Navigation – Plan du site
Varia

Protéger la santé des Parisiens au XVIIIe siècle : savoirs urbains et action policière

Nicolas Vidoni
p. 97-110

Résumés

La Lieutenance générale de police de Paris, au siècle des Lumières, développa une « politique policière de santé » urbaine en direction des habitants. Dépassant la lutte contre les épidémies, elle devint préventive et s’intéressa aux liens entre les êtres humains et leur environnement. Elle mobilisa pour cela des savoirs urbains de pointe, en produisit de nouveaux, et intégra dans sa sphère la Société Royale de médecine, qui lui permit d’agir directement sur la matérialité urbaine pour améliorer la santé des Parisiens.

Haut de page

Notes de l’auteur

La rédaction de cet article a été effectuée dans le cadre du programme ANR « Systèmes Policiers Européens, XVIIIe-XIXe siècle », n° ANR-12-BSH3-0004.

Texte intégral

  • 2 PEUCHET Jacques, Encyclopédie Méthodique, Jurisprudence, t. IX et X, La Police et les Municipalités(...)

1Jacques Peuchet, auteur pour l’Encyclopédie méthodique de deux volumes sur la Jurisprudence, et particulièrement les Municipalités, écrivit en 1791 que la « santé est un des soins principaux de police humaine ; elle veille sur tout ce qui pourroit altérer [l’être humain] depuis le moment de sa naissance, jusqu’à l’instant où il cesse de vivre »2. En vue de préserver cette santé, il recommandait que les autorités policières rencontrent les médecins et travaillent ensemble. La combinaison des forces politiques et scientifiques permettrait une action rationnelle, répondant à des problèmes clairement identifiés qui ne pouvaient entraîner qu’une politique adaptée.

  • 3 MERCIER Louis-Sébastien, Tableau de Paris, 1782, rééd. 1979, Genève, Slaktine Reprints, chap. LXIII
  • 4 BROCKLISS Laurence et JONES Colin, The medical world of early modern France, Oxford, Clarendon Pres (...)
  • 5 CIPPOLA Carlo Maria, Contre un ennemi invisible, épidémies et structures sanitaires en Italie de la (...)
  • 6 MARIN Brigitte, « Magistratures de santé, médecins et politiques sanitaires à Naples au XVIIIe sièc (...)
  • 7 FOUCAULT Michel, Sécurité, Territoire, Population, Cours au Collège de France (1977-1978), Paris, G (...)

2Loin de présenter une idée révolutionnaire, Peuchet ne fit que systématiser intellectuellement ce qu’il avait pu observer au cours de sa carrière au sein de la Lieutenance générale de police de Paris. Créée en 1667, l’institution était considérée à la fin de l’Ancien Régime par Louis-Sébastien Mercier comme un ministère sans le titre en raison de l’importance prépondérante qu’elle tenait dans l’administration de la capitale3. Or, une évolution notable eut lieu à partir des années 1770, qui fut celle d’une association plus grande de la Lieutenance avec les institutions scientifiques du temps en vue de mettre en pratique une politique de préservation de la santé des habitants. La Lieutenance profitait, en effet, de changements importants dans le monde médical, tant d’un point de vue institutionnel que scientifique. Pour autant, s’est-il agi d’une « police médicale »4 ? Pour le comprendre, l’on peut croiser une histoire des pratiques policières et des savoirs sur la ville, notamment médicaux, pour déceler une politique policière de santé. Une telle politique existait depuis longtemps, particulièrement lors des épidémies de peste ou lors des contagions. Les cités d’Italie l’avaient initiée dès le XVe siècle, en l’intégrant dans les structures pérennes de gestion de l’espace urbain5. Le XVIIIe siècle, sous l’influence des Lumières et des évolutions de la pensée médicale, ainsi que sous l’effet des volontés de réforme de l’administration, vit parfois les attentes des administrateurs et des médecins converger pour accroître le « bien public », en particulier dans les grandes villes considérées comme des lieux dangereux et de désordre6. L’attention à l’espace urbain, à la matérialité des villes, se conjugua avec un regard porté sur les individus, et plus généralement la population, qui dessina progressivement le passage d’un âge disciplinaire puis sécuritaire à une véritable « biopolitique », dont Michel Foucault situait la genèse au siècle des Lumières finissant7.

3À Paris, sur quels fondements reposa cette politique policière ? Et dans quelle mesure constitua-t-elle une inflexion des pratiques anciennes ? Elle s’adossait tout d’abord à une exigence de salubrité publique depuis longtemps proclamée dans la capitale, sans que les autorités ne parviennent à la mettre systématiquement en œuvre. À partir de 1667, la Lieutenance, elle, mobilisa progressivement les ressources intellectuelles des médecins et des savants pour répondre épisodiquement aux problèmes de salubrité et de santé. Dans le même temps, elle spécialisa quelques-uns de ses agents de terrain dans les questions médicales. La rencontre devint plus systématique et institutionnalisée dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, notamment par les liens qu’entretinrent les Lieutenants généraux avec les membres de l’Académie des Sciences, puis de la Société Royale de Médecine et le collège de Pharmacie. Ces liens bientôt consubstantiels par les conceptions similaires du « bien commun » qui furent élaborées par les médecins et les administrateurs, permirent une nouvelle forme de politique policière dans la ville. Elle se traduisit par des actions de régulation et d’assainissement micro-locales, menées de manière systématique dans toute la ville. Elle impliquait, sur le terrain, les scientifiques et les agents de la Lieutenance.

Les politiques policières de préservation de la santé

Le problème classique de la propreté de l’espace urbain

  • 8 BOUDRIOT Pierre-Denis, « Essai sur l’ordure en milieu urbain à l’époque pré-industrielle. De quelqu (...)

4La propreté de l’espace urbain a toujours été une des préoccupations principales de la police8. Au XVIe siècle, elle incombait à l’Hôtel de Ville de Paris, reposant sur le réseau des agents de police élus dans les quartiers, qui étaient chargés de surveiller le nettoyage des rues et de dénoncer les lieux sales et dangereux, que l’on identifiait comme capables de provoquer la contagion (ou la « peste »). Le cadre municipal, au XVIIe siècle, resta celui du prélèvement de la taxe des boues et des lanternes, mais la surveillance du nettoyage passa au Châtelet et à ses commissaires départis dans les quartiers de police.

  • 9 BnF, ms fr. 16847, fol. 113.
  • 10 REVEL Jacques, « Autour d’une épidémie ancienne. La peste de 1666-1670 », RHMC, 1970, p. 954-983.

5Informé de la situation et des expériences de terrain, le Parlement composa, le 30 avril 1663, un règlement général sur le nettoyage dont le préambule explicitait les buts à atteindre en matière d’hygiène et de propreté, moyens indépassables pour préserver la santé des habitants9. Le problème effectif continua pourtant de se poser, ce qui prit un tour nouveau en 1666, avec le déclenchement d’une épidémie dans le nord du royaume10. L’épidémie, dont un des foyers principaux était Rouen, suscita des inquiétudes de contagion dans tout le pays. Des dispositifs classiques de lutte dans la ville, ainsi que des cordons sanitaires limitant les communications et les déplacements, furent institués pour protéger la capitale. Mais ces démarches entravaient le commerce et nuisaient au développement économique. Ce problème sanitaire et politique amena les autorités monarchiques à repenser les formes pratiques de la police. Colbert institua alors un Conseil de réformation de la police, chargé de créer une institution royale qui lui serait dédiée à Paris, et dont une des missions serait de « nettoyer » la ville, au sens propre comme au figuré.

Les objectifs policiers de la Lieutenance : sûreté et propreté

  • 11 BnF, ms fr. 16847, séance du 2 novembre 1666, fol. 15.
  • 12 PIASENZA Paolo, Polizia e città. Strategie d’ordine, conflitti e rivolte a Parigi tra sei e settece (...)

6Le Conseil de réformation se tint à l’hiver 1666-1667. Il avait pour première mission de rédiger un code de police qui servirait de base juridique à l’action normative et régulatrice des agents de la future institution. Ce code ne vit jamais le jour, car les membres du Conseil, éminents au sein de l’administration, utilisèrent les règlements généraux existants pour répartir les attributions entre les Lieutenances du Châtelet (civile, criminelle et de police) et entre les institutions urbaines. Le règlement sur le nettoyage de 1663 servit ainsi de cadre d’action pour assurer la propreté des rues. Le Conseil de réformation réaffirma même le caractère fondateur de ce règlement, qui devait encadrer toutes les pratiques de régulation11. L’enjeu était ici politique, et non pas sanitaire. Il s’agissait pour la monarchie d’associer au nettoyage de la ville le Parlement, qui prétendait encore, vingt ans après la Fronde, détenir la haute police sur la ville12. La norme juridique était ainsi celle formulée par le Parlement, mais l’application en revenait désormais aux agents du roi.

  • 13 BnF, ms fr. 16847, séance du 10 novembre, fol. 17.

7Le chancelier Séguier, pour marquer l’importance de cette politique d’épuration des rues, affirma aux commissaires et au public que Louis XIV marcherait dans les rues pour constater l’état sanitaire du pavé et la sûreté de l’espace urbain13. En fait de roi, plutôt désireux de s’éloigner de cette capitale turbulente, c’est Colbert qui imagina le projet d’épuration de la ville, afin de restaurer l’image de Paris censée refléter la grandeur universelle du monarque français. L’innovation ne fut donc pas juridique, mais pratique.

La politique policière d’épuration de l’espace urbain

  • 14 BnF, JdF 2530, fol. 127, lettre anonyme à propos de la foire St-Germain.

8La politique policière suivit deux directions. La première fut celle d’une plus grande attention de la part des commissaires au respect par les habitants des règles de balayage et de jet d’ordures. Leurs visites semblent s’être intensifiées, et le Conseil de réformation retint pour cela un groupe restreint de 23 commissaires au sein des 48 alors en fonction. Parmi eux, certains furent missionnés pour visiter la ville et relever toutes les infractions. De plus, le commissaire Galliot fut chargé de repenser le découpage des quartiers pour favoriser le transport des déchets dans les tombereaux, et évacuer au mieux les matières organiques capables d’infecter la ville. La population fut associée à cette politique répressive, et écrivit au nouveau Lieutenant de police pour qu’il fasse fermer des cloaques dans Paris14.

  • 15 Sur la question des migrations urbaines, spécialement vers Paris, ROCHE Daniel (dir.), La ville pro (...)
  • 16 BnF, JdF 2530, fol. 16, lettre anonyme de dénonciation d’un perruquier.
  • 17 Ibidem, fol. 30, 109, 125, etc.

9La seconde fut de contrôler plus strictement les arrivées de migrants dans la ville15. La « peste » qui sévissait dans le nord du royaume, particulièrement à Rouen, rendit les arrivants encore plus suspects aux yeux des autorités et du public16. Déjà soupçonnés d’attiser la criminalité et la délinquance, les migrants étaient en sus accusés de transporter les maladies qui pourraient dépeupler la capitale. Pour répondre à ce danger, le commissaire Manchon fut chargé de rendre compte de la situation sanitaire et sociale de personnes suspectes, en surveillant certaines maisons17. Son exemple permit d’élaborer des certificats de non-contagion, qui furent imprimés et distribués aux commissaires. Ces derniers procédaient au contrôle du parcours des migrants, et après une quarantaine, remettaient aux personnes arrivées à Paris le certificat qui leur permettait de parcourir les rues.

  • 18 DELAMARE Nicolas, Traité de la police…, Paris, Jean & Pierre Cot, 1705, t. 1, idée reprise par son (...)
  • 19 GRENIER Jean-Yves, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Al (...)
  • 20 Burguière André et Revel Jacques (dir.), Histoire de la France, t. III, LE GOFF Jacques (dir.), L’É (...)
  • 21 Nous nous permettons de renvoyer à notre travail de doctorat, VIDONI Nicolas, La Lieutenance généra (...)

10À partir des années 1670, le commissaire Delamare procéda à la mise en système de ces dispositifs, en composant le célèbre Traité de la police. Au-delà de la compilation réglementaire qu’il effectua, il présenta la mission de nettoyage comme une des deux missions principales de la police, prenant pour modèles les édiles de la Rome antique qui favorisèrent la salubrité de la ville, la santé des habitants et la prospérité de cette capitale18. La santé des personnes participait ainsi de la richesse du royaume19, et contribuait à assainir physiquement et moralement les villes, toujours considérées, malgré tout, comme des lieux de perdition potentielle. La politique policière répondait ainsi aux aspirations dévotes des sphères dirigeantes, et encadrait plus fortement les relations sociales sur le terrain20. Ce moment fut important, puisqu’il détermina une politique policière structurelle d’attention à la propreté de l’espace urbain, qui fut perpétuée tout au long du XVIIIe siècle, les défauts de nettoyage étant constamment la première cause de condamnations à l’audience de police21. Les commissaires, les inspecteurs et leurs indicateurs furent ainsi attentifs à la présence d’animaux dans les cours, à l’état des latrines et aux jets de matières organiques dans les rues. Une inflexion eut toutefois lieu dans la deuxième moitié du siècle des Lumières, quand la Lieutenance mobilisa les institutions académiques et médicales pour fonder scientifiquement son action.

Une politique policière rationnelle : la mobilisation des institutions de santé

11Le but de la Lieutenance au XVIIIe siècle fut de produire un « ordre public » qui apparaîtrait à la population et aux autres autorités comme « naturel ». Pour cela, elle s’occupa de réguler les désordres qui avaient lieu dans l’espace urbain commun. En matière de santé, elle régula la vente des remèdes, voulut connaître la santé des habitants par rapport à l’état sanitaire matériel de la ville, et mobilisa pour agir les savoirs médicaux.

Encadrer puis réguler le marché des remèdes

  • 22 BnF, JdF 2530, fol. 49.
  • 23 LE ROUX Thomas, Le Laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, (...)
  • 24 BnF, JdF 499, fol. 185 et suiv.

12Dès sa création, la Lieutenance fut confrontée à la question de la vente des remèdes dans l’espace public urbain. L’épidémie des années 1660-1670 attira à Paris des vendeurs de potions qui présentaient leurs produits comme une alternative aux remèdes classiques, mais qui affirmaient également aller dans les lieux où l’épidémie sévissait, à la différence des médecins autorisés22. Ils mettaient ainsi à bas le système de contrôle de l’activité médicale par les autorités et contribuaient à dénigrer auprès du public les savoirs institués, ce qui remettait en cause l’ordre public. La Lieutenance ne parvint véritablement à encadrer ce problème que dans les années 1770-1780, avec la création de la Société Royale de Médecine. Elle le fit sous la Lieutenance de Lenoir, très lié à Vicq d’Azyr, secrétaire perpétuel et premier vice-président de la Société23. Cette dernière, dont la genèse fut difficile, absorba en 1778 la Surintendance des eaux minérales et médicinales qui incombait depuis 1709 au premier médecin du roi et qui était devenue en 1772 la Commission royale de médecine24. Un problème pratique se posait au Lieutenant général ; chargé d’interdire les « charlatans », il devait attendre que la Commission invalide les remèdes proposés pour faire cesser sur le terrain la vente de ces produits. L’initiative revenait donc à l’institution scientifique, ce qui déplaisait fortement aux autorités policières, désireuses d’agir avec célérité. En effet, la police, devenue plus préventive au XVIIIe siècle, cherchait plutôt à disposer d’une instance scientifique capable de répondre rapidement à ses demandes. C’est pourquoi Lenoir soutint le projet de Lassone et Vicq d’Azyr de création d’une Société Royale de Médecine, contre l’opposition de la Commission, de l’Académie et de la faculté de Médecine. La Société pourrait produire un savoir sur la ville en adéquation avec les attentes de la Lieutenance.

Les savoirs urbains policiers : la santé des habitants

13En 1778, dans le projet de préambule aux lettres patentes qu’il rédigea pour le procureur général en Parlement, Lenoir insista grandement sur le lien entre la police et la santé des habitants :

  • 25 Ibidem, fol. 228-230.

La santé de nos sujets est un des objets les plus intéressants auxquels nous devons porter notre attention. Nous étant fait représenter les édits, déclarations et lettres patentes par lesquels les Rois nos prédécesseurs ont établi dans les villes principales de notre royaume, des facultés ou des collèges de Médecine, à l’effet d’y enseigner cette science et de constater les talents de ceux qui l’exercent […] et enfin l’arrêt de notre Conseil du 29 avril 1776 portant établissement d’une société de médecins par nous choisis et spécialement chargés de s’occuper de l’étude et de l’histoire des épidémies connues, de se ménager des correspondances avec les meilleurs médecins des provinces et même des pays étrangers, nous aurions reconnu que cette société […] a rempli dignement nos espérances ; que les médecins les plus habiles de notre capitale et de nos provinces […] ainsi que plusieurs physiciens distingués […] lui ont communiqué un grand nombre d’observations intéressantes, nous aurions aussi été informés que nos provinces ont déjà ressenti les bons effets des travaux et des instructions de ladite société25.

  • 26 Lenoir écrivit le 20 septembre 1774 à Macquer, directeur du Journal des Savants, pour qu’il rende c (...)
  • 27 BnF, JdF 499, fol. 217.

14L’apport de ce réseau de savants était de mobiliser un ensemble plus large d’informations scientifiques, car cette création institutionnelle agrégeait aux savoirs médicaux les meilleurs médecins et chimistes. Lenoir initia alors une forme de régulation du marché des remèdes plus au fait des progrès scientifiques, en particulier ceux relatifs à la chimie, et plus proche des recherches poursuivies par les savants. Il avait par ailleurs contribué à dévaloriser les recherches classiques, notamment celles menées par Raulin, médecin ordinaire du roi qui n’utilisait absolument pas la chimie pour évaluer la qualité des eaux26. La Commission royale de Médecine eût beau arguer qu’elle avait interdit 278 potions depuis 1772, elle apparut dépassée et inadaptée aux besoins pressants de l’administration27.

15La Société Royale de Médecine devait ainsi soutenir l’activité policière. Les structures de l’action administrative n’étaient pas fondamentalement transformées, une institution se substituant à une autre, mais cette création permettait de mobiliser des savoirs nouveaux, à l’échelle du royaume et de l’Europe, et permettait de dépasser le système d’attribution d’une charge qui faisait reposer l’expertise sur une personne. Les réseaux mobilisés permettaient de démultiplier les ressources scientifiques, et d’initier de nouvelles démarches d’évaluation de la santé des habitants.

Évaluer la ville et la santé des habitants

  • 28 Le commissaire Galliot le fit en 1668, BnF, JdF 2530.
  • 29 Un des cas les plus intéressants est la ville de Montpellier, où l’Académie des Sciences et la Facu (...)
  • 30 BROCKLISS Laurence et JONES, Colin, The medical world, op. cit., p. 415 et suiv.
  • 31 BnF, JdF 499, Imprimé, sur les « Travaux » proposés par la SRM, fol. 247.

16Les commissaires du Châtelet avaient depuis longtemps recouru aux médecins, voire aux chirurgiens, pour apprécier une situation sanitaire en cas d’épidémie28. Des médecins avaient d’ailleurs été régulièrement mobilisés, sans pour autant intégrer les structures policières, ce qui se retrouvait dans d’autres villes du royaume29. La Société Royale de Médecine, elle, fut créée pour répondre au besoin de la police de connaître la ville. Pour cela, les lettres patentes de création définirent des missions précises, dont la première était de composer des « topographies médicales ». Inspirées de la pensée de Sydenham30, et réalisées dans l’ensemble du royaume par des correspondants, elles devaient suivre un plan fixe, en onze étapes, dont le déroulement révèle la structure intellectuelle du projet, attentive à replacer l’être humain dans son environnement. Les analyses portaient sur la nature du sol, la position de la ville et son altitude, les vents dominants, la caractéristique topographique (montagne ou plaine) et la situation des eaux (marais, inondations…), leur qualité, le climat, les précipitations, la végétation, la culture des grains, le tempérament des habitants et leurs habitudes sociales ainsi que les insectes les plus communs31. La relation environnement-êtres humains déterminait le caractère des populations, suivant en cela le schème d’un déterminisme géoclimatique. L’innovation tenait véritablement dans la volonté de connaître le contexte naturel de l’habitat humain pour comprendre les maladies régnantes et les combattre. Elle renversait une certaine passivité de l’administration policière, qui n’intervenait précédemment que lors des épidémies, sans pour autant agir sur l’espace urbain entendu dans sa matérialité.

  • 32 Ibidem, « plumitif » de la séance du 30 juin, fol. 207.
  • 33 Journal des Sçavants, 1780, p. 866 pour une enquête de Lorry, et ibid., 1781, p. 24 pour Geoffroy.
  • 34 BnF, JdF 499, fol. 297.

17Paris fut rapidement l’objet de recherches, puisque Vicq d’Azyr proposa, pour une séance le 30 juin 1778, que Geoffroy vienne lire « des observations sur la constitution médicale des cinq premiers mois de cette année »32. La séance ne se tint pas, en raison de l’hostilité de la faculté de Médecine. Mais la méthode, attentive à la constitution de l’air dans les quartiers connut un grand succès, puisque les résultats de nombreuses recherches encouragées par Lenoir furent rendus publics, notamment dans le Journal des Savants33. Le succès fut tel que la faculté de Médecine, en 1780, lança elle aussi une série de grandes enquêtes intitulées « mémoires sur les maladies régnantes »34.

  • 35 AN, F8 77.
  • 36 Annales de statistique, t. III, p. 99.

18Les travaux de Geoffroy sont perdus, mais la méthodologie est connue, car elle fut reprise et systématisée sous l’Empire, qui confia aux membres de l’Institut des recherches de terrain dont les rapports étaient transmis à un Conseil de salubrité présidé par le préfet de Police35. Elles furent publiées, notamment dans les Annales de statistique, par exemple en 1802, lorsqu’une épidémie se déclara dans le quartier St-Denis36. L’analyse des médecins se révéla rassurante, et la publication eut autant pour but de tranquilliser la population que de rendre visible la lutte menée contre la contagion.

  • 37 MANNONI Stefano, Une et indivisible. Storia dell’accentramento amministrativo in Francia, I. La for (...)
  • 38 BRIAN Éric, La mesure de l’État, administrateurs et géomètres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel (...)

19Un hiatus demeurait pourtant. La Lieutenance, pour agir, recourut souvent à des architectes et à des experts. Ce fut moins le cas avec les médecins, qui ne parcouraient plus les rues avec les commissaires à la fin du XVIIIe siècle. Cette différence tenait au fait que la Lieutenance, désormais, disposait d’une réelle « capacité à agir »37 dans l’espace urbain, justifiée par les savoirs scientifiques et médicaux, qui pouvait la dispenser de recourir aux maîtres de l’art pour trouver une effectivité. L’administration parvint donc à inclure les scientifiques dans son orbite, mais s’en affranchit dans le même temps en constituant un débouché à leurs travaux et en créant une institution qui dispensait, outre une « sanction » académique38, des moyens et des prix pour les recherches.

L’action de la Lieutenance : une « police médicale » ?

  • 39 NAPOLI Paolo, Naissance de la police moderne. Pouvoir, normes, société, Paris, La Découverte, 2003, (...)
  • 40 BIELFELD, Institutions politiques, Pierre Gosse Junior, 1760, 2 t.
  • 41 BROCKLISS Laurence et JONES, Colin, The medical world, op. cit., p. 734-750.

20L’Empire des Habsbourg connut le développement de sciences relatives à l’administration, dont une spécifique portait sur la police, la Polizeiwissenschaft39. La France resta quelque peu hermétique à ces sciences camérales, alors que des auteurs comme le baron de Bielfeld diffusèrent ces questionnements, par exemple dans son ouvrage intitulé Institutions politiques40. Mais il n’utilisa pas le terme de « police médicale », que L. Brockliss et C. Jones estiment correspondre à ce que les physiocrates tentèrent d’instaurer en France41.

21Il convient de s’interroger sur la pertinence de cette notion dans la police des désordres urbains : la Lieutenance contribua-t-elle à améliorer la santé des habitants ?

Les théorisations d’une « police médicale »

  • 42 Le Bègue de Presle, Le Conservateur de la Santé, ou Avis sur les dangers qu’il importe à chacun d’é (...)
  • 43 Jacquin Armand-Pierre, De la Santé, Ouvrage utile à tout le monde, Paris, Durand, 1762.

22Peu d’écrits ont théorisé de manière poussée l’idée de « police médicale » en intégrant les dimensions du corps humain et de l’environnement urbain. Un de ceux qui est allé le plus avant sur cette question est Le Bègue de Presle, dont l’ouvrage Le Conservateur de la Santé expliquait combien la médecine, tout comme la police, devait être préventive, notamment par des règlements adaptés42. Amplifiant le projet de Jaquin43, et dans un contexte de publications s’adressant à « tout le monde », Le Bègue de Presle composa un ouvrage qui incluait, en appendice, les « objets des règlemens de police pour la conservation de la santé ». Cent-un articles étaient reproduits, et quatre-vingt-neuf portaient sur la police urbaine, tant sur la police des chiens que l’organisation des métiers ou le service des funérailles. Aucun plan structurant n’apparaissait dans cette compilation ce qui, loin d’éloigner ce propos médical de la police, rapprochait au contraire la démarche de Le Bègue de Presle de celle des écrivains de la chose policière. Ces derniers, au cours du XVIIIe siècle, ont en effet toujours abordé la police à partir des matières sans proposer de véritable structuration intellectuelle. Le Bègue de Presle envisageait ainsi la police médicale à partir des pratiques, sans se référer à des auteurs ayant théorisé l’organisation des pouvoirs et l’action de la police. Il approfondissait un petit traité qu’il avait fait paraître en 1759, dans lequel il s’interrogeait sur les relations que les « magistrats » devaient entretenir avec les médecins. Il appelait à systématiser un travail commun dans le but de produire le bien public, qui passait par la prévention des dangers urbains, tant ceux relatifs aux usages de la ville qu’à ceux portant sur les maladies du corps.

23On ne sait si les agents de la Lieutenance connurent directement cet ouvrage qui fut autorisé par la censure, dont Le Bègue de Presle était membre. L’auteur contribuait par ailleurs au Journal des Savants. Il n’était donc pas un obscur faiseur de projets, et s’inscrivait pleinement dans une littérature utile pour le gouvernement dont les finalités étaient pratiques. On peut donc légitimement supposer que son propos parvint aux Lieutenants généraux, qui étaient sensibles à ces questions.

24Le catalogue de la bibliothèque de Lenoir nous apprend en effet qu’il possédait un exemplaire du livre Médecine domestique, ou Traité complet des moyens de se conserver en santé de Guillaume Buchan, traduit en 1775 en français. L’ouvrage portait à la fois sur le corps humain et sur la relation entre l’homme et son environnement (en particulier le plus immédiat) et invitait à améliorer – entre autres – l’hygiène collective. Il inspira sans doute Lenoir pour sa politique après l’intermède « physiocrate ».

Un Lieutenant général de police proche des physiocrates : Albert

  • 44 KAPLAN Steven-L., La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001.
  • 45 Archives Nationales, Q11331.

25L. Brockliss et C. Jones prennent pour échelle d’analyse le royaume, notamment sous l’action du seul gouvernement que l’on pourrait qualifier de physiocrate qui fut celui de Turgot (1774-1776). Dans un paradoxe apparent, il n’initia pas de réforme de la police dans un sens proprement médical pour ce qui regardait l’espace urbain. Il participa certes au mouvement de réduction des dangers urbains et de secours aux personnes, mais il n’eut pas le temps de transformer des pratiques depuis longtemps établies, ce que le Lieutenant général Albert, un de ses proches, constata face à l’inertie des commissaires. Ce dernier tenta de réformer en profondeur les cadres d’exercice de la police, en refondant les quartiers de ville44. Les commissaires s’y opposèrent, car le projet visait plus généralement à renouveler les liens politiques citadins, en supprimant les métiers et en attribuant aux artisans et boutiquiers de la ville une partie des fonctions politiques et policières45. Il n’eut donc pas le temps de proposer une police médicale, ce que son successeur, Lenoir, mit en place sans utiliser le terme.

Lenoir et la police de la santé des Parisiens

  • 46 Milliot Vincent, Un Policier des Lumières, suivi de Mémoires de J.C.P. Lenoir, Seyssel, Champ Vallo (...)
  • 47 Pour une présentation synthétique, GOUBERT Jean-Pierre et REY Roseline (dir.), Atlas de la Révoluti (...)
  • 48 Lenoir, Mémoires, op. cit., p. 527.
  • 49 Roche Daniel, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1 (...)
  • 50 BnF, ms fr. 12305, fol. 509. La réponse de Macquer n’est pas connue.
  • 51 LENOIR, Détail sur quelques établissemens de la Ville de Paris, demandé par Sa Majesté Impériale la (...)
  • 52 Journal des Sçavans, août 1781, compte rendu par Macquer de l’ouvrage Recherches chimiques sur l’ét (...)
  • 53 JAQUIN, De la Santé, op. cit., chap. 7.

26Lenoir mit en œuvre de nouvelles formes de régulation des désordres urbains pour protéger et améliorer la santé des habitants de la capitale, par le jeu de micro-régulations qui furent systématisées à l’échelle de la ville. Dans ses Mémoires, il ne cita aucun grand médecin. Il s’attacha plutôt à expliquer sa démarche à la tête de la Lieutenance. Il y poursuivit l’objectif de « réformer » certains domaines de la « santé publique »46, en particulier des établissements (les bureaux des nourrices) ou des espaces dans la ville (les cimetières, les hôpitaux). Aucun plan général sur une police médicale n’est exposé, puisque la Lieutenance agissait ponctuellement. Ainsi, dans le domaine de l’inoculation, bien connu de l’historiographie47, Lenoir fit installer en dehors de Paris des « établissements [destinés à] propager l’inoculation »48. Le travail de protection des corps fut complété par la prévention des dangers relatifs aux nouveaux matériaux utilisés pour les biens d’usage courant. À une époque de développement du marché de consommation49, Lenoir s’inquiéta de prévenir les dangers des ustensiles de cuisine composés d’étain. Il demanda donc à Macquer, censeur royal et médecin de la faculté, son avis sur l’ouvrage de Bibret, entrepreneur de la manufacture de batteries de cuisine qui proposait un nouveau type de produits50. Sa réflexion porta également sur l’utilisation du plomb et du cuivre, ce qu’il exposa d’ailleurs au public en 178051, et il utilisa le Journal des Savants pour mettre en garde contre l’emploi de l’arsenic dans la fabrication des chaudrons en plomb52. Il mettait ainsi en œuvre ce que Jaquin avait dénoncé dès 1762, préconisant l’utilisation de la terre cuite pour les ustensiles de cuisine53.

  • 54 PIERNAS Gersande, « L’hospice de Vaugirard pour les « enfants gastés et les femmes grosses » : un é (...)
  • 55 DE HORNE, Exposition raisonnée d’administrer le mercure, 1775, et Observations faites et publiée pa (...)
  • 56 Journal des Sçavans, 1779, p. 126.

27La prévention des dangers liés aux matériaux trouva un prolongement avec l’attention portée par Lenoir aux débats sur l’emploi du mercure pour guérir les maladies vénériennes, au moment de la création de l’hospice de Vaugirard spécialisé dans le traitement de ces infections, à laquelle il prit une large part54. Il possédait d’ailleurs les ouvrages de De Horne, qui réalisait une topographie médicale de la capitale, et Tuillier sur le traitement au mercure55, et initia les prix de la Société Royale de Médecine portant sur le traitement des maladies vénériennes, qui permirent notamment de proposer des remèdes sans mercure, dont la nocivité était bien connue56.

28La dimension préventive de la police apparaît ici pleinement, mais elle ressurgit dans un autre domaine de l’activité policière que Lenoir n’inclut pas dans la partie « Santé » de ses Mémoires, mais qui ressortirait plutôt à la « Voirie ». Il s’agissait des dangers liés aux fosses d’aisance. Des problèmes fréquents d’asphyxie se posaient pour les vidangeurs, et les commissaires étaient attentifs à ce que les fosses d’aisance soient hermétiques pour éviter la diffusion des vapeurs méphitiques.

  • 57 Journal des Sçavans, juin 1782, vol. II.

29Un grand débat à l’échelle du royaume eut d’ailleurs lieu à propos des fosses d’aisance, qui opposa Vicq d’Azyr et Marcorelle, médecin de l’Académie de Narbonne57. Le second accusait le premier de lui avoir volé son invention, un ventilateur qui pourrait aérer les fosses pendant le travail des vidangeurs.

  • 58 Plus généralement, sur les changements dans le monde scientifique à Paris au siècle des Lumières, e (...)
  • 59 LE ROUX Thomas, Le Laboratoire des pollutions industrielles, op. cit., 1re partie.

30Le débat fut tranché par une Commission de l’Académie des Sciences, du Collège de pharmacie (créé en partie par Lenoir) et de la Société Royale de Médecine, qui déclara les travaux de Vicq d’Azyr plus convaincants58. Un débouché industriel fut trouvé à ce ventilateur quand Lenoir autorisa la création de la Compagnie du Ventilateur, et lui fit octroyer un monopole pour la vidange des fosses à Paris59.

  • 60 AN, Y 9491 et 9492.
  • 61 AN, 9492, rapport du commissaire Barbier spécialisé dans ces questions, du 18 et du 19 février 1789 (...)

31Les frères Cadet, ainsi que Vicq d’Azyr, furent associés à cette compagnie, ce qui valut à Lenoir des accusations de concussion. Dans la pratique, chaque vidange s’effectuait sous l’inspection d’un commissaire de police, puis d’un inspecteur du ventilateur qui officiait pour la compagnie, mais rendait compte à la Lieutenance. Des condamnations furent d’ailleurs prononcées pour des fosses non ventilées ou non aérées, notamment dans les années 1780-1790, infraction qui n’était jamais réprimée auparavant puisque les commissaires n’avaient pas les moyens de constater le « désordre » posé dans les rues60. Désormais, la Compagnie distribuait régulièrement aux commissaires spécialisés dans cette question des « feuilles de [ses] travaux » qui permettaient de « surveiller » la conformité des travaux menés par ladite compagnie, tant d’un point de vue technique que pour les questions de sécurité autour des fosses ouvertes61. Elle dénonçait également les ouvertures de fosses qui s’effectuaient sans recourir à son ventilateur, ce qui permettait de démultiplier dans la ville les « yeux » du magistrat de police, en chargeant une entreprise privée de missions indirectes de police. C’est donc bien l’inclusion dans l’action administrative du savoir scientifique sur les fosses de vidange qui permit à la Lieutenance de resserrer son contrôle dans l’espace urbain.

  • 62 Entre autres, Journal de Paris, 22 et 24 juillet 1781, et 16 juin 1782 contre Marcorelle.

32Une certaine publicité, par l’intermédiaire du Journal de Paris (contrôlé par Cadet le Jeune), fut donnée à cette politique policière de prévention des risques pour la vie des vidangeurs et pour l’espace urbain62. Pédagogique et publicitaire, elle complétait une nouvelle forme d’action administrative policière, attentive à la santé des habitants de la capitale, mais qui reposait sur une meilleure connaissance de l’espace urbain, tant à l’échelle de la ville qu’à des échelles beaucoup plus fines, le quartier ou la rue.

*

  • 63 MARGAIRAZ Dominique, « L’invention du « service public » : entre « changement matériel » et « contr (...)
  • 64 Bourdelais Patrice (dir.), Les hygiénistes, enjeux, modèles, pratiques. XVIIIe-XXe siècle, Paris, B (...)

33La protection de la santé des Parisiens par la police de la Lieutenance passa, entre 1667 et 1789, par une inflexion complète des relations entre sciences et administrations. Dépendante à la fin du XVIIe siècle, sur le terrain, de médecins qui lui étaient extérieurs, la Lieutenance en vint progressivement à s’agréger des experts de la santé, puis initia la création d’une institution scientifique d’un nouveau type – la Société Royale de Médecine – qui lui fournirait des outils nouveaux pour agir. Ces outils étaient constitués d’états de la situation sanitaire de la ville (les « topographies médicales »), à différentes échelles, rédigés par des savants à la pointe des savoirs scientifiques. Leurs connaissances leur permettaient, en effet, de mieux envisager les relations entre l’environnement matériel urbain et la santé des habitants, sans recourir pour cela à la seule médecine, en partie bloquée par des oppositions institutionnelles. À ce titre, ils répondaient pleinement aux attentes de la Lieutenance. Les scientifiques furent même utilisés pour agir, et compléter, par la constitution d’entreprises privées agissant « au service du public », l’action des officiers de la Lieutenance. Ces expérimentations, tant scientifiques qu’administratives, participèrent du processus d’émergence de l’idée de « service public »63, qui trouva, en matière de santé, un domaine éminent de redéfinition des rapports entre la population et l’État. Il se poursuivit d’ailleurs au moins jusqu’à l’épidémie de choléra de 1832, qui semble avoir constitué un moment de redéfinition de ces rapports et de l’appréhension intellectuelle par l’État de la situation sanitaire et sociale de la ville64.

Haut de page

Notes

2 PEUCHET Jacques, Encyclopédie Méthodique, Jurisprudence, t. IX et X, La Police et les Municipalités, Paris, Panckoucke, 1789, p. 725.

3 MERCIER Louis-Sébastien, Tableau de Paris, 1782, rééd. 1979, Genève, Slaktine Reprints, chap. LXIII.

4 BROCKLISS Laurence et JONES Colin, The medical world of early modern France, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 745.

5 CIPPOLA Carlo Maria, Contre un ennemi invisible, épidémies et structures sanitaires en Italie de la Renaissance au XVIIe siècle, Paris, Balland, 1992.

6 MARIN Brigitte, « Magistratures de santé, médecins et politiques sanitaires à Naples au XVIIIe siècle : de la lutte contre les épidémies aux mesures d’hygiène publique », Siècles, Cahier du Centre « Espaces et cultures », n° 14, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2001, p. 39-50. Pour le rapport de l’Académie des Sciences parisiennes au « bien public », BRIGGS Robin, « The Académie Royale des Sciences and the pursuit of utility », Past and Present, n° 131, 1991, p. 38-88.

7 FOUCAULT Michel, Sécurité, Territoire, Population, Cours au Collège de France (1977-1978), Paris, Gallimard/Seuil, 2004 et Naissance de la biopolitique, Cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Gallimard/Seuil, 2004.

8 BOUDRIOT Pierre-Denis, « Essai sur l’ordure en milieu urbain à l’époque pré-industrielle. De quelques réalités écologiques à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les déchets d’origine artisanale », Histoire, économie et société, 1988, 7-2, p. 261-281.

9 BnF, ms fr. 16847, fol. 113.

10 REVEL Jacques, « Autour d’une épidémie ancienne. La peste de 1666-1670 », RHMC, 1970, p. 954-983.

11 BnF, ms fr. 16847, séance du 2 novembre 1666, fol. 15.

12 PIASENZA Paolo, Polizia e città. Strategie d’ordine, conflitti e rivolte a Parigi tra sei e settecento, Bologne, Il Mulino, 1990.

13 BnF, ms fr. 16847, séance du 10 novembre, fol. 17.

14 BnF, JdF 2530, fol. 127, lettre anonyme à propos de la foire St-Germain.

15 Sur la question des migrations urbaines, spécialement vers Paris, ROCHE Daniel (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin XVIIe- début XIXe siècle), Paris, Fayard, 2000, chap. 1, 2 et 3.

16 BnF, JdF 2530, fol. 16, lettre anonyme de dénonciation d’un perruquier.

17 Ibidem, fol. 30, 109, 125, etc.

18 DELAMARE Nicolas, Traité de la police…, Paris, Jean & Pierre Cot, 1705, t. 1, idée reprise par son continuateur LECLERC DU BRILLET pour le t. 4 portant sur la « Voirie ».

19 GRENIER Jean-Yves, L’économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel, 1996.

20 Burguière André et Revel Jacques (dir.), Histoire de la France, t. III, LE GOFF Jacques (dir.), L’État et les pouvoirs, Paris, Seuil, 1989, p. 312 et suiv.

21 Nous nous permettons de renvoyer à notre travail de doctorat, VIDONI Nicolas, La Lieutenance générale de police et l’espace urbain parisien (1667-1789). Expériences, pratiques et savoirs, Université de Provence, octobre 2011, 2 vol., annexe 10.

22 BnF, JdF 2530, fol. 49.

23 LE ROUX Thomas, Le Laboratoire des pollutions industrielles. Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel, 2011.

24 BnF, JdF 499, fol. 185 et suiv.

25 Ibidem, fol. 228-230.

26 Lenoir écrivit le 20 septembre 1774 à Macquer, directeur du Journal des Savants, pour qu’il rende compte de l’ouvrage de Raulin sur les eaux minérales. Un compte rendu ironique mais terrible parut rapidement, et insistait sur l’incompétence flagrante de Raulin en chimie, ce qui invalidait automatiquement tout son travail. Journal des Sçavans, 1774, p. 612-616.

27 BnF, JdF 499, fol. 217.

28 Le commissaire Galliot le fit en 1668, BnF, JdF 2530.

29 Un des cas les plus intéressants est la ville de Montpellier, où l’Académie des Sciences et la Faculté de médecine occupent une place prépondérante dans le « gouvernement » de la ville, et où les médecins n’hésitent pas à parcourir les rues avec les membres du Bureau de police pour évaluer la dangerosité de certaines situations. Archives Municipales de Montpellier, série FF, registres du Bureau de police.

30 BROCKLISS Laurence et JONES, Colin, The medical world, op. cit., p. 415 et suiv.

31 BnF, JdF 499, Imprimé, sur les « Travaux » proposés par la SRM, fol. 247.

32 Ibidem, « plumitif » de la séance du 30 juin, fol. 207.

33 Journal des Sçavants, 1780, p. 866 pour une enquête de Lorry, et ibid., 1781, p. 24 pour Geoffroy.

34 BnF, JdF 499, fol. 297.

35 AN, F8 77.

36 Annales de statistique, t. III, p. 99.

37 MANNONI Stefano, Une et indivisible. Storia dell’accentramento amministrativo in Francia, I. La formazione del sistema (1161-1815), Milan, Giuffrè Editore, 1994.

38 BRIAN Éric, La mesure de l’État, administrateurs et géomètres au XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1997, particulièrement « La sanction de l’Académie » ; BRIGGS Robin, art. cité.

39 NAPOLI Paolo, Naissance de la police moderne. Pouvoir, normes, société, Paris, La Découverte, 2003, particulièrement le chapitre 5 et pour la police de la santé, conclusion, p. 289 et suiv. et « Les sciences camérales, une politique de moyens », dans LABORIER Pascale et al. (dir.), Les sciences camérales : activités pratiques et histoire des dispositifs publics, Editions du CURAPP, 2011, p. 155-162.

40 BIELFELD, Institutions politiques, Pierre Gosse Junior, 1760, 2 t.

41 BROCKLISS Laurence et JONES, Colin, The medical world, op. cit., p. 734-750.

42 Le Bègue de Presle, Le Conservateur de la Santé, ou Avis sur les dangers qu’il importe à chacun d’éviter, pour se conserver en bonne santé & prolonger sa vie, Paris, Didot, 1763.

43 Jacquin Armand-Pierre, De la Santé, Ouvrage utile à tout le monde, Paris, Durand, 1762.

44 KAPLAN Steven-L., La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001.

45 Archives Nationales, Q11331.

46 Milliot Vincent, Un Policier des Lumières, suivi de Mémoires de J.C.P. Lenoir, Seyssel, Champ Vallon, 2011, p. 519.

47 Pour une présentation synthétique, GOUBERT Jean-Pierre et REY Roseline (dir.), Atlas de la Révolution française, t. 7, Médecine et santé, Paris, EHESS, 1993.

48 Lenoir, Mémoires, op. cit., p. 527.

49 Roche Daniel, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1981 et 1998, et Pardailhé-Galabrun Annick, Naissance de l’intime, 3 000 foyers parisiens. XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, PUF, 1988.

50 BnF, ms fr. 12305, fol. 509. La réponse de Macquer n’est pas connue.

51 LENOIR, Détail sur quelques établissemens de la Ville de Paris, demandé par Sa Majesté Impériale la Reine de Hongrie, à M. Le Noir, Conseiller d’État, Lieutenant-Général de Police, Paris, 1780.

52 Journal des Sçavans, août 1781, compte rendu par Macquer de l’ouvrage Recherches chimiques sur l’étain… de Bayen et Chalard, p. 531.

53 JAQUIN, De la Santé, op. cit., chap. 7.

54 PIERNAS Gersande, « L’hospice de Vaugirard pour les « enfants gastés et les femmes grosses » : un épisode de l’histoire de la syphilis à la fin du XVIIIe siècle », Histoire, économie & société, 2007-1, p. 67-84.

55 DE HORNE, Exposition raisonnée d’administrer le mercure, 1775, et Observations faites et publiée par ordre du Gouvernement, sur les différentes méthodes d’administrer le mercure dans les maladies vénériennes, 1779, 2 vol. ; TUILLIER C., Observations sur les maladies vénériennes, 1707, dans LENOIR, Mémoires, op. cit., p. 1092.

56 Journal des Sçavans, 1779, p. 126.

57 Journal des Sçavans, juin 1782, vol. II.

58 Plus généralement, sur les changements dans le monde scientifique à Paris au siècle des Lumières, et les liens avec l’administration, BELHOSTE Bruno, Paris savant. Parcours et rencontres au temps des Lumières, Paris, Armand Colin, 2011.

59 LE ROUX Thomas, Le Laboratoire des pollutions industrielles, op. cit., 1re partie.

60 AN, Y 9491 et 9492.

61 AN, 9492, rapport du commissaire Barbier spécialisé dans ces questions, du 18 et du 19 février 1789, rapporté à l’audience du 6 mars.

62 Entre autres, Journal de Paris, 22 et 24 juillet 1781, et 16 juin 1782 contre Marcorelle.

63 MARGAIRAZ Dominique, « L’invention du « service public » : entre « changement matériel » et « contrainte de nommer » », RHMC, 52-3, juillet-septembre 2005, p. 10-33.

64 Bourdelais Patrice (dir.), Les hygiénistes, enjeux, modèles, pratiques. XVIIIe-XXe siècle, Paris, Belin, 2001, introduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Vidoni, « Protéger la santé des Parisiens au XVIIIe siècle : savoirs urbains et action policière »Histoire, médecine et santé, 6 | 2015,  97-110.

Référence électronique

Nicolas Vidoni, « Protéger la santé des Parisiens au XVIIIe siècle : savoirs urbains et action policière »Histoire, médecine et santé [En ligne], 6 | automne 2014, mis en ligne le 24 mai 2017, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/hms/728 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.728

Haut de page

Auteur

Nicolas Vidoni

Docteur de l’Université de Provence, thèse intitulée La Lieutenance générale de police et l’espace urbain parisien (1667-1789). Expériences, pratiques et savoirs, sous la direction de Brigitte Marin. Post-doctorant au sein du programme ANR « Systèmes Policiers Européens, XVIIIe-XIXe siècle », Université Paris 1. Chercheur associé à l’UMR Telemme, MMSH.

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • OpenEdition Journals