Navigation – Plan du site
Compte rendus

Blonski Michel, Se nettoyer à Rome IIe s. avant J.-C. – IIe s. après J.-C. Pratiques et enjeux

Paris, Les Belles Lettres, 2014
Caroline Husquin
p. 119-121
Référence(s) :

Blonski Michel, Se nettoyer à Rome IIe s. avant J.-C. – IIe s. après J.-C. Pratiques et enjeux, Paris, Les Belles Lettres, 2014, 412 p.

Texte intégral

1Écrire sur l’environnement balnéaire dans l’Antiquité n’est pas nouveau, qu’il s’agisse d’évoquer le monde grec ou romain, les ouvrages ne manquent pas. Certains constituent des références incontournables. Citons à titre d’exemple les ouvrages de R. Ginouvès (Balaneutikè. Recherches sur le bain de l’Antiquité grecque, 1962), ou celui plus récent dirigé par S. K. Lucore et M. Trümper (Greek Baths and Bathing Culture: New Discoveries and Approaches, 2013) pour le monde grec, celui d’I. Nielsen (Thermae et Balnea: The Architecture and Cultural History of Roman Public Baths, 1990) pour le monde romain. L’ouvrage de M. Blonski traite de cet univers balnéaire, pourtant il ne s’agit pas d’un livre de plus sur les bains. Si les quarante dernières années ont permis un certain renouveau et la publication de travaux d’ampleur sur la question, l’optique adoptée par les auteurs est surtout restée d’ordre typologique et architectural. M. Blonski se propose d’aborder le thème d’une tout autre façon : le bain n’est pas tant le sujet de son propos que ce que l’on y fait ; il souhaite envisager de manière très concrète les pratiques et les enjeux du nettoyage corporel à Rome entre le IIe s. avant notre ère et le IIe s. de notre ère.

2L’étude a pour point de départ des questions d’ordre pratique : « De quoi se nettoie-t-on ? Dans quel but ? Où le fait-on ? Avec quels moyens et comment ? » Sa démarche est pluridisciplinaire, car elle se fonde sur une confrontation des sources afin d’approcher au plus près les pratiques des Anciens relatives à la propreté corporelle. Les sources invoquées sont multiples : épigraphiques, archéologiques, et bien sûr littéraires. Tous les registres sont convoqués (théâtre, satires, traités médicaux, philosophiques…) au travers d’exemples pour permettre d’envisager les pratiques des Romains. L’auteur décompose son propos en 4 parties : « Dire le sale » ; « Pourquoi être propre ? » ; « Le Balneum et sa justification » et « Comment se lave-t-on ? Vocabulaire et technique »).

3Tout d’abord (partie I), il faut partir d’un constat simple : qu’est-ce qui est perçu comme sale par les Romains ? C’est par l’étude lexicologique des termes employés pour décrire la saleté que M. Blonski fait entrer son lecteur dans l’univers du « propre et du sale » latin. Pour cela, et à l’aide du raisonnement de M. Douglas (« Rien, en soi, n’est sale : une chose n’apparaît telle qu’en comparaison d’une autre », p. 8), il montre le caractère contextuel de la notion de saleté, qu’on ne peut pas qualifier par un critère matériel unique. Ainsi à Rome, la crasse qui découle du labeur ou du combat (une « bonne saleté ») n’est-elle pas perçue de la même façon que celle de l’homme qui vient « laver ses parfums »).

4« Pourquoi être propre ? », la partie II montre progressivement qu’à Rome la nécessité de propreté peut se justifier de plusieurs façons. D’abord en adoptant un point de vue médical. Il faut toutefois prendre garde à ne pas faire l’amalgame entre une position contemporaine (et post-pasteurienne) où se laver c’est limiter son exposition aux germes pour rester en bonne santé, et la pensée ancienne qui ignore l’existence des micro-organismes et conçoit le lien bain/santé dans l’optique de l’intégration du bain dans une séquence plus large d’hygiène de vie à laquelle on agrège le régime et l’activité physique. Une deuxième raison, d’ordre moral, peut être invoquée pour établir la nécessité d’être propre. Le premier officium du citoyen est de se tenir propre et soigné. Un homme négligé n’est qu’un rustre qui relève du domaine de l’animalité. Se nettoyer, c’est remplir son devoir de citoyen envers soi-même, les autres et sa cité (il ne faut pas souiller son aspect civique). Néanmoins, il convient de faire preuve de mesure. En effet, si la négligence renvoie l’homme au statut de bête, l’excès de soin est tout aussi mal perçu. Un citoyen trop soigné peut passer pour un efféminé, une incarnation de la mollesse. À l’inverse, certaines situations requièrent la crasse, une saleté statutaire, vertueuse, revêtue comme un « vêtement total » valorisé socialement dans les cas de deuil, de combats, ou d’action en justice et qui ne remet pas en question la nécessité de propreté quotidienne du citoyen.

5M. Blonski surmonte l’une des difficultés des études anciennes, et notamment des études littéraires, qui est le biais qui peut être introduit par le fait que les textes sont la production d’une certaine couche de la population aisée qui parle essentiellement de ses propres pratiques, passant la plupart du temps sous silence celles des strates inférieures. Si l’on ne considère que les sources littéraires, le pauvre est souvent une entité silencieuse ou entrevue avec le regard du riche. S’il est difficile de reconstituer les pratiques de nettoyage du pauvre, un cliché est néanmoins bien présent dans littérature ancienne : l’image du pauvre sale et du riche propre. Pourtant, en théorie, l’accès aux bains est possible à tous ou presque pour un prix modique. Néanmoins, Sénèque parle des passants sales qu’il voit dans la rue. Dans le chapitre 6 on apprend que, si le prix d’entrée aux bains a été le même partout, le service en revanche différait d’un endroit à l’autre tout en requérant des frais supplémentaires. Ainsi des bains luxueux offraient nombre de prestations payantes à leurs clients, ce qui leur assurait un certain standing et par conséquent une clientèle privilégiée. À l’inverse, d’autres établissements (véritablement bon marché cette fois) s’avéraient être des bouges immondes dans lesquels il valait mieux ne pas mettre les pieds ! « Tout contribue donc à faire du pauvre quelqu’un qui apparaît plus sale que le riche » (p. 144).

6Le lieu des ablutions a donc toute son importance dans la question du nettoyage corporel. Il semble que l’origine de ce lieu est à chercher au croisement entre héritages grecs, filiation indigène et évolutions techniques dues à la demande et aux pratiques locales. Il n’y a pas de modèle fixe auquel se référer, le balneum est le fruit d’une évolution constante. La méthode de l’auteur est ici particulièrement intéressante, car il confronte la littérature aux données de terrain (plans des bains et vestiges). Si, au départ, on semble privilégier le contact à l’eau et les procédés d’immersion, à l’époque impériale les pièces de sudation sont très courantes sans parler de pratiques domestiques parallèles de nettoyage plus ou moins élaborées (à côté d’un braséro dans la cuisine ou dans une pièce spécialement aménagée). Ainsi la diversité est-elle de mise dans le lieu, mais aussi dans la façon de se laver. Comment procède-t-on et avec quoi ? Très peu de chercheurs s’y sont intéressés, M. Blonski éclaire la question (partie IV), là encore la diversité des pratiques est de rigueur. Faut-il se faire oindre ? Frotter, frictionner ? Avec du nitre, du savon, de la cendre ? Et à quel moment ? Dès l’entrée au bain ? Plus tard ? En réalité, rien ne semble imposé, chacun fait comme il veut et selon les modalités qui s’offrent à lui. Le simple fait de se nettoyer s’insère dans quelque chose de beaucoup plus large qui est la séquence balnéaire, moment à la fois de soin et de délassement dans le cadre du balneum.

7Michel Blonski parvient sans conteste à éviter l’écueil de l’anachronisme. Se nettoyer à Rome et se laver aujourd’hui sont deux choses bien différentes d’un point de vue conceptuel. Notre époque a plus ou moins limité l’hygiène corporelle au contact avec le détergent, il nous montre que cette restriction n’existe pas pour le monde ancien et que le nettoyage n’est, en fait, qu’une sous-catégorie d’un ensemble plus vaste (la séquence balnéaire). L’auteur comble un vide historiographique et s’inscrit parfaitement comme le pendant de l’ouvrage Le propre et le sale de G. Vigarello pour la Rome de l’Antiquité. Le livre est agrémenté de diverses annexes qui contribuent à en faire un outil précieux pour le chercheur : un cahier central regroupant des plans de bains (tels ceux du port d’Érétrie, de Gortys d’Arcadie, de Pompéi ou des Thermes de Trajan), une riche bibliographie, un index et surtout un supplément sur le vocabulaire de la propreté qui complète la partie I de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Husquin, « Blonski Michel, Se nettoyer à Rome IIe s. avant J.-C. – IIe s. après J.-C. Pratiques et enjeux », Histoire, médecine et santé, 6 | 2015, 119-121.

Référence électronique

Caroline Husquin, « Blonski Michel, Se nettoyer à Rome IIe s. avant J.-C. – IIe s. après J.-C. Pratiques et enjeux », Histoire, médecine et santé [En ligne], 6 | automne 2014, mis en ligne le 24 mai 2017, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/745

Haut de page

Auteur

Caroline Husquin

Université Charles de Gaulle – Lille III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals