Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Soins

Le soin en psychiatrie dans la France des années 1930

Une observation à partir des dossiers de patients et des manuels de formation infirmière
Hervé Guillemain
p. 77-90

Résumés

L’article propose trois manières de faire l’histoire de la relation de soin à partir de l’histoire de la psychiatrie dans les années 1930 et plus particulièrement l’histoire des patients schizophrènes. La première cherche à introduire de nouveaux acteurs dans le récit historique en commençant par les infirmiers à travers les manuels qui leurs sont destinés et les observations qu’ils laissent dans les dossiers médicaux. La seconde cherche à contextualiser la relation de soin en interrogeant la dimension confessionnelle et militante du soin dans certains institutions hospitalières. La troisième cherche à inclure la parole du patient dans cette relation. Les manuels infirmiers des années 1930 illustrent un renouvellement du discours sur le soin en lien avec la formation d’une nouvelle génération d’infirmiers par des psychiatres réformateurs. À l’inverse le soin des schizophrènes à la même époque apparaît comme un envers de cet idéal du soin, mêlant acharnement thérapeutique et exclusion sociale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir à titre d’exemple : BEETSCHEN André, Le temps des cerises ou du soin institutionnel auprès des (...)

1Se pencher sur l’histoire du soin en psychiatrie au début du XXe siècle c’est affronter principalement deux types de difficultés. La première résulte du relatif silence des psychiatres sur le sujet : le terme « soin psychiatrique » commence à apparaître dans les titres des bases bibliographiques à partir des années 1960. En suivant ce critère unique, l’histoire du soin psychiatrique serait donc étroitement liée aux nouvelles conceptions de la prise en charge de la maladie mentale qui émergent au sortir de la Seconde Guerre mondiale dans le sillage de la psychothérapie institutionnelle et de la psychiatrie de secteur1. En regardant plus précisément ces références, force est de constater que la majorité d’entre elles sont postérieures aux années 1980. La seconde tient à l’absence de délimitation claire de la notion : ce dont il est le plus souvent question dans cette prose, ce sont « les soins » psychiatriques incluant de nombreuses dimensions plutôt que « le soin » centré sur la relation. Dans les précis pédagogiques à destination des jeunes psychiatres antérieurs à la Seconde Guerre mondiale, la partie pratique et relationnelle n’occupe que quelques pages, le reste du texte étant constitué par un exposé dense de la méthode sémiologique. Les soins – sans que la relation qu’ils supposent soit clairement explicitée – semblent délégués aux infirmiers dont les actes apparaissent peu spécifiques à la psychiatrie. Cela signifie-t-il qu’il n’existe pas d’histoire possible du soin en psychiatrie avant cette période relativement récente ?

  • 2 GOLDSTEIN Jan, Consoler et classifier. L’Essor de la psychiatrie française, Paris, Les Empêcheurs d (...)
  • 3 GUILLEMAIN Hervé, Diriger les consciences, guérir les âmes. Une histoire comparée des pratiques thé (...)

2Mais peut-être cette absence apparente est-elle un effet de l’évolution des représentations médicales ? Durant le premier XIXe siècle, les aliénistes marqués par la culture chrétienne de la consolation2 ont pu pratiquer le traitement moral auprès d’une population de faible ampleur, soit dans le cadre de maisons de santé privées, soit dans le cadre d’asiles publics récemment ouverts et encore à taille humaine. Ce traitement, qui s’adresse par le verbe à la part rationnelle du sujet aliéné, repose sur une conception complexe du soin puisqu’elle fait coexister une bienveillance à l’égard du malade et une forme d’autoritarisme légitimant le recours aux pratiques coercitives (isolement, bains forcés, etc.). Si les historiens ont parfois considéré cette modalité de prise en charge comme une fiction, celle-ci est pourtant bien présente dans les archives du premier XIXe siècle et paraît relever d’une conception active du soin ancrée dans les représentations morales du temps. Les congrégations religieuses investies dans la prise en charge des aliénés (Saint-Jean de Dieu, Sœurs de l’Assomption, Bon Sauveur, Saint-Joseph de Cluny) développent une approche du soin qui, sans être étrangère à la science médicale, apparaît spécifique3. Cette conception du soin se modifie au cours du XIXe siècle. L’aliéniste est désormais confronté à une situation institutionnelle impossible compte tenu de l’évolution du nombre de patients présents dans les institutions asilaires. Son savoir s’inscrit dès lors dans une forme de fatalisme héréditaire qui relègue la préoccupation du soin au second rang. Pendant des décennies, l’idéal du traitement moral se prolonge alors que le cadre intellectuel et institutionnel de la psychiatrie est déjà profondément transformé, notamment, à partir des années 1860, sous l’influence des théories de la dégénérescence et en raison de l’impact de la démographie asilaire.

3En 1897, le docteur François Pactet, psychiatre investi dans l’observation des aliénés des prisons françaises et futur président de la Société médico-psychologique dans les années 1920, revient sur les obstacles qui limitent la fonction soignante des médecins des grands services d’aliénés :

  • 4 PACTET François, Des grands services d’aliénés, 1897.

Je désirerais faire aujourd’hui la démonstration mathématique de l’impossibilité où se trouve un médecin de donner des soins à 500, à 600, à 900 malades […] Vous me concèderez je l’espère et en cela je ne crois pas me montrer trop exigeant qu’un médecin doit bien consacrer à chacun de ses malades trois minutes par semaine et dieu sait dans quelle mesure il est possible en trois minutes de se rendre compte de l’état d’un aliéné ! Pour 900 malades avec ces trois minutes individuelles et hebdomadaires nous arrivons au chiffre de 2 700 minutes, soit 45 heures par semaine. Nous voilà donc à la journée de 8 heures. Et bien je prétends sans crainte d’être démenti qu’il est impossible à un médecin de consacrer régulièrement chaque jour huit heures à l’examen des malades […] Avec une visite de deux heures par jour le médecin a un peu moins d’une minute par semaine à consacrer à chacun de ses malades. Voilà donc des aliénés qui sont internés pour recevoir des soins et combien de temps le médecin a-t-il à leur accorder : trois quarts d’heure par an. Déclarer que l’on peut soigner 600 ou 800 malades équivaut à reconnaître que l’on ne fait pas œuvre de médecin mais que l’on se borne à remplir ces fonctions indécises assez difficiles à définir, se rapprochant en tout cas par leur nature, plutôt de celles d’un gardien de la paix chargé de maintenir l’ordre dans la foule que de celles d’un médecin donnant des soins à un malade4.

4La nature du soin dont il est question dans ce texte n’est – comme habituellement dans la prose psychiatrique – jamais précisée. Tout au plus sont distinguées les fonctions soignantes des fonctions policières, l’isolement des patients étant considéré comme une condition du soin mais non comme une partie intégrante de celui-ci. Comment dès lors saisir ce qui paraît si impalpable et si impensé ?

  • 5 La dénomination d’infirmier psychiatrique date de mai 1930.

5Cet article propose d’explorer deux types de sources : les manuels infirmiers et les dossiers de patients. Les manuels de formation infirmière sont prolixes sur les pratiques mais également sur la conception médicale du soin puisqu’ils sont écrits par des médecins. Les années 1930 sont particulièrement intéressantes à cet égard puisqu’elles voient naître une nouvelle génération d’infirmiers que l’on nomme désormais psychiatriques5 au sein d’une institution en cours de médicalisation – ce dont témoigne, sur le plan symbolique, le passage de la dénomination d’« asile » à celle d’« hôpital psychiatrique » en 1937 et, sur le plan pratique, l’introduction de nouvelles thérapies actives. Le recours au dossier de patient permet d’introduire le deuxième protagoniste souvent oublié de cette relation soignant/soigné. Je propose de réintroduire le point de vue des patients à partir d’un cas particulier, celui des dossiers des patients « déments précoces » et « schizophrènes », diagnostics diffusés en France dans les années 1920-1930.

  • 6 Ces dossiers sont conservés aux Archives de Paris.
  • 7 STAROBINSKI Jean, L’encre de la mélancolie, Paris, Seuil, 2012.

6Pour cet article, je m’appuierai sur une sélection de dossiers des années 1920 et 1930 que je mobilise dans le cadre d’une enquête plus vaste menée dans les fonds de l’asile de Maison Blanche, institution créée au début du XXe siècle et consacrée à la prise en charge des femmes6. Pour cette enquête, les dossiers ont été sélectionnés à partir d’un repérage, dans les registres de l’hôpital, des patients diagnostiqués déments précoces et schizophrènes pour les années 1922, 1928, 1934, 1940, 1948, 1954, 1960 et d’un dépouillement systématique des dossiers de sorties et de décès concernant ces mêmes années. Les quelques dossiers exploités dans le cadre de cet article ne prétendent aucunement à la représentativité, contrairement à ceux sélectionnés pour l’enquête globale, mais offrent un support aux questionnements suscités par la thématique de la relation de soin. Les catégories « démence précoce » et « schizophrénie » sont d’autant plus intéressantes qu’elles constituent le principal renouvellement diagnostic de la psychiatrie asilaire dans la première moitié du XXe siècle. Forgées à la toute fin du XIXe siècle pour caractériser la folie des pubères à une époque où l’intérêt des aliénistes se porte sur les enfants, les adolescents et les jeunes adultes, elles sont le plus souvent rattachées à une origine biologique et identifiées à partir d’un tableau rapidement figé autour de la gestuelle stéréotypée, les rires immotivés et l’indifférence généralisée des sujets qui en sont atteints. Participant à une reconfiguration de l’antique mélancolie7, qui s’exprimait sous des formes stuporeuse ou lypémaniaque (selon un terme forgé par Esquirol), cette évolution de la classification consacre l’émergence d’un nouveau type de malades appelés, en raison du jugement médical sans appel qui caractérise leur pathologie, à rester longuement dans l’institution asilaire. Si la bibliographie médicale est pleine de volumes consacrés aux différences médicales et historiques entre démence précoce et schizophrénie, observées à l’échelle micro, celle du sujet diagnostiqué, celles-ci ne paraissent former qu’une seule et même entité, construite à des fins de gestion de la chronicité, sous les formes d’un verdict médico-administratif prémisse d’une relégation durable.

  • 8 NOLL Richard, American Madness. The Rise and Fall of Dementia Praecox, Harvard, 2011 ; GARRABÉ Jean (...)
  • 9 Cette approche développée par ailleurs (GUIGNARD Laurence, GUILLEMAIN Hervé, TISON Stéphane (dir.), (...)

7Le choix des années 1930 découle également de l’analyse des sources. En effet si l’histoire de la démence précoce et de la schizophrénie a généralement été écrite à partir de productions savantes antérieures à la Grande Guerre (les traités de Kraepelin en 1898 et de Bleuler en 1911 font fonction de borne chronologique amont)8, la prise en compte des archives hospitalières françaises et le renversement de perspective que je propose à la suite d’autres historiens9 – de l’histoire des écrits savants à l’histoire des patients – incite à opter pour une temporalité très différente. En effet, la démence précoce comme la schizophrénie ne prennent corps en France que tardivement, dans l’entre-deux-guerres, époque durant laquelle les manuels infirmiers évoqués plus haut sont également publiés. Cette approche from below de la construction des maladies mentales, qui vise notamment à introduire de nouveaux acteurs dans l’histoire de la santé, à produire une histoire sociale à partir des sources psychiatriques et à reconsidérer l’usage de l’écrit délirant en tant que source, suscite l’émergence d’une nouvelle chronologie. À celle construite à partir des définitions savantes de la démence précoce et de la schizophrénie, d’ailleurs inégalement acceptées dans les milieux médicaux des différentes nations, on préférera celle repérée au ras des observations quotidiennes et au fil de la construction effective du diagnostic.

Soin laïc, soin catholique dans les écrits médicaux destinés à la formation des infirmiers

8Ces deux pistes de recherche fondées sur l’analyse de deux sources différentes conduisent notamment à prolonger l’interrogation sur la relation de soin dans sa dimension confessionnelle dans le contexte des années 1930 et à penser la manière dont cette relation peut être progressivement objectivée par une approche de plus en plus biologique de la maladie mentale.

  • 10 Prophylaxie mentale à laquelle commencent à être timidement associés les médecins généralistes. CHA (...)

9Plusieurs facteurs contribuent, après la Première Guerre mondiale, à faire émerger un nouveau discours sur le soin psychiatrique. L’extension du champ de la santé mentale révélé par la Grande Guerre et soutenu par l’institutionnalisation progressive de l’hygiène mentale donne une dimension inédite aux soins préventifs et multiplie les possibilités de placements volontaires10. En découplant la prise en charge de l’internement, les nouveaux services libres des asiles suscitent un débat renouvelé sur les moyens et les finalités du soin psychiatrique qui engloberait tout à la fois les dispositifs de prévention et de réinsertion sociale. Le retour de la problématique de l’encombrement asilaire dans les années 1930 – une problématique estompée dans les années 1920 en raison du déclin démographique asilaire lié notamment à la surmortalité consécutive à la grippe dite espagnole – repose en outre la question de la prise en charge dissociée des chroniques et des aigus.

  • 11 Notons l’existence antérieure de cours de portée locale : DUCOSTÉ Maurice (médecin chef de l’asile (...)
  • 12 À l’asile du Mans, pour répondre aux besoins de développement du pensionnat pour malades aisés, le (...)
  • 13 RODIET Antony, Manuel des infirmiers et infirmières des hôpitaux et des asiles, Paris, A. Maloine, (...)

10C’est dans ce contexte que les premiers manuels infirmiers dont la vocation dépasse le simple cadre local voient le jour11. Il s’agit du Manuel des infirmiers et infirmières des hôpitaux et des asiles, d’Antony Rodiet (1928) et du Manuel technique de l’infirmier des établissements psychiatriques de Roger Mignot et Ludovic Marchand (1930) ce dernier, rapidement réédité, semblant faire office de référence officielle. Dans la préface du second, Henri Colin s’inscrit clairement dans le sillage du Manuel pratique de la garde-malade et de l’infirmière édité en 1878 par le docteur Désiré Bourneville, militant d’une médecine républicaine, radicale et anticléricale. Henri Colin occupe alors la même fonction que Bourneville avant lui en tant que secrétaire général des écoles départementales d’infirmiers et d’infirmières des asiles de la Seine. À travers ce nouveau manuel, il entend, comme son prédécesseur, consolider la morale laïque auprès d’une nouvelle génération d’infirmiers qui, dans son esprit, sont appelés à remplacer les « religieuses obscurantistes » qui dominent encore nombre de services en province et possèdent toujours leur propre réseau de soin aux aliénés12. Conformément à la tradition hygiéniste, le soin psychiatrique, tel qu’il est présenté dans ces manuels, est indissociable d’une appréciation morale du patient. La qualité du geste hygiénique détermine également la valeur morale du soignant : « On reconnait un bon infirmier à la façon dont ses malades sont tenus : si les mains de ses malades sont sales, les espaces interdigitaux pleins de crasse, les organes génitaux malpropres c’est que l’infirmier est négligent13. » Les principes du vieux traitement moral paraissent toujours vivants : selon Rodiet, un des principaux objectifs du soin est d’obliger chacun des malades qui lui sont confiés à se conformer par une « douce fermeté » aux prescriptions du règlement. Dans ces manuels, le soin n’est jamais dissocié de la surveillance des malades. L’un d’eux avance par exemple que l’évasion signant le retour dans des familles pathogènes, surveiller correctement c’est soigner. La relation de soin doit en outre s’adapter à la nature du patient. L’infirmier doit être une mère attentive et dévouée pour l’idiot, une personne de compagnie pour le pensionnaire aisé. Cette insistance sur la spécificité de certaines relations de soin détermine de fait des zones de non soin ou de moindre soin notamment lorsque les patients sont autonomes comme le sont les malades dits « travailleurs ».

  • 14 ADAM Frantz, Devoirs de l’infirmier des hôpitaux psychiatriques (ex asiles d’aliénés), Huffel, 1937
  • 15 Ce sont les Carrier à Lyon, les Hospital à Clermont, les Longy à La Cellette, les Rougé à Limoux. S (...)
  • 16 Voir l’état civil de Frantz Adam qui confirme cette filiation méconnue, Arch. Dép. de l’Ain, regist (...)
  • 17 Voir la notice Frantz Adam sur le site du CRID : http://www.crid1418.org/temoins/2008/07/31/adam-fr (...)
  • 18Sentinelles... prenez garde à vous...” Souvenirs et Enseignements de quatre ans de guerre avec le (...)
  • 19 L’asile du Haut-Rhin construit sur le modèle de l’asile village à l’allemande est inauguré en 1909.
  • 20 Sa thèse, soutenue à Lyon en 1911, porte pourtant sur un sujet original : Des internements abusifs (...)

11Si ce type de discours est dominant dans la formation progressiste et laïque des infirmiers de la Seine, on trouve, dans les années 1930, des discours sur le soin psychiatrique qui procèdent d’autres logiques. À l’occasion d’une conférence de prise de contact avec les nouveaux infirmiers de l’asile de Rouffach (Haut-Rhin) prononcée le 4 décembre 1936, le médecin chef de cet asile, Frantz Adam développe une conception du soin ancrée dans la tradition catholique14. Frantz Adam (1886-1968) appartient à l’une de ces grandes dynasties de psychiatres catholiques qui, depuis le XIXe siècle, travaillent en étroite collaboration avec les congrégations religieuses spécialisées dans le soin des aliénés15. De son état civil Francisque Xavier Adam, il a passé son enfance à l’asile de Bourg (Ain), administré par les sœurs de Saint-Joseph de Cluny, dont son père Victor Aloyse Adam était le directeur et médecin chef16. La famille Adam est une famille catholique aisée dont les enfants s’orientent assez classiquement vers la médecine, l’armée et la prêtrise17. Si Frantz Adam est désormais bien connu pour son témoignage photographique sur la Grande Guerre18, son œuvre médicale en tant que médecin-chef puis médecin directeur de l’asile de Rouffach19 l’est beaucoup moins compte tenu notamment de sa faible production scientifique20.

12Les grandes lignes des Devoirs de l’infirmier, brochure tirée de la conférence d’Adam aux infirmiers en 1936, dessinent une figure de bon soignant différente de celle des manuels infirmiers rédigés dans la tradition de celui de Bourneville. Le bon soignant est certes le relais de l’ordre asilaire – il doit par exemple faire comprendre aux familles la nécessité de l’enfermement, de l’alitement voire de la contention –, mais il doit aussi être un homme aux « petits soins », y compris au chevet de l’aliéné mourant. Le rôle du soignant n’est pas seulement de guérir mais de protéger et de servir de guide aux patients considérés comme des « malheureux ». Ce texte, qui s’apparente à un bréviaire, précise également la nature de la « ferme bienveillance », qualité requise des soignants depuis les débuts de la psychiatrie. La typologie des formes de « bontés efficaces » débouche sur la valorisation d’une bonté qui domine et qui calme plutôt que d’une bonté bête et pauvre, selon les termes de Frantz Adam.

  • 21 Il exerce en somme un paternalisme chrétien comme d’autres l’exercent dans d’autres asiles tenus ou (...)
  • 22 GUILLEMAIN Hervé, « Thérapeute et missionnaire. L’aumônier dans les asiles d’aliénés des années 186 (...)

13Ce discours sur le soin s’inspire de plusieurs sources comme en témoignent les références citées. À l’instar d’autres psychiatres français de l’époque, Frantz Adam donne une dimension institutionnelle au paternalisme chrétien21, favorisant notamment le rôle des aumôniers d’asiles qui sont traditionnellement des personnages importants au sein des hôpitaux22. Dans les pavillons de l’asile, le médecin directeur fait afficher fièrement la devise : « Soigne et traite chaque malade comme s’il était ton père, ton frère ou ton fils ». Adam mobilise également à destination de son nouveau personnel des figures religieuses de soignants du XIXe siècle : celle des frères de Saint-Jean de Dieu, dont il nomme les salles de malades. La brochure éditée après l’accueil des nouveaux infirmiers comporte d’ailleurs une gravure des années 1820 (document 1) qui illustre la manière dont la prise en charge religieuse des aliénés s’insère dans une dimension spirituelle qui dépasse largement les gestes quotidiens de l’hygiène. Cette gravure, qui représente deux moines libérant de ses chaînes un aliéné aux allures christiques, est une forme de pendant religieux aux tableaux de Tony Robert-Fleury et de Charles Louis Muller symbolisant la libération des fous des asiles de Bicêtre et de la Salpetrière par Philippe Pinel. La gravure inscrit l’œuvre des frères de la Charité – commencée plusieurs siècles auparavant – dans l’actualité sociale de la fondation du système psychiatrique français. Les fondations de ces frères étaient en effet des institutions religieuses dont la loi de 1838 avait fait des « asiles privés faisant fonction d’asiles publics ». Ils recrutaient des malades sur une grande partie du territoire, la région de Lyon, de Lille et des Côtes-du-Nord concernant plus précisément les frères de Saint-Jean de Dieu.

Document 1 – Les frères de Saint-Jean de Dieu libérant les aliénés de leurs chaînes en 1826 à Lyon

Document 1 – Les frères de Saint-Jean de Dieu libérant les aliénés de leurs chaînes en 1826 à Lyon

14Mais à Rouffach ce paternalisme se double d’une diffusion originale des idéaux de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC), organisation de l’action catholique fondée une dizaine d’années auparavant. Des agendas jocistes sont ainsi distribués aux nouveaux infirmiers tandis que la conférence de Frantz Adam met en exergue plusieurs maximes de la JOC. On peut évidemment placer sur le compte de la situation spécifique de l’Alsace concordataire cette liberté religieuse asilaire mais n’oublions pas que cette dimension domine toujours la plupart des hôpitaux psychiatriques français de l’époque quel que soit leur statut.

  • 23 SIMON Hermann, « La psychothérapie à l’asile », L’Hygiène mentale. Journal de psychiatrie appliquée(...)

15Le discours de Frantz Adam participe également d’un nouvel intérêt pour les travaux allemands qui critiquent les conceptions classiques du soin psychiatrique. Les écrits d’Hermann Simon, qui servent de matrice à la psychothérapie institutionnelle des années 1940 et 1950, sont peu relayés en France avant la Seconde Guerre mondiale. Mais les expérimentations de l’asile de Gütersloh – particulièrement celles qui concernent la réhabilitation par le travail et, de manière générale, la thérapie « active » des patients alités – commencent à être connues en France à partir de 1933, date à laquelle H. Simon publie un article dans L’Hygiène mentale23. Adam les mentionne explicitement comme source d’inspiration du devoir des nouveaux infirmiers.

  • 24 Il intervient à la fois sur la manière de nommer l’institution (décret d’avril 1937) et pour défini (...)
  • 25 DAUMEZON Georges, Considérations statistiques sur la situation du personnel infirmier des asiles d’ (...)
  • 26 Au Mans, sous l’effet de la crise des années 1930, ce sont les ouvriers des chemins de fer (chauffe (...)
  • 27 GUILLEMAIN Hervé, « Devenir médecin au XIXe siècle. Vocation et sacerdoce au sein d’une profession (...)

16Sa rhétorique sur la qualité de la relation de soin est aussi une réponse contextuelle. Le Front populaire, qui intervient dans le champ psychiatrique à plusieurs reprises24, a adopté des mesures plus générales qui touchent le personnel psychiatrique. Ainsi la loi sur les 40 heures appliquée en mars 1937 oblige-t-elle les établissements psychiatriques à embaucher en nombre des infirmiers. Le bréviaire du soin de Frantz Adam correspond à cette arrivée massive dans les asiles d’aliénés d’une « génération 1937 » d’infirmiers qui ne vivent plus l’asile et ne sont donc plus encadrés par la communauté asilaire. Le discours sur la qualité du soin prévient en quelque sorte les failles morales supposées de ces nouveaux infirmiers, profession dont la réputation, surtout chez les hommes, est mauvaise. Les rapports des médecins des années 1930, repris notamment dans la thèse du psychiatre Georges Daumezon25, vont tous dans le même sens : alors que le personnel féminin, largement congréganiste, donne satisfaction (tant au point de vue du coût qu’en terme de formation – élément qui reste à discuter), du côté des hommes la profession, peu attractive, est investie par des sujets dont le niveau de formation est très faible et qui partent dès qu’une situation meilleure s’offre à eux. L’activité de « surveillant des fous » apparaît le plus souvent comme une position d’attente choisie en raison de l’accès à un logement situé à l’asile26. Ce discours sur le soin infirmier fonctionne un peu comme le discours sur la vocation des médecins au XIXe siècle : il est un instrument rhétorique de régulation morale dans une phase d’essor de la profession27.

La relation de soin au quotidien à travers les archives : du traitement moral à l’objectivation biologique

  • 28 GUILLEMAIN Hervé, « Le repentir des fous. Représentations de la faute dans l’asile des années 1860  (...)
  • 29 Fonds Ville au Veneur, Arch. dép. Côtes d’Armor, 129J 50.

17Est-il possible d’observer la relation de soin en dehors des prescriptions médicales consignées dans les manuels de formation infirmière ? Dans les archives hospitalières du XIXe siècle, qui ne comportent pas de dossiers médicaux à proprement parler, cette relation transparaît parfois dans les cahiers d’observation médicale, fruit de la transcription par les internes des propos échangés lors des visites médicales quotidiennes. Celles-ci permettent de replacer les conceptions de la folie dans le cadre plus large des représentations de la faute et la pratique du premier traitement moral dans une pratique plus vaste du repentir28. La trace de cette relation se trouve parfois hors des archives de l’asile. Une correspondance, retrouvée dans un dépôt d’archives départementales bretonnes, donne accès à un échange entre une famille catholique dont un des membres est hospitalisé chez les frères de Saint-Jean de Dieu et les soignants de cette congrégation spécialisée. Elle montre bien, pour les années 1840, l’ancrage du soin psychiatrique confessionnel dans la pratique de la confession29. On notera que l’obligation d’aveu autobiographique qui en constitue le cœur et le caractère dissymétrique de la relation qu’elle induit ne permettent pas de la distinguer fondamentalement de la pratique laïque du traitement moral tout au moins dans sa première période.

18Pour la période qui nous intéresse, l’entre-deux-guerres, les archives hospitalières peuvent être plus systématiquement sollicitées. En effet, au sein des dossiers patients archivés apparaissent des rapports infirmiers avec cependant des décalages entre les institutions : l’écriture infirmière vient prendre une place à côté de l’écriture médicale dès l’entre-deux-guerres à l’asile de Maison Blanche, il faut attendre 1946 pour qu’il en soit de même à l’hôpital psychiatrique du Mans. Ces observations infirmières font office d’outils de transmission entre infirmiers et veilleurs et entre infirmiers et médecins. Cette chronique de la vie asilaire du patient est parfois quotidienne, parfois hebdomadaire ou mensuelle. Elle mentionne le comportement du sujet et constitue l’essentiel de la trace de la relation de soin.

  • 30 Arch. Maison Blanche, D4X3 1115.
  • 31 L’entrée à l’asile n’a pas le même sens que l’entrée à l’hôpital général mais le rituel est identiq (...)
  • 32 DUBLINEAU Jean, « La pyrétothérapie soufrée associée aux sels d’or dans le traitement de certaines (...)

19Prenons l’exemple du dossier Lucie S., infirmière née en 1894 placée d’office à l’asile de Maison Blanche pour démence précoce en 193330. L’intérêt de ce dossier réside dans la régularité des observations infirmières : le dossier comporte en effet une observation quotidienne entre avril et novembre 1933. À l’arrivée du sujet sont mesurés la taille, le poids, la température, le pouls et la tension artérielle. Le lendemain est réalisée une analyse d’urine, trois jours plus tard une prise de sang. Une semaine après l’admission et en quelques jours sont successivement pratiqués : un lavement, des injections d’argent, de soufre, de pilocarpine, de sérum glucosé et d’électrargol, un enveloppement humide, une ingestion de sérine et de lactose. La vie du sujet se résume donc, au moins dans les premières semaines, à son fonctionnement biologique : « 25 avril 1933 : a eu une prise de sang, ne tient pas au lit, est maintenu, a bu son lait assez difficilement, a mangé des oranges et du raisin, n’a pas dormi. » Ce que montre cette source c’est donc d’abord l’absence de spécificité de l’acte de soin en psychiatrie31. L’infirmier se concentre sur l’observation des humeurs (dans tous les sens du terme) et s’applique à les rééquilibrer. Il travaille à la désintoxication du corps, l’effort de réalimentation étant d’autant plus important que les malades schizophrènes sont souvent tuberculeux et qu’il s’agit pour les soignants de fortifier le terrain afin de lutter contre l’évolution néfaste des maladies mentales. Durant ses premiers jours à l’asile, le patient est soumis à une batterie d’examens invasifs – ponction lombaire, analyses de sang et d’urine, tests de sérologie – qui correspondent à une transcription concrète de l’avènement d’une objectivation biologique de la maladie qui réduit de fait la relation de soin à sa dimension matérielle. Si les traitements de choc ne se développent qu’à la fin des années 1930, on perçoit déjà, dans les observations infirmières, une forte activité thérapeutique (au demeurant déjà présente plusieurs décennies auparavant contrairement à l’image répandue d’une psychiatrie passive) dont témoigne le dossier Lucie S., dans lequel est mentionné l’emploi de la soude, de l’abcès de fixation, des injections de soufre et des sels d’or et d’argent, thérapeutiques recommandées par les psychiatres français des années 1920. L’un de ces psychiatres explique d’ailleurs que les injections de soufre sont particulièrement douloureuses et provoquent une réaction locale majeure et impressionnante32. Ces gestes invasifs récurrents suscitent logiquement des réactions des patients.

  • 33 Dossier Cécile S., Arch. Maison Blanche, D4X3 1075.

20Ces sources pourraient être mobilisées dans le cadre d’une histoire des thérapies biologiques interrogeant par exemple la persistance de certaines représentations humorales de la folie par delà le reflux présumé des thèses hippocratiques. Le cadre de cet article ne permettant pas de multiplier les questionnements, on s’intéressera seulement à la manière dont elles permettent de réintroduire le patient dans l’histoire de la relation de soin. En effet, les réactions des malades aux traitements biologiques invasifs et répétés, lorsqu’elles sont recueillies dans les dossiers – on pourrait supposer qu’elles le sont rarement, elles le sont en fait très inégalement – ouvrent sur une autre manière d’appréhender la relation de soin, sous le mode de la confrontation et de la résistance. Le 13 mai Lucie S. est « très difficile et très résistante », se frappe la tête contre les murs et mord les soignants. À partir du 20 mai, elle est alimentée à la sonde. On provoque sur elle un abcès de fixation. Le 29 juin, elle déchire sa camisole et ses vêtements. Durant l’été, elle subit quotidiennement des lavements et des injections de somnifère et d’hormovarine. En septembre, elle casse une aiguille au moment de l’injection. L’infirmier indique finalement que la patiente est « résistante à tout, que ce soit toilette, température, alimentation » et note le sentiment de la patiente : « on la pique, elle en a assez, elle n’a plus de sang ». Cette attitude opposante au soin devient un des principaux signes de repérage de la démence précoce par les médecins dans les années 1930. Le schizophrène refuse les examens d’admissions, la prise des constantes, les injections, il refuse de répondre au médecin qui l’interroge, il refuse de bouger ou au contraire de rester immobile. Il refuse que l’on s’occupe de sa personne. Le soin infirmier du schizophrène s’apparente donc à une longue lutte qui peut parfois se résumer à maintenir le patient en vie contre son gré. Le soin se résume alors à la surveillance puisqu’il s’agit d’éviter les suicides en repérant les changements d’habitudes et d’états inquiétants (perte d’appétit, de sommeil, modification du transit, des urines, troubles de la respiration). Le soin s’identifie aussi à la punition dès lors que la pesée conduit au constat de l’amaigrissement : à la réalimentation forcée par gavage s’adjoignent, dans les années 1930, des injections de soude pour stimuler la nutrition. Ces patients deviennent d’autant plus problématiques qu’ils nient la nécessité même d’une relation de soin, attitude sublimée par une autre malade de Maison Blanche, dont la résistance prend la forme d’une révolte ouverte contre le pouvoir du médecin : « Je trouve que vous usez beaucoup de papier et d’encre. Je suis docteur pour moi même. C’est assommant. C’est un autre esprit qu’il faut prendre »… « Je n’ai pas besoin de votre programme d’écriture. Il faut me rendre mon corps »33.

*

21Les quelques cas développés ici ne le sont que pour souligner la nécessaire inscription d’une histoire du soin dans sa dimension relationnelle intégrant le rôle que peuvent jouer de multiples acteurs au premier rang desquels figure le patient lui-même, porteur d’une attente et parfois d’une opposition aux conceptions dominantes du soin. La nouvelle figure du schizophrène des années 1930 est à ce titre intéressante puisqu’elle représente un point limite des théories et des pratiques de soin. Incurable, résistant, négatif, « nihiliste » (selon le mot de Bénédict Augustin Morel) – si on en juge par les traits dominants relevés dans les dossiers de ces patients à cette époque – le schizophrène improductif, incapable d’aimer sa famille et de répondre à l’appel des drapeaux, agrège également sur sa personne des caractéristiques asociales qui en font une figure noire du XXe siècle. Dans ce cas de figure précis, d’autant plus important que la schizophrénie devient, après la Seconde Guerre mondiale, le diagnostic dominant dans les hôpitaux psychiatriques français, la relation de soin prend une forme particulière qui peut être perçue comme l’envers de l’idéal du soin, mêlant acharnement thérapeutique et exclusion sociale. Une histoire de la relation de soin ne peut donc probablement pas faire l’économie d’un discours précisément situé en rapport avec une pathologie, une institution et des acteurs.

  • 34 BUELTZINGSLOEWEN Isabelle von, « Le militantisme en psychiatrie de la Libération à nos jours. Quell (...)

22Dans les années 1930, l’essor de la psychiatrie biologique, la circulation de nouveaux modèles du soin et la professionnalisation du soin infirmier modifient cette relation à la fois dans les prescriptions médicales et dans les traces qu’en laissent les archives. L’histoire du soin psychiatrique dans les années 1930 peut également être réinscrite dans une dimension militante et confessionnelle qui paraît consubstantielle à l’histoire de la psychiatrie34. À une relation de soin marquée, au XIXe siècle, par un traitement fortement christianisé dans lequel l’essentiel de la relation se situe au niveau du verbe, du respect de l’autorité médicale paternaliste et de la soumission à la culture dominante, succède une relation plus objectivée, matérialisée, médicalisée, fondée sur la recherche des signes biologiques du mal dont la quête débouche, pour les malades déments précoces, sur une relation sans issue puisqu’ils sont devenus résistants à toute forme de thérapie, à toute institution et même à toute forme de relation et de soin.

23Pour développer ce travail sur la relation de soin en psychiatrie au XXe siècle, il faudrait étendre le questionnement aux lieux non asilaires de la psychiatrie – relation de soin à domicile et au sein des dispensaires – sans jamais perdre de vue la variété des situations locales dont on mésestime parfois l’importance dans le développement des expériences de soin. Il faudrait également mieux prendre en compte la diversité des points de vue. Celui des infirmiers (dont les statuts ne sont pas homogènes selon que l’on a affaire à des religieuses, à des gardiens laïcs, à des infirmiers diplômés ou à d’anciens ouvriers), des médecins (avec leurs cultures soignantes militantes et/ou confessionnelles) et des patients (dont le parcours asilaire n’est pas identique et dont le statut institutionnel et pathologique est aussi variable) gagneraient en effet à être mieux distingués. Les échanges épistolaires entre familles et médecin laissent aussi entrevoir, dans une institution pourtant considérée comme monolithique, une forme de « négociation du soin » qui mériterait de faire l’objet d’une enquête historique.

Haut de page

Notes

1 Voir à titre d’exemple : BEETSCHEN André, Le temps des cerises ou du soin institutionnel auprès des psychotiques dans le cadre d’un travail psychiatrique de secteur, Lyon, AGEL, 1974.

2 GOLDSTEIN Jan, Consoler et classifier. L’Essor de la psychiatrie française, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond, 1997 ; HOCHMANN Jacques, La consolation : essai sur le soin psychique, Paris, Odile Jacob, 1994.

3 GUILLEMAIN Hervé, Diriger les consciences, guérir les âmes. Une histoire comparée des pratiques thérapeutiques et religieuses (1830-1939), Paris, La Découverte, 2006.

4 PACTET François, Des grands services d’aliénés, 1897.

5 La dénomination d’infirmier psychiatrique date de mai 1930.

6 Ces dossiers sont conservés aux Archives de Paris.

7 STAROBINSKI Jean, L’encre de la mélancolie, Paris, Seuil, 2012.

8 NOLL Richard, American Madness. The Rise and Fall of Dementia Praecox, Harvard, 2011 ; GARRABÉ Jean, La schizophrénie, un siècle pour comprendre, Paris, Seuil, 2003.

9 Cette approche développée par ailleurs (GUIGNARD Laurence, GUILLEMAIN Hervé, TISON Stéphane (dir.), Expériences de la folie. Criminels, soldats, patients en psychiatrie, Rennes, PUR, 2013) rejoint l’intérêt relativement récent des historiens pour les dossiers de patients (CELLARD André et THIFAULT Marie-Claude, Une toupie sur la tête. Visages de la folie à Saint-Jean de Dieu, Montréal, Boréal, 2007), pour l’approche micro historique (MAJERUS Benoît, Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au XXe siècle, Rennes, PUR, 2013) et pour l’histoire from below du champ médical qui pose notamment la question de l’usage du délire en histoire (GUIGNARD Laurence et GUILLEMAIN Hervé, « L’histoire en délires. Usages des écrits délirants dans la pratique historienne », à paraître).

10 Prophylaxie mentale à laquelle commencent à être timidement associés les médecins généralistes. CHARON René, La psychiatrie en clientèle, Paris, A. Maloine, 1924.

11 Notons l’existence antérieure de cours de portée locale : DUCOSTÉ Maurice (médecin chef de l’asile de Bassens), Cours aux infirmiers sur les soins à donner aux aliénés, 1908.

12 À l’asile du Mans, pour répondre aux besoins de développement du pensionnat pour malades aisés, le personnel laïc est remplacé par du personnel religieux dans la deuxième moitié du XIXe siècle. GUILLEMAIN Hervé, Chroniques de la psychiatrie ordinaire, Patients, soignants et institutions en Sarthe, Le Mans, La Reinette, 2010, p. 41. Dans le Massif central, les sœurs Sainte-Marie de l’Assomption sont en situation de monopole dans le soin des aliénés. BONNET Olivier, « Présence religieuse dans les asiles d’aliénés au XIXe siècle : la congrégation Sainte-Marie de l’Assomption », in FAURE Olivier et DELPAL Bernard, (dir.), Religions et enfermements (XVIIe-XXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005.

13 RODIET Antony, Manuel des infirmiers et infirmières des hôpitaux et des asiles, Paris, A. Maloine, 1928, p. 451.

14 ADAM Frantz, Devoirs de l’infirmier des hôpitaux psychiatriques (ex asiles d’aliénés), Huffel, 1937.

15 Ce sont les Carrier à Lyon, les Hospital à Clermont, les Longy à La Cellette, les Rougé à Limoux. Sur ces familles de médecins, voir GUILLEMAIN, Diriger les consciences…, op. cit., p. 33.

16 Voir l’état civil de Frantz Adam qui confirme cette filiation méconnue, Arch. Dép. de l’Ain, registres de l’état civil, Bourg, 1886. Son père Aloyse Adam est titulaire d’une thèse de médecine sur le soin aux épileptiques (Nancy, 1881).

17 Voir la notice Frantz Adam sur le site du CRID : http://www.crid1418.org/temoins/2008/07/31/adam-frantz-1886-1968/.

18Sentinelles... prenez garde à vous...” Souvenirs et Enseignements de quatre ans de guerre avec le 23e R. I. 2e édition augmentée d’une carte et d’une lettre à Norton Cru, Bourg, Paris, 1931 ; ADAM Frantz, Ce que j’ai vu de la Grande Guerre, Paris, La Découverte, 2013.

19 L’asile du Haut-Rhin construit sur le modèle de l’asile village à l’allemande est inauguré en 1909.

20 Sa thèse, soutenue à Lyon en 1911, porte pourtant sur un sujet original : Des internements abusifs contribution à l’étude de l’assistance aux aliénés.

21 Il exerce en somme un paternalisme chrétien comme d’autres l’exercent dans d’autres asiles tenus ou desservis par des congrégations religieuses jusqu’aux années 1970 (Henri Ey à Bonneval, Louis Anglade au Mans, etc.).

22 GUILLEMAIN Hervé, « Thérapeute et missionnaire. L’aumônier dans les asiles d’aliénés des années 1860 », in LALOUETTE Jacqueline (dir.), L’hôpital entre religions et laïcité du Moyen Âge à nos jours, Paris, Letouzey & Ané, 2006, p. 73-85.

23 SIMON Hermann, « La psychothérapie à l’asile », L’Hygiène mentale. Journal de psychiatrie appliquée, 1, 1933, p. 16-28. Sur la diffusion de ces pratiques dans les institutions françaises, voir BUELTZINGSLOEWEN Isabelle von, « Une étape dans la mise en question du modèle asilaire ? », Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, 2008, n° 2, p. 47-61.

24 Il intervient à la fois sur la manière de nommer l’institution (décret d’avril 1937) et pour définir une nouvelle politique de prévention psychiatrique (circulaires Rucart d’octobre 1937 et décembre 1938).

25 DAUMEZON Georges, Considérations statistiques sur la situation du personnel infirmier des asiles d’aliénés, thèse de médecine, Paris, 1935.

26 Au Mans, sous l’effet de la crise des années 1930, ce sont les ouvriers des chemins de fer (chauffeurs, aiguilleurs, poseurs de voies) et du bâtiment qui intègrent l’hôpital psychiatrique. Rapport médical du docteur Schutzenberger, 1933, Arch. dép. Sarthe, 1X 949.

27 GUILLEMAIN Hervé, « Devenir médecin au XIXe siècle. Vocation et sacerdoce au sein d’une profession laïque », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 116, n° 3, septembre 2009, p. 109-123.

28 GUILLEMAIN Hervé, « Le repentir des fous. Représentations de la faute dans l’asile des années 1860 », in AVON Dominique (dir.), De la faute au salut dans l’histoire des monothéismes, Paris, Karthala, 2010, p. 181-193.

29 Fonds Ville au Veneur, Arch. dép. Côtes d’Armor, 129J 50.

30 Arch. Maison Blanche, D4X3 1115.

31 L’entrée à l’asile n’a pas le même sens que l’entrée à l’hôpital général mais le rituel est identique : le malade est déshabillé et alité.

32 DUBLINEAU Jean, « La pyrétothérapie soufrée associée aux sels d’or dans le traitement de certaines démences précoces », Provence medico-chirurgicale, 1937, p. 14-18.

33 Dossier Cécile S., Arch. Maison Blanche, D4X3 1075.

34 BUELTZINGSLOEWEN Isabelle von, « Le militantisme en psychiatrie de la Libération à nos jours. Quelle histoire ? ! », Sud/Nord, 2010, n° 25, p. 13-26.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 – Les frères de Saint-Jean de Dieu libérant les aliénés de leurs chaînes en 1826 à Lyon
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/804/img-1.png
Fichier image/, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Guillemain, « Le soin en psychiatrie dans la France des années 1930 », Histoire, médecine et santé, 7 | 2015, 77-90.

Référence électronique

Hervé Guillemain, « Le soin en psychiatrie dans la France des années 1930 », Histoire, médecine et santé [En ligne], 7 | printemps 2015, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/804 ; DOI : 10.4000/hms.804

Haut de page

Auteur

Hervé Guillemain

Hervé Guillemain est maître de conférences à l’Université du Maine – CERHIO UMR 6258. Ses champs de recherche sont l’histoire des pratiques de santé et de la psychiatrie aux XIXe et XXe siècles. Il a récemment publié, avec Stéphane Tison, Du front à l’asile. 1914-1918, Paris, Alma Éditeur, 2013 et a coordonné chez La Vie des idées.fr/PUF Extension du domaine psy paru en 2014.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals