Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Hygiène du cadavreConstater la mort sans le médecin ?

Hygiène du cadavre

Constater la mort sans le médecin ?

Le prix du marquis d’Ourches à l’Académie de médecine (1869-1874)
Certifying death without a doctor? The prize of the Marquis d'Ourches at the Academy of medicine (1869-1874)
¿Constatar la muerte sin el médico? El premio del marqués de Ourches en la Academia de medicina (1869-1874)
Anne Carol
p. 57-78

Résumés

En 1877, le testament d’un philanthrope, le marquis d’Ourches, charge l’Académie de médecine de décerner deux prix dont l’un, doté de 20 000 francs, pour « la découverte d’un moyen simple et vulgaire de reconnaître, d’une manière certaine et indubitable les signes de la mort réelle ». Plus d’une centaine de mémoires parviennent à l’Académie, entre 1868 et 1874, issus de milieux sociaux et de pays divers. C’est l’étude de leurs auteurs et de leur contenu qui fait l’objet de cet article. Elle permet de replacer le prix d’Ourches dans la longue histoire de la peur des inhumations prématurées et de son investissement par la médecine depuis le xviiie siècle. Cette étude témoigne de la diffusion de la culture médicale dans le public, mais aussi de l’évolution de la construction des savoirs médicaux, de l’observation à l’expérimentation. Au final, en n’attribuant pas le prix, l’Académie réaffirme avec force le monopole de l’expertise médicale dans la définition clinique et légale de la mort.

Haut de page

Texte intégral

1Le mercredi 1er mai 1867, à 3 heures du matin, rue Salneuve dans le 17e arrondissement parisien, Didier Balthazar d’Ourches exhale son dernier soupir à l’âge de 75 ans. Célibataire et sans enfant, il est peut-être assisté dans ses derniers moments par son vieil ami Saguez de Breuvery (1805-1876), dont il a fait son exécuteur testamentaire. Un testament olographe est déposé par les soins de ce dernier dans l’étude d’un notaire du quartier proche des Batignolles, Paul Baron.

  • 1 Guillaume Cuchet, Les voix d’outre-tombe, Paris, Seuil, 2012.
  • 2 L’exécution fait l’objet d’un procès, le baron réclamant l’immeuble abritant la bibliothèque comme (...)
  • 3 L’hôpital-hospice est inauguré en 1881, grâce à d’autres donateurs. Il a pu être inspiré par l’exe (...)

2L’homme qui vient d’expirer réunit dans sa personne la figure du philanthrope et de l’excentrique. Excentrique, il l’est par ses curiosités, et en particulier par son goût pour la magie, les sciences occultes, les tables tournantes et le spiritisme. Très proche du baron de Guldenstubbé, il participe à ses dizaines expériences d’« écriture directe et surnaturelle des esprits » sur des feuilles de papier déposés au Louvre, à Saint-Denis, au pied de statues, dans les cimetières ou sur le sarcophage de Sainte-Geneviève1 ; le baron lui dédie d’ailleurs son traité de Pneumatologie positive et expérimentale en ces termes : « À M. le Comte d’Ourches, nécromancien le plus illustre d’Europe ». Son hôtel particulier, situé dans les limites de l’agglomération parisienne, est le siège de réunions et d’expériences spirites ; il abrite aussi une riche bibliothèque vouée au surnaturel sous toutes ses formes, que le comte lègue par testament au baron2. Mais ses préoccupations sont aussi charitables : doté d’une fortune importante, sans postérité, il fait don d’un peu plus de 400 000 francs pour la fondation d’un hôpital hospice à Saint-Germain-en-Laye, ville dont son ami Saguez de Breuvery est maire3.

3C’est toutefois une autre clause de son testament qui nous intéressera ici : celle qui institue deux prix réunissant la fascination du testateur pour les frontières de la vie et de la mort et son souci des pauvres gens :

  • 4 Bulletin de l’Académie impériale de médecine, tome XXXII, 1866-1867, p. 1316-1317.

Je veux qu’il soit prélevé sur les valeurs de ma succession une somme de 25 000 francs, destinée, dans les conditions ci-après énoncées, à la fondation de deux prix, savoir :
1°. Un prix de 20 000 francs pour la découverte d’un moyen simple et vulgaire de reconnaître d’une manière certaine et indubitable les signes de la mort réelle ; la condition expresse étant que le moyen puisse être mis en pratique, même par des pauvres villageois sans instruction.
2°. Un prix de 5 000 francs pour la découverte d’un moyen de reconnaître d’une manière certaine et indubitable les signes de la mort réelle, à l’aide de l’électricité, du galvanisme, ou de tout autre procédé exigeant soit l’intervention d’un homme de l’art, soit l’application de connaissances, l’usage d’instruments ou l’emploi de substances qui ne sont pas à la portée de tout le monde4.

4Le testament désigne l’Académie de médecine en priorité pour faire « la plus grande publicité à la fondation de ces deux prix » et pour le décerner dans un délai de cinq ans : en cas d’absence de lauréat, les 25 000 francs reviendront à l’hospice, institué légataire universel.

  • 5 Jérôme Van Wijland et Pascal Griset, L’Académie de médecine. 200 ans, une histoire de la santé, Pa (...)
  • 6 Jérôme Van Wijland et Pascal Griset, L’Académie de médecine, op. cit., p. 64.
  • 7 Et 42 en 1898 : voir George Weisz, The Medical Mandarins, op. cit., p. 100.

5Fondée en décembre 1820 par Louis XVIII, l’Académie de médecine poursuit et prolonge les missions confiées à la Société royale de médecine à la fin du xviiie siècle : elle constitue un organe d’expertise consulté par le gouvernement sur les questions de santé publique, mais aussi un cénacle savant chargé de « s’occuper de tous les objets d’étude ou de recherche qui peuvent contribuer au progrès des différentes branches de l’art de guérir », comme l’indique l’ordonnance fondatrice5. À ce titre, elle reçoit et signale éventuellement des mémoires qui lui sont adressés spontanément sur des sujets variés, mais elle décerne aussi des médailles ou des prix. Si les premiers prix récompensés par l’Académie étaient fondés par des médecins ou des académiciens eux-mêmes (cinq en 1853) et portaient sur des questions précises, les philanthropes prennent progressivement le relais des dotations, multipliant les opportunités de concourir sur des sujets variés6 ; au début des années 1870, ce sont ainsi une quinzaine de prix qui sont mis au concours, dont l’attribution constitue une activité de plus en plus chronophage pour les académiciens7. Dans le cas du prix d’Ourches, un décret autorise la société savante à l’accepter le 11 janvier 1868, et un acte est signé devant notaire le 22 avril suivant pour entériner la fondation. La somme est placée à la Caisse des dépôts et consignations en attendant.

  • 8 Le Comte d’Ourches est devenu « marquis », dans la presse, et le restera pour l’Académie.
  • 9 En général, les prix ne sont dotés que de quelques milliers de francs.
  • 10 Pour comparaison, en 1878 les 13 prix mis au concours n’attirent que 25 compétiteurs ; 6 ne suscit (...)
  • 11 Le rapport final mentionne 102 mémoires, mais trois numéros sont manquants dans les archives de l’ (...)

6L’annonce du prix n’a pas attendu cette officialisation. Dès le 11 septembre 1867 par exemple, Le Figaro évoque en première page le testament du « marquis d’Ourches8 » et confirme quelques mois plus tard que l’Académie est autorisée à ouvrir le concours. Au fil des jours, la presse locale reprend l’information, ainsi que la presse étrangère. Quant à la presse médicale, elle s’en fait d’autant plus volontiers l’écho qu’elle consacre souvent quelques pages à rendre compte des séances de l’Académie. Ces relais multiples, le caractère exceptionnellement élevé de la récompense9 et sa faible technicité (contrairement aux prix habituels) expliquent que les premiers courriers et mémoires arrivent dès mars 1868 et se succèdent jusqu’en 1874, alors même que le concours est clos depuis le début de l’année 1873. Au total, ce sont 102 mémoires envoyés par 94 concurrents10 qui sont conservés dans les archives de l’académie, auxquels il faut ajouter 17 mémoires arrivés hors délai, qui constituent le corpus que l’on se propose de présenter et d’analyser ici pour la première fois11.

  • 12 Pour un panorama récent, voir Francesco Paolo De Ceglia (dir.), Storia della definizione di morte, (...)

7La question de la peur des inhumations prématurées et des signes de la mort a fait l’objet d’investigations historiques pour le xviiie et le xixe siècle12. On sait que la médecine s’en empare pour en faire un champ d’expertise et de production scientifique déjà bien encombré. Le concours n’arrive donc pas sur un terrain vierge : aussi commencerons-nous par rappeler le contexte dans lequel se situe le prix du marquis d’Ourches, avant d’analyser le profil des candidats, puis le contenu de leurs mémoires et de le comparer aux préconisations contemporaines. On terminera en s’interrogeant sur la façon dont l’Académie interprète le concours et prend position dans les débats.

La construction d’un problème de santé publique

8La médicalisation des inquiétudes concernant la réalité de la mort et la nécessité croissante de se doter de signes certains datent du milieu du xviiie siècle. Jusqu’alors, on peut avancer l’hypothèse que la mort est généralement perçue selon un régime d’évidence, et que la médecine n’intervient qu’à la marge. Dans l’immense majorité des décès, l’extinction de la vie est observée par les proches, qui assistent à l’agonie, et se fondent le plus souvent sur le dernier souffle pour en constater le terme. Dans le monde catholique, le prêtre, appelé pour donner les derniers sacrements aux catholiques, l’atteste a fortiori, mais aussi a posteriori puisque c’est lui qui se charge d’inscrire le décès dans le registre paroissial des sépultures. Mourir est d’ailleurs avant tout une affaire religieuse, où le souci du salut de l’âme l’emporte sur le reste.

  • 13 Maria Pia Donato, Morti improvise. Medicina e religione nel settecento, Rome, Carocci, 2010.
  • 14 Anton Serdeczny, Du tabac pour le mort. Une histoire de la réanimation, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2 (...)
  • 15 Elizabeth T. Hurren, Dissecting the Criminal Corpse, Londres, Palgrave Mac Millan, 2016.

9La médecine n’est toutefois pas exclue de l’empire de la mort. Elle intervient dans les cas de morts douteuses : lorsqu’on soupçonne la mort d’être criminelle, on requiert l’expertise d’un médecin ou d’un chirurgien pour examiner le corps. Mais le médecin peut aussi être sollicité en cas de mort subite, par apoplexie ou par fulguration par exemple ; la mors repentina, déjà redoutée en ce qu’elle ne permet pas de préparer son âme au grand passage, l’est aussi parce qu’elle laisse planer le doute sur sa réalité et son irréversibilité. Le médecin est alors invité à étudier soigneusement le corps, et à user de signes ou d’épreuves destinés à tester la vie résiduelle ou à solliciter la sensibilité. Dans le premier cas, on s’efforce de traquer l’existence d’une respiration imperceptible à travers des dispositifs simples : un miroir ou une plume appliquée devant la bouche ou les narines, un verre d’eau posé sur le diaphragme pour saisir les plus infimes palpitations. Dans le second cas, il s’agit de stimuler les terminaisons nerveuses par des piqûres, des incisions ou des brûlures qui détermineront une réaction et, éventuellement, relanceront la vie engourdie. La médecine a construit un savoir séculaire sur ces techniques, qui s’illustre par exemple dans les recherches menées au début du xviiie siècle lors de l’épidémie de mort subites qui sévit à Rome, et que Lancisi est chargé par le pape d’analyser13. Enfin les morts par noyades sont aussi l’objet des investigations et des interventions médicales, car elles paraissent révocables ; des méthodes de réanimation, des outils de sauvetage ont été développés dès le début du xviiie siècle dans ce sens14 ; de façon plus générale, les morts par asphyxie appellent la vigilance médicale ; en Angleterre, par exemple, les chirurgiens sont chargés de vérifier que les exécutés par pendaison sont bien morts, voire indirectement de les achever lorsqu’ils ont été aussi condamnés à être anatomisés15.

  • 16 Cette histoire est suffisamment répandue pour être référencée dans la classification des contes Aa (...)

10À côté de ce savoir savant, technique et concentré sur des situations particulières bien identifiées, il existe une sorte de peur anthropologique de l’inhumation prématurée, qui s’exprime par d’autres canaux. Un corpus d’anecdotes mettant en scène des enterrés vifs ressuscitant dans la tombe circule depuis des siècles, comme celle de la femme que des voleurs tentent de dépouiller de ses bijoux dans son caveau et qui, se réveillant de sa léthargie ou de sa catalepsie, les fait fuir d’épouvante avant de rentrer chez elle16. Souvent fondées sur des dates, des lieux et des personnages identifiés par un nom ou un statut social, ces trames narratives circulent et se répètent dans le temps et l’espace ; leur fonction est peut-être monitoire, ou cathartique. Mais elles appartiennent à un registre différent de celui du savoir technique constitué par les médecins, avec lequel elles ne se mélangent pas ou peu.

  • 17 Claudio Milanesi, Mort apparente, mort imparfaite, Paris, Payot, 1991.
  • 18 Par exemple, François Thiéry, La vie de l’homme respectée et défendue dans ses derniers moments, o (...)

11C’est au milieu du xviiie siècle que la médecine s’empare de la question de la mort apparente et des inhumations prématurées ordinaires. Le débat originel qui ouvre la voie à cette médicalisation est bien connu : c’est celui qui oppose Jacques Jean Bruhier (1685-1756), docteur régent de la Faculté de médecine de Paris au chirurgien Antoine Louis (1723-1792) à partir de 174217. À cette date, Bruhier publie en effet sa Dissertation sur l’incertitude des signes de la mort et l’abus des enterremens et embaumemens précipités. Bruhier y dénonce le risque d’être enterré en état de mort apparente, puisqu’aucun signe ne garantit la certitude du décès sinon la putréfaction commençante ; et il illustre ce risque de nombreux cas tirés de la littérature médicale et du corpus d’exempla évoqué plus haut. Pour Louis, qui publie en réponse ses Lettres sur la certitude des signes de la mort (1752), ces craintes ne sont pas totalement infondées, mais la médecine suffit à les révoquer. Les cas rapportés ne sont pas tous fiables et pour ceux qui sont avérés, des médecins auraient, s’ils avaient examiné les corps, mis fin aux doutes sans attendre la décomposition : il existe en effet des signes certains de la mort, en premier lieu la rigor mortis et l’affaissement du globe oculaire. Dans le champ ouvert par la controverse, d’autres s’engouffrent, alertant sur les cas de morts imparfaites ou réclamant la création de salles d’attente mortuaires pour entreposer les cas douteux. L’autorité publique est interpellée pour réglementer, à un moment où la question des cimetières est aussi travaillée par les médecins18. Et c’est bientôt toute l’Europe des Lumières qui s’inquiète de ces dangers, et réfléchit à des solutions.

12Si les deux positions décrites semblent irréconciliables, on sait qu’elles finissent par converger au début du xixe siècle dans la conviction que la mort doit être constatée par un homme de l’art, seul à même de lire sur les corps son empreinte. En outre, le débat a eu un double effet consensuel : d’une part, il a fait accéder la peur des inhumations prématurées à la dignité d’une question scientifique ; d’autre part, il a légitimé l’expertise médicale dans le champ de la mort, au nom de la santé publique : la mort a perdu son régime d’évidence, elle relève de spécialistes.

  • 19 Anne Carol, « Le médecin des morts à Paris au xixe siècle », Annales de démographie historique, 1, (...)

13Le Code civil français (1804) tient compte partiellement de ces nouvelles préoccupations. Il prévoit un délai de 24 heures entre la mort et l’inhumation, et impose un constat par un officier d’état civil – exiger un constat médical aurait été irréaliste dans les campagnes sous-médicalisées. Certaines municipalités vont plus loin : Paris est doté par le Préfet Frochot à partir de 1800 d’un service de vérification médicale des décès, redoublé en 1839 d’un corps de médecins inspecteurs chargés de faire des contre-visites19. D’autres villes suivent cette voie, mais la chronologie de cette diffusion reste à faire ; et les communes rurales s’en tiennent au mieux à la lettre du Code. L’intervention systématique des médecins dans le constat de mort devient donc une croisade professionnelle dès le début du xixe siècle, nourrie par l’inventaire des situations à risques, qu’elles soient anciennes ou nouvelles comme les épidémies de choléra ou les asphyxies au poêle à charbon.

  • 20 Anne Carol, « Risque réel ou risque imaginaire ? Les inhumations prématurées ou la construction d’ (...)

14Cette promotion de l’expertise médicale s’accompagne d’une intense production scientifique à propos des signes de la mort. Cette production prend des formes multiples : thèses de doctorat, essais, brochures, synthèses, articles, plaquettes… qui créent une énorme bulle spéculative sur un risque vraisemblablement minime20. Médecins ordinaires, spécialistes de médecine légale et philanthropes rivalisent pour produire le signe définitif, celui qui rendra les autres obsolètes et fera l’unanimité. Car attendre la putréfaction des corps – fût-ce au sein de dépôts mortuaires – ne saurait être la solution, à l’heure où l’hygiène publique s’efforce de contenir ou de neutraliser les foyers de miasmes.

15En 1839, l’Académie des sciences met au concours un prix fondé par un professeur de médecine à Rome, Pietro Manni (1779-1839), que la question de la mort apparente par asphyxie préoccupe. Il a voyagé à travers l’Europe, notamment pour visiter les dépôts mortuaires allemands et anglais et a publié en 1833 un Manuale pratico per la cura degli apparentemente morti, réédité deux ans plus tard. Le prix qu’il fonde par legs testamentaire est doté de 1 500 francs et doit être attribué à l’auteur du mémoire sur les deux questions suivantes : « Quels sont les caractères distinctifs des morts apparentes ? Quels sont les moyens pour prévenir les inhumations prématurées ? » Le prix Manni n’est décerné qu’en 1848, après l’examen de 21 mémoires présentés par 17 concurrents. Le lauréat est un jeune médecin, Eugène Bouchut (1818-1891), qui propose comme signe certain « l’absence prolongée de battements de cœur à l’auscultation » par le stéthoscope. À peine couronné par l’Académie des Sciences, le signe de Bouchut est aussitôt contesté par une foule de concurrents, et échoue à faire l’unanimité malgré sa valorisation académique ; et le flux de publications ne s’interrompt pas.

16La question est aussi débattue hors des sphères savantes. Une série de pétitions amorcée sous la monarchie de Juillet et continuée sous l’Empire suscite entre 1863 et 1866 des débats au Sénat impérial quant à la nécessité de légiférer. Les sénateurs renvoient la question au ministre de l’Intérieur, qui sollicite le Conseil d’hygiène et salubrité. Le ministre se contente dans un premier temps de rappeler aux préfets la nécessité d’appliquer strictement le Code ; mais le 24 décembre 1866, il publie une circulaire qui va plus loin et prescrit l’extension du modèle parisien à toutes les municipalités :

  • 21 Dalloz, Jurisprudence générale, Paris, Bureau de la jurisprudence générale, 1867, 3e partie, p. 48

L’article 77 du Code Napoléon fait peser sur l’officier de l’état civil la responsabilité de la constatation des décès : or, Monsieur le Préfet, cette responsabilité implique l’obligation de s’entourer de tous les moyens propres à obtenir ce résultat strictement exigé. […] Le maire de chaque commune fera choix d’un ou de plusieurs docteurs en médecine ou en chirurgie, et, à leur défaut, d’officiers de santé, qui seront chargés de constater les décès dont la déclaration aura été faite à la mairie, conformément aux prescriptions de la loi21.

  • 22 Ce mot désigne la crainte d’être enterré vivant. Henri Roger, « Séance du 17 mars 1874. Rapports » (...)

17C’est dans ce contexte d’effervescence qu’intervient la mise au concours du prix du marquis d’Ourches. Les motivations du testateur ne nous sont pas connues ; d’après Roger, secrétaire de l’Académie en 1874, le philanthrope aurait lui-même souffert de taphophobie22 à l’instar de plusieurs de ses contemporains, tels Jules Michelet ou Émile Zola. Quoi qu’il en soit, l’importance de la somme en jeu et l’actualité des débats suscitent de nombreuses vocations.

Amateurs et professionnels

18Ce sont donc 102 mémoires qui arrivent à l’Académie, suivis de 17 mémoires hors délai, entre mars 1868 et juillet 1874.

  • 23 Les difficultés sont multiples. Certaines candidatures ne sont pas datées ; on ne connaît que la d (...)
  • 24 Un autre, écrivant d’Anvers après avoir fui la conscription prussienne et abandonné ses études de (...)

19La répartition dans le temps de ces candidatures (graphique 1) est délicate à interpréter23, faute d’un dépouillement exhaustif de la presse générale et professionnelle pour y repérer les annonces concernant le prix. Sans surprise, la période mars 1868 – septembre 1869 est la plus dense ; des regains d’intérêt s’observent ensuite au début de chaque année civile, lorsque l’annonce du prix est renouvelée publiquement par l’Académie et relayée par la presse. De même on s’étonnera peu que la guerre de 1870, le siège de Paris et la Commune perturbent les candidatures, très peu nombreuses jusqu’à l’automne 1871 ; un des candidats ne dépose son mémoire qu’en 1872 (« les malheurs de la patrie en ont fait retarder l’envoi »)24.

Graphique 1 : Distribution des candidatures par mois (mars 1868 - mars 1873)

Graphique 1 : Distribution des candidatures par mois (mars 1868 - mars 1873)

Tableau 1 : Les candidatures hors de France

Europe : 19 Belgique 6 (3 Bruxelles, 1 Liège, 1 Anvers, 1 Namur)
Allemagne 3 (1 Leipzig, 1 Liegnitz)
Italie 3 (2 Turin, 1 Pise),
Autriche 2 (1 Trieste, 1 Vienne)
Pays-Bas 2 (1 La Haye, 1 Amsterdam)
Suisse 1 (Genève)
Danemark 1 (Copenhague)
Angleterre 1 (Londres)
Proche et Moyen Orient : 3 Égypte 1 (Alexandrie
Iran 1 (Téhéran)
Turquie 1 (Constantinople)
Amérique du Nord : 3 États-Unis 2 (1 Chicago, 1 Boston)
Canada 1 (New Glasgow)
  • 25 Faute d’un dépouillement de la presse nationale et locale européenne, il est impossible d’explique (...)

20Le prix d’Ourches a attiré des candidats un peu partout en France et même au-delà des frontières. Pas moins de 25 candidats sur 111 (22 %) sont des étrangers (tableau 1), témoignant à la fois de l’internationalisation de la communauté scientifique et de l’essor des moyens de communication qui alimentent la presse25.

21Qu’en est-il de la dispersion spatiale des candidatures françaises (carte 1) ? Sans surprise, la Seine et ses deux départements limitrophes sont les mieux représentés (18) ; Paris domine, avec 15 candidats. Mais la province est assez bien ventilée, ce qui témoigne discrètement de la force de la presse locale, citée par plusieurs candidats comme une source d’information. Pour le reste, les chiffres ramenés à chaque département sont trop faibles pour pouvoir donner lieu à une analyse statistique significative ; là encore, il faudrait collecter les annonces dans la presse locale pour comprendre les disparités.

Carte 1 : Répartition spatiale des candidatures françaises

Carte 1 : Répartition spatiale des candidatures françaises

Le chiffre indique le nombre de réponses par département.

  • 26 La répartition est la suivante : 59 docteurs, 2 officiers de santé, 1 pharmacien, 1 vétérinaire, a (...)

22Qui sont les compétiteurs ? En prenant en compte l’ensemble des dossiers documentés (y compris ceux arrivés hors délai), la ventilation donne un net avantage aux professions soignantes (docteurs, officiers de santé, pharmaciens et vétérinaires)26 : 66 sur 111, soit 58 %.

  • 27 Ainsi E. H. Weber, professeur d’anatomie et de physiologie à l’université de Leipzig, correspondan (...)

23Il n’y a là rien de bien étonnant pour un prix géré par la plus prestigieuse des institutions savantes médicales en France, et qui a bénéficié d’un fort relais dans la presse professionnelle. Le spectre social de ces professionnels est large : on y trouve des praticiens des arrondissements parisiens cossus comme des médecins de campagne des vallées pyrénéennes ; beaucoup appartiennent à des sociétés de médecine locales, ont déjà envoyé des observations ou des articles dans des revues professionnelles, dans l’espoir peut-être de devenir membre correspondant ; plusieurs candidats étrangers occupent même des fonctions importantes, travaillent dans de grands hôpitaux ou dirigent des revues27. Curieusement, 5 médecins seulement du service parisien de la vérification médicale des décès (3 vérificateurs, 2 inspecteurs pour environ 70 titulaires) se sont portés candidats, en dépit de leurs compétences et de leur légitimité. En tout cas, cette dispersion géographique et sociale montre que la question de la mort apparente appartient bien à l’horizon des médecins, quels qu’ils soient. Nous reviendrons plus loin sur ce que leurs propositions révèlent de leurs lectures et de leur degré de connexion à l’actualité scientifique.

  • 28 Nous faisons l‘hypothèse que les candidats qui ne se disent pas médecins ne le sont pas, car ils n (...)
  • 29 Voir par exemple Hervé Guillemain et Nathalie Richard (dir.), The Frontiers of Amateur Science, Ge (...)
  • 30 Par exemple le mémoire arrivé hors délai qui propose d’insuffler du vinaigre ou de l’eau (voire de (...)

24Ce qui semble finalement plus frappant et qui démarque le prix d’Ourches des autres prix de l’Académie, c’est le fait qu’une petite moitié des candidats sont des profanes28, ou appartiennent à ce qu’on pourrait appeler le monde des « amateurs », dont l’historiographie récente des sciences a montré la vitalité29. Ce constat est toutefois à nuancer, car l’importance de la somme en jeu et l’apparente simplicité de la demande (un signe « vulgaire ») ont pu appâter des bricoleurs d’occasion, des « scientifiques » improvisés, des aventuriers qui tentent leur chance et proposent des signes peu convaincants30. Les professions sont rarement mentionnées, et les recherches complémentaires n’ont permis d’identifier in fine la position sociale ou le métier que de 15 concurrents sur les 45 qui ne sont pas des soignants. Certains sont confrontés professionnellement à la question de la mort apparente : c’est le cas d’un curé, d’un pasteur et d’un rabbin, ainsi que d’un militaire. Pour le reste, on trouve des ingénieurs, des industriels et des ouvriers, des instituteurs et des directeurs d’école, un clerc de notaire, un théologien, des commerçants et des négociants en vin, des rentiers propriétaires, dont un rejeton de la vieille noblesse artésienne.

25Si les premiers mois de la mise au concours (en 1868 et 1869) attirent médecins (25) et profanes (26) de façon équilibrée, ce sont presque exclusivement des professionnels du soin qui candidatent à partir de 1870 ; ils deviennent en revanche très minoritaires après la date limite, ce qui laisse penser que ces deux dernières oscillations ne sont liées qu’à un meilleur suivi de l’information sur le concours dans la presse professionnelle.

26Qu’en est-il de la place des femmes ? Elle est infime. L’interdiction qui leur est faite d’exercer la médecine est une des raisons de cette faiblesse, mais on aurait pu s’attendre à trouver des sages-femmes, confrontées régulièrement à des parturientes épuisées par des hémorragies et des éclampsies ou à la naissance d’enfants en état d’asphyxie. Or, les trois candidates n’appartiennent pas à la sphère soignante. L’une d’elles jouit pourtant d’une certaine notoriété et même d’une certaine expertise, mais hors de France : il s’agit de la poétesse prussienne Friederike Kempner (1836-1904) qui a publié en 1856 un petit traité pour promouvoir les dépôts mortuaires. Des deux autres, nous ne savons presque rien : l’une réside à Liège, est mariée, et l’autre, installée à Alençon, s’abrite derrière un pseudonyme d’une humilité presque comique : Modestine du Tremble. Du reste aucune ne s’appuie sur une supposée empathie « naturelle » à leur sexe pour justifier leur participation au concours.

27Comment les mémoires se présentent-ils ? La plupart sont manuscrits, accompagnés de lettres de candidature, mais quelques candidats (5, tous médecins) envoient des brochures ou des articles déjà publiés, sans pour autant négliger de joindre quelques pages de leur main. La longueur des manuscrits est très variable : les uns font tenir sur une page la lettre de candidature et la description du signe ; à l’autre extrême, le docteur Durand envoie en 1868 un premier mémoire de 132 feuillets recto verso, qu’il complète en 1870 par un deuxième envoi plus long encore. Le souci d’illustrer son propos par des données chiffrées, sur lequel nous reviendrons, ou celui de compiler les signes existants explique ces formats plus imposants. La longueur moyenne est de 12,6 feuillets, mais pour les seuls médecins, elle monte à plus de 17 feuillets, et s’abaisse à moins de 6 pour les autres.

28La plupart des candidats qui se donnent la peine de justifier leur intérêt ouvrent leur mémoire par un exposé sur le danger des inhumations prématurées. Dans ce cas, ils sacrifient au style dramatique qui caractérise cette littérature depuis le début du siècle, qu’elle soit issue de médecins ou de profanes :

  • 31 Archives de l’académie de médecine (désormais AAM), Prix du marquis d’Ourches (désormais PMO), n°  (...)

De quelles craintes ne devons-nous pas être assaillis en pensant qu’une pareille fin puisse être la nôtre, et quelles terribles angoisses doit éprouver la personne qui se sentant revenir à la vie comprend l’affreuse situation dans laquelle elle se trouve et l’impossibilité d’en sortir31 ?

29En revanche, très peu de candidats explicitent d’emblée leur choix de concourir pour l’un ou l’autre prix, c’est-à-dire pour le signe vulgaire ou pour le signe technique ; la plupart se contentent d’insister in fine sur la facilité de la mise en œuvre de leur procédé, ce qui revient de fait à postuler pour le prix le plus doté.

En quête du signe de la mort : de l’observation à l’expérimentation

30Quels sont donc les signes proposés par les candidats ? On examinera ici tous les dossiers conservés, y compris ceux arrivés trop tard ; certains proposant plusieurs signes, on ne s’étonnera pas que le total des occurrences dépasse le nombre de mémoires et de candidats.

  • 32 Trois exemples parmi bien d’autres de cette littérature érudite : Eugène Bouchut, Traité des signe (...)

31Passons d’abord rapidement sur les candidats qui croient peut-être augmenter leurs chances en proposant le plus large éventail de signes possibles ; treize mémoires se situent dans cette perspective. Les deux tiers émanent de médecins, qui font ainsi étalage à peu de frais de leurs connaissances en s’appuyant une bibliographie déjà abondante32 ; ils rejoignent donc le flot des compilateurs qui se recopient mutuellement. Une autre catégorie de candidats, plus audacieux, se distingue par des solutions singulières qu’ils sont seuls à défendre : il s’agit dans tous les cas de profanes, dont l’originalité confine à l’excentricité. Un candidat bordelais avance ainsi une solution radicale :

  • 33 AAM, PMO, Le Blanc. Mémoire. Bordeaux le 21 juillet 1874. Manuscrit. 2 feuillets mémoire arrivé ho (...)

pratiquer sur le cadavre ou le corps présumé tel à inhumer, et ce, au dernier moment, c’est-à-dire au bord de la fosse et immédiatement avant de l’y descendre, une lésion suffisante d’un des organes nécessaires à la vie, pour rendre matériellement impossible tout retour à celle-ci33.

32D’autres proposent des réponses étranges, mais qui dénotent une certaine logique médicale :

  • 34 AAM, PMO, Daniel Weill, n° 56.

on n’a qu’à piquer le corps qu’on veut expérimenter avec une aiguille ; repiquer avec la même aiguille un autre corps bien vivant, moineau, souris etc. Celui-ci si le premier est un cadavre sera bientôt empoisonné tandis que s’il ne l’est pas, le moineau ou la souris ne se portera pas plus mal34.

33Un autre s’appuie tout à la fois sur l’exégèse de la Bible et les pratiques des Océaniens pour suggérer d’insérer trois gousses d’ail pilées dans l’anus. Là encore, la logique sous-jacente irritative et stimulante, toute baroque qu’elle semble, n’est pas si éloignée de méthodes de réanimation plus classiques comme l’insufflation de tabac dans l’anus des noyés. Notons enfin qu’un magnétiseur hollandais propose ses services, peut-être en vertu de ses capacités à passer la frontière qui sépare les vivants des morts. On pourrait s’étonner par ailleurs que le signe qui a été couronné par l’Académie des sciences une trentaine d’années auparavant ne soit avancé par aucun candidat. Faut-il y voir la confirmation du rejet de ce signe par la communauté savante ? Il paraît plus plausible d’imaginer que les candidats n’ont pas jugé utile de proposer un signe qui avait déjà été primé, et dont Bouchut aurait pu revendiquer la priorité.

  • 35 On mentionnera, sans les étudier ici les solutions ponctuelles telles que douches, réchauffement, (...)

34Pour le reste, l’examen des propositions permet d’esquisser un premier tableau. Une famille de signes se détache particulièrement, bien qu’hétérogène dans ses modalités : ceux qui prennent l’œil du présumé mort pour objet (22). Viennent ensuite les signes obtenus en recourant à des brûlures sur la peau – là encore avec des nuances importantes (20). Les signes les plus fréquemment évoqués ensuite sont la putréfaction (10), la diminution de la température (9), l’épreuve de la saignée (8), les réactions à l’électricité (5). Tous les autres signes sont défendus par un nombre de candidats variant entre 1 et 4. Grosso modo, les trois quarts des réponses se concentrent donc sur 6 signes, le quart restant se dispersant sur 24 signes35.

35Comment se repérer dans ce foisonnement ? Il faut rappeler que les ouvrages compilant les signes de la mort s’organisent traditionnellement selon des catégories qui relèvent de la physiologie. Les uns distinguent les signes tirés de la vie de relation et ceux tirés de la vie végétative ; d’autres envisagent les signes tirés de l’arrêt du cœur, du poumon et du cerveau. Pour d’autres encore, on oppose les signes éloignés de ceux qui apparaissent immédiatement ; enfin, la distinction peut porter sur les signes positifs (attestant de la réalité de la mort) et les signes négatifs (absence de phénomènes vitaux). On se propose de s’abstraire de ces catégories d’analyse afin d’étudier ces signes en fonction de leur place dans le contexte de la production savante sur la question, et plus généralement de l’évolution de la médecine.

  • 36 Cette solution est défendue notamment par la poétesse prussienne et par un médecin italien.
  • 37 AAM, PMO, Galy. Mémoire. De Massat (Ariège) le 15 mai 1874. Manuscrit. 2 feuillets.

36Ainsi, certains signes anciens sont devenus tellement triviaux qu’ils ne sont plus défendus que par des profanes : il en va ainsi de ceux censés révéler une respiration résiduelle, si imperceptible soit-elle, au moyen d’un miroir, d’un duvet ou d’une bougie placés devant la bouche ou les narines. Trois candidats les proposent néanmoins, dont un rabbin qui dit que ce signe est en usage chez ses coreligionnaires. Prenons le cas d’un des signes les plus anciennement défendus, celui de la putréfaction (dix occurrences). Sa longévité peut paraître surprenante, puisqu’il a été battu en brèche dès le xviiie siècle par Louis. De fait, trois médecins seulement le proposent, et en renfort d’un signe principal, plus technique : l’hygiénisme est passé par là. Rares sont d’ailleurs les candidats qui proposent d’attendre simplement l’« état verdâtre de l’abdomen » : trois suggèrent de hâter son apparition en réchauffant le corps. Associée à la putréfaction, la promotion des chambres d’attente mortuaires, à l’image de ce qui s’est fait en Italie et en Allemagne dès la fin du xviiie siècle ne fait guère recette : quatre candidats les défendent36. Un pharmacien de l’Ariège croit bon de préciser que le « hangard [sic] » pourrait être surveillé par le fossoyeur, « ce qui leur [sic] serait facile, puisqu’il a toute la journée au cimetière à creuser ou à couper l’herbe qui a poussé37 ». Trois candidats défendent aussi des projets de cercueils dotés de tubes d’aération, de sonnettes ou de couvercles vitrés. En revanche, la rigidité cadavérique (dont Louis avait promu la modernité et que la circulaire de 1866 cite) n’est défendue que par un seul candidat ; il est vrai que c’est un médecin vérificateur des décès.

  • 38 AAM, PMO, n° 15. Clément, Paul Germain. « Un miroir ou un corps poli… » Note sur un moyen. Valogne (...)
  • 39 AAM, PMO, n° 17. Blanc, F. A. Versailles, 14 novembre 1868. Manuscrit. 1 feuillet.

37Qu’en est-il d’une autre catégorie de signes anciens, les « épreuves » ? Consistant à brûler, piquer, inciser le corps, leur logique traditionnelle était double : tester la sensibilité et éventuellement rappeler la vie par la secousse nerveuse occasionnée. Mais les sensibilités comme les savoirs ont évolué : les incisions (1) et les piqûres (1) sont presque définitivement abandonnées. Qu’il s’agisse de ne pas blesser un vivant potentiel ou de respecter la dignité du défunt, certains gestes ne semblent plus acceptables : « en aucun cas on ne doit mutiler un cadavre pour s’assurer de la mort38 » dit même un candidat. Pourtant, un médecin propose encore d’inciser très profondément le talon du mort présumé, pour « agiter le cœur et le cerveau de manière à les ranimer s’il y a encore vie » tout en précisant qu’en même temps, « il importe d’essayer de faire avaler au mort ou à la morte une demi-cuillère d’esprit-de-vin ou de vinaigre, et de lui frotter le visage les poignets et la poitrine39 ». On pourrait être tenté de rattacher aux incisions la saignée, davantage recommandée : ce serait une erreur. En effet, pour la plupart de ceux qui la recommandent il s’agit simplement de voir si le défunt présumé saigne ou non.

38Le cas des brûlures est plus intéressant encore : ce signe n’est pas abandonné, mais réinterprété. Au début du siècle, on préconisait d’appliquer un fer rouge sur des zones particulièrement sensibles du corps. Ce traitement brutal n’est guère conseillé que par deux candidats, dont un ancien militaire qui invite à

  • 40 AAM, PMO, n° 19. Sauvanet. Monplais-lès-Lyon le 19 novembre 1868. Manuscrit. 1 feuillet.

brûler la plante d’un des deux pieds avec un fer rouge voire même un gros clou dons la tête serait rougie à blanc. Ce moyen est indubitable et ne laisse aucun regret. C’est ainsi que j’ai traité les membres de ma famille que j’ai eu le malheur de perdre, sans attendre la putréfaction40.

  • 41 AAM, PMO, n° 28. Vaucher, Alfred. Manuscrit. 2 feuillets.

39Pour les autres candidats, l’effet attendu n’est pas celui que supposait la tradition. Un ouvrier soyeux lyonnais décrit plutôt un test, basé sur sa propre expérience : si la chair rougit, c’est qu’elle est vivante ; si elle noircit, comme sur un abcès qu’il a dû faire cautériser, c’est qu’elle est morte. Et dans la plupart des cas (16), il ne s’agit pas de brûler directement l’épiderme, mais d’approcher suffisamment près une source de chaleur (fer rougi, marteau de Mayor, sinapisme, vésicatoire ou tout autre rubéfiant) pour provoquer la formation d’une ampoule. Qu’il se produise « une gonfle remplie d’eau41 » (ou dit en termes plus savants : une phlyctène séreuse), c’est que la vie est encore présente ; si c’est du gaz qui s’en échappe, c’est signe de mort. Si les défenseurs de ce signe prescrivent souvent d’appliquer la source de chaleur dans des régions stratégiques d’un point de vue vital (épigastre, colonne vertébrale) et entretiennent ainsi une certaine ambiguïté sur le but poursuivi, il ne s’agit pourtant ni de stimuler, ni de ranimer : il s’agit d’abord d’expérimenter pour observer sur le corps passif une réaction physiologique simple et spectaculaire :

  • 42 AAM, PMO, n° 6. Martenot de Cordoue. Manuscrit. 8 feuillets.

Sous un épiderme plus résistant […], la phlyctène formera alors une véritable boule, et quand la force de la vapeur aura dépassé la force de résistance de l’enveloppe, alors celle-ci éclatera avec un bruit très perceptible et capable quelquefois d’éteindre la bougie ; c’est là le brillant de l’épreuve, et chaque fois que ce phénomène s’est produit devant les personnes qui assistaient à nos expériences, il s’est manifesté de leur part un sentiment non équivoque de satisfaction42.

40Cette même logique expérimentale prévaut chez ceux qui proposent de poser un garrot (3) pour provoquer ou non une congestion, de frictionner la peau (2) pour la rubéfier ou la parcheminer. Elle s’affirme encore davantage chez ceux qui proposent d’observer l’acidification du cadavre par des réactifs ou des phénomènes d’oxydation.

41La simple observation ne semble en effet plus suffire. Un candidat offre une illustration involontairement comique de ses limites et de ses impasses :

  • 43 AAM, PMO, n° 80. Doubrère. Manuscrit. 2 feuillets. L’auteur est officier de santé dans les Hautes (...)

Dans la mort apparente la figure de la personne n’a point changé, elle est pour ainsi dire dans l’état naturel ; bouche béante ou fermée, les lèvres sont comme dans l’état de santé, le nez la même chose n’ont point changé de couleur, les yeux ouverts ou fermés mais brillants et ont l’éclat qu’ils ont dans l’état de santé.
Les membres supérieurs sont quelquefois dans un état de rigidité ou de flaccidité, le tronc ou le corps est le même qu’en santé, la peau a la même couleur que quand la personne vivait, le ventre ou l’abdomen est dans l’état naturel, il n’est point enfoncé comme dans la mort réelle, les membres inférieurs sont dans le même état que les supérieurs43.

  • 44 AAM, PMO, n° 5. Deschamps, Michel Hyacinthe. Mémoire sur la vérification des décès et sur le dange (...)
  • 45 AAM, PMO, n° 8. Durand, P., Recherches cliniques et expérimentales sur les signes de la mort appar (...)

42De fait, si l’on excepte les partisans de la putréfaction, les candidats qui s’appuient sur le seul examen sont peu nombreux : quatre recommandent d’observer la transparence de la peau de la main, un autre l’état des cheveux. Tout se passe comme si l’observation avait besoin d’être appareillée, réitérée à de multiples reprises, et/ou précédée d’un protocole expérimental pour devenir concurrentielle. Les candidats jugent ainsi préférable d’utiliser des instruments : les partisans de la température (9) ne proposent plus guère comme le vieux docteur Deschamps que la « main, appliquée sur le ventre et à la poitrine, reçoive l’impression d’un froid glacial44 » : ils se servent d’un thermomètre, voire en inventent un spécial (le nécronomètre), et rapportent des centaines d’observations précisément étalonnées sur des hommes et sur des animaux sacrifiées45. Dans le même ordre d’idée, le docteur Schlimmer propose un cercueil-bascule de son invention, dont le double fond mobile, en remontant le long d’une graduation, montrerait la diminution fatale du poids ; il prend soin d’ajouter qu’il l’a testé sur une trentaine de chats, de moutons et même de veaux. Dans ce registre technique, l’électricité n’attire guère en revanche (5) : il est vrai qu’elle relève plutôt du prix de 5 000 francs, moins attractif ; en outre, elle a déjà été discutée et testée dans le cadre de la vérification parisienne et n’a rien d’inédit.

  • 46 Un autre candidat propose de rechercher le même effet par l’emploi d’un réflecteur.

43Les signes tirés des yeux, les plus nombreux, illustrent et résument ces évolutions en cours. Les modifications de l’œil (affaissement, toile glaireuse) offrent un indice traditionnellement signalé, que Louis avait promu comme décisif en 1752. Un candidat (médecin) propose donc simplement d’observer la flétrissure de la cornée ; plus pointus, trois autres (dont deux vérificateurs des décès parisiens) recommandent de se concentrer sur la tache noire de la sclérotique, « sentinelle avancée de la putréfaction » ; un cinquième, lui aussi médecin, propose un examen du fond de l’œil appareillé avec un ophtalmoscope de sa fabrication. Pour le reste des candidats, toutefois, l’examen de l’œil ne suffit pas : il faut intervenir et observer ensuite. Trois d’entre eux (deux médecins, dont un inspecteur parisien) affirment que la déformation du globe oculaire sous la pression des doigts est un signe certain de mort. Dix enfin préconisent d’instiller une substance dans l’œil pour en analyser les effets. Si deux d’entre eux semblent chercher simplement à provoquer une irritation (avec du savon ou de l’ammoniaque !), les huit autres, tous médecins, prescrivent de verser quelques gouttes de molécules chimiques (l’atropine tirée de la belladone, l’ésérine tirée de la fève de Calabar) pour tester une éventuelle contraction ou dilatation pupillaire46. Là encore, la substance n’a aucun effet stimulant : il s’agit plutôt de traiter une partie du corps comme un objet réactif ou non à une substance chimique.

  • 47 Olivier Faure (dir.), Les thérapeutiques : savoirs et usages, Lyon, Fondation Mérieux, 1999.

44Le corpus de mémoires envoyés à l’Académie de médecine reflète donc, d’une certaine façon, les évolutions qui travaillent et qui traversent la médecine de cette deuxième moitié du siècle : appareillage croissant de l’examen clinique, montée en puissance de la médecine expérimentale, pénétration de la chimie, plus-value des séries statistiques dans l’évaluation des thérapeutiques47. Ces évolutions ne concernent pas seulement une élite parisienne, mais se sont répandues en province.

L’Académie au secours de la médecine

  • 48 Béclard : acidité des muscles et thermométrie ; Bergeron : atropine et ésérine, tache cornée et sc (...)
  • 49 Henri Roger, « Séance du 17 mars 1874. Rapport général sur les prix décernés », Bulletin de l’Acad (...)

45À l’issue de la clôture du concours, comme c’est l’usage, une commission est formée, qui répartit les mémoires entre sept académiciens ; on y trouve quelques grandes figures médicales, comme le physiologiste Jules Béclard, doyen de la Faculté et secrétaire perpétuel de l’Académie ; Alphonse Devergie, cofondateur de la Société de médecine légale et des Annales d’hygiène publique et de médecine légale, directeur de la Morgue ; un autre éminent spécialiste de médecine légale, Ambroise Tardieu ; Jules Gavarret, spécialiste de physique médicale et d’électricité ; le chirurgien pionnier de l’asepsie Alphonse Guérin ; Eugène Woilliez ; Étienne Bergeron. Un premier tri permet d’écarter les mémoires jugés insuffisants ou excentriques, et de n’en retenir que 32. Pour mieux les départager, la commission décide le 28 mai d’entreprendre des recherches expérimentales pour tester les signes proposés et les confronter aux conclusions avancées48. Elle délivre enfin ses conclusions les 2 et 9 décembre 1873, par la bouche de son rapporteur, Devergie ; un second rapport revient sur le prix le 17 mars 1874, lors de la séance publique où le secrétaire annuel présente un rapport pour tous les prix de l’année 1873 et proclame publiquement les résultats, dans un souci de transparence49.

46Commençons par relever que pour le rapporteur de la commission, l’enjeu est pour le moins paradoxal et l’exercice particulièrement délicat : il s’agit, pour l’institution qui couronne l’édifice de la profession, de décerner le prix principal à un travail qui doit rendre inutile l’intervention médicale dans la constatation des décès, alors que celle-ci fait objet d’une croisade séculaire. Comment résoudre cette contradiction ?

47Devergie commence par justifier que l’Académie ait accepté de mettre à exécution le testament, en replaçant la crainte du marquis d’Ourches dans une perspective anthropologique (« dès les temps les plus reculés de la civilisation, la certitude de la mort a été l’objet des préoccupations de tous les peuples »), et en adoptant à son tour le ton dramatique qui convient en l’espèce pour décrire la situation de l’enterré vif :

  • 50 « Séance du 2 décembre 1873. Rapports », Bulletin de l’Académie de médecine, p. 1417.

Emprisonné de toute part, sans espoir possible de secours, voué fatalement à une mort lente, la plus cruelle des morts, celle de l’asphyxie par défaut d’air ; au milieu des souvenirs les plus poignants, ceux de la femme aimée, d’enfants qu’il chérit, d’amis dont il est séparé à jamais, il n’a devant lui qu’une mort inexorable50.

48Le marquis d’Ourches fait donc partie des « bienfaiteurs de l’humanité ». Le rapporteur rappelle néanmoins que des dispositions réglementaires existent, à Paris et ailleurs, pour s’interroger sur les effets possibles de régression induits par le prix :

  • 51 Ibid., p. 1418-1419.

Pour nous comme pour tout le monde, l’intention est au-dessus de tout éloge. Mais l’idée est-elle bien juste ? Atteindra-t-elle le but de celui qui l’a conçue ? Ne pourra-t-elle pas conduire plus souvent à l’erreur que l’exercice régulier de la législation qui régit la constatation des décès, aidée de la réglementation qui a été instituée par M. de Rambuteau, ancien préfet de la Seine ? [...] La présence d’un signe de mort mis à la portée de tout le monde [sic] ne pourra-t-il pas advenir alors que le maire sur lequel repose toute la responsabilité qui lui est assignée par la loi, se contente des dires des parents ou se charge lui-même de la vérification ? Voilà, comme vous le voyez, la loi complètement éludée51.

  • 52 Henri Roger, « Séance du 17 mars 1874. Rapport général sur les prix décernés », art. cité, p. 235.

49Ces « réserves » faites, Devergie revient à son « devoir », rendre compte des mémoires, et déploie le troisième volet de sa stratégie : la disqualification des signes proposés. La première étape consiste à se moquer des « moyens ridicules » et des amateurs lancés dans l’arène : « quels travaux sérieux pouvait-on attendre de cette foule bigarrée ? »52 ajoute Roger. Une longue dissertation savante sur les phénomènes accompagnant la cessation de la vie permet ensuite de replacer les signes examinés dans un ensemble plus vaste, mais aussi de les critiquer l’un après l’autre, sous couvert de louanges. À propos de la thermométrie par exemple :

  • 53 « Séance du 2 décembre 1873. Rapports », art. cité, p. 1430. Toutes les italiques sont de Devergie

Nous ne saurions trop applaudir aux efforts qui ont été faits pour généraliser cette méthode d’observation, que bon nombre de familles peuvent mettre assurément en usage, mais à laquelle l’observation médicale pourra seule donner en général une valeur absolue53.

  • 54 Ibid., p. 1438.
  • 55 « Séance du 9 décembre 1873. Rapports », Bulletin de l’Académie de médecine, 1873, p. 1480.

50En bref, « la science est riche de faits propres à éviter les erreurs sur la mort lorsque ces moyens sont mis en usage par des hommes instruits54 ». Devergie s’attarde particulièrement sur les deux signes qui sont les plus simples à mettre en œuvre : le parcheminage de la peau soumise à des frictions (proposé entre autres par le correspondant allemand de l’Académie, le professeur Ernst Heinrich Weber) et la formation d’ampoules séreuses ; mais c’est pour affirmer que les expériences menées par la commission en ont, en définitive, invalidé la fiabilité. Dès lors, la conclusion s’impose et permet de résoudre le paradoxe évoqué : « En conséquence, la commission vous propose de ne pas décerner le prix de 20 000 francs55 ». La somme retourne donc au légataire universel, mais l’honneur de la médecine est sauf. Rien de scandaleux dans cette abstention : le refus de décerner un prix est courant depuis la fondation de l’Académie, et les insuffisances des candidats offrent un prétexte commode pour éluder la question.

  • 56 Les mémoires de Molland, Durand, Linas, Larcher et Levasseur s’appuient par ailleurs sur des série (...)

51En revanche, rien ne s’oppose à décerner de prix pour les signes « exigeant l’intervention d’un homme de l’art » ; à rebours, la défense de l’expertise médicale l’exige. La commission décide de le diviser entre plusieurs signes et plusieurs candidats : 2 000 francs sont alloués au défenseur de la présence de lividités cadavériques (Molland), 1 000 francs à chacun des deux partisans de la thermométrie (Durand et Linas), 500 francs à Larcher et la tache noire sur sclérotique, 500 à Martenot et ses phlyctènes. Deux mentions très honorables sont attribuées, ainsi qu’une mention honorable et des encouragements (Crimotel, Weber, Levasseur, Poncet)56.

  • 57 AAM, PMO, n° 5. Deschamps, Michel Hyacinthe, Mémoire sur la vérification des décès…, op. cit., p.  (...)
  • 58 À l’inverse, pour le docteur Linas, « la science seule – comme elle l’a déjà fait à différentes ép (...)

52Comment interpréter ce palmarès ? On notera tout d’abord que les lauréats sont tous des médecins ; par ailleurs, Molland, Linas et Larcher sont vérificateurs ou inspecteurs des décès à Paris. L’expertise médicale est consacrée. On pourrait s’étonner a contrario que les deux autres candidats vérificateurs des décès ne figurent pas dans le palmarès : mais il n’y a pas lieu d’être surpris. En effet, Josat est un défenseur convaincu des dépôts mortuaires, et Deschamps est partisan d’attendre la putréfaction pour déclarer la mort ; il va même jusqu’à écrire : « quand on veut diagnostiquer la mort, la nature prime l’art […] n’allons pas substituer aux phénomènes naturels nos ressources expérimentales57 », ramenant la médecine à une position expectative peu glorieuse, en rupture avec ses évolutions les plus récentes, et peu compatible par ailleurs avec les nouvelles normes hygiéniques58.

53Ce souci de mettre en avant l’expertise médicale est confirmé, si besoin était, par une ultime initiative prise par l’Académie à l’issue du concours : elle adresse deux vœux aux ministres de l’Instruction publique et de l’Intérieur, l’un réclamant que les études médicales intègrent l’apprentissage des signes de la mort, et l’autre que les communes fournissent un état mensuel des décédés auxquels seraient annexés les certificats médicaux : un moyen à la fois de généraliser la vérification médicale ordonnée en 1866 et de construire une statistique sanitaire départementale. Le prix est donc pour l’Académie un moyen d’approfondir encore la pénétration des médecins dans le royaume de la mort, et de se positionner par rapport à d’autres institutions concurrentes, comme le Conseil d’hygiène et de salubrité publique.

54Le prix du marquis d’Ourches n’apporte pas, à proprement parler, de point de vue nouveau sur la question des inhumations prématurées et des signes de la mort. Il est l’écho, à un siècle de distance, des débats autour du rôle de la médecine dans le constat de mort qui opposaient Louis à Bruhier. Contrairement au prix Manni, trente ans plus tôt, il ne tente pas de promouvoir un signe moderne et unique, mais brasse un panel de signes qui circulent en boucle dans la littérature médicale ; aucun signe nouveau n’émerge réellement, à porter au crédit des « progrès » de la médecine. Il permet aussi de percevoir la façon dont aspire à l’expertise une population de petits praticiens adepte d’une clinique ordinaire, et au-delà, de non spécialistes, de philanthropes autoproclamés, dont certains rappellent Bouvard et Pécuchet. Son principal intérêt est toutefois ailleurs : à partir d’une question très ouverte, il offre un observatoire pertinent pour étudier les changements qui travaillent la construction des savoirs médicaux et les critères de leur validation : dans son jugement, l’Académie hésite entre les signes issus de la clinique et ceux tirés de l’expérimentation. À travers son refus de décerner le prix « vulgaire », elle défend le monopole médical et se pose en instance de régulation et de défense de la profession. Plus largement encore, le prix du marquis d’Ourches offre à l’historien de la mort un point de vue précieux sur l’évolution des sensibilités funéraires ; mais c’est une autre histoire, qui n’a pas sa place ici.

Haut de page

Notes

1 Guillaume Cuchet, Les voix d’outre-tombe, Paris, Seuil, 2012.

2 L’exécution fait l’objet d’un procès, le baron réclamant l’immeuble abritant la bibliothèque comme partie intégrante du legs ; il est débouté. Voir Le Figaro, « Gazette des tribunaux », 6 juin 1868.

3 L’hôpital-hospice est inauguré en 1881, grâce à d’autres donateurs. Il a pu être inspiré par l’exemple de son oncle, le bibliophile Léon d’Ourches, qui avait légué 200 000 francs à la colonie pénitentiaire de Mettray, fondée en 1839 pour corriger les enfants délinquants.

4 Bulletin de l’Académie impériale de médecine, tome XXXII, 1866-1867, p. 1316-1317.

5 Jérôme Van Wijland et Pascal Griset, L’Académie de médecine. 200 ans, une histoire de la santé, Paris, Le Cherche-midi, 2019, p. 33. Voir aussi George Weisz, The Medical Mandarins: The French Academy of Medicine in the Nineteenth and Early Twentieth centuries, New York, New York University Press, 1995, notamment p. 98-107.

6 Jérôme Van Wijland et Pascal Griset, L’Académie de médecine, op. cit., p. 64.

7 Et 42 en 1898 : voir George Weisz, The Medical Mandarins, op. cit., p. 100.

8 Le Comte d’Ourches est devenu « marquis », dans la presse, et le restera pour l’Académie.

9 En général, les prix ne sont dotés que de quelques milliers de francs.

10 Pour comparaison, en 1878 les 13 prix mis au concours n’attirent que 25 compétiteurs ; 6 ne suscitent aucune candidature.

11 Le rapport final mentionne 102 mémoires, mais trois numéros sont manquants dans les archives de l’Académie : les numéros 43, 47 et 73 ; cela s’explique probablement par le fait que quelques candidats font des envois multiples, alors regroupés sous le numéro attribué au premier envoi. Je remercie très vivement Jérôme Van Wijland, directeur de la bibliothèque et des archives de l’Académie de médecine, pour l’aide qu’il m’a apportée pour cette recherche et, en premier lieu, pour avoir localisé les mémoires et les documents afférents dont la trace était perdue. L’ensemble est consultable à l’Académie de médecine sous la cote : Acad. Med. Prix – Ourches.

12 Pour un panorama récent, voir Francesco Paolo De Ceglia (dir.), Storia della definizione di morte, Milan, Franco Angeli, 2014. Sur l’espace français, voir Anne Carol, Les médecins et la mort, Paris, Aubier, 2004.

13 Maria Pia Donato, Morti improvise. Medicina e religione nel settecento, Rome, Carocci, 2010.

14 Anton Serdeczny, Du tabac pour le mort. Une histoire de la réanimation, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018.

15 Elizabeth T. Hurren, Dissecting the Criminal Corpse, Londres, Palgrave Mac Millan, 2016.

16 Cette histoire est suffisamment répandue pour être référencée dans la classification des contes Aarne-Thompson sous le numéro 990.

17 Claudio Milanesi, Mort apparente, mort imparfaite, Paris, Payot, 1991.

18 Par exemple, François Thiéry, La vie de l’homme respectée et défendue dans ses derniers moments, ou Instruction sur les soins qu’on doit aux morts et à ceux qui paraissent l’être, sur les funérailles et les sépultures, Paris, Debure, 1787.

19 Anne Carol, « Le médecin des morts à Paris au xixe siècle », Annales de démographie historique, 1, 2014, p. 153-179.

20 Anne Carol, « Risque réel ou risque imaginaire ? Les inhumations prématurées ou la construction d’un risque », dans Bernard Cousin (dir.), Les sociétés méditerranéennes face au risque, Le Caire, IFAO, 2011, p. 215-225.

21 Dalloz, Jurisprudence générale, Paris, Bureau de la jurisprudence générale, 1867, 3e partie, p. 48.

22 Ce mot désigne la crainte d’être enterré vivant. Henri Roger, « Séance du 17 mars 1874. Rapports », Bulletin de l’Académie de médecine, 1874, p. 238.

23 Les difficultés sont multiples. Certaines candidatures ne sont pas datées ; on ne connaît que la date de leur signalement en séance : dans ce cas, c’est le mois de celle-ci qui a été retenu. Lorsque, dans la numérotation, des mémoires non datés s’intercalaient entre deux mémoires datés d’un même mois, on a considéré qu’ils dataient aussi de ce mois. Certains mémoires ne sont ni datés, ni signalés… Le graphique qui suit est donc construit à partir de 98 candidatures, pour lesquels on a pu déterminer des dates approximatives, sur les 102 mémoires arrivés dans les temps.

24 Un autre, écrivant d’Anvers après avoir fui la conscription prussienne et abandonné ses études de médecine, propose de sacrifier la moitié ou des trois-quarts de sa récompense pour libérer le territoire national ou exempter les Alsaciens-Lorrains de la conscription.

25 Faute d’un dépouillement de la presse nationale et locale européenne, il est impossible d’expliquer cette distribution.

26 La répartition est la suivante : 59 docteurs, 2 officiers de santé, 1 pharmacien, 1 vétérinaire, auxquels il faut ajouter 3 candidats dont le statut est incertain (docteurs ou officiers).

27 Ainsi E. H. Weber, professeur d’anatomie et de physiologie à l’université de Leipzig, correspondant de l’Académie ; G. Borelli, chirurgien ophtalmologique à l’hôpital des saints Maurice et Lazare de Turin, éditeur de la Gazette médicale des états sardes ; H. W. Williams, chirurgien ophtalmologique réputé à l’hôpital de Boston, qui a passé plusieurs mois comme étudiant à Paris ; J.-L. Schlimmer, un médecin néerlandais francophone en charge de l’hygiène publique, de la médecine militaire et de l’enseignement de la médecine à Téhéran.

28 Nous faisons l‘hypothèse que les candidats qui ne se disent pas médecins ne le sont pas, car ils ne manqueraient pas dans le cas contraire de faire valoir leur expertise. Lorsque nous avons pu trouver des renseignements sur des candidats dont le statut n’était pas précisé, cette hypothèse s’est toujours vérifiée.

29 Voir par exemple Hervé Guillemain et Nathalie Richard (dir.), The Frontiers of Amateur Science, Gesnerus, 73/2, 2016.

30 Par exemple le mémoire arrivé hors délai qui propose d’insuffler du vinaigre ou de l’eau (voire de la salive) dans la bouche et les narines du mort pour les « déglutiner », de souffler dans son oreille ou de lui arracher quelques dents (Petitjean, Sennevoy-le-Bas, Yonne, 9 janvier 1874).

31 Archives de l’académie de médecine (désormais AAM), Prix du marquis d’Ourches (désormais PMO), n° 74. Des moyens propres à éviter les inhumations précipitées. « L’homme sera toujours victime de toutes les infirmités morales, tant qu’il ne s’affranchira pas de l’ignorance par l’instruction et de la superstition par la raison ». Manuscrit. 13 feuillets (Couty).

32 Trois exemples parmi bien d’autres de cette littérature érudite : Eugène Bouchut, Traité des signes de la mort et des moyens de prévenir les enterrements prématurés, Paris, J. B. Baillière, 1849 ; Gustave Le Bon, De la mort apparente et des inhumations prématurées, Paris, A. Delahaye, 1866 ; Félix Gannal, Mort réelle et mort apparente, Paris, A. Coccoz, 1868. Ce dernier a d’ailleurs envoyé son ouvrage pour concourir.

33 AAM, PMO, Le Blanc. Mémoire. Bordeaux le 21 juillet 1874. Manuscrit. 2 feuillets mémoire arrivé hors délai.

34 AAM, PMO, Daniel Weill, n° 56.

35 On mentionnera, sans les étudier ici les solutions ponctuelles telles que douches, réchauffement, exploration des sphincters, acupuncture du cœur, pose de sangsues, fumigations ou ponction d’urine.

36 Cette solution est défendue notamment par la poétesse prussienne et par un médecin italien.

37 AAM, PMO, Galy. Mémoire. De Massat (Ariège) le 15 mai 1874. Manuscrit. 2 feuillets.

38 AAM, PMO, n° 15. Clément, Paul Germain. « Un miroir ou un corps poli… » Note sur un moyen. Valognes le 7 décembre 1868. Manuscrit. 1 feuillet.

39 AAM, PMO, n° 17. Blanc, F. A. Versailles, 14 novembre 1868. Manuscrit. 1 feuillet.

40 AAM, PMO, n° 19. Sauvanet. Monplais-lès-Lyon le 19 novembre 1868. Manuscrit. 1 feuillet.

41 AAM, PMO, n° 28. Vaucher, Alfred. Manuscrit. 2 feuillets.

42 AAM, PMO, n° 6. Martenot de Cordoue. Manuscrit. 8 feuillets.

43 AAM, PMO, n° 80. Doubrère. Manuscrit. 2 feuillets. L’auteur est officier de santé dans les Hautes Pyrénées.

44 AAM, PMO, n° 5. Deschamps, Michel Hyacinthe. Mémoire sur la vérification des décès et sur le danger des déclarations précipitées, Paris, Typographie Félix Malateste et Cie, 1864. Extrait de l’Union médicale, nouvelle série, janvier 1864. Imprimé. 16 p. Ce vérificateur est alors âgé de 60 ans.

45 AAM, PMO, n° 8. Durand, P., Recherches cliniques et expérimentales sur les signes de la mort apparente et de la mort réelle. Deuxième mémoire. Études sur le refroidissement cadavérique. Manuscrit. 159 feuillets.

46 Un autre candidat propose de rechercher le même effet par l’emploi d’un réflecteur.

47 Olivier Faure (dir.), Les thérapeutiques : savoirs et usages, Lyon, Fondation Mérieux, 1999.

48 Béclard : acidité des muscles et thermométrie ; Bergeron : atropine et ésérine, tache cornée et sclérotique ; Gavarret : ophtalmoscopie, oxydation des aiguilles, dynamoscopie ; Guérin : forme ovale de l’œil, parcheminage de la peau ; Tardieu : fer rouge, chaleur rayonnante, vésication par brûlure ; Woillez : marteau de Mayor, putréfaction hâtée ; Gavarret et Woillez : électricité, ventouses scarifiées.

49 Henri Roger, « Séance du 17 mars 1874. Rapport général sur les prix décernés », Bulletin de l’Académie de médecine, 1874, p. 213-254. Le rapport est dans le même esprit que celui de Devergie.

50 « Séance du 2 décembre 1873. Rapports », Bulletin de l’Académie de médecine, p. 1417.

51 Ibid., p. 1418-1419.

52 Henri Roger, « Séance du 17 mars 1874. Rapport général sur les prix décernés », art. cité, p. 235.

53 « Séance du 2 décembre 1873. Rapports », art. cité, p. 1430. Toutes les italiques sont de Devergie.

54 Ibid., p. 1438.

55 « Séance du 9 décembre 1873. Rapports », Bulletin de l’Académie de médecine, 1873, p. 1480.

56 Les mémoires de Molland, Durand, Linas, Larcher et Levasseur s’appuient par ailleurs sur des séries de dizaines, voire de milliers d’observations ; certains sont d’ailleurs publiés. Levasseur a déjà été primé par l’Académie. Les docteurs Crimotel et Martenot de Cordoue sont également connus à l’Académie, à laquelle ils ont déjà écrit sur ce sujet, et Weber en est correspondant à Leipzig.

57 AAM, PMO, n° 5. Deschamps, Michel Hyacinthe, Mémoire sur la vérification des décès…, op. cit., p. 7.

58 À l’inverse, pour le docteur Linas, « la science seule – comme elle l’a déjà fait à différentes époques et notamment en 1866 par l’organe de M. Devergie, rapporteur du conseil d’hygiène et de salubrité du département de la Seine – la science seule peut donner une solution satisfaisante à cet important et redoutable problème des signes de la mort », AAM, PMO, n° 43.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Distribution des candidatures par mois (mars 1868 - mars 1873)
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/2577/img-1.png
Fichier image/png, 151k
Titre Carte 1 : Répartition spatiale des candidatures françaises
Légende Le chiffre indique le nombre de réponses par département.
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/2577/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Carol, « Constater la mort sans le médecin ? »Histoire, médecine et santé, 16 | 2021, 57-78.

Référence électronique

Anne Carol, « Constater la mort sans le médecin ? »Histoire, médecine et santé [En ligne], 16 | hiver 2019, mis en ligne le 24 décembre 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/2577 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.2577

Haut de page

Auteur

Anne Carol

Aix-Marseille Université, CNRS, TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search