Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Dossier thématique : Expertise ps...Genre et expertise psychiatrique,...

Dossier thématique : Expertise psychiatrique et genre

Genre et expertise psychiatrique, une source peu utilisée

Gender and Psychiatric Expertise
Sylvie Chaperon
p. 9-15

Texte intégral

  • 1 CHAUVAUD Frédéric, « Leçons sur la « souveraineté grotesque ». Michel Foucault et l’expertise psych (...)
  • 2 Ce dossier est issu d’une journée d’étude co-organisée par Sébastien Saetta (LISST) et Sylvie Chape (...)

1Pour la sociologie comme pour l’histoire, le moment inaugural posant l’expertise psychiatrique comme un objet d’étude se situe dans les années 1970. Une multitude de remises en question militantes portant sur la psychiatrie, la justice et d’une manière globale sur les experts incitait à une perspective critique, relayée par de nombreux chercheurs. Michel Foucault inaugurait son cours au Collège de France sur les Anormaux avec la lecture de plusieurs rapports d’expertise psychiatrique au pénal qu’il qualifiait de « grotesques1 ». Les travaux se sont ensuite multipliés, particulièrement en sociologie, au point qu’il serait trop long d’en faire le bilan. L’expertise mentale a longtemps été vue comme un exercice au service du contrôle social, à la jonction du pouvoir judiciaire et médical, marqué par des préjugés moraux et pseudo-scientifiques. Pourtant la manière dont le genre imprègne le processus de l’expertise, son contexte d’élaboration, son contenu, comme ses usages reste fort peu explorée et c’est tout l’intérêt de ce dossier constitué par trois analyses d’historiennes et deux de sociologues2.

  • 3 CHAUVAUD Frédéric et DUMOULIN Laurence, Experts et expertises judiciaires, France XIXe et XXe siècl (...)
  • 4 CHAUVAUD Frédéric, Les experts du crime. La médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier (...)
  • 5 RENNEVILLE Marc, Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2 (...)
  • 6 GUIGNARD Laurence, Juger la folie. La folie criminelle devant les Assises au XIXe siècle, Paris, PU (...)

2Il y a dix ans, Laurence Dumoulin et Frédéric Chauvaud notaient dans leur ouvrage commun : « Si les hommes concrets [les experts] sont assurément des « oubliés » de la recherche historique, les expertises constituent un véritable angle mort3 ». En effet, les recherches historiques ont d’abord restitué les contextes juridique, judiciaire et psychiatrique qui ont donné naissance à l’expertise mentale et expliqué son évolution. Il faut bien sûr citer au premier chef les travaux de Frédéric Chauvaud sur l’histoire de la médecine légale et les expertises judiciaires4. Marc Renneville a poursuivi cet effort de clarification surtout par l’analyse des diverses théories psychiatriques et criminologiques qui informent les expertises5. Enfin Laurence Guignard a complexifié ces résultats à travers une série d’articles et la publication de sa thèse6.

3On le sait l’article 64 du Code pénal de 1810 stipulait « il n’y a ni crime ni délit lorsque l’accusé était en état de démence au moment de l’action » sans pour autant prévoir de définition, ni de procédure d’évaluation de cet « état de démence ». Bien que la notion de circonstance atténuante soit présente dès les lois de 1824 et 1834 en matière de responsabilité mentale, c’est le tout ou rien qui a prévalu jusqu’au dernier quart du XIXe siècle. L’idée d’une gradation de la responsabilité en fonction de l’état mental s’est imposée lentement. La circulaire Chaumié de 1905 invitait les experts psychiatres à rechercher les « anomalies psychiques ou mentales » justifiant une « responsabilité atténuée ». La réforme du Code de procédure pénale de 1958, qui abroge la circulaire Chaumié, tend à substituer l’analyse de la dangerosité à celle de la responsabilité. Le nouveau Code pénal de 1992, dans son article 122-1 rend plus difficile le diagnostic de l’irresponsabilité puisqu’il faut désormais prouver que le discernement et le contrôle des actes aient été abolis.

  • 7 GOLSTEIN Jan, Consoler et classifier. L’essor de psychiatrie française, Paris, Synthélabo, 1997.
  • 8 KALUSZYNSKI Martine, La République à l’épreuve du crime. La construction du crime comme objet polit (...)

4C’est le plus souvent à travers le prisme de la concurrence et de la rivalité d’institutions et de corps professionnels qu’a été étudié le recours à l’expertise. Pour Jan Golstein, la place croissante occupée par la pratique expertale proviendrait de l’offensive des psychiatres soucieux d’affirmer leur compétence face à celle des magistrats7. Mais Laurence Guignard insiste sur le contrôle qu’exerce l’institution judiciaire sur les experts jusqu’aux années 1860 : par le choix des hommes (les experts qui ont déçu ne sont plus requis), par la précision et l’étroitesse de la mission qu’elle leur donne et enfin par la convocation de nouvelles expertises si les premières ne donnent pas satisfaction. Martine Kaluszynski montre que cette mainmise des juges se maintient sous la IIIe République, notamment du fait de l’éclatement de la criminologie entre l’administration pénitentiaire, les facultés de droit et celles de médecine8.

  • 9 GIULIANI Fabienne, Les relations incestueuses au XIXe siècle, Thèse de doctorat d’histoire sous la (...)

5Ces différentes recherches s’appuient surtout sur des sources imprimées : textes de loi et de décret, arrêts de jurisprudence, bulletins des sociétés savantes pénales ou de médecine légale, livres et articles de pénalistes ou de médecins légistes. Mais les dossiers judiciaires et des corpus d’expertises sont de plus en plus sollicités. Laurence Guignard a étudié pour le XIXe siècle les archives de trois cours d’Assises choisies pour leurs caractéristiques diversifiées : celles de Rennes, de Versailles et de Pau qui lui ont donné 260 dossiers où la folie est invoquée. Les textes qui constituent ce présent dossier reposent également sur des archives judiciaires. Fabienne Giuliani, dans sa thèse sur l’inceste, s’est appuyée sur 180 dossiers judiciaires9. Nicole Edelman revient sur les expertises et les pièces du dossier de l’affaire Castellan (1865), un procès de viol sous hypnose. Caroline Protais a consulté en parallèle 500 articles issus de revues psychiatriques ainsi que 270 expertises produites par différents experts dans des cours d’appel variées entre 1950 et 2007. L’étude de Sebastien Saetta repose sur l’observation de 22 procès et 52 dossiers criminels. Anne-Claude Ambroise-Rendu, quant à elle, reprend les précis de médecine légale et de psychiatrie ainsi que le traitement médiatique des affaires de crimes sur enfants depuis le XIXe siècle.

6Si l’expertise est produite à l’intersection de la justice et de la médecine mentale, elle côtoie les discours polyphoniques de l’enquête de l’instruction, des dépositions du prévenu et des témoignages. La presse enfin, surtout dans les affaires qui font scandale, transforme encore la perception de l’ensemble par l’opinion publique, comme le montre Anne-Claude Ambroise-Rendu à propos de la pédophilie. L’affaire Castellan, revisitée ici par Nicole Edelman, révèle toute la complexité que peut prendre cet entremêlement de discours, les propos des experts pouvant rebondir indéfiniment sur ce qui était peut-être à l’origine la version de la victime (viol sous hypnose) pour sauver son honneur bafoué par un séducteur.

  • 10 CHAPERON Sylvie, La médecine du sexe et les femmes. Anthologie des perversions féminines au XIXe si (...)

7Si les historiens de la psychiatrie ont pu voir se succéder ou se concurrencer des modèles explicatifs de la folie assez différents : monomanie, dégénérescence, constitution, psychose, etc. Les expertises se révèlent souvent composites. Ainsi Laurence Guignard note-t-elle pour le XIXe siècle qu’elles empruntent à plusieurs générations de l’aliénisme et à diverses théories : monomanie, phrénologie, physiognomonie, théories organicistes, etc. L’écart entre les théories exposées par les manuels psychiatriques ou de médecine légale et les pratiques expertales est régulièrement noté. Dans ce dossier, Anne-Claude Ambroise-Rendu remarque que les expertises mentales des auteurs de crime sexuel sur enfants sont rarissimes avant les années 1930, alors que la catégorie du pervers constitutionnel se forme bien plus tôt dans la nosographie. Elles usent aussi d’un vocabulaire très flou, confondant perversité et perversion. Le savoir des experts recoupe bien souvent, en langage savant, le savoir populaire. Incorporant beaucoup d’éléments plus banalement moraux, culturels, issu d’une culture anthropologique plus large et consensuelle, elle-même produite par l’hybridation de plusieurs modèles (religieux, moral, humaniste, etc.). Cette approche culturelle de l’expertise mérite d’être poursuivie. L’idée fixe, obsédante, possédante, invoquée fréquemment au XIXe siècle tant par le prévenu que l’aliéniste pourrait être vue comme une version laïcisée de l’action du démon et n’est pas sans rapport avec la monomanie des aliénistes. Cette forme de sécularisation de la matrice culturelle religieuse se manifeste également dans les observations médicales sur les déviants sexuels ; la nymphomanie n’est pas sans évoquer la possession et la masturbation prend les traits d’une force extérieure à laquelle les individus ne peuvent résister10. L’hérédité est aussi une croyance populaire avant de devenir une explication savante, elle est invoquée bien avant que la théorie de la dégénérescence ne soit formalisée. Relier l’expertise au savoir profane, étudier les circulations non seulement du « haut vers le bas », mais aussi du « bas vers le haut », paraît pertinent.

8Le travail concret de l’expertise, la manière dont celle-ci est menée et rédigée, les catégories sémantiques que les médecins emploient, l’éventuelle standardisation des expertises, tous ces points sont étudiés. Si à la fin du XIXe siècle, sous l’influence de la théorie de la dégénérescence, les rapports commençaient par les antécédents familiaux, aujourd’hui, ils abordent d’abord l’enfance pour y déceler d’éventuelles carences affectives graves. Le sort que les expertises connaissent en audience n’est en revanche pas très présent. Le rituel judiciaire est peu décrit. Le rapport est-il lu ? Partiellement ou complètement ? L’expert est-il seulement interrogé ? Fait-il œuvre de théâtralité, de mise en scène, de pédagogie ? Les sources du XIXe siècle permettent rarement d’aller si loin dans le détail, sauf dans des chroniques judiciaires journalistiques parfois très anecdotiques. Les observations contemporaines ne s’y attardent pas.

9Le dimorphisme de genre dans la machine judiciaire est bien connu. Au début du XIXe siècle, les femmes représentent un peu moins de 20 % des accusés des Assises et le nombre des accusées est divisé par deux au cours du siècle, du fait de la concentration croissante des cours d’Assises sur la criminalité contre les personnes et en particulier sur les crimes sexuels. Les femmes sont plus souvent acquittées, ou bénéficient de circonstances atténuantes, elles sont minoritaires dans les prisons, rarement exécutées, moins convoquées comme témoin lors des enquêtes d’instruction ou à l’audience.

  • 11 BARD Christine, CHAUVAUD Frédéric, PERROT Michelle et Jacques-Guy PETIT (dir.), Femmes et justice p (...)

10En revanche le nombre de cas suspectés de folie augmente de sorte que l’attention croissante portée à la santé mentale des accusés se concentre largement sur les femmes. Les expertises mentales sur des cas féminins insistent beaucoup plus sur le corps sexué que celles faites sur des hommes : l’hystérie, le lien souvent souligné par le médecin entre la folie et les grandes étapes physiologiques de la vie utérine, suspension des règles, âge critique, grossesse ; tous ces traits attestent la médicalisation spécifique du corps féminin dominé par le cycle de reproduction. Dans deux des expertises analysées par Sébastien Saetta, la pré-ménopause de la victime est invoquée pour expliquer son irritabilité. « Hommes criminels, passibles de la prison ; femmes folles, dérangées ou simplement gênantes (voyez Adèle Hugo ou Camille Claudel) : voilà deux modes parallèles, symétriquement sexués, de la gestion des déviances », résumait Michelle Perrot dans l’introduction du premier colloque tenu sur l’histoire de la criminalité féminine11. Fabienne Giuliani fait un constat similaire à propos du traitement judiciaire et psychiatrique de l’inceste au XIXe siècle. Ce dernier est perçu comme une rupture amorale du contrat civil de la paternité quand il est commis par les hommes, mais comme une perversion, une dénaturation de la maternité, lorsqu’il implique des femmes. L’expertise est donc plus souvent sollicitée par le juge, mais elle ne statue pas, pour autant à l’irresponsabilité.

  • 12 Voir notamment PEERBAYE Ashveen, « Les fous et les coupables. L’expertise psychiatrique des délinqu (...)

11Alors même que l’expertise mentale de la délinquance sexuelle a retenu l’attention des sociologues, et des historiens dans une moindre mesure, la question du genre y est fort peu présente, tant dans les sources que dans leur analyse par les sciences sociales12. Anne-Claude Ambroise-Rendu, qui embrasse deux siècles de discours psychiatrique et médiatique sur le crime sexuel sur enfant, montre au-delà des variations historiques des représentations, depuis le vieillard sénile jusqu’au pédophile, la permanence de l’absence d’une analyse culturelle et genrée qui permettrait pourtant d’inscrire ce crime dans le cadre des violences faites aux femmes, le « rapport de sexe ayant été subverti et comme noyé par la question de l’âge ». Sébastien Saetta remarque également que les experts d’aujourd’hui négligent totalement le genre dans l’analyse des auteurs d’homicide conjugal (très majoritairement des hommes tuant leur compagne), crime qu’il propose de nommer, après d’autres chercheurs, fémicide, pour en souligner l’asymétrie.

12Fortement individualisée, normée par des cadres théoriques psychiatriques ou psychologiques, l’expertise isole le prévenu de son contexte plus large et évacue les déterminismes sociaux pourtant à l’œuvre dans son comportement tout comme dans celui de son expert. Par la même, l’expertise tend à naturaliser ou psychiatriser ce qui ressort du genre et donc à masquer sa dimension sociale. En observant trois expertises portant sur des auteurs de fémicide, Sébastien Saetta montre le double effet de genre qu’elles incorporent, l’expert déresponsabilise le mari violent, tandis qu’il insiste sur le fait que la victime l’avait poussé à bout. Inversement, Caroline Protais observe que les psychiatres dans la deuxième moitié du XXe siècle refusent de plus en plus l’irresponsabilité pour des raisons éthiques et thérapeutiques, les premiers cas de psychotiques déclarés responsables sont des individus ayant tué leur compagne dans un contexte passionnel (donc des fémicides). Elle y voit l’effet de la proximité entre certaines féministes et l’« école lyonnaise », désaliéniste radicale.

  • 13 MURAT Laure, La maison du docteur Blanche. Histoire d’un asile et de ses pensionnaires, de Nerval à (...)
  • 14 REVENIN Régis, Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris, 1945-1 (...)

13Les travaux ont privilégié l’expertise produite au pénal. Les expertises au civil ne sont guère étudiées, ni les expertises produites à l’occasion des internements en asile qui sont obligatoires pour les internements volontaires comme pour ceux d’office. Les biographies consacrées à des experts les mentionnent, mais sans comporter un chapitre spécifiquement dévolu à leurs expertises. Signalons celles des docteurs Blanche, Lacassagne ou de Gaétan Gatian de Clérambault13. Les expertises produites dans le cadre de l’éducation surveillée mise en place après la Seconde Guerre commencent à être connues grâce aux thèses de Régis Revenin et de Véronique Blanchard14.

  • 15 CHAPERON Sylvie, La médecine du sexe et les femmes…, op. cit.
  • 16 RIPA Yannick, La ronde des folles. Femmes, folie et enfermement au XIXe siècle (1838-1870), Paris, (...)
  • 17 BLANCHARD Véronique et REVENIN Régis, « Justice des mineurs, travail social et sexualité juvénile d (...)

14L’asile d’aliénés, la maison de repos, le couvent offrent des solutions infra judiciaires pour sanctionner ou isoler la déviance, la délinquance et la criminalité des femmes. Quiconque se penche sur les observations des aliénistes sur leurs internés peut constater la faiblesse des motifs d’internement, particulièrement des jeunes mineures ; Ulysse Trélat par exemple se révèle être un relais efficace de la correction paternelle quand il décrit divers cas de nymphomanie15. Minoritaires dans les prisons, les femmes sont majoritaires dans les asiles et les expertises qui les y enferment paraissent discutables, elles sont d’ailleurs parfois contestées comme l’a remarquablement bien montré Yannick Ripa16. Dans un article commun à propos de l’éducation surveillée dans le Paris des années 1950, Véronique Blanchard et Régis Revenin scrutent les dossiers nominatifs des adolescents placés par les tribunaux pour enfants en centre d’observation pour 3 mois. La double morale sexuelle est bien présente au sein des propos de tous ces observateurs, et le psychiatre ne se montre pas moins moral que les autres. La mise en observation des adolescentes est justifiée pour des motifs bien moins graves que ceux des garçons, révélant le fort contrôle social qui s’exerce sur elles et surtout sur leur sexualité17.

  • 18 VIGARELLO Georges, Histoire du viol, XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998.

15Le genre de l’expert ainsi que celui de sa science peuvent être interrogés plus avant. Que se passe-t-il quand le corps professionnel des experts se féminise ? Y a-t-il alors émergence de nouvelles considérations théoriques ou pratiques ? On sait que la redéfinition du viol et la critique des pratiques judiciaires et expertales à son propos ont été produites par le mouvement de libération des femmes ainsi que par nombre de femmes avocates, magistrates ou médecins sensibles à ses revendications18. Quelle est la pratique expertale des sages-femmes requises pour examiner les corps (dans les affaires de mœurs ou d’avortement notamment) mais également les âmes (pour les folies puerpérales par exemple) ?

Telles sont donc quelques-unes des questions de genre que ce dossier invite à poursuivre.

Haut de page

Notes

1 CHAUVAUD Frédéric, « Leçons sur la « souveraineté grotesque ». Michel Foucault et l’expertise psychiatrique », dans CHEVALIER Philippe et GREACEN Tim, Folie et justice relire Foucault, Toulouse, Eres, 2009, p. 49-66.

2 Ce dossier est issu d’une journée d’étude co-organisée par Sébastien Saetta (LISST) et Sylvie Chaperon (FRAMESPA) le 19 janvier 2011 à l’Université de Toulouse II-Le Mirail.

3 CHAUVAUD Frédéric et DUMOULIN Laurence, Experts et expertises judiciaires, France XIXe et XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 15.

4 CHAUVAUD Frédéric, Les experts du crime. La médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier, 2000.

5 RENNEVILLE Marc, Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003.

6 GUIGNARD Laurence, Juger la folie. La folie criminelle devant les Assises au XIXe siècle, Paris, PUF, 2010.

7 GOLSTEIN Jan, Consoler et classifier. L’essor de psychiatrie française, Paris, Synthélabo, 1997.

8 KALUSZYNSKI Martine, La République à l’épreuve du crime. La construction du crime comme objet politique, 1880-1920, Paris, LG. DJ., 2002.

9 GIULIANI Fabienne, Les relations incestueuses au XIXe siècle, Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Dominique Kalifa, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2010.

10 CHAPERON Sylvie, La médecine du sexe et les femmes. Anthologie des perversions féminines au XIXe siècle, Paris, La Musardine, 2008 et Les origines de la sexologie 1850-1900, Paris, Payot, 2012.

11 BARD Christine, CHAUVAUD Frédéric, PERROT Michelle et Jacques-Guy PETIT (dir.), Femmes et justice pénale, XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 14.

12 Voir notamment PEERBAYE Ashveen, « Les fous et les coupables. L’expertise psychiatrique des délinquants sexuels », Terrains & travaux, 1/2001, n° 2, p. 24-45, qui analyse un ensemble d’expertises des années 1940, ou plus récemment KOUBI Geneviève et POGNANT Patrick (dir.), Expertise psychiatrique et sexualité (1850-1930), Droits et cultures, vol. 60-2, 2010.

13 MURAT Laure, La maison du docteur Blanche. Histoire d’un asile et de ses pensionnaires, de Nerval à Maupassant, Paris, Hachette, 2002 ; SALLE Muriel, L’avers d’une Belle Époque. Genre et altérité dans les pratiques et les discours d’Alexandre Lacassagne (1843-1924), médecin lyonnais, Thèse de doctorat d’histoire, Université Lumière-Lyon 2, 2009 ; RUBENS Alain, Le maître des insensés. Gaëtan Gatian de Clérambault (1872-1934), Paris, Synthelabo, 1998.

14 REVENIN Régis, Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris, 1945-1975), Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Pascal Ory (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), 2012 ; BLANCHARD Véronique, doctorante en histoire contemporaine à l’Université Paris-Diderot mène des recherches sur la déviance juvénile féminine dans le Paris des années 1950 sous la direction de Gabrielle Houbre.

15 CHAPERON Sylvie, La médecine du sexe et les femmes…, op. cit.

16 RIPA Yannick, La ronde des folles. Femmes, folie et enfermement au XIXe siècle (1838-1870), Paris, Aubier, 1986 et L’Affaire Rouy, une femme contre l’asile au XIXe siècle, Paris, Tallandier, 2010.

17 BLANCHARD Véronique et REVENIN Régis, « Justice des mineurs, travail social et sexualité juvénile dans le Paris des années 1950 : une prise en charge genrée », Les cahiers de Framespa : nouveaux champs de l’histoire sociale, n° 7, 2011, http://framespa.revues.org/697.

18 VIGARELLO Georges, Histoire du viol, XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Chaperon, « Genre et expertise psychiatrique, une source peu utilisée »Histoire, médecine et santé, 3 | 2013, 9-15.

Référence électronique

Sylvie Chaperon, « Genre et expertise psychiatrique, une source peu utilisée »Histoire, médecine et santé [En ligne], 3 | printemps 2013, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/452 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.452

Haut de page

Auteur

Sylvie Chaperon

Sylvie Chaperon est professeure d’histoire contemporaine à l’Université Toulouse II-Le Mirail (FRAMESPA).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search