Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le DOZE Camille, La Puce. De la vermine aux démangeaisons érotiques

Paris, Éditions Arkhê, 2010
Anaïs Lewezyk
p. 162-163
Référence(s) :

Le DOZE Camille, La Puce. De la vermine aux démangeaisons érotiques, Paris, Éditions Arkhê, 2010, 198 p.

Texte intégral

1Camille Le Doze propose une histoire culturelle de la puce à l’époque moderne, à partir de sources d’une grande diversité : des ouvrages d’histoire naturelle, des poèmes, des pièces de théâtre, des traités de théologie, mais aussi des livres de remèdes et des représentations picturales. Tour à tour, tout ce qui se rapporte au « pulex irritans », se trouve ainsi abordé : depuis son histoire naturelle, sa place dans la société, dans l’imaginaire et les croyances des populations, jusqu’à l’intérêt scientifique qu’il a éveillé.

2Dans la société d’Ancien Régime, la puce est considérée comme un parasite aussi familier que redouté, au même titre que la punaise ou le pou. Se faufilant partout, la petite bête lacère le corps de piqûres et rend la vie impossible. Agissant la nuit, son moment de prédilection, elle trouble le sommeil et donne lieu à des séances de grattage incessantes. Ces désagréments causés par la puce font l’objet du premier chapitre de cet ouvrage. Ensuite, Camille Le Doze fait état des moyens utilisés pour enrayer la vermine. La chasse à la puce ou encore la prolifération de recettes ne parviennent pourtant pas à l’empêcher de pulluler. Dans un troisième chapitre, l’auteure s’intéresse à la place de la puce dans la classification de la faune. La vermine, qui pour les raisons évoquées ci-dessus, suscite aussi bien la fascination que la répulsion, fait l’objet dès la Renaissance d’un intérêt scientifique. Les savants tentent en effet de l’insérer dans une classification héritée de l’Antiquité, mais sa situation dans le règne animal reste floue et sa description morphologique demeure très générale – le dénombrement de ses membres reste d’ailleurs incertain. On insiste surtout sur sa couleur, son saut et sur la difficulté de l’attraper. Il faut attendre le XVIIe siècle pour que l’observation microscopique permette une description anatomique précise. Grâce à la « lunette à puce », le savant anglais Robert Hooke fait figure de précurseur et révèle que l’insecte est pourvu de six pattes, de deux antennes placées entre les yeux et d’une trompe. Camille Le Doze s’attache également à montrer que, fidèles à une croyance ancienne, les savants ont longtemps été convaincus que la puce était engendrée par génération spontanée – principe selon lequel la vie de petits animaux pourrait surgir de matières corrompues ou de substances organiques exposées au soleil, comme par exemple « le réchauffement de la poussière et le pourrissement des humeurs ». Cette théorie s’est effondrée quand le microscope a permis d’observer des œufs et le cycle biologique qui en procédait.

3L’auteure rappelle ensuite que la puce, qui est un parasite humain, révèle les représentations culturelles attachées au corps et la relation qui est entretenue avec lui au fil des époques. Elle revient donc sur l’évolution de cette relation au cours de la période moderne dans un chapitre centré sur la puce et la sociabilité sous l’Ancien Régime. Durant la Renaissance, l’épuçage fait partie du quotidien ; c’est un rite familial et social. Au XVIIe siècle, les codes de la « civilisation des mœurs » indiquent que c’est une pratique grossière et même vulgaire, alors que les démangeaisons prennent de plus en plus une connotation sexuelle et érotique. D’ailleurs, les deux chapitres suivants présentent la puce – à la fois « création divine » et « suppôt de Satan » – comme un objet de fantasmes érotiques lié à la féminité. Elle renvoie à une image ambigüe des femmes telles qu’elles étaient perçues dans la société d’Ancien Régime, tantôt vertueuses, tantôt pécheresses. L’ouvrage s’achève sur la fin d’un « âge d’or » de la puce causé par les nouvelles connaissances scientifiques du XIXe et par la progression de l’hygiénisme. Auparavant, la croyance en la génération spontanée empêchait d’établir un lien entre la puce et la propreté de la peau, et ce n’est qu’à la fin de l’époque moderne qu’on a commencé à faire de l’hygiène un moyen de se préserver de ce parasite.

4Le livre de Camille Le Doze présente donc la puce à partir d’une stimulante approche d’anthropologie culturelle, d’autant plus riche qu’elle s’intéresse à un période privilégiée pour la petite vermine. Bien que la découverte du rôle de la puce en tant que vecteur de la peste date de la fin du XIXe siècle, on regrettera simplement que le sujet n’ait pas davantage retenu l’attention de l’auteure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Lewezyk, « Le DOZE Camille, La Puce. De la vermine aux démangeaisons érotiques », Histoire, médecine et santé, 1 | 2012, 162-163.

Référence électronique

Anaïs Lewezyk, « Le DOZE Camille, La Puce. De la vermine aux démangeaisons érotiques », Histoire, médecine et santé [En ligne], 1 | printemps 2012, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/266

Haut de page

Auteur

Anaïs Lewezyk

Framespa UMR 5136, CNRS/UTM

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals