Navigation – Plan du site
Comptes rendus

PILLON Thierry, Le corps à l’ouvrage

Paris, Stock, 2012
Jean-Yves Bousigue
p. 147-148
Référence(s) :

PILLON Thierry, Le corps à l’ouvrage, Paris, Stock, 2012, 196 p.

Texte intégral

1Singulière entreprise que celle de Thierry Pillon visant à reconstituer, à partir de récits et de témoignages personnels depuis le début du XXe siècle, l’expérience du travail, au plus près des sensations éprouvées. « Milieux, gestes, regards, intimités, usure, rêves » les regroupent en autant de chapitres. Entre anthropologie et histoire, ces fragments assemblés de vies ouvrières constituent le tableau inédit et passionnant d’un monde ancien, tout en soulignant ses évolutions dues aux techniques et méthodes de travail ou au changement des sensibilités.

2Il est ici question des usines, des mines, des ateliers, partout où on rencontre des ouvriers. Espaces interdits aux regards de l’extérieur, isolés par des grilles, des murs d’enceinte, dans lesquels on n’entre que par un passage surveillé. « Monde à part dans lequel on entre la première fois avec inquiétude », qui fait de l’usine une « ogresse », une « baleine », un « monstre ». Dès l’entrée tout est en place pour une « transmutation de l’homme en ouvrier ». Inquiétude, anxiété, voire angoisse, redoublées bientôt sur le lieu même du travail par la disproportion des choses – bâtiments et machines – l’inconnu des tâches à réaliser et le regard des anciens. Dans ces micro-sociétés que constituent les collectifs de travail, les nerfs du nouveau venu, a fortiori s’il est jeune ou très jeune, sont mis à l’épreuve comme la condition nécessaire à une intégration réussie. Une particularité physique, un comportement jugé bizarre font vite un surnom, pour ne rien dire des plaisanteries graveleuses, des défis, et autres rituels initiatiques également partagés quelque soient les lieux. L’intégration se joue entre « humiliation et reconnaissance établie ».

3En même temps, le corps subit des expériences sensorielles inédites et tout aussi violentes, dans ces « univers ou rien ne rappelle la nature ». La chaleur, le froid, les odeurs, la puanteur, la semi-obscurité, la saleté, et partout le bruit comme une insupportable toile de fond mettent les organismes à rude épreuve.

4Tout est routine : le travail lui-même, la répétition des gestes élémentaires, le contact avec les outils et les matières qui, devenus familiers, finissent par être intégrés par l’opérateur. La disparition du bruit, pourtant insupportable, en vient à inquiéter comme une rupture dans l’ordre normal : le silence soudain, après un cri, avant la sirène, est le premier effet de l’accident.

5Tout se joue dans l’extrême, comme si, consciemment ou non, le travail poussait les corps à bout, aux limites. Dans ces usines qui passaient – au temps du taylorisme triomphant – pour « fonctionner à l’américaine », point de salut pour l’individu, sauf à se faire lui-même robot ! Mais le geste que l’on voudrait réduire à un jeu de forces et de leviers engage le corps tout entier : « chez les mineurs, tout le corps devenu un véritable outil est engagé dans la réalisation du geste ». Le corps s’adapte, mais subrepticement, il subit la marque du travail. S’il n’est pas question de troubles musculosquelettiques, de troubles psychosociaux, d’épuisement au travail, tout indique qu’ils étaient pour beaucoup déjà là, à un degré qu’on peine à imaginer aujourd’hui, mais vécus alors comme des fatalités, subies et partagées. Le « voile de peinture sur la figure » des ouvriers carrossiers, les tatouages des mineurs, les amputations des doigts pris dans une machine outil, sont finalement peu de chose à côté des particules invisibles qui, en silence, provoqueront des pathologies conduisant à une mort prématurée au terme d’une longue et pénible déchéance physiologique chez les mineurs ou les ouvriers de l’amiante. On savait mais on n’en parlait pas...

6Par contraste, c’est dans une véritable économie de l’effort que se réalise le geste bien fait, porté par un appareil perceptif éduqué et un rythme acquis par l’expérience, source de bonheur au travail. Alors, « au moins une heure dans la journée où le corps est heureux ». Car, si le corps est source d’énergie et mode d’accès à l’autre, il aussi dépositaire des savoir-faire et des savoir-être : « Métamorphose du travail dont le rêve transfigure les matières et les objets, change la brutalité et la froideur en appétit de vivre ».

7Ce qui frappe dans ces récits, qui contribue tout autant à leur unité, c’est aussi le sentiment d’enfermement de ces ouvriers dont beaucoup ont été ou sont restés agriculteurs. Le regard de la nature offre une respiration au chauffeur de la locomotive, à l’ouvrière bretonne dans son atelier parisien, au travailleur itinérant, tantôt « fantôme » dans une usine d’automobiles, tantôt terrassier, jardinier, ouvrier maraîcher. On mesure alors l’impact du travail industriel sur des corps qui, à l’évidence, ne sont pas « faits pour ça », mais s’y forgent « des habitudes perceptives et des styles de conduite » qui perdurent au-delà des grilles.

8Finalement, les corps à l’ouvrage ne sont-ils pas les acteurs d’une histoire qu’ils fabriquent en même temps qu’elle les façonne jusqu’à mettre parfois en jeu leur santé et même leur vie ? C’est un des mérites de l’entreprise de Thierry Pillon de l’avoir révélé par delà des récits individuels qu’on croirait volontiers uniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Bousigue, « PILLON Thierry, Le corps à l’ouvrage », Histoire, médecine et santé, 2 | 2012, 147-148.

Référence électronique

Jean-Yves Bousigue, « PILLON Thierry, Le corps à l’ouvrage », Histoire, médecine et santé [En ligne], 2 | automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/320

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Bousigue

Framespa UMR 5136 CNRS/UTM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals