Navigation – Plan du site
Compte rendus

Lüthi Dave, Le compas et le bistouri. Architectures de la médecine et du tourisme curatif. L’exemple vaudois (1760-1940)

Lausanne, BHMS, 2012
Grégory Quin
p. 133-134
Référence(s) :

Lüthi Dave, Le compas et le bistouri. Architectures de la médecine et du tourisme curatif. L’exemple vaudois (1760-1940), Lausanne, BHMS, 2012, 548 p.

Texte intégral

1Le compas et le bistouri de Dave Lüthi est un ouvrage très imposant de premier abord. Il est la publication d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université de Lausanne en 2008. Véritable travail d’historien, il est avant tout très accessible et l’intérêt de ses analyses n’a sans doute d’égal que sa richesse documentaire et iconographique. Selon son auteur, il s’agit d’une analyse « de l’architecture des bâtiments médicaux vaudois de la fin du XVIIIe siècle au milieu du XXe » (p. 1), mais l’ambition est bien plus vaste, par la recherche de la mise en relation systématique des influences réciproques entre médecine et architecture dans un temps long de « révolution » médicale en Europe occidentale.

2Sous la plume de Dave Lüthi, l’histoire locale atteint une réelle efficacité. En effet, sans être cantonnés aux anecdotes de l’histoire de la médecine en Suisse romande, les développements vaudois des constructions médicales (hospices, hôpitaux, cliniques, sanatoriums, etc.) et ceux d’un tourisme curatif (fut-il venu de régions très proches) prennent ici tout leur sens, et comme l’auteur le souligne rapidement « travailler sur un site en particulier (Lausanne, Leysin ou Montreux) n’était guère pertinent en raison de la similitude typologique des édifices de chacun de ces lieux » (p. 10). Au contraire, engager un travail comparatif des différents « types » architecturaux donne du sens à la fois aux analyses de l’architecture et à celles de la médecine, et cela rend l’ensemble utile pour quiconque souhaiterait engager un travail similaire pour un autre espace géographique. En effet, les bâtiments étudiés sont à la fois révélateurs de dynamiques plus larges inhérentes à la modernisation de la médecine occidentale et singuliers du fait d’une géographie qui autorise à la fois l’installation de sanatoriums en altitude et l’installation d’hôpitaux de plus grande taille à Lausanne ou dans d’autres villes du canton. Entre « le compas et le bistouri » littéralement, la région lémanique fait figure de véritable laboratoire de la modernité médicale, de même qu’entre lac et montagne la médicalisation de la société se joue de manière tout à fait singulière. En outre, l’historien met un point d’honneur à toujours mettre en lumière les dynamiques intellectuelles qui sont à l’œuvre au fondement des innombrables projets architecturaux que connaît le canton de Vaud entre 1760 et 1940, dans le cadre d’une histoire des idées et de leurs réalisations les plus concrètes, ce qui est suffisamment rare – parce que difficile à réaliser – en histoire de la médecine pour être souligné.

3Plusieurs exemples viennent corroborer cette prise de position épistémologique et documentaire. Le premier chapitre « les modèles de l’architecture médicale vaudoise » dresse ainsi un panorama extrêmement riche de la circulation de ces modèles, mais surtout de leur appropriation par les élites médicales et architecturales locales, ce que Dave Lüthi qualifie de « démarche d’« archéologie intellectuelle » du « musée imaginaire » des médecins et des architectes » (p. 17). Faute d’études générales préexistantes, l’historien a dû travailler par allers-retours incessants entre le bâti (ou ses traces subsistantes) et les transformations des références scientifiques et techniques. De manière tout à fait singulière, les analyses s’arrêtent longuement sur les pratiques liées aux bains curatifs dès les premières années du XIXe siècle, qui vont « engendrer la première recherche d’une architecture pouvant contribuer à la guérison » (p. 217). Le cas de Lavey-les-Bains (p. 222-236) est alors tout à fait exemplaire au regard de la succession de projets architecturaux dès les années 1830, mais aussi en raison d’un intérêt politique nouveau pour un espace social en plein développement. Enfin, soulignons la volonté de l’historien de couvrir une période plutôt longue (près de deux siècles), ce qui est parfois hasardeux mais rend, pour cette histoire de l’architecture de la médecine et du tourisme curatif, les transformations, les passages d’un modèle à un autre, les inflexions dans les manières d’envisager le corps malade et les thérapeutiques à appliquer, d’autant plus lisibles et compréhensibles.

4Si le propos et les analyses dépassent une simple histoire de l’hôpital en tant que bâtiment, c’est bien le principe architectural du regroupement de malades auprès (« autour » oserait-on dire) des médecins que révèle l’ouvrage, « montrant que face à l’académisme [architectural] français (…), des tendances exogènes marquées par l’hygiénisme (…) trouvent leur place dans le champ particulier de l’architecture thérapeutique » (p. 181). Dans les dernières pages du livre, traitant des années 1940, la réunification des deux types architecturaux (l’hôpital et le sanatorium) fait figure de très beau point de fuite des analyses. Les progrès de la médecine rendent alors les séjours en sanatorium quelque peu obsolètes face aux nouveaux blocs opératoires et aux techniques chirurgicales même si certains bâtiments conservent certaines traces du passé, comme dans le cas du balcon héliothérapique du Pavillon chirurgical de l’hôpital de Lausanne construit en 1949 (p. 464-467).

5Très belle réussite également, l’iconographie constelle littéralement le propos de l’historien et vient apporter à ses lecteurs le matériel brut sur lequel les analyses reposent. Le corpus est ainsi mis en valeur au profit des arguments développés. Les spécialistes trouveront d’innombrables références dans l’ouvrage et les analyses ne manqueront pas de stimuler les recherches sur cette histoire locale aux résonnances plus étendues. L’ouvrage intéressera aussi un lectorat plus large tant la plume de l’historien raconte une histoire de chair et d’hommes, de briques et d’air, d’eau et de soleil. Enfin, si la région lémanique est sans doute exceptionnelle au regard de l’objet traité, elle n’est pas unique, et d’autres études restent encore à mener sur d’autres régions, présentant des singularités au regard de l’application des agents physiques au traitement des maladies, à travers l’Europe depuis le milieu du XVIIIe siècle et l’émergence d’une nouvelle modernité médicale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégory Quin, « Lüthi Dave, Le compas et le bistouri. Architectures de la médecine et du tourisme curatif. L’exemple vaudois (1760-1940) », Histoire, médecine et santé, 7 | 2015, 133-134.

Référence électronique

Grégory Quin, « Lüthi Dave, Le compas et le bistouri. Architectures de la médecine et du tourisme curatif. L’exemple vaudois (1760-1940) », Histoire, médecine et santé [En ligne], 7 | printemps 2015, mis en ligne le 29 mai 2017, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/hms/834

Haut de page

Auteur

Grégory Quin

De Montfort University – Leicester

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Framespa
  • Logo Laboratoire TEMOS
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals