Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Comptes rendusAnna Gasperini, Nineteenth Centur...

Comptes rendus

Anna Gasperini, Nineteenth Century Popular Fiction, Medicine and Anatomy. The Victorian Penny Blood and the 1832 Anatomy Act

Cham, Palgrave Macmillan, 2019
Laurence Talairach
p. 150-153
Référence(s) :

Anna Gasperini, Nineteenth Century Popular Fiction, Medicine and Anatomy. The Victorian Penny Blood and the 1832 Anatomy Act, Cham, Palgrave Macmillan, 2019, 253 pages.

Texte intégral

1Parmi les penny dreadfuls les plus emblématiques de la littérature populaire britannique du xixe siècle, Les Mystères de Londres, de G. W. M. Reynolds, Le Collier de perles, de James Malcolm Rymer ou encore Varney le Vampire, du même auteur, font figure de proue. Cette littérature achetée à bas coût et publiée en feuilletons, qui met à l’honneur des monstres en tout genre, de Sweeney Todd, le tueur en série de Fleet Street, aux voleurs de cadavres, s’inspire des faits divers du jour pour faire frissonner un lectorat issu des couches populaires. Or le roman-feuilleton paraît dans les années 1830 et 1840, au moment où les premières lois sur l’utilisation du corps des plus démunis sont débattues au parlement britannique. Tandis que les vols de cadavres défraient la chronique un peu partout dans le pays, à l’instar des cas de John Bishop et Thomas Williams à Londres ou de ceux de William Burke et William Hare à Édimbourg, qui assassinent leurs victimes pour le compte du Dr Knox en 1828, l’Anatomy Act, présenté dès 1829 et adopté en août 1832, se présente comme la solution idéale pour réguler le trafic de cadavres et fournir aux anatomistes suffisamment de matériau à disséquer.

2Au début du xixe siècle, c’est précisément en Angleterre, Irlande, Écosse et en Amérique du Nord que la foule s’insurge contre les pratiques des anatomistes, alors que nombre de pays européens tolèrent depuis longtemps l’utilisation des cadavres des criminels, prostituées, suicidés et pauvres pour les leçons d’anatomie. En Angleterre, il faut en effet attendre l’Anatomy Act de 1832 pour qu’un nombre conséquent de cadavres puisse être utilisé par les anatomistes : depuis 1540 et l’autorisation du roi Henri VIII d’utiliser les corps de quatre condamnés à mort par an, les anatomistes, protégés par le Murder Act (1752), doivent se contenter de l’échafaud de Tyburn puis celui de Newgate (à partir de 1783) pour s’approvisionner en cadavres. Mais la demande est forte alors que les écoles privées médicales foisonnent dans le pays. Les « résurrectionistes » font alors fortune, profitant de la pénurie de corps et de l’augmentation du nombre d’étudiants en médecine. C’est le cas de Joshua Naples, qui fournira des cadavres à toutes les écoles d’anatomie de Londres, avant de finir employé dans la salle de dissection de St Thomas’ Hospital. À partir de 1832, l’Anatomy Act, en légalisant la dissection et en exigeant des écoles d’anatomie une licence, transforme alors radicalement le statut du corps humain, faisant du corps des pauvres une marchandise, un matériel anatomique, dès lors que les individus ou leurs familles ne peuvent couvrir les frais d’un enterrement.

  • 1 Megan Coyer, Literature, Medicine and the Nineteenth-Century Periodical Press: Blackwood’s Edinburg (...)

3Les liens entre une littérature populaire qui fait trembler son lectorat en mettant en scène un corps – souvent celui du pauvre – démembré, désossé ou enterré vivant et cette nouvelle législation se trouvent au cœur de l’analyse de l’ouvrage d’Anna Gasperini. Gasperini aborde tour à tour, dans chacun des chapitres, un roman-feuilleton typique de la période, cherchant à débusquer derrière les émotions et sentiments suscités par la lecture de ces penny dreadfuls une dimension politique. Le premier texte sur lequel Gasperini se penche est Manuscripts from the Diary of a Physician, publié anonymement dans le Penny Sunday Times dans les années 1840, qui met à l’honneur des vols de cadavres, des enterrements prématurés et différentes figures médicales. Tandis que l’intrigue souligne l’importance du rôle du regard médical, Gasperini, suivant une approche foucaldienne, analyse comment l’auteur (sans doute James Malcolm Rymer) aborde les rapports entre l’éthique médicale et les implications thérapeutiques de l’anatomie. Car la mise en scène sensationnaliste du roman-feuilleton sert, selon Gasperini, à négocier les tensions entre la médecine et le corps des pauvres, à « exorciser les peurs » (p. 54) et convaincre ainsi de l’utilité de la dissection. Le contraste proposé avec un texte de la même époque destiné à un lectorat bourgeois (Passages from the Diary of a Late Physician, de Samuel Warren, dont le titre est erroné dans la monographie), également publié en feuilletons l’année de l’adoption de l’Anatomy Act, laisse penser que seuls les romans les plus populaires, à l’image de celui de Rymer, soulignent l’utilité de la dissection. Une utilisation de l’ouvrage de Megan Coyer1 aurait peut-être mené Gasperini à des conclusions différentes. En outre, la lecture du cimetière où ont lieu des résurrections de patients (victimes d’erreurs médicales) comme un espace de renaissance où « rationalité et médecine triomphent » (p. 71) pourra peut-être étonner. De même, les conclusions de Gasperini, qui oscillent entre une vision négative et plus positive d’une pratique médicale « moderne », nous donnent à lire un texte dans lequel le médecin incarne la terreur tout en apprenant aux lecteurs à apprivoiser leurs peurs.

4Les chapitres suivants proposent des parallèles intéressants, comme lorsqu’au chapitre III, portant sur Varney le Vampire, Gasperini compare le corps du vampire à celui des patients enterrés vivants. Les représentations contemporaines d’étudiants en médecine, les liens entre le monde médical et la mort, tout comme l’absence d’empathie mise en scène dans les gravures d’époque, sont convoqués afin de saisir le personnage du Dr Chillingworth, double victorien de Victor Frankenstein et fervent défenseur de la pratique de la dissection. Cependant, l’analyse met de nouveau en regard des modèles de « bons » ou de « moins bons » médecins, parfois juxtaposés, avant de conclure que ces figures de praticiens cristallisent les peurs liées à la pratique de la médecine bien plus qu’elles ne dénoncent la médecine en soi.

5Le chapitre IV, sur Le Collier de perles – qui conte les méfaits de Sweeny Todd, le barbier diabolique de Fleet Street –, publié dans le People’s Periodical and Family Library en 1846, tisse des liens entre le cannibalisme au cœur de l’intrigue (le corps des victimes du barbier sert à fabriquer des tourtes à la viande) et l’horreur de la désintégration corporelle après dissection : les restes des cadavres de Todd ressemblent à s’y méprendre à ceux d’un anatomiste et l’accumulation de cadavres dans les sous-sols londoniens rappelle le scandale de la chapelle Enon où dix à vingt mille morts furent secrètement déposés, dégageant une odeur nauséabonde. Ainsi, derrière l’image de la cuisine du cadavre se dessine en filigrane celle du corps humain découpé et bouilli, souvent dans les sous-sols de la capitale, par les anatomistes. Des sous-sols de Londres aux quartiers de l’East End, il n’y a qu’un pas, comme le montre le chapitre V, sur Les Mystères de Londres, qui nous propose une nouvelle étude de l’espace urbain qui lie médecine et pauvreté. Cette fois-ci, au lieu de la verticalité typique des cryptes et sous-sols du Collier de perles, l’East End dans lequel le voleur de cadavres de Reynolds évolue révèle une nouvelle cartographie du crime : le quartier dans lequel le « monstre » se déplace est également celui où se trouvaient nombre d’hôpitaux (London Hospital, St Bartholomew’s, St Luke’s Lunatic Asylum, St Thomas’ Hospital, St Guy’s Hospital, ainsi que des écoles privées d’anatomie, telle Little Windmill) ironiquement destinés à soigner les plus pauvres. En mettant en scène des figures typiques de l’époque, des chirurgiens aux voleurs de cadavres, en passant par les fossoyeurs, Reynolds positionne le cadavre et son traitement au centre de l’intrigue, suggérant également que le passage d’une législation sur l’utilisation du corps humain n’a pas fait disparaître les résurrectionnistes. Comme Gasperini le souligne, Reynolds dresse ici un portrait bien plus négatif de l’anatomie que ses contemporains, une image de la pratique médicale directement en prise avec son temps, donnant un rôle éminemment sociopolitique à la littérature populaire.

6L’ouvrage de Gasperini nous mène au cœur de la littérature populaire, une littérature souvent difficile à cerner, qui use de poncifs et fait ses choux gras de sensations en tout genre, puisant dans les scandales du temps. Les parallèles que Gasperini tire entre certaines figures de la littérature populaire et la pratique de l’anatomie, parfois surprenants, sont néanmoins pertinents, permettant de relire certaines figures de la littérature de la terreur et de l’horreur, à l’instar du vampire, sous un nouvel angle. L’approche contextuelle rappelle les procès les plus célèbres, mais ne fait souvent qu’allusion aux débats qui ont pu nourrir les nombreux cas d’inhumations précipitées ou ceux sur l’éthique de la formation médicale. Enfin, la tendance régulière à enfermer sous une même étiquette chirurgiens, médecins et anatomistes, en particulier dans des textes où les classes sociales jouent un rôle clé, affaiblit la démonstration, le lecteur pouvant finalement se demander si les penny dreadfuls des années 1830 et 1840 ont véritablement joué un rôle différent d’une littérature plus conventionnelle.

Haut de page

Notes

1 Megan Coyer, Literature, Medicine and the Nineteenth-Century Periodical Press: Blackwood’s Edinburgh Magazine, 1817–1858, Édimbourg, Edinburgh University Press, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Talairach, « Anna Gasperini, Nineteenth Century Popular Fiction, Medicine and Anatomy. The Victorian Penny Blood and the 1832 Anatomy Act »Histoire, médecine et santé, 16 | 2021, 150-153.

Référence électronique

Laurence Talairach, « Anna Gasperini, Nineteenth Century Popular Fiction, Medicine and Anatomy. The Victorian Penny Blood and the 1832 Anatomy Act »Histoire, médecine et santé [En ligne], 16 | hiver 2019, mis en ligne le 24 décembre 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/2893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.2893

Haut de page

Auteur

Laurence Talairach

Université Toulouse – Jean-Jaurès / Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search