Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Expertise psychiatrique et genre

L’expertise psychiatrique et l’évaluation sociale du crime sexuel sur enfant (France, XIXe-XXe siècles)

Psychiatric Expertise and Social Evaluation of Pedophily (19th-20th Centuries)
Anne-Claude Ambroise-Rendu
p. 27-41

Résumés

L’analyse des expertises psychiatriques des agresseurs sexuels d’enfants fondée sur les ouvrages théoriques et les rapports d’expertise montre le peu de connexion qui, longtemps, existe entre ces deux discours. Lorsqu’il s’agit d’évaluer la responsabilité ou la dangerosité de l’agresseur, il y a loin, souvent d’une théorie dominée à partir de la fin du XIXe siècle par la défense sociale à la pratique. En revanche, théories et pratiques restent très tardivement dominées par de semblables préventions concernant la victime, même mineure, même très jeune, relatives à son possible consentement, préventions bien éloignées de la lettre du Code Pénal et qui s’enracinent à l’évidence dans la question du genre et du rapport entre les sexes, les victimes étant très majoritairement des filles et les agresseurs des hommes.
Il semble qu’il faille attendre l’écho tardif (à partir des années 1970) que les médias assurent à cette expertise pour qu’elle s’impose, aux yeux du grand public au moins, comme un incontournable. C’est alors que l’expertise produit ses effets majeurs sur la représentation de l’agresseur sexuel, désormais baptisé pédophile, au prix d’une inversion radicale de l’interprétation donnée au crime sexuel et posant la question de la naturalisation ou de l’essentialisation de l’auteur du crime sexuel sur enfant.

Haut de page

Texte intégral

1Faire l’histoire du crime sexuel sur enfant aux XIXe et XXe siècles, c’est interroger l’évolution de plusieurs regards : regard judiciaire, regard médiatique, regard médical et psychiatrique et dans tous ces registres, les modifications de la manière dont la différence des sexes est comprise et actualisée dans le contexte de la criminalité sexuelle. Ce croisement des regards offre un tableau des images et des normes par lesquelles une société représente et évalue les événements et constitue ce que j’appelle ici l’évaluation sociale du crime sexuel sur enfant. Pour ce qui concerne cette criminalité, le tableau peut être saisi à deux niveaux : celui d’un rapport masculin/féminin d’autant plus délicat qu’il redouble le rapport adulte/enfant ; celui de la prise en compte ou non de ce qui est en réalité un rapport de pouvoir. Cela revient à analyser la manière dont une société évalue la gravité des actes et le dommage produit en fonction de données culturelles, à réfléchir aux configurations et au surgissement de manifestations de sensibilité, mais aussi à explorer les conditions dans lesquelles l’élaboration scientifique pèse sur les représentations collectives que forgent les médias.

  • 1 Sur la défense sociale et les étapes de son évolution, on consultera : BRAUNSTEIN Jean-François, «  (...)

2Parmi les pièces contenues dans le dossier judiciaire, le rapport d’expertise mentale de l’accusé témoigne de valeurs et de sensibilités qui évoluent au fil du temps. Ces documents, précieux pour l’historien du culturel, doivent être confrontés à d’autres discours pour saisir les écarts, les glissements, les transformations qui témoignent de transferts théoriques et/ou dogmatiques, de luttes pour l’hégémonie morale, ou plus simplement de régimes d’évaluation divers. Premier constat, les victimes qui se présentent aux Assises sont statistiquement pour l’essentiel des filles, confrontées à des auteurs mais aussi à des juges et à des experts qui, tous, sont des hommes. C’est dans ce contexte genré que la médecine mentale, puis la psychiatrie, s’emparent progressivement du délinquant sexuel. Sur cette question des auteurs d’infractions sexuelles sur enfants, l’analyse du corpus constitué tant par les discours théoriques que par les pratiques montre le peu de connexion qui a longtemps existé entre les deux. L’étude qui suit prolonge un travail de plusieurs années et s’appuie sur près de 200 dossiers de procédure produits par l’instruction entre 1816 et 1966 dans les ressorts de cours d’assises dispersées aux extrémités de l’hexagone : Douai, Aix-en-Provence, Quimper, Paris, Dijon. Lorsqu’il s’agit d’évaluer la responsabilité ou la dangerosité de l’agresseur, il y a souvent loin de la pratique à une théorie, dominée à partir de la fin du XIXe siècle par une défense sociale soucieuse de la prise en charge médicale des délinquants, seule mesure susceptible d’assurer la prévention de la récidive et la protection de la société1. Seule convergence entre la théorie et la pratique : un mutisme partagé sur l’identité sexuelle des auteurs et des victimes, l’absence d’appréciation explicite de cette criminalité-là en termes de rapports entre les sexes.

3Ces composantes discursives ne semblent pas atténuées par l’entrée en lice des médias qui, reprenant à leur compte le foisonnement psychiatrique et tâchant de s’y retrouver, forgent, à rebours des mises en garde des professionnels du psychisme, la physionomie du pédophile. Figure d’abord élaborée par la psychiatrie et difficilement mise en œuvre par la pratique expertale, le pédophile est finalement transformé par les médias en incarnation de la dangerosité moderne et masculine au prix d’une simplification ou d’une distorsion sensible de ses définitions psychiatriques.

Le pédophile et le psychiatre

4Il faut distinguer les sources théoriques – les ouvrages des psychiatres et le grand débat de la fin du XIXe siècle, et les notions de dégénérescence, d’anomalie mentale, de perversité et de perversion sollicitées au cours du siècle suivant – et l’usage que font de ces apports théoriques les psychiatres chargés de se prononcer sur l’état mental de l’accusé, usage repérable dans les dossiers de procédure.

Théorie : la fabrique du pervers constitutionnel

  • 2 Exceptions faites donc de ceux qui s’accompagnent d’un homicide.
  • 3 RENEVILLE Marc, Crime et folie, Paris, Fayard, 2003, p. 419.
  • 4 Et favoriser le renouvellement de la littérature érotique et l’évolution – discursive ou réelle – d (...)
  • 5 CHAPERON Sylvie, Les origines de la sexologie, 1850-1900, Éd. Louis Audibert, 2007, p. 60.
  • 6 Dès 1883, Thésée Pouillet utilisait le mot pédophilie pour distinguer celle-ci de la pédérastie dan (...)
  • 7 VON KRAFFT-EBING Richard, Étude médico-légale, Psychopathia sexualis, tr. de la 8e éd. allemande, 1 (...)
  • 8 Le seul garçon évoqué parmi les victimes a été assassiné, après quoi son agresseur lui a incisé le (...)
  • 9 Il s’agit de servantes ayant pratiqué sur des enfants des masturbations et pénétrations en usant de (...)
  • 10 FOREL Auguste, La Question sexuelle exposée aux adultes cultivés, Paris, Steinheil, 1906, p. 278.

5Pour le Code de 1810, l’état de démence répondant à l’article 64 est constitué d’un état pathologique qui empêche le sujet de savoir ce qu’il fait, mais il s’agit moins d’une catégorisation médicale que d’une sorte d’évidence de bon sens. Comme le fait remarquer Georges Lanteri-Laura, cet article 64, qui stipule l’absence de crime ou de délit si le prévenu est en état de démence au moment des faits, ne semble à peu près pour personne s’appliquer aux articles 330 à 335 définissant les différentes infractions sexuelles. C’est bien pourquoi la loi de 1838 sur les aliénés criminels ne s’applique pratiquement jamais aux délinquants sexuels, coupables d’attentats à la pudeur. Au fond, le crime sexuel « ordinaire »2, même lorsqu’il concerne des enfants, ne suscite guère de question sur l’état mental de l’auteur, pendant la plus grande partie du XIXe siècle comme s’il s’intégrait dans le tissu des représentations collectives concernant la sexualité et ses errements. L’article 64 permet sans doute au monomaniaque homicide d’Esquirol d’être « le cheval de Troie de la médicalisation de la criminalité3 ». Il constitue bien un élément de ces procédures de subjectivation qui conduit la justice du XIXe siècle, puis celle du XXe, à s’intéresser au criminel plus qu’au crime et donc à vouloir guérir le criminel au moins autant qu’à punir le crime… Mais de ce monomaniaque, il n’est guère fait usage en ce qui concerne la délinquance sexuelle. C’est l’émergence, à la toute fin du XIXe siècle, d’une véritable « science du sexe » qui offre la possibilité de soumettre les auteurs d’infraction sexuelle à l’observation des médecins4 : « les perversions sexuelles sont cernées, décrites, étiquetées et accrochées aux cimaises de la galerie psychiatrique5 », nous dit Sylvie Chaperon. Ainsi, la Psychopathia sexualis de Krafft-Ebing, traduite et publiée en France en 1895, construit-elle une sorte de répertoire des anomalies sexuelles distinguées selon leur objet et, après la Psychopathie sexuelle de Thésée Pouillet, introduit le terme de pédophilie dans la sphère de la réflexion médicale6. Krafft-Ebing définit la « pédophilie érotique » comme les excès commis sur des enfants par des dépravés7, et en fait donc une catégorie spéciale de pathologie. Sans insister sur ce qui semble être pour tous une évidence, il met presque exclusivement en scène, dans les observations qu’il relate, des auteurs masculins et des victimes féminines8. S’il précise que « l’abus des garçons par des femmes voluptueuses n’est pas rare », le seul cas qu’il évoque est emprunté à Tardieu9… Le délinquant sexuel est donc un homme, affecté par une perversion du sentiment de nature morbide, précision que discute le Suisse Auguste Forel en 1906. Ce pionnier de la sexologie note en effet : « beaucoup d’attentats sexuels commis sur des enfants, peut-être même la plupart, sont simplement l’effet de la démence sénile ou de l’abus d’innocence de l’enfance en vue de satisfaire un appétit sexuel du reste normal ». Le même affirme pourtant avoir observé plusieurs cas si exclusivement focalisés sur les enfants qu’ils ne permettaient pas de douter de l’existence d’une « perversion héréditaire spéciale aiguillée dans ce sens », perversion qu’il qualifie de « pédérose »10. Mais ce militant du droit de vote des femmes ne considère pas cette perversion dans le cadre d’un rapport masculin/féminin et, comme ses confrères, livre la représentation d’un enfant asexué, ni fille, ni garçon.

  • 11 MAGNAN Valentin, Des Anomalies, des aberrations et des perversions sexuelles, Paris, Delaye et Lecr (...)
  • 12 VON KRAFFT-EBING Richard, Étude médico-légale…, op. cit., p. 590.

6Sous les auspices de Valentin Magnan, d’Havelock Ellis, de Richard von Krafft Ebing, d’Albert Moll et de la sexologie naissante, le discours psychiatrique européen, soucieux de peser son poids sur les expertises psychiatriques des accusés, s’attaque donc à la taxinomie des déviances sexuelles en n’évoquant – à l’exception de Magnan11 – que des hommes. Krafft-Ebing plaide explicitement en faveur de l’examen mental des accusés âgés chez qui on peut repérer le « réveil d’un instinct génital pervers, d’une violence morbide et indomptable […] qui peut être le phénomène d’une dementia senilis »12. Le psychiatre met aussi en avant la dangerosité des criminels sexuels et la nécessité pour la société de les mettre hors d’état de nuire. Ces infracteurs, généralement « dégénérés psychiquement et sexuellement », sont souvent, dit-il, plus dangereux que les assassins. Il appartient donc à la justice de se prononcer sur l’auteur de l’acte plus encore que sur l’acte lui-même, afin de déterminer l’attribution d’une peine. La science du médecin légiste est là non seulement pour éclairer la justice sur les causes de l’acte commis, mais surtout – et c’est véritablement ce qui fonde sa légitimité – pour se prononcer sur le type des mesures à prendre afin que la société puisse se prémunir contre la récidive.

7Quelques années plus tard, la procédure judiciaire elle-même requiert l’intervention croissante de l’expertise. En demandant aux experts de nuancer sensiblement le régime de responsabilité pénale des délinquants, la circulaire Chaumié de 1905 exige d’eux un affinement du diagnostic par la recherche notamment des anomalies mentales. Mais, c’est surtout sur le dynamisme des travaux théoriques qu’elle semble avoir joué : en 1912, Ernest Dupré invente l’expression Odyssée du pervers et précise ensuite son approche de ce qu’il nomme la « constitution perverse ». Sans l’éliminer, le pervers se superpose au dégénéré de Benedikt Morel ou de Valentin Magnan qui demeure toujours une référence courante, ces deux figures de l’anormalité ayant en commun d’être des états structurels définissant l’individu.

  • 13 FREUD Sigmund, Trois essais sur la théorie de la sexualité [1905], 1ère tr. fr. de REVERCHON-JOUVE (...)
  • 14 FREUD Sigmund, Trois essais sur la théorie de la sexualité…, op. cit., p. 33-36.

8On sait les réticences de Freud à utiliser la notion de dégénérescence13. S’intéressant, dans les Trois essais sur la sexualité, aux amateurs de jeunes garçons prépubères sans insister sur les particularités de cette attirance, il refuse de les enfermer dans une catégorie clinique. Du reste, il abandonne vite la piste des victimes masculines pour ne considérer finalement que les enfants en général. Affirmant que « les sujets qui prennent pour objets des prépubères (enfants) apparaissent dès l’abord comme des égarés isolés », il précise qu’il est rare que les enfants constituent pour eux un objet sexuel unique, mais qu’ils sont le plus souvent utilisés comme des « expédients » par des individus lâches et impuissants ou ne trouvant pas mieux, ce qui correspond assez bien aux cas que livrent les archives. Cette prise en compte nouvelle des victimes garçons ne semble pas avoir été notée par les contemporains. Répugnant à construire le profil psychique de l’amateur d’enfant, Freud refuse de « renvoyer ces cas à la psychiatrie » et décrit une « série allant de l’état normal à la maladie mentale », estimant qu’il s’agit plutôt d’un phénomène social qui concerne massivement certaines catégories : « les maîtres d’école ou les surveillants », par exemple, en raison des « facilités qui leur sont offertes14 ». Mais, encore une fois, il n’est question ni des institutrices ni des maîtresses d’internat, ni évidemment des mères.

  • 15 SIMONIN Camille, Médecine légale judiciaire, Librairie Maloine, 1955, 3e éd., p. 389.
  • 16 Ibidem, p. 393. Selon Georges Vigarello le terme est introduit dans la nomenclature psychiatrique e (...)
  • 17 BOUZAT Pierre et PINATEL Jean, Traité de droit pénal et de criminologie, T. 3, Criminologie, 3e éd. (...)

9On le sait aussi, Freud, tardivement traduit en français, est également peu et mal entendu dans les milieux psychiatriques français. La thèse de la perversion constitutionnelle des auteurs d’attentats à la pudeur poursuit donc avec succès sa carrière, sous la plume du docteur Henri Claude notamment, puis en 1955, du Dr Simonin qui reprend presque mot pour mot la taxinomie des anomalies et des perversions sexuelles élaborée par Kraft Ebing15. Simonin distingue les anomalies portant sur l’objet (un enfant par exemple, et le médecin parle alors de pédophilie16), de celles concernant les moyens. Dans les années 1970, le pervers constitutionnel, souvent irréductible, semble si solidement installé au sein de la criminologie que le Traité de droit pénal et de criminologie de Pierre Bouzat et Jean Pinatel en fait état comme d’une évidence admise par tous17.

  • 18 Qui abroge la circulaire Chaumié.
  • 19 Cf. DORON Claude-Olivier, « La rétention de sûreté : vers un nouveau type de positivisme juridique  (...)

10La psychiatrie du crime sexuel sur enfant s’est donc progressivement solidifiée de 1820 à 1970 autour d’une naturalisation du criminel, faisant de la propension au crime un état permanent, là où dominait auparavant, via la monomanie et singulièrement la monomanie affective ou la monomanie délictueuse, une psychiatrie des accès ou des crises pathologiques dont le crime n’était que le symptôme. La création de cette entité psychiatrique par Esquirol dans les années 1820 ne survit pas au-delà de 1850. La victoire des thèses constitutionnalistes en matière de criminalité sexuelle stimule évidemment le questionnement sur la dangerosité du prévenu, question à laquelle la réforme du Code de procédure pénale en 195818 invite les experts à répondre de manière catégorique. Le poids d’une défense sociale, qui s’est considérablement renouvelée depuis la fin du XIXe siècle mais n’a pas perdu de vue ses objectifs, tend à substituer à la question légale de l’infraction et de la responsabilité du sujet celle de la dangerosité et de la défense de la société, et suggère de remplacer les peines fixes et codifiées par des mesures indéterminées de sûreté visant le traitement de la dangerosité. On voit combien ce passage de la responsabilité à la dangerosité comme fondement de la pénalité dépend de la psychiatrie19.

Pratiques

  • 20 AD Finistère, 4U2/267, rapport médico-judiciaire, 29/12/1881.
  • 21 AD Nord, 2U1/583, dossier 561, arrêt du 20/01/1912, rapport médico-légal, 20/11/1911, notes de doss (...)
  • 22 AD Nord, 2U 1583, Dossier 561, rapport du médecin expert, 20/11/1911.
  • 23 AD Seine, D2U8/375, rapport du médecin expert le 02/05/1930.

11Cependant, la pratique expertale se distingue nettement de ces postures théoriques – et même de celles diffusées par les manuels de psychiatrie légale qui se multiplient à partir des années 1930. D’une part, les experts ignorent le terme pédophile ; d’autre part, s’ils désignent le plus souvent les auteurs d’infractions sexuelles par les vocables de dégénérés ou de pervers, ils ne rapportent pas ces types à une clinique précise, balançant entre l’idée d’une criminalité d’impulsion et celle d’une criminalité constitutionnelle. En revanche, ils maintiennent intacte l’image du couple agresseur masculin/victime féminine. Avant 1930, période pendant laquelle l’expertise mentale des délinquants sexuels demeure exceptionnelle, ce sont l’hypergénitalité20 et/ou la débilité mentale21 des infracteurs qui sont en général recherchées ou invoquées. L’agresseur hypergénital manifeste par son crime une sorte de sur-masculinité qui ne constitue pas à proprement parler une pathologie. Puis ces notions disparaissent au profit presque exclusif du dégénéré – aisément repérable en raison des stigmates physiologiques qu’il offre au regard : asymétrie faciale, adhérence du lobe de l’oreille22 – et du pervers, terminologie encore beaucoup plus approximative. Le pervers peut être « pervers amoral » ou affecté d’une perversion génitale (qui rejoint l’« anormal au point de vue sexuel, lequel n’est pas un aliéné »23), variété lexicale qui en dit long sur l’indétermination de la référence scientifique : le pervers de Magnan n’est pas celui de Freud, et la perversion n’est pas la perversité… Mais dans tous les cas, ce pervers est un homme et jusqu’aux années 1950, le criminel sexuel, proche cousin du criminel d’occasion, demeure largement soumis aux circonstances et à l’opportunité, sa « nature » n’étant pas encore précisément fixée par la pratique expertale.

  • 24 AD Seine D2U8/600, dossier non numéroté, 20/05/1939, Dr G. Heuyer.
  • 25 L’inceste mère-fils ou fille n’existe pas dans les archives et constitue une sorte de blanc de l’ap (...)
  • 26 POROT Antoine et Charles BARDENAT, Psychiatrie médico-légale, Librairie Maloine, 1959, p. 263-264.

12Le caractère vague du cadre théorique dans lesquelles s’inscrivent ces expertises trouve une sorte de conclusion logique dans le diagnostic final : les experts refusent de considérer que les « troubles de caractère » peuvent « diminuer la responsabilité »24 de l’accusé. Même si, conformément aux textes réglementaires, les experts recherchent les antécédents familiaux de l’accusé et plongent dans son passé, même s’ils sont censés se prononcer sur le risque de récidive et la dangerosité du criminel, leur conclusion demeure invariable. Les efforts théoriques des psychiatres demeurent donc, jusque dans les années 1960, sans effet pratique sur la pratique pénale, quand bien même théoriciens et praticiens sont en la matière les mêmes hommes. Ce ne sont donc pas les juges qui sont imperméables aux exhortations des experts, mais bien les médecins qui en tant qu’experts refusent de jouer le jeu d’une atténuation des responsabilités. Deux raisons distinctes président à ce refus. Les uns prennent acte de l’absence d’une politique de soins à destination des détenus malades ou anormaux et préfèrent en conséquence les livrer au « tout pénal ». Les autres, plus nombreux, considèrent que l’attentat aux mœurs, incestueux ou non25, est bien davantage le signe d’une dégradation « du niveau moral », la manifestation d’une « carence d’ordre moral ou d’un déséquilibre » propre aux hommes, que l’expression de l’existence de troubles mentaux26.

  • 27 FOUCAULT Michel, Surveiller et punir, naissance de la prison, Gallimard, 1975, p. 29.
  • 28 CLAUDE Henri, Psychiatrie médico-légale, G. Doin, 1932, p. 81.

13Si les experts sont bien conviés, ainsi que le remarquait Michel Foucault, à se substituer dans une certaine mesure au juge27, ils ne paraissent donc pas vouloir user de ce privilège pour s’approprier les prévenus et les soustraire à la justice. En 1932, Henri Claude affirme nettement : « l’indulgence a des limites […] Il convient de frapper ces anesthésiques moraux d’autant plus sévèrement que leur sensibilité est plus émoussée. C’est la seule façon de redresser leur conformation morale défectueuse et de limiter leur nocivité à l’égard de la société »28. Et ce pourfendeur d’une défense sociale jugée humaniste à l’excès, use des mêmes accents :

  • 29 AD Seine D2U8/375, dossier non numéroté, 05/05/1934, certificat de situation à fin de mise en liber (...)

Cet individu est un anormal, mais c’est avant tout un criminel et qui soutiendra que les criminels soient des gens normaux ? Le Code pénal concerne les criminels et la loi de 1838 sur les aliénés les individus atteints de maladie mentale réelle. Malheureusement ces deux domaines d’ailleurs contigus en sont arrivés à se confondre trop largement et de façon quelque peu anarchique sous la poussée d’idées dogmatiques contradictoires inspirées tantôt et trop souvent par une sensibilité subjective à tendance humanitaire, tantôt par un souci de défense sociale. Le cas présent illustre particulièrement les divergences antinomiques à quoi l’on arrive et qui mériteraient d’attirer chez nous l’attention du législateur29.

14La psychanalyse, en faisant entrer le terme pédophile dans le vocabulaire de l’expertise, offre progressivement davantage de nuances à la conclusion des rapports. En 1954, Gilbert L., un instituteur, est accusé d’attentat sans violence sur une petite fille de 10 ans. L’expert note que « le cas de L. appartient à la psychanalyse » et s’en explique : il « appartient à la catégorie de ces hommes qui instinctivement « aiment » l’enfant ». Ses gestes, souvent considérés jusqu’ici et même par lui, comme des bagatelles, nous révèlent, « comme l’a appris l’école psychanalytique, des instincts sexuels déviés, mais inconnaissables parce que refoulés dans la zone de l’inconscient (instincts pédérastiques, sadiques, etc.) ».

  • 30 AD Nord, 2087, W 129, dossier non numéroté, rapport du 30/07/1954.

15Gilbert aurait donc touché les parties sexuelles de la petite Francine pour satisfaire une pulsion issue de l’inconscient, mais animée d’intentions morales et avouables acceptées par le « surmoi ». Il s’agit donc d’un « pédophile qui s’ignore, qui s’est toujours ignoré », conclut l’expert, ajoutant que cette déviation est une déviation acquise au cours de la captivité et entretenue par « l’insuffisance des satisfactions normales ». Un petit excès de boisson a suffi « pour relâcher les freins, anéantir la critique morale »30. Ce constat suscite un addendum à l’expertise qui se prononce sur une atténuation de la responsabilité : Gilbert L. est condamné à un an de prison.

16Au milieu du siècle, l’entrée en scène du pédophile, cette catégorie médicale nouvelle de la pratique expertale qui fait triompher – au moins partiellement – les théories constitutionnalistes, n’est pas à l’origine d’une aggravation des pénalités : elle fonctionne au contraire comme une circonstance atténuante. L’identification du crime sexuel sur enfant à la pédophilie trouve sa niche naturelle au sein de l’allègement des pénalités en matière d’infractions sexuelles sur enfants qui caractérise le XXe siècle jusqu’aux années 1980. En outre, cette qualification nouvelle de l’auteur du crime ne concerne encore que des hommes et met l’accent – conformément à ce qu’entend le Code – sur la spécificité d’un rapport adulte/enfant au détriment du rapport de genre.

L’expertise et les médias : un malentendu ?

17À partir des années 1970, la prise en charge par les médias de la réalité spécifique du crime sexuel sur enfant transforme sensiblement l’expertise. Aveugles ou presque à la criminalité sexuelle depuis un siècle et demi, les médias découvrent tout ensemble son caractère massif et les composantes de son traitement judiciaire et médical. C’est à la faveur de cette « découverte » que l’expertise s’impose, aux yeux du grand public au moins, comme un élément incontournable permettant d’évaluer et de comprendre le crime. Désormais installée dans l’espace public, vulgarisée, l’expertise modifie radicalement la figure publique de l’agresseur sexuel, désormais baptisé pédophile.

  • 31 Qu’en cette fin des années 70, la défense de pratiques pédophiles exemptes de violence s’articule s (...)
  • 32 France Soir, 02/11/1981.
  • 33 Gai Pied, décembre 1981, n° 33.

18Réalisée par Serge Lebovici en 1979, l’expertise de Jacques Dugué, accusé d’attentats à la pudeur sans violence sur huit garçons, suscite des commentaires médiatiques contrastés31. Les psychiatres, rapporte France Soir, ont exclu « toute notion de perversité », l’inculpé étant tout au plus un individu « sexuellement marginal »32. Gai Pied, l’hebdomadaire nouvellement créé d’une homosexualité combative et qui s’associe volontiers à toutes les revendications touchant la sexualité non purement hétérosexuelle et reproductrice, fait remarquer l’ambiguïté judiciaire du rôle joué par des experts qui, tout en estimant que Jacques Dugué était responsable de ses actes, ont également admis que, « puisque sa déviation sexuelle est intégrée à sa personnalité, il ne faut attendre aucun effet dissuasif d’une sanction pénale ». Le journal dénonce donc tout à la fois ces « procès moraux »33 et l’aporie d’une expertise psychiatrique qui ne permettent pas d’arracher un « déviant » à la justice et n’apportent encore à cet instant aucune réponse à la question d’éventuelles suites à donner à la condamnation.

19Cette affaire amplement médiatisée permet d’apercevoir le basculement qui s’est opéré dans la lecture pratique, celle de l’expertise, du crime sexuel sur enfant. Il n’est désormais plus un crime « opportuniste » mais le crime d’un individu défini par sa perversion, le pédophile, essentialisé et réduit à son identité d’auteur de crime sexuel. La menace est toujours masculine, mais l’hypergénital de jadis a cédé la place au pervers constitutionnel.

  • 34 A2, Les dossiers de l’écran, « L’inceste », 02/09/1986 ; A2, Midi 2, « Enfants et abus sexuels », 1 (...)
  • 35 SABOURIN Pierre, « Psychanalystes à quoi pensez-vous ? », dans Perspectives psychiatriques 14, Abus (...)
  • 36 TF1, Le droit de savoir, « Faits divers », 30/06/2004 ; FR3, Vie privée, vie publique, « Erreurs ju (...)
  • 37 A2, Midi 2, 20/09/1994 ; France 2, Bas les Masques, « L’Enfance violée », 26/04/1995 ; France Inter (...)
  • 38 La publication en 1978, du livre de Leïla SEBBAR, On tue les petites filles, une enquête sur les ma (...)

20Le déferlement médiatique qui entoure depuis le milieu des années 1980 et plus encore depuis l’affaire Dutroux le crime sexuel sur enfant, rebaptisé entre temps abus sexuel, s’accompagne d’une exposition publique permanente de la parole expertale. Psychiatres, psychanalystes, psychologues mêlent une sorte de voix de la raison à ces voix de l’émotion que sont les témoignages des victimes et les commentaires du public. Après Gilbert Tordjman, président de l’association mondiale de sexologie et Christiane Bardet-Giraudon34, psychiatre expert auprès des tribunaux, tous deux invités à participer à une émission des dossiers de l’écran en 1986 ; après Pierre Sabourin, auteur d’une très précoce étude sur les abus sexuels sur enfants, mais qui demeure discret au sein des médias35, une autre génération de spécialistes apparaît dans la deuxième moitié des années 1990. Paul Bensussan36, Roland Coutanceau37 font partie de ceux qui occupent studios de radio et plateaux de télévision pour proposer au public une lecture rationnelle de ce qu’il est convenu d’appeler désormais « déviance sexuelle », mais une déviance qui n’affecte pas les femmes. Quelques femmes entrent alors en scène – psychiatres et psychologues, défenseure des enfants, juges ou substituts, représentantes des associations de protection et de défense des enfants – sans souligner que les victimes sont majoritairement des petites filles38. Au même moment, révélant que des petits garçons sont aussi victimes d’abus sexuels, une télévision avide de nouveauté escamote une nouvelle fois le questionnement sur le genre des enfants abusés.

21Sur le plan de la responsabilité pénale, la taxinomie psychiatrique distingue : les individus atteints de troubles de la personnalité offrant certes des « éléments de bizarrerie » mais qui ne sont pas des malades mentaux ; les malades mentaux mais dont la maladie n’explique pas le passage à l’acte et qui sont donc partiellement responsables de leurs actes ; les malades mentaux, enfin, dont la maladie sous-tend le passage à l’acte et, en abolissant le discernement, permet de conclure à l’irresponsabilité pénale (schizophrènes, dépressifs graves, tous deux accompagnés d’éléments délirants, sujets âgés séniles et sujets débiles moyens ou profonds). L’affinement progressif de la définition – « la pédophilie est un trouble de la préférence sexuelle et non une maladie, ainsi le terme de guérison n’est pas approprié »39 – arrache donc une partie des pédophiles à la sphère de la pathologie pour les placer du côté des anormaux. Ce transfert de la pathologie à l’anormalité n’est pas étranger à l’influence exercée par le freudisme. Cependant, il semble que cette anormalité ne joue plus comme une circonstance ayant altéré le discernement de l’accusé, ainsi que le prévoit le Code pénal entré en vigueur en 1994, mais fonctionne désormais de plus en plus comme une circonstance aggravante.

  • 40 Ni Pinel ni Esquirol n’ignoraient ces enjeux de prévention et de protection en matière de folie, ma (...)
  • 41 COUTANCEAU Roland, « Le véritable défi, c’est de développer pendant le temps carcéral toutes les po (...)

22Cette clinique a comme corrélat la prise en compte croissante de la question du risque, de la récidive et de la possibilité d’une thérapie efficace. Même si l’« anormalité » n’est pas la pathologie, le pouvoir psychiatrique en use de la même manière, se donnant ainsi une possibilité d’ingérence immense sur les comporte-ments humains. La fonction thérapeutique de la psychiatrie est doublée d’une autre fonction, la protection de la société contre les dangers peut-être définitifs que présentent les anormaux. Ce rôle de défense sociale est désormais pleinement assumé et revendiqué40, une société démocratique ayant le devoir d’« utiliser tous les moyens que l’on connaît pour prévenir la récidive dans l’intérêt de protection de la société, mais aussi dans l’intérêt bien compris du sujet lui-même »41.

  • 42 GRUYER Frédérique et Martine FADIER-NICE, thérapeutes au centre de thérapie familiale des Buttes Ch (...)

23Les mesures de défense sociale adoptées à la fin du XXe siècle et à l’orée du XXIe siècle sont donc édifiées sur cette figure nouvelle du pédophile – du reste largement inspirée par les analyses comportementales en termes d’addiction –, individu animé de pulsions à l’égard desquelles il demeure impuissant, comme privé de libre arbitre. Non plus cette espèce de surhomme qu’était l’hypergénital du XIXe siècle, mais un homme malade. Nombre de thérapeutes affirment avec force le caractère systématique de la récidive, parlant d’une « véritable toxicomanie de l’abus sexuel »42.

  • 43 COUTANCEAU Roland, France 2, Journal Télévisé, 05/08/08, 13h.
  • 44 Sur l’affaire au moment de la découverte des corps, on consultera GARCIN-MARROU Isabelle, « L’affai (...)
  • 45 AFP, 05/05/2004.
  • 46 Sur la pédophilie féminine, voir AMBROISE-RENDU Anne-Claude, « Criminelles sans visage : les femmes (...)

24La présence constante dans les médias de représentants de la psychiatrie obéit également à un impératif pédagogique : les « experts » se voient chargés d’« éclairer pédagogiquement l’opinion publique43 » en expliquant et justifiant les décisions prises à l’endroit des accusés. On le perçoit nettement avec l’affaire Dutroux qui permet de saisir l’ampleur de l’intrusion du lexique psychologique et/ou psychiatrique dans les médias, et met en lumière la puissance de l’association tueur en série/pédophile. Marc Dutroux n’est plus l’abuseur, ce type qui s’est imposé dans le courant des années 1970 et 1980 sous le nom de pédophile et dont la violence physique est contestable, mais un « tueur en série, violeur, ravisseur, séquestreur et trafiquant ». Son procès44, qui s’ouvre le 1er mars 2004, est l’occasion pour la presse de sonder les profondeurs du psychisme du tueur, cette énigme qui « depuis des siècles » (sic !) suscite l’intérêt des psychiatres. « Pervers psychopathe hors normes », assène Le Monde faisant écho à l’AFP : « Les experts psychiatriques ont décrit mercredi Marc Dutroux comme un « vrai psychopathe » plutôt que comme un pédophile45 ». Quant à sa femme, Michelle Martin, elle est perçue comme une comparse passive, sous sujétion, conformément à la tradition criminologique d’évaluation de la criminalité féminine46.

  • 47 Le Monde, 02/03/2004.
  • 48 Le Parisien, 24/06/2004. Entre cette date et le 23/01/2009, Le Parisien qui mentionne 43 fois le no (...)

25Ce procès est donc l’occasion offerte aux psychiatres et aux médias de distinguer clairement le pédophile du tueur en série. L’acte d’accusation dressé contre Marc Dutroux a du reste été corrigé, après sa rédaction en décembre 2003, en tenant compte de l’avis d’un collège d’experts, établissant une distinction entre le « pédophile » chez qui « l’âge des victimes […] éveille un affect » et le tueur en série qui serait sur le plan sexuel « une sorte d’alcoolique désireux de goûter à tous les alcools », et profitant de la facilité qu’offre le jeune âge de ses victimes47. Or cette mise au point semble être passée à peu près inaperçue : dès le prononcé du verdict Le Parisien affirme : « Le pédophile Marc Dutroux a engagé hier un pourvoi en cassation contre sa condamnation à la prison à vie par la cour d’assises d’Arlon »48

  • 49 Cf. POIRET Anne, L’ultime tabou : femmes pédophiles, femmes incestueuses, Patrick Robin éditions, 2 (...)

26Moment attendu d’une mise au point sur les termes, la médiatisation de cette affaire sensationnelle a presque instantanément rendu caduque cette clarification en annulant la distinction entre le pédophile amoureux des enfants et l’assassin violeur. Depuis l’affaire Dutroux, le sexe entre un enfant et un adulte, et quel que soit le sexe de l’un et de l’autre des protagonistes, est désormais définitivement défini comme une violence, la pire sans doute… Cette représentation menaçante se trouve encore aggravée par la « découverte » récente de l’existence de femmes auteures d’abus sexuel49.

*

  • 50 Sur le refus de considérer l’existence du désir féminin, voir HERITIER Françoise, Masculin, féminin (...)

27La systématisation de l’expertise, la multiplication des questions posées aux experts ont sensiblement accéléré la mutation subie depuis deux siècles par la physionomie de l’infracteur : le pécheur d’hier s’est transformé en malade et c’est à cette transformation que répondent les lois des dernières décennies du XXe siècle. Dans cette configuration nouvelle une chose cependant demeure presque inchangée : la domination d’un agresseur masculin qui ne permet à peu près pas, ou de manière très exceptionnelle et très récente, d’interroger la part que les femmes occupent dans cette criminalité, ni la pathologie qu’elle est susceptible de révéler. Cette permanence semble adossée au credo des médecins qui, depuis le XIXe siècle, estiment que les femmes sont sans désir et sans pulsion, quand les hommes sont sous l’emprise de leurs besoins sexuels50. De la même manière, la dimension genrée de ce crime-là n’a pas été explicitement abordée par l’expertise : le rapport de sexe ayant été subverti et comme noyé par la question de l’âge.

  • 51 « Message de Maurice Cusson suite au meurtre d’Agnès », Centre d’Analyses et de publications sur la (...)
  • 52 D’autant plus que les révélations médiatiques sur les crimes perpétrés contre les garçons tendent à (...)

28Le paradoxe de cette fabrication est double. D’une part, la construction de la physionomie du pédophile malade mental surgit d’une sorte de mouvement contradictoire entre un effort pour développer et approfondir l’approche théorique du criminel sexuel et asseoir ainsi la validité du travail des experts et la réalité des expertises judiciaires. Jusqu’aux années 1960 au moins, les experts répugnent à entrer dans la logique d’une réponse pénale qui, en l’absence d’institutions ad hoc, celles d’une défense sociale qui assumerait la prise en charge des délinquants aliénés, demeure sans solution thérapeutique. D’autre part, la représentation du pédophile forgée par les médias s’est à bien des égards élaborée et cristallisée depuis deux décennies à distance des mises en garde répétées des professionnels de l’expertise qui rappellent, sans être entendus, que seule une petite minorité des agresseurs sexuels sont des malades mentaux51. Et cette construction obstinée dit assez que la pédophilie n’est pas appréhendée dans le cadre réflexif des violences faites aux femmes ou aux filles52, mais dans une extériorité qui, en convoquant le regard médical, permet de faire l’économie d’une analyse culturelle et genrée. Pas de sexe ni de genre pour les enfants…

  • 53 LANTERI-LAURA Georges, « Psychiatrie, justice et déviances sexuelles. Perspective historique », htt (...)
  • 54 ZAGURY Daniel, « Place et évolution de la fonction de l’expertise psychiatrique », 5e Conférence de (...)
  • 55 ALLINE Jean-Pierre, « Chapitre préliminaire », dans ALLINE Jean-Pierre et Mathieu SOULAS (dir.), Le (...)

29Reste que l’expertise répond bien aux préoccupations décrites par Michel Foucault : il s’agit de connaître le criminel, de qualifier un individu. À la toute fin du XXe siècle, la médecine mentale voit se réaliser les deux aspirations qu’elle formule depuis le XIXe siècle : expliquer ce que la pratique pénale ne peut appréhender qu’à titre de monstruosités inintelligibles et obtenir la charge des sujets qu’elle a identifiés. Ces exigences, encore accrues à l’orée du XXIe siècle par la loi de 2005 relative au traitement de la récidive et par celle de 2008 sur la rétention de sûreté, sont parfois dénoncées comme étant porteuses « de confusion entre criminogenèse et étiologie, [et] entre mesures punitives et entreprises thérapeutiques »53. Reprenant les mots de Michel Foucault, Daniel Zagury fait remarquer en 2001 que la psychiatrisation du traitement pénal construit une sorte d’isolat, « qui n’est plus homogène au droit et qui n’est pas non plus homogène à la clinique, dont la fonction est celle de la couture, de l’ajustement »54. Le fiasco d’Outreau, les failles qu’il a mises au jour en matière d’expertise n’ont pas apporté d’éclaircissement réel à ce mélange des catégories. Beaucoup de juristes redoutent aujourd’hui que l’expertise ne soit plus que l’instrument hasardeux d’une politique pénale qui confond la peine et le soin55.

Haut de page

Notes

1 Sur la défense sociale et les étapes de son évolution, on consultera : BRAUNSTEIN Jean-François, « Droit de punir, responsabilité et défense sociale [les diverses théories du droit de punir à travers les discours philosophique, médical et criminilogiste au XIXe siècle] », dans ROBATEL Nathalie (dir.), Le citoyen fou, Paris, PUF, 1991, p. 63-80 et DREYFUS Bruno, Regard contemporain sur « La défense sociale nouvelle » de Marc Ancel, Institut Rhône-Alpin de sciences criminelles, Paris, l’Harmattan, 2010.

2 Exceptions faites donc de ceux qui s’accompagnent d’un homicide.

3 RENEVILLE Marc, Crime et folie, Paris, Fayard, 2003, p. 419.

4 Et favoriser le renouvellement de la littérature érotique et l’évolution – discursive ou réelle – des représentations du désir masculin.

5 CHAPERON Sylvie, Les origines de la sexologie, 1850-1900, Éd. Louis Audibert, 2007, p. 60.

6 Dès 1883, Thésée Pouillet utilisait le mot pédophilie pour distinguer celle-ci de la pédérastie dans laquelle « le passif (…) est un adolescent, ou le plus souvent un enfant de l’un ou de l’autre sexe » sans définir plus avant les termes utilisés, ni discuter la question des sexes. POUILLET Thésée, Psychopathie sexuelle, II ; de l’onanisme chez l’homme avec une introduction sur les abus génitaux, Vigot Frères, 1883, p. 5. Krafft-Ebing, lui, reprend le terme pédophilie dans une version postérieure à la traduction française, cf. CHAPERON Sylvie, Les origines de la sexologie…, op.cit., p. 155.

7 VON KRAFFT-EBING Richard, Étude médico-légale, Psychopathia sexualis, tr. de la 8e éd. allemande, 1895, réed. G. Carré. Krafft-Ebing prend soin de signaler que cette pédophilie n’est en rien héréditaire.

8 Le seul garçon évoqué parmi les victimes a été assassiné, après quoi son agresseur lui a incisé le pubis « pour avoir un semblant de parties génitales féminines et pour assouvir son désir par cette fente ». VON KRAFFT-EBING Richard, Étude médico-légale…, op. cit., p. 529.

9 Il s’agit de servantes ayant pratiqué sur des enfants des masturbations et pénétrations en usant de légumes. VON KRAFFT-EBING Richard, Étude médico-légale…, op. cit., p. 545.

10 FOREL Auguste, La Question sexuelle exposée aux adultes cultivés, Paris, Steinheil, 1906, p. 278.

11 MAGNAN Valentin, Des Anomalies, des aberrations et des perversions sexuelles, Paris, Delaye et Lecrosnier, 1885, p. 14.

12 VON KRAFFT-EBING Richard, Étude médico-légale…, op. cit., p. 590.

13 FREUD Sigmund, Trois essais sur la théorie de la sexualité [1905], 1ère tr. fr. de REVERCHON-JOUVE Blanche, Paris, Éditions de la « Nouvelle Revue française », 1923. Il explique cette réticence en arguant de l’indifférenciation dans laquelle l’usage a fait entrer cette notion : « On s’est peu à peu habitué à appeler dégénérescence toute manifestation pathologique dont l’étiologie n’est pas évidemment traumatique ou infectieuse » et affirme préférer ne pas parler de dégénérescence « quand l’ensemble des fonctions et activités de l’individu n’a pas subi de graves altérations », ce qui élimine de fait la plupart des délinquants sexuels (p. 25).

14 FREUD Sigmund, Trois essais sur la théorie de la sexualité…, op. cit., p. 33-36.

15 SIMONIN Camille, Médecine légale judiciaire, Librairie Maloine, 1955, 3e éd., p. 389.

16 Ibidem, p. 393. Selon Georges Vigarello le terme est introduit dans la nomenclature psychiatrique en 1929 par Dide et Guiraud dans Psychiatrie du médecin praticien, cf. VIGARELLO Geroges, Histoire du viol, XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998, p. 219.

17 BOUZAT Pierre et PINATEL Jean, Traité de droit pénal et de criminologie, T. 3, Criminologie, 3e éd. Dalloz, 1975, p. 275.

18 Qui abroge la circulaire Chaumié.

19 Cf. DORON Claude-Olivier, « La rétention de sûreté : vers un nouveau type de positivisme juridique ? », L’Information Psychiatrique, vol. 84, n° 6, juin-juillet 2008, p. 533-541.

20 AD Finistère, 4U2/267, rapport médico-judiciaire, 29/12/1881.

21 AD Nord, 2U1/583, dossier 561, arrêt du 20/01/1912, rapport médico-légal, 20/11/1911, notes de dossier de l’asile d’aliénés d’Armentières, 14/08/1911.

22 AD Nord, 2U 1583, Dossier 561, rapport du médecin expert, 20/11/1911.

23 AD Seine, D2U8/375, rapport du médecin expert le 02/05/1930.

24 AD Seine D2U8/600, dossier non numéroté, 20/05/1939, Dr G. Heuyer.

25 L’inceste mère-fils ou fille n’existe pas dans les archives et constitue une sorte de blanc de l’appréciation du crime sexuel sur enfant jusqu’aux années 2000.

26 POROT Antoine et Charles BARDENAT, Psychiatrie médico-légale, Librairie Maloine, 1959, p. 263-264.

27 FOUCAULT Michel, Surveiller et punir, naissance de la prison, Gallimard, 1975, p. 29.

28 CLAUDE Henri, Psychiatrie médico-légale, G. Doin, 1932, p. 81.

29 AD Seine D2U8/375, dossier non numéroté, 05/05/1934, certificat de situation à fin de mise en liberté et mise à disposition de l’autorité judiciaire, Dr Porcher.

30 AD Nord, 2087, W 129, dossier non numéroté, rapport du 30/07/1954.

31 Qu’en cette fin des années 70, la défense de pratiques pédophiles exemptes de violence s’articule sur cette affaire-là qui met en lumière l’existence des garçons n’est sans doute pas l’effet du hasard. La réalité statistique des victimes d’attentat à la pudeur sur mineur est féminine. Cela résulte sans aucun doute d’une dénonciation plus rare lorsqu’il s’agit de garçons, sans que l’on puisse déterminer ce que cette rareté doit à une tolérance relative à l’égard du crime ou au contraire à une intolérance telle qu’elle interdit la publicité que suppose la dénonciation. Mais en tout état de cause, quelque chose commence à changer dans les années 70, dans le contexte double et parfois conflictuel du militantisme féministe et du militantisme homosexuel.

32 France Soir, 02/11/1981.

33 Gai Pied, décembre 1981, n° 33.

34 A2, Les dossiers de l’écran, « L’inceste », 02/09/1986 ; A2, Midi 2, « Enfants et abus sexuels », 19/09/1988, 13h04.

35 SABOURIN Pierre, « Psychanalystes à quoi pensez-vous ? », dans Perspectives psychiatriques 14, Abus sexuels à l’égard des enfants, 263-265, 1988. Le Dr Sabourin, fondateur du Centre des Buttes Chaumont, est surtout évoqué par les médias comme étant un des rares psychanalystes, travaillant du reste à partir des travaux de Ferenczi, à s’intéresser à l’inceste. Télérama, 15/03/1989.

36 TF1, Le droit de savoir, « Faits divers », 30/06/2004 ; FR3, Vie privée, vie publique, « Erreurs judiciaires, ça n’arrive pas qu’aux autres », 03/11/2004 ; Kto, télévision catholique, magazine, « Inceste, scandale d’une vie », 10/01/2005.

37 A2, Midi 2, 20/09/1994 ; France 2, Bas les Masques, « L’Enfance violée », 26/04/1995 ; France Inter, Le Téléphone sonne, « Affaire Dutroux, crimes sexuels, tueurs en série, comment juger ? », 05/09/1996 ; France Culture, Questions d’époque, « Pédophilie et crimes sexuels », 01/03/1997, 18h35 ; France Culture, Surpris par la nuit, « Violences sexuelles », 28/10/2004 ; F2, JT 13h, 05/08/08.

38 La publication en 1978, du livre de Leïla SEBBAR, On tue les petites filles, une enquête sur les mauvais traitements, sévices, meurtres, incestes, viols contre les filles mineures de moins de 15 ans, de 1967 à 1977 en France, Voix de femme, Paris, Stock, n’est certes pas passée tout à fait inaperçue. Mais le livre ne rencontre plus guère d’écho au sein de la vaste dénonciation qu’orchestrent les médias à partir des années 1990.

39 COUTANCEAU Roland, « Quelle prise en charge pour les pédophiles ? », http://www.doctissimo.fr/html/sexualite/mag_2004/mag0305/se_7531_pedophile_prise_en_charge_itw.htm

40 Ni Pinel ni Esquirol n’ignoraient ces enjeux de prévention et de protection en matière de folie, mais il a fallu la théorisation opérée par la défense sociale pour leur donner leur pleine efficience.

41 COUTANCEAU Roland, « Le véritable défi, c’est de développer pendant le temps carcéral toutes les possibilités de prise en charge », Chat publié avec Constance Baudry sur Le Monde.fr le 11 janvier 2008, http://genepilyon.unblog.fr/2008/01/20/roland-coutanceau-le-veritable-defi-cest-de-developper-pendant-le-temps-carceral-toutes-les-possibilites-de-prise-en-charge/

42 GRUYER Frédérique et Martine FADIER-NICE, thérapeutes au centre de thérapie familiale des Buttes Chaumont, Propos cités par Voici, n° 115, été 1990.

43 COUTANCEAU Roland, France 2, Journal Télévisé, 05/08/08, 13h.

44 Sur l’affaire au moment de la découverte des corps, on consultera GARCIN-MARROU Isabelle, « L’affaire Dutroux : de l’émotion à la mobilisation », Mots. Les langages du politique, n° 75, Émotion dans les médias, juillet 2004, p. 89-99.

45 AFP, 05/05/2004.

46 Sur la pédophilie féminine, voir AMBROISE-RENDU Anne-Claude, « Criminelles sans visage : les femmes auteurs d’abus sexuels 1880-2006 », dans CADIET Loïc, CHAUVAUD Frédéric, GAUVARD Claude, SCHMITT PANTEL Pauline et Myriam TSIKOUNAS (dir.), Figures de femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 41-56.

47 Le Monde, 02/03/2004.

48 Le Parisien, 24/06/2004. Entre cette date et le 23/01/2009, Le Parisien qui mentionne 43 fois le nom de Dutroux l’associe 5 fois au qualificatif « pédophile ». Le Figaro évoque le 03/10/2008, la mise en vente de la maison du « pédophile Marc Dutroux ». Mais c’est également le cas de la plupart des autres médias : de LC1 le 28/11/208 à 12h30, de la Radio Télévision Suisse lors d’un documentaire intitulé « Marc Dutroux : le parcours d’un pédophile assassin » réalisé en mars 2004, etc.

49 Cf. POIRET Anne, L’ultime tabou : femmes pédophiles, femmes incestueuses, Patrick Robin éditions, 2006.

50 Sur le refus de considérer l’existence du désir féminin, voir HERITIER Françoise, Masculin, féminin II : Dissoudre la hiérarchie, Paris, Odile Jacob, 2002 et « La domination masculine est encore partout », 29.11.2007, Entretien avec François Héritier, http://1libertaire.free.fr/FHeritier05.html

51 « Message de Maurice Cusson suite au meurtre d’Agnès », Centre d’Analyses et de publications sur la justice, http://www.publications-justice.fr/accueil/categories/psychiatrie-psychologie

52 D’autant plus que les révélations médiatiques sur les crimes perpétrés contre les garçons tendent à semer la confusion. Les victimes féminines restent néanmoins majoritaires.

53 LANTERI-LAURA Georges, « Psychiatrie, justice et déviances sexuelles. Perspective historique », http://psydoc-fr.broca.inserm.fr/conf&rm/conf/confagrsex/RapportsExperts/Lanteri.html, p. 4.

54 ZAGURY Daniel, « Place et évolution de la fonction de l’expertise psychiatrique », 5e Conférence de consensus de la Fédération Française de Psychiatrie. Psychopathologies et traitements actuels des auteurs d’agressions sexuelles, 22/11/2001, http://psydoc-fr.broca.inserm.fr/conf&rm/conf/confagrsex/RapportsExperts/Zagury.html

55 ALLINE Jean-Pierre, « Chapitre préliminaire », dans ALLINE Jean-Pierre et Mathieu SOULAS (dir.), Les Récidivistes. Représentations et traitements de la récidive XIXe-XXe siècle, Rennes, PUR, 2010, p. 25-66.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Claude Ambroise-Rendu, « L’expertise psychiatrique et l’évaluation sociale du crime sexuel sur enfant (France, XIXe-XXe siècles) », Histoire, médecine et santé, 3 | 2013, 27-41.

Référence électronique

Anne-Claude Ambroise-Rendu, « L’expertise psychiatrique et l’évaluation sociale du crime sexuel sur enfant (France, XIXe-XXe siècles) », Histoire, médecine et santé [En ligne], 3 | printemps 2013, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/hms/468 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.468

Haut de page

Auteur

Anne-Claude Ambroise-Rendu

Anne-Claude Ambroise-Rendu est maîtresse de conférences habilitée en histoire contemporaine à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Elle travaille actuellement sur l’histoire des discours (médicaux, juridiques, médiatiques) concernant les abus sexuels sur les enfants du XIXe au XXe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals