Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Expertise psychiatrique et genre

L’expertise psychiatrique des incestueux au XIXe siècle : un exercice insignifiant ?

Is the Psychiatric Expertise of the Incestuous in the Nineteenth Century an Insignificant Experience?
Fabienne Giuliani
p. 17-26

Résumés

Les théories aliénistes issues des écrits de Pinel puis d’Esquirol créent dans la première moitié du siècle la catégorie de l’érotomanie permettant d’appréhender nouvellement certains criminels sexuels comme des déviants. Affinant ces théories initiales, la science psychiatrique qui prend son essor dans les trente dernières années du siècle, réévalue ces déviances pour les détailler et les analyser désormais en termes de perversions. Parallèlement à ce mouvement de réflexion, l’inceste commis par les hommes est l’objet d’une multiplication d’écrits juridiques, sociaux et littéraires mettant tous en exergue la dangerosité du phénomène et de ses auteurs à l’égard de la société. Pour autant, l’inceste masculin n’est jamais théorisé comme une perversion sexuelle à l’inverse de l’inceste féminin dont les auteures sont systématiquement expertisées comme des déviantes ou des perverses. Dès lors, quels facteurs explicatifs peuvent être avancés pour comprendre à la fois l’absence de l’inceste masculin dans le champ de l’expertise psychiatrique de la fin du siècle et la présence de l’inceste féminin, alors même que ce dernier est un phénomène peu présent dans les discours sociaux de l’époque ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Il n’y a ni crime ni délit, lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l’action, ou (...)
  • 2 Voir : CHAPERON Sylvie, Les origines de la sexologie, 1850-1900, Paris, Louis Audibert, 2007.

1Les théories aliénistes, issues des écrits de Pinel puis d’Esquirol, créent dans la première moitié du siècle la catégorie de l’érotomanie permettant d’appréhender nouvellement certains criminels sexuels. Ces derniers, désormais considérés comme des déviants, peuvent être déclarés irresponsables de leurs actes depuis l’adoption, en 1810, de l’article 64 du Code pénal1. Affinant ces théories initiales, la science psychiatrique, qui prend son essor dans les trente dernières années du siècle, réévalue ces déviances pour les détailler et les analyser désormais en termes de perversions2. Parallèlement à ce mouvement de réflexion couvrant les dernières décennies du siècle, l’inceste commis par les hommes est l’objet d’une multiplication d’écrits juridiques, sociaux, littéraires et médicaux, mettant tous en exergue la dangerosité du phénomène et de ses auteurs à l’égard de la société. Pour autant, l’inceste n’est jamais théorisé comme une catégorie spécifique de perversion. Au contraire, la société française pense alors l’inceste comme une rupture du contrat civil : les pères, en abusant de manière consciente de l’autorité qui leur est déléguée par l’État pour éduquer leurs enfants, corrompent ces derniers et mettent en danger la société dans son entier. L’inceste n’est pas une perversion, il est une corruption qui brise un lien de confiance. La rareté du recours aux aliénistes dans les procès pour inceste impliquant des hommes tend à entériner cette vision sociale du phénomène.

2Mais lorsqu’il est commis à l’initiative des femmes, l’inceste change radicalement de visage. Les mères et les tantes incestueuses, à l’opposé de leurs alter ego masculins, sont systématiquement expertisées pour déceler les traces de leurs perversions initiales. Au regard des médecins mais également de la justice, l’inceste apparaît donc comme un phénomène où le genre est un élément discriminant. Est-ce à dire que la femme incestueuse, à l’inverse de l’homme, est davantage irresponsable et perverse lorsqu’elle s’engage dans l’acte incestueux ? Quels facteurs explicatifs peuvent être avancés pour comprendre à la fois l’absence de l’inceste masculin dans le champ de l’expertise psychiatrique et la présence de l’inceste féminin, alors même qu’il est un acte peu représentatif des discours sociaux portés sur le phénomène ? L’émergence d’un discours médical associant femmes, folies et inceste dans la seconde moitié du siècle permet de comprendre cette approche genrée qui se traduit, plus concrètement, dans l’analyse des expertises aliénistes produites dans le cadre des instructions judiciaires.

L’inceste : une folie ?

  • 3 MAHON Pierre-Augustin-Olivier, Médecine légale, Rouen, J.B.M. Robert, 1801, tome I, p. 137.
  • 4 Voir : ORFILA Mateu-Joseph-Bonaventura, Leçons de médecine légale, Paris, Béchet jeune, 1823, 3 tom (...)

3L’inceste fait une entrée tardive dans le champ de l’expertise médicale généraliste. Les premiers ouvrages traitant du phénomène sont publiés dans la seconde moitié du XIXe siècle au détour d’une analyse plus globale sur les attentats à la pudeur. L’évolution est cependant notable par rapport au début du siècle, où aucun ouvrage scientifique ne fait référence aux violences sexuelles commises au sein du foyer. Ainsi, en 1801, Paul-Augustin-Olivier Mahon n’aborde-t-il le viol que pour mettre en garde les médecins de « rarement ajouter foi à l’existence du viol3 ». En 1815, s’il consacre un chapitre entier à l’étude du viol et de l’attentat à la pudeur, François-Emmanuel Fodéré ne traite aucunement de la question de l’inceste dans son volumineux Traité de médecine légale et d’hygiène publique. Mathieu Orfila en 1823 et Alfred Devergie en 1836 demeurent également muets à ce sujet dans leur traité respectif de médecine légale4. Ces quatre ouvrages, qui ont jalonné le champ de l’expertise médicale au cours de la première moitié du XIXe siècle, ont cependant en commun de penser le viol comme un rapport forcé par l’homme sur un enfant ou une femme.

  • 5 VIGARELLO Georges, Histoire du viol (XVIe-XXe siècles), Paris, Seuil, 1998, p. 173.
  • 6 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière et fils, (...)

4Ambroise Tardieu, en 1857, est le premier médecin à rendre visible l’inceste. « Il le fait dans un livre pionnier, nourri des enquêtes sociales du milieu du siècle, multipliant les chiffres et les cas, inaugurant une série de textes de médecins légistes sur les attentats aux mœurs5 ». Inquiet de la prolifération des crimes sexuels sur les enfants en milieu urbain, le médecin scrute les inculpés et établit des statistiques. Il remarque alors que « les liens du sang, loin d’opposer une barrière à ces coupables entraînements, ne servent trop souvent qu’à les favoriser. Des pères abusent de leurs filles, des frères de leurs sœurs6 ». Ambroise Tardieu, en accord avec les enquêtes sociales, remet en question le rôle de la famille comme sanctuaire des mœurs. Loin d’être protecteur, le foyer est surtout corrupteur.

  • 7 Ibidem, p. 55.
  • 8 PENARD Louis, De l’intervention du médecin légiste dans les questions d’attentats aux mœurs, Paris, (...)

5La particularité de l’ouvrage de Tardieu réside dans cette première visibilité qu’il confère à la criminalité incestueuse mais également dans l’écriture d’un chapitre inédit consacré aux attentats commis par des femmes sur de petits garçons. Si des médecins comme Mahon, Belloc ou Devergie avaient déjà rapporté de tels faits, ces derniers tenaient plus de l’anecdote que de l’analyse scientifique proprement dite. Ambroise Tardieu, au contraire, rassemble six études de cas et compose un paragraphe où il cherche les particularités scientifiques de ces affaires car « ces faits, quelque exceptionnels qu’ils puissent paraître, ne doivent pas moins trouver place dans cette étude7 ». Ambroise Tardieu est, en ce sens, le premier à placer la femme dans le champ très masculin des prédateurs sexuels. Il dénonce d’ailleurs une figure féminine trop marginale et réclame que ses confrères traitent ces dernières comme des hommes. La prédatrice sexuelle fait, au détour de cette étude, son apparition dans le champ médical, où Ambroise Tardieu érige un modèle d’étude pour les attentats aux mœurs. Ses catégories d’analyse et ses chapitres sont ainsi repris par ses confrères dans leurs ouvrages. Secrétaire du Conseil central d’hygiène et de salubrité de Seine-et-Oise, expert régulièrement appelé près la cour d’assises du même département, Louis Pénard consacre une étude aux attentats aux mœurs en 1860. À l’instar de Tardieu, il analyse des cas féminins. Le ton est cependant plus allusif. Selon le médecin, la femme n’est pas l’égale de l’homme dans le crime sexuel. Le genre les distingue. Concernant les victimes de ces femmes, « il s’agit évidemment d’hommes atteints d’une faiblesse d’esprit qui leur ôte leur libre arbitre, et ces faits se rangeront à côté des faits semblables, où, pour satisfaire des désirs vénériens, des femmes ont abusé de l’âge, de l’innocence ou de l’imbécillité d’enfants ou de jeunes gens8 ». L’ordinaire du crime demeure masculin mais l’extraordinaire peut désormais être féminin.

  • 9 Le terme d’inceste féminin sert à désigner des relations incestueuses où les agresseurs sont des fe (...)
  • 10 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, op. cit., p. 55.
  • 11 MICHELET Jules, La femme, Paris, Hachette et Cie, 1860, p. 49.
  • 12 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, op. cit., p. 58.

6L’inceste féminin9, dans sa particularité, fait son apparition en 1862 dans le champ scientifique français. Il incombe de nouveau à Ambroise Tardieu de l’avoir dévoilé. En effet, dans la quatrième édition de son Étude médico-légale, le médecin enrichit ses études de cas portant sur la criminalité féminine par des cas d’inceste. Il rajoute ainsi une ligne au paragraphe dédié à l’étude des attentats commis par les femmes sur les garçons, en précisant que « dans l’un des cas de Casper c’était une mère dénaturée qui avait abusé de son fils, âgé de neuf ans10 ». Ce terme de « dénaturée », qualifiant directement la mère, est intéressant car les gestes des pères incestueux ne sont pas nommés ainsi par les médecins légistes aux alentours des années 1860. Seuls les quelques canards y faisant référence dénotent une qualification similaire des pères et des mères. Ce choix montre que la fonction maternelle est tout autant associée à la notion d’abomination que la fonction paternelle lorsqu’il s’agit d’inceste. La dénomination fait état des résistances de la société à appréhender la mère autrement que par sa fonction reproductive. Si la paternité est une magistrature, un travail constamment renouvelé, la maternité est innée, offerte par la nature à toutes les femmes. La femme naît pour être mère, confirme Jules Michelet en 1860 : « dès le berceau, la femme est mère, folle de maternité. Pour elle, toute chose de la nature, vivante et même non vivante, se transforme en petits enfants11 ». La mère est le degré supérieur de l’amour. Dévouée et désintéressée, elle consacre son existence à la protection de ses enfants. Dès lors, penser l’inceste féminin devient difficile. Plus que les pères, les femmes sont stigmatisées lorsqu’elles commettent l’inceste. Elles sont des criminelles de l’impossible. Ambroise Tardieu, poursuivant son étude, explique par ailleurs avoir éprouvé le besoin d’augmenter cette nouvelle parution d’un paragraphe consacré à l’étude des attentats commis par les femmes sur des filles. L’inceste maternel y est de nouveau dénoncé et les superlatifs employés. Cet inceste maternel incarne un cas « beaucoup plus grave et constitue un exemple de la plus épouvantable perversion des sens et du plus incroyable attentat commis par une mère sur sa fille12 ». Le médecin exprime la conscience d’une société qui peine à concevoir la possibilité d’un inceste féminin. Ambroise Tardieu, cependant, ne recule pas, et décrit le cas dans ses moindres détails :

  • 13 Ibidem.

Une femme, jeune encore, avait, sous l’influence d’un dérèglement de l’imagination, impossible à comprendre, défloré sa petite fille, âgée actuellement de douze ans, en lui introduisant les doigts très profondément et à plusieurs reprises chaque jour, pendant plusieurs années, dans les parties sexuelles et dans l’anus. Cette femme prétendait qu’elle n’avait en vue, dans ces monstrueuses pratiques, que l’intérêt de la santé de son enfant et les soins d’une propreté singulièrement raffinée. Mais la passion coupable se trahissait dans la nature même des attouchements et des circonstances du fait. L’enfant racontait, avec un accent de vérité saisissant, qu’il n’était pas rare que sa mère la réveillât, au milieu de la nuit et se livrât sur elle à ces actes effrénés qui se prolongeaient pendant une heure entière ; et durant cette scène devant laquelle l’esprit recule, la mère était haletante ; son teint, son regard s’animaient, son sein s’agitait ; elle s’arrêtait baignée de sueur13.

  • 14 Ibidem, p. 57.
  • 15 TOULMOUCHE Adolphe, « Des attentats à la pudeur, des tentatives de viol sur des enfants ou des fill (...)
  • 16 Voir : GIULIANI Fabienne, « Les monstres passionnels. Les femmes et l’inceste dans la France du XIX(...)
  • 17 Voir : BOURDIEU Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

7L’incorporation de ce cas signale la volonté de son auteur. Même dérangeantes, ces histoires demeurent des actes de violences qui appellent la répression pénale. En réclamant la pénalisation de ces affaires, Ambroise Tardieu entend briser un silence et organiser une pratique. Ces affaires « justifient des plaintes, appellent la répression pénale et motivent l’intervention du médecin légiste, qui seul pourra constater la réalité et la nature des faits14 ». L’étude de Tardieu rend donc possible la conception de l’inceste comme acte du féminin mais au travers de la notion de folie. La voie demeure cependant peu empruntée par ses successeurs. Les femmes incestueuses ne sont pas citées dans l’article de Toulmouche qui paraît deux ans plus tard en 186415. L’inceste, déjà particulièrement allusif au masculin au sein des corpus d’études médico-légales, demeure muet au féminin16. La mère criminelle porte un visage unique : elle est une mère infanticide, tout juste mère, à peine femme. De plus, l’acceptation de l’inceste féminin est rendue difficile par les perceptions essentiellement masculines de la sexualité. La domination masculine tend à dépouiller les femmes de leur initiative et de leur liberté sexuelle17. La femme, tentatrice certes, n’est pas dominatrice dans la sexualité. Comment dès lors pourrait-elle engager une relation sexuelle contrainte avec un autre homme, ou pire, avec son enfant ?

8Les hommes présentent, à l’inverse, un profil tout à fait différent dans ces études. Dans le champ de la criminalité sexuelle, la distinction des genres de l’agresseur est essentielle. Contrairement aux femmes qui commettent l’inceste, les hommes sont considérés comme étant en pleine possession de leurs moyens au moment de commettre leur crime. Leur geste traduit de leur part une immoralité mais pas une folie. L’incestueux est davantage considéré comme un père qui sort des sentiers battus tandis que la femme annihile sa condition même de femme en commettant l’inceste.

Expertise(s)

  • 18 Archives départementales des Yvelines, 2U/618, Affaire Bohers, acte d’accusation contre Gabriel Boh (...)
  • 19 Ibidem, Rapport d’expertise des docteurs Laségue et Motet, 15 décembre 1877.

9En accord avec ces théories médicales de la fin du XIXe siècle selon lesquelles l’homme incestueux est responsable de son acte, la justice ne fait donc que très rarement appel à l’expertise aliéniste prévue par l’article 64 du Code pénal de 1810 qui précise qu’un individu ne peut être jugé pour un crime commis en étant aliéné. Certains pères, cependant, tentent d’adopter la folie comme stratégie de défense, les juges d’instruction ne requièrent généralement pas d’expertise, jugeant par eux-mêmes, au détour de leur interrogatoire, que la folie est simulée. Seuls quelques rares cas, par leur violence, orientent les magistrats vers l’expertise aliéniste. Ainsi, dans l’ensemble de notre corpus constitué de 188 dossiers, seul un cas d’homme inculpé est-il soumis à une expertise : Gabriel Bohers, un cuisinier anglais, vient réclamer la garde de sa fille française à sa femme dont il vit séparé depuis quelques années. En 1875, il parvient à la convaincre et ramène sa fille avec lui à Londres. Pendant deux ans, la jeune Julia est séquestrée dans une cave, battue et violée régulièrement. La mère, soupçonnant que Julia est en danger, part la chercher à Londres, reçoit les confidences de sa fille sur le chemin du retour et avertit la justice française des faits rapportés. « Les témoignages entendus et les rapports des hommes de l’art indiquent une telle indifférence une telle oblitération du sens moral18 » chez l’inculpé que la justice réclame une expertise de Gabriel Bohers. Une première analyse est menée par les docteurs Laségue et Motet le 15 décembre 1877, qui conclut que l’inculpé « est responsable de ses actes19 ». Cependant, le docteur Bibard, en charge de l’expertise médico-légale de Julia et de son père du point de vue des attentats aux mœurs, conseille au magistrat instructeur de le faire interner dans un asile d’aliénés pour une période d’observation de trois mois. Une seconde expertise est alors menée par trois médecins légistes renommés : Paul Brouardel, Louis Pénard et Henri Legrand du Saulle qui concluent tous trois que :

  1. Bohers présente réellement un peu de débilité intellectuelle.

  2. Il paraît préoccupé par quelques idées vagues de persécution mais il n’est point aliéné.

  3. Il doit pouvoir répondre de ses actes.

    • 20 Ibidem, Rapport d’expertise des docteurs Legrand du Saulle, Brouardel et Pénard, 10 mars 1878.

    Toutefois la médiocrité de son entendement pourrait rendre sa responsabilité pénale un peu moins lourde20.

10Déclaré responsable de ses actes, Gabriel Bohers est jugé en avril 1878 pour attentats à la pudeur sans violence sur sa fille légitime puis condamné au bagne.

  • 21 « Jusqu’à la fin de la période, l’ivresse n’est pas conçue comme une alternative à la folie, mais p (...)

11La rareté des expertises aliénistes sur les hommes dans les affaires d’inceste s’explique aussi par la préférence accordée par les juges d’instruction aux explications des gestes incestueux par l’alcool. Contrairement à ce que Laurence Guignard constate au premier XIXe siècle, l’alcoolisme est considéré, dans les cas d’inceste, comme une alternative satisfaisante à la folie21. Le docteur Masbrenier abonde dans ce sens dans les Annales d’hygiène publique et de médecine légale. Il étudie le cas d’un père, débitant d’eau de vie et de liqueurs, arrêté en janvier 1891 pour attentats à la pudeur sur ses filles. Le docteur conclut à la responsabilité complète de ce père, malgré des symptômes aliénistes dus à ses habitudes d’intempérance :

Non seulement il ne manifeste aucun remords ; mais ses actes si répugnants d’immoralité, commis par un père sur ses propres enfants, lui ont toujours semblé et lui semblent encore naturels. Si l’alcoolisme n’avait joué un rôle prédominant, la perversion et l’affaiblissement du sens moral feraient classer T... parmi les dégénérés psychiques chez lesquels on trouve plus souvent les obsessions et les impulsions, l’insanité du jugement et de la conduite, sans aucune apparence de délire.

  • 22 Ibidem, p. 292. On peut aussi se reporter à cet autre article rédigé par l’historienne et spécifiqu (...)
  • 23 Voir GUIGNARD Laurence, « L’expertise médico-légale de la folie aux assises, 1821-1865 », Le Mouve (...)

12Les magistrats, en accord avec les médecins, se montrent réticents à ordonner des expertises concernant l’état mental des inculpés masculins. Leur avis s’avère cependant différent lorsqu’ils sont confrontés à des femmes soupçonnées d’actes incestueux. L’expertise de la folie incestueuse obéit donc clairement à des logiques de genre. Actes de l’impossible, les incestes commis par les mères dérangent des magistrats qui se tournent alors vers la déraison pour les comprendre. Cette surreprésentation des femmes dans les expertises aliénistes a déjà été montrée par Laurence Guignard qui constate que les femmes, pourtant moins présentes en justice, sont proportionnellement plus nombreuses à être soupçonnées de folie dans les procédures d’enquête22. Dans le traitement des affaires judiciaires impliquant des femmes au XIXe siècle, la folie constitue un recours qui permet de résoudre à la fois le problème de leur criminalité et celui de leur rôle de mère ou de femme que la société leur attribue. L’expertise aliéniste, qui ne cesse d’affiner sa pratique et ses catégories dans la première moitié du XIXe siècle, ne fait pas pour autant preuve d’une indulgence spécifique à leur égard23.

  • 24 Archives départementales des Yvelines, 2U/624, Affaire Le Tallec, acte d’accusation contre Marie Le (...)

13Les cas d’inceste sont assez emblématiques de ce traitement ambivalent des femmes criminelles dans les procédures d’instruction. Si les magistrats réclament l’expertise des mères incestueuses, dont l’exceptionnalité même leur fait soupçonner la folie, aucun rapport contenu dans les dossiers étudiés n’aboutit à une déclaration formelle d’irresponsabilité. L’affaire Marie Le Tallec, dans laquelle une mère oblige son fils âgé de 12 ans à avoir des relations sexuelles fréquentes avec elle, montre cette approche judiciaire de l’inceste féminin. « En présence d’une pareille dépravation le juge d’instruction s’est demandé si l’inculpée pouvait être saine d’esprit24 ». Le rapport d’expertise médical ne relève aucun symptôme de folie chez la veuve :

  • 25 Ibidem, interrogatoire de la veuve Le Tallec par le juge d’instruction, 5 janvier 1879.

La femme Le Tallec ne parle pas très bien français son langage est un mélange de français et de patois breton. Cependant nous arrivons à la bien comprendre grâce à l’aide du garçon chef de la prison qui entend et parle le breton. La femme Le Tallec ne sait ni lire ni écrire mais toutes ses réponses à nos questions sont très nettes et très [Illisible] et dénotent une intelligence suffisante. Elle ne parait en proie à aucune idée délirante elle est, dans la prison, tranquille et docile. Peut-être quand elle est livrée à elle-même ses habitudes d’intempérance ont-elles une influence fâcheuse sur sa raison et son intelligence mais, depuis deux mois qu’elle est à l’hôpital de Corbeil ou en prison, grâce peut-être à une sobriété forcée, elle ne donne pas signe d’aliénation mentale ou même d’affaiblissement manifeste de l’intelligence.
En conséquence nous répondrons à monsieur le juge d’instruction : la femme Le Tallec doit être considérée comme responsable de ses actes25.

  • 26 MARC Charles-Chrétien-Henri, De la folie considérée dans ses rapports avec les questions médico-jud (...)

14Dans son ouvrage sur la folie et ses rapports avec les questions médico-judiciaires, le docteur Marc conteste une affaire allemande où une femme accusée d’inceste avec son père est déclarée irresponsable de son acte en raison de son imbécillité. Le droit germanique, qui reconnaît la qualification de crime d’inceste, contrairement au droit français, suppose que c’est le couple incestueux dans son entier qui est amené à être jugé pour ces faits. Le médecin français critique le rapport de son homologue germanique, qui est « tombé dans le piège de l’illusion26 ». Selon lui, il ne suffit pas qu’une femme commette l’inceste de son plein gré pour qu’elle soit obligatoirement atteinte de folie. De son analyse de l’affaire, il ressort au contraire que la jeune femme est froide et manipulatrice et qu’elle a, par conséquent, parfaitement conscience de ses actes.

  • 27 On peut également noter le cas étudié par Caroline Campodarve-Puente dans son étude sur les « mauva (...)

15Le regard porté sur la femme incestueuse par l’enquête judiciaire est empreint d’ambivalence27. Si les magistrats réclament d’abord l’expertise de l’aliéniste devant des faits qu’ils jugent au-delà de la norme, ils acceptent ensuite facilement le constat de la bonne santé mentale des inculpées. La figure de la femme incestueuse décrite par la littérature médicale, celle de l’hystérique incapable de contrôler ses fureurs, demeure rare dans la vision clinique traduite par les pratiques de l’expertise aliéniste. Une dernière affaire résume bien l’appréhension de l’inceste féminin par la justice. Catherine Beauté est condamnée à mort en juin 1840 pour avoir commis, de complicité avec son fils, le meurtre de son mari. Après le verdict, le fils et la mère décident de faire des aveux à la justice pour expliquer leur geste :

  • 28 Archives nationales de France, BB/24/2010/1, dossier S, n° 6577, Affaire Dauzats et Beauté, procès- (...)

Nous l’avons interrogée sur la cause qui avait pu la porter à une action si coupable ; nous lui avons demandé s’il était bien vrai que ce fut uniquement le désir d’exempter son fils de la loi de recrutement, en le présentant comme fils de veuve. Elle nous a répondu que oui ; que c’était là la cause ; mais son air embarrassé, le trouble que nous avons remarqué en elle, nous ont confirmé dans une pensée qui déjà nous était venue sur l’existence d’une habitude incestueuse entre la femme Dauzats et son fils. Nous lui avons adressé des questions positives sur ce point ; après un moment de silence elle a répondu affirmativement ; elle nous a révélé que, deux mois à peu près avant le quinze septembre elle s’était livrée à son fils que cet autre crime avait eu lieu plusieurs fois ; trois ou quatre a-t-elle ajouté, elle a désigné les lieux. [...] La femme Dauzats a reconnu qu’elle n’avait plus de relations avec son mari mais depuis deux mois seulement ; que c’était depuis cette époque que son commerce avec son fils avait commencé. Insistant encore sur ce point nous l’avons pressé de nous dire ce qui l’avait fait consentir à une chose aussi horrible ; elle a répondu, le démon28.

  • 29 Laurence Guignard parle de dimorphisme sexuel en raison du décalage créé par l’égalité juridique, q (...)

16Quand deux grands tabous s’allient, l’inceste et le parricide, la mère sort des marges de la société. Son geste n’est plus extraordinaire ou impossible, il devient surnaturel. L’appel au démon est une clé d’explication nécessaire au geste de cette mère, qui n’était plus en possession de ses moyens au moment des faits. Cette épouse et cette mère ayant bafoué par deux fois sa nature de femme, aucune expertise aliéniste ne peut venir expliquer et excuser son geste. On réclame donc une punition exemplaire. Elle et son fils sont exécutés le 22 juillet 1840 à Albi. La logique est finalement la même pour l’ensemble des femmes incestueuses. La spécificité du traitement judiciaire qu’on leur réserve ne constitue qu’un moment lié au dimorphisme sexuel dans la phase d’instruction29. Tout comme les hommes incestueux, les femmes sont, au terme de la procédure, systématiquement jugées responsables de leurs actes et traduites en cour d’assises.

*

17L’expertise aliéniste des incestueux semble donc largement soumise aux normes de genre puisque dans les cas d’inceste, elle n’est réclamée que lorsque l’homme et la femme sortent des rôles traditionnels que la société leur assigne. L’homme, plus naturellement enclin à devenir un prédateur sexuel, n’est que rarement soumis à l’expertise aliéniste. L’ensemble des études produites par le XIXe siècle, qu’elles proviennent du champ des enquêtes sociales ou de la littérature médicale, a en effet contribué à bâtir un modèle de l’incestueux, père pauvre et immoral qui n’est contesté ni par la justice, ni par les aliénistes. Seuls les cas de barbarie, parce qu’ils sortent de « l’ordinaire », sont appelés à être expertisés. À l’inverse, la femme bénéficie d’une catégorisation sexuée qui, paradoxalement, la protège des accusations d’inceste devant les tribunaux. Une femme naît pour être mère : la protection de ses enfants est donc considérée comme un sentiment inné, naturel et commun à toutes les femmes. S’attaquer sexuellement à son enfant place, en ce sens, davantage les femmes dans une situation de monstruosité qui interroge et désarçonne les magistrats ou les médecins. Ils se tournent alors vers l’aliénisme comme seule clé d’explication possible au phénomène de ces monstres passionnels. Pour autant, à la fin du XIXe siècle, la femme incestueuse n’entre pas dans la catégorie de la perversion et ne devient pas une figure particulièrement étudiée dans le champ nouveau de la psychiatrie. Le sujet demeure certainement trop dérangeant pour que la société médicale s’accorde à le penser, préférant se tourner vers d’autres figures de femmes criminelles plutôt que vers celle de la femme incestueuse.

Haut de page

Notes

1 « Il n’y a ni crime ni délit, lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l’action, ou lorsqu’il a été contraint par une force à laquelle il n’a pu résister », Code pénal, Paris, P. Didot l’aîné et F. Didot, 1810, art. 64.

2 Voir : CHAPERON Sylvie, Les origines de la sexologie, 1850-1900, Paris, Louis Audibert, 2007.

3 MAHON Pierre-Augustin-Olivier, Médecine légale, Rouen, J.B.M. Robert, 1801, tome I, p. 137.

4 Voir : ORFILA Mateu-Joseph-Bonaventura, Leçons de médecine légale, Paris, Béchet jeune, 1823, 3 tomes et DEVERGIE Alphonse, Médecine légale, théorique et pratique, Paris, Germer-Baillière, 1836, 2 vol.

5 VIGARELLO Georges, Histoire du viol (XVIe-XXe siècles), Paris, Seuil, 1998, p. 173.

6 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1862, p. 53 [1857].

7 Ibidem, p. 55.

8 PENARD Louis, De l’intervention du médecin légiste dans les questions d’attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1860, p. 20.

9 Le terme d’inceste féminin sert à désigner des relations incestueuses où les agresseurs sont des femmes.

10 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, op. cit., p. 55.

11 MICHELET Jules, La femme, Paris, Hachette et Cie, 1860, p. 49.

12 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, op. cit., p. 58.

13 Ibidem.

14 Ibidem, p. 57.

15 TOULMOUCHE Adolphe, « Des attentats à la pudeur, des tentatives de viol sur des enfants ou des filles à peine nubiles et sur des adultes », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, Paris, J.-B. Baillière, deuxième série, tome XXII, 1864, p. 333-382.

16 Voir : GIULIANI Fabienne, « Les monstres passionnels. Les femmes et l’inceste dans la France du XIXe siècle (1791-1898) », in CHAUVAUD Frédéric et MALANDAIN Gilles (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (XIXe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2009, p. 159-173.

17 Voir : BOURDIEU Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

18 Archives départementales des Yvelines, 2U/618, Affaire Bohers, acte d’accusation contre Gabriel Bohers, 31 décembre 1877.

19 Ibidem, Rapport d’expertise des docteurs Laségue et Motet, 15 décembre 1877.

20 Ibidem, Rapport d’expertise des docteurs Legrand du Saulle, Brouardel et Pénard, 10 mars 1878.

21 « Jusqu’à la fin de la période, l’ivresse n’est pas conçue comme une alternative à la folie, mais plutôt comme une cause possible », GUIGNARD Laurence, Juger la folie : la justice et la folie des criminels à l’âge de l’aliénisme, 1791-1865, thèse sous la direction d’Alain Corbin, Université de Paris I, décembre 2006, tome II, p. 439.

22 Ibidem, p. 292. On peut aussi se reporter à cet autre article rédigé par l’historienne et spécifique à l’étude de la folie féminine : GUIGNARD Laurence, « L’irresponsabilité pénale féminine et la figure de la femme folle », in CHAUVAUD Frédéric et MALANDAIN Gilles (dir.), Impossibles victimes…, op. cit., p. 109-120.

23 Voir GUIGNARD Laurence, « L’expertise médico-légale de la folie aux assises, 1821-1865 », Le Mouvement social, 2001, n° 197, p. 57-81.

24 Archives départementales des Yvelines, 2U/624, Affaire Le Tallec, acte d’accusation contre Marie Le Tallec, 11 janvier 1879.

25 Ibidem, interrogatoire de la veuve Le Tallec par le juge d’instruction, 5 janvier 1879.

26 MARC Charles-Chrétien-Henri, De la folie considérée dans ses rapports avec les questions médico-judiciaires, Paris, J.-B. Baillière, 1840, p. 434.

27 On peut également noter le cas étudié par Caroline Campodarve-Puente dans son étude sur les « mauvaises mères » où elle révèle également un cas d’inceste maternel où l’inculpée a fait l’objet d’une expertise aliéniste. Voir : CAMPODARVE-PUENTE Caroline, « Les mauvaises mères à la campagne au XIXe siècle l’exemple de la Charente-Inférieure », in CHAUVAUD Frédéric et MALANDAIN Gilles (dir.), Impossibles victimes…, op. cit., p. 154-155.

28 Archives nationales de France, BB/24/2010/1, dossier S, n° 6577, Affaire Dauzats et Beauté, procès-verbal des aveux de Joseph Dauzats et Catherine Beauté, 10 juin 1840.

29 Laurence Guignard parle de dimorphisme sexuel en raison du décalage créé par l’égalité juridique, qui est en théorie énoncée dans le Code pénal qui ne catégorise pas les crimes en fonction du genre et par l’inégalité judiciaire, qui est la pratique quotidienne des tribunaux de créer en réalité une différence de traitement entre l’homme et la femme. Voir GUIGNARD Laurence, « L’irresponsabilité pénale féminine », art. cit., p. 110-113.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Giuliani, « L’expertise psychiatrique des incestueux au XIXe siècle : un exercice insignifiant ? », Histoire, médecine et santé, 3 | 2013, 17-26.

Référence électronique

Fabienne Giuliani, « L’expertise psychiatrique des incestueux au XIXe siècle : un exercice insignifiant ? », Histoire, médecine et santé [En ligne], 3 | printemps 2013, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/hms/458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.458

Haut de page

Auteur

Fabienne Giuliani

Fabienne Giuliani est docteure de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle enseigne actuellement l’histoire-géographie au lycée Maurice Utrillo de Stains en Seine-Saint-Denis. Elle assure, en parallèle, un cycle de conférence avec Dominique Kalifa à l’Institut d’Études Politiques de Paris depuis 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals