Navigation – Plan du site
Compte rendus

BERRIOT-SALVADORE Évelyne (dir.), Ambroise Paré. Une vive mémoire

Paris, De Boccard, 2012
Jacqueline Vons
p. 134-136
Référence(s) :

BERRIOT-SALVADORE Évelyne (dir.), Ambroise Paré. Une vive mémoire, Paris, De Boccard, 2012, 280 p.

Texte intégral

1La collection Medic@ de la BIU Santé, diffusée par De Boccard, s’enrichit d’un nouvel ouvrage consacré à Ambroise Paré dans le cadre des manifestations organisées pour célébrer le 500e anniversaire de sa naissance. L’entreprise éditoriale d’Évelyne Berriot-Salvadore et de Guy Cobolet se révèle ici une initiative doublement intéressante, qui réunit philologues, littéraires et historiens de la médecine. Le livre s’ouvre sur un hommage de Bernadette Molitor à Paule Dumaître, conservatrice de la Bibliothèque de la Faculté de médecine de Paris de 1940 à 1979, qui a consacré vingt années de recherches à faire connaître Ambroise Paré dans sa vie professionnelle et privée. Outre sa magistrale biographie, Ambroise Paré, chirurgien de quatre rois de France, publiée en 1986, rééditée en 1987, plusieurs fois primée, P. Dumaître a laissé de très nombreux articles, publiés ou encore inédits, dont une anthologie est ici présentée : y sont évoqués les voyages de Paré en Piémont (1537), en Basse-Bretagne (1543), à Lyon, à Montpellier, les maladies et blessures auxquelles il fut exposé, son cercle d’amis et ses adversaires, ses portraits sculptés, gravés et peints, dont le fameux buste en marbre par David d’Angers surmontant la non moins fameuse devise : Je le pensay et Dieu le guarit (Académie nationale de médecine). Le destin posthume de Paré dans la littérature et dans l’histoire de la médecine fait l’objet des deux derniers articles et ouvre la voie à la seconde partie de l’ouvrage, constituée d’une série d’études regroupées autour du thème fédérateur « Ambroise Paré, chirurgien et écrivain français ».

2Il faut signaler l’originalité de la démarche et la qualité des interventions qui justifient par l’étude des procédés de style (qu’on veuille excuser ce terme légèrement obsolète aujourd’hui) et de rhétorique (mise au service de la persuasion et de la conviction par les rhéteurs et dans les artes dicendi depuis l’antiquité) cette qualité d’écrivain, et corollairement d’écrivain en langue française, dans un domaine technique qui est celui de la chirurgie en France au XVIe siècle. En effet, il est remarquable que cette œuvre, aujourd’hui un monument, se soit construite au fil des ans, enrichie d’observations personnelles, d’anecdotes vécues ou entendues, de récits et de portraits, et qu’elle soit en même temps une compilation, plus ou moins reconnue par l’auteur, de traités médicaux anciens et contemporains en latin ou déjà connus en vernaculaire. Évelyne Berriot-Salvadore présente l’évolution des représentations du chirurgien au cours des siècles passés, en analysant la notoriété grandissante de l’homme et de l’œuvre depuis les citations de La Croix du Maine en 1584, l’édition des Œuvres complètes par Jean-François Malgaigne en 1840-41, jusqu’aux travaux critiques et projets éditoriaux contemporains ; comme ceux d’autres personnages illustres, les portraits de Paré sont « des miroirs à double face où se voient une image fixée par la tradition et aussi celle des tendances artistiques, scientifiques, religieuses ou idéologiques les plus contemporaines » (p. 147).

3Dans ce cadre ainsi tracé, il revient à Isabelle Pantin de montrer comment Ambroise Paré a progressivement construit une figure originale de « chirurgien » au cours d’une carrière éditoriale menée de main de maître ; l’abondance des pièces liminaires écrites par l’auteur est ainsi l’équivalent d’une invitation à entrer « chez » Ambroise Paré (p. 170) et à assister à son assurance grandissante fondée sur l’expérience, à la défense d’idées thérapeutiques nouvelles et d’un art chirurgical « unitaire » (p. 167), fondé sur une double exigence, l’habileté manuelle et la connaissance du corps humain. Sylvie Bazin-Tacchella situe ensuite les Œuvres de Paré dans la continuité et les transformations du discours chirurgical depuis la Chirurgia magna de Guy de Chauliac, en se focalisant sur trois aspects : le rôle de l’image, la présence de tables et le choix de la langue, le français étant revendiqué par Ambroise Paré « comme une véritable arme contre les chirurgiens en longue robe et les médecins » (p. 188) ; mais l’essentiel demeure l’opposition entre les stratégies argumentatives de Chauliac et de Paré dans le domaine des autorités, c’est là un point qui mériterait d’être développé davantage.

4Jean Céard présente un rapide panorama du vocabulaire anatomique en français chez Paré, traduisant des termes anatomiques figés par l’usage ou polysémiques, hérités de l’enseignement en latin ou de la pratique en langue vulgaire, auxquels les philologues humanistes avaient ajouté les termes grecs. La tâche de traduction était ardue, et comme l’observe très justement J. Céard, Paré propose plusieurs fois de substituer aux termes grecs « des équivalents français, qui ne sont pas proprement des traductions, mais plutôt des essais de description des réalités anatomiques » (p. 212). Le choix de la langue vernaculaire, souvent analysée comme un simple outil de vulgarisation, s’accompagne en fait de la revendication d’un statut « méthodique » de la chirurgie par opposition aux empiriques : Mireille Huchon relève le terme de « méthode », récurrent sous la plume de Paré, comme témoignage de sa démarche intellectuelle dès les premiers livres (1545) et dans ses relations amicales avec le jeune chirurgien Thierry de Héry, dont il admire précisément l’ordonnance méthodique et rationnelle de la matière exposée dans la Méthode curatoire de la maladie vénérienne (1552), qu’il n’hésite d’ailleurs pas à plagier. Mais une comparaison entre les styles de ces deux chirurgiens « rationnels » montre clairement « comment Paré pense par analogie et utilise une langue figurée qui aurait dû rester étrangère à un strict chirurgien méthodique » (p. 229). La savoureuse comparaison entre « la description apocalyptique des vérolés » chez Paré (p. 228) et celle de Rabelais s’imposait à la fin de cette fine analyse.

5Guylaine Pineau s’attache davantage à la réception des ouvrages médicaux écrits en français, par le grand public et chez les professionnels : ils sont fortement critiqués, sous prétexte de l’indécence des sujets traités, en réalité parce qu’ils rompent avec une dialectique du secret, principe déontologique de la médecine, mais aussi garant de la survie de la corporation médicale et de l’autorité que confère la science du remède. La stratégie d’Ambroise Paré, qui utilise le livre comme moyen de transmission du savoir anatomique et chirurgical, constitue une véritable rupture épistémologique : « loin d’être une menace, le livre devient l’instrument du succès ; en publiant, le chirurgien s’inscrit dans l’Histoire, s’érige en référence, en Autorité, construit son propre mythe de père fondateur et se pare du statut désormais enviable d’auteur » (p. 245-246). Paré recourt aux récits et aux anecdotes comme autant de « preuves » des préceptes enseignés et transmis, et aussi pour construire sa propre image d’auteur, sa propre légende ; Marie-Madeleine Fragonard relève les constantes dans le protocole des histoires ou « contes » parsemés dans l’œuvre : réitération des formules de présentation (p. 251 : « Pour la probation de mon dire, j’allégueray icy une histoire »), mise en scène du je, chirurgien et écrivain. Qu’il s’agisse de cas spectaculaires, d’humbles anonymes ou de lui-même, blessé ou malade, les histoires ont pour but d’instruire le jeune chirurgien, de le faire raisonner à partir de l’expérience vue ou vécue, à partir du corps vivant ou mort et autopsié. Mais aussi de lui faire accepter « l’immense mystère de la volonté de Dieu et peut-être plus encore l’immense mystère d’une Nature qui ne cesse de créer des formes normales et des formes aberrantes » (p. 266).

6L’ensemble des études contribue ainsi aux recherches actuelles sur la définition d’une écriture spécifique aux traités médicaux et scientifiques à la Renaissance, nécessitant la collaboration de chercheurs impliqués dans différents programmes de recherche, comme en témoigne Le livre scientifique. Définition et émergence d’un genre. 1450-1850 (programme de recherche dirigé par J. Ducos), et sur les questions de lexicologie scientifique et médicale à la Renaissance, Traduire la science. Hier et aujourd’hui par P. Duris et J. Ducos et « Les mots de la science », axe du programme de recherches Formes du savoir de 1400 à 1750 (dirigé par V. Giacomotto-Charra et P. Duris).

7L’ouvrage contient in fine une riche bibliographie : éditions, ressources électroniques medic@, études critiques, index nominum.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Vons, « BERRIOT-SALVADORE Évelyne (dir.), Ambroise Paré. Une vive mémoire », Histoire, médecine et santé, 4 | 2013, 134-136.

Référence électronique

Jacqueline Vons, « BERRIOT-SALVADORE Évelyne (dir.), Ambroise Paré. Une vive mémoire », Histoire, médecine et santé [En ligne], 4 | automne 2013, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/410

Haut de page

Auteur

Jacqueline Vons

Université François Rabelais de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals