Navigation – Plan du site
Varia

« Nature féminine » et doctoresses (1868-1930)

Nature, Women and Lady doctor
Natalie Pigeard-Micault
p. 83-100

Résumés

En France, il y a 150 ans, les étudiantes n’existaient pas. Aujourd’hui, elles sont majoritaires. C’est par la médecine que les jeunes femmes ont pu passer pour la première fois du statut d’auditrice libre à celui d’étudiantes. Le concept de « nature féminine », qui sert à leurs détracteurs, va également devenir un élément de leur propre affirmation en tant que praticiennes. Elles essayent ainsi de montrer qu’elles ne prétendent pas pénétrer une profession masculine, mais que la médecine est en définitive une profession féminine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 INSEE, « Étudiants des universités par discipline et par cursus selon le sexe », 2010/2011, en lign (...)

1Les étudiantes représentent 79 % des effectifs inscrits en licence de médecine pour l’année scolaire 2010-20111. Pourtant, il y a cent cinquante ans, aucune femme n’était diplômée en médecine. C’est en 1868 que quatre jeunes femmes franchissent pour la première fois les portes de la Faculté en tant qu’étudiantes. Cette étude s’arrête en 1930, période marquant une rupture économique dont l’impact social influe directement sur l’évolution de la place des femmes dans la société. En examinant l’histoire de ces premières femmes, les débats autour de l’innovation, mais aussi les choix professionnels qu’elles ont faits, cet article tente de comprendre leurs motivations à vouloir investir la profession médicale. Il analysera aussi comment et pourquoi elles ont modifié la détermination sexuelle de cette profession en opérant une redéfinition du rôle social qui leur est assigné. En effet, en séparant leur rôle domestique de leur rôle maternel, les femmes médecins françaises ont justifié leur existence au nom des « attributs » de genre.

Les premières tentatives

  • 2 Sur l’histoire des toutes premières inscrites, voir PIGEARD Natalie, « The Entrance of Women to Med (...)

2En mars 1866, le doyen de la Faculté de médecine de Paris, Charles Adolphe Wurtz (1817-1884) reçoit Madeleine Brès (1839-1925), mère de trois enfants, qui désire s’inscrire. Wurtz lui conseille de passer d’abord ses baccalauréats. Il lui promet, entre temps, de plaider sa cause2. Wurtz demande alors au docteur Alexis Dureau (1831-1904), déjà missionné par le Ministère pour étudier l’organisation des facultés de médecine à l’étranger, d’examiner, lors de sa prochaine mission, les conditions d’accès des femmes aux études médicales dans les divers pays visités.

  • 3 Voir le chapitre de Joy Harvey, op. cit. En ce qui concerne Mary Putnam, voir PUTNAM, Mary, Life an (...)
  • 4 Voir Harvey Joy, op. cit.
  • 5 La Faculté de médecine de Paris est aussi une école de médecine, de nombreuses élèves sage-femme la (...)
  • 6 Archives Nationales (A.N.), AJ16/6255, Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs du 27 novembre (...)

3Pendant ce temps, à la rentrée scolaire de l’année 1866-1867, une Américaine, Mary Putnam (1842-1906) s’immisce discrètement dans quelques « cours clinique »3. Elle est déjà docteur en pharmacie de l’université de Pennsylvanie. Son père, médecin, l’a recommandée à un confrère, le docteur Hippolyte Hérard (1818-1913) qui donne des cours de clinique dans les hôpitaux. Ce dernier lui fait suivre ses propres enseignements, mais convainc aussi d’autres médecins, comme Benjamin Ball (1833-1893), d’en faire autant. Mary Putnam passe cette première année à s’intégrer dans les cours, mais surtout à tisser un réseau social d’influence4. Début novembre 1867, une nouvelle année universitaire commence. Plus personne ne s’étonne de la voir parmi les étudiants5. Elle demande alors à s’inscrire officiellement et à passer les examens. Le 27 novembre 1867, sa requête est présentée devant l’assemblée des professeurs. Pierre Denonvilliers (1808-1872) y rappelle l’opposition du Conseil de l’Instruction publique jugeant l’entrée des femmes dans la médecine comme contraire aux mœurs et aux conditions sociales. Jules Behier (1813-1876) en appelle au code Napoléon et « fait remarquer que la femme étant mineure par le fait du mariage et échappe donc à toute responsabilité personnelle et que par conséquent l’adoption de Mlle Putnam pourrait entraîner de graves complications »6.

  • 7 Victor Duruy (1811-1894) est ministre de l’instruction publique et des cultes de 1863 à 1869. L’imp (...)

4Dans ce rapport, seul le doyen Wurtz est cité pour avoir pris la défense de Mary Putnam en soulignant que la loi reste muette sur le sujet et que très récemment le ministre Duruy et l’impératrice Eugénie ont autorisé l’inscription d’une femme, Madeleine Brès, en médecine, à la condition qu’elle possède les deux baccalauréats7. Malgré son autorité, Wurtz ne parvient pas à faire accepter Mary Putnam par les professeurs qui votent à l’unanimité moins une voix contre la demande de la jeune pharmacienne.

5En mars 1868, elle décide de retenter sa chance et retourne voir Charles Adolphe Wurtz pour déposer sa demande. Il lui conseille alors de la déposer directement auprès du ministre de l’Instruction publique, Victor Duruy, sans passer par l’assemblée des professeurs ; elle réussit ainsi à s’inscrire contre l’avis des professeurs.

  • 8 PUTNAM M., Life and Letters…, op. cit., p. 107 (lettre du 24 déc. 1866 à sa mère, où elle annonce ê (...)

6Durant ces deux années passées à la faculté de médecine, Mary Putnam s’est fait connaître par celles qui, même lointaines, aspiraient à poursuivre leurs études. Ainsi écrit-elle son succès à Elizabeth Garrett (1836-1917), une doctoresse anglaise, et le publie également dans la presse américaine8. Quelques mois plus tard, à la rentrée scolaire 1868-1869, elles sont quatre inscrites. Il y a Mary Putnam (Américaine), Elizabeth Garrett (Anglaise), Catherine Gontcharoff (Russe) et enfin Madeleine Brès (Française) qui est revenue avec ses baccalauréats.

  • 9 Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, n° 27, 8 juillet, 1870, p. 432.
  • 10 La thèse de M. Putnam est élogieusement relatée dans Gazette médicale de Paris, 1871, série 3, n° 2 (...)

7L’inscription des femmes à la faculté ne fait pas événement dans la presse médicale ou scientifique. Que ce soit dans le Journal de médecine et de chirurgie, la Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, le Moniteur scientifique, la Revue rose, etc., rien n’évoque ni le désir de Madeleine Brès, ni les premières inscriptions. Pourtant des articles sur les femmes médecins à l’étranger paraissent, mais sans jamais mentionner leur existence en France. Au moment de la première soutenance en 1870, celle d’Elizabeth Garrett, seul cet entrefilet paraît : « La Faculté de médecine de Paris vient de recevoir une doctoresse Miss Garrett »9. Un an plus tard, lors de la soutenance de Mary Putnam, les journaux ne sont guère plus bavards10.

La nature féminine

  • 11 Harvey Joy, op. cit., p. 351 et p. 362.

8C’est à partir de la soutenance de Madeleine Brès, en 1875, que les oppositions vont réellement se déchaîner. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit de la première Française à décrocher son doctorat. Joy Harvey interprète l’acceptation, dans les cours de clinique, des premières femmes non inscrites à la faculté, telle Mary Putnam, comme un geste d’hospitalité traditionnelle envers les étudiants étrangers. Ainsi, si Alfred Vulpian (1826-1887), professeur de physiologie, accepte de bonne grâce que l’Américaine Mary Putnam le suive dans ses cours, cesse-t-il de lui adresser la parole lors de ses examens de doctorat11. Léon Athanase Gosselin (1815-1887), professeur d’anatomie, lui avoue, après ses réussites à son cours clinique, qu’il a voté contre son admission.

  • 12 Voir tout le débat (qui révèle cette peur de la concurrence) autour du projet de création d’une éco (...)
  • 13 Sur ce concept de « nature féminine », cf. Yvonne Knibiehler qui montre comment elle est définie bi (...)

9Contrairement aux étrangères, Madeleine Brès reste en France et a bien l’intention d’ouvrir un cabinet de consultation. Or, la communauté médicale craint la concurrence professionnelle des femmes médecins susceptibles d’attirer la clientèle féminine et infantile12. Cependant, l’argument financier s’efface devant celui qui se fonde sur la morale et la « nature de la femme »13.

  • 14 « Feuilleton », Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, n° 38, 20 septembre 1872, p. 616.
  • 15 C’est le 5 de ce même mois de juin que M. Brès soutient sa thèse de doctorat. Sur trois pages de di (...)

10Déjà en 1872 la Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie consacre son feuilleton de septembre à l’existence de femmes médecins. C’est à l’aide du concept de « nature » féminine qu’il argumente son opposition. Les étudiantes, par les études inconvenantes qu’elles poursuivent en compagnie d’hommes, seraient obligées de masquer leurs « caractéristiques féminines », sans même que celles-ci ne soient précisément définies. Elles deviendraient des « monstres androgynes »14. Même discours dans le Journal de médecine et de chirurgie pratique qui durcit le ton en juin 187515. Une femme ne peut être médecin sans perdre sa féminité :

  • 16 Lucas-Championnaire Just, « Article 9997 », Journal de médecine et de chirurgie pratiques, juin 187 (...)

La femme ne peut prétendre à parcourir sérieusement la carrière médicale […] qu’à la condition de cesser d’être femme : de par les lois physiologiques, la femme médecin est un être douteux, hermaphrodite ou sans sexe, en tout cas un monstre. Libre maintenant à celles que tentera cette distinction de chercher à l’acquérir16.

  • 17 La monstruosité peut être rapportée au concept de « normalité » médicale, mais aussi à celui de « n (...)
  • 18 Gustave Richelot (1844-1924) est interne des hôpitaux de Paris en 1875 avant de devenir chirurgien (...)

11La comparaison de la femme médecin avec le monstre renvoie à la question de la normalité, qu’elle soit sociale, morale ou physiologique17. C’est dans l’ouvrage La femme-médecin de Gustave Richelot18 que l’on trouve une définition de la « nature » féminine. Celle-ci se décline en trois critères qui se veulent exempts de considérations sociales : l’esthétique, le physique et enfin le psychologique.

12L’« esthétique féminine », dont la finalité est d’attirer l’homme, serait déformée par les études médicales :

  • 19 Richelot Gustave, La femme-médecin, Paris, E. Dentu, 1875, p. 11. Ouvrage issu d’une série d’articl (...)

Cet accoutrement [tablier plein de sang], ces salles infectes, ces débris humains […] font un contraste repoussant avec ces formes féminines. […] Ces jeunes femmes perdent […] tout l’attrait de leur sexe. Ce ne sont plus ni des femmes ni des hommes19.

  • 20 Ibidem.

13Les capacités physiques des femmes ne leur donneraient pas la force de soulever les malades et de supporter les heures de soins quand elles sont indisposées. « Et quand elles seront enceintes, comment s’approcheront-elles de leurs malades avec leur gros ventre ?20 »

14Enfin viennent les critères psychologiques. Les femmes ne sont non seulement pas maîtresses de leurs sens, mais n’ont également pas les capacités intellectuelles nécessaires aux études :

  • 21 Gustave Richelot note que les femmes n’ont pas l’instruction nécessaire, mais ne se demande pas pou (...)

Pour être médecin il faut avoir une intelligence ouverte et prompte, […] un grand sang froid, […] un empire complet sur toutes ses sensations […]. Ne sont-elles pas au contraire de la nature féminine21 ?

  • 22 Voir le témoignage de LAUVERGEON Anne, in Actes du colloque : La science par et pour les femmes dan (...)
  • 23 Caroline Schultze, polonaise, née en 1867, soutient sa thèse de médecine sur La femme médecin au XI (...)

15Ces arguments, surtout ceux qui concernent la psychologie, sont si puissants que certains sont encore véhiculés aujourd’hui22. En 1888, lors de la soutenance de thèse de Caroline Schultze, Martin Charcot23 les reprend un à un, mais signe la pétition en faveur de l’admission des femmes à l’internat, persuadé que très peu d’entre elles ont les capacités intellectuelles nécessaires.

Les débats

16Si ces arguments basés sur la « nature féminine » vont être largement diffusés, ils sont les premiers à se trouver en contradiction non seulement avec l’existence des premières docteurs, mais aussi avec la réalité sociale. L’idée de « nature esthétique » n’a eu que peu d’écho. Celle de « nature psychologique » résiste très mal au « sang-froid » dont les étudiantes font preuve durant les exercices de dissection ainsi qu’à leurs résultats très satisfaisants lors des examens. Aux conditions de travail du médecin nécessitant des qualités physiques « viriles » d’autres répondent en invoquant la condition des ouvrières ou des sages-femmes. Qu’elles soient ouvrières ou employées, le Journal des économistes constate qu’indisposées ou enceintes, elles doivent travailler sur les chaînes de production. Ainsi l’argument relatif à la « nature physique » des femmes est-il lui aussi remis en cause.

17Les trois caractéristiques précitées de la « nature » féminine étant battues en brèche, c’est à la morale sociale que les opposants en appellent. Le docteur et journaliste Lucas-Champonnière montre à ses lecteurs qu’elle seule est en jeu dans ce débat :

  • 24 Lucas-Championnaire Just, op. cit., p. 241-242.

On dit les femmes incapables d’études répugnantes et pénibles qui nous sont imposées ; leur sensibilité plus grande les en écarte et leur intelligence ne serait pas assez vaste. […] Cela n’est pas juste, car l’expérience est faite. […] Quelle objection nous reste donc ? La seule vraiment grave. […] L’exercice de la profession est absolument incompatible avec sa vie de femme24.

  • 25 Les femmes représentent plus d’un tiers de la population active parisienne dans les années 1910, vo (...)

18Les femmes, mères avant tout, doivent être dans leur foyer pour éduquer leurs enfants, et non dans un hôpital en pleine nuit pour soigner des inconnus. Là encore les partisans des femmes médecins renvoient leurs opposants à la situation des ouvrières25. L’économiste Gustave de Molinari accuse même les détracteurs des femmes médecins – ou des avocates – d’agir contre la « morale sociale » qu’ils pensent défendre en les excluant des professions « honorables ».

  • 26 Molinari Gustave de, « Femmes-avocats, femmes-médecins », Journal des économistes, 4e série, t. 45, (...)

Tandis qu’on permet aux femmes de s’adonner à l’industrie de la prostitution, on leur ferme l’accès d’une série de professions dans lesquelles elles pourraient trouver des moyens d’existence honnêtes26.

19Les opposants ne désarment pas et répliquent que les étudiantes ne sont pas de condition ouvrière, mais sont des bourgeoises ayant les moyens de rester chez elles :

  • 27 « Feuilleton », Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, n° 38, 30 septembre 1872, p. 615- (...)

L’aisance nécessaire pour entreprendre la carrière de la médecine, mettra toujours une femme raisonnable au-dessus du besoin, et lui permettra de vivre honorablement dans une sphère modeste, où il lui sera toujours facile d’être une honnête femme et une honnête mère de famille27.

20Y aurait-il alors deux morales sociales, celle de la bourgeoisie et celle de la classe ouvrière ?

  • 28 Ibidem, p. 617.
  • 29 Sur la naturalisation des rôles sociaux, cf. entre autres : GUILLAUMIN Colette, « Pratique du pouvo (...)

21En conclusion, ce n’est pas tant la « transsexualité » des femmes que redoutent certains, qu’un bouleversement de l’ordre social. Plus précisément, les médecins craignent avant tout le désordre de la classe sociale à laquelle ils appartiennent. En parlant de « monstres androgynes », la presse médicale suppose que ce n’est pas la société qui confère une place définie aux femmes, mais que c’est la « nature » féminine qui leur impose une condition sociale28, des rôles « naturels »29.

Les soutiens

  • 30 Paul Broca (1824-1880) devient professeur de pathologie chirurgicale en 1867. Étant donné ses posit (...)
  • 31 « La première doctoresse française : conversation avec Mme Madeleine Brès, docteur en médecine », L (...)
  • 32 Le docteur Queyrat (1856-1933) est alors chef du service de dermatologie et vénérologie à l’hôpital (...)

22Parmi les médecins, le docteur Hérard a été le premier soutien de Mary Putnam. À la fin de l’Empire, le doyen Wurtz, a été le seul à voter en faveur de son admission. Paul Broca30 a essayé de faire admettre Madeleine Brès comme interne après la guerre de 187031. C’est dans la jeune génération de praticiens que les femmes rencontrent le plus d’appuis : les médecins agrégés de l’Empire, devenus professeurs, sont majoritairement favorables à l’exercice des femmes. Reclus, Ball, Landouzy, Verneuil, Gautier avant même d’être en chaire, ont accepté les étudiantes dans leurs cours ou laboratoires. Plus tard, pour chaque bataille menée par les étudiantes, celles pour l’externat ou l’internat notamment, les soutiens sont d’autant plus militants et forts que les oppositions sont virulentes. Par exemple, lors de la campagne pour l’internat de 1882 à 1886, tandis que les cours viennent d’être fermés aux postulantes, le docteur Louis Queyrat, qui dirigeait les études de Blanche Edwards-Pilliet et d’Augusta Klumpke, décide de continuer à leur enseigner32.

  • 33 L’histoire a souvent retenu le témoignage d’Augusta Klumpke sur les projectiles reçus par les étudi (...)
  • 34 Putnam Mary, Life and Letters…, op. cit., p. 178.
  • 35 « La première doctoresse française… », op. cit., p. 195.
  • 36 Matilda Ayrton est plus grandiloquente : « Aux élèves qui depuis 1871 m’ont tant de fois prouvé que (...)

23Nombreux sont les élèves internes s’opposant à Blanche Edwards-Pilliet et Augusta Klumpke mais beaucoup d’autres ont été des soutiens forts pour les jeunes femmes33. Mary Putnam rappelle que, n’ayant pas l’autorisation de suivre certains cours, ce sont quelques étudiants qui les lui restituent après y avoir assisté34. Madeleine Brès n’oublie également jamais de parler de l’attitude avenante de ses condisciples à son égard35. Dans les dédicaces de leur thèse, certaines n’hésitent pas à les citer36. Les étudiants justifient souvent leur soutien au nom de l’égalité sociale. Dès 1875, Gustave Richelot publie la lettre de l’un d’eux :

  • 37 Richelot G., op. cit., p. 43 et suiv. Que ce soit en droit ou en médecine, les étudiantes ont eu so (...)

Nous voulons aujourd’hui non pas une compagne un peu plus instruite, mais une égale, et nous lui donnons pour qu’elle le devienne, toutes les ressources qui étaient jusqu’ici notre apanage exclusif. […] Nous sommes fondés à croire que l’infériorité générale de ses aptitudes par rapport à l’homme a pour cause essentielle la différence d’éducation37.

  • 38 Les places d’interne étant rares et permettant d’être logé, nourri et rémunéré, les élèves internes (...)

24Tous ces témoignages nuancent fortement l’image de l’étudiant hostile, véhiculée après l’attitude de certains durant la campagne de l’internat38.

  • 39 Sur les rapports homme/femme dans les couples scientifiques, voir Pycior Helena M., Slack Nancy G. (...)
  • 40 Selon le code Napoléon de 1804.

25Autre soutien qui ne peut-être nié, car il est juridiquement nécessaire : celui du mari ou du père de l’étudiante39. En effet, pour pouvoir s’inscrire, ces femmes avaient besoin de l’accord de leur tuteur légal40.

  • 41 Déjà lors du premier congrès international des étudiants à Liège en 1865, l’égalité d’instruction f (...)
  • 42 Attention, telle n’est pas l’idée défendue par tous les républicains. Pour beaucoup d’entre eux, il (...)
  • 43 Voir LEVASSEUR Émile, « Nécrologie, Mlle Julie Victoire Daubié », Journal des économistes, t. 37, 1 (...)
  • 44 « Plusieurs de ces dames font des opérations aussi bien que les meilleurs chirurgiens et elles cumu (...)

26Cependant, les appuis les plus puissants viennent des hommes politiques et des journalistes. Depuis quelques années41, les mouvements républicains radicaux considèrent la lutte pour l’instruction des femmes comme partie intégrante de la lutte des classes42. Déjà, en renvoyant l’argumentation des opposants à la situation des ouvrières, les défenseurs du droit des étudiantes avaient généralisé leur discours à l’ensemble de la condition féminine. Le Journal des économistes – qui compte des femmes journalistes comme Julie Daubié, première bachelière, ou Clémence Royer – n’hésite pas à vilipender les facultés qui refusent les candidates, mais aussi à dénoncer les conditions des femmes dans le milieu ouvrier43. Charles Richet, directeur de la Revue scientifique publie de véritables plaidoyers. Victor Meunier fait de même dans Cosmos44. Parmi les hommes politiques du derniers tiers du XIXe siècle, il faut rappeler l’action de certains en faveur des doctoresses, notamment durant la campagne de l’internat.

  • 45 C’est également là qu’il ouvre avec Maria Deraisme une des premières loges maçonniques mixtes. Voir (...)

27Paul Bert, médecin et député, réunit 65 signatures d’illustres professeurs et médecins des hôpitaux en faveur de l’internat féminin. Le chimiste Charles Lauth, ancien élève de la faculté, demande au conseil municipal de Paris, dont il fait partie, de voter une invitation à l’Assistance publique en faveur des femmes médecins. Le conseil vote à 57 voix contre 15 pour l’innovation. Le préfet Poubelle, devant la situation qui s’enlise, impose par décret les femmes au concours d’internat en 1886, avant de les imposer dans les administrations publiques en 1894. Enfin, Georges Martin, sénateur et médecin siégeant au conseil de l’Assistance publique des hôpitaux, pose la question de l’internat à chaque séance du conseil alors même que celui-ci l’a rejetée à une grande majorité. Il ouvre en 1894 un dispensaire au 51 rue du cardinal Lemoine à Paris, où les médecins ne sont que des femmes45.

  • 46 Voir Lafargue Paul, La question de la femme, Paris, L’Œuvre nouvelle, 1904 et Waleffe, Maurice de, (...)

28Les étudiantes ont donc eu de nombreux et puissants soutiens masculins qui ont été décisifs. Tournant en dérision le concept de « nature » féminine, ils ont déplacé le problème des femmes médecins sur un plan de revendication sociale pour, parfois, l’intégrer pleinement dans une question de lutte de classes et de revendication égalitaire46. Tandis que se déroulent ces débats, les étudiantes continuent à investir les bancs de la Faculté.

Évolution quantitative des étudiantes

  • 47 Merci à Pierre Moulinier de m’avoir communiqué son fichier Excel du relevé fait par lui aux Archive (...)
  • 48 A.N., AJ16/6566, Rapports du doyen au Conseil académique, pour les années 1875/1876 à 1880/1881.
  • 49 Schultze, Caroline, La femme médecin au XIXe siècle, Paris, Ollier-Henry, 1888.

29Il est difficile d’évaluer le nombre d’étudiantes en médecine avant les années 189047. Plusieurs sources doivent être mobilisées. Entre 1876 et 1881, le doyen Alfred Vulpian note, dans son rapport annuel, le nombre d’étudiantes et leur origine géographique48. En 1889, c’est dans la thèse de Caroline Schultze que l’on apprend qu’à la rentrée 1887-1888 elles sont 114 inscrites49. Enfin, à partir de 1894, c’est l’Annuaire statistique de la France qui nous renseigne.

  • 50 Le baccalauréat féminin, créé en 1919, est considéré comme un sous-baccalauréat car certaines épreu (...)
  • 51 En 1880, l’enseignement secondaire pour filles ne permet pas de passer le baccalauréat puisque tout (...)
  • 52 Ce n’est évidemment pas la seule raison, il faut prendre en considération l’évolution des mœurs, le (...)
  • 53 Sur l’accès à l’université dans les autres pays du Nord, voir Neville Bonner Thomas, To the Ends of (...)

30Même sans avoir toutes les données, la progression parait fulgurante. Pourtant l’enseignement secondaire pour les filles n’a été créé qu’en 1880 et ne mènera aux baccalauréats nécessaires pour entrer dans l’enseignement supérieur qu’en 192450. Si les jeunes Françaises ont le droit de s’inscrire depuis 1868, seule la bourgeoisie aisée peut offrir des cours particuliers à ses filles, leur permettant d’acquérir le niveau d’instruction des baccalauréats51. C’est ainsi que la part des filles d’origine française reste minime dans cette évolution quantitative52. En revanche, de nombreux pays – notamment slaves ou anglo-saxons – offrent à leurs filles des études secondaires de qualité, depuis plusieurs décennies ; elles n’ont pas la possibilité d’entrer en faculté ou de passer des grades universitaires dans leur pays53. Aussi, la progression quantitative des étudiantes étrangères est bien plus rapide que celle des Françaises.

Évolution du nombre d’étudiantes en Faculté de médecine de Paris entre 1875 et 1895

Évolution du nombre d’étudiantes en Faculté de médecine de Paris entre 1875 et 1895
  • 54 Sur les migrations étudiantes, voir Tikhonov Natalie, « Les étudiantes étrangères dans les universi (...)
  • 55 Même proportion pour les étudiants : 124 Américains, 24 Britanniques, 44 Roumains, 11 Russes, etc. (...)
  • 56 Warner John Harley, « Paradigm Lost or Paradise Declining? American Physicians and the ‘‘Dead End’’ (...)

31Cette rapide croissance des étudiantes étrangères est surtout le fait des sujets de l’Empire russe, puis de la Roumanie et de l’Empire Austro-hongrois investissant les facultés françaises, les seules avec les suisses à accepter les femmes54. Si les étudiantes russes sont majoritaires après 1889, ce sont les Anglo-saxonnes qui dominent au début. Le doyen Vulpian, pour l’année 1875-1876, note que sur 19 inscrites, 11 viennent d’Angleterre, contre 5 de Russie et 3 de France55. John Harley Warner explique la baisse de fréquentation des facultés médicales françaises par les Américain-e-s par un sentiment de déclin de la science française56 ; ce qui peut être également le cas des Britanniques.

  • 57 Charrier Edmé, op. cit., p. 176-178.
  • 58 À Paris, en 1920, les Russes, Roumains et Polonais représentent encore 35 % des étudiants étrangers (...)

32Ce n’est qu’avec la Première Guerre mondiale que le nombre de Françaises en faculté dépasse celui des étrangères57. L’augmentation du pourcentage des étudiantes françaises s’explique non seulement par leur augmentation numérique, mais aussi par la baisse ou la stagnation des inscriptions des étudiantes étrangères qui trouvent alors dans leur pays des facultés ouvertes aux femmes58.

Évolution du nombre de femmes inscrites à la Faculté de médecine de 1900 à 1935

Évolution du nombre de femmes inscrites à la Faculté de médecine de 1900 à 1935
  • 59 Ibidem, voir les années concernées.

33Outre l’évolution quantitative, il faut noter qu’en soixante ans, de 1870 à 1930, la représentativité des étudiantes passe de 0 % à 20 % des étudiants. Il est vrai que la Faculté de médecine de Paris double presque ses inscriptions entre 1900 et 1935 (de 3 925 à 7 557). Dans le même temps, on constate que si la population masculine croît de 3 746 à 6 042 inscrits, cela est principalement le fait des étrangers ; le nombre de Français ne progressant que très faiblement (de 3 366 à 4 129)59. À l’inverse, l’augmentation des étudiantes est principalement due aux Françaises. Elles sont quinze fois plus nombreuses en 1935 (1 224) qu’en 1900 (81). En comptant les étrangères, le nombre d’étudiantes est multiplié par 8,5 (de 179 à 1 515) contre 1,6 pour les étudiants. Quantitativement la profession médicale se féminise réellement dès le premier tiers du XXe siècle.

34Si les étudiantes ont conquis la Faculté de médecine de Paris, où se sont-elles placées dans le débat entre ceux qui s’opposaient à leur présence au nom de la « nature » féminine et ceux qui les soutenaient au nom de l’évolution sociale ? Quelles étaient leurs motivations pour entrer dans des lieux et professions jusqu’alors réservés aux hommes ?

Les doctoresses : des féministes ?

  • 60 Offen Karen, « Sur l’origine des mots féminisme et féministe », Revue d’histoire moderne et contemp (...)
  • 61 BELLIS H., The ‘‘Women of Renown’’ Series. Elizabeth Garrett Anderson, Chapman Press, 2010.
  • 62 Sur le militantisme de M. Putnam, voir Bittel C. J., op. cit.

35Si on ne peut remettre en question le militantisme féministe de quelques étudiantes60, on remarque assez vite que celles-ci sont étrangères. Pour s’en convaincre, outre les vies d’Elizabeth Garrett61 et de Mary Putnam62, c’est directement dans la thèse de Caroline Schultze sur l’histoire des femmes médecins que se révèle ce militantisme :

  • 63 Schultze Caroline, op. cit. (dédicace et conclusion, p. 76).

La seconde moitié du XIXe siècle a été signalée par un mouvement général d’émancipation intellectuelle et professionnelle des femmes. […] Partout les femmes qui ont, à l’avant-garde, combattu […] ont eu des difficultés de toutes sortes à vaincre ; mais partout jusqu’à présent du moins, la victoire leur est demeurée63.

36Émancipation intellectuelle et professionnelle sont des notions qui ne laissent aucun doute sur le caractère féministe du discours. Pourtant, en regardant de près les témoignages et thèses des Françaises, nous ne trouvons pas de telles revendications. C’est souvent en reprenant et en affirmant le concept de « nature féminine » de leurs opposants que les doctoresses françaises parviennent à s’imposer.

37Rappelons-le, la « nature » physiologique des femmes, dans la presse médicale, est caractérisée par la gestation et l’éducation des enfants qui leur confèrerait un physique et un psychisme permettant de les qualifier de douces, sensibles, attentives, etc. Les femmes médecins tentent alors de montrer que c’est justement au nom de cette « nature » féminine qu’elles doivent pratiquer.

  • 64 Gaël Augustine, La femme-médecin, sa raison d’être, au point de vue du droit de la morale et de l’h (...)

38Madame Gaël, pseudonyme d’Augustine Girault, publie en 1868 La femme médecin64. Loin de combattre le concept de « nature » féminine, elle reprend point par point ses « caractéristiques » pour justifier la vocation médicale des femmes : celles-ci ont vocation à soigner de par leur « nature » procréatrice et éducatrice. Quant aux capacités intellectuelles des femmes qui seraient « naturellement » inférieures à celles de l’homme, là-aussi, Augustine Gaël va dans le sens des opposants. La carrière médicale nécessitant plus de performances que celle de sage-femme, seules quelques femmes d’exception peuvent y avoir accès :

  • 65 Ibidem, p7.

Que ces vocations particulières trouvent une issue […] nous le trouvons parfaitement juste et rationnel, non seulement pour la carrière médicale, mais pour toutes les carrières qui ne sont pas incompatibles avec les attributs essentiels de la femme65.

  • 66 Sur la spécialité médicale appelée « maladies des femmes » et l’évolution de sa pratique au fur et (...)
  • 67 Sur le choix de leur clientèle, voir les dédicaces ou introduction des thèses de Brès (1875), Ribar (...)
  • 68 Utiliser le concept de « nature féminine » pour revendiquer des droits ou des rôles sociaux n’est p (...)

39Les thèses et les témoignages présentent le même discours. Les étudiantes françaises notent presque toutes dans leur thèse qu’elles n’ont pour objectif final que de soigner des femmes et des enfants, comme leur statut de mère les y invite66. Leurs thèses traitent, à quelque exception près, d’un sujet dit féminin67 : la gynécologie, les maladies des femmes ou des enfants68. Entre 1875 et 1884, sur sept thèses soutenues par des étudiantes, cinq évoquent un de ces sujets.

40Si les étudiantes françaises se conforment à ces thématiques, qu’en est-il une fois qu’elles ouvrent un cabinet de consultation ? Leurs études achevées, les doctoresses ont-t-elles une pratique en adéquation avec la « nature » féminine ?

Professionnalisation des femmes médecins

  • 69 Tous les chiffres donnés sur la professionnalisation des doctoresses ont été relevés dans le Guide (...)

41La professionnalisation des femmes médecins se fait très lentement, puisque, comme on l’a vu, les Françaises sont très peu nombreuses avant le XXe siècle. Les étudiantes étrangères repartent majoritairement dans leur pays, une fois leur doctorat obtenu. En 1900, les étudiantes sont 182 à avoir obtenu leur doctorat, seules 57 sont répertoriées comme praticiennes dans le Guide Rosenwald69. C’est après la Première Guerre mondiale que l’on remarque une nette progression.

Évolution du nombre de femmes médecins à Paris

Nombre

de femmes médecins

Nombre

de médecins

% de femmes

parmi les médecins

1894

24

2808

0,85 %

1900

57

2990

1,91 %

1910

88

4708

1,87 %

1930

238

6237

3,82 %

  • 70 FONTANGES Harriette, Les Femmes docteurs en médecine dans tous les pays, Paris, Alliance coopérativ (...)
  • 71 Sur les spécialisations médicales, voir Schweyer François-Xavier, « L’essor de la profession médica (...)
  • 72 Comme le note Patrice Pinell, les médecins se disant spécialistes en accouchement se font également (...)
  • 73 Sur le refus des femmes de subir un l’examen médical, voir Arnaud-Lesot Sylvie, « Pratique médicale (...)
  • 74 Voir la série de huit cartes postales anciennes intitulées « Doctoresse – l’étudiante », notamment (...)

42Certaines exercent en province, mais très peu70. D’autres arrêtent après leur mariage. Si l’on considère les spécialisations médicales qu’elles disent exercer71, le choix des doctoresses correspond encore, jusqu’en 1930, à l’image de la « nature » féminine72. Il faut rappeler ici que les soins donnés aux femmes posent un réel problème de pudeur qui, pour beaucoup, les éloigne des soins médicaux73. Aussi, on voit apparaître des cartes postales où les doctoresses appellent leurs « sœurs » à se faire soigner ou encore insistent sur leur caractère compatissant qui s’opposerait à une pratique « masculine »74.

  • 75 Relevé fait de toutes les femmes présentes dans le répertoire des médecins spécialisés pour les ann (...)
  • 76 Elles ne sont que trois en gastro-entérologie en 1930. Même constat dans FETTE Juliette, « Pride an (...)

43Ainsi, entre 1900 et 1930, les doctoresses s’inscrivent-elles à Paris de plus en plus comme médecins spécialistes en accouchement (de 1 en 1900, à 20 en 1930), en maladie des enfants (de 2 à 60) et enfin en maladies de femmes (de 5 à 74). Pour toutes les autres disciplines médicales, elles ne sont pas plus de 8 en 193075. Même après la Première Guerre mondiale, peu de femmes se disent spécialisées dans d’autres domaines médicaux76. Comme le dit Madeleine Brès :

  • 77 « La première doctoresse française… », op. cit., p. 196.

Je persiste à croire, pour mon compte, qu’elles doivent s’en tenir à la spécialité des maladies des femmes et des enfants. Personnellement, je n’ai jamais donné une consultation à un homme. […]. Tout en devenant médecin, je suis restée femme ou plutôt mère de famille. J’estime, en effet, que la femme […] ne doit jamais perdre les attributs de son sexe77.

  • 78 Voir More Ellen S., Restoring the Balance: Women Physicians and the Profession of Medicine, 1850-19 (...)
  • 79 En 1900, sur les 57 doctoresses de Paris, 37 emploient « madame » et 18 « mademoiselle » ; Guide Ro (...)

44Les doctoresses françaises ne soignent que les femmes et les enfants ; et elles le revendiquent souvent au nom de leur « nature ». Contre l’image du « monstre androgyne », elles affirment leur sexe, non seulement par le choix de leur clientèle, mais également en s’inscrivant bien sous le statut de « Madame »78, prouvant que le « monstre androgyne » a trouvé époux79. Elles détournent donc les « attributs de leur sexe » qui, loin d’être handicapants pour leur pratique médicale, sont des atouts.

45Certaines vont même plus loin en affirmant que la médecine – ou certaines spécialités médicales – serait avant tout une profession féminine. Rose Andréa Camille Bonsignorio, docteure en 1897, exerçant comme ophtalmologiste dans le dispensaire de Georges Martin, est de celles-ci :

  • 80 Bonsignorio Rose, « Situation actuelle de la femme docteur en médecine, ce qui est fait, ce qui res (...)

L’étude des maladies des yeux est un art éminemment délicat et féminin, qui exige beaucoup de patience et d’adresse, une main fine et des doigts déliés80.

  • 81 Leguay F. et Barbizet C., op. cit., p. 39.
  • 82 Actes du Congrès international des œuvres et institutions féminines sous les auspices des expositio (...)

46Ainsi les doctoresses justifient-elles, en retournant la situation, une répartition des rôles sociaux en fonction de leur « nature ». Leurs discours sous-entendent que si les hommes médecins existent, ce ne peut être qu’au nom de la morale et pour soigner leurs semblables uniquement. Blanche Edwards Pillet, présentée comme militante féministe pour ses combats en faveur de l’instruction des femmes81, réclame la création d’un hôpital pour les femmes et uniquement dirigé par elles afin d’éviter toute mixité82.

  • 83 BONSIGNORIOR, op. cit., p. 138.
  • 84 Association internationale des femmes médecins, Congrès, Paris, Expansion scientifique française, 1 (...)

47Rose Bonsignorio considère quant à elle comme anormal qu’un gynécologue puisse être un homme83. C’est donc en affirmant des points de vue sexistes que ces doctoresses justifient et confortent leur existence. Tandis que nombre d’étudiantes étrangères venaient étudier en France, dans la mixité des facultés, pour compléter leur formation initiale, les Françaises vont un temps militer contre cette mixité. Est-ce aussi pour cette raison que dans l’Association internationale des femmes médecins, en 1931, alors que la France a été un des premiers pays à diplômer des femmes, elles ne sont que 273 Françaises contre 1 359 Britanniques et 1 000 Japonaises84 ?

*

  • 85 Est-ce pour cela qu’elles n’ont jamais investi massivement la chirurgie ? Celle-ci demeure par exce (...)
  • 86 Voir OFFEN K., « The Second Sex… », op. cit.
  • 87 Doctoresse renvoyant soit à la grisette du quartier latin soit à l’épouse du docteur, l’Association (...)

48Ainsi les étudiantes françaises en médecine, tout comme les doctoresses, ne remettent-elles pas le moins du monde en cause le concept de « nature féminine »85. Au contraire, elles s’en servent pour montrer qu’elles ne pénètrent pas dans une profession masculine, mais que la médecine est une profession féminine. Il n’y a, en général, pas de revendication égalitaire – du moins anti-différentialiste – de la part des doctoresses françaises. Pourtant, les discours masculins qui ont soutenu leur intégration dans le milieu médical s’appuyaient largement sur cet argumentaire. Les Françaises répondent donc à la volonté républicaine de créer une mère éducatrice plus instruite86. La médecine, étant considérée par excellence comme la continuation du rôle de mère soignante ou de sage-femme, contribue parfaitement à cette évolution sociale en se féminisant. Après la Première Guerre mondiale, mais surtout après la Seconde, la « docteur »87 affirme son rôle social en diversifiant sa clientèle et en investissant peu à peu presque tous les champs médicaux.

  • 88 Voir CHARRIER Philippe, « Des hommes chez les sages-femmes. Vers un effet de segmentation ? », Soci (...)

49Aujourd’hui, ce n’est plus « la femme médecin » qui fait débat, mais « l’homme sage-femme »88.

Haut de page

Notes

1 INSEE, « Étudiants des universités par discipline et par cursus selon le sexe », 2010/2011, en ligne [http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?ref_id=natnon07136], consulté le 25/01/2012.

2 Sur l’histoire des toutes premières inscrites, voir PIGEARD Natalie, « The Entrance of Women to Medicine », Vesalius, 2010, June, 16/1, p. 24-29. Pour Mary Putnam, voir Harvey Joy, « La Visite. Mary Putnam Jacobi and the Paris Medical Clinics », in La Berge Ann, Feingold Mordechai, French Medical Culture in the Nineteenth Century, Amsterdam-Atlanta, Ed. Rodopi, 1994, p. 350-371.

3 Voir le chapitre de Joy Harvey, op. cit. En ce qui concerne Mary Putnam, voir PUTNAM, Mary, Life and Letters of Mary Putnam Jacobi, New York-London, G.P. Putnam’s sons, 1925 et BITTEL Carla Jean, Mary Putnam Jacobi and the Politics of Medicine in Nineteenth-Century America, The University of North Carolina Press, 2009.

4 Voir Harvey Joy, op. cit.

5 La Faculté de médecine de Paris est aussi une école de médecine, de nombreuses élèves sage-femme la fréquentent.

6 Archives Nationales (A.N.), AJ16/6255, Procès-verbaux de l’assemblée des professeurs du 27 novembre 1867. Rappelons ici que seuls les professeurs en chaire ont le droit de voter. Hérard ou Ball, soutiens de M. Putnam, ne peuvent être présents.

7 Victor Duruy (1811-1894) est ministre de l’instruction publique et des cultes de 1863 à 1869. L’impératrice Eugénie de Montijo (1826-1920) est l’épouse de Napoléon III. Elle s’est arrangée pour présider le Conseil des ministres lorsque la question de l’inscription de Brès a été soulevée, s’assurant ainsi que celui-ci ne s’y opposerait pas.

8 PUTNAM M., Life and Letters…, op. cit., p. 107 (lettre du 24 déc. 1866 à sa mère, où elle annonce être rémunérée à l’article par le New York Evening Post). Dans sa lettre du 22 décembre 1867, elle écrit à sa mère qu’E. Garrett lui a demandé de l’informer de ses avancées (ibid., p. 159).

9 Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, n° 27, 8 juillet, 1870, p. 432.

10 La thèse de M. Putnam est élogieusement relatée dans Gazette médicale de Paris, 1871, série 3, n° 26, p. 355. Mais ce court article apparaît à la fin du feuilleton, et sa soutenance est présentée comme une « dérogation à la vieille tradition ». Contrairement aux autres journaux médicaux, la Gazette médicale de Paris semble favorable à l’innovation : « La route est et restera tracée, à celles qui, se sentant le courage de rompre avec les habitudes ou les préjugés, n’auraient plus à forcer une porte ouverte. »

11 Harvey Joy, op. cit., p. 351 et p. 362.

12 Voir tout le débat (qui révèle cette peur de la concurrence) autour du projet de création d’une école pratique de médecine pour que les femmes puissent exercer uniquement dans les colonies : PIGEARD Natalie, Wurtz doyen de la Faculté de médecine, thèse de doctorat sous la direction de B. Bensaude-Vincent, Paris X, 2007 ; Manouvrier, « L’internat des femmes », Revue rose, 1884, p. 594 ; Dechambre, Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, n° 28, 15 juillet 1870, p. 433.

13 Sur ce concept de « nature féminine », cf. Yvonne Knibiehler qui montre comment elle est définie biologiquement et psychologiquement par le corps médical à la fin du XVIIIe siècle pour s’affirmer dans le Code Napoléon : KNIBIEHLER Yvonne, « Les médecins et la « nature féminine » au temps du Code civil », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n° 4, 1976, p. 824-845. Au sujet du « naturel féminin » et du « naturel masculin », cf. LOWY Ilana et GARDEY Delphine (dir.), L’invention du naturel : les sciences et la fabrication du féminin et du masculin, Paris, EAC, 2000.

14 « Feuilleton », Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, n° 38, 20 septembre 1872, p. 616.

15 C’est le 5 de ce même mois de juin que M. Brès soutient sa thèse de doctorat. Sur trois pages de discussion concernant la possibilité pour une femme de devenir médecin, aucun mot sur cette soutenance comme sur les deux précédentes.

16 Lucas-Championnaire Just, « Article 9997 », Journal de médecine et de chirurgie pratiques, juin 1875, p. 242. « La femme médecin renoncera au mariage, soit ! Elle fera taire son cœur, ses sens […] étouffant tous ses instincts […] elle parviendra à faire d’elle-même un être qui ne sera plus une femme […] l’être moral aura subi une transformation absolue […]. Restera l’être physique. »

17 La monstruosité peut être rapportée au concept de « normalité » médicale, mais aussi à celui de « normalité » sociale. Les doctoresses ne pouvant, d’après leurs opposants, procréer et exercer en même temps, elles contrarieraient les lois physiologiques, mais également sociales, comme toutes celles qui ne procréent pas. Voir RETILLAUD-BAJAC Emmanuelle, « Du ‘‘clan divin des femmes amoureuses’’ à la ‘‘race maudite’’ : élaboration, représentations et discontinuités de l’identité lesbienne dans la trajectoire de Mireille Havet (1898-1932) », Genre, sexualité & société, n° 1, printemps 2009.

18 Gustave Richelot (1844-1924) est interne des hôpitaux de Paris en 1875 avant de devenir chirurgien et président de l’Académie de médecine.

19 Richelot Gustave, La femme-médecin, Paris, E. Dentu, 1875, p. 11. Ouvrage issu d’une série d’articles de L’Union médicale.

20 Ibidem.

21 Gustave Richelot note que les femmes n’ont pas l’instruction nécessaire, mais ne se demande pas pourquoi. Richelot G., op. cit, p. 43 et suiv.

22 Voir le témoignage de LAUVERGEON Anne, in Actes du colloque : La science par et pour les femmes dans la société, hier et aujourd’hui, Paris, 2012, p. 25 et p. 29.

23 Caroline Schultze, polonaise, née en 1867, soutient sa thèse de médecine sur La femme médecin au XIXe siècle en 1888. Martin Charcot (1825-1893), alors au sommet de sa renommée, est membre du jury avec Paul Reclus et Louis Landouzy qui sont eux des militants actifs de l’égalité homme/femme. Voir « Rapport de la soutenance de C. Schultze par J.-M. Charcot », Journal des économistes, janvier 1889.

24 Lucas-Championnaire Just, op. cit., p. 241-242.

25 Les femmes représentent plus d’un tiers de la population active parisienne dans les années 1910, voir RebÉrioux Madeleine, La République radicale ?, Paris, Éditions du Seuil, 1975, p. 118.

26 Molinari Gustave de, « Femmes-avocats, femmes-médecins », Journal des économistes, 4e série, t. 45, 1889, p. 170.

27 « Feuilleton », Gazette hebdomadaire de médecine et de chirurgie, n° 38, 30 septembre 1872, p. 615-616

28 Ibidem, p. 617.

29 Sur la naturalisation des rôles sociaux, cf. entre autres : GUILLAUMIN Colette, « Pratique du pouvoir et idée de Nature. (1) L’appropriation des femmes », Questions Féministes, Les corps appropriés, n° 2, février 1978, p. 5-30 ; Pionchon Sylvie et Derville Grégory, Les femmes et la politique, Grenoble, PUG, 2004 (chap. 3 notamment).

30 Paul Broca (1824-1880) devient professeur de pathologie chirurgicale en 1867. Étant donné ses positions en faveur des étudiantes, on se demande pourquoi il n’a pas soutenu M. Putnam. Peut-être était-il tout simplement absent ?

31 « La première doctoresse française : conversation avec Mme Madeleine Brès, docteur en médecine », La Chronique médicale, vol. 2, n° 7, 1895, p. 195.

32 Le docteur Queyrat (1856-1933) est alors chef du service de dermatologie et vénérologie à l’hôpital Ricord. Les deux postulantes sont Augusta Klumpke (Américaine), connue sous son nom d’épouse Augusta Dejerine et Blanche Edwards Pillet (Française de père anglais). Voir Leguay Françoise et Barbizet Claude, Blanche Edwards-Pilliet : Femme et médecin. 1858-1941, Paris, Éditions Cénomane, 1988, p. 43 et suiv.

33 L’histoire a souvent retenu le témoignage d’Augusta Klumpke sur les projectiles reçus par les étudiantes. Voir Sorrel-Dejerine Mme, « Centenaire de la naissance de Melle Klumpke », Association des femmes médecins, 1959, n° 8, p. 14.

34 Putnam Mary, Life and Letters…, op. cit., p. 178.

35 « La première doctoresse française… », op. cit., p. 195.

36 Matilda Ayrton est plus grandiloquente : « Aux élèves qui depuis 1871 m’ont tant de fois prouvé que les mots ‘‘Liberté, Égalité, Fraternité’’ ne sont pas seulement gravés sur les murs, mais sont l’esprit même de notre école » (Ayrton M., Recherches sur les dimensions en générales et sur le développement du corps chez les Japonais, thèse de médecine, Paris, imp. A. Parent, 1879). Voir http://www2.biusante.parisdescartes.fr/livanc/?intro=femmesmed&statut=charge, les dédicaces des thèses d’étudiantes sur leur accueil et notamment celles de M. Marshall (1879) ; S. Dimitrieff (1878) ; M. Waite (1883) ; A. Dahms (1877) ; Z. Guenot (1881). Site consulté le 20/02/2012.

37 Richelot G., op. cit., p. 43 et suiv. Que ce soit en droit ou en médecine, les étudiantes ont eu souvent plus de soutien de la part des étudiants que des professeurs. Voir, par exemple, le cas de Melle Sarmiza-Bilcescu, première femme à suivre les cours de droits, interrogée par Charrier Edmée, L’Évolution intellectuelle féminine, Paris, Mechelinck, 1931, p. 157. Et pour plus d’exemples, Pigeard Natalie, Wurtzun savant dans la tourmente, Paris, Hermann, 2011, p. 75-77.

38 Les places d’interne étant rares et permettant d’être logé, nourri et rémunéré, les élèves internes ne pouvaient accepter de voir leur chance d’obtenir ces postes diminuer à cause des étudiantes.

39 Sur les rapports homme/femme dans les couples scientifiques, voir Pycior Helena M., Slack Nancy G. et Abir-Am Pnina G., Creative Couples in the Sciences, New Brunswick, N. J., Rutgers University Press, 1996 ; Abir-Am Pnina G., Outram Dorinda (dir.), Uneasy Careers and intimate Lives: Women in Science, 1789-1979, New Brunswick, N. J., Rutgers University Press, 1989. Pour un exemple, voir Berladsky Anastasie, Étude histologique sur la structure des artères, thèse de médecine, Paris, imp. A. Parent, 1878 (dédicaces).

40 Selon le code Napoléon de 1804.

41 Déjà lors du premier congrès international des étudiants à Liège en 1865, l’égalité d’instruction fille/garçon est revendiquée (1er Congrès international des étudiants tenu à Liège en 1865, Compte rendu officiel et intégral, Bruxelles, Imp. Beauvais et Cie, 1866). Cette volonté égalitaire sera également imposée par les femmes durant la Commune de Paris en 1871. Voir « Adresse des citoyennes à la Commission exécutive de la Commune de Paris », J.O. du 13 avril 1871.

42 Attention, telle n’est pas l’idée défendue par tous les républicains. Pour beaucoup d’entre eux, il s’agit avant tout de créer des mères éducatrices de haut niveau. Voir OFFEN Karen, « The Second Sex and the Baccalauréat », French Historical Studies, vol. 13, n° 2, 1983. p. 252-286.

43 Voir LEVASSEUR Émile, « Nécrologie, Mlle Julie Victoire Daubié », Journal des économistes, t. 37, 1875, p. 154-156.

44 « Plusieurs de ces dames font des opérations aussi bien que les meilleurs chirurgiens et elles cumulent les fonctions lucratives de médecin et de chirurgien. » ; Meunier Victor, « Faits divers : les femmes médecins », Cosmos, 2 mai 1868, p. 26. Voir aussi : « Enseignement secondaire des filles », Cosmos, 18 janvier 1868, p. 27.

45 C’est également là qu’il ouvre avec Maria Deraisme une des premières loges maçonniques mixtes. Voir van Marion-Weijer Anne, « Diversity in Unity » in Heidle Alexandra, Snoek Jan A. M., Women’s Agency and Rituals in Mixed and Female Masonic Orders, Koninklijke Brill NV, Leiden, 2008, p. 396-398.

46 Voir Lafargue Paul, La question de la femme, Paris, L’Œuvre nouvelle, 1904 et Waleffe, Maurice de, « La guerre et le féminisme », Je sais tout, n° 143, 15 octobre 1917.

47 Merci à Pierre Moulinier de m’avoir communiqué son fichier Excel du relevé fait par lui aux Archives nationales sur les dossiers des docteurs en médecine entre 1870 et 1907 (ainsi qu’à partir de l’Annuaire statistique de la France). Voir son ouvrage Moulinier Pierre, La naissance de l’étudiant moderne (XIXe siècle), Paris, Belin, 2002.

48 A.N., AJ16/6566, Rapports du doyen au Conseil académique, pour les années 1875/1876 à 1880/1881.

49 Schultze, Caroline, La femme médecin au XIXe siècle, Paris, Ollier-Henry, 1888.

50 Le baccalauréat féminin, créé en 1919, est considéré comme un sous-baccalauréat car certaines épreuves y sont restreintes ou absentes. Voir HULIN Nicole, Les femmes, l’enseignement et les sciences : Un long cheminement (XIXe-XXe siècle), Paris, L’Harmattan, 2008.

51 En 1880, l’enseignement secondaire pour filles ne permet pas de passer le baccalauréat puisque toutes les matières, comme le latin et grec, ne sont pas enseignées. Voir OFFEN Karen, op. cit., p. 245 et suiv.

52 Ce n’est évidemment pas la seule raison, il faut prendre en considération l’évolution des mœurs, les attentes de la bourgeoisie pour leurs filles. Voir Lafargue P., op. cit.

53 Sur l’accès à l’université dans les autres pays du Nord, voir Neville Bonner Thomas, To the Ends of the Earth: Women’s Search for Education in Medicine, Cambridge, Harvard University Press, 1992.

54 Sur les migrations étudiantes, voir Tikhonov Natalie, « Les étudiantes étrangères dans les universités occidentales, des discriminations à l’exil universitaire (1870-1914) », in Barrera Caroline et FertÉ Patrick, Étudiants de l’exil. Universités, refuges et migrations étudiantes (XVIe-XXe siècles), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2009. Voir aussi Barrera C., « Les étudiants polonais réfugiés en France (1830-1945), sources et pistes de recherche », Les Cahiers de Framespa, n° 6, 2010, consulté le 24 juin 2011 [http://framespa.revues.org/549] et enfin pour les Anglo-saxons voir Weisz George, The Emergence of Modern Universities in France, 1863-1914. Princeton, N. J.; Guildford, G.B, Princeton University Press, 1983, p. 242.

55 Même proportion pour les étudiants : 124 Américains, 24 Britanniques, 44 Roumains, 11 Russes, etc. (A.N., AJ16/6566, Rapport…, op. cit.).

56 Warner John Harley, « Paradigm Lost or Paradise Declining? American Physicians and the ‘‘Dead End’’ of the Paris Clinical School », in Hannaway Caroline et La Berge Ann, Constructing Paris Medicine, Amsterdam, Atlanta GA, Ed. Rodopi, 1998, p. 357.

57 Charrier Edmé, op. cit., p. 176-178.

58 À Paris, en 1920, les Russes, Roumains et Polonais représentent encore 35 % des étudiants étrangers des facultés parisiennes. Voir Annuaire statistique de la France, vol. 37, 1921, p. 41.

59 Ibidem, voir les années concernées.

60 Offen Karen, « Sur l’origine des mots féminisme et féministe », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1987, p. 492-496. Sur l’évolution des responsabilités sociales et des revendications, voir entre autres : Offen K., European Feminisms, 1700-1900: A Political History, Stanford, Stanford University Press, 2000, p. 251-256 et chap. 12.

61 BELLIS H., The ‘‘Women of Renown’’ Series. Elizabeth Garrett Anderson, Chapman Press, 2010.

62 Sur le militantisme de M. Putnam, voir Bittel C. J., op. cit.

63 Schultze Caroline, op. cit. (dédicace et conclusion, p. 76).

64 Gaël Augustine, La femme-médecin, sa raison d’être, au point de vue du droit de la morale et de l’humanité, Paris, Le dentu, 1868.

65 Ibidem, p7.

66 Sur la spécialité médicale appelée « maladies des femmes » et l’évolution de sa pratique au fur et à mesure de la multiplication des spécialités voir, par exemple, Pinell Patrice, « Champ médical et processus de spécialisation », Actes de la recherche en sciences sociales, 2005, n° 156-157, p. 4-36.

67 Sur le choix de leur clientèle, voir les dédicaces ou introduction des thèses de Brès (1875), Ribard (1876). Sur le caractère « féminin » de leur sujet, voir les thèses de Brès (1875), Guenot (1881), Benoit (1883), Mesnard (1884), en ligne (cf. note 36), consulté le 20/02/2012.

68 Utiliser le concept de « nature féminine » pour revendiquer des droits ou des rôles sociaux n’est pas exclusif aux étudiantes de médecine. Voir TISSIÉ, Philippe, « L’éducation physique féminine », in Saint-Martin Jean-Philippe et Terret Thierry, Sport et genre, Paris, L’Harmattan, 2005, vol. 3, p. 45 et suiv. ; Pionchon S. et Derville G., Les femmes et la politique, op. cit.

69 Tous les chiffres donnés sur la professionnalisation des doctoresses ont été relevés dans le Guide Rosenwald, Paris, 1887-1997.

70 FONTANGES Harriette, Les Femmes docteurs en médecine dans tous les pays, Paris, Alliance coopérative du livre, 1901, p. 33 et suiv.

71 Sur les spécialisations médicales, voir Schweyer François-Xavier, « L’essor de la profession médicale en France : dynamiques et ruptures », Adsp, n° 32, septembre 2000, p. 17. La spécialisation des médecins n’a été codifiée précisément qu’à partir de 1949, date à laquelle un arrêté du 6 octobre établit la liste des spécialités et les conditions de leur reconnaissance.

72 Comme le note Patrice Pinell, les médecins se disant spécialistes en accouchement se font également souvent répertorier en maladie des femmes ou maladie des enfants, si ce n’est les trois à la fois. Voir Pinell P., op. cit., p. 35.

73 Sur le refus des femmes de subir un l’examen médical, voir Arnaud-Lesot Sylvie, « Pratique médicale et pudeur féminine au XIXe siècle » Histoire des sciences médicales, 2004, t. 38, n° 2, p. 207-218, ainsi que les contributions du dossier « Pudeurs », Histoire, médecine et santé, printemps 2012, n° 1.

74 Voir la série de huit cartes postales anciennes intitulées « Doctoresse – l’étudiante », notamment les n° 4 et 5 ; en ligne : http://www2.biusante.parisdescartes.fr/img/index.las

75 Relevé fait de toutes les femmes présentes dans le répertoire des médecins spécialisés pour les années 1900 à 1935 ; Guide Rosenwald, Paris, 1887-1997.

76 Elles ne sont que trois en gastro-entérologie en 1930. Même constat dans FETTE Juliette, « Pride and Prejudice in the Professions: Women Doctors and Lawyers in Third Republic France », Journal of Women’s History, vol. 19, n° 3, 2007, p. 69-70.

77 « La première doctoresse française… », op. cit., p. 196.

78 Voir More Ellen S., Restoring the Balance: Women Physicians and the Profession of Medicine, 1850-1995, Cambridge, Harvard University Press, 2001, p. 23-24.

79 En 1900, sur les 57 doctoresses de Paris, 37 emploient « madame » et 18 « mademoiselle » ; Guide Rosenwald, 1900, p. 53-103.

80 Bonsignorio Rose, « Situation actuelle de la femme docteur en médecine, ce qui est fait, ce qui reste à faire », séance du mercredi 20 juin, p. 139, in 2e Congrès international des œuvres et institutions féminines, tenu au Palais des congrès de l’exposition universelle de 1900, 1902, tome IV, p. 135-144.

81 Leguay F. et Barbizet C., op. cit., p. 39.

82 Actes du Congrès international des œuvres et institutions féminines sous les auspices des expositions universelles internationales, Chicago, 1893, 2e section : arts, lettres et sciences, p. 112 et p. 122.

83 BONSIGNORIOR, op. cit., p. 138.

84 Association internationale des femmes médecins, Congrès, Paris, Expansion scientifique française, 1931, vol. 6-12, p. 52.

85 Est-ce pour cela qu’elles n’ont jamais investi massivement la chirurgie ? Celle-ci demeure par excellence une « profession masculine » perpétuant un univers clos, où technicité, temps consacré au détriment de la vie privée, force physique, commandement, prise de décision rapide et moindre d’empathie pour le patient – autant de qualités dites masculines – sont de rigueur. Voir l’étude d’Emmanuelle Zolesio, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’homme, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

86 Voir OFFEN K., « The Second Sex… », op. cit.

87 Doctoresse renvoyant soit à la grisette du quartier latin soit à l’épouse du docteur, l’Association internationale des femmes médecins vote, en 1931, pour le terme de « docteur ».

88 Voir CHARRIER Philippe, « Des hommes chez les sages-femmes. Vers un effet de segmentation ? », Sociologies contemporaines, 2007, n° 67, p. 95-118. Aujourd’hui, des études sont menées sur ces métiers dits féminins que des hommes investissent : Buscatto Marie et Fusulier Bernard, « Transgresser le genre au travail : des hommes dans des domaines professionnels ‘‘féminins’’ », Recherches sociologiques et anthropologiques (à paraître).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Évolution du nombre d’étudiantes en Faculté de médecine de Paris entre 1875 et 1895
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/507/img-1.png
Fichier image/png, 22k
Titre Évolution du nombre de femmes inscrites à la Faculté de médecine de 1900 à 1935
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/507/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalie Pigeard-Micault, « « Nature féminine » et doctoresses (1868-1930) », Histoire, médecine et santé, 3 | 2013, 83-100.

Référence électronique

Natalie Pigeard-Micault, « « Nature féminine » et doctoresses (1868-1930) », Histoire, médecine et santé [En ligne], 3 | printemps 2013, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/hms/507 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.507

Haut de page

Auteur

Natalie Pigeard-Micault

Natalie Pigeard-Micault est docteure en épistémologie et histoire des sciences (Paris Ouest Nanterre La Défense sous la direction de Bernadette Bensaude-Vincent), ingénieure CNRS au Musée Curie et responsable des archives du musée. Elle est l’auteure de Wurtz, un savant dans la tourmente, (Hermann/Adapt, 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals