Comptes rendusMarie-Hélène Marganne et Antonio ...

Comptes rendus

Marie-Hélène Marganne et Antonio Ricciardetto (dir.), En marge du Serment hippocratique : contrats et serments dans le monde gréco-romain

Liège, Presses universitaires de Liège, 2017
Jessica Thoulouse
p. 155-158
Référence(s) :

Marie-Hélène Marganne et Antonio Ricciardetto (dir.), En marge du Serment hippocratique : contrats et serments dans le monde gréco-romain, Liège, Presses universitaires de Liège, 2017, 224 pages.

Texte intégral

  • 1 Programme disponible en ligne sur http://web.philo.ulg.ac.be/cedopal/colloques/ (consulté le 21 mai (...)
  • 2 La papyrologie documentaire s’inscrit dans les champs du savoir de l’histoire et du droit, par oppo (...)
  • 3 Antonio Ricciardetto, Recherches sur la typologie des papyrus documentaires grecs en rapport avec l (...)

1Si le célèbre Serment attribué à Hippocrate avait déjà fait l’objet de nombreux travaux récents, son origine probablement documentaire, liée aux contrats et serments antiques, n’avait encore jamais donné lieu à une étude approfondie. Or ce n’est que bien après sa rédaction que le texte s’est affranchi de son contexte d’origine pour s’élever au rang d’œuvre littéraire. Dans une perspective interdisciplinaire, papyrologues, philologues, épigraphistes, historiens de la médecine, du droit et des religions ont exploré cet aspect du texte lors de la Journée d’étude internationale « En marge du Serment hippocratique : contrats et serments dans le monde gréco-romain » qui s’est tenue à l’Université de Liège le 29 octobre 20141. Le thème de cette journée s’inspire du contenu d’un papyrus documentaire – et non pas littéraire –2, le P. HEID. III 226, daté de 215-213 avant notre ère, de provenance inconnue et étudié dans le premier chapitre de la thèse d’Antonio Ricciardetto3. Cette thématique est également, depuis plusieurs années, un axe de recherche du Centre de documentation de papyrologie littéraire (CEDOPAL) de l’Université de Liège. Marie-Hélène Marganne et Antonio Ricciardetto ont rassemblé et édité les Actes de la journée aux Presses universitaires de Liège. Le volume réunit six contributions dont cinq en français et une en anglais. La communication de Jan-Mathieu Carbon intitulée « La normativité des serments dans quelques contrats épigraphiques » n’est pas éditée mais le lecteur peut en lire un résumé dans la conclusion de M.-H. Marganne (p. 159). Le volume contient in fine une riche bibliographie (p. 171-189) et des index détaillés répertoriant les sources ainsi que les termes techniques et les sujets abordés en grec, latin et français (p. 191-219).

2Comme le rappelle A. Ricciardetto dans son introduction (p. 7-10), l’origine documentaire du Serment est mentionnée dès l’incipit du texte lorsque le futur médecin jure de remplir « ce serment (ὅρκος) et ce contrat (ξυγγραφὴν) » (p. 8-9). Ce n’est que bien après sa rédaction – située soit au ve, soit, plus probablement, au ive siècle avant notre ère, voire à l’époque hellénistique – que le texte a été canonisé et élevé au rang d’œuvre littéraire. Confrontant donc les sources littéraires, épigraphiques et papyrologiques, qu’elles soient de nature médicale, religieuse ou juridique, les différentes contributions présentes dans ce volume tentent de replacer l’écrit dans son contexte d’origine, à savoir celui des contrats et des serments antiques.

  • 4 Hippocrate, Le serment. Les serments chrétiens. La loi, texte établi et traduit par Jacques Jouanna (...)

3La contribution de Jacques Jouanna qui ouvre le volume, « Le Serment hippocratique : famille, religion et droit » (p. 11-37), est divisée en deux parties et s’inscrit dans le cadre de la préparation d’une édition du Serment et de la Loi que l’auteur a depuis publiée4. L'auteur reconsidère tout d’abord les manuscrits grecs, la tradition arabe et latine puis examine les témoignages anciens du Serment d’Hippocrate et en propose un stemma inédit en mettant en valeur les relations entre les divers manuscrits. Il constate que les passages qui ont retenu l’attention des lecteurs dans les témoignages anciens se situent dans la deuxième partie du Serment, sans doute parce que le texte faisait déjà partie du Corpus hippocratique et était davantage considéré comme un modèle d’éthique que comme un serment à prononcer. Dans la seconde partie de sa contribution, J. Jouanna s’intéresse au serment comme rite religieux et à la relation qu’il entretient avec le contrat juridique, mettant en valeur les spécificités du contrat hippocratique, à la fois engagement écrit et serment oral. En annexes de l’article se trouvent la liste des documents et témoignages sur le Serment d’Hippocrate (annexe I, p. 29-35) ainsi que le texte grec établi par J. Jouanna (annexe II, p. 36-37).

4David Leith, dans sa contribution « The Hippocratic Oath in Roman Oxyrhynchus » (p. 39-50), s’attache à examiner trois témoignages papyrologiques du Serment d’Hippocrate provenant d’Oxyrhynchus, une localité de Moyenne-Égypte, et datant de l’époque romaine (iie-ive siècles). Le P.Oxy. XXXI 2547 (= MP545.3) est un témoignage direct qui contient un passage du Serment tandis que les deux autres, le P.Oxy. LXXIV (= MP2354.11) et le P.Oxy. III (= MP2359), sont des témoignages indirects qui font seulement référence au texte hippocratique ou à son contenu. En replaçant ces documents dans leur contexte médical et en établissant un rapprochement avec un autre papyrus d’Oxyrhynchus datant de la même époque, le PSI XII 1275 (= MP23451.1), D. Leith souligne le rôle vraisemblablement pédagogique joué par le Serment, considéré comme un ensemble de règles morales à suivre, prescrites par le fondateur de la médecine lui-même.

5La contribution de Barbara Anagnostou-Canas, « Contrats et serments dans l’Égypte hellénistique et romaine » (p. 51-65), comme les trois dernières contributions du volume, porte sur la papyrologie documentaire contenant de nombreux serments et contrats. L’autrice examine, respectivement sous les Ptolémées puis sous les Romains, les formes du serment en Égypte, l’application de celui-ci dans les actes juridiques entre particuliers et la garantie qui était accordée par le débiteur. Parmi les gages de sûreté auxquels les contractants pouvaient recourir, le serment n’était pas le plus efficace pour obtenir l’exécution de l’obligation du débiteur. Comme le conclut B. Anagnostou-Canas, il n’est donc pas étonnant que l’utilisation du serment soit bien moindre dans le droit privé que dans la vie publique où il était imposé aux jureurs par l’État.

6L’étude qui suit, intitulée « Entre Rome et l’Égypte romaine. Pour une étude de la nourrice entre littérature médicale et contrats de travail » (p. 67-117), résulte de la rencontre entre les recherches de Danielle Gourevitch sur la maternité et la petite enfance dans le monde romain, en particulier d’après la littérature médicale, et celles d’A. Ricciardetto sur les contrats de nourrice. Les auteurs commencent par dresser le portrait des nourrices à Rome telles qu’elles sont représentées dans le livre II du traité de Soranos d’Éphèse, Des maladies des femmes, et dans des extraits de littérature juive médiévale pour ensuite confronter ces données théoriques aux cas concrets présents dans la documentation papyrologique grecque d’Égypte ainsi qu’aux données ostéoarchéologiques fournies par des squelettes d’enfants et de nouveau-nés de l’oasis de Dakhleh. D. Gourevitch et A. Ricciardetto concluent que les papyrus offrent une vision purement utilitaire de l’élevage, où la « nourrice mercenaire » (p. 87) est simplement en charge d’un « produit commercial » (p. 87), qui ne correspond pas à la vision présente dans les textes littéraires, où la nourrice élève l’enfant et le forme à devenir un bon citoyen. Cette différence explique pourquoi les liens et les situations d’affection créés entre la nourrice et l’enfant sont absents dans la documentation papyrologique. Le catalogue des cinquante-six contrats de nourrice et documents connexes connus à ce jour qui sont conservés dans des papyrus grecs est joint en annexe de l’article (p. 89-117).

7Jean A. Straus se concentre dans sa contribution sur un autre type de contrat : « Les contrats d’apprentissage et d’enseignement relatifs à des esclaves dans la documentation papyrologique grecque d’Égypte » (p. 119-134). Tout d’abord, l’auteur dresse et analyse la typologie de ces contrats (συγγραφὴ notariée publique, chirographe, « protocole privé », souscription « indépendante »). Puis, après avoir étudié le vocabulaire utilisé pour signifier « la mise en formation » (p. 125) dans ces contrats, il s’intéresse aux clauses proprement dites, aux parties contractantes et pour finir aux métiers qui étaient enseignés aux esclaves. J. A. Straus montre que les contrats d’apprentissage et d’enseignement relatifs à des esclaves ne diffèrent en rien de ceux destinés à des personnes libres. Il conclut finalement que seul le but d’un parent se distingue de celui d’un maître lorsqu’il place son enfant en apprentissage : au but économique s’ajoute en effet pour le parent la volonté d’assurer un avenir à son enfant pour que ce dernier gagne sa vie.

8C’est à la même catégorie de contrat que s’intéresse A. Ricciardetto dans la dernière contribution du volume : « Un contrat d’enseignement de la médecine du iiie siècle avant notre ère : P. Heid. III 226 » (p. 135-156). En effet, conservé à Heidelberg et daté de 215-213 avant notre ère, le P. Heid. III 226 représente l’unique contrat d’apprentissage pour l’époque ptolémaïque connu à ce jour et aussi le seul qui concerne l’enseignement médical. Le contrat, écrit deux fois au verso d’un compte – les deux versions ne sont pas exactement identiques –, établit qu’un certain Sôsikratès a confié Philôn, probablement son fils, à un certain Theiodotos pour une durée de six ans dans le but de lui enseigner la médecine. Après l’examen des caractéristiques externes et internes du document, A. Ricciardetto reconnaît l’authenticité du texte mais lui refuse toute valeur légale. Il suggère que le contrat était plus probablement un exercice de scribe, destiné à maîtriser les termes techniques et la syntaxe juridique.

9Il revient à M.-H. Marganne de dresser le bilan de ces différentes contributions (p. 157-161) grâce auxquelles l’origine documentaire du Serment a enfin pu être établie et étudiée. La démarche inédite de la journée d’étude liégeoise à l’origine de la publication de ce volume ouvre ainsi de nouveaux horizons de recherches sur le plus célèbre des serments, attribué à Hippocrate, et sur les connexions entre les textes littéraires et documentaires, y compris en médecine.

Haut de page

Notes

1 Programme disponible en ligne sur http://web.philo.ulg.ac.be/cedopal/colloques/ (consulté le 21 mai 2019).

2 La papyrologie documentaire s’inscrit dans les champs du savoir de l’histoire et du droit, par opposition à la papyrologie littéraire.

3 Antonio Ricciardetto, Recherches sur la typologie des papyrus documentaires grecs en rapport avec la profession médicale (iiie s. av. J.-C.-viie s. apr. J.-C.) : contrats, pétitions, rapports médicaux et lettres, thèse sous la direction de Marie-Hélène Marganne, Université de Liège, 2015.

4 Hippocrate, Le serment. Les serments chrétiens. La loi, texte établi et traduit par Jacques Jouanna, Paris, Les Belles Lettres, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jessica Thoulouse, « Marie-Hélène Marganne et Antonio Ricciardetto (dir.), En marge du Serment hippocratique : contrats et serments dans le monde gréco-romain »Histoire, médecine et santé, 15 | 2020, 155-158.

Référence électronique

Jessica Thoulouse, « Marie-Hélène Marganne et Antonio Ricciardetto (dir.), En marge du Serment hippocratique : contrats et serments dans le monde gréco-romain »Histoire, médecine et santé [En ligne], 15 | été 2019, mis en ligne le 24 septembre 2020, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/hms/2338 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.2338

Haut de page

Auteur

Jessica Thoulouse

Université Paris-Sorbonne - Orient et Méditerranée (UMR 8167)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search