Navigation – Plan du site
Compte rendus

Majerus Benoît, Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au XXe siècle

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013
Hervé Guillemain
p. 125-128
Référence(s) :

Majerus Benoît, Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 312 p.

Texte intégral

1L’histoire de la psychiatrie que propose Benoît Majerus, enseignant-chercheur à l’université du Luxembourg, est novatrice à plus d’un titre. Centrée sur les années 1930-1970, elle contribue à proposer un nouveau récit historien et une nouvelle méthode afin d’aborder la période postérieure à 1945 encore relativement méconnue. En questionnant des récits souvent trop médico-centrés, tournant notamment autour du caractère révolutionnaire de l’avènement des neuroleptiques, ou à l’inverse fondés sur une critique anti psychiatrique systématique, la démarche de Majerus est salutaire, d’autant plus qu’elle se développe à partir d’une excellente connaissance de l’historiographie occidentale, l’auteur maîtrisant à la fois les apports des textes de langue germanique et anglaise (l’historiographie francophone est somme toute assez minoritaire dans ces références). On retrouve dans ce livre ambitieux les influences du Goffman de 1968 produisant une description fine des arcanes de l’institution totale (on lira par exemple avec intérêt les pages consacrées aux rituels d’entrée à l’hôpital ou celles qui reconstituent la mise au lit systématique des malades). Mais c’est assurément le parti pris de la micro histoire qui distingue Parmi les fous de la production universitaire en histoire de la santé.

2En optant pour l’observation des pratiques médicales au ras du sol, l’auteur parvient souvent à saisir ce que seule la littérature ou le cinéma peuvent véritablement décrire lorsqu’il s’agit d’expérience de la psychiatrie. À la manière d’un ethnologue, Majerus reconstitue à l’échelle d’une institution la trame du quotidien qui n’est que rarement l’objet de l’intérêt des historiens. C’est dans la normalité institutionnelle mais aussi dans l’écart à la norme, particulièrement à travers la saisie des nombreux accommodements envers les textes de loi (voir la description à l’échelle micro des procédures d’internements, de la rédaction des certificats, du transport des malades) que se déploie cette « histoire détaillée du tout ». Partant du constat du rôle relativement effacé des psychiatres dans l’institution, l’auteur s’applique à développer une histoire plus équilibrée de la psychiatrie mêlant à la fois l’histoire des patients, celle des soignants, celle des nouvelles professions, celle des directions, mais aussi celle des policiers ou des médecins généralistes. Chacun de ces acteurs du système est détenteur d’un savoir profane aussi digne d’intérêt que celui des médecins (la nosologie infirmière est l’objet d’un développement précieux).

3Au cœur de cette pluralité d’acteurs retrouvés, les patients. Ici Majerus reprend l’appel (relativement peu suivi d’effets selon lui) d’un Roy Porter à entendre la voix des patients trop souvent considérés comme passifs, et de fait pris dans une forme de circularité diagnostique qui les enferme. Afin de développer cette approche originale, l’auteur se plonge dans les dossiers de patients qui, depuis quelques années, sont l’objet d’un intérêt renouvelé des historiens. Ceux-ci proviennent de l’Institut Brugmann, institution universitaire d’une centaine de lits intégrée en 1931 à un hôpital général de la ville de Bruxelles. Ils sont analysés à partir de deux types de dépouillement, un échantillon quantitatif de 2 000 dossiers (environ 7 % du total) réalisé avec des étudiants de l’université libre de Bruxelles et un échantillon qualitatif de 200 dossiers constitué à partir de chaque quinzième dossier. Conformément à la démarche d’un Carlo Ginzburg, l’auteur est attentif à la matérialité de l’archive et à ses conditions de production (il s’agit d’un dossier à usage interne souvent « voué à un entre nous professionnel »).

4Le livre se décompose en six parties qui étudient successivement l’espace psychiatrique, ses populations, les modes d’entrée et de sortie des patients, les manières de dire la maladie (des patients, des infirmiers et des médecins), les traitements, les formes de contestation de l’institution. Afin de saisir l’originalité de la démarche, prenons l’exemple de la première partie. Si à la suite de Foucault et Goffman, l’espace psychiatrique a déjà été questionné, l’auteur du livre réussit à montrer la dynamique sur un demi-siècle d’un espace considéré plutôt comme figé, et dont on peut suivre l’évolution dans les détails depuis le moment où il est pensé dans les années 1920 (dans le cadre d’une psychiatrie biologique répondant aux attentes hygiénistes) jusqu’à l’époque de la sociothérapie et de l’ouverture vers l’extérieur (même si dans le cadre de cet institut celle-ci apparaît assez limitée). Une des qualités de l’ouvrage réside dans cette étude fine suivie dans la chronologie des dispositifs matériels (le lit, la fenêtre, la porte, les toilettes), dont le modèle est chaque fois confronté aux réalités perceptibles dans les archives (amélioration de l’espace à chaque incident) et aux évolutions scientifiques (passage de l’entretien en dehors du dortoir et essor d’un nouveau modèle de la consultation individuelle, création de salles spécifiques de traitement). L’appropriation de cet espace par les patients n’est pas négligée malgré la difficulté de l’exercice, les traces dans les dossiers étant ténues. Le pari est ici réussi : Majerus montre à la fois comment dans cette institution au fonctionnement complexe et dynamique les patients sont gérés par le biais de l’espace et comment ils peuvent être acteurs de sa transformation après les années 1960. Cette priorité donnée à l’espace psychiatrique justifie l’étude au sein de la deuxième partie et dans un même ensemble des populations qui y sont présentes. Le traitement quantitatif des dossiers de patients (mortalité, ratio médecin/patients, durée de séjour) montre, contre toute attente, que l’institution paraît devenir un lieu de gardiennage après les années 1950 et que le phénomène des « revolving door patients » débute dès les années 1940 c’est-à-dire avant même l’avènement des neuroleptiques. L’étude du « dire des patients » montre ensuite comment la maladie est plutôt inscrite par les patients eux-mêmes dans un registre de normativité sociale genré, qui vient contester le modèle médical d’interprétation tout en usant du savoir psychiatrique et d’un vocabulaire de plus en plus psychologisant. L’étude des thérapies psychiatriques du XXe siècle, abordée de manière chronologique (bains, médicaments avant les neuroleptiques, malariathérapie, cure d’insuline, choc cardiazolique, électrochocs, psychochirurgie, chimiothérapie, traitements sociaux) pourrait paraître plus classique, mais elle permet de bien nuancer la révolution chimique des années 1950 et évoque chacun de ces traitements sans jugement anachronique sur leur efficacité présumée (ce qui est la moindre des choses pour un historien). On regrettera l’absence d’une vraie conclusion synthétique permettant de développer certaines hypothèses esquissées en divers endroits du livre notamment sur la psychiatrisation des désordres intimes, phénomène qui pourrait expliquer selon l’auteur la croissance si surprenante de la durée de séjour à l’institut Brugmann (p. 93). La dernière partie du livre est de fait plutôt consacrée à la dernière phase chronologique de cette histoire, celle de la désinstitutionalisation et de l’anti psychiatrie : expériences des années 1970 qui contestent les fondements de l’espace psychiatrique tels que forgés plus d’un siècle auparavant. La rupture avec le monde asilaire réside dans l’ouverture spatiale, la réduction de la contrainte avec la baisse du nombre d’internements, la multiplication de l’offre thérapeutique. Pourtant à la lecture de ce livre les éléments de continuité semblent l’emporter sur les ruptures supposées : l’hôpital et la psychiatrie biologique dominent toujours le système. La rupture sociale de 1968, comme celle médicale des années 1950 est relativisée.

5Le pari de l’auteur – proposer une histoire de la psychiatrie au ras du sol – est assurément réussi de même que le projet de faire entendre la voix des patients, dont la trace compose la plupart des parties de cet ouvrage. Le changement d’échelle permet de produire effectivement de nouvelles connaissances sur l’histoire de la psychiatrie. On regrettera cependant que les fils de l’enquête du micro historien ne soit pas aussi apparents que dans les ouvrages qui lui servent de modèle et ce d’autant plus que l’auteur rappelle en introduction son expérience in vivo de la psychiatrie entre 2008 et 2011 au Centre neuropsychiatrique de Luxembourg auprès de l’anthropologue Anne Schiltz à l’occasion de la réalisation d’un documentaire. Cette expérience jugée fondatrice, mais décrite en quelques lignes, laisse le lecteur sur sa faim dès qu’il s’agit de comprendre la démarche micro historique. Par ailleurs et comme le note Majerus, ce type d’approche ne vaut que si elle peut être articulée à l’échelle macro historique. Or cette articulation n’est pas toujours évidente. Comment passer de l’histoire d’une institution à l’histoire de la psychiatrie ? Le corpus sélectionné est celui d’un seul service d’une clinique universitaire dont l’auteur note l’originalité par rapport aux grands services asilaires belges (dont les archives semblent visiblement trop faibles pour déclencher le même type de travail). Cette limite pourrait être contournée en introduisant une présentation plus complète du paysage psychiatrique belge et en comparant a minima la situation de l’institut par rapport à ces asiles ou par rapport aux cliniques privées nombreuses dans le pays. Dans le même esprit, une présentation synthétique de l’histoire de la psychiatrie belge eut été utile au lecteur. La comparaison avec d’autres institutions européennes eut été également bienvenue d’autant plus que l’auteur connaît fort bien les fonds d’archives allemands et français. De fait, les rares montées en généralisation européenne ne sont pas toujours bien étayées, telle celle qui évoque la fermeture précoce des lits dans les services fermés considérée comme « générale en Europe » (p. 65) ou la spécialisation de la psychiatrie qui conduirait à l’externalisation des enfants et des vieillards (p. 86), deux affirmations qui mériteraient sans doute d’être nuancées. L’ambition d’écrire une histoire « sociale » de la psychiatrie ne devrait pas passer sous silence la sociologie des malades ainsi que les divers contextes durant lesquels interviennent leurs internements. Si ces données apparaissent de manière ponctuelle dans les multiples vignettes tirées de l’exploitation des dossiers patients, la structure du livre qui privilégie l’entrée par l’espace psychiatrique, repousse trop souvent en marge l’inscription sociale de la folie. Ces remarques n’enlèvent rien à la qualité de ce livre dont la méthode micro historique est véritablement novatrice. Nous sommes assurément Parmi les fous le temps de sa lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Guillemain, « Majerus Benoît, Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au XXe siècle », Histoire, médecine et santé, 7 | 2015, 125-128.

Référence électronique

Hervé Guillemain, « Majerus Benoît, Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au XXe siècle », Histoire, médecine et santé [En ligne], 7 | printemps 2015, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/826

Haut de page

Auteur

Hervé Guillemain

CERHIO-Université du Maine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals