Navigation – Plan du site
Compte rendus

Vasset Sophie (dir.), Medicine and narration in the eighteenth century

Voltaire Foundation, University of Oxford, 2013
Micheline Louis-Courvoisier
p. 109-112
Référence(s) :

Vasset Sophie (dir.), Medicine and narration in the eighteenth century, Voltaire Foundation, University of Oxford, 2013, 260 p.

Texte intégral

1Dix auteurs ont participé à cet ouvrage dédié aux liens subtils qui lient le champ de la littérature à celui de la médecine au XVIIIe siècle. Ces liens sont analysés à travers la forme du cas (1re partie), celle de l’épistolarité échangée entre médecins ou mise en fiction dans le roman épistolaire (2e partie), celle de la mise en récit de la maladie, dans le domaine littéraire ou médical (3e partie), et celle des différentes formes littéraires qui enrichissent le discours médical (4e partie). Ces quatre parties forment un ensemble cohérent qui s’appuie sur une solide introduction théorique de Sophie Vasset. Elle présente les pratiques littéraires qui se mettent en place au siècle des Lumières et montre de quelle manière et pour quelles raisons les modèles narratifs circulent entre discours médical et discours littéraire. Cette introduction permet au lecteur de prendre la mesure de l’importance d’une réflexion croisée entre littérature et médecine pour comprendre à quel point ces deux champs intellectuels sont à certains égards difficiles à distinguer, à quel point l’un a influencé l’autre et réciproquement, entre autres dans la constitution et dans la pratique de ces deux disciplines. Il est à relever encore que la cohérence de cet ouvrage n’est pas le seul souci de S. Vasset, puisque la plupart des auteurs effectuent des renvois aux autres articles de cette publication.

2Dans son article sur La Religieuse, Alexandre Wenger montre de quelle manière Diderot s’inspire de l’écriture de cas, tels qu’ils apparaissent dans les traités médicaux, pour décrire le cas de Suzanne. Le roman n’est pas une imitation du cas, mais un mélange des topoi du roman sentimental et d’un vocabulaire emprunté aux observations médicales. De cette manière, la singularité du point de vue de Suzanne aboutit à une généralisation de la condition des nonnes de l’époque. Inversement, A. Wenger montre que les médecins introduisent des stratégies empruntées de la fiction dans leurs traités, afin d’en augmenter la force de persuasion. L’attention portée au cas se poursuit avec l’étude que Sophie Vasset consacre aux polémiques qui firent rage à la mort du premier ministre Robert Walpole (1745). John Ranby, chirurgien, écrivit un récit sur la maladie fatale de Walpole. Ce texte fut suivi de nombreux pamphlets critiquant non seulement des décisions médicales prises, mais aussi les lacunes stylistiques du récit : il n’écrit pas selon les conventions habituelles de l’écriture du cas, ce qui remet en cause son impartialité et sa fiabilité ; en outre, son récit est trop compassionnel. Il s’en suit une polyphonie autour de ce cas dont émergent, à travers l’analyse de S. Vasset, les liens subtils et entremêlés qui relient style, profession, distinction sociale et même professionnelle, puisque Ranby était chirurgien et pas médecin. Ces deux auteurs montrent donc que l’écriture du cas n’est encore pas définie explicitement, mais qu’elle constitue néanmoins une stratégie narrative à laquelle de nombreux auteurs recourent.

3Philip Rieder entame la partie consacrée à l’épistolarité par un travail sur la correspondance de Louis Odier, médecin genevois graphomane de la fin du XVIIIe siècle. Ce praticien entretenait des liens épistolaires scientifiques et personnels avec de nombreux collègues en Europe. Ces lettres représentent un mélange savant de clinique et de savoir théorique illustré par une forme narrative particulière qui mélange le récit d’un cas et la lettre personnelle. C’est l’échange épistolaire (80 lettres) entre George Cheyne, le célèbre médecin anglais, et Samuel Richardson, le célèbre romancier (mais aussi patient de Cheyne) qui est ensuite étudié par David Schuttleton. Il montre là encore la fluidité de la circulation entre le médical et le fictionnel. L’histoire de cette correspondance est particulière, car Cheyne avait demandé à Richardson de ne pas la publier. D’une première copie qui circule dans un cercle restreint de malades nerveux, à la mort de Cheyne, jusqu’à la version que l’on connaît actuellement, Shuttleton retrace l’histoire éditoriale de cette correspondance. Hélène Dachez et Sophie Vasset s’attachent ensuite à montrer la polyphonie narrative propre au roman épistolaire de Richardson Sir Charles Grandison, dont le héros protestant inspire un amour impossible à Clementina, catholique et mélancolique. Elles montrent comment le roman épistolaire permet d’avoir un impact réaliste sur la représentation de la maladie, décrite par les différents auteurs fictifs des lettres, et comment les dissensions religieuses sont génératrices de mélancolie. Inspiré par Cheyne, Samuel Richardson met en scène un roman qui illustre le point d’intersection entre le psychologique et le religieux, ne laissant entendre la voix médicale qu’indirectement, puisqu’aucune des lettres n’est écrite par un médecin.

4La troisième partie consacrée au récit de maladie s’ouvre par l’article de Rudy Le Manthéour traitant de la mélancolie dans l’œuvre de Rousseau et des rapports que l’auteur entretient avec la médecine et les médecins. Bien que les descriptions symptomatologiques correspondent à celles des vapeurs, Rousseau réfute les diagnostics de mélancolie, d’hypocondrie et ne se considère pas comme un vaporeux ; il donne sa propre définition de la sensibilité, et sa conception du dualisme. Mais finalement plus que des questions diagnostics, ce qui le préoccupe essentiellement est la manière dont ces diagnostics circulent, de son vivant comme après sa mort. Catriona Seth, quant à elle, s’intéresse aux maladies textuellement transmissibles à travers le traitement de l’inoculation dans les œuvres de fiction et dans les traités médicaux, et à l’intersection narrative entre ces deux discours par le biais de l’introduction de la médecine dans les fictions et par l’emploi métaphorique du terme d’incision (engrafting) pour envisager la fonction du roman. Exemples à l’appui, elle montre la manière dont certains médecins quittent explicitement le discours médical et recourent à différentes stratégies narratives pour se faire entendre de leurs lecteurs, mais aussi comment certains romans pouvaient jouer un rôle préventif à l’instar du procédé de l’inoculation.

5Gavin Budge propose ensuite une réhabilitation du concept d’irritabilité (par rapport à celui de sensibilité) à partir des romans de Smolett. Après la Révolution, l’irritabilité devient le concept illustrant l’oscillation théorique qui existait entre matérialisme et anti-matérialisme. Cette ambiguité épistémologique donne une dimension morale aux romans de Smolett, et marque le début du roman moderne individualiste. G. Budge discute des différentes écoles philosophiques abordant la question du corps, de l’expérience et des idées, et les liens entre ces différents thèmes, et montre de quelle manière Smolett les a intégrés dans ses romans.

6La puissance thérapeutique des mots, à travers l’ouvrage de Bernard Mandeville portant sur l’hypochondrie (1711), entame la quatrième partie de ce livre, sous la plume de Sylvie Kleiman-Lafon. Mandeville s’adresse à un grand public, et utilise le dialogue pour mettre en scène un médecin (lui-même), un malade (décrit comme un condensé de patients qu’il a eus à traiter), et la femme de ce dernier. Il souhaite que son livre permette à ceux qui seraient menacés de cette affection de mieux se connaître et de participer activement à leur guérison. Mandeville insiste non seulement sur le mode du dialogue, mais aussi sur celui de la conversation qui devrait soutenir la relation thérapeutique. Il critique au passage ses collègues qui ne prennent pas le temps de l’échange avec leurs malades et préfèrent asséner des théories et des prescriptions. S. Kleinman-Lafon insiste sur la construction de l’ouvrage, conçu comme une performance visant à guérir le lecteur par un procédé d’identification au malade et par la persuasion de la justesse des arguments et des recommandations. Le prochain article change de cadre puisqu’il s’agit du récit d’une opération de la cataracte qui ouvre le roman politique de Jean Paul Hesperus. Helge Jordheim s’interroge sur les raisons de cette première scène annonçant trois thèmes qui seront repris au fil du récit : la politique comme manière de voir ou ne de pas voir, la position de médecin du prince, et l’oculiste, soignant itinérant, comme espion. Pour conclure, Hugues Marchal explore la force, voire la violence du poème La Luciniade, écrit par Jean-François Sacombe et que ce dernier fourbit comme une arme de guerre dans sa lutte contre la césarienne. Par ce biais, Marchal fait ressortir un point de jonction particulier entre l’essor de la connaissance positive et la mise en forme poétique dans lequel se trouvent les médecins poètes. Dans ce cas particulier, cette alliance entre science et poésie permet à H. Sacombe de brouiller les cartes de genre et les frontières entre faits et fantaisie.

7Cet ouvrage laisse une impression d’une grande diversité et d’une grande richesse (plusieurs disciplines médicales sont abordées, les œuvres de nombreux écrivains, médecins et romanciers sont discutées et analysées dans le détail) et en même temps d’une grande unité. Chaque auteur, à sa manière, souligne et déterre une évidence que l’on a un peu perdu de vue : l’indiscutable point de rencontre entre forme et contenu, marquant un point nodal entre intentions, raison, imagination et représentations, quel que soit le champ de savoirs que l’on étudie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Micheline Louis-Courvoisier, « Vasset Sophie (dir.), Medicine and narration in the eighteenth century », Histoire, médecine et santé, 5 | 2014, 109-112.

Référence électronique

Micheline Louis-Courvoisier, « Vasset Sophie (dir.), Medicine and narration in the eighteenth century », Histoire, médecine et santé [En ligne], 5 | printemps 2014, mis en ligne le 19 mai 2017, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/671

Haut de page

Auteur

Micheline Louis-Courvoisier

Institut Éthique Histoire Humanités – Université de Genève

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals