Navigation – Plan du site
Compte rendus

Alexandre-Bidon Danièle, Dans l’atelier de l’apothicaire. Histoire et archéologie des pots de pharmacie XIIIe-XVIe siècle

Paris, Picard, 2013
Laetitia Loviconi
p. 113-115
Référence(s) :

Alexandre-Bidon Danièle, Dans l’atelier de l’apothicaire. Histoire et archéologie des pots de pharmacie XIIIe-XVIe siècle, Paris, Picard, 2013, 368 p.

Texte intégral

1Avec rigueur et précision, l’ouvrage de Danièle Alexandre-Bidon envisage les connaissances disponibles à ce jour sur les pots de pharmacie ou vases pharmaceutiques dans le cadre temporel de la fin du Moyen Âge et du début des temps modernes, en variant les angles d’étude et en s’appuyant sur des exemples maîtrisés et démonstratifs dont un grand nombre bénéficie d’une illustration.

2Avant de développer les connaissances les plus récentes, Danièle Alexandre-Bidon expose en une introduction éclairante l’insuffisance des études qui, avant les années 1990, se sont intéressées aux conteneurs pharmaceutiques. Ces études péchaient par l’insuffisance des échantillons examinés, issus de collections hospitalières et muséographiques non représentatives de la diversité des conteneurs pharmaceutiques. Par ailleurs, seuls étaient pris en considération les conteneurs pourvus d’une valeur esthétique marquée ou d’une information pharmaceutique patente. Au contraire, à partir des années 2000, la connaissance des conteneurs pharmaceutiques a été complétée par la prise en compte de résultats de fouilles, d’inventaires d’apothicaires, par l’étude précise des décors, écritures, modes de confection de ces objets, par la prise en compte conjointe de dimensions artistiques, épigraphiques, techniques, culturelles et sociales. La richesse des renseignements issus de ces récentes études est développée par la suite en trois parties.

3Dans une première partie, « Les conteneurs pharmaceutiques à la croisée des sources », est présentée la diversité des sources d’informations relatives aux vases pharmaceutiques. Il s’agit de ces objets eux-mêmes, des textes les évoquant (inventaires, traités médicaux et pharmaceutiques, ouvrages littéraires ou généraux divers), des images les représentant y compris sur des fresques et tableaux détachés d’un contexte purement médical. À travers l’examen d’images tantôt réalistes tantôt caricaturales, sont visibles certains aspects du métier d’apothicaire, son insertion dans la vie urbaine, ses relations avec le corps médical, les soins prodigués grâce aux contenus des vases pharmaceutiques, les contextes de soins. L’auteure s’attache également à détailler les résultats de fouilles à même de mettre en place une « archéologie de la santé ». Cette partie aurait gagné à être illustrée de cartes et tableaux afin de visualiser et ancrer au mieux ces résultats. Néanmoins, les informations sont pertinentes (diffusion des pots de pharmacie, contexte d’utilisation, examen de contenus, typologie de conteneurs), confrontées entre elles et complétées de pistes de réflexion visant à améliorer cette approche archéologique. Sous l’angle technique et médical, contenants et contenus pharmaceutiques permettent d’aborder la distinction ou porosité à établir entre plantes médicinales et culinaires, le choix du conteneur en raison de la nature de son contenu et de la nécessité d’en préserver les vertus supposées par le galénisme, la métrologie, la pratique de datation en lien avec la péremption des denrées pharmaceutiques, les modalités et utilités d’étiquetage des pots pharmaceutiques.

4La seconde partie se focalise sur l’« archéologie des écritures », examinant les mots inscrits sur les vases pharmaceutiques, leurs écritures, l’information qu’ils procurent sur leur contenu et la pratique de soins. Rarement développée, l’étude des écritures sur les vases pharmaceutiques est ici largement traitée. À travers de nombreux exemples, il est établi qu’elles sont une source exceptionnelle pour interroger et parfois définir des pratiques d’écriture, leur professionnalisation, l’identité des scripteurs, les motivations justifiant une écriture en langue latine ou vernaculaire, en lettrage gothique ou romain. Il apparaît que le choix de la langue n’est pas anodin : le latin, marqueur social linguistique, s’oppose aux langues vernaculaires, propres à diffuser des savoirs et à limiter des erreurs de préparation pour des utilisateurs maîtrisant mal le latin. Pareillement, l’auteure montre que le choix du lettrage répond à des considérations tantôt sociales, tantôt esthétiques, tantôt pratiques. Outre ces aspects formels, les mots portés sur les inscriptions de vases pharmaceutiques sont considérés dans leur mise en page (champ épigraphique, signes graphiques associés), leurs spécificités scripturaires (emploi de sigles, de procédés d’abréviations et de compactions diverses liées à la faible place disponible pour leur inscription, à des règles professionnelles, à une normalisation), dans leur orthographie parfois défectueuse, pour leur valeur artistique à travers les décors inspirés de l’écriture.

5Autre élément aux implications multiples, l’iconographie, portée sur les vases pharmaceutiques ou les représentant en apothicairerie, est envisagée dans la troisième et dernière partie « Image du monde et ordre thérapeutique ». En effet, les décors portés par les pots de pharmacie considérés le plus souvent du seul point de vue esthétique portent une signification explicite ou font une allusion subtile au contenu pharmaceutique ou à un trait médical. Certains décors sont des images informatives (parlantes) pouvant fonctionner par association d’idée, des rébus, des images héraldiques et facilitent les précautions d’emploi ou l’identification du contenu sans lecture d’étiquette. Relativement aux domaines d’emprunt du thème iconographique, l’auteure aborde en détail les décors végétaux et zoologiques et les différences spatio-temporelles dans le traitement de tels décors qui n’ont guère fait l’objet d’une identification précise, appliquée et pertinente si ce n’est très récemment. Moins fréquents, les motifs alchimiques, religieux et ceux représentant animaux et hommes n’en sont pas moins examinés dans l’ouvrage afin d’en saisir les spécificités, les significations, les causes de choix du motif. Ce choix recouvre des justifications techniques (évocation de remèdes) ou sociales (évocation du commanditaire, de la condition humaine, de la hiérarchie sociale, propagation d’images de la foi), et en cela est prouvée l’incidence multiple d’une étude des vases pharmaceutiques. D’autre part, les motifs portés par ces vases ont eu dès l’origine une importance fondamentale chez les apothicaires dans le cadre de la gestion des étagères. Au-delà de l’esthétisme et conjointement à d’autres caractéristiques telles que la forme, la taille et la matière des vases pharmaceutiques, les images portées par ceux-ci semblent avoir accéléré leur identification à distance, facilité la mémorisation de leur localisation. L’existence d’un « ordre thérapeutique » et de sa mémorisation, basée selon l’auteure sur la technique des lieux de mémoire, est suggérée notamment par l’étude des motifs héraldiques et certaines représentations d’apothicaireries.

6En définitive, Danièle Alexandre-Bidon apporte un éclairage synthétique et des perspectives intéressantes sur l’étude des pots de pharmacie. Incontestablement, la seconde partie enrichit la bibliographie existante qui ne traite que sporadiquement des écritures de vases pharmaceutiques et de leurs implications à la fois techniques, artistiques, et sociales. Des hypothèses et analyses judicieuses émergent également de l’étude des décors portés sur les vases pharmaceutiques et des images représentant les apothicaireries. Grâce à une riche bibliographie et aux index fournis, chacun pourra à son gré revenir sur certains aspects ou les approfondir, après une première lecture qui ne peut que s’avérer enrichissante, évoquant conjointement l’histoire des arts, l’histoire de la pharmacie, l’archéologie des écritures, l’histoire des sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Loviconi, « Alexandre-Bidon Danièle, Dans l’atelier de l’apothicaire. Histoire et archéologie des pots de pharmacie XIIIe-XVIe siècle », Histoire, médecine et santé, 5 | 2014, 113-115.

Référence électronique

Laetitia Loviconi, « Alexandre-Bidon Danièle, Dans l’atelier de l’apothicaire. Histoire et archéologie des pots de pharmacie XIIIe-XVIe siècle », Histoire, médecine et santé [En ligne], 5 | printemps 2014, mis en ligne le 19 mai 2017, consulté le 21 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/674

Haut de page

Auteur

Laetitia Loviconi

École Pratique des Hautes Études

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals