Skip to navigation – Site map

HomeIssues16EntretienMédecine légale, morts de masse e...

Entretien

Médecine légale, morts de masse et forensic turn

Entretien avec Jean-Marc Dreyfus
Forensic medicine, mass deaths and forensic turn. Interview with Jean-Marc Dreyfus
Medicina forense, muertes en masa y forensic turn. Entrevista con Jean-Marc Dreyfus
Anne Carol and Jean-Marc Dreyfus
p. 109-117

Full text

1Jean-Marc Dreyfus est agrégé d’histoire, lecturer à l’Université de Manchester, chercheur associé au Centre d’histoire de Sciences Po. Ses nombreux travaux publiés portent sur la destruction des Juifs d’Europe et l’ont conduit à porter un vaste programme de recherche sur le devenir des corps morts dans les violences de masse, où sont impliqués, à côté des historiens et des anthropologues, des spécialistes de médecine légale. Ce sont les origines, les usages et les effets de cette implication croissante qu’il présente dans cet entretien.

Anne Carol : Vous avez soutenu une thèse, sous la direction d'Antoine Prost, à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2000, « L’aryanisation économique des banques. La confiscation des banques “juives” en France pendant l’Occupation et leur restitution à la Libération, 1940-1952 ». Comment en êtes-vous venus à travailler – entre autres – sur l’histoire de la médecine ?

Jean-Marc Dreyfus : Il est vrai que mes premières recherches paraissent bien éloignées de l’histoire de la médecine. J’ai commencé à travailler sur ce que je nomme les aspects économiques de la Shoah, pour ne pas évoquer une histoire économique au sens propre. Lorsque j’ai entamé mes recherches, par un travail de maîtrise, Claire Andrieu, à l’époque maîtresse de conférences à Paris 1, m’a suggéré de travailler sur les dossiers de spoliation des entreprises françaises conservés dans la série AJ38 des Archives nationales. Ces dossiers étaient depuis peu accessibles, mais sous dérogation. C’était en 1994. L’année suivante, la question des biens juifs spoliés et non restitués est devenue d’actualité, sur le mode journalistique du scandale. Cela a conduit à la création de nombreuses commissions d’historiens en France, participant à un mouvement international très vaste dont la plus célèbre, pour laquelle j’ai travaillé comme jeune chercheur, a été la mission Mattéoli. Je me suis d’emblée intéressé à la question des restitutions et des dédommagements, une question qui n’est à l’heure actuelle pas close.

Je traitais donc de la question de la persécution économique, du rôle de la dépossession dans le processus génocidaire mais aussi de la façon dont l’Europe – l’Europe de l’ouest, y compris l’Allemagne, mon terrain de recherche bien plus que celui de l’Europe centrale et orientale – a tenté de faire face à la catastrophe après 1945 et de réparer.

En fait, je me définis comme un spécialiste des Holocaust Studies, comme disent les Anglo-Saxons. Ce champ de recherche n’est pas reconnu en tant que tel en France ; il n’est pas du tout structuré. Or ces études sur la Shoah sont circonscrites par l’objet de recherche et non par une discipline particulière. Il s’agit d’une tentative d’histoire totale, avec l’appui de nombreuses sciences auxiliaires. La question du rôle des médecins dans la Shoah avait été posée depuis longtemps, avec celle, paradigmatique, des médecins SS actifs à Auschwitz qui ont, d’une part conduit des expériences médicales non éthiques et meurtrières sur des êtres humains, et d’autre part ont procédé à des sélections constantes des détenus. Les détenus « sélectionnés » étaient immédiatement assassinés, envoyés à la chambre à gaz. Le paroxysme de cette sélection était celle conduite à l’arrivée au camp de Birkenau des convois de juifs (et de juifs uniquement), à partir du 6 juillet 1942. Les deux tiers environ de ces juifs étaient immédiatement assassinés. On ne sait d’ailleurs pas précisément si le SS en charge de cette sélection, basée uniquement sur l’apparence physique et faite pour chaque arrivant en un bref coup d’œil, était toujours un médecin ou seulement un officier SS.

D’ailleurs, l’une des théories sur l’origine du génocide des juifs d’Europe est le glissement de l’assassinat « médical » des malades mentaux dans l’opération secrète appelée T4, l’opération d’« euthanasie », vers le gazage des Juifs polonais puis de ceux de toute l’Europe. L’idée de la « sélection » entre les personnes méritant de vivre et les autres, mais aussi les dispositifs policiers et médicaux de mise à mort – déshabillage avant la mort, camouflage des opérations – ont été similaires. Environ une centaine de médecins, infirmières, policiers et techniciens ont été transférés d’Allemagne, de l’opération T4, vers le Gouvernement général de Pologne à la fin de l’été 1941.

Donc, l’histoire de la médecine, ou en tout cas un certain chapitre de celle-ci, est une partie intégrale de l’histoire de la Shoah. Et l’inverse est vrai aussi.

  • 1 « Colloque - Du code de Nuremberg à l’éthique médicale contemporaine », Fondation pour la Mémoire (...)
  • 2 Lise Haddad et Jean-Marc Dreyfus (dir.), Une médecine de mort, Paris, Vendémiaire, 2014.

À ce titre, j’ai organisé avec mon amie Lise Haddad, philosophe, un colloque intitulé « Du code de Nuremberg à l’éthique médicale contemporaine », qui s’est déroulé les 25 et 26 novembre 2011 à Paris1. Le colloque a traité de l’influence de la mémoire des crimes dits « médicaux » commis par les médecins nazis sur la réflexion éthique contemporaine. Il a donné lieu à la publication d’un ouvrage collectif, Une médecine de mort, qui a rassemblé les contributions d’historiens et de spécialistes d’éthique médicale2. Nous sommes partis du postulat que cette mémoire des crimes forme un impensé radical qui travaille pourtant de façon constante tous les débats contemporains sur la mort, la réanimation, le prélèvement d’organes, etc. Par exemple, lorsque des décisions sont prises d’arrêt de traitement, ou bien de prélèvement d’un organe sur donneur, il est souvent dit : « nous le faisons mais en Allemagne, on ne le ferait pas, pour des raisons évidentes ». Sans que ces raisons évidentes ne soient développées et explicitées.

A. Carol : Vous avez rencontré aussi à plusieurs reprises la question des restes humains et de leurs usages médicaux.

J.-M. Dreyfus : Je travaille beaucoup depuis quelques années sur la question de l’« après », celle de la façon dont l’Europe s’est confrontée à l’immensité des crimes commis sur son territoire. Au-delà des questions de mémoire, qui ne sont que marginalement mes sujets de recherche, je m’intéresse à la matérialité des traces laissées par les crimes et au traitement de celles-ci. Il y a un parallèle que je cherche à formaliser entre la description par exemple de la récupération des œuvres d’art spoliées aux juifs et que l’on recherche encore aujourd’hui, et celle du traitement des restes humains dans l’immense cimetière qu’est devenu l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. J’ai donc travaillé sur la collection de cerveaux de Julius Hallervorden à l’occasion d’un documentaire réalisé par Catherine Bernstein, qui m’a demandé de la conseiller. Hallervorden était un éminent neuro-pathologiste allemand, qui a donné son nom à un syndrome neurodégénératif : le « Spatz-Hallervorden ». Il n’a assassiné personne directement mais lorsqu’il a appris que les malades mentaux devaient être tués, tout en désapprouvant l’opération, a voulu profiter de cette aubaine en se faisant livrer 2 000 cerveaux. Il a largement publié des articles scientifiques basés sur l’étude qu’il en a fait. Certaines lamelles sont encore dans des laboratoires allemands aujourd’hui.

Par ailleurs, je suis en train d’écrire une monographie, fruit d’un très long travail de recherches, sur un sujet que l’historiographie n’a jusqu’à aujourd’hui pas touché : il s’agit de la recherche des corps des déportés dans les camps de concentration allemands, ou pour le moins ceux, relativement peu nombreux, qui n’ont pas été brûlés dans les fours crématoires. On ignore en fait que la France, et plus précisément le ministère des Anciens combattants et Victimes de guerre de la Libération, a tenté de retrouver et d’identifier les corps des déportés français pour les rendre aux familles, processus qui nécessitait l’intervention de médecins légistes. Il y eut 50 000 exhumations, et 7 000 corps furent identifiés comme « déportés de France ». Mais lorsqu’il s’est agi, en 1958, d’exhumer les 10 000 à 12 000 corps de détenus de Bergen Belsen enterrés dans des fosses communes, un débat compliqué s’est développé, entre Français et Allemands, entre les organisations de déportés juifs et celles des déportés résistants, etc. Le débat a duré plus de dix ans et a été tranché par une commission arbitrale internationale dans le sens d’un refus d’exhumation. La logique religieuse juive, celle en fait de la loi juive traditionnelle qui est très réticente à toute exhumation, a prévalu. Les corps se trouvent toujours dans les fosses communes à Bergen Belsen.

