Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Comptes rendusSerge Maury, Une secte janséniste...

Comptes rendus

Serge Maury, Une secte janséniste convulsionnaire sous la Révolution française. Les Fareinistes (1783-1805)

Paris, L’Harmattan, 2019
Francisco Javier Ramón Solans
p. 154-156
Référence(s) :

Serge Maury, Une secte janséniste convulsionnaire sous la Révolution française. Les Fareinistes (1783-1805), Paris, L’Harmattan, 2019, 482 pages.

Texte intégral

1Issu d’une thèse soutenue en 2014, le livre de Serge Maury est une contribution de premier ordre à l’étude du mouvement convulsionnaire tardif durant la Révolution française et l’Empire. L’objet d’étude est le Fareinisme, une secte qui avait fait son apparition à Fareins avec les pratiques ultra-figuristes des deux prêtres convulsionnaires, les frères Claude et François Bonjour. L’originalité et l’importance de l’ouvrage de Maury résident dans l’analyse approfondie des discours de Julie Simone Olivier, dite Sœur Élisée. Le corpus est constitué de près de dix-huit mille pages manuscrites qui avaient été réunies par l’érudit janséniste Riocreux aux xixe siècle et qui, jusqu’à présent, n’avaient été que partiellement étudiées par Catherine Maire et Jean-Pierre Chantin. La valeur de ces documents ainsi que la difficulté interprétative résident dans le fait qu’ils sont directement rédigés par le secrétaire de l’œuvre des convulsions et ne sont pas le produit des appareils judiciaires ou policiers qui les modifient mais aussi les interprètent. En termes méthodologiques, Maury se positionne dans le débat sur la validité de l’approche psychopathologique. Pour rendre toute sa complexité à l’analyse du groupe convulsionnaire, l’auteur fait appel à l’histoire, la théologie, l’anthropologie et la psychiatrie. Selon Maury, cette dernière perspective permet de mieux comprendre la manière dont s’exprime ce langage religieux des marges ainsi que sa créativité, qui débordent des limites de la société de son époque.

2Une secte janséniste convulsionnaire sous la Révolution française est divisé en deux parties. La première est dédiée à l’origine du groupe à Fareins et à son parcours durant la Révolution française. À partir de sources essentiellement secondaires, l’auteur y analyse l’univers religieux complexe d’un petit village français, Fareins, en soulignant les éléments qui on put façonner ce groupe tels que l’illuminisme, le mesmérisme et la présence de convulsionnaires dans la région lyonnaise. Dans ce monde fragmenté du jansénisme de la fin du xviiie siècle, l’auteur retrace le dialogue de cette secte avec les événements révolutionnaires et la radicalisation de ses positions, ce que l’auteur qualifie, avec des résonances furétiennes, de dérapage du Fareinisme. Pour mieux contextualiser cette radicalisation, Maury nous offre un bilan complet et mis à jour des rapports entre millénarisme et Révolution française. Dans le cas analysé, la Révolution ouvrit de vastes possibilités à ce groupe en affaiblissant les structures ecclésiastiques de contrôle et répression.

  • 1 Ted A. Campbell, The Religion of the Heart: A Study of European Religious Life in the Seventeenth a (...)

3La deuxième partie du livre est la plus originale puisqu’elle analyse la figure et les discours de Sœur Elisée. Julie Simone Olivier reste une figure obscure. Même s’il y a quelques références biographiques dans ses discours, la nature allégorique et figurée du texte empêche un récit positiviste de la vie de cette prophétesse au-delà de son appartenance au groupe fareiniste et les éléments autoréférentiels qu’elle emploie pour renforcer son charisme prophétique. Toutefois, les discours fournissent des informations sur l’identité de ce groupe, leurs rituels ainsi que leurs récits. Maury historicise ces discours en montrant leur rapport avec les événements politiques et notamment avec l’ascension de Napoléon et sa politique religieuse. Le livre montre bien le processus de rupture de Sœur Elisée avec l’Église catholique, l’antipapisme et l’anti-intellectualisme et même l’éloignement avec l’œuvre des convulsions et les frères Bonjour. La nouvelle religion issue des discours de Sœur Elisée met l’accent sur l’expérience personnelle et affective du divin ainsi que sur les émotions, notamment l’amour. L’auteur de nouveau fait appel à un contexte plus ample, celle des religions du cœur – quiétisme, quakerisme, pentecôtisme, piétisme, etc. – pour mieux comprendre ce phénomène1. En fait, Sœur Elisée et son groupe se projettent dans le futur avec l’arrivée d’une nouvelle Pentecôte de l’amour, une alliance nouvelle scellée par le feu de l’amour.

4Maury analyse ensuite la dimension figuriste du Fareinisme. Sœur Elisée déchiffre les événements présents ainsi que les futurs dans la Bible. Tout comme dans d’autres groupes prophétiques, la figure du retour des juifs exprima les attentes messianiques du groupe. Le livre s’interroge aussi sur la dimension rituelle de ces figures telles que les circoncisions et les noces mystiques entre Yahvé et Jérusalem. L’auteur fait aussi appel à l’histoire des émotions ainsi qu’à l’idée des religions du cœur pour mieux comprendre les transes de Sœur Elisée. Finalement, le dernier chapitre est dédié à l’analyse psychopathologique pour expliquer la théâtralisation des affects, les états de transe, les prédispositions morbides. L’auteur souligne la nécessité de combiner toutes ces approches : « il nous paraît évident qu’il y a une part de dérangement mental dans le personnage de la prophétesse ainsi que chez ses disciples, mais cette folie prend une forme socialisée, définie par des cadres culturels » (p. 417).

  • 2 Philip Lockley, Visionary Religion and Radicalism in Early Industrial England, Oxford, Oxford Unive (...)

5Dans son livre, Maury propose une riche analyse du mouvement convulsionnaire tardif, en faisant appel à diverses perspectives historiques (histoire culturelle, histoire des émotions, etc.), anthropologie, théologie et psychiatrie. En même temps, le groupe de Sœur Elisée est parfaitement contextualisé dans les divers courants religieux et millénaristes européens et américains de la fin du xviiie et début du xixe siècles. La bibliographie témoigne de la richesse de l’analyse de l’auteur, il faut seulement regretter l’absence des travaux sur la prophétesse anglaise Joanna Southcott de Philip Lockley et sur l’illuminisme de Renzo de Felice, Alice Joly ou Vinzenzo Ferrone2. Le livre se distingue aussi par l’historicisation des phénomènes prophétiques, en les mettant en rapport avec les changements politiques, sociaux et culturels. L’historiographie la plus récente prend au sérieux ce que disent les prophètes et prophétesses, au lieu de les disqualifier sur la base d’anachronismes et d’apriorismes rationalistes. Bien que parfois l’auteur sente la nécessité de justifier son objet d’étude et imagine à plusieurs reprises la surprise des lecteurs face à ce genre de textes, le livre est le produit d’un effort de compréhension et de respect.

6Néanmoins, l’application des outils de la psychiatrie et la psychologie pose des problèmes épistémologiques puisqu’on emploie des logiques étrangères à l’époque analysée, des logiques qui sont aussi liées à des idéaux laïcs et de genre de la seconde moitié du xixe siècle, associant ces phénomènes religieux à l’archaïsme, l’irrationalité et la féminité. Par ailleurs, même en tenant compte du contexte culturel et social de la maladie psychiatrique, plusieurs questions se posent : quelle est la contribution d’un diagnostic à l’explication historique de l’expérience du surnaturel prophétique ? Quelle est l’utilité même sur le terrain psychiatrique d’un diagnostic qui ne vise pas au traitement du patient ? Est-ce que la corrélation entre maladie psychiatrique et créativité, telle qu’elle apparaît dans le livre, n’est pas l’effet d’une sorte d’idéalisation de la folie ? Est-ce qu’il est possible de dépouiller l’idée de l’hystérie de sa dimension genrée ?

  • 3 Lynn Hunt, The Family Romance of the French Revolution, Los Angeles, University of California, 1993

7C’est précisément l’histoire du genre qui est une des perspectives absente dans cette riche et complexe analyse des discours prophétiques de Sœur Elisée. L’histoire du genre aurait pu contribuer à l’explication de la grossesse et de l’enfantement du nouveau Messie, son autoreprésentation en tant que folle et l’état d’enfance, etc. La Révolution française et l’Empire furent des véritables laboratoires de genre, en forgeant de puissants archétypes qui allaient définir les identités de genre durant le xixe siècle. Afin d’historiciser les prophéties à cette époque, il semble aussi nécessaire de faire appel à l’étude de Lynn Hunt sur le roman familial de la Révolution française3. Le chantier du genre reste ouvert pour de futures enquêtes sur les prophéties à l’époque. Nonobstant, cela ne nous empêche pas d’affirmer l’importance d’un ouvrage qui combine plusieurs approches méthodologiques pour rendre compte de la complexité du prophétisme convulsionnaire.

Haut de page

Notes

1 Ted A. Campbell, The Religion of the Heart: A Study of European Religious Life in the Seventeenth and Eighteenth Centuries, Columbia, University of South Carolina Press, 1991.

2 Philip Lockley, Visionary Religion and Radicalism in Early Industrial England, Oxford, Oxford University Press, 2013 ; Renzo de Felice, Note e ricerche sugli “Illuminati” e il misticismo rivoluzionario (1789-1800), Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1960 ; Alice Joly, Un mystique lyonnais et les secrets de la franc-maçonnerie, Jean-Baptiste Willermoz, 1730-1824, Paris, Demeter, 1986 ; Vinzenzo Ferrone, I profeti dell’illuminismo. Le metamorfosi della ragione nel tardo Settecento italiano, Rome, Laterza, 1989.

3 Lynn Hunt, The Family Romance of the French Revolution, Los Angeles, University of California, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francisco Javier Ramón Solans, « Serge Maury, Une secte janséniste convulsionnaire sous la Révolution française. Les Fareinistes (1783-1805) »Histoire, médecine et santé, 16 | 2021, 154-156.

Référence électronique

Francisco Javier Ramón Solans, « Serge Maury, Une secte janséniste convulsionnaire sous la Révolution française. Les Fareinistes (1783-1805) »Histoire, médecine et santé [En ligne], 16 | hiver 2019, mis en ligne le 24 décembre 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/2907 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.2907

Haut de page

Auteur

Francisco Javier Ramón Solans

Université de Saragosse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search