Navigation – Plan du site
Compte rendus

KEEL Othmar, La médecine des preuves. Une histoire de l’expérimentation thérapeutique par essais cliniques contrôlés

Montréal, Presses universitaires de Montréal, coll. « Champ libre », 2011
Alexandre Klein
p. 129-130
Référence(s) :

KEEL Othmar, La médecine des preuves. Une histoire de l’expérimentation thérapeutique par essais cliniques contrôlés, Montréal, Presses Universitaires de Montréal, coll. « Champ libre », 2011, 166 p.

Texte intégral

1Depuis sa thèse de doctorat sur Cabanis (Cabanis et la généalogie épistémologique de la médecine clinique, 1977), dirigée par Georges Canguilhem, Othmar Keel, aujourd’hui professeur retraité d’histoire de la médecine à l’Université de Montréal, s’est attaché à démontrer le rôle central de l’histoire dans la compréhension des enjeux éthiques, scientifiques et sociopolitiques de la médecine. De sa relecture de l’influence de Pinel dans l’histoire de l’histopathologie (La généalogie de l’histopathologie. Une révision déchirante. Philippe Pinel, lecteur discret de James Carmichael Smyth (1741-1821), 1979) à son analyse de ce que Michel Foucault avait trop rapidement considéré comme une protoclinique (2001, L’avènement de la médecine clinique moderne en Europe. 1750-1815, 2001), le travail d’Othmar Keel a toujours visé cette « révision déchirante ». Ce nouvel ouvrage, patiemment exécuté, ne fait pas exception à la règle.

2L’auteur y étudie les conditions sociohistoriques et épistémologiques de mise en place et d’expansion de l’essai clinique randomisé (ECR) dans la biomédecine contemporaine, et ce, afin de clarifier la notion actuelle d’essai clinique contrôlé (ECC) qui lui est corrélative. Il veut, en effet, dénoncer comme erronée « la croyance très largement partagée que tous les essais cliniques sont désormais randomisés » (p. 15). Les essais contrôlés peuvent être comparatifs sans être randomisés, tout autant qu’ils ne sont pas nécessairement des essais cliniques à double insu et avec placebo. C’est tout l’enjeu de son histoire de l’expérimentation thérapeutique par ECC : montrer que le développement de cette procédure n’implique pas nécessairement, dès son origine, de recours à la méthode d’essai contre placebo, ni qu’elle n’induit nécessairement, dans sa réalisation actuelle, de randomisation. Telle est l’ambition, réalisée, de ce court, mais très efficace, ouvrage : écrire une histoire de la médecine des preuves afin d’en clarifier les usages et les enjeux actuels.

3À la suite d’une mise en évidence de la spécificité de l’ECC actuel par rapport à l’histoire de l’expérimentation thérapeutique qui débute au XVIIIe siècle (chapitre 1), Othmar Keel analyse la naissance de cette « nouvelle médecine » aux États-Unis (chapitre 2) puis en Angleterre (chapitre 3) entre 1920 et 1950, trouvant dans l’étude britannique sur la streptomycine de 1947-1948, le modèle de la recherche clinique contemporaine. Cette première étape généalogique le conduit à expliciter, sous la forme d’un bilan, la structure méthodologique et épistémologique des ECC menés jusqu’aux années 1960 (chapitre 4), tout en précisant les raisons et les enjeux, notamment éthiques, du passage d’un financement majoritairement public à une gestion aujourd’hui entièrement privée de l’expérimentation thérapeutique (chapitre 5).

4Dans cette étude de l’évolution des essais cliniques contrôlés au cours du XXe siècle, Othmar Keel montre avec minutie que c’est avant tout la randomisation – et non le placebo comme l’ont défendu plusieurs auteurs – qui est historiquement autant qu’actuellement l’instrument principal de réalisation des ECC et le point d’appui épistémologique de leur scientificité. Elle assure, en effet, la fiabilité de la procédure d’essai, tout en permettant, non principalement de réduire le problème de la suggestion des malades testés, mais avant tout de remédier aux biais méthodologiques pouvant s’introduire dans la constitution des groupes de patients. Cette relecture historique, faisant intervenir un travail sur les sources autant qu’une critique des commentateurs, renouvelle notre compréhension du développement de la biomédecine, tout en permettant d’en questionner le fonctionnement actuel (voire même la possible réforme). En destituant le placebo de son piédestal épistémologique, Othmar Keel interroge effectivement la pertinence des essais aujourd’hui réalisés par les firmes pharmaceutiques aux commandes de l’expérimentation thérapeutique : sous couvert de l’usage de l’essai par placebo, elles éviteraient de soumettre leurs nouveaux médicaments à des tests comparant leurs apports aux médicaments existants, et ce au profit d’enjeux plus commerciaux que scientifiques. Ainsi, par son travail d’enquête minutieux, l’auteur nous offre-t-il plus qu’une nouvelle lecture fondée sur une approche historiographique sociotechnique et épistémologique d’un élément central de l’histoire de la médecine contemporaine : il propose aux lecteurs un point d’appui solide pour mener une réflexion critique à propos d’un enjeu essentiel de nos sociétés contemporaines, tout en nous invitant, en dernière analyse, à repenser le rôle de l’histoire dans la compréhension des enjeux épistémologiques, sociétaux et éthiques de la biomédecine contemporaine et dans la constitution d’une science médicale digne de ses propres implications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Klein, « KEEL Othmar, La médecine des preuves. Une histoire de l’expérimentation thérapeutique par essais cliniques contrôlés », Histoire, médecine et santé, 4 | 2013, 129-130.

Référence électronique

Alexandre Klein, « KEEL Othmar, La médecine des preuves. Une histoire de l’expérimentation thérapeutique par essais cliniques contrôlés », Histoire, médecine et santé [En ligne], 4 | automne 2013, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/402

Haut de page

Auteur

Alexandre Klein

Université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals