Navigation – Plan du site
Comptes rendus

MARTINEZ VIDAL Alvar (dir.), L’Hôpital Varsovie. Exil, médecine et résistance (1944-1950)

Portet-sur-Garonne, Loubatières, 2010
Olivier Munoz
p. 141-143
Référence(s) :

MARTINEZ VIDAL Alvar (dir.), L’Hôpital Varsovie. Exil, médecine et résistance (1944-1950), Portet-sur-Garonne, Loubatières, 2010, 103 p.

Texte intégral

1L’Hôpital Varsovie mêle histoire et mémoire locale, approches médicales et politiques en s’intéressant à un épisode surprenant et méconnu de l’exil des Espagnols en France durant la guerre civile : la création d’un hôpital à Toulouse par les réfugiés républicains et antifranquistes. Cette recherche a été coordonnée par Alvar Martinez Vidal, professeur d’histoire de la médecine, rattaché au département de philosophie de l’Université autonome de Barcelone, avec l’appui du Museum d’histoire de la médecine et du Mémorial démocratique de Catalogne. Plusieurs auteurs d’horizons différents ont collaboré à ce projet : le versant médical est abordé par Alvar Martinez Vidal et Alphonso Zarzoso Orellana ; les aspects politiques et sociaux par Sebastiaan Faber et Jordi Guixe y Coromines. Deux autres contributions signées d’Empar Pons Barrachina et d’Antoni Adam Donat présentent et analysent deux sources inédites qui ont impulsé ces recherches.

2La première est une revue éditée par l’hôpital entre 1948 et 1950 : les Anales del Hospital Varsovia. Seules quatre collections ont été conservées : deux à Paris, à la bibliothèque de l’Institut de France et à la Bibliothèque Interuniversitaire de Médecine, et deux à Madrid, à la Fundación Pablo Iglesias et à la Bibliothèque nationale. La parution régulière des numéros témoigne de l’activité importante de l’institution. La revue dresse un bilan du fonctionnement de l’hôpital et compare les situations sanitaires en France et en Espagne. Elle est aussi un instrument de vulgarisation et de communication avec la communauté espagnole immigrée, ainsi qu’avec un public élargi.

3La deuxième source est un documentaire en noir et blanc, réalisé en 1946 sur une commande du Joint Anti-Fascist Refugee Committee, une organisation politique américaine venant en aide aux réfugiés et soutenue par l’Unitarian Service Committee, groupe religieux philanthropique. Dénommé Spain in Exile, ce film expose la condition des réfugiés espagnols rejoignant la Résistance en France ou étant déportés dans les camps de concentration nazis. Certaines séquences présentent l’Hospital Varsovia et les soins médicaux qui y sont prodigués aux exilés. La revue et le documentaire sont proposés avec le livre sous le format d’un DVD.

4De 1944 à 1950, l’Hôpital Varsovie – qui doit son nom à la rue dans laquelle il a été installé à Toulouse – est tenu par des médecins réfugiés espagnols. Il a été créé en 1944 pour servir de base arrière de soin à une ultime offensive des républicains contre le régime franquiste : impulsée par le Parti communiste espagnol, l’opération nommée Reconquista avait pour but d’envahir militairement le territoire ibérique via le Val d’Aran dans les Pyrénées, afin d’encourager un soulèvement de la population contre la dictature. L’attaque est sévèrement réprimée et plusieurs hôpitaux sont dressés à l’arrière pour venir en aide aux guérilleros blessés. Celui de Toulouse, établi dans une maison inoccupée en forme de « château » a l’avantage de se situer à proximité du quartier populaire de Saint-Cyprien où se trouvent concentrés de nombreux réfugiés.

5Après l’échec de l’opération Reconquista, l’hôpital militaire se transforme en institution civile, accueillant principalement des populations espagnoles immigrées et exilées. Cependant, l’avenir de l’institution est fortement menacé en 1950 lorsque la police française mène une opération contre des communistes accusés d’être des agents secrets au service du Komminform. À l’Hôpital Varsovie, le matin du 7 septembre, les médecins sont arrêtés et expulsés. L’établissement se maintient cependant grâce à l’intervention de médecins toulousains – dont Joseph Ducuing auquel l’hôpital rend hommage aujourd’hui en portant son nom – qui prennent en charge la direction médicale. Le livre se propose donc de faire le point sur les six premières années d’existence de l’hôpital : la période espagnole.

6Alvar Martinez dépeint dans une première partie l’organisation médicale de l’établissement et l’esprit avant-gardiste qui y règne. En dépit de conditions de travail difficiles (journées harassantes pour un maigre salaire) et pas moins de quatre successions à la direction – témoignant de certaines tensions – l’hôpital parvient à s’imposer dans le dispositif médical toulousain. L’essentiel du personnel – médecins et infirmières – est espagnol. L’hôpital peut recevoir jusqu’à 52 patients et collabore avec d’autres services de la ville pour les cas les plus complexes. Une grande activité de consultation est menée par le biais d’un dispensaire créé à cet effet et soutenu par l’Amicale des anciens FFI. La nouvelle de l’existence d’un hôpital tenu par des Espagnols fait grand bruit dans la communauté réfugiée qui voit là un lieu d’accueil, de soins, de réconfort et d’écoute. Dans l’enceinte de l’hôpital, on trouve une bibliothèque dédiée à l’étude et à la formation continue du personnel de santé. L’enseignement et la prévention sont des volets qui occupent une grande part de l’activité de l’établissement. Des campagnes importantes contre la tuberculose, le cancer et la mortalité infantile y sont menées.

7Le chapitre suivant, rédigé par Sebastiaan Faber, présente les multiples soutiens, notamment américains, de l’hôpital. L’idéologie anti-fasciste explique la forte mobilisation outre-Atlantique pour l’institution : différentes associations et organisations politiques, humanitaires ou religieuses se regroupent autour de la cause espagnole. Dans le contexte d’après-guerre, les activistes anti-fascistes sont associés aux communistes – il est vrai, précise l’auteur, que certains étaient proches du parti – et sont poursuivis par les autorités. Le Joint Anti-fascist Refugee Committee est ainsi démantelé en 1948.

8Jordi Guixé poursuit dans un dernier article l’analyse de ces liens internationaux et décrit la vie de l’hôpital dans le contexte tendu des débuts de la Guerre Froide. Il revient également sur l’opération Boléro-Paprika à l’Hôpital Varsovie en retraçant les exactions des autorités françaises envers les médecins espagnols. Selon lui, il ne fait nul doute que l’intervention du 7 septembre 1950 fait partie d’une véritable « chasse aux sorcières » menée contre le communisme international.

9Dans un court épilogue, Alvar Martinez expose le caractère inachevé de son entreprise en soulignant de nombreux points à approfondir : les caractéristiques de la population soignée, l’étude du personnel féminin qui semblent occuper une place déterminante dans le dispositif de soins, les autres soutiens internationaux qui se sont manifestés... L’exploration des différents documents conservés dans les archives de la Harvard University et de l’Harvard Divinity School permettrait d’étudier ces points plus en détail.

10Inachevée, cette étude n’en est pas moins intéressante pour l’histoire des hôpitaux comme pour celle des exilés espagnols. On regrettera cependant de nombreuses répétitions entre les articles qui brouillent la cohérence et la progression de l’ouvrage. Les débuts de chapitre renvoient pour la plupart à la création de l’Hôpital Varsovie et apportent des éclairages qui mériteraient d’être indiqués dès l’introduction. Malgré cela, l’ouvrage a le mérite de s’attaquer à une question importante et sensible dans les mémoires toulousaine et espagnole.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Munoz, « MARTINEZ VIDAL Alvar (dir.), L’Hôpital Varsovie. Exil, médecine et résistance (1944-1950) », Histoire, médecine et santé, 2 | 2012, 141-143.

Référence électronique

Olivier Munoz, « MARTINEZ VIDAL Alvar (dir.), L’Hôpital Varsovie. Exil, médecine et résistance (1944-1950) », Histoire, médecine et santé [En ligne], 2 | automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/312

Haut de page

Auteur

Olivier Munoz

Framespa UMR 5136 CNRS/UTM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals