Navigation – Plan du site
Compte rendus

« Regards sur le sexe », dossier coordonné par Julie De Ganck et Vanessa D’Hooghe

Sextant : revue du groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes et le genre, 30, 2013
Clyde Plumauzille
p. 125-128
Référence(s) :

« Regards sur le sexe », dossier coordonné par Julie De Ganck et Vanessa D’Hooghe, Sextant : revue du groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes et le genre, 30, 2013, 194 p.

Texte intégral

1Regards sur le sexe, dernier numéro de la revue belge Sextant, aborde sans détour la question des organes sexuels. Julie de Ganck et Vanessa D’Hooghe, doctorantes en histoire contemporaine de l’unité de recherche Savoirs, genre et sociétés de l’Université libre de Bruxelles, ont rassemblé onze contributions offrant un éventail de regards portés sur le sexe. Rédigées par des jeunes chercheurs/euses et des chercheurs/euses confirmé·e·s dans une perspective essentiellement historique – mais où l’on trouve également deux analyses issues des études de cinéma et du militantisme politique féministe –, elles proposent les jalons possibles d’une histoire des organes sexuels.

2Les organes sexuels constituent des lieux d’étude stratégiques pour penser le sexe. Si l’historiographie du corps et de la sexualité s’est considérablement développée, dynamisée par les apports des études de genre ces trente dernières années, la question des organes sexuels ne s’y pose le plus souvent que de façon relative. Dans le sillage des récentes recherches engagées sur le pénis ou sur le sein, ce numéro envisage ainsi les organes sexuels comme des réalités historiques et culturelles complexes, parties prenantes des processus de catégorisation du social. Les coordinatrices du volume entendent ainsi faire des organes sexuels le « lieu d’investigation d’une histoire incluant le genre, mais permettant aussi d’étudier les interactions sociales dans leur ensemble » (p. 11). Dès lors, il s’agit d’analyser les organes sexuels non seulement sous l’angle des représentations, de leurs modes de sexuation et de régulation du corps humain, mais également sous celui des pratiques, des expériences et des modes d’existence qu’ils incarnent.

3La première partie du volume met en lumière les stéréotypes sociaux, sexuels et raciaux qui organisent le regard médical sur le « sexe de l’Autre ». Dans le sillage des travaux de Philippa Levine et d’Elsa Dorlin, Delphine Peiretti-Courtis et Amandine Lauro s’intéressent à la naturalisation du corps des colonisés à l’époque contemporaine. Delphine Peiretti-Courtis étudie les discours anthropologiques et médicaux ayant trait à « l’exubérance » de l’anatomie sexuelle des Africains et à leur hypersexualité supposée de la fin du XVIIIe siècle au milieu du XXe siècle. Traversant les siècles, le leitmotiv de l’hypertrophie de leurs organes génitaux est érigé en marqueur d’une race décrite comme « soumise à ses passions et à ses instincts » et justifie l’intervention coloniale « porteuse de civilisation, de tempérance et de contrôle moral » (p. 31), seule à même de contrôler ces corps et leurs pulsions. Amandine Lauro propose une étude de l’expertise médicale de la puberté féminine dans le Congo colonial au tournant des XIXe et XXe siècles. Si le préjugé d’une précocité anatomique due au climat et à la race des jeunes congolaises tombe en désuétude au début du XXe siècle, celui d’une précocité sexuelle demeure fort et permet le maintien d’un contrôle organisé au plus près du corps des filles. Ces deux études soulignent ainsi que « la hiérarchie des races qui se construit est aussi une hiérarchie des corps qui mobilise la sexualité comme preuve scientifique de la supériorité des uns et de l’infériorité des autres » (p. 35). La précocité sexuelle constitue également le motif de l’étude de Laura Di Spurio consacrée à la pratique du professeur D’Hollander à l’Hôpital civil de Louvain dans les années 1920-1940. Docteur en médecine et professeur de psychiatrie, ses observations médicales rédigées dans le cadre de ses consultations gratuites permettent d’appréhender la régulation médicale de la sexualité adolescente des milieux populaires. L’examen médical sert à déceler les preuves à charge du vagabondage sexuel des jeunes filles et de la masturbation chez les garçons. L’auscultation est prétexte à la surveillance des corps et des mœurs et « la liberté de mouvement qui caractérisait jusqu’alors la jeunesse populaire se voit soumise au contrôle et à la régulation de l’État » (p. 61).

4La deuxième partie du volume est consacrée à une « géographie » des organes sexuels « qui ont reçu le pouvoir d’incarner la sexualité et le genre des individus » (p. 9) : le pénis, les testicules, l’utérus et les ovaires. Leur description et l’étude de leurs interactions avec le reste du corps constituent autant de tentatives pour circonscrire et situer la sexualité dans le corps humain. En étudiant les nouveaux regards portés sur l’appareil génital masculin au XVIIe siècle à la faveur de l’émergence du modèle circulationniste, Didier Foucault constate l’affranchissement progressif des médecins des tabous de leur époque. Repoussant les limites de l’exploration de la verge, des mécanismes de l’érection et de la circulation du plaisir sexuel dans le corps, les anatomistes « sanctuarisent » les recherches sur les organes génitaux « pour les affranchir des normes communes de la pudeur » (p. 75). La question de la circulation sexuelle est également au cœur du travail de Francesca Arena et de Julie De Ganck sur le corps maternel. La première souligne, à la suite des travaux de Delphine Gardey, d’Ilana Löwy ou de Nicole Edelman, comment les maladies de femme se trouvent exclusivement liées aux organes génitaux dans les représentations et les pratiques médicales du XVIIe au XIXe siècle. Finalement, si les théories évoluent, les préjugés demeurent et « peu de choses se sont transformées dans cette idée de voyage interne qui se produirait dans le corps de la femme, entre organes sexuels et esprit » (p. 91). L’analyse se poursuit dans l’étude de Julie De Ganck qui, mobilisant également les registres du Docteur D’Hollander, décrit l’attention fondamentale accordée par les politiques médico-sociales de l’époque à l’organisme maternel. La hantise de la dégénérescence qui traverse les milieux hygiénistes se cristallise alors sur les « influences nocives » du système génital féminin et les mères se trouvent essentiellement appréhendées comme des « “organismes gestateurs” pathogéniques » (p. 108).

5La troisième partie, « Du musée au cimetière : le sexe désensualisé » propose deux études de cas originales sur les « tentatives d’évitement de la puissance sensuelle attribuée aux représentations, mentales ou concrètes, des organes sexuels » (p. 16). Amandine Malivin propose une étude sur l’exposition du sexe des morts et le tabou de la nécrophilie dans la société française du XIXe siècle. Du spectacle public de la morgue aux profanations de cimetière, le corps mort et sexué peut continuer de demeurer un corps sexuel et sensuel selon les regards et les gestes qu’on lui prodigue. L’acte nécrophile constitue un de ces rappels brutaux du potentiel sexuel des cadavres que « les sentiments et la morale ne cessent [pourtant] d’élever au rang de reliques presque sacrées » (p. 122) afin de les maintenir à part dans la société des vivants. Mort ou vivant, de chair, de marbre ou de papier, le sexe ne laisse pas indifférent rappellent Vanessa D’Hooghe et Valérie Piette. Étudiant l’entreprise de George Berte, collectionneur et spécialiste autoproclamé des représentations d’organes sexuels, elles soulignent à leur tour l’ambivalence de l’objet sexe au tournant du XXe siècle, « à la fois visible et invisible, observé et dissimulé » (p. 133-134). Si par la démarche encyclopédique de George Berte ce dernier le constitue en un objet de recherche convenable, il demeure néanmoins un objet sensuel qui limite la diffusion des travaux du collectionneur.

6Dernier temps de ce volume, « Un sexe à soi : la réappropriation par la pratique » propose des pistes de résistance et d’émancipation d’un cadre normatif réifiant la différence et la hiérarchie des sexes. Analysant la diffusion de la pratique du self help gynécologique dans les années 1970 en Belgique, Vanessa D’Hooge présente un moment clé de l’histoire de la médecine et de la sexologie. La prise de parole dans des groupes de femmes, le partage d’expériences et l’auto-auscultation déjouent les cadres traditionnels et masculins d’énonciation de la sexualité féminine. Cette puissance d’agir féminine et féministe entend ainsi appréhender le sexe « hors de toute domination masculine ou contrainte de société » (p. 152). Avoir un « sexe à soi », c’est aussi avoir un « plaisir à soi ». À cet égard, l’étude de Sevara Irgacheva sur l’empowerment par la jouissance dans la pornographie féministe et queer est lumineuse. Déjouant le « male gaze » qui prévaut dans l’industrie du cinéma pornographique, réalisatrices et actrices féministes proposent une autre esthétique de la jouissance où « le binarisme des codes masculin/féminin est brisé, les rôles dans lesquels les femmes sont cloisonnées sont déconstruits » (p. 163). La masturbation devient le lieu d’expression d’un plaisir maîtrisé et personnel, l’entièreté du corps est érotisée et la pornographie d’auteures comme Annie Sprinkle ou Erika Lust se fait outil d’éducation et d’émancipation sexuelle. Cette émancipation sexuelle doit demeurer à l’agenda politique du féminisme contemporain pour Céline Orban des Femmes Prévoyantes Socialistes qui, reprenant l’expression de Michel Bozon, rappelle que la sphère sexuelle reste « tant dans les représentations que dans les pratiques, le “bastion d’un inégalitarisme tranquille” » (p. 176).

7Au terme de ce panorama, il s’impose de saluer le caractère stimulant et exploratoire de ce volume. En se positionnant « sur le terrain du corps, de l’objet (qui est aussi un sujet), du physique et de la matérialité », les coordinatrices entendent participer à « une nouvelle branche de l’histoire des sexualités en dialogue avec les études de genre » (p. 185). Leurs problématisations sont convaincantes et découlent d’un important travail bibliographique, aussi l’introduction et la conclusion constituent-elles un liant essentiel à ces études de cas éclectiques. S’il est à regretter que la méthodologie et les sources ne fassent pas l’objet ici d’une analyse plus systématique, nul doute que les recherches futures que laissent entrevoir ces Regards sur le sexe pourront en constituer l’occasion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clyde Plumauzille, « « Regards sur le sexe », dossier coordonné par Julie De Ganck et Vanessa D’Hooghe », Histoire, médecine et santé, 6 | 2015, 125-128.

Référence électronique

Clyde Plumauzille, « « Regards sur le sexe », dossier coordonné par Julie De Ganck et Vanessa D’Hooghe », Histoire, médecine et santé [En ligne], 6 | automne 2014, mis en ligne le 24 mai 2017, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/750

Haut de page

Auteur

Clyde Plumauzille

Université Paris 1 - ENS

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals