Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Soins

La relation entre sœurs et malades dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle, une relation de soin ?

Anne Jusseaume
p. 17-35

Résumés

À partir de la correspondance administrative et de quelques rares témoignages, il est possible de saisir la relation sœur-malade dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle dans sa quotidienneté. Il s’agit d’un soin direct auprès des souffrants, mais aussi d’un rôle de surveillance sur les malades et le personnel, et ces prérogatives sont encouragées par l’administration jusque dans les années 1860. Leurs gestes de soin sont divers, de la distribution des boissons et des aliments à l’application de pansements, jusqu’aux soins d’hygiène et de propreté. Ceux-ci sont remis en cause lors de la laïcisation à la fin du siècle, notamment par des médecins Bourneville ou Hamilton. Le remplacement des sœurs par des surveillantes et des infirmières témoigne alors de la diversité des rôles qui leur incombaient dans les hôpitaux au contact des malades.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 DINET-LECOMTE Marie-Claude, Les sœurs hospitalières en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, H (...)
  • 2 Ibidem, p. 315-318.
  • 3 Pour un panorama récapitulatif, voir LALOUETTE Jacqueline, « L’Assistance publique de Paris et la c (...)
  • 4 LEROUX-HUGON Véronique, Des saintes laïques, les infirmières à l’aube de la Troisième République, P (...)
  • 5 LALOUETTE Jacqueline, op. cit., p. 65-68.

1Postuler que les sœurs de congrégations hospitalières donnent des soins aux malades dans les hôpitaux relève de l’évidence. Attachées au service de la majorité des hôpitaux civils parisiens depuis l’Empire, elles sont chargées du service intérieur et, en vertu de leur vocation, doivent prodiguer des soins. Elles entretiennent donc une relation directe, en partie médicale, avec le malade. Leurs attributions ne se limitent pas à ce rôle soignant et comprennent de multiples tâches gestionnaires au sein de l’hôpital. Sous l’Ancien Régime, les congrégations hospitalières – notamment les multiples communautés augustines et les Filles de la Charité –, ont parmi leur mission le « gouvernement des pauvres », formule qui recouvre aussi bien des tâches comptables que sanitaires et disciplinaires1. Marie-Claude Dinet-Lecomte analyse notamment le rôle soignant des sœurs en les assimilant à des infirmières2. Le XIXe siècle correspond à l’âge d’or des congrégations religieuses dont Claude Langlois a souligné l’importance dans l’éducation et les soins. De fait, le service intérieur de la majorité des établissements de l’Assistance publique de Paris est dévolu aux congrégations hospitalières dont les Augustines, les Filles de la Charité et les sœurs de Sainte-Marthe sont les principales3. La critique de leur rôle social et sanitaire est un enjeu fort de la fin du siècle, quand les républicains assoient leur pouvoir au gouvernement et dans les instances municipales parisiennes. Partisans de la laïcisation et défenseurs des religieuses mobilisent le soin des sœurs aux malades, soit pour dénoncer leur incompétence4, soit pour louer leur dévouement5.

  • 6 CHEVANDIER Christian, « Infirmières et sœurs dans les hôpitaux français au XXe siècle : sécessions, (...)
  • 7 LEONARD Jacques, « Femmes, religion et médecine. Les religieuses qui soignent en France au XIXe siè (...)
  • 8 FAURE Olivier, Les Français et leur médecine au XIXe siècle, Paris, Belin, 1993, p. 32-33.
  • 9 Circulaire du 26 septembre 1839 du Ministre de l’Intérieur. Voir Législation charitable ou Recueil (...)
  • 10 Les hôpitaux, enjeux de pouvoir : France du Nord et Belgique, IVe-XXe siècle : actes du colloque in (...)

2Les historiens de cette profession naissante d’infirmière analysent le rôle soignant des sœurs en les inscrivant dans une généalogie soignante, mais le propos concerne souvent l’ensemble des religieuses sur le siècle qui, même en introduisant des nuances, produit un discours unifiant sur elles. Ces historiens décrivent leurs attributions, soulèvent la liste des refus de soin dont elles font preuve, ainsi que les critiques dont elles sont l’objet6. Le rôle soignant des sœurs est le sujet d’un article fondateur de Jacques Léonard, mais son travail portait davantage sur les religieuses des campagnes ; sa partie sur les établissements hospitaliers mettant en lumière les refus de soin de la part des sœurs et leur zèle religieux7. À sa suite, Olivier Faure souligne la difficulté de connaître le comportement réel des religieuses hospitalières dans la distribution des soins, bien qu’il soit souvent complémentaire du médecin8. Deux types de sources sont généralement utilisées : les constitutions et règlements des sœurs ainsi que le traité-type entre les administrations charitables et les communautés religieuses de 1839 qui définit les attributions des sœurs dans les services hospitaliers9, et les plaintes et dossiers de conflits. Les sources des sœurs insistent sur le sens de leur mission, les fins religieuses de la relation entre elles et le malade (sanctification des sœurs, édification et retour à la religion des malades et des visiteurs), et tout le corpus normatif définit leur attitude face aux médecins dans le processus de soin. Les affaires des plaintes et dossiers de conflits donnent à voir des moments saillants de l’activité des congrégations et les rapports de pouvoir qui se tissent autour d’elles10.

  • 11 BARILLE Claire, Soigner et guérir. Des hôpitaux pour les travailleurs parisiens dans le second XIXe(...)

3Les textes normatifs, s’ils prescrivent l’attitude des sœurs et informent sur leurs devoirs envers les malades hospitalisés ne nous renseignent pas sur les gestes du quotidien et sur ce que les « soins » recouvrent concrètement. À la différence de la visite du médecin, la relation entre une sœur et un malade n’est pas, en tant que telle, productrice de sources. Si le déséquilibre est généralement souligné pour le patient dans la relation asymétrique de soin, nous nous trouvons, avec les sœurs, dans un cas où la parole du personnel est médiée par une autre autorité. Pourtant, il faut tenter de déceler ce que le terme de « soins » utilisé de manière générique recouvre en réalité, dans les hôpitaux parisiens du Conseil Général des Hospices puis de l’Assistance Publique qui sont desservis par des congrégations soignantes. Étudier la relation de soin, des années 1840 à la laïcisation, permet d’éclairer à nouveaux frais les accords et tensions entre les congrégations hospitalières et les pouvoirs publics, ainsi que la place des sœurs dans la mission de l’hôpital qui devient davantage au XIXe siècle un lieu de soin11.

4En mobilisant les sources administratives de la pratique hospitalière, il paraît possible d’aborder cette relation qui se tisse dans le quotidien des établissements hospitaliers au XIXe, tout en prenant garde à la qualification de cette relation. Quelles interactions se nouent entre les sœurs et les malades et dans quelle mesure relèvent-elles du soin ? Comment ces différents types de liens contribuent-ils à préciser les contours du soin par les religieuses dans les hôpitaux parisiens et la définition même de la « religieuse soignante » ? Le croisement de ces sources éparses permet de mieux définir une typologie des rapports entre sœurs et malades dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle, avant d’envisager l’usage qui en est fait lors de la laïcisation.

Les sources de la relation sœur-malade dans les hôpitaux civils parisiens : un corpus disparate et parcellaire

  • 12 DINET-LECOMTE Marie-Claude, Les sœurs hospitalières en France…, p. 309-314.

5La disparité et les lacunes des sources rendent impossible la synthèse d’analyses monographiques sur un temps continu, ni même une analyse quantitative des relations de soin entre malades et sœurs – que ce soit sur la fréquence ou tous les gestes effectués. Au mieux, elle éclaire sur les modalités et les types de la relation entre sœur et malade dans les hôpitaux parisiens. À l’image de ce qu’a proposé Marie-Claude Dinet-Lecomte, il s’agit, à partir d’informations dispersées, de retrouver la trame d’un quotidien12, tout en nous limitant aux gestes qui mettent les sœurs en relation directe avec les souffrants.

  • 13 Archives des Filles de la Charité, Paris Maison-Mère, ouvrage écrit par Sr Gergonne. Chapitre VI «  (...)
  • 14 LE PETIT Alfred, Je suis malade : curieux carnets d’un séjour à l’Hôtel-Dieu en 1903-1905, [textes (...)

6Prolixes sur l’attitude que les sœurs doivent avoir dans leur rôle soignant, les archives des congrégations religieuses sont silencieuses sur les gestes concrets de leur activité au sein des hôpitaux civils. Les notices nécrologiques des sœurs défuntes peuvent faire état d’une relation avec un malade, mais écrites à leur mort et dans un souci d’édification, elles témoignent surtout d’un modèle à diffuser au sein de la congrégation. Les sœurs malades recevant des soins en fin de vie y sont omniprésentes, mais la dimension spirituelle masque les gestes de soin qu’elles reçoivent des infirmières. Ces documents sont circonscrits à l’univers interne de la congrégation, tout comme l’ouvrage d’une fille de la Charité, publié pour la Compagnie en 1883 sous le titre Réflexions d’une malade dont quelques pages édifiantes portent sur les devoirs et les attitudes respectives du malade et du soignant dans la relation de soin13. Du côté des malades, un carnet de bord et de croquis, aujourd’hui édité, d’Alfred Le Petit, caricaturiste et journaliste sous le Second Empire et la Troisième République, et patient pendant presque deux ans à l’Hôtel-Dieu entre 1903 et 190514, permet de saisir le quotidien d’un malade en pleine époque de la laïcisation et fait exception.

  • 15 Le premier registre de l’hôpital de Lariboisière n’est pas disponible à la consultation, et les der (...)
  • 16 LEONARD Jacques, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs, Paris, Aubier, 1981, p. 134-137.
  • 17 HAMILTON Anna, Considérations sur les infirmières des hôpitaux, Thèse de la Faculté de médecine de (...)
  • 18 « Présentation » in GONCOURT Edmond et Jules de, Sœur Philomène, édition préfacée et annotée par DU (...)

7C’est donc au détour d’autres archives qu’il faut saisir la relation de soin entre sœurs et malades dans sa quotidienneté. Les sources administratives des hôpitaux et surtout les registres de correspondance du directeur de l’hôpital qui consignent les évènements de l’institution transmis à différentes autorités font surgir les sœurs à différentes occasions. Ces registres sont conservés aux Archives de l’Assistance Publique de Paris, en séries inégales suivant les hôpitaux, et datent surtout de la fin de la Monarchie de Juillet et du Second Empire : pour les hôpitaux tenus par les Augustines, sont conservés les registres de l’Hôtel-Dieu de 1830 à 1833, ceux de La Charité de 1849 à 1871 et de Lariboisière de 1862 à 189515. Aux Incurables desservis par les Filles de la Charité, nous disposons d’un carnet de rapport de 1849 à 1863 pour l’Hospice des hommes et de registres de 1849 à 1871 pour celui des femmes. L’hôpital de la Pitié desservi par les Sœurs de Sainte-Marthe dispose de registres conservés de 1843 à 1866 et leur densité en informations, ainsi que la possibilité de les recouper avec des sources internes à la congrégation, nous a conduit à favoriser cet hôpital. Relatés par l’administration, quelques évènements laissent entrevoir la relation des sœurs avec les malades, révélant des traces du quotidien de l’hôpital où s’articulent la routine et l’exceptionnel. Ces sources nous ont paru pertinentes pour saisir les interactions soignantes/soignés dans la mesure où leur relation n’est pas systématiquement l’objet de la correspondance. Dans la même optique, les cours cliniques d’Armand Trousseau à l’Hôtel-Dieu16, régulièrement réédités depuis 1861, mentionnent rarement mais explicitement la présence d’une sœur au détour d’un protocole de soin au chevet du malade. La thèse de médecine d’Anna Hamilton produite à partir de son enquête dans divers hôpitaux et publiée en 190017, porte en partie sur le rôle des sœurs. Si ce travail s’inscrit dans une volonté de réforme de la profession infirmière, il témoigne d’un regard sur des pratiques en cours à la fin du siècle. Enfin, écrit à la suite de quelques visites à l’hôpital de la Charité, le roman Sœur Philomène des frères Goncourt témoigne de l’univers hospitalier – même si les auteurs y introduisent leurs émotions et leurs fantasmes et nourrissent une image positive des religieuses18 – et peut à ce titre être confronté aux registres administratifs.

  • 19 NONNIS-VIGILANTE Serenella, « Les sources de la plainte : pour une histoire des rapports médecins-m (...)

8Le classement des archives de l’Assistance publique contribue également à une certaine dispersion des sœurs dans les fonds : il faut les traquer dans la série 9L, récolement divers du « suivi des hôpitaux » ; dans les dossiers de plaintes de patients et de leur famille à l’encontre de l’accueil, du traitement et des pratiques des différents personnels soignants de l’hôpital19 ; dans les dossiers du « Personnel religieux » par hôpital – dont la présence n’est pas systématique – ou du « Personnel administratif et secondaire », puisque les sœurs s’occupent de différentes tâches au sein des hôpitaux. Au total un corpus d’un peu plus d’une dizaine de documents évoquant la relation des religieuses aux malades sur la fin du siècle peut être rassemblé. Alors que s’affirme le pouvoir médical et politique des médecins et que l’anticléricalisme du régime se traduit aussi par la lutte contre les congrégations hospitalières, où Paris et son Conseil Municipal font figure d’avant-poste, cette chronologie n’est pas surprenante. Pour la période antérieure à 1849, des séances du Conseil général des Hospices traitent du personnel religieux dans les années 1830-1840 et fournissent quelques informations éparses sur le service des religieuses. Ces sources sur le quotidien de divers hôpitaux parisiens s’étendent donc de la redéfinition administrative de leur rôle sous la Monarchie de Juillet à leur éviction des hôpitaux sous la Troisième République. En confrontant les discours et les textes normatifs aux sources de la pratique sur tout le siècle, il est possible de donner une dimension chronologique aux liens entre les sœurs et les malades au XIXe siècle et d’envisager l’évolution du rôle soignant des religieuses.

Surveiller pour mieux soigner : la présence quotidienne des sœurs auprès des malades

  • 20 FAURE Olivier, Genèse de l’hôpital moderne : les hospices civils de Lyon de 1802 à 1845, Paris, Édi (...)
  • 21 Circulaire du 26 septembre 1839, op. cit.

9Au début du XIXe siècle, Olivier Faure souligne qu’en dépit de leur peu de compétences, les sœurs ont en charge « les soins, la surveillance des remèdes, la distribution individuelle des aliments et boissons, tout service qui se pratique au pied du lit des malades »20, et l’article 4 du traité modèle de 1839 entre les administrations et les congrégations hospitalières stipule que « les principales fonctions des Sœurs consistent à administrer aux Malades tous les soins que leur état réclame, à veiller au maintien de la salubrité et de la propreté des salles et des meubles, à l’entretien du linge, à la préparation et à la distribution des aliments, ainsi qu’à la distribution des médicaments, en se conformant aux Règlements »21. Ainsi leurs fonctions ne recoupent-elles pas seulement des gestes médicaux, même s’ils sont placés en tête des attributions des sœurs, mais comprennent également une « veille » sur leur espace au sein de l’hôpital et tout ce qui leur est nécessaire durant leur séjour. Elles sont donc responsables de ce qui environne au quotidien le malade, que les gestes soient ou non de leur fait. Ces attributions se retrouvent aussi bien dans les statuts et règlements des congrégations que dans les archives du quotidien et le témoignage d’Alfred Le Petit, malade à l’Hôtel-Dieu au début du XXe siècle. Leur appréciation est discordante selon les moments et les personnes en relation avec elles. Avec le siècle, on constate néanmoins une évolution vers une restriction du rôle soignant au profit d’une surveillance des salles et du personnel, encore non formé, de plus en plus chargé des soins aux malades.

10La veille des malades et les soins nécessite une présence régulière des sœurs, facilitée par leur résidence sur place. L’emploi du temps des sœurs de Sainte Marthe à la Pitié, énoncé par le directeur en 1864, confirme cette présence quotidienne :

  • 22 AAP-HP L4 La Pitié, Lettre du 7 octobre à Mr Dubost, chef de division.

Elles descendent dans les salles à 5h1/2 du matin. Celles qui en ont le temps tiennent la messe à 6h1/4 et toutes déjeunent de 7h à 7h1/2 du matin, puis retournent dans les salles.
Elles dinent de 1h à 2 heures.
Disent les matines à la communauté, de 7 heures à 7 heures 40 minutes du soir. Pendant cet office, une sœur visite et surveille toutes les salles.
À huit heures le souper et la prière.
À neuf heures la sœur de veille prend son service de nuit et le termine à 4h1/4 du matin22.

  • 23 AAP-HP 9 L 129, Lettre à Monsieur (non lisible) le 9 février 1872, sur le personnel de la Pitié.
  • 24 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 6 janvier 1858 à Mr Davenne.
  • 25 LE PETIT Alfred, op. cit., p. 90.
  • 26 AAP-HP, L1 La Charité, Lettre du 10 novembre 1855 à Mr Davenne.

11Ainsi, à l’exception des repas, les sœurs sont-elles censées être présentes dans les salles des malades et se relaient, chaque salle étant normalement sous la responsabilité d’une religieuse23 – même si toutes les sœurs d’une congrégation n’officient pas directement auprès des souffrants. Cette présence peut se faire sur le mode de rondes réalisées jour et nuit24. Ces rondes sont mentionnées à de multiples reprises dans les correspondances administratives, et décrites par Alfred Le Petit : « la sœur mère étant armée d’une lanterne et faisant le tour de la salle »25, accompagnée d’une postulante et du garçon de salle. Elles peuvent être l’occasion d’un marquage religieux de l’espace de l’hôpital : en 1855, la dernière tournée est aussi le moment de distribution de l’eau bénite à la Charité26.

  • 27 FOUCAULT Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Gallimard, 1975, p. 176-177.
  • 28 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 19 mai 1847 à la Supérieure des Sœurs de la Pitié. Lettre du 10 octob (...)
  • 29 Article 6 du Titre III « Observance des salles », Règlement des sœurs hospitalières de la communaut (...)
  • 30 GONCOURT, Edmond et Jules de, op. cit., p. 94-97.
  • 31 Dr LEFORT Léon, op. cit.
  • 32 AAP-HP L2 La Pitié, en 1852, on recense 21 sœurs en service, pour 26 membres du personnel médical e (...)
  • 33 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 10 mai 1848 à Mme la Supérieure des sœurs de la Pitié.
  • 34 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 4 août 1848.

12Cette présence est l’occasion d’une surveillance qui fait des sœurs des relais d’un « regard disciplinaire » sur les activités de soin, finalité de l’hôpital, car cette relation de surveillance doit les rendre plus efficaces27. Si cette conception foucaldienne se retrouve dans le rôle attribué aux sœurs, les archives témoignent de son inachèvement. En 1847, le directeur de l’hôpital de la Pitié rappelle à plusieurs reprises aux sœurs de Sainte-Marthe le règlement et leur mission : « Madame la Supérieure, […] que vous ayez la bonté de faire part à Mesdames les Sœurs, combien il est important, aujourd’hui, de veiller à ce que les malades confiés à leurs soins, reçoivent bien exactement tout ce qui leur est prescrit par MM les Médecins (aliments et médicaments) et pour que les infirmiers se conduisent à leur égard avec zèle et bonté »28. Surveillantes des âmes et des locaux, elles doivent veiller sur la morale des malades, leurs sorties, ainsi que sur la bonne tenue des salles. Par là, l’administration publique cherche à faire d’elles des agentes privilégiées de leur mieux-être. Le règlement des sœurs de Sainte Marthe leur enjoint d’ailleurs de suivre la visite des médecins et d’« écouter avec attention ce qui sera ordonné aux malades, afin de le leur administrer ponctuellement ; et pour le faire avec plus d’exactitude, elles prendront connaissance des cahiers de visite et les consulteront à cet effet »29. Elles doivent transmettre les soins une fois la visite terminée et participent ainsi à leur inscription dans la durée. Tous ces rôles se retrouvent dans le roman des frères Goncourt, écrit au début des années 186030. En 1867, le Dr Léon Le Fort inclut les religieuses parmi le service médical des hôpitaux parisiens tout en précisant qu’elles ont un rôle de surveillante31 ; surveillance sur le personnel au contact des malades – veilleurs, garçons et filles de salles – d’ailleurs plus nombreux qu’elles32. Les malades se plaignant à la Pitié en 1848 du mauvais service d’un veilleur de salle, le directeur enjoint aux sœurs de redoubler de vigilance et de sévérité à l’encontre des veilleurs33. La demande répétée d’application des règlements et l’insistance sur le rôle de surveillance des sœurs sur le personnel secondaire, mais aussi médical34, indiquent la volonté de considérer les sœurs comme un personnel au pouvoir disciplinaire justifié par la finalité de soin. En 1849 encore, le directeur rappelle les devoirs des sœurs et leur rôle d’auxiliaire du directeur :

  • 35 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 17 mai 1849 à Mme la Supérieure des sœurs de Ste Marthe de l’hôpital (...)

Je rappelle également à Mesdames les sœurs que le Directeur doit être prévenu de tout ce qui se passe de contraire aux règlemens : c’est à l’exécution rigoureuse de cette mesure que nous parviendrons à détruire les abus et à obtenir que les malades reçoivent bien exactement les soins qui leur sont dûs et au maintien de la discipline et de l’ordre qui doivent constamment régner dans un hôpital : ces dames ne doivent pas craindre de me tenir au courant de tout ce qui ne doit pas être fait, parce que l’administration les fera toujours respecter35.

  • 36 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 24 février 1845 à M. Batelle.
  • 37 AAP-HP L2 La Pitié, Lettre du 1 juillet 1850 à Mr Henchard fils, commissaire de police rue Guy Labr (...)
  • 38 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 20 juillet 1854 à Mr Cazeaux, commissaire de police.
  • 39 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 14 novembre 1855 à Mr Cessac, commissaire de police : la sœur et la v (...)
  • 40 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 6 avril 1857 à Mr le Directeur général de l’Assistance publique.

13Auxiliaires de l’administration, les sœurs sont considérées comme des agentes de surveillance responsables du soin porté aux malades. Leur présence auprès d’eux s’inscrit dans le quotidien, presque dans la routine, qu’il s’agisse d’un soin direct ou d’une surveillance en vue du soin. Elles acquièrent une connaissance privilégiée des patients et des soins qui leur sont apportés, confirmant l’état des vaccinations administrées puisqu’elles sont chargées de le transcrire administrativement36. Elles sont d’ailleurs sollicitées à plusieurs reprises lors d’enquêtes sur des individus ou des suicides, afin de témoigner de la sociabilité des hospitalisés, de leur état de santé, de leur attitude et de leurs sentiments. Les sœurs régulent l’ambiance de la salle, et leur parole s’affirme à côté de celle des médecins. Au milieu du siècle, plusieurs cas à la Pitié le révèlent : en 1850, si le médecin délivre le certificat d’aliénation mentale d’une malade, la sœur Octavie déclare au directeur que son état a « pris un caractère plus inquiétant et [peut] devenir dangereux pour les personnes de la salle », ce qui précipite la demande renouvelée pour la visite du commissaire de police37. De même en 1854, le médecin autorise un patient à sortir mais « la sœur de la salle St Gabriel m’ayant fait dire que le né Granjean paraissait encore avoir conservé ses idées de suicide », le directeur avertit le commissaire de police38. Les rondes des sœurs et veilleuses permettent dans certains cas d’éviter ces incidents39. D’une manière générale, le directeur de la Pitié fait plutôt l’éloge des soins donnés par les sœurs ; dans un cas de suicide, il précise, pour la dédouaner sans doute de n’avoir su l’éviter, que la sœur est « l’une des meilleures »40. Quotidiennement aux côtés des malades, les sœurs les connaissent et sont pour l’administration des interlocutrices fiables au milieu du siècle.

  • 41 AAP-HP L2 La Pitié, Lettre du 18 juin 1852 à Davenne directeur général ; A-APHP L3 La Pitié, Lettre (...)
  • 42 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 24 février 1853, à Mr Davenne, Directeur général.
  • 43 AAP-HP 9 L 120 Necker, Lettre du directeur de l’Assistance publique. Il demande une religieuse, une (...)

14D’ailleurs, les directeurs d’hôpitaux n’hésitent pas à demander davantage de sœurs pour le service des salles et la surveillance, arguant de leur fatigue face au travail qu’elles ont à accomplir. Celui de la Pitié demande des sœurs supplémentaires en 1852-185341, et annonce qu’il va en prendre deux en février 1853, considérées comme indispensables pour « veiller » à la bonne administration du traitement des malades atteints de fièvre typhoïde42. À Necker en 1873, à l’occasion de la mise en place d’une tente pour six malades, on envisage de placer une religieuse à sa tête pour assurer les soins, au risque de désorganiser son service d’origine, son absence ne permettant pas « une surveillance régulière ni des soins assidus »43. À Lariboisière, de 1874 à 1878, le directeur demande le maintien d’un personnel de deux religieuses, cinq infirmiers, trois infirmières qui lui avait été attribué à titre exceptionnel en 1873. Les religieuses sont donc toujours considérées nécessaires au bon fonctionnement des services.

  • 44 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 15 janvier 1846.
  • 45 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 2 avril 1853 à Mr Davenne directeur général (la sœur transmet l’infor (...)
  • 46 AAP-HP L4 La Pitié, Lettre à Mme la Supérieure de la Pitié, sur le service de veille, le 18 juin 18 (...)
  • 47 AAP-HP 136 Foss 162, affaire 86265, séance du 16 décembre 1840.

15Si la surveillance des sœurs sur les soins et le personnel médical et de service est indéniable, les sources révèlent également des manquements dans la pratique dans les années 1840 et 1850. En 1846, à la suite de plaintes pour des prescriptions non délivrées aux malades, le directeur écrit à la Supérieure pour lui rappeler que les sœurs ne doivent pas taire les entorses aux règlements formulés pour le bien des malades44. Dans les années 1850, le directeur leur reproche de ne pas transmettre toutes les informations sur le service des médecins et des internes45. En 1859 à la Pitié, le service de veille est encore l’objet de critiques et les soins sont prodigués avec un certain laisser-aller46. Le directeur rappelle que la sœur de veille prend la responsabilité de ce qui se passe la nuit une fois que les autres sœurs quittent la salle et doit faire un rapport dans l’intérêt des malades. Par ailleurs, elles doivent aussi rendre compte des visites aux malades, pour s’assurer que les visiteurs n’apportent pas d’aliments interdits ou ne troublent pas le repos des salles47.

  • 48 AAP-HP L4 La Pitié, Lettre du 30 mars 1864 à Mr le Directeur Général.
  • 49 GUILLAUME Pierre, Le rôle social du médecin depuis deux siècles, 1800-1945, Paris, Association pour (...)
  • 50 « Présentation », in GONCOURT Edmond et Jules de, op. cit., p. 16-17.
  • 51 Le Dr Bourneville est un médecin républicain et libre penseur, fervent partisan de la laïcisation d (...)
  • 52 Désiré Bourneville est externe des hôpitaux de Paris de 1862 à 1865 aux Enfants-Malades (1862), à L (...)

16Dans les années 1860, l’affirmation du pouvoir médical remet en cause les prérogatives de surveillance et de soin des religieuses : un interne tient des propos grossiers envers une sœur qui renseigne les autres internes des prescriptions faites par le médecin pour deux malades arrivés à la veille. Il réplique : « Madame, vous sortez de vos attributions » et le directeur note qu’« il a témoigné à la suite une grande impatience et a été dur envers elle quand il a demandé les objets nécessaires au pansement des malades ». Le directeur prend la défense de la sœur Donatien qui « mérite des égards et comme femme et comme sœur, elle a le plus grand soin des malades et fait parfaitement son service »48. Infirmiers, infirmières et malades plaident contre l’interne. Si le geste médical est du ressort de l’interne, la sœur participe aussi aux soins. La contestation de son rôle soignant par le futur médecin n’est pas anodine au début des années 1860 alors que commence à s’affirmer leur pouvoir49, et elle se retrouve au premier chapitre du roman des frères Goncourt, pourtant très favorables aux religieuses lors du tournant anticlérical du Second Empire50. Elle révèle les prémisses de la laïcisation par un effet de génération : rappelons qu’à cette époque le Dr Bourneville51 est externe puis interne dans différents hôpitaux de Paris où se trouvent des congrégations hospitalières52. La génération de médecins anticléricaux de la IIIe République s’est formée au contact des sœurs dans les années 1860, au chevet des malades.

  • 53 HAMILTON Anna, op. cit., p. 35.
  • 54 Ibidem, p. 55-56.
  • 55 Dr LEFORT Léon, « Les hôpitaux », in Paris-Guide.2 / par les principaux écrivains et artistes de la (...)

17À la fin du siècle, cette double fonction de soin et de surveillance demeure, même si elle a évolué vers une limitation du rôle soignant direct par les sœurs. Anna Hamilton précise que les Augustines « occupent seulement les postes de surveillantes de salles dans ces hôpitaux » délaissant les services ou les tâches de soin53 ; les soins les plus techniques – préparation des pansements antiseptiques – sont enlevés aux Filles de la Charité qui gardent la surveillance des salles et de leur propreté, « distribuent les remèdes aux malades, répartissent les aliments et font faire le service immédiat des malades, par des infirmiers et infirmières ignorants et grossiers »54. Ses considérations renvoient partiellement au constat déjà formulé par le Dr Léon Lefort dans son guide de Paris de 186755 copié par le Dr Bourneville dans les années 1880 :

  • 56 Discours des 3, 8 et 9 août 1887 aux distributions des prix des Écoles municipales d’infirmières la (...)

Le rôle des religieuses, a écrit M. le professeur Léon Le Fort, est loin d’être celui que leur attribuent des préjugés qui ne sont, du reste, que des souvenirs d’un temps fort éloigné. Ce rôle ne consiste pas, en effet, à donner directement des soins aux malades : ce n’est pas la sœur qui fait les pansements, ce sont les externes ; et s’il y a lieu dans la journée de les renouveler, d’appliquer des cataplasmes, des sangsues, c’est alors l’infirmier ou l’infirmière qui se substituent à l’externe ; la cuillerée de potion qu’il faut donner d’heure en heure, c’est l’infirmier qui l’administre ; s’il faut changer un drap souillé, laver un malade, c’est encore l’infirmier qui intervient ; la religieuse est la surveillante générale ; elle fait la répartition des aliments que distribuent les infirmiers ; elle règle les rapports avec la lingerie, veille au maintien de l’ordre et de la discipline de la salle56.

  • 57 BOURDELAIS Patrice et FAURE Olivier (dir.), Les nouvelles pratiques de santé, acteurs, objets, logi (...)
  • 58 AAP-HP L3 La Charité, Lettre du 5 février 1862 au Directeur.
  • 59 GONCOURT Edmond et Jules de, op. cit., p. 95.
  • 60 Bourneville milite déjà pour la laïcisation sous l’Empire dans le Mouvement médical. LEROUX-HUGON, (...)

18La confrontation de ces discours écrits à quarante ans d’intervalle, confirmés par les sources administratives, révèle que les Filles de la Charité, avant les années 1880, délivraient effectivement des soins et remet en cause par là-même les propos des docteurs Le Fort et Bourneville. Néanmoins, ils témoignent de l’importance du rôle de surveillante endossé par les sœurs et incontesté jusqu’à la fin du siècle. La présence des sœurs n’est pas ébranlée par l’administration de l’Assistance publique jusqu’aux années 1880 et « nombre de médecins ont été heureux de trouver dans ces religieuses des gardes-malades capables de les renseigner sur l’évolution de l’état du malade, de veiller à l’application de leurs prescriptions et de les aider lors des opérations »57. Si ce constat vaut surtout pour les médecins hors des grandes villes, la complémentarité entre sœurs et médecins dans le quotidien de la relation avec le malade nous paraît effective pour des hôpitaux parisiens, au moins jusque dans les années 1860. Le Dr Guillot, à l’hôpital de la Charité en 1862, est ainsi satisfait de l’amélioration des soins donnés aux malades grâce à la présence de deux religieuses lors de ses visites58, et les Frères Goncourt envisagent que la sœur puisse « aider le médecin de ses observations, faire appeler l’interne à temps, soigner le malade avec une certaine connaissance de la maladie »59. Se situant à l’intersection du personnel médical et du personnel administratif, les sœurs ont la confiance de l’administration dans les années 1840-1860. L’étude des relations entre personnels au sein de l’hôpital révèle la diversité des fonctions soignantes exercées par les sœurs avant et pendant la laïcisation, dont les premiers signes se font sentir dès les années 186060.

Retrouver le soin des sœurs aux malades dans les gestes du quotidien

19Alors que l’hôpital s’affirme de plus en plus comme un lieu de soin dans la seconde moitié du XIXe siècle, les pratiques quotidiennes hospitalières ne sont pas toutes dévolues à un personnel formé. Les statuts des sœurs hospitalières les placent au service des malades et à un contact direct avec eux. S’interroger sur le soin invite à considérer un faisceau de relations qui ne relève pas exclusivement du geste médical, mais aussi d’autres pratiques qui visent un mieux-être des patients. La relation de soin recouvre alors tout un ensemble de gestes et d’habitudes qui imprègnent le quotidien des sœurs et des malades. Là encore, l’absence de continuité des sources sur chaque hôpital ne peut garantir que dans chacun d’entre eux et sur tout le siècle ces soins aient été continuellement dispensés. Ce sont plutôt des indices, parcellaires mais probants, sur les habitudes soignantes des sœurs « au chevet du patient », et dont la mise en série rend possible une typologie des soins prodigués. Ces dernières sont davantage identifiées par leur affectation « la sœur de la salle St Jean » que par leur nom, quand ce n’est pas le terme générique de « sœur » ou « religieuse » qui est employé. L’identité religieuse efface par moments la singularité de la personne engagée dans la relation soignante, retrouver les individus pourrait nous permettre de situer davantage les gestes de soin.

  • 61 BOURDELAIS Patrice et RAULOT Jean-Yves, op. cit., p. 194, p. 218.
  • 62 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 7 juillet 1849 à Mr Davenne, directeur général de l’Assistance publiq (...)
  • 63 AAP-HP L1 La Charité, Rapport sur le service médical pendant la durée du choléra au directeur génér (...)
  • 64 Lettre partiellement recopiée dans GAZIER Cécile, Après Port-Royal, L’ordre hospitalier des sœurs d (...)

20Les maladies contagieuses – le choléra mais aussi la fièvre typhoïde – sont des moments saillants de l’activité de soin, mais ne distinguent pas spécifiquement les sœurs des autres personnels de santé, ecclésiastiques ou civils mobilisés61. Ainsi le directeur de la Pitié en 1849 mentionne-t-il le dévouement du personnel médical et hospitalier, précisant pour les sœurs que « toutes n’ont reculé devant aucun danger, devant aucune fatigue »62 et celui de Saint-Antoine rapporte que « le dévouement de nos vénérables Religieuses a été sublime ; 7 d’entre elles ont été malades et 2 ont été atteintes de l’épidémie »63. En 1866, le directeur de l’Assistance Publique témoigne aux Supérieures de Saint-Antoine et de la Pitié sa reconnaissance pour les sœurs qui « prodigues de leurs personnes et de leurs soins, ont donné à tous l’exemple du devoir à remplir, en même temps qu’elles raffermissaient le moral de nos serviteurs et rappelaient l’espérance au cœur de nos malades »64. En 1844 déjà, le Conseil général des hospices distingue une hospitalière de Saint-Antoine pour les soins assidus apportés à un malade contagieux :

  • 65 AAP-HP 136 Foss 185, affaire 101170 du 4 décembre 1844.

Après avoir entendu le rapport du membre de la commission administrative chargé de la 1re division, lequel fait connaître que le nommé Chancerel François, âgée de 34 ans, voiturier demeurant rue de Charonne 37, reçu à la consultation de l’hôpital St Antoine le 24 novembre dernier, ayant été déclaré peu de temps après, par Me le Docteur Piédagnet, atteint de la morve, maladie mortelle et contagieuse, la sœur Antoine, hospitalière de cet établissement, dans le service de laquelle ce malade était couché, avertie du danger qu’elle courait, ne profita de cette connaissance que pour préserver de la contagion tous ceux qui auraient pu, par la nature de leurs fonctions, y être exposés, et se réserva le soin exclusif du malade dangereux. Que son zèle et son dévouement ne se sont pas démentis un seul instant ; qu’elle seule a fait boire le malade, l’a essuyé et pansé jusqu’au moment de son décès qui a eu lieu le 27 novembre à 11 heures du soir, et qu’elle a constamment cherché à soutenir le courage de l’infortuné par les consolations que sa charité lui suggérait65.

  • 66 Esprit des Constitutions des religieuses hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Paris, Paris, Plon, 1852, (...)

21Ce texte souligne l’exemplarité des soins donnés par la sœur à un malade contagieux et fait l’éloge de son dévouement tout en prenant en compte l’ensemble du personnel de l’hôpital : le danger bravé par la sœur, l’équilibre entre soins corporels (faire boire, panser) et secours spirituels (consolations), le souci aussi bien de préserver les autres de la contagion que d’accompagner le malade jusqu’à la mort. Si la distinction de cette sœur ne peut permettre de généraliser son attitude à toutes les religieuses, ce cas témoigne néanmoins des fonctions de soins qu’endossent les sœurs et par lesquelles elles retrouvent leur vocation à servir directement les malades. S’il s’agit à Saint-Antoine d’une sœur de Sainte Marthe, les constitutions des Augustines comportent un chapitre « Du service de contagion » qui les incite toutes à risquer leur vie pour soigner les malades contagieux66.

  • 67 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 2 août 1854 à MM les Docteurs de la Pitié.

22Comme les autres personnels médicaux et de service, les sœurs prodiguent donc des soins aux contagieux et l’administration encourage les compétences des sœurs dans leur traitement. Ainsi les médecins doivent-ils signaler ces souffrants dangereux – morve, hydrophobie par exemple – pour que les sœurs puissent connaître « les précautions à prendre dans l’intérêt de l’hygiène »67. En dehors des épidémies, c’est davantage dans le quotidien du séjour qu’on repère cette relation de soin.

23La prise en charge du quotidien des malades par les sœurs va de leurs besoins les plus élémentaires – se nourrir – à la distribution des remèdes. Si tous les gestes ne sont pas thérapeutiques à proprement parler, ils contribuent à divers degrés au soin.

  • 68 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 14 avril 1849 à Mr Heuchard commissaire de police rue Guy Labrousse, (...)
  • 69 LE PETIT Alfred, op. cit., p. 28.
  • 70 AAP-HP L2 La Charité, Lettre du 12 septembre 1861 au Directeur.
  • 71 AAP-HP L2 La Pitié, Lettre du 25 septembre 1851, à Mr Heuchard, fils, commissaire de police.

24Responsables des salles, les religieuses sont chargées de l’accueil des souffrants munis de leur billet d’entrée68 et les préparent à leur nouvel état dans l’hôpital. Alfred Le Petit en témoigne lors de son arrivée à l’Hôtel-Dieu : « J’étais assis depuis dix minutes lorsqu’une toute petite sœur de l’ordre de saint Augustin, recouverte d’un très grand voile noir, vient et me donne un bouillon. Je goûte le procédé autant que le bouillon ; je trouve les deux excellents […]. Une jeune sœur me dit de lui donner mon pantalon. J’attends qu’elle s’éloigne pour le retirer et comme de son côté, elle attends que je l’aie enlevé pour s’en aller, je me décide de l’ôter devant elle »69. La distribution des aliments et des boissons fait partie des tâches quotidiennes des sœurs. Lorsque la religieuse donne à boire à des malades ou leur lave les mains70, certains malades manifestent leur hydrophobie et révèlent qu’ils sont atteints de la rage : « la sœur inquiète de la répulsion que le malade éprouvait à la vue d’une boisson quelconque, a prié l’interne de garde de venir examiner le malade, qu’on a reconnu être réellement atteint de cette cruelle maladie »71. Ainsi les gestes des sœurs participent-ils à la satisfaction des besoins des malades et peuvent être une étape dans la mise en place d’un diagnostic médical.

  • 72 AAP-HP L2 La Pitié, Lettre du 1er novembre 1850 à Davenne.
  • 73 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 6 avril 1857 à Mr le Directeur général de l’Assistance publique.
  • 74 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 12 août 1856 à Mr le Directeur Général.
  • 75 AAP-HP 804 Foss 36.1, Lettre au Directeur de l’Hôtel-Dieu de Paris, 28 mai 1892.
  • 76 BARILLE Claire, Soigner et guérir, op. cit., p. 150-154.

25Par ailleurs, les sœurs distribuent les remèdes : à La Pitié en 1850, le directeur confirme après son enquête avec le chef pharmacien que « nous sommes heureux de vous informer que les distributions se font généralement bien par MM les internes en Pharmacie et par MM les sœurs »72 qui peuvent lors de la visite du soir leur proposer des pilules calmantes73. L’évocation d’appareils utilisés par les sœurs pour lever les malades et faciliter les soins, sans préciser de quels gestes il s’agit, illustre de nouveau leur contact avec eux74. Même en pleine laïcisation, les sœurs continuent à soigner. En mai 1892, paraît dans Le Radical un article intitulé « Rebouteuse à cornettes », accusant une sœur de l’Hôtel-Dieu d’exercice illégal de la médecine pour avoir appliqué un emplâtre à un malade. L’article vilipende la religieuse alors que l’Hôtel-Dieu possède selon l’auteur assez « de chirurgiens de valeurs pour qu’on ne soit pas obligé d’avoir recours à une rebouteuse ». Il donne lieu à une enquête administrative et les courriers de l’inspecteur et du directeur de l’Assistance publique révèlent que « l’une des sœurs de l’Hôtel-Dieu continue, suivant une tradition existant dans la Communauté des Augustines de cet établissement, à appliquer aux malades qui lui sont adressés particulièrement un emplâtre dont la composition lui a été donnée ». Le directeur de l’hôpital doit signifier à la Prieure qu’aucune des religieuses ne doit appliquer ce remède75. Il s’agit en fait d’un emplâtre dont la formule a été donnée par un médecin de l’établissement pour les foulures, entorses, etc… « La Religieuse qui est chargée de son application est la Mère Ste Geneviève qui fait voir les personnes à l’Élève Interne toutes les fois qu’il y a le moindre doute sur l’emploi ». Plus loin, l’inspecteur précise que « plusieurs fois, cette pratique est venue aux oreilles de l’administration et jamais elle n’y a trouvé à redire. Beaucoup de médecins ne l’ignorent pas et nul ne s’est plaint ». Cette affaire, comme celles qui nourrissent les pages anticléricales des journaux favorables à la laïcisation des espaces hospitaliers, témoigne là encore d’une relation directe de soin, continue dans le temps et instaurée par ce médecin qui a délégué un geste médical à la religieuse, pour un cas de santé certes bénin, mais connu de la plupart d’entre eux. Les courriers insistent sur la soumission de la religieuse : à la recette du médecin, à l’élève interne. La plainte donne lieu en quinze jours à une décision pour « qu’à l’avenir, aucune des Religieuses augustines n’applique plus l’emplâtre dont il s’agit », réduisant encore le rôle soignant des sœurs, alors que la laïcisation devient un enjeu majeur pour le Conseil Municipal de Paris qui cherche par ailleurs à affirmer son emprise sur l’Assistance publique76.

  • 77 GONCOURT Edmond et Jules de, op. cit., p. 29.
  • 78 AAP-HP 722 W 116 Lariboisière, Note du 20 mars 1884 pour Monsieur Mourleau, chef de la Division des (...)
  • 79 LE PETIT Alfred, op. cit., p. 34.

26Parmi d’autres actes permis, les sœurs peuvent appliquer directement les pansements, tâche partagée avec les externes ou les infirmiers, comme le montrent les exemples de la jeune Sœur Philomène dont la bande est arrachée par l’interne Barnier77, ou bien une note en 1884 à Lariboisière à propos d’une malade considérée comme hystérique révélant qu’elle défait systématiquement les pansements faits par la religieuse, l’infirmière ou l’externe78. Si Anna Hamilton précise que les Augustines ne font plus les pansements dans les hôpitaux à la fin du siècle, cette observation peut être nuancée par d’autres témoignages comme celui d’A. Le Petit qui relate la dureté d’une soignante à son égard : « La sœur mère me fait chaque jour un pansement sérieux, mais elle n’a pas la main légère, et comme elle me cuit comme si le feu y était, elle me fait beaucoup de mal, et de plus elle veut serrer très fort disant que ce pansement ne tiendrait pas sans. Afin de la forcer à se modérer, je lui dis que si elle serre aussi fort je vais me trouver mal »79. Sans remettre en cause la qualité du pansement, c’est l’attitude brusque de la sœur qui est ici contestée, face à laquelle la marge de manœuvre du patient reste réduite.

  • 80 LEONARD Jacques, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs, op. cit., p. 149-155.
  • 81 Voir infra, A-APHP L1 La Pitié, Lettre du 17 mai 1849 à Mme la Supérieure des sœurs de Ste Marthe d (...)
  • 82 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 8 juin 1854 à Mr Davenne, directeur général.
  • 83 AAP-HP L6 La Charité, Lettre du 14 décembre 1864 à Mr Husson.
  • 84 AAP-HP L 4 Incurables, Lettre au Directeur Général du 7 septembre 1858.
  • 85 AAP-HP L6 La Charité, Lettre du 26 Février 1865 à Mr Husson.
  • 86 VIGARELLLO Georges, Le propre et le sale, L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, L’Univers Histori (...)
  • 87 LE PETIT Alfred, op. cit., p. 31.
  • 88 HAMILTON Anna, op. cit., p. 91-93.
  • 89 Ibidem, p. 150-152.
  • 90 KNIBIEHLER Yvonne, Histoire des infirmières : en France au XXe siècle, Paris, Hachette Littérature, (...)

27D’autres soins directs donnés par les sœurs doivent être classés parmi des gestes relatifs à l’hygiène et à la propreté. En vertu de la valeur croissante accordée à celles-ci, considérées par les médecins du XIXe siècle comme ayant « une efficacité supérieure à leurs techniques curatives » et concernant aussi bien l’état de l’établissement hospitalier que l’alimentation, la literie ou la toilette des malades80, les gestes de propreté donnés par les sœurs font partie intégrante des pratiques de soin. Ils sont rappelés à l’occasion du choléra de 184981. Les sœurs doivent de manière générale « veiller avec la plus grande attention à la propreté des malades et de leurs vêtements »82 et elles peuvent être en charge du nettoyage des instruments chirurgicaux83. Elles s’occupent de l’hygiène des malades, comme celle d’un admis « pour le nettoyer et le rendre supportable à ses voisins »84, donnent des bains85, auxquels on confère une vertu hygiénique au XIXe siècle86, même si cette tâche peut être partagée ou déléguée à des garçons de bains, ce qui est le cas à l’Hôtel-Dieu en 190387. À la fin du siècle, ces gestes sont fortement critiqués par Anna Hamilton qui considère qu’ils ne sont pas en phase avec les exigences hygiénistes de l’époque. Elle repère ainsi des draps souillés, ou un mauvais usage des éponges lors de la toilette des enfants qui conduisent à une aggravation de leur état de santé88. Il faut cependant noter que ces critiques concernent également les infirmières laïques à l’hôpital de la Pitié89. Si au milieu du siècle sœurs, administrés et administration s’entendent sur un degré de propreté des malades, près de cinquante ans plus tard, les pratiques d’hygiène des sœurs ne sont plus suffisantes pour des médecins comme Anna Hamilton, faisant sans doute écho à la réticence des religieuses, évoquée par Y. Knibiehler, face aux nouvelles pratiques liées aux découvertes pasteuriennes90.

  • 91 TROUSSEAU Armand, Clinique médicale de l’Hotel-Dieu de Paris, tome 1, 2e édition, Paris, Baillière (...)
  • 92 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 10 octobre 1847 à la Supérieure des Sœurs de la Pitié, Lettre du 22 d (...)
  • 93 CAROL Anne, Les médecins et la mort, XIXe-XXe siècle, Flammarion, Aubier Collection historique, 200 (...)
  • 94 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 28 janvier 1856 à Mr Davenne, directeur général.
  • 95 CAROL Anne, op. cit., p. 144.
  • 96 NONNIS-VIGILANTE Serenella, « Les intolérables des politiques mortuaires modernes, Le corps mort en (...)

28Enfin, les sœurs ont un rôle particulier dans les soins aux morts, traditionnellement réservés aux femmes. La veille quotidienne permet à la sœur de pouvoir être attentive à l’évolution de la maladie et éventuellement de voir venir la mort, compétence considérée comme nécessaire pour les religieuses qui doivent s’assurer des besoins spirituels du mourant. Ainsi, dans le cas d’une variole confluente en 1861 à l’Hôtel-Dieu, « à quatre heures du soir, les accidents ayant pris une intensité si formidable, que la religieuse de la salle ayant envoyé chercher l’aumônier avant l’interne de garde, celui-ci arriva quand le malade était mort »91. La religieuse privilégie le recours au prêtre pour administrer le malade, et le médecin ne porte pas d’accusation concernant l’attitude de la sœur. Les instances répétées du directeur de la Pitié au milieu du siècle pour l’application stricte du règlement sur le constat des décès révèlent que la sœur doit théoriquement appeler l’interne de garde, mais que bien souvent cela ne semble pas être le cas92. Elle peut rendre compte du décès d’un malade et faire procéder à son enlèvement. En effet, au sein des hôpitaux, la constatation médicale des décès est des plus hâtives et est rarement le fait des médecins, parfois des internes, souvent des sœurs, infirmières ou garçons de salles93. Cette question prend une ampleur extrême à la Pitié en 1856 lorsqu’une sœur a procédé à l’ensevelissement d’une malade seulement trente minutes après le décès présumé alors qu’elle aurait dû attendre plusieurs heures94. Le directeur s’inquiète à nouveau que les sœurs n’appellent plus l’interne de garde pour constater les décès en dépit de ses instructions répétées, et demande une mesure radicale : le changement de la sœur. C’est qu’il craint les réactions des autres malades, alors que la peur des inhumations précipitées connaît un pic dans les années 1830-187095, et que dans la seconde moitié du XIXe siècle les médecins s’en inquiètent toujours, luttant eux-mêmes contre la difficulté à constater la mort réelle96.

29Durant tout le séjour des malades à l’hôpital et jusqu’à leur mort, des sœurs hospitalières sont donc en contact quotidien avec eux. Gestes de soin et de bien-être font d’elles un personnel soignant considéré comme nécessaire au bon fonctionnement de l’hôpital, même si les prérogatives directement soignantes sont de plus en plus vivement contestées à la fin du siècle.

*

30Jusque dans les années 1890, les sœurs continuent à donner des soins corporels aux malades, que l’on peut assimiler à ceux des « infirmières ». L’identité de « religieuse hospitalière » ou de « religieuse soignante » recouvre donc en pratique différents rôles et engage divers types de relation avec les malades, où la place de surveillante semble s’affirmer progressivement au cours du XIXe siècle pour être consacrée lors de la laïcisation. Penser et chercher la relation de soin entre sœurs et malades dans les hôpitaux parisiens, relation qui existe de fait mais laisse peu de traces, invite donc à une nouvelle approche de la vie quotidienne de l’hôpital. Dans les registres de correspondances administratives, les sœurs apparaissent à la fois comme soignantes et surveillantes, ce qui incite à repenser la vie religieuse au prisme de la fonction soignante que les sœurs exercent. Aux novices l’apprentissage par le soin, aux sœurs plus expérimentées une relation de surveillance. Dans les années de laïcisation, l’administration publique ne cherche pas systématiquement à évincer les sœurs, mais à réduire leur sphère de compétence, rognant à partir de 1880 les attributions qui définissent le cœur de la relation avec le malade : les soins physiques et les secours spirituels. Alors, aussi bien surveillantes qu’infirmières remplacent les sœurs écartées des hôpitaux, reflétant la diversité des tâches qu’elles y accomplissaient, ce qui conduit d’autant plus à interroger les multiples facettes des activités de la « religieuse soignante ».

Haut de page

Notes

1 DINET-LECOMTE Marie-Claude, Les sœurs hospitalières en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Honoré Champion, 2005. La première partie « Diversité des communautés hospitalières », p. 29-139, et le chapitre « Le gouvernement des pauvres », p. 259-308.

2 Ibidem, p. 315-318.

3 Pour un panorama récapitulatif, voir LALOUETTE Jacqueline, « L’Assistance publique de Paris et la charité catholique. Chronique d’une séparation (1878-1908) », in DEMIER Francis et BARILLE Claire (dir.), Les maux et les soins, Médecins et malades dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle, Paris, Action Artistique de la ville de Paris, 2007 p. 63-64.

4 LEROUX-HUGON Véronique, Des saintes laïques, les infirmières à l’aube de la Troisième République, Paris, Éditions Sciences en Situation, 1992, p. 32.

5 LALOUETTE Jacqueline, op. cit., p. 65-68.

6 CHEVANDIER Christian, « Infirmières et sœurs dans les hôpitaux français au XXe siècle : sécessions, transmissions, héritages », in LALOUETTE Jacqueline (dir.), L’hôpital entre religions et laïcité du Moyen Âge à nos jours, Letouzey & Ané, 2006, p. 136 ; DIEBOLT Evelyne et FOUCHE Nicole, Devenir infirmière en France, une histoire atlantique ? (1854-1938), Paris, Publibook, 2011, p. 91-94. LEROUX-HUGON Véronique, op. cit., p. 26-44 ; GUILLERMAND Jean, Histoire des infirmières, tome premier : Des origines à la naissance de la Croix-Rouge, Éditions France-Sélection, Paris, 1988, p. 281-286 ; Ibidem, tome second : De la naissance de la Croix-Rouge à l’institution de la profession, Éditions France-Sélection, Paris, 1991, p. 119-208.

7 LEONARD Jacques, « Femmes, religion et médecine. Les religieuses qui soignent en France au XIXe siècle », Annales ESC, 5, 1977, p. 887-907.

8 FAURE Olivier, Les Français et leur médecine au XIXe siècle, Paris, Belin, 1993, p. 32-33.

9 Circulaire du 26 septembre 1839 du Ministre de l’Intérieur. Voir Législation charitable ou Recueil des lois, arrêtés, décrets, ordonnances royales, avis du Conseil d’Etat, circulaires, […] qui régissent les établissements de bienfaisance, mise en ordre et annotée avec une préface par Ad. De Watteville, Paris, Alexandre Hois, tome 1, 1843, p. 519-522.

10 Les hôpitaux, enjeux de pouvoir : France du Nord et Belgique, IVe-XXe siècle : actes du colloque international d’Amiens, 30 et 31 mars 2006 / textes réunis par DINET-LECOMTE Marie-Claude, Villeneuve-d’Ascq : « Revue du Nord », 2008.

11 BARILLE Claire, Soigner et guérir. Des hôpitaux pour les travailleurs parisiens dans le second XIXe siècle, Thèse d’histoire contemporaine sous la direction de Francis Démier, Université Paris X Nanterre, 2007.

12 DINET-LECOMTE Marie-Claude, Les sœurs hospitalières en France…, p. 309-314.

13 Archives des Filles de la Charité, Paris Maison-Mère, ouvrage écrit par Sr Gergonne. Chapitre VI « Du soin des malades », p. 73-90.

14 LE PETIT Alfred, Je suis malade : curieux carnets d’un séjour à l’Hôtel-Dieu en 1903-1905, [textes et dessins rassemblés par] DOIZY Guillaume et LE PETIT Jean-François, Paris, Éd. Alternatives, p. 14-15.

15 Le premier registre de l’hôpital de Lariboisière n’est pas disponible à la consultation, et les derniers sont très succincts.

16 LEONARD Jacques, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs, Paris, Aubier, 1981, p. 134-137.

17 HAMILTON Anna, Considérations sur les infirmières des hôpitaux, Thèse de la Faculté de médecine de Montpellier, Montpellier, Imprimerie Centrale du Midi, Hamelin Frères, 1900. Anna Hamilton (1863-1935) est une des rares femmes médecins en France au XIXe siècle. Sa thèse est le résultat d’une enquête sur les pratiques soignantes en France et en Europe, et elle veut promouvoir le modèle de la « nurse » bien formée, inspirée des conceptions de Florence Nightingale. Elle prend la direction de la Maison de santé protestante de Bordeaux et en fait un hôpital-école formant des garde-malades hospitalières. Voir les travaux d’Evelyne DIEBOLT, La Maison de santé protestante de Bordeaux, 1863-1934. Vers une conception novatrice des soins et de l’hôpital, Toulouse, éditions Erès, 1990 ; « Anna Hamilton » in Evelyne DIEBOLT (dir.), Dictionnaire biographique, Militer au XXe siècle, Femmes, féminismes, Eglises et société, Paris, Michel Houdiard éditeur, 2009, p. 170-176.

18 « Présentation » in GONCOURT Edmond et Jules de, Sœur Philomène, édition préfacée et annotée par DUFIEF Pierre, Éditions du lérot, 1996, p. 8-16.

19 NONNIS-VIGILANTE Serenella, « Les sources de la plainte : pour une histoire des rapports médecins-malades en France aux XIXe-XXe siècles », in BELMAS Elisabeth, et NONNIS-VIGILANTE Serenella (dir.), La santé des populations civiles et militaires, nouvelles approches et nouvelles sources hospitalières, XVIIe-XVIIIe siècles, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2010, p. 239-260. Ils sont rangés à la cote 804 Foss 36 aux archives de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris.

20 FAURE Olivier, Genèse de l’hôpital moderne : les hospices civils de Lyon de 1802 à 1845, Paris, Éditions du CNRS ; Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981, p. 90-91.

21 Circulaire du 26 septembre 1839, op. cit.

22 AAP-HP L4 La Pitié, Lettre du 7 octobre à Mr Dubost, chef de division.

23 AAP-HP 9 L 129, Lettre à Monsieur (non lisible) le 9 février 1872, sur le personnel de la Pitié.

24 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 6 janvier 1858 à Mr Davenne.

25 LE PETIT Alfred, op. cit., p. 90.

26 AAP-HP, L1 La Charité, Lettre du 10 novembre 1855 à Mr Davenne.

27 FOUCAULT Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Gallimard, 1975, p. 176-177.

28 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 19 mai 1847 à la Supérieure des Sœurs de la Pitié. Lettre du 10 octobre 1847.

29 Article 6 du Titre III « Observance des salles », Règlement des sœurs hospitalières de la communauté de Sainte-Marthe de Paris, in GAZIER Cécile, Après Port-Royal, L’ordre hospitalier des sœurs de Sainte-Marthe de Paris, 1713-1918, Paris, 1923, p. 276.

30 GONCOURT, Edmond et Jules de, op. cit., p. 94-97.

31 Dr LEFORT Léon, op. cit.

32 AAP-HP L2 La Pitié, en 1852, on recense 21 sœurs en service, pour 26 membres du personnel médical et 49 membres du personnel de salle.

33 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 10 mai 1848 à Mme la Supérieure des sœurs de la Pitié.

34 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 4 août 1848.

35 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 17 mai 1849 à Mme la Supérieure des sœurs de Ste Marthe de l’hôpital de la Pitié.

36 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 24 février 1845 à M. Batelle.

37 AAP-HP L2 La Pitié, Lettre du 1 juillet 1850 à Mr Henchard fils, commissaire de police rue Guy Labrosse n° 8 à Paris.

38 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 20 juillet 1854 à Mr Cazeaux, commissaire de police.

39 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 14 novembre 1855 à Mr Cessac, commissaire de police : la sœur et la veilleuse coupent la corde. AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 6 décembre 1857 à Mr Davenne, directeur général : tout le personnel (sœur, veilleur, infirmiers, fille de salle) est dans la salle, mais occupé et le malade se pend à la corde de son lit.

40 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 6 avril 1857 à Mr le Directeur général de l’Assistance publique.

41 AAP-HP L2 La Pitié, Lettre du 18 juin 1852 à Davenne directeur général ; A-APHP L3 La Pitié, Lettre du 1er janvier 1853, à Mr Davenne, Directeur général.

42 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 24 février 1853, à Mr Davenne, Directeur général.

43 AAP-HP 9 L 120 Necker, Lettre du directeur de l’Assistance publique. Il demande une religieuse, une infirmière et un veilleur pour le service de la tente.

44 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 15 janvier 1846.

45 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 2 avril 1853 à Mr Davenne directeur général (la sœur transmet l’information sur une opération effectuée par deux internes) ; et Lettre du 16 avril 1853 à Monsieur Davenne, Directeur général (reproches envers les sœurs).

46 AAP-HP L4 La Pitié, Lettre à Mme la Supérieure de la Pitié, sur le service de veille, le 18 juin 1859.

47 AAP-HP 136 Foss 162, affaire 86265, séance du 16 décembre 1840.

48 AAP-HP L4 La Pitié, Lettre du 30 mars 1864 à Mr le Directeur Général.

49 GUILLAUME Pierre, Le rôle social du médecin depuis deux siècles, 1800-1945, Paris, Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité Sociale, 1996.

50 « Présentation », in GONCOURT Edmond et Jules de, op. cit., p. 16-17.

51 Le Dr Bourneville est un médecin républicain et libre penseur, fervent partisan de la laïcisation des hôpitaux. Il est conseiller municipal dans le 5e arrondissement de Paris de 1876 à 1883, puis député radical-socialiste de la Seine de 1883 à 1889. Il promeut la création d’écoles municipales d’infirmières laïques, et publie un Manuel de l’infirmière et de la garde-malade, ainsi que ses nombreux discours lors des remises de prix des écoles d’infirmières de Paris, véritables manifestes pour les infirmières laïques. Voir POIRIER Jacques et SIGNORET Jean-Louis (dir.), De Bourneville à la sclérose tubéreuse : une époque, un homme, une maladie, Paris, Flammarion, 1991.

52 Désiré Bourneville est externe des hôpitaux de Paris de 1862 à 1865 aux Enfants-Malades (1862), à Lariboisière (1863 et 1865) et à Saint-Antoine et Beaujon (1864). Il est Interne à partir de 1865 dans différents hôpitaux dont les Enfants-Malades (1867), Saint-Louis (1869) et à l’hôpital de la Pitié (1870), voir POIRIER Jacques et SIGNORET Jean-Louis (dir.), op. cit., p. 3-4.

53 HAMILTON Anna, op. cit., p. 35.

54 Ibidem, p. 55-56.

55 Dr LEFORT Léon, « Les hôpitaux », in Paris-Guide.2 / par les principaux écrivains et artistes de la France ; 2e  édition, Paris, A. Lacroix, 1867, p. 1893-1903 ; HAMILTON Anna, op. cit., p. 87.

56 Discours des 3, 8 et 9 août 1887 aux distributions des prix des Écoles municipales d’infirmières laïques, par Bourneville. Il reprend exactement les termes de Léon Lefort en soulignant certains passages.

57 BOURDELAIS Patrice et FAURE Olivier (dir.), Les nouvelles pratiques de santé, acteurs, objets, logiques sociales (XVIIIe-XXe siècles), Belin, 2005 p. 20-21.

58 AAP-HP L3 La Charité, Lettre du 5 février 1862 au Directeur.

59 GONCOURT Edmond et Jules de, op. cit., p. 95.

60 Bourneville milite déjà pour la laïcisation sous l’Empire dans le Mouvement médical. LEROUX-HUGON, Véronique, « La laïcisation des hôpitaux de Paris et la création des écoles d’infirmières », op. cit., p. 74.

61 BOURDELAIS Patrice et RAULOT Jean-Yves, op. cit., p. 194, p. 218.

62 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 7 juillet 1849 à Mr Davenne, directeur général de l’Assistance publique à Paris.

63 AAP-HP L1 La Charité, Rapport sur le service médical pendant la durée du choléra au directeur général de l’Assistance publique, 1849.

64 Lettre partiellement recopiée dans GAZIER Cécile, Après Port-Royal, L’ordre hospitalier des sœurs de Sainte-Marthe de Paris, 1713-1918, Paris, L’Edition moderne-Librairie Ambert, 1923, p. 209. Cécile Gazier travaillait à la Bibliothèque de Port-Royal où sont conservées les archives des Sœurs de Sainte-Marthe.

65 AAP-HP 136 Foss 185, affaire 101170 du 4 décembre 1844.

66 Esprit des Constitutions des religieuses hospitalières de l’Hôtel-Dieu de Paris, Paris, Plon, 1852, p. 97-98.

67 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 2 août 1854 à MM les Docteurs de la Pitié.

68 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 14 avril 1849 à Mr Heuchard commissaire de police rue Guy Labrousse, 8.

69 LE PETIT Alfred, op. cit., p. 28.

70 AAP-HP L2 La Charité, Lettre du 12 septembre 1861 au Directeur.

71 AAP-HP L2 La Pitié, Lettre du 25 septembre 1851, à Mr Heuchard, fils, commissaire de police.

72 AAP-HP L2 La Pitié, Lettre du 1er novembre 1850 à Davenne.

73 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 6 avril 1857 à Mr le Directeur général de l’Assistance publique.

74 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 12 août 1856 à Mr le Directeur Général.

75 AAP-HP 804 Foss 36.1, Lettre au Directeur de l’Hôtel-Dieu de Paris, 28 mai 1892.

76 BARILLE Claire, Soigner et guérir, op. cit., p. 150-154.

77 GONCOURT Edmond et Jules de, op. cit., p. 29.

78 AAP-HP 722 W 116 Lariboisière, Note du 20 mars 1884 pour Monsieur Mourleau, chef de la Division des hôpitaux et hospices.

79 LE PETIT Alfred, op. cit., p. 34.

80 LEONARD Jacques, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs, op. cit., p. 149-155.

81 Voir infra, A-APHP L1 La Pitié, Lettre du 17 mai 1849 à Mme la Supérieure des sœurs de Ste Marthe de l’hôpital de la Pitié.

82 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 8 juin 1854 à Mr Davenne, directeur général.

83 AAP-HP L6 La Charité, Lettre du 14 décembre 1864 à Mr Husson.

84 AAP-HP L 4 Incurables, Lettre au Directeur Général du 7 septembre 1858.

85 AAP-HP L6 La Charité, Lettre du 26 Février 1865 à Mr Husson.

86 VIGARELLLO Georges, Le propre et le sale, L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, L’Univers Historique, Seuil, Paris, 1985, p. 183-184.

87 LE PETIT Alfred, op. cit., p. 31.

88 HAMILTON Anna, op. cit., p. 91-93.

89 Ibidem, p. 150-152.

90 KNIBIEHLER Yvonne, Histoire des infirmières : en France au XXe siècle, Paris, Hachette Littérature, 2008, p. 55.

91 TROUSSEAU Armand, Clinique médicale de l’Hotel-Dieu de Paris, tome 1, 2e édition, Paris, Baillière et Fils, 1865, p. 20.

92 AAP-HP L1 La Pitié, Lettre du 10 octobre 1847 à la Supérieure des Sœurs de la Pitié, Lettre du 22 décembre 1847 à Madame la Supérieure des sœurs de Sainte Marthe de l’Etablissement, Lettre du 28 décembre 1847 à Madame la Supérieure des sœurs de Sainte Marthe de la Pitié.

93 CAROL Anne, Les médecins et la mort, XIXe-XXe siècle, Flammarion, Aubier Collection historique, 2004, p. 228.

94 AAP-HP L3 La Pitié, Lettre du 28 janvier 1856 à Mr Davenne, directeur général.

95 CAROL Anne, op. cit., p. 144.

96 NONNIS-VIGILANTE Serenella, « Les intolérables des politiques mortuaires modernes, Le corps mort entre religion, idéologie et hygiène, en France et en Italie », in FASSIN Didier et BOURDELAIS Patrice (dir.), Les constructions de l’intolérable, Paris, La Découverte, 2005, p. 150-153.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Jusseaume, « La relation entre sœurs et malades dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle, une relation de soin ? », Histoire, médecine et santé, 7 | 2015, 17-35.

Référence électronique

Anne Jusseaume, « La relation entre sœurs et malades dans les hôpitaux parisiens au XIXe siècle, une relation de soin ? », Histoire, médecine et santé [En ligne], 7 | printemps 2015, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/769 ; DOI : 10.4000/hms.769

Haut de page

Auteur

Anne Jusseaume

Anne Jusseaume prépare une thèse d’histoire contemporaine intitulée « Les congrégations religieuses féminines et le soin aux malades pauvres à Paris au XIXe siècle », au Centre d’Histoire de Sciences Po. Elle a notamment publié sur le soin prodigué à domicile par les sœurs dans un contexte de laïcisation : « Soigner des femmes en couches, un interdit levé pour rechristianiser ? Des sœurs auprès des parturientes au XIXe siècle », Chrétiens et sociétés XVIe–XXIe, n° 19, « Médecine et religion », Bulletin de l’Equipe RESEA, LARHRA, 2013 ; ainsi que sur les trajectoires sociales de sœurs chez les Filles de la Charité : « De la disgrâce à la grâce, la trajectoire des Filles de la Charité « de condition » au XIXe siècle », Hypothèses 2013. Travaux de l’École doctorale d’Histoire, Publications de la Sorbonne – École nationale des chartes, 2014.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals