Navigation – Plan du site
Compte rendus

Balsoy Gülhan, The Politics of Reproduction in Ottoman Society, 1838-1900

Londres, Pickering & Chatto, 2013
Fabrice Cahen
p. 113-115
Référence(s) :

Balsoy Gülhan, The Politics of Reproduction in Ottoman Society, 1838-1900, Londres, Pickering & Chatto, 2013, 180 p.

Texte intégral

1L’ouvrage que G. Balsoy consacre à l’Empire ottoman du Tanzimat (« réorganisation »), mêlant histoire de la médecine, histoire des politiques de population et histoire du genre, permet, outre son apport monographique, d’établir des comparaisons instructives avec une historiographie des « biopolitiques » contemporaines largement centrée sur l’aire occidentale.

2L’anxiété de l’« homme malade de l’Europe » à l’égard de sa population s’inscrit dans un contexte de mutations démographiques liées à des pertes territoriales massives et aux crises épidémiques du moment. Dès la fin des années 1830 est créé un bureau officiel de statistiques qui renouvelle le recensement (le Tahrir) et organise un système de statistiques vitales. Les préoccupations du pouvoir sont d’ordre qualitatif autant que quantitatif : il s’agit surtout de ne pas voir la population turco-musulmane décliner au profit de la minorité chrétienne à la fécondité plus élevée. Ces préoccupations se soldent par un investissement politique et médical sans précédent sur le terrain de la reproduction, dont l’expérience féminine va sortir fortement remodelée.

3Avant d’engager sa propre démonstration, fondée sur divers matériaux (archives d’État, législation, littérature médicale…), G. Balsoy opère une judicieuse critique historiographique (chap. 1) : elle souligne à quel point les travaux historiques préexistants étaient tributaires d’une tradition mémorielle téléologique, dont l’un des principaux artisans, le Dr Besim Ömer (1862-1940), était aussi l’un des héros. Ce médecin, formé à Paris sous l’aile de Pierre Budin puis d’Adolphe Pinard, avait contribué à propager une lecture binaire du passé : d’un côté, les matrones, l’ignorance, la crasse et les pratiques abortives, de l’autre, l’obstétrique moderne, le progrès, l’efficacité et la probité…

4L’entreprise de régulation de la profession de sage-femme (chap. 2), engagée dès les années 1830, prend appui sur différents types de discours sociaux imputant aux accoucheuses traditionnelles un funeste amateurisme. Analysant un corpus de plaintes de particuliers, qui dénoncent des mauvaises pratiques ayant entraîné le décès de la mère, du fœtus ou du nouveau-né, G. Balsoy estime qu’une partie des fautes en question était en réalité le fait de sages-femmes diplômées voire d’obstétriciens. Or ce ne sont pas ces derniers que le pouvoir pointe du doigt. En imposant la professionnalisation de l’accouchement, les autorités, influencées par les élites médicales, veulent d’abord écarter les sages-femmes traditionnelles et placer les diplômées sous la tutelle du médecin. Mais malgré la création en 1842 de l’École de sages-femmes (dont l’une des enseignantes est la Française Mme Ventura), le manque de formation pratique et les difficultés de recrutement s’ajoutent à la pénurie de moyens qui empêchent la création de maternités modernes. Les réformes ont donc surtout pour effet d’asseoir l’autorité du médecin et d’interdire aux sages-femmes, outre le forceps, l’usage de produits aux vertus abortives comme l’« ivraie enivrante ». C’est seulement vers 1890 que sont mises en place des maternités et qu’une formation technique solide est dispensée aux sages-femmes. Du fait de la lenteur de cette substitution d’acteurs, les sages-femmes traditionnelles conservent donc longtemps la main. Faute de données empiriques sur la mortalité maternelle et périnatale, il reste difficile d’apprécier l’impact sanitaire de la progressive régulation professionnelle.

5Un autre volet d’application du natalisme ottoman est la lutte engagée contre le contrôle des naissances et surtout contre l’avortement, désigné comme cause principale du ralentissement de la natalité (chap. 3). Passant assez vite sur la question de l’estimation statistique de l’avortement, l’historienne concentre son analyse sur la manière dont il est pensé et combattu. La bipartition explicative qui distingue « misère » et « débauche » n’est autre selon G. Balsoy qu’une « stratégie discursive » : les femmes mises en cause dans les affaires d’avortement sont toujours en situation de vulnérabilité. La législation anti-avortement pose la question, abordée par Emmanuel Betta à propos de l’Église catholique, des rapports entre droit positif et loi religieuse. La charia condamne l’avortement en termes très généraux, laissant place à l’interprétation. Dans l’ensemble (et particulièrement pour le courant hanafite) l’interruption médicale de la grossesse en cas de danger pour la mère est tolérable ; pourtant les lois adoptées dans le cadre du Tanzimat vont exclure tous les motifs d’avortement. Dans un registre clairement dogmatique, l’État définit cet acte, à la fin des années 1830, comme un crime contraire à la « volonté de Dieu » et suggère que la mort des suites d’un avortement provoqué est un juste châtiment. Le Code pénal de 1840/1858 est toutefois bien plus sévère à l’égard des avorteurs/euses (qui sont de fait les principaux sanctionnés par la justice) qu’à l’égard des avortées ; de fait les dispositions légales ne sont guère contraignantes et les pratiques d’avortement ne rencontrent que très peu d’obstacles judiciaires. C’est l’une des raisons pour lesquelles sont peu à peu promues, parallèlement aux mesures de droit criminel, des politiques familiales ou de protection de la mère et de l’enfant. La redéfinition de l’avortement en termes de santé publique, à la fin du siècle, va attirer l’attention sur d’autres facteurs de recul démographique, comme les conditions de vie et d’hygiène.

6Le chapitre 4 porte sur la médicalisation de la grossesse, phénomène que l’auteure saisit par la littérature prescriptive relative à l’hygiène des femmes enceintes. Ce processus heurte les pratiques populaires traditionnellement accomplies dans l’entre-soi féminin ; il tend à réduire la future mère à un corps à la fois fragile, instable et « à risques » – bref, dépendant d’un savoir-faire professionnel. Pourtant, cette velléité de disciplinarisation du corps ne peut se passer de la coopération des intéressées. C’est en dernière instance « aux femmes elles-mêmes de gouverner leur corps ».

7La stérilité involontaire (chap. 5) n’est prise que tardivement en considération par l’empire, en partie faute de moyens diagnostiques et thérapeutiques. Pour Besim Ömer, pionnier en la matière, qui s’inspire notamment des travaux du médecin français « Paju » (on peut se demander s’il ne s’agit pas plutôt de Charles Pajot), la stérilité est une « calamité ». Cette notion ne renvoie plus sous sa plume à une sanction immanente punissant une mauvaise conduite, mais bien à une pathologie appelant des traitements médicaux ou chirurgicaux, un plus strict encadrement de la vie intime des ménages (régimes alimentaires, comportements sexuels…) et une redéfinition médicale des normes reproductives. L’auteure voit dans la multiplication des traités à destination du grand public – guides de grossesse et autres manuels d’hygiène matrimoniale – un indice de l’assimilation de plus en plus forte des femmes à la fonction reproductive.

8Intéressant aussi bien le champ de l’histoire des politiques de population que celui de l’histoire de la naissance, l’ouvrage de G. Balsoy a pour principale qualité d’échapper aux automatismes sur le « biopouvoir » et de dépasser certains antagonismes théoriques. En recourant, sans en abuser, aux notions très en vogue d’agency ou d’empowerment, l’auteure dégage une lecture contrastée de son sujet d’étude. Elle montre par exemple comment les sages-femmes de l’Empire ottoman tardif furent à la fois victimes d’une dépossession et bénéficiaires (du moins pour les diplômées) d’avantages statutaires, matériels et symboliques. De la même manière, la lutte contre l’avortement, offensive de l’État pour réorienter les corps vers la repopulation, serait aussi l’indice d’une « émancipation » des femmes, lesquelles parvinrent en outre à obtenir que des dispositifs d’assistance complètent des mesures répressives peu probantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Cahen, « Balsoy Gülhan, The Politics of Reproduction in Ottoman Society, 1838-1900 », Histoire, médecine et santé, 6 | 2015, 113-115.

Référence électronique

Fabrice Cahen, « Balsoy Gülhan, The Politics of Reproduction in Ottoman Society, 1838-1900 », Histoire, médecine et santé [En ligne], 6 | automne 2014, mis en ligne le 24 mai 2017, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/740

Haut de page

Auteur

Fabrice Cahen

INED, Unité 11 (Histoire et populations)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals