Navigation – Plan du site
Compte rendus

Pilloud Séverine, Les mots du corps. Expérience de la maladie dans les lettres de patients à un médecin du XVIIIe siècle : Samuel Auguste Tissot

Genève, Éditions BHMS, 2013
Alexandre Klein
p. 122-124
Référence(s) :

Pilloud Séverine, Les mots du corps. Expérience de la maladie dans les lettres de patients à un médecin du XVIIIe siècle : Samuel Auguste Tissot, Genève, Éditions BHMS, 2013, 373 p.

Texte intégral

  • 1 PILLOUD Séverine, LOUIS-COURVOISIER Micheline et BARRAS Vincent, Archives du corps et de la santé a (...)

1En près d’un demi-siècle de carrière, le médecin vaudois Samuel-Auguste Tissot (1728-1797) a réalisé des milliers de consultations pour des malades des environs de Lausanne comme de l’Europe entière. Parmi elles, plusieurs centaines, au moins, se firent sans la présence du patient, mais au moyen d’échanges épistolaires. De cette médecine à distance, qu’il pratiquait quasi quotidiennement, nous sont parvenus 1 364 documents qui composent aujourd’hui l’un des plus importants corpus épistolaires du monde médical francophone des Lumières. Ce fonds d’archives exceptionnel, désormais accessible en ligne grâce au patient travail de l’Institut Universitaire d’Histoire de la Médecine et de la Santé Publique de Lausanne1, offre un accès inédit aux ressentis, représentations et compréhensions associés à la maladie par ces patients du XVIIIe siècle. C’est à cette expérience de la maladie que l’historienne suisse Séverine Pilloud a consacré sa thèse de doctorat ès lettres dont le présent ouvrage est issu.

2Elle nous propose, en effet, dans cette monographie une étude détaillée du corpus de lettres de patients de Tissot qui vise à appréhender les significations et pratiques que ces hommes et femmes des Lumières attachaient à la maladie. Au sein de ces récits intimes et particulièrement détaillés, elle entend surtout analyser les « modes d’interprétations et de narration de la maladie » (p. 9), autrement dit les mots que les malades mettent sur les maux de leur corps, et ce dans le but de rendre compte de l’expérience historique de la maladie au XVIIIe siècle. Mêlant habillement la perspective anthropologique à l’enquête historique, elle aborde les courriers adressés à Tissot comme des fragments de vécu aux trames narratives plurielles où s’opère la construction partagée du sens de l’expérience corporelle particulière qu’est la maladie. C’est à ce processus de signification, à ses conditions sociohistoriques de possibilités comme à ses conséquences pratiques, épistémologiques et historiographiques qu’elle consacre donc les six principaux chapitres de son ouvrage.

3Après une courte introduction détaillant les enjeux méthodologiques et le cadre historiographique de son analyse, Séverine Pilloud s’attache dans un premier temps à replacer le corpus de Tissot dans le contexte de la pratique de la consultation épistolaire. Pour ce faire, elle retrace l’histoire de ce « genre à part » (p. 30), avant de présenter le fonds Tissot dans le cadre de l’œuvre du médecin vaudois, mais également par rapport aux autres corpus épistolaires européens connus. Elle interroge enfin les conditions de possibilité de la consultation épistolaire en insistant notamment sur cette conception « phénoménologique » (p. 57) de la maladie, et cette sémiologie médicale centrée sur l’approche symptomatologique et la notion d’idiosyncrasie qui renforceraient « l’autorité de la personne malade et l’importance accordée à son expérience propre » (p. 59).

4Dans le chapitre suivant, elle détaille les démarches de consultation épistolaire entreprises par les correspondants de Tissot, en questionnant tout particulièrement le rôle des tiers comme intermédiaires de l’expérience de la maladie, que ce soit à titre de témoins, de véritables médiateurs de narration, d’écriture, de transport du courrier ou d’administration de remèdes. Elle relève ainsi le caractère éminemment social et intersubjectif de l’expérience, apparemment intime, de la maladie et la construction polyphonique des récits dans ce corpus marqué, plus que d’autres, par la présence de médiateurs familiaux.

5Afin de préciser l’expérience singulière vécue par les malades, Séverine Pilloud s’attache ensuite à retracer leur trajectoire au sein du marché thérapeutique pluriel dans lequel ils évoluent. Elle explicite donc les circonstances qui conduisent les malades et leur entourage à consulter Tissot et détaille les raisons qui sous-tendent le choix des soignants ou au contraire leur rejet au profit de l’automédication. Elle nous plonge ainsi dans ce monde médical du XVIIIe siècle où les malades sont dépositaires d’une autorité certaine leur permettant de dessiner par eux-mêmes leur parcours de soin, et d’en négocier les composants diagnostiques, thérapeutiques comme relationnels, ainsi que le démontre le dossier Cart auquel elle consacre une étude détaillée.

6Au cœur de cette négociation de pratiques et de sens, la multiplicité des représentations corporelles présentes dans les récits de malades joue un rôle central en favorisant un pluralisme interprétatif qui ouvre à son tour un espace de co-constitution du sens. Ainsi que l’explicite Séverine Pilloud, les modèles humoral, pléthorique, nerveux et mécaniste du corps coexistent dans les discours et se combinent au sein de ce qui relève d’un certain éclectisme interprétatif à partir duquel les malades peuvent constituer le sens de leur maladie en dialogue avec leurs proches, la littérature médicale ou les différents soignants rencontrés. Cette réalité qui nuance les grandes ruptures décrites par l’histoire récurentielle de la médecine conduit également à envisager sous un angle nouveau les comportements sanitaires à l’œuvre dans le second XVIIIe siècle, comme le précise ensuite l’auteure en abordant les modes de vie des patients du médecin vaudois à partir d’une grille de lecture fondée sur les six choses non-naturelles.

7Le dernier chapitre est consacré à ce que Séverine Pilloud nomme les « effets d’intertextualités », autrement dit les interactions à l’œuvre dans les trames narratives des malades et au cœur desquelles se construit le sens propre à leur maladie. Elle précise tout d’abord la manière dont les malades inscrivent dans leurs récits leur circonstance de vie et les épisodes marquants de leur existence, particulièrement en fonction de leur genre ou de leur religion. Séverine Pilloud esquisse ensuite une lecture croisée des courriers des malades et des œuvres de Tissot, afin de détailler l’influence réciproque qu’on put avoir les deux types de textes les uns sur les autres.

8En questionnant, tout au long d’une étude aussi vaste que détaillée de l’expérience de la maladie au XVIIIe siècle, les marges interprétatives qui conditionnent les discours des patients de Tissot sur leur corps et leur maladie, Séverine Pilloud démontre avec brio le rôle central des malades dans le monde médical essentiellement pluriel et multiple des Lumières. En dévoilant leur autorité narrative, notamment grâce à l’habile étude des stratégies de négociation, elle parvient à rendre compte à nouveau frais de la liberté des malades à l’égard des soignants et de leur profonde autonomie dans la construction de leur parcours de soins. Sa démonstration de l’importance des médiateurs dans les consultations épistolaires rappelle également que loin d’un individualisme solipsiste, l’expérience de la maladie est essentiellement déterminée par une intersubjectivité éminemment communautaire. Certes, de rares détails interrogent, comme le fait que la perspective de la professionnalisation soit si peu mobilisée, notamment pour expliquer le développement des consultations épistolaires qui se voit réduit au seul contexte épistémologique (p. 57), ou encore que le rôle du religieux dans la conception de la maladie et des prêtres dans le marché thérapeutique soit peu abordé. Mais rien qui interdit d’affirmer, comme le fait Olivier Faure dans sa préface, que cet ouvrage est aussi excellent qu’important. En effet, tout en rendant sa juste place au « laïque » (le non-médecin) dans l’histoire de la médecine du XVIIIe siècle, Séverine Pilloud renouvelle le cadre historiographique dans lequel elle s’inscrit en proposant, par son approche essentiellement textuelle et imprégnée d’anthropologie médicale, un regard et des outils conceptuels nouveaux. En ce sens, elle nous offre ici un livre de référence tant sur le corpus de Tissot – qui est mis en valeur du préambule à l’épilogue, jusque dans les annexes où sont reproduits des manuscrits – que sur la médecine du XVIIIe siècle, et plus largement sur l’histoire de la santé et celle encore trop peu abordée du « patient » moderne.

Haut de page

Notes

1 PILLOUD Séverine, LOUIS-COURVOISIER Micheline et BARRAS Vincent, Archives du corps et de la santé au XVIIIe siècle : les lettres de patients au Dr Samuel Auguste Tissot (1728-1797), base de données en ligne : http://tissot.unil.ch/fmi/iwp/cgi?-db=Tissot&-loadframes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Klein, « Pilloud Séverine, Les mots du corps. Expérience de la maladie dans les lettres de patients à un médecin du XVIIIe siècle : Samuel Auguste Tissot », Histoire, médecine et santé, 6 | 2015, 122-124.

Référence électronique

Alexandre Klein, « Pilloud Séverine, Les mots du corps. Expérience de la maladie dans les lettres de patients à un médecin du XVIIIe siècle : Samuel Auguste Tissot », Histoire, médecine et santé [En ligne], 6 | automne 2014, mis en ligne le 24 mai 2017, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/748

Haut de page

Auteur

Alexandre Klein

Université d’Ottawa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals