Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Dossier thématique : Expertise ps...Médecine, expertise et genre : l’...

Dossier thématique : Expertise psychiatrique et genre

Médecine, expertise et genre : l’« affaire Castellan »

Medicine, expertise and gender: the “Castellan case”
Nicole Edelman
p. 43-54

Résumés

Le magnétisme animal et le somnambulisme magnétique ont été mis à l’écart de la science médicale officielle en France en 1784 puis en 1837. Le somnambulisme magnétique dorénavant appelé hypnose n’aurait resurgi dans le monde médical qu’avec la communication du neurologue Jean Martin Charcot en 1882 faite à l’Académie des Sciences qui faisait de l’hypnose une pathologie hystérique. Or, ces phénomènes sont reconnus dès 1865 par le biais de l’expertise médicale lors de procès de viols sous magnétisme. Le premier qui fera jurisprudence est celui de Timothée Castellan en 1865. Le cas sera repris jusqu’au XXe siècle dans les ouvrages des médecins experts. À travers l’étude de cette « affaire Castellan » de 1865 au XXe siècle, l’article analyse le regard de l’expert médical sur les corps féminins mis dans ces états modifiés de conscience, qu’ils soient nommés somnambulisme, hypnose, suggestion ou fascination, les représentations des femmes qu’ils induisent et leurs évolutions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 LIEBEAULT A. A., Du sommeil et des états analogues considérés surtout au point de vue de l’action d (...)

1En 1866, le médecin Ambroise Auguste Liébeault (1823-1904), féru de soins par magnétisme, s’étonne de voir que « la médecine officielle se prononce sur un fait ayant rapport à une question mise par elle hors de sa compétence1 ». En effet, depuis quelques années, des experts médicaux, sollicités par la justice, s’entendent pour accepter non seulement l’existence du magnétisme animal, mais aussi la possibilité d’une action à distance sur un autre humain qui serait capable à la fois de le paralyser et de le rendre insensible, ou encore de le suggestionner. À ce titre, l’affaire Castellan m’est apparue comme emblématique : en 1865, une cour d’assise, un jury et des experts médico-légaux se prononcent pour condamner Timothée Castellan à 12 ans de travaux forcés pour avoir violé à quatre reprises Joséphine Hughes grâce au magnétisme, c’est-à-dire après l’avoir hypnotisée. L’expertise médicale reconnaît ainsi la réalité du magnétisme animal et de ses effets : le somnambulisme magnétique, qu’on appelle depuis 1843 hypnose, phénomènes dont les instances académiques de médecine avaient nié l’existence en France en 1837. À travers l’étude de « l’affaire Castellan » de 1865 au XXe siècle, j’analyserai le regard de l’expert médical sur les corps féminins mis dans des états modifiés de conscience, qu’ils soient nommés somnambulisme, hypnose, suggestion ou fascination, ainsi que les représentations des femmes qu’ils induisent et leurs évolutions.

Magnétisme animal, somnambulisme magnétique et expertise médicale

  • 2 Voir Revue d’histoire du XIXe siècle, « Un savoir occulté : du magnétisme à l’hypnose », n° 38, 200 (...)

2Rappelons, tout d’abord, la chronologie concernant le magnétisme animal mis au jour par le médecin Franz Anton Mesmer à la fin du XVIIIe siècle et son avatar, le somnambulisme magnétique, découvert en France par le marquis de Puységur en 1784, année même où le magnétisme animal fut condamné dans sa version mesmérienne et fluidique par la médecine officielle française représentée par deux commissions issues de l’Académie des sciences et de la Faculté de médecine. La question réapparut en 1831 à propos du somnambulisme magnétique non examiné en 1784 puisque tout juste découvert à cette date2. Un rapport coordonné par le médecin Henri-Marie Husson (1772-1853) lui fut très favorable, à la fois quant à son existence et à ses effets. Ces constatations positives n’en furent pas pour autant publiées ni acceptées par l’Académie de médecine. Bien au contraire, c’est le rapport du médecin Frédéric Dubois d’Amiens, publié en 1837, qui devint officiel et nia tout simplement la réalité du somnambulisme magnétique. Cette chronologie est connue, en revanche, celle qui concerne l’expertise médicale de ces questions l’est beaucoup moins, même si elle suit dans un premier temps l’avis des instances académiques officielles.

  • 3 FODERE F. E., Traité de médecine légale et d’hygiène publique ou de police de santé adapté aux code (...)
  • 4 DEVERGIE Alphonse, Médecine légale, théorique et pratique, 2e éd., Paris, Germer Baillière, 1840, t (...)
  • 5 CHARPIGNON Jules, Rapports du magnétisme avec la jurisprudence et la médecine légale, Paris, Germer (...)
  • 6 Ibidem, p. 52.

3Ainsi, en 1813, le médecin François Emmanuel Foderé (1764-1835) précise-t-il bien dans son traité de médecine légale quand il y évoque le somnambulisme « qu’il ne s’agit pas dans cette section de ce prétendu somnambulisme opéré par les magnétiseurs, mais uniquement du somnambulisme naturel3 ». En 1840, le docteur Alphonse Devergie (1798-1879), dans son ouvrage Médecine légale, théorique et pratique, écrit que le viol « peut être opéré pendant une syncope, ou pendant les effets de narcotiques qui auraient été administrés, sans qu’il en résulte aucun désordre matériel notable, et sans que la femme puisse en avoir eu connaissance4 », mais il n’ajoute rien qui concernerait le somnambulisme ni naturel ni provoqué. Pourtant, dix-huit ans plus tard, en 1858, ce même Alphonse Devergie envisage qu’un viol puisse être perpétré sous somnambulisme. C’est du moins ce qu’affirme Jules Charpignon dans son ouvrage Rapports du magnétisme avec la jurisprudence et la médecine légale. Ce médecin est un des premiers à remarquer le vide juridique sur ces questions, indiquant que son travail est d’autant plus nécessaire « que depuis quelques années les cas où les magistrats sont appelés à juger des faits magnétiques deviennent plus fréquents et qu’il semble que ce soit la magistrature qui doive établir la réalité du magnétisme, forçant, avec la voix publique, les Académies à reconnaître une science et un art dont elles ne soupçonnent encore ni la nature ni la portée5 ». Et il cite un cas datant d’avril 1858, pour lequel le directeur de l’école de médecine de Marseille, le Dr Coste, et le Dr Broquier doivent faire un rapport pour savoir si la jeune Marguerite était enceinte et « si elle avait pu être déflorée et rendue mère contrairement à sa volonté, par l’effet du magnétisme » ajoutant que « cette question touche un point neuf de la médecine légale6 ». C’est dans ce même rapport que le Dr Devergie confirme cette possibilité : « Je crois qu’une jeune fille de 18 ans peut en thèse générale, avoir été déflorée et rendue mère, contrairement à sa volonté, dans le sommeil magnétique. Ceci est une affaire d’observation et de sentiment personnel. » Il complète par :

  • 7 Cité par TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière, (...)

Mais en dehors du sommeil magnétique il y a tant de mensonge que je ne saurai aller plus loin. Le sommeil magnétique est fictif ou réel : fictif en ce sens que toutes les personnes qui donnent des consultations ou des représentations de magnétisme ne sont jamais endormies ; réel, et alors tout rapport, tout sentiment de relation peut être interdit par le sommeil, la sensibilité peut être émoussée et même éteinte, partant la femme dans l’impossibilité de se défendre7.

  • 8 Ambroise Tardieu connaît une brillante carrière médicale, interne, agrégé, membre de l’académie de (...)
  • 9 TARDIEU Ambroise, Etude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière et fils, (...)

Ce cas sera constamment repris, recopié et cité, en particulier par Ambroise Tardieu8 dans son Etude de médecine légale de 18629.

Les années 1850-1860 : de nouveaux questionnements autour de l’hypnose

  • 10 En 1848, la famille Fox s’installe dans une maison d’Hydesville où deux des enfants disent entendre (...)

4Les années 1850-1860 sont donc capitales pour saisir le basculement vers une reconnaissance officielle des effets du magnétisme. Les questionnements sur un au-delà, quelle que soit sa nature, et sur la survie après la mort se font ainsi jour de haut en bas de la société : des coups frappés à Hydesville en 1848 aux États-Unis dans la maison des Fox10 aux tables tournantes, de l’affirmation de la présence invisible des morts à la certitude de la pluralité des mondes habités, des succès de la croyance au purgatoire à l’émergence de la religion spirite (dont le Livre des esprits signé d’Allan Kardec, paraît en 1857), sans oublier les nombreuses apparitions mariales dont la plus célèbre se situe à Lourdes en 1858, tout converge pour prouver cette profonde inquiétude. Des revues commencent à paraître sur ce thème : en 1857, La Revue spirite, sous la direction d’Allan Kardec, l’année suivante, La Revue spiritualiste de Z. Piérard, certes moins connue.

  • 11 Voir CARROY Jacqueline, Nuits savantes, Une histoire des rêves (1800-1945), Paris, EHESS, 2012.
  • 12 BRAID James, Neurhypnology; or the rationale of nervous sleep, considered in relation with animal m (...)
  • 13 Archives de médecine, vol. 15, 1860.
  • 14 Bulletin de l’Académie des Sciences, décembre 1859, vol. 49, p. 902.
  • 15 MACARIO Maurice Martin Antonin, Du Sommeil, des rêves et du somnambulisme dans l’état de santé et d (...)
  • 16 Le Dr Moreau (de Tours) « appelle l’attention de la société sur l’inconvénient qu’il peut y avoir à (...)
  • 17 Ibidem, 1858, t. 4, p. 250.
  • 18 Ibidem.

5En 1851, des publications médicales et philosophiques s’intéressent aux facultés à l’œuvre dans le sommeil et cette question est mise au concours par la section de philosophie de l’Académie des sciences morales et politiques qui accordera un prix en 185411. Le somnambulisme magnétique continue donc d’être un sujet de préoccupation médicale. En 1858, le Docteur Eugène Azam (1822-1899) soigne à Bordeaux une jeune fille qu’il nommera Félida présentant un état marqué de somnambulisme et d’alternance de personnalité. C’est lui qui, à la fin de l’année 1859, fait connaître l’ouvrage Neurhypnology de James Braid (qui souhaitera une traduction française de son ouvrage avec un chapitre additionnel à la version de 184312), en publiant un article dans les Archives de médecine13. Broca en fera part dans un compte rendu de l’Académie des sciences14. C’est alors que le terme d’hypnotisme apparaît sur le continent européen. En 1857, le médecin Maurice Macario publie Du Sommeil, des rêves et du somnambulisme dans l’état de santé et de maladie15 où il admet l’existence du somnambulisme lucide et la possibilité de faire agir le somnambule comme un automate, d’abolir ou de surexciter sa sensibilité, donc le pouvoir du magnétiseur de subjuguer la volonté du somnambule. Enfin, pendant toute l’année 1857, les séances de la société médico-psychologique sont consacrées aux « névroses extraordinaires » qui examinent des états de somnambulisme magnétique. Les discussions sont si vives et les exemples si précis et convaincants que le docteur Guillaume Ferrus (1784-1861) pense qu’il faudrait mettre le magnétisme à l’ordre du jour de la société, mais beaucoup craignent les effets pervers d’une telle réflexion16, à savoir valider du non scientifique, du surnaturel ou du merveilleux, d’autant que D. D. Home vient de donner son spectacle devant Napoléon III avec un immense succès qui a fait bruire tous les salons de Paris. L’aliéniste Brierre de Boismont rappelle pourtant que « des faits constatés par d’honorables médecins mettent hors de doute l’existence du magnétisme et du somnambulisme17 » et Ferrus ajoute : « il y a vingt ans […] on n’osait pas dire qu’on crût au magnétisme et qu’on s’en préoccupât. Aujourd’hui la question posée, qu’elle soit ou non poursuivie dans cette enceinte, sera nécessairement reprise ailleurs, discutée, vérifiée, élucidée. Cet avenir est inévitable18 ». On peut pour clore cette énumération ajouter le livre qu’Alfred Maury (1817-1892) publie en 1861 sur Le Sommeil et les rêves : études psychologiques sur ces phénomènes et les divers états qui s’y rattachent ; suivies de recherches sur le développement de l’instinct et de l’intelligence dans leurs rapports avec le phénomène du sommeil.

Le viol sous hypnose serait donc possible

  • 19 CHARPIGNON Jules, Rapports du magnétisme avec la jurisprudence et la médecine légale, Paris, Germer (...)
  • 20 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière et fils, (...)

6On comprend donc mieux qu’en 1858, le cas de la jeune Marguerite A. âgée de 18 ans, qui s’était retrouvée enceinte après des séances de magnétisme chez un guérisseur de Marseille, soit soumis à la justice par un commissaire de police. Or, pour justifier ce recours et cet argument, tant en 1858 qu’en 1862, Jules Charpignon comme Ambroise Tardieu font référence, usant exactement des mêmes termes, à « des documents scientifiques, les seuls qui doivent et puissent entrer en ligne de compte. Ces documents, nous les trouvons dans le rapport de M. Husson fait en 1831 à l’Académie de médecine, au nom d’une commission composée de MM. Double, Magendie, Guersant, Guéneau de Mussy, Husson, etc.19 ». Tardieu ajoute : « Ces noms suffisent pour donner à ce rapport toutes les garanties scientifiques de vérité et d’authenticité que l’on serait en droit d’exiger. Et du reste ce rapport est et demeure le seul monument scientifique que possède le magnétisme20. » Et de citer les conclusions très positives du rapport Husson : le sommeil comme effet du magnétisme, l’insensibilité, la paralysie, l’oubli au réveil. Le rapport Dubois d’Amiens niant l’existence du somnambulisme magnétique, est donc fortement tronqué de sa partie essentielle alors même qu’une note des experts médicaux renvoie bien à l’ouvrage princeps du même Dubois, Histoire académique du magnétisme animal publié en 1841 ! Ce choix est volontaire pour Jules Charpignon, quant à Ambroise Tardieu, il se rallie aux conclusions du rapport médico-légal concernant la jeune Marguerite, puisqu’il affirme que s’il avait à répondre en 1862 aux mêmes questions, il le ferait comme ces experts. Il ajoute cependant dans son traité :

  • 21 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière et fils, (...)

Quant à ce que ceux-ci peuvent avoir de réel, je crois qu’il n’est guère possible de prendre aujourd’hui pour base d’appréciation, comme l’ont fait les honorables experts de Marseille, les observations contenue dans le rapport académique de 1831. Ces faits en apparence merveilleux d’insensibilité, constatés par les commissaires et acceptés par eux pour des effets magnétiques, seraient bien plus justement à notre époque mis au rang des symptômes les plus constants et les mieux connus de l’hystérie. Mais en laissant de côté ces particularités, il reste un certain nombre de faits, du même ordre par exemple que le somnambulisme, qui me paraissent témoigner en faveur de l’abolition possible de la volonté sous l’influence de ce qu’on appelle le magnétisme21.

Ces doutes et ces affirmations se retrouvent dans les éditions suivantes de son traité.

7C’est dans ce cadre nosologique et conceptuel qu’apparaît l’affaire Castellan dans l’édition de 1867. Connue par le récit que lui en a fait le Dr Jules Roux, un des experts médico-légal du procès, Ambroise Tardieu raconte l’histoire de Timothée Castellan et de Joséphine Hughes qui aurait été violée à quatre reprises grâce à l’usage du magnétisme animal. Castellan ayant reconnu, lors du procès, avoir usé du magnétisme, plusieurs questions avaient été posées aux experts :

  • 22 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière et fils, (...)

Quelle a été la conséquence de cette influence sur la liberté morale de cette jeune fille dans ses relations avec l’inculpé ? Spécialement Castellan, en plongeant Joséphine Hughes dans un sommeil magnétique, se donnait-il le pouvoir d’avoir avec elle des relations intimes dont elle n’eût pas conscience au moment où elles s’accomplissaient ? Castellan pouvait-il par son influence magnétique, réduire Joséphine Hughes même sans l’endormir dans un état tel qu’elle n’eut plus la liberté morale nécessaire pour s’opposer aux relations intimes que Castellan avait avec elle ou pour y donner un consentement intelligent ?22

8Le 13 juin 1865, sur la demande du juge d’instruction et après lecture du dossier de procédure, médecins et experts répondent ainsi à ces questions :

  • 23 Cour d’assises du Var, dossier de procédure 2U500, Castellan Joseph, bouchonnier, viol sur Joséphin (...)

Nous pensons
1° que par les manœuvres dites magnétiques, on peut exercer sur la volonté d’une personne exceptionnellement disposée par son tempérament nerveux, une influence telle que sa liberté morale soit pervertie ou plus ou moins complètement anéantie.
2° qu’en plongeant une jeune fille dans le sommeil magnétique, on peut avoir avec elle des relations intimes dont elle n’ait pas conscience au moment où elles s’accomplissent.
3° qu’il est possible que par l’effet magnétique, la sensibilité soit assez émoussée et la volonté suffisamment annihilée chez une jeune fille pour qu’en dehors du sommeil magnétique complet, elle n’ait plus la liberté morale nécessaire pour s’opposer à des relations intimes ou pour y donner un consentement intelligent23.

9Ces réponses, ainsi que celles données par les témoignages lors de la procédure d’instruction, permettent de conclure à la perte absolue de volonté de Joséphine Hughes qui aurait été ainsi soumise au pouvoir de Timothée Castellan. L’accusation du viol de la jeune femme était donc justifiée ainsi que la condamnation à 12 ans de travaux forcés de son agresseur.

  • 24 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale…, p. 100. Ce qui à ma propre lecture des témoignages apparaît (...)

10Les témoignages répètent par ailleurs que Joséphine Hughes n’était ni hystérique, ni folle et « d’une moralité irréprochable24 ».

  • 25 DESPINE Prosper, Étude sur le somnambulisme, sur les phénomènes qu’il présente et sur son action th (...)
  • 26 Ibidem, p. 203.
  • 27 Ibidem, p. 201.

11Le cas Castellan réapparaît dorénavant régulièrement dans les manuels des experts médicaux, et notamment dans celui de Prosper Despine publié en 1880 : Etude sur le somnambulisme sur les phénomènes qu’il présente et sur son action thérapeutique dans certaines maladies nerveuses du rôle important qu’il joue dans l’épilepsie, dans l’hystérie et les névroses dites extraordinaires25. Ce médecin, convaincu des effets du magnétisme, prend dans ce livre l’affaire Castellan pour exemple d’alternances répétées d’accès de somnambulisme et d’accès de léthargie lucide. Pour ce faire, il gauchit fortement le dossier de procédure qu’il interprète. Il dote ainsi Castellan d’une « puissance magnétique peu commune26 » qui aurait exercé une « sorte de fascination27 » sur la jeune femme.

  • 28 GILLES DE LA TOURETTE Gaston, L’hypnotisme et les états analogues au point de vue médico-légal, Plo (...)
  • 29 Ibidem, p. 345.
  • 30 Ibidem, p. 348.
  • 31 Cour d’assises du Var, dossier de procédure 2U500. Témoignage de Joseph Coudroyer, le 30 mai qui aj (...)

12En 1887, dans L’hypnotisme et les états analogues au point de vue médico-légal28, Georges Gilles de La Tourette reprend à son tour ce cas qu’il emprunte, écrit-il, à Ambroise Tardieu. Il y propose le même diagnostic que son confrère Prosper Despine, à savoir une alternance de somnambulisme et de léthargie lucide ajoutant que Joséphine Hughes montre combien un individu ayant subi peu d’hypnotisations « passe sans secousses apparentes d’un état à un autre de la même série hypnotique29 ». Là encore, de nouveaux éléments inventés ou du moins fortement transformés apparaissent dans la citation du cas tandis que d’autres sont mis en exergue. Gaston Gilles de La Tourette souligne ainsi une des descriptions reprises par tous les témoins quand au matin du 4e jour depuis son départ de la maison paternelle aux côtés de Timothée, Joséphine Hughes « tombe dans un de ses états nerveux. Elle cesse de parler ; tout à coup ses bras se raidissent, ses poings se ferment, ses dents sont fortement serrées, ses yeux fixes et hagards30 ». Il souligne aussi différentes phases de délires pendant lesquelles la jeune femme dit qu’elle suit le bon dieu ou qu’elle « ne voyait que des fleurs, qu’elle était avec le bon dieu31 ».

  • 32 GILLES DE LA TOURETTE Gaston, L’hypnotisme…, op. cit., p. 352.
  • 33 Ibidem.

13Il veut ainsi démontrer l’hystérie de la jeune femme expliquant alors les phases de somnambulisme et d’insensibilité permettant les suggestions qu’on peut réaliser dans cet état comme le montre Jean-Martin Charcot à cette époque. Gaston Gilles de La Tourette explique que l’affirmation que Joséphine Hughes n’était pas hystérique doit être prise dans un sens général et non dans celui d’un diagnostic. Pour lui, il n’est pas contestable que la jeune femme ait été mise en somnambulisme par Castellan, « c’est dans cet état qu’elle attachait ses pas, qu’elle obéissait aux suggestions qu’il lui donnait32 ». En revanche, lorsqu’il la violait, elle était en état de léthargie lucide, « puisqu’elle put donner à leur sujet quelques détails, l’oubli complet au réveil caractérisant le somnambulisme33 » et parfois, peut être, de léthargie totale.

  • 34 LIEGOIS Jules, De la suggestion et du somnambulisme dans leur rapport avec la jurisprudence et la m (...)
  • 35 Le Var, 3 août 1865, La Gazette des tribunaux, 10 août 1865. Les comptes-rendus sont mots pour mots (...)
  • 36 LIEGOIS Jules, De la suggestion…, op. cit., p. 544.
  • 37 Ibidem, p. 545.

14En 1889, Jules Liégeois rapporte à son tour et une fois encore l’affaire Castellan dont il fait « une sorte d’énigme judiciaire ». Dans De la suggestion et du somnambulisme dans leur rapport avec la jurisprudence et la médecine légale34, il copie très exactement le rapport publié par Ambroise Tardieu, ajoutant ensuite quelques informations relevées dans le compte-rendu du procès donné dans Le Var et La Gazette des tribunaux35. Il notait : « Pendant son procès, Castellan a fait preuve d’un sang froid et d’une audace extraordinaire… Il a surtout fait parade de ses talents magnétiques. Il a eu l’impudence de proposer au Président des assises d’expérimenter sur lui son savoir. Durant le réquisitoire du procureur impérial, il a fait plus : par la fixité de son regard, il a menacé ce magistrat de le magnétiser et ce dernier a dû le contraindre à baisser les yeux36. » Jules Liégeois termine son récit en critiquant l’insuffisance des explications données par les experts de 1865 et propose « une explication simple, concrète, scientifique37 », après avoir soulevé – et il est le premier à la faire – une question nodale :

  • 38 Ibidem, p. 546.

Oui, cette malheureuse jeune fille a pu être plongée dans l’état de somnambulisme ; elle aura été ainsi mise dans l’impossibilité de repousser Castellan ; elle aura subi ses odieuses caresses ; mais c’est tout, et l’on n’est pas par là amené à comprendre ce fait étrange, inouï, sans précédent dans les annales judiciaires, d’une jeune fille honnête, chaste, élevée religieusement, forcée par une impulsion mystérieuse et invincible, de quitter sa maison, ses parents, ses amis, de rompre avec toute une vie de probité et d’honneur, pour suivre qui ? Un misérable mendiant sordide, estropié, hideux, qui a commencé par la violer ! Une seule explication peut être aujourd’hui donnée de tous ces faits : Castellan connaissant évidemment la puissance de la suggestion faite pendant le somnambulisme provoqué38.

  • 39 Médecin magnétiseur très connu à Nancy, proche du médecin H. Bernheim.
  • 40 LIEGOIS Jules, De la suggestion…, op. cit., p. 549.

15Et de reconstituer les paroles que Castellan aurait pu dire à Joséphine Hughes s’appuyant sur ce qu’il a constaté à Nancy : « J’ai trouvé chez M. Liébeault39, écrit-il, non pas une, mais dix, mais vingt jeunes filles ou femmes qui pourraient, le cas échéant, subir le même sort que la victime de Castellan40 ». Joséphine Hughes n’est donc pas une hystérique.

Le procès Castellan sous le regard de l’historienne

  • 41 Cour d’assises du Var, dossier de procédure 2U500.
  • 42 Archive du Var, dossier 2U500 cité, « Joindre au dossier à titre de renseignements ».
  • 43 Ibidem, « Le chef de la troupe se nommait M. Bertrand. »
  • 44 Témoignage de Louis Hughes devant le juge d’instruction.

16En lisant les pièces d’archives du procès, on constate que Timothée Castellan n’est ni un vagabond, ni un mendiant. Il est connu dans la région et habite chez son frère dans un village proche du hameau où habite les Hughes. Il est sans travail, après avoir été bouchonnier, métier qu’il a arrêté à cause d’une blessure, puis employé à diverses tâches ici et là. Timothée Castellan a deux pieds-bots. Il sait écrire et lire, est donné comme intelligent et est certainement malin et roué ; il a, en effet, commis quelques malversations financières qui lui ont valu une condamnation pénale. Cet homme n’est pas connu comme magnétiseur, ni comme guérisseur dans la région, ce qu’il est pourtant41. Castellan écrit (ou fait écrire, ou dicte) une longue lettre à la maison d’arrêt où il est emprisonné : « Il y a dix ans environ, j’ai connu à la Garde-Freinet une troupe de saltimbanques qui faisaient du magnétisme. On endormait une femme à qui on faisait dire beaucoup de choses. Je battais le tambour pour le compte de ces individus. […] Ils m’ont appris à magnétiser, ils m’ont même prêté un livre dans lequel j’ai étudié ces opérations42. » Quand il essaie, il réussit du premier coup à endormir une femme en faisant des passes : « Je commence d’abord par serrer la hanche droite, puis je serre les poignets sur la veine, je fais des passes dans le dos, puis devant, puis je tire le fluide des oreilles43. » Par ailleurs, Joséphine Hughes se montre facile à magnétiser : « Il y a 15 jours que ma fille était à la campagne de M. le maire » témoigne son père Louis Hughes, « On la fit asseoir dans un fauteuil et M. Aubert, propriétaire du domaine de La Castille, ayant appliqué son pouce sur celui de ma fille la fit tomber instantanément en syncope44. »

  • 45 Des missionnaires continuent pendant tout le XIXe siècle à sillonner la France pour y ramener ou y (...)
  • 46 8 juin, interrogatoire de Castellan par le juge d’instruction Germany.
  • 47 Ibidem.

17Le premier soir, lors de la veillée chez les Hughes chez lesquels il a demandé hospitalité, Castellan est alors pris pour un saint ou un sorcier et on retrouvera dans son sac des boules avec des cartes pour la loterie. Ce soir là, il se fait passer pour sourd-muet et pendant la veillée avec les voisins, il converse grâce à des questions qu’on lui écrit sur un cahier auxquelles il répond par le même canal. Quant à Joséphine Hughes, c’est une femme pauvre, elle est journalière et travaille chez son père, tout petit propriétaire, et probablement aussi chez d’autres paysans du hameau et de la région. Elle tient la maison puisqu’elle est la seule femme du foyer : elle a perdu sa mère en 1847 lorsqu’elle avait 8 ans, son petit frère Maurice, 1 an, son père avait 50 ans. Elle a donc été élevée sans mère avec un père vieillissant qui ne sait ni lire, ni écrire, elle a aussi un frère aîné. Au moment de l’affaire, Joséphine Hughes a 26 ans et peut donc être qualifiée à cette époque de vieille fille, d’autant qu’un mariage qui était prévu 3 ou 4 années auparavant a été cassé. On ne sait pas pourquoi, mais Timothée Castellan dit à plusieurs reprises lors de l’enquête du juge d’instruction qu’il lui a promis le mariage (on ne sait si c’est avant ou après le présumé viol) et il est prouvé qu’il lui donne une bague en argent contre une médaille que lui offre Joséphine. Par ailleurs, le premier soir chez les Hughes, Castellan se présente comme un envoyé de Dieu. Il fait de nombreux signes de croix et ses deux pieds-bots en font un être hors du commun. Or, Joséphine Hughes semble très croyante, le curé dit « qu’elle a communié pendant la mission »45 et l’on sait que les sermons des missions sont fort exaltés et nombreux sont ceux et celles parmi les témoins qui ont pris Castellan pour un saint homme. Néanmoins, la lecture des témoignages semble confirmer que Joséphine Hughes est bien dans un état second lors de cette fugue, sans qu’on puisse déterminer ce qui en est la cause. Lors de leur départ, la voisine dit avoir vu Castellan mettre sa main sur le front de la jeune femme et faire des « signes circulaires et d’autres comme si vous donniez la bénédiction ». Castellan, lors d’un de ses premiers interrogatoires, nie l’avoir endormie sans quoi elle ne se souviendrait de rien, mais en même temps qu’elle était hors d’état de donner son consentement, « elle disait tantôt oui, tantôt non46 ». Il ajoute : « C’est moi qui lui ai conseillé d’avoir des rapports avec moi. Quand j’en ai eu avec elle, elle n’était pas endormie, mais elle ne savait pas ce qu’elle disait […] Elle me disait tantôt une chose, tantôt une autre. Je comprenais à ce propos qu’elle n’était pas dans son bon sens47. »

  • 48 Interrogatoire de Joséphine Hughes devant le juge d’instruction Paul Billon.
  • 49 Ibidem.
  • 50 Ibidem.

18Interrogée un mois après les faits, Joséphine Hughes dit que, la première fois qu’elle le vit lors de la veillée, Castellan lui inspira « une terreur dont je ne peux me rendre compte et je me couchais toute habillée48 ». Le lendemain matin, il aurait mangé un morceau, serait parti avec son frère puis revenu, s’asseyant auprès du foyer dans la cuisine où elle se trouvait alors et faisant toujours le sourd-muet. Plusieurs personnes du hameau seraient venues le voir, ce qui confirme la représentation d’un homme perçu comme exceptionnel. Elle lui aurait donné à manger des haricots pour le déjeuner : « Quand j’eus pris la seconde (bouchée) cet homme (toujours muet !) serrant le pouce et l’index fit un geste comme s’il mettait une pincée de quelque chose dans ma cuillerée de haricots. » Elle se sentit « comme mourir, alors cet homme me porta je crois sur mon lit et il fit de moi ce qu’il voulut. Il m’enleva mon honneur. J’avais conscience de ce qui se passait. J’aurais voulu me défendre, mais j’étais paralysée par je ne sais quelle puissance, je ne pouvais ni m’agiter, ni crier. Il me fut impossible de frapper sur le mur voisin. » Elle reste ainsi tout l’après midi, « peut être que cet homme a plusieurs fois abusé de moi mais je n’en sais rien. Je me souviens seulement qu’il m’a donné des coups49 ». Puis elle le suit, entraînée par « une force irrésistible […] avec [ses] plus mauvais vêtements de travail, habillée comme une mendiante50 ». Depuis, ses souvenirs sont à moitié effacés, mais revenue chez son père, elle a été malade. « Il a fallu deux fois me saigner. La première fois le sang n’a pas coulé. […] Cet homme m’a perdu de réputation. Il n’y a pas de ma faute. Cet homme a été pour moi le diable »

19Que s’est-il passé ? Pourquoi et comment a-t-elle suivi Castellan, aucune réponse claire ne peut être donnée. À la lecture des témoignages, les gestes et les attitudes évoquent cependant par bien des traits tantôt ceux des somnambules magnétisées du premier XIXe siècle, tantôt ceux des hystériques du théâtre charcotien qu’on verra cinq ans plus tard en 1870 à La Salpêtrière. Joséphine Hughes craint-elle de rester vieille fille après la rupture de son mariage ? A-t-elle pu vouloir épouser cet homme qui se présente comme un saint faisant des miracles ? Seulement le suivre comme une sorte de Marie-Madeleine ? Le 12 avril 2005, Marcella Iacub consacrait sa chronique du journal Libération à cette affaire, elle titrait « Les roueries de la sujétion ». Elle écrivait que si le magnétisme de Castellan n’avait pas été reconnu par les experts, alors « on devait admettre que Joséphine Hughes avait décidé de suivre un mendiant estropié de son plein gré cherchant plus ou moins consciemment à fuir l’espace de quelques jours la vie morne et vertueuse qu’elle menait aux côtés de son père. » Les médecins experts ont toujours tenu à masquer cette possibilité trop contraire aux rapports de bienséance et de pouvoir entre homme et femme à cette époque.

Haut de page

Notes

1 LIEBEAULT A. A., Du sommeil et des états analogues considérés surtout au point de vue de l’action du moral sur le physique, Paris, Masson, Nancy, Grisjean, 1866, p. 528.

2 Voir Revue d’histoire du XIXe siècle, « Un savoir occulté : du magnétisme à l’hypnose », n° 38, 2009/1, sous la dir. de Nicole Edelman.

3 FODERE F. E., Traité de médecine légale et d’hygiène publique ou de police de santé adapté aux codes de l’empire français et aux connaissances actuelles, Paris, Mame, 1813, t. 1, première partie, ch. 4, § 179, « Songe, somnambulisme, extase ». Il s’agit du somnambulisme naturel, en note : p. 261.

4 DEVERGIE Alphonse, Médecine légale, théorique et pratique, 2e éd., Paris, Germer Baillière, 1840, t. 1, « Des attentats à la pudeur », p. 372.

5 CHARPIGNON Jules, Rapports du magnétisme avec la jurisprudence et la médecine légale, Paris, Germer-Baillère, 1860, p. 4.

6 Ibidem, p. 52.

7 Cité par TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière, 1873, p. 93.

8 Ambroise Tardieu connaît une brillante carrière médicale, interne, agrégé, membre de l’académie de médecine dans la section d’hygiène en 1859. Son œuvre est centrée sur l’aliénation et ses effets criminels à travers la médecine légale dont il est un des experts.

9 TARDIEU Ambroise, Etude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière et fils, 4e éd., 1862, p. 78.

10 En 1848, la famille Fox s’installe dans une maison d’Hydesville où deux des enfants disent entendre des coups frappés sur les murs qui sont interprétés comme étant transmis par un homme assassiné. Ces coups seront ensuite canalisés par des tables ou autres guéridons mis en branle par des hommes et des femmes dont les mains se disposent au dessus de ces meubles. La vogue de ces « tables tournantes » passera en Europe au début des années 1850 et en France en 1853. Voir EDELMAN Nicole, Histoire de la voyance et du paranormal, Paris, Seuil, 2009 ; SAUGET Stéphanie, Histoire des maisons hantées, Paris, Tallandier, 2010 ; CUCHET Guillaume, Voix d’outre tombe, Paris, Seuil, 2012.

11 Voir CARROY Jacqueline, Nuits savantes, Une histoire des rêves (1800-1945), Paris, EHESS, 2012.

12 BRAID James, Neurhypnology; or the rationale of nervous sleep, considered in relation with animal magnetism. Illustrated by numerous cases of its successful application in the relief and cure of disease, London and Edimburgh, 1843. Le livre n’est traduit qu’en 1883 sous le titre : Neurhypnologie. Traité du sommeil nerveux ou hypnotisme, Paris, Delahaye et Lecrosnier, 1883.

13 Archives de médecine, vol. 15, 1860.

14 Bulletin de l’Académie des Sciences, décembre 1859, vol. 49, p. 902.

15 MACARIO Maurice Martin Antonin, Du Sommeil, des rêves et du somnambulisme dans l’état de santé et de maladie, Lyon et Paris, Périsse frères, 1857.

16 Le Dr Moreau (de Tours) « appelle l’attention de la société sur l’inconvénient qu’il peut y avoir à publier dans le bulletin des observations comme celle de M. Lunier. Ce serait prendre sur elle une responsabilité immense, ce serait arborer le drapeau du magnétisme et compromettre son autorité scientifique. » CERISE et MOREAU (de Tours) dans Annales médico-psychologiques. Journal destiné à recueillir tous les documents relatifs à l’aliénation mentale, aux névroses, et à la médecine légale des aliénés, Baillarger, Paris, Masson, 1857, troisième série, tome 4, p. 235.

17 Ibidem, 1858, t. 4, p. 250.

18 Ibidem.

19 CHARPIGNON Jules, Rapports du magnétisme avec la jurisprudence et la médecine légale, Paris, Germer-Baillère, 1860, p. 52.

20 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière et fils, 5e éd., 1867 (mais indication de 1866 en réimpression rouge), p. 78-79. Le rapport renvoie au livre de Burdin et Dubois, Histoire académique du magnétisme animal, Paris, 1841, p. 333.

21 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière et fils, 4e éd., 1862, p. 80- 81.

22 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, J.-B. Baillière et fils, 7e éd., 1873, p. 101-102. C’est cette édition qui sera dorénavant utilisée.

23 Cour d’assises du Var, dossier de procédure 2U500, Castellan Joseph, bouchonnier, viol sur Joséphine Hughes 26 ans, Solliès-Farlèche (sic) et Collonières (sic) (07 avril- 29 juillet 1865).

24 TARDIEU Ambroise, Étude médico-légale…, p. 100. Ce qui à ma propre lecture des témoignages apparaît comme beaucoup plus incertain…

25 DESPINE Prosper, Étude sur le somnambulisme, sur les phénomènes qu’il présente et sur son action thérapeutique dans certaines maladies nerveuses du rôle important qu’il joue dans l’épilepsie, dans l’hystérie et les névroses dites extraordinaires, Paris, Savy, 1880. Le cas est raconté de la page 201 à la page 205.

26 Ibidem, p. 203.

27 Ibidem, p. 201.

28 GILLES DE LA TOURETTE Gaston, L’hypnotisme et les états analogues au point de vue médico-légal, Plon, Nourrit et Cie, 1887, préface de Brouardel.

29 Ibidem, p. 345.

30 Ibidem, p. 348.

31 Cour d’assises du Var, dossier de procédure 2U500. Témoignage de Joseph Coudroyer, le 30 mai qui ajoute : « Cet état d’exaltation a duré les deux jours suivants, elle ne parlait que de dieu et de son bonheur », quand elle était plus calme, elle demandait de l’aide.

32 GILLES DE LA TOURETTE Gaston, L’hypnotisme…, op. cit., p. 352.

33 Ibidem.

34 LIEGOIS Jules, De la suggestion et du somnambulisme dans leur rapport avec la jurisprudence et la médecine légale, Paris, Doin, 1889.

35 Le Var, 3 août 1865, La Gazette des tribunaux, 10 août 1865. Les comptes-rendus sont mots pour mots les mêmes.

36 LIEGOIS Jules, De la suggestion…, op. cit., p. 544.

37 Ibidem, p. 545.

38 Ibidem, p. 546.

39 Médecin magnétiseur très connu à Nancy, proche du médecin H. Bernheim.

40 LIEGOIS Jules, De la suggestion…, op. cit., p. 549.

41 Cour d’assises du Var, dossier de procédure 2U500.

42 Archive du Var, dossier 2U500 cité, « Joindre au dossier à titre de renseignements ».

43 Ibidem, « Le chef de la troupe se nommait M. Bertrand. »

44 Témoignage de Louis Hughes devant le juge d’instruction.

45 Des missionnaires continuent pendant tout le XIXe siècle à sillonner la France pour y ramener ou y raviver la foi catholique en particulier dans des régions considérées comme rétives à la religion, ce qui est le cas de celle de Toulon.

46 8 juin, interrogatoire de Castellan par le juge d’instruction Germany.

47 Ibidem.

48 Interrogatoire de Joséphine Hughes devant le juge d’instruction Paul Billon.

49 Ibidem.

50 Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Edelman, « Médecine, expertise et genre : l’« affaire Castellan » »Histoire, médecine et santé, 3 | 2013, 43-54.

Référence électronique

Nicole Edelman, « Médecine, expertise et genre : l’« affaire Castellan » »Histoire, médecine et santé [En ligne], 3 | printemps 2013, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/474 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.474

Haut de page

Auteur

Nicole Edelman

Nicole Edelman est professeure d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense. Ses recherches portent sur l’histoire de la médecine, de la psychologie, de la psychanalyse et sur l’histoire de l’occulte aux XIXe et XXe siècles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search