Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Comptes rendusAnton Serdeczny, Du tabac pour le...

Comptes rendus

Anton Serdeczny, Du tabac pour le mort. Une histoire de la réanimation

Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018
Marie Thébaud-Sorger
p. 163-166
Référence(s) :

Anton Serdeczny, Du tabac pour le mort. Une histoire de la réanimation, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2018, 400 pages.

Texte intégral

  • 1 Michel Vovelle, La mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983.

1L’ouvrage d’Anton Serdeczny explore la réanimation médicale au xviiie siècle. Si les morts par noyade ne sont guère un problème inédit à l’époque moderne, pour autant la réanimation se construit comme une problématique nouvelle, tant dans les discours et les représentations que dans les actions. Devant les victimes rescapées des flots ou ayant perdu connaissance dans d’autres contextes (intoxications, asphyxies…), la médecine met alors en place une série de procédures ayant pour objet de ramener à la vie les corps inanimés. L’émergence de la médecine d’urgence a été bien étudiée notamment via les sociétés de secours : la première société créée en 1767 à Amsterdam sert de modèle à des initiatives portées parfois par les pouvoirs publics – tel à Paris l’établissement fondé par l’échevin et apothicaire Philippe Nicolas Pia (1772) – ou sont encore mues par des initiatives privées réunissant philanthropes et médecins telle la Humane Society londonienne (1774) créée par William Hawes and Thomas Cogan. Cependant ces institutions cristallisent des débats et expériences qui ont cours en Europe depuis plusieurs décennies. Anton Serdeczny s’attache donc à faire la lumière sur la formation de ce « paradigme réanimatoire » qui devient un enjeu médical et humain à partir des années 1730 en Europe. Il s’inscrit plus largement dans les mutations des attitudes et des croyances face à la mort étudiées naguère par Michel Vovelle1, mais aussi dans l’évolution des savoirs médicaux – une meilleure compréhension de la physiologie, de l’anatomie et des fonctions vitales. Le choix de faire l’anthropologie historique de ce moment permet de faire converger ces approches rendant intelligible l’intervention humaine sur les états de « mort apparente ».

  • 2 « D’entre les morts : une anthropologie historique de la réanimation, xviie-xviiie siècles », thèse (...)

2L’ouvrage, tiré de sa thèse2, se découpe en quatre grands moments. Le premier volet revisite la généalogie des textes sur la réanimation, leurs éditions, traductions, circulations et emprunts : du pasteur protestant Albinus au début xviie siècle, à l’Académie des curieux de la Nature de Schhweinfurt jusqu’aux débats qui émergent dans les années 1730-1750 dans les traités médicaux et les périodiques comme le Mercure Suisse. Il met en lumière quelques figures moins connues, à l’instar du savant neuchâtelois Louis Bourguet, dont les liens réguliers avec son confrère Louis Ferchaut de Réaumur sont à l’origine de l’Avis pour donner du secours à ceux que l’on croit noyez, publié par ce dernier en 1738, et rééditée maintes fois. La réanimation se déploie également en échos aux controverses sur la mort apparente en lien avec la taphophobie (la peur d’être enterré vivant) opposant les traités de l’anatomiste Jacques-Bénigne Winslow sur l’incertitude des signes devant la mort (1743) qui, augmentée par Jacques-Jean Bruhier d’Ablaincourt, est très largement diffusée en Europe, et celui du jeune chirurgien Antoine Louis. Alors que la mortalité recule, la rationalisation de la mort semble devenir l’affaire des médecins. Ces derniers rencontrent avec la réanimation un sujet à la hauteur de leur aspiration, leur permettant d’inscrire leur légitimité sociale par une action spectaculaire, tout en répondant aux attentes d’utilité publique et d’amélioration de la condition humaine. L’étude de la production imprimée (on apprécie ici la présence de cartes et tableaux explicites) rend bien palpable l’apparition du sujet dans l’espace public dont témoigne encore la question mise au concours en 1759 « sur le meilleur moyens de réanimer les noyés » par l’académie de Besançon.

  • 3 Claudio Milanesi, Mort apparente, mort imparfaite. Médecine et mentalités au 18e siècle, Paris, Pay (...)

3En s’attachant à la mise en œuvre du paradigme, l’auteur souligne, dans une seconde partie, une dissymétrie entre espace protestant et catholique (p. 138). Cette frontière confessionnelle à l’échelle de l’Europe permet de reprendre la question du lien entre religion et nouvelles thérapeutiques3. Claudio Milanesi dans son étude sur la mort apparente liait l’émergence de la réanimation au débat sur la taphophobie et à la sécularisation des attitudes devant la mort. Il s’opérerait une coupure entre ce qui relève de la résurrection religieuse qualifiée de « miracle » d’une part et la mort médicalisée d’autre part. Cependant Anton Serdeczny montre que c’est avant tout dans les contrées protestantes que le « paradigme réanimatoire » s’enracine initialement : en Suisse, Hollande et en Angleterre où l’institutionnalisation de ces pratiques semble en revanche traversée par une forte dimension religieuse. L’aspect préternaturel de la réanimation perdure jusqu’à en faire un « miracle médical » où l’intervention sur le cours de la destinée humaine est à la fois charité chrétienne et signe de la providence divine. La diffusion institutionnelle de ces pratiques s’avère de fait moins systématique voire plus tardive dans les pays catholiques (comme l’Espagne) ; en France les initiatives municipales semblent à terme manquer du soutien de l’État, portées par des réformateurs isolés, souvent médecins (à Lyon, Tours, Le Mans, La Rochelle, Lille). Par ailleurs, en agissant sur le corps individuel, la réanimation, investie par des valeurs d’universalisme et de citoyenneté, contribue à travailler l’ordre social en transformant la place du mort dans la collectivité.

4Dans une troisième partie Anton Serdeczny s’intéresse donc aux pratiques et aux gestes, passant en revue les différentes techniques et la stabilisation de nouvelles pratiques. Luttant contre les préjugés et discriminant certaines méthodes jugées inefficaces, les controverses se multiplient : pratique de la trachéotomie, essais de respirations artificielles, d’insufflation pulmonaire, usage du bouche-à-bouche. Il faut néanmoins se garder d’y pister l’origine de pratiques contemporaines (p. 225) et de fait les actions répondent à d’autres logiques comme le montre le grand succès de « l’insufflation alvine » (chapitre IX). Cette méthode singulière qui occupe une place au centre de l’enquête, s’impose à partir des années 1740 et ne s’inscrit dans aucune continuité, étant discréditée dès la fin du siècle. Elle consiste à insuffler de la fumée de tabac – plante exotique parée de vertu excitante – dans l’intestin des noyés via de petites machines fumigatoires et une canule à bouche. Le principe relève en fait de la médecine galénique : combattre le froid et l’humide par un élément qui rétablirait l’équilibre dans le corps en y introduisant le chaud et le sec.

5Anton Serdeczny invite donc dans une dernière partie à mieux explorer ces pratiques en considérant les héritages inconscients d’une culture médiévale du corps qui ressurgissent ici dans le discours stéréotypé et programmatique de la médecine des Lumières. En prenant au sérieux son étrangeté, il peut ainsi de manière convaincante réintégrer diverses dimensions narratives, « contes » et mythes (tels l’hibernation des cigognes sous l’eau) dans les logiques médicales du temps. Là où la science des lumières s’efforce de repousser les frontières de la superstition, il montre comment l’espace du geste médical met à jour la porosité des frontières entre résurrection, ressuscitation et réanimation. Le cheminement qui pourrait sembler hasardeux ouvre sur une enquête anthropologique convaincante qui relie clairement la pratique de l’insufflation alvine à un motif carnavalesque ancien, celui du souffle-à-cul. Disponible dans l’iconographie et les récits, il constitue le répertoire culturel disponible contenant des représentations pratiques de résurrections. La reconstruction de ce système de représentations donne alors sens à la pratique, mettant en évidence les paradoxes qui sous tendent la mise en place de ce qui apparaît alors comme une innovation thérapeutique. À travers ce cas micro se joue la relation entre culture savante et culture populaire par la manière dont les récits anciens perdurent dans l’imaginaire collectif et sont retraduits « involontairement » dans la médecine des Lumières.

  • 4 Frédéric Caille, La Figure du Sauveteur. Naissance du citoyen secoureur en France 1780-1914, Rennes (...)

6L’ouvrage apporte donc non seulement une synthèse sur la naissance des sociétés de secours et leurs promoteurs, mais permet aussi, en menant l’enquête de manière comparée à l’échelle européenne, d’expliquer son implantation différentielle. Ces médecins évoluent cependant dans un réseau savant où les échanges sont constants. Les discussions soulevées par le rôle des différents organes du corps dans les fonctions vitales restent toutefois plus en marge de son analyse. On pourrait notamment réexaminer la manière dont la compréhension de la respiration (et la définition de l’asphyxie) s’est transformée au gré des découvertes physiologiques et chimiques – notamment le rôle de l’oxygène dans la respiration – participant sans doute au discrédit progressif de l’insufflation alvine dans le dernier tiers du siècle. Les pratiques fumigatoires ont néanmoins favorisé la mise en place d’une attention nouvelle aux noyés et la diffusion de dispositifs sociomatériels nouveaux – boîtes de secours, sociétés les promouvant et systèmes de gratification des secouristes, bien étudiés par Frédéric Caille4. Les aspects techniques moins abordés dans l’enquête suscitent pourtant de nouveaux marchés de produits médicaux à mesure que la question devient un enjeu social et sanitaire. Elles ont engendré une inventivité qui, tout en empruntant au répertoire ancré dans la médecine traditionnelle des sels irritants et lavements avec leur lot de seringues, clystères, canules et flacons, les réadapte à des contextes d’usages renouvelés.

7Au final, cette très belle étude sur la réanimation, accompagnée de tous les outils de recherches (index, bibliographie), ouvre de nombreuses perspectives stimulantes tout en mettant en lumière un segment important tant de l’histoire culturelle que de la médecine.

Haut de page

Notes

1 Michel Vovelle, La mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983.

2 « D’entre les morts : une anthropologie historique de la réanimation, xviie-xviiie siècles », thèse sous la direction d’Olivier Christin, 2014, EPHE.

3 Claudio Milanesi, Mort apparente, mort imparfaite. Médecine et mentalités au 18e siècle, Paris, Payot, 1989. Voir aussi les travaux de Maria-Pia Donato, Sudden Death: Medicine and Religion in Eighteenth-Century Rome, Londres, Routledge, 2016.

4 Frédéric Caille, La Figure du Sauveteur. Naissance du citoyen secoureur en France 1780-1914, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Thébaud-Sorger, « Anton Serdeczny, Du tabac pour le mort. Une histoire de la réanimation »Histoire, médecine et santé, 16 | 2021, 163-166.

Référence électronique

Marie Thébaud-Sorger, « Anton Serdeczny, Du tabac pour le mort. Une histoire de la réanimation »Histoire, médecine et santé [En ligne], 16 | hiver 2019, mis en ligne le 24 décembre 2020, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/2937 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.2937

Haut de page

Auteur

Marie Thébaud-Sorger

CNRS, Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560) / Maison française d’Oxford (USR 3129)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search