A. Carol : Depuis plusieurs années, vous menez un programme de recherches avec l’anthropologue Élisabeth Anstett, sur la question du traitement des corps dans les violences de masse. Quels sont les moments historiques et les espaces géopolitiques qui sont concernés ?

J.-M. Dreyfus : En effet, j’ai développé avec Elisabeth Anstett un grand programme de recherche, financé par le Conseil européen de la recherche (ERC) sur les « cadavres dans la violence de masse et les génocides ». Ce programme est maintenant terminé mais nous continuons à travailler sur le sujet. L’idée de départ était simple : il s’agissait de placer le corps mort – ou les restes humains – au centre de la recherche sur les violences extrêmes. Elisabeth est une anthropologue des espaces ex-soviétiques et elle s’est intéressée au traitement des corps des victimes de la violence stalinienne et du goulag, mais aussi à leur résurgence à partir de la Perestroïka. Pour ma part, j’avais trouvé de façon dispersée des exemples nombreux de recherches de corps de victimes de la Shoah par les survivants mais aussi par des missions nationales (j’ai évoqué plus haut rapidement la mission française). Nous avons joint nos forces pour lancer ce projet, qui a plusieurs ramifications, en particulier la publication de nombreux volumes collectifs en français, anglais et espagnol3 ainsi que la création d’une revue universitaire en anglais intitulée Human Remains and Violence disponible en accès libre4.

Très vite, nous nous sommes rendu compte que les interrogations politiques, sociales, culturelles (sans parler d’autres domaines comme la littérature ou l’art contemporain !) étaient particulièrement vives en Argentine et en Espagne. La société argentine est encore aujourd’hui travaillée par la question des disparus de la dictature, par ces cadavres absents. Les initiatives politiques ont été nombreuses, jusque sur le plan juridique, pour combler ce vide et nous avons rencontré de nombreux chercheurs, que nous avons constitués en réseau, qui travaillent sur ces questions. En Espagne, une initiative de deux personnes, des petits-fils de combattants républicains, a conduit à ouvrir des dizaines de fosses communes contenant les corps de combattants républicains de la Guerre civile. Là encore, la résurgence des corps a provoqué, provoque encore, des conséquences en cascade, jusqu’à ouvrir le débat, a contrario, sur l’exhumation et le transfert du corps de Franco (prévus en juin, puis reportés au 24 octobre 2020). Ces recherches nous ont conduits à collaborer avec des collègues et des responsables d’ONG de toute l’Amérique latine. Le Rwanda aussi a été l’objet de nombreuses recherches de notre part, de même que l’Afrique du Sud postapartheid. Cela a eu pour conséquence de nous éloigner quelque peu de notre terrain européen, même si nous avons beaucoup publié sur la recherche et l’identification des victimes de la guerre dans l’ex-Yougoslavie. Le cas de la Bosnie est intéressant puisque c’est la seule occurrence d’un conflit ayant fait tant de victimes civiles pour lequel les accords de paix (dits de Dayton) comprennent un volet prévoyant la recherche et l’identification systématique des cadavres et restes humains – les corps ont été très souvent découpés en morceaux et enterrés dans des fosses différentes. Nous avons beaucoup travaillé avec et publié sur la Commission internationale sur les disparus (International Commission on Missing Persons, ICMP) qui conduit encore un immense travail d’identification de dizaines de milliers de cadavres.

A. Carol : Et dans votre cas, plus particulièrement, quels ont été les terrains d’investigation ?

J.-M. Dreyfus : Il s’agit maintenant pour moi de revenir au terrain à l’origine de mes questionnements, c’est-à-dire la Shoah et de continuer à travailler sur les cadavres des victimes juives, lorsque ceux-ci n’ont pas été brûlés dans les fours crématoires. Il y eut tout un mouvement après 1945 de mémorialisation des corps disparus en utilisant des objets les remplaçant symboliquement, mouvement qui n’a pas laissé de traces dans les mémoires et qui n’a pas du tout attiré l’attention des historiens ou des anthropologues jusqu’à aujourd’hui. Le plus souvent, il s’agissait de cendres mêlées à de la terre – plus rarement des ossements à moitié consumés – qui ont été déplacées et utilisés pour la justification et l’inauguration de mémoriaux. On trouvait là, même dans les mondes juifs ou communistes, des modèles de « recharge sacrale » inspirés de la tradition chrétienne du transfert de reliques.

La Shoah a été représentée dès 1945 comme un génocide sans corps, ou en tout cas sans cadavres demeurant à disposition pour le travail de deuil, qu’il fût familial, communautaire ou national. Le terme même de « Holocauste », même s’il ne fut popularisé qu’à partir de 1978 et de la diffusion de la série américaine télévisée éponyme, désigne un sacrifice antique entièrement consumé. Or, il y eut des cadavres sauvés du feu, ceux des juifs tués dans par les unités mobiles de tueries en Europe de l’Est, les Einsatzgruppen (1,5 million de morts), ceux des juifs morts dans les camps de concentration aux derniers mois de la guerre, lorsque les moyens de combustion commencèrent à manquer et que le système des camps nazis commençait à se fissurer.

A. Carol : Pouvez-vous nous donner un exemple de la façon dont ces recherches ont rencontré, sur le terrain, l’anthropologie biologique et la médecine ?

J.-M. Dreyfus : L’anthropologie biologique ne s’est pas imposée à moi – et à mon équipe de recherche – comme un outil à ajouter à nos disciplines respectives, en tout cas pas au début. Je dirais plutôt que l’anthropologue physique et son nouveau rôle – souvent en collaboration ou même confondu avec celui du médecin légiste – est devenu un objet d’étude dans notre travail sur la résurgence des cadavres. Pour la médecine, ma réponse est plus simple. Je m’intéresse à l’histoire de la médecine légale, telle qu’elle a émergé à la fin du xixe siècle, en appliquant des techniques d’analyse nouvelle non seulement au corps mort – de la victime assassinée – mais aussi avec l’invention de la « scène de crime ». Il existe toute une littérature britannique sur la question mais les recherches sont moins avancées en ce qui concerne la France. Les missions nationales de recherche des corps des déportés, sur lesquelles j’écris en ce moment, ont toutes employé des médecins légistes, qui eux-mêmes tentaient de se référer aux travaux publiés après la Première Guerre mondiale sur l’identification des corps en masse. Après la Seconde Guerre mondiale, on a utilisé plus largement la photographie de médecine légale et aussi les rayons X pour décrire par exemple plus précisément des fractures réparées. Dans les archives de la mission française de recherches, j’ai trouvé plusieurs petites caisses contenant des ouvrages de médecine légale en de nombreuses langues. Le défi bien sûr était d’appliquer les techniques individuelles d’analyse des scènes de crime à des fosses communes contenant plusieurs corps, voire des milliers. La mission française a exhumé 10 000 corps dans le charnier de Dachau, sur la colline du Leitenberg. Chaque squelette a fait l’objet d’un relevé précis et d’une analyse sommaire par un légiste.

A. Carol : Dans vos recherches, Élisabeth Anstett et vous évoquez la notion de forensic turn. Pouvez-vous dater ce tournant et expliquer en quoi il consiste ?

J.-M. Dreyfus : Nous avons même publié un volume qui porte ce titre, qu’on pourrait traduire en français de « tournant forensique ». Nous avons tenté de le définir comme l’arrivée du médecin légiste dans les organisations humanitaires et non-étatiques s’occupant du sort des survivants, des familles de personnes disparues et répondant à leur désir de donner une sépulture décente à leurs proches.

Ce « tournant forensique », tel que nous commençons à le nommer en français, s’est doté d’une généalogie, d’une histoire un peu triomphaliste qui est la suivante : en 1984 précisément, l’anthropologue américain spécialiste des restes humains Clyde Snow arrive en Argentine. Il est appelé par les « mères de la place de mai », ces femmes militantes habillées de blanc qui ont pendant la dictature et juste après celle-ci réclamé avec insistance de connaître le sort de leurs enfants, et parfois petits-enfants disparus. Aux États-Unis, la révolution des banques d’ADN permettait depuis peu d’identifier des restes humains, cette technique était donc transposable. L’identification par l’ADN a aussi été utilisée pour retrouver des enfants vivants qui avaient été enlevés à leurs parents détenus. Des femmes ont accouché en captivité et se sont vu retirer leur enfant, adopté souvent par des familles de militaires, par des bourreaux.

Clyde Snow a contribué à créer l’Équipe argentine d’anthropologie légiste. L’équipe est dirigée aujourd’hui par le docteur Luis Fondebrider. Il s’agit d’une ONG, installé dans un vieil appartement du centre de Buenos Aires. C’est la première ONG de ce type, mais des dizaines d’autres ont été créées depuis, avec des médecins souvent formés par l’équipe argentine. Ces ONG proposent donc leur service d’identification des cadavres et veulent les rendre aux familles, parfois après des décennies d’attente.

Le terme de « médecine légale » est d’ailleurs impropre puisque que ces ONG sont restées très méfiantes vis-à-vis des appareils étatiques, surtout policiers ou militaires, qui sont les héritiers des unités qui ont fait la chasse à ces opposants politique – je pense à de nombreux pays d’Amérique latine. Le légiste est donc membre d’une ONG même s’il fait appel parfois à des spécialistes venus d’Europe ou des États-Unis. Il a la confiance des familles et des groupes politiques anciennement persécutés. Il dispose aussi d’une technologie importée et acclimatée. Ce tournant forensique est de plus en plus globalisé. Les membres de l’Équipe argentine, par exemple, voyagent dans le monde entier sur des terrains post-conflits ou post-guerres civiles, pour apporter leur expertise sur des cadavres retrouvés ou exhumés et surtout pour former des équipes locales. Ces pratiques ont été développées dans une trentaine de pays, sans compter ceux où l’on se prépare à travailler sans que les conditions politiques le permettent encore. C’est le cas pour le Liban et la Syrie. Le Comité international de la Croix-Rouge s’est lui aussi doté d’une équipe similaire.

C’est comme si les corps « ressurgissaient », à la demande des vivants, mais pour leur rappeler la nécessité de traiter des atrocités du passé.

A. Carol : Cette intervention croissante des techniques de la médecine légale a-t-elle un effet sur les rites funéraires ?

J.-M. Dreyfus : Bien sûr, cela modifie les rites funéraires, et tout d’abord en permettant le retour de corps identifiés certainement aux familles, aux communautés, parfois à un parti politique. Je pense par exemple au Parti communiste uruguayen, qui a organisé des enterrements en forme de manifestations politiques, avec la restitution des squelettes de quelques disparus (il y en eut bien moins en Uruguay qu’en Argentine). Des équipes d’anthropologues ont ouvert un véritable champ de recherche et de réflexion inédit sur le devenir de ces restes humains. Il y a tout d’abord la caractéristique, probablement très nouvelle dans l’histoire de l’humanité, de rituels funéraires – enterrements ou non – qui ont lieu des années, voire des décennies après la mort. Il existe une grande variété de situations : l’invention de rituels tout à fait nouveaux ou bien la réitération de rituels familiaux et religieux courants dans la société et le groupe social en question. Dans le cas de l’Espagne contemporaine, où des familles et des activistes ont l’intention de récupérer 300 000 corps de Républicains qui se trouvent encore dans des fosses communes de la guerre civile, ce sont les rituels qui précèdent les enterrements qui sont peut-être les plus intéressants, les plus étudiés aussi. On peut décrire un jeu complexe de forces diverses autour des fosses communes, avant, pendant et après les exhumations. Les acteurs sont nombreux : familles, politiques – nationaux et locaux – militants, opposants très virulents à ces exhumations, en particulier dans les familles qui ont conservé une fidélité à la mémoire franquiste espagnole. Il y a aussi la presse, locale, nationale, internationale, les ONG, des prêtres, des étudiants. Tout un scénario, qui est en train de se ritualiser, toute une série de performances ont lieu au moment de l’ouverture des fosses. On dresse une tente, ou plusieurs, un campement pour un week-end ou une semaine complète. Sont présents bien sûr les spécialistes d’anthropologie physique ; il se développe toute une culture visuelle autour des fosses, de leur ouverture. Un rituel émergent consiste par exemple, une fois le squelette du grand-père enlevé de la fosse, une fois les repérages précis faits par les anthropologues, à ce que le petit-fils ou la petite-fille s’allonge dans le creux laissé dans la terre par l’exhumation. Et tout le monde prend des photos qui sont diffusées immédiatement sur les réseaux sociaux. Des artistes contemporains espagnols se sont d’ailleurs saisis de ces images pour les travailler : des documentaristes, des photographes, des créateurs d’installations, etc.

Autre cas passionnant et bien étudié, celui des corps de la guerre de Bosnie. Les accords de Dayton, signé par Bill Clinton pour mettre fin à cette terrible et meurtrière guerre civile et à ces massacres de civils, ont ajouté un volet de recherche de tous les corps des disparus, qui sont environ 150 000. Il s’agit d’une énorme entreprise, la plus ambitieuse sur ce terrain du « tournant forensique ». Pour cela, une Commission internationale des personnes disparues (ICMP) a été créée et installée à Sarajevo, avec un apport technologique considérable, des machines modernes (à comparer avec les techniques plus artisanales de l’Équipe argentine). Prenons l’exemple de Srebrenica, cette petite ville à population majoritairement musulmane conquise par les miliciens serbes qui ont massacré environ 8 000 hommes en quelques heures. Les cadavres ont été démantelés et placés dans des fosses primaires, secondaires et même tertiaires. Au fur et à mesure des fouilles, l’ICMP retrouve des morceaux de corps et de squelettes et retourne un bras, une jambe, à la famille, qui a déjà la plus grande partie du cadavre dans une tombe au cimetière-mémorial de Potocari. Donc, tous les 11 juillet, il y a une grande cérémonie collective avec le camion traversant les rues de Sarajevo avec les restes humains identifiés dans l’année écoulée et leur enterrement dans les tombes individuelles lors d’une cérémonie collective. Là encore, il y a tout un rituel, des photographes, des familles, des officiels, des journalistes et des anthropologues, spécialistes cette fois d’anthropologie sociale.

Les techniques de médecine légale influencent donc grandement à la fois les processus de justice transitionnelle après un conflit mais aussi les rituels de deuil, dont elles sont partie prenante. Soulignons que ce tournant forensique crée aussi des problèmes : il faut de fait se démarquer d’un récit triomphaliste. Un exemple parmi beaucoup d’autres, en Bosnie justement : certains chercheurs jugent que ce processus complexe de retour des corps renforce les identités ethniques dans une région encore meurtrie et divisée, au lieu de les effacer et de permettre d’apaiser la mémoire.

Top of page

Notes

1 « Colloque - Du code de Nuremberg à l’éthique médicale contemporaine », Fondation pour la Mémoire de la Shoah : https://www.fondationshoah.org/recherche/colloque-du-code-de-nuremberg-lethique-medicale-contemporaine (consulté le 1er décembre 2020).

2 Lise Haddad et Jean-Marc Dreyfus (dir.), Une médecine de mort, Paris, Vendémiaire, 2014.

3 En français, on peut lire, entre autres : Elisabeth Anstett et Jean-Marc Dreyfus (dir.), Cadavres impensables, cadavres impensés. Approches méthodologiques du traitement des corps dans les violences de masse et les génocides, Paris, Pétra, 2012.

4 Human Remains and Violence : https://manchesteruniversitypress.co.uk/journals/hrv/ (consulté le 1er décembre 2020).

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne Carol and Jean-Marc Dreyfus, “Médecine légale, morts de masse et forensic turnHistoire, médecine et santé, 16 | 2021, 109-117.

Electronic reference

Anne Carol and Jean-Marc Dreyfus, “Médecine légale, morts de masse et forensic turnHistoire, médecine et santé [Online], 16 | hiver 2019, Online since 24 December 2020, connection on 03 March 2021. URL: http://journals.openedition.org/hms/2731; DOI: https://doi.org/10.4000/hms.2731

Top of page

About the authors

Anne Carol

By this author

Jean-Marc Dreyfus

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search