Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8Dossier thématique : AgirÀ la vie, à la mort. Les monument...

Dossier thématique : Agir

À la vie, à la mort. Les monuments funéraires de médecins de langue grecque, du VIe au Ier siècle avant notre ère

Natacha Massar
p. 17-30

Résumés

Cet article propose une analyse des monuments funéraires antiques de médecins (textes de langue grecque et représentations) de l’époque archaïque à l’époque hellénistique. L’évolution des images est mise en parallèle avec celle des caractéristiques des iatroi (médecins) présentées dans les inscriptions. Les qualités et les activités du praticien mises en avant sont particulièrement révélatrices de l’image que l’on veut donner d’eux à la postérité. Ces deux aspects sont comparés aux informations similaires dans les épitaphes contemporaines pour d’autres spécialistes (musiciens, devins, etc.).

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie vivement V. Dasen de m’avoir invitée à contribuer à ce volume, ainsi que les experts anonymes dont les commentaires ont permis d’apporter de nombreuses améliorations à mon texte. Toutes les traductions sont d’E. Samama, sauf indication contraire. Toutes les dates sont situées avant notre ère sauf mention contraire.
Les abréviations suivantes ont été adoptées :
Berger = BERGER E., Das Basler Arztrelief, Bâle, 1970
Clairmont = CLAIRMONT Chr., Gravestone and Epigram, Mayence, 1970
Hillert = HILLERT A., Antike Ärztedarstellungen, Francfort, 1990
Hygieia = STAMPOLIDIS N. et TASSOULAS Y. (éd.), Hygieia. Health, Ilness, Treatment from Homer to Galen, Catalogue de l’exposition au Musée d’art cycladique, Athènes, 2014
Samama = SAMAMA E., Les médecins dans le monde grec, Genève, 2003
Pour les inscriptions, je donne la référence dans Samama et une édition aisément accessible, en utilisant les abréviations d’usage. La correspondance entre abréviations et titres est donnée notamment sur le site : http://epigraphy.packhum.org/inscriptions/main, site qui permet un accès direct au texte des inscriptions de langue grecque.

Texte intégral

  • 2 Berger, passim ; KÜNZL E., Medizin in der Antike, Stuttgart, 2002, p. 32-34 et p. 48-55 (instrument (...)
  • 3 La plupart des inscriptions funéraires pour des médecins figurent dans Samama (voir cependant SEG 5 (...)
  • 4 Je ne traiterai pas de l’aspect littéraire des épigrammes qui constitue un tout autre sujet.

1Cette étude tente de cerner l’image du médecin dans la documentation funéraire de langue grecque. Les monuments commémoratifs peuvent présenter seulement une inscription, seulement un décor sculpté (de nature variable : scène funéraire, nature morte, éléments décoratifs), ou une combinaison des deux. Les représentations de praticiens sur les stèles ont été beaucoup étudiées, ainsi que les instruments parfois figurés sur les monuments, notamment dans le cadre d’analyses de l’outillage médical2. Les inscriptions funéraires, en revanche, ont peu suscité l’intérêt en tant que telles3, ou en confrontation avec les motifs sculptés sur les monuments. De manière générale, cependant, elles mentionnent le métier beaucoup plus fréquemment que les images, la profession du défunt étant rarement évoquée dans les deux médias simultanément. Je voudrais reprendre ici l’étude de ce corpus, des débuts, au VIe siècle, jusqu’à la fin de l’époque hellénistique, en abordant la manière dont le médecin est caractérisé ainsi que le milieu familial et social dans lequel il s’insère4. Les traits du iatros (médecin, en grec) tels qu’ils apparaissent dans ces inscriptions seront confrontés aux reliefs funéraires où apparaissent des médecins, aux épitaphes et représentations figurant d’autres professions sur des monuments funèbres et, dans une moindre mesure, à d’autres sources épigraphiques qui mentionnent des praticiens. Cette étude propose une première approche de cette riche documentation qui demande à être approfondie.

Le médecin et la médecine en images

  • 5 Syracuse, Museo archeologico, inv. 49401. Samama, n° 511 (SEG 14, n° 599) ; Berger, fig. 162-3 et p (...)

2Seuls sept monuments antérieurs au Ier siècle de notre ère proposent une représentation du défunt ou d’éléments symbolisant son métier. Le plus ancien, un kouros en marbre (Fig. 1), retrouvé dans la nécropole de Mégara Hyblaea en Sicile et datant du milieu du VIe siècle, porte sur la cuisse droite une inscription incomplète : « Sombrotidas, le médecin, fils de Mandroclès,… » (Σομροτίδα | τ῀ο ἰατρ῀ο | τ῀ο Μαδροκλέος [cela correspondrait à ce qui est réellement gravé sur la pierre])5.

Fig. 1 : Kouros de Sombrotidas, Syracuse

Fig. 1 : Kouros de Sombrotidas, Syracuse

Museo archeologico regionale Paolo Orsi, inv. 49401

© Museo archeologico regionale Paolo Orsi

  • 6 Athènes, Musée archéologique national, inv. Y93. Samama, n° 1 (IG I3, n° 1393). JEFFERY L.H., « The (...)

3Le bras droit étant perdu, on ignore si Sombrotidas tenait un objet le caractérisant comme iatros, mais cela paraît peu probable. Ce monument, unique, révèle la haute considération dont pouvaient jouir les médecins à cette époque. Un disque en marbre (Fig. 2), datant d’environ 500 av. J.-C., orné de la figure en relief mais très abîmée du médecin Aineas, porte une inscription en alphabet attique révélant sans doute son origine athénienne6.

Fig. 2 : Monument d’Aineas, Athènes

Fig. 2 : Monument d’Aineas, Athènes

Musée archéologique national, inv. Y93, d’après H. DRAGENDORFF, Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts 12, 1897, pl. 1.

  • 7 Je reviendrai ci-dessous sur l’inscription.
  • 8 Voir en dernier lieu SALTA M., Hygieia, op. cit. avec la bibliographie.
  • 9 Athènes, Musée national, inv. n° 30. Voir RICHTER G.M.A., The Archaic Gravestones of Attica, Londre (...)

4Le iatros est représenté assis. L’état de conservation des membres supérieurs ne permet pas de savoir ce qu’il tenait7. De nombreuses discussions ont eu lieu concernant la destination, funéraire ou votive, de cet objet. Aujourd’hui, il est généralement considéré comme funéraire8. Le seul monument athénien contemporain connu à ce jour auquel il pourrait être comparé est la stèle peinte de Lyseas, fils de Semon (fin du VIe siècle). Celui-ci apparaît debout, portant un chiton rouge et tenant des branches et un canthare qui semblent l’identifier à un prêtre de Dionysos9.

  • 10 Bâle, Antikensammlung und Sammlung Ludwig, inv. BS 236. Voir surtout Berger ; en dernier lieu : VLA (...)

5Le troisième monument archaïque, le plus célèbre, est une stèle anépigraphe provenant de Grèce de l’Est10. Un peu plus tardive, elle offre la première représentation reconnaissable d’un médecin grec. Sur cette stèle, le praticien est assis sur un tabouret élaboré, et porte la main droite à sa barbe, en un geste qui semble signifier une profonde réflexion. Un petit serviteur debout devant lui tient une ventouse et un couteau ; deux ventouses suspendues dans le champ complètent la représentation. Le iatros est ainsi associé, dès le début du Ve siècle, à la ventouse, son attribut à travers toute l’Antiquité. Le choix de cet instrument s’explique peut-être par sa forme aisément reconnaissable, son caractère peu menaçant (par comparaison avec un scalpel, par exemple) et son effet très visible.

  • 11 Les représentations de médecins tenant un instrument médical sont très rares. De cette époque date (...)
  • 12 Sur les prêtres et prêtresses, MANTIS A., Problemata, op. cit. ; CONNOLLY J., Portrait of a Prieste (...)

6Sans entrer dans une analyse iconographique détaillée, certaines caractéristiques de cette image sont récurrentes durant toute l’Antiquité et méritent, à ce titre, d’être soulignées : le médecin est représenté assis (c’est la position la plus courante, même si elle n’est pas exclusive) ; des instruments médicaux, en particulier la ventouse, disent son métier, et fonctionnent comme des attributs qu’il ne manipule pas11. L’identification d’autres métiers ou de la prêtrise sur les monuments funéraires attiques se fait de la même manière, bien que, le plus souvent, l’objet attribut soit tenu par le défunt : les prêtresses ont une clef à la main, les prêtres tiennent un couteau sacrificiel (machaira) ou un canthare, l’aulète son instrument, etc12.

7Les représentations de professions sur les vases attiques de la fin du VIe et du Ve siècle sont attestées, mais diffèrent des images figurant sur les monuments funéraires en ce qu’elles montrent les personnes exerçant leur métier : un potier tournant un vase ou le peignant, un sculpteur avec ses aides réalisant une statue, un citharode en pleine représentation, un médecin soignant un patient, etc. Les deux types d’objets offrent donc un point de vue très différent sur les hommes de métier.

  • 13 Voir par exemple : GINESTI ROSELL A., Epigrafia funeraria d’estrangers a Atenes (segles VI-IV aC), (...)
  • 14 Samama, n° 2. Le haut de la stèle manque et les premières lignes sont abîmées. Selon des lectures a (...)
  • 15 BIELMAN SANCHEZ A., « L’éternité des femmes actives », in BERTHOLET F., BIELMAN SANCHEZ A. et FREI- (...)
  • 16 BIELMAN SANCHEZ A., ibidem.

8À une époque où les monuments funéraires précisant la profession du défunt se multiplient à Athènes13, la seule stèle connue datant du IVe siècle avec une représentation de médecin est celle de Phanostraté, sage-femme (maia) et iatros14. La jeune femme est représentée assise, serrant la main d’Antiphilè, debout, qui lui fait face. Leur nom est inscrit au-dessus de leur tête. Quatre enfants entourent les deux femmes ; le plus jeune se tient accroupi sous le klismos de Phanostratè. Sous le relief est gravée une épigramme. Rien dans cette image ne permet de déterminer le métier de la défunte : en effet, le geste de se serrer les mains (dexiosis) est courant sur les monuments funéraires attiques. Le nombre d’enfants est toutefois remarquable et, en conjonction avec l’inscription, fait peut-être allusion aux talents de sage-femme de Phanostratè. Tant le geste entre les deux femmes que la mention du nom d’Antiphilè suggère qu’une relation forte les unit. Mais l’absence d’autre interaction entre elles ou de précision dans le texte ne permet pas de mieux la comprendre. Il a été suggéré qu’Antiphilè avait bénéficié des services professionnels de Phanostratè et, par reconnaissance, fait ériger la stèle du praticien, mais rien ne permet d’en être certain15. L’inscription indique : « Sage-femme et médecin, Phanostratè repose ici, à nul elle ne causa de chagrin et tous à sa mort la regrettent. » (μαῖα καὶ ἰατρὸς Φανοστράτη ἐνθάδε κεῖται || [ο]ὐθενὶ λυπη<ρ>ά, πᾶσιν δὲ θανοῦσα ποθεινή). La mention des deux métiers de la défunte en tête d’inscription les met particulièrement en évidence. L’utilisation de la forme iatros, plutôt que le féminin iatrinè, qui n’apparaît que plus tardivement, suggère qu’à cette époque, le nombre de femmes médecins est insuffisant pour susciter la création d’un nom de métier qui leur soit spécifique. En outre, la formule finale, « pleurée par tous », s’applique, selon A. Bielman Sanchez, « à des individus qui avaient joui d’un rayonnement social et s’étaient fait connaître en dehors de leur cercle familial »16. Cette expression est rarement appliquée aux femmes, mais elle est appropriée dans le cas présent.

  • 17 Samama, n° 310 (I.Byzantion I (IK 58), n° 128) ; photo : Hillert, n° 8, p. 91-93 et pl. 13 ; PFUHL  (...)
  • 18 Sur l’adoption de signes de la paideia du défunt (rouleaux de papyrus, tablettes pour écrire…) dès (...)
  • 19 BIELMAN SANCHEZ A., « L’éternité des femmes actives », op. cit., p. 178. L’auteur va cependant trop (...)
  • 20 ZANKER P., The Mask of Socrates, op. cit., p. 194-195, 232 sur les médecins (sarcophage d’Ostie) ; (...)
  • 21 Aux pieds de la défunte se trouvent deux petits chiens que l’on a parfois interprétés comme un symb (...)

9Une stèle funéraire plus tardive (IIe-Ier siècle), trouvée à Byzance, montre une autre femme médecin17, Mousa, fille d’Agathocles, iatrinè. Son nom même, Muse, évoque la culture (paideia), comme le rouleau de papyrus qu’elle tient à la main18. Comme le décrit A. Bielman Sanchez : « Le rouleau que tient la figure féminine […] renforce la signification suggestive du nom propre ; il évoque le savoir et la sagesse des Muses »19. Son nom fait en outre penser qu’elle vient d’une famille où la culture est valorisée. Le rouleau est utilisé, dès la fin de l’époque hellénistique, comme un symbole d’activité intellectuelle dénotant la qualité d’homme (ou femme) de savoir de celui qui le tient20. Le schéma iconographique connaît ensuite un grand succès à l’époque impériale. Si Mousa est représentée comme lettrée, elle n’est cependant pas identifiée visuellement comme un praticien. En ce sens, l’image la cantonne dans la niche « Muse/femme lettrée », plus conventionnelle, puisque seule la combinaison de l’iconographie et de l’inscription permet de comprendre qu’elle était un médecin savant21.

  • 22 Samama, n° 102 (SEG 36, n° 696). Seul son nom est inscrit, non son métier. Voir en dernier lieu POS (...)
  • 23 Samama, n° 101 (SEG 36, n° 697). Voir en dernier lieu POSAMENTIR R., ibidem, n° 53 p. 61 (stèle), 1 (...)
  • 24 Position adoptée par PERLMAN P. dans le chapitre « The People of the Citadel Necropolis » dans POSA (...)
  • 25 POSAMENTIR R., The Polychrome Grave Stelai, op. cit., p. 149. Je suis volontiers l’auteur dans son (...)

10Enfin, deux stèles du IVe-IIIe siècle retrouvées à Chersonèse signalent le métier de iatros par la représentation d’instruments médicaux. Si la situation semble sans ambiguïté dans le cas de Dionysios22, seul nommé sur sa stèle, il n’en va pas de même de l’autre exemple. Ce second monument tranche dans le corpus de la cité : lui seul comporte la représentation d’êtres humains et une inscription métrique. Au-dessus du texte figurent deux personnages nus, face à face, vraisemblablement des enfants, surmontés d’une ventouse encadrée par des forceps et une pince23. L’épigramme dit : « Par ce tombeau, son père, le médecin Euclès qui a pour patrie Ténédos, honore Leschanoridès » ([τ]ῶιδε τάφωι κοσμεῖ Λεσχανορίδαν ὁ τεκνώσας, | Εὔκλης ἰατρὸς πατρίδ[ο]ς ἐκ Τενέδου). Par analogie avec la stèle de Dionysios et des monuments romains, le fils, Leschanoridès, est souvent considéré comme un médecin ; les instruments peints sur la stèle disent sa profession24. Cependant, l’interprétation de l’inscription pose problème. En effet, cette épigramme funéraire, un distique élégiaque, indique l’origine ethnique et la profession du père, mais ne donne aucune information sur le fils, si ce n’est son nom. Si ce dernier était un médecin accompli, on s’attendrait à ce que ce soit mentionné dans l’inscription – d’autant plus que le père a pris la peine de préciser certaines données sur la famille, ou du moins sur lui-même, ce qui est contraire aux habitudes locales, le nom du seul défunt étant généralement mentionné. R. Posamentir suggère très justement que Leschanoridas était un enfant – ce que semble également indiquer la représentation25. Les instruments renvoient alors à la profession du père. Mais un passant illettré croira volontiers qu’ils désignent la profession du défunt. Le père signale donc clairement, par l’image et le texte, sa qualité de médecin, mais par association, l’image suggère que son fils l’est également, même si ce n’était vraisemblablement pas le cas. Les instruments médicaux peints sur la stèle expriment plutôt un souhait : Euclès le médecin, peut-être membre d’une famille de praticiens, aimerait que son fils le devienne aussi et joue dès lors sur l’ambiguïté de l’image pour le suggérer sur son monument funéraire.

Le médecin dans les inscriptions funéraires

11Les épitaphes pour des médecins des époques archaïque, classique et hellénistique forment un ensemble hétérogène de monuments issus de nombreuses régions du monde grec. La diversité des dates et des provenances, ainsi que le petit nombre de documents conservés, empêche une analyse globale. On se limitera à quelques constats et à analyser des sous-groupes ou des pièces particulières.

12Le métier, quel qu’il soit, est rarement mentionné dans les épitaphes du monde grec. Le nombre total d’exemples, toutes professions confondues, représente un pourcentage infime du corpus des inscriptions funéraires. Cette pratique varie également de région en région. On est ainsi frappé par l’absence d’épitaphes de médecins à Cos qui a pourtant fourni, et de loin, le plus grand nombre d’inscriptions honorifiques pour des praticiens. Dans cette cité par excellence de la pratique médicale, il n’est manifestement pas d’usage de mentionner le métier du défunt.

  • 26 Sur les professions sur les stèles attiques, voir SALTA M., Attische Grabstelen, op. cit., p. 240-2 (...)
  • 27 Certaines stèles indiquent simplement le nom du défunt et son métier. Par exemple IG II2 n° 7967, 1 (...)
  • 28 Voir CONNOLLY J., Portrait of a Priestess, op. cit., p. 229-244 et p. 246 sur le terme hiereia sur (...)

13À Athènes, où les monuments funéraires ont été davantage étudiés26, il semble plus courant d’indiquer sa profession par le texte que par l’image27 même si la disparition d’images peintes sur des stèles funéraires ne permet pas de l’affirmer avec certitude. Cette situation s’explique sans doute par le prix inférieur d’une stèle portant simplement le nom du défunt et sa profession plutôt qu’un relief qui nécessite une commande particulière si le métier doit être clairement représenté. La situation est cependant inverse en ce qui concerne les prêtresses : leur fonction est signalée presque exclusivement par l’image28. Il est très rare que la figuration et le texte disent tous deux la profession du défunt.

  • 29 Quatre hommes et une femme maia et iatros : Samama, n° 1, 2, 3, 12, 13.
  • 30 Sur les métiers attestés à Athènes, HARRIS E.M., « Workshop, Marketplace and Household », in CARTLE (...)
  • 31 Respectivement Samama n° 12, 13, 3. Sur ce dernier, voir PEPPAS-DELMUSU D., « Ein attisches Grabged (...)
  • 32 Clairmont, n° 15 (chalcoptès) et 35 (aulète) ; IG I3, 1341bis (tisseur de laine) ; IG II2, n° 10051 (...)

14Les métiers mentionnés sur les monuments funéraires attiques sont nombreux : médecins29, sages-femmes, nourrices, devins, acteurs, poètes, musiciens, potiers, chalcoptès (fondeurs de bronze ?), metalleus (mineurs ?), etc. dont plusieurs hapax30. À Athènes toujours, parmi les défunts dont la profession est indiquée, un grand nombre est constitué par des étrangers, des métèques installés dans la cité (médecins : de Sicyone, de Crète, le père d’un troisième porte un nom chypriote suggérant que la famille est d’origine étrangère31 ; aulète thébain ; chalcoptès crétois ; métalleus paphlagonien ; tisseur de laine de Thèbes d’Égypte, etc.)32. Soit le fait de mentionner leur profession est une habitude importée de leur cité d’origine – mais cette explication n’est guère probante, car cette habitude est rare partout – soit c’est une façon d’expliquer et de justifier leur présence à Athènes.

  • 33 Pour les signatures de sculpteurs archaïques, MARION-DUFEU M., « Créer du vivant ». Sculpteurs et a (...)
  • 34 Voir BIELMAN SANCHEZ A., « Une vertu en rouleau… », op. cit., p. 82-85. Stèles de médecins : Samama (...)

15Revenons d’abord au monument d’Aineas (Fig. 2). L’inscription sur le disque est la suivante : « μν῀εμα τόδ᾽ Αἰνέο σοφίας ἰατρ῀ο ἀρίστο », « Commémoration de la sagesse d’Aineas (ou Aineaos), excellent médecin ». Par le vocabulaire et l’expression utilisés, elle tranche par rapport aux inscriptions funéraires contemporaines. De manière inattendue, elle célèbre non le médecin lui-même, mais sa sophia. À l’époque archaïque, ce terme apparaît surtout dans la signature de quelques sculpteurs. Il souligne l’excellence professionnelle de ces artisans33. Sophia, ou des termes de la même famille, figurent dans des inscriptions funéraires plus tardives pour des médecins ou pour d’autres hommes de métier, qualifiant la maîtrise professionnelle ou les qualités d’homme de savoir34. Cette célébration non de l’individu mais de son art nous amène à considérer le disque comme un hommage posthume aux services professionnels rendus par le médecin Aineas. Le disque a peut-être été exposé par d’anciens patients dans le lieu où il exerçait, par exemple au gymnase.

  • 35 Respectivement : Samama, n° 3 (SEG 22, n° 196b, Athènes IVe s.), n° 159 (Amorgos, IVe s. – photo : (...)
  • 36 Anthologie Palatine, n° 508. Les attributions à Simonide sont parfois fantaisistes, mais la précisi (...)

16Que trouve-t-on dans les épitaphes de médecins ? Dès le IVe siècle, elles évoquent les maladies traitées par le médecin. Ainsi, Aristocratès était « le médecin le plus puissant contre toutes les maladies » ; […]rios « a trouvé des remèdes pour bien des mortels accablés par la maladie, repoussant le malheur d’une mort qui désespère », alors que le vieux médecin Philon connaissait tous les remèdes et qu’un médecin anonyme « sauvait bien des gens »35. Cette description du praticien qui sauve bien des gens de la mort trouve un parallèle littéraire dans l’épigramme funéraire pour le médecin Pausanias attribuée à Simonide et conservée dans l’Anthologie palatine36.

  • 37 MASSAR N., ibidem., p. 66.
  • 38 Samama, n° 43 (SEG 34, n° 325). Voir aussi le n° 71, mais ni le métier de la personne, ni le terme (...)

17La mention de l’art, la technè, fréquente dans les inscriptions honorifiques37, n’est attestée qu’une fois : un médecin de Mégalopolis a acquis à grand-peine une technè enviée38.

  • 39 Ainsi Asclépiadès de Bithynie, mort à un âge avancé d’une chute dans un escalier plutôt que de mala (...)
  • 40 CHRYSOSTOMOU P., « Συμβολές στην ιστορία της ιατρικής στην αρχαία Μακεδονία », Eulimene, 3, 2002, p (...)
  • 41 Les expressions normalement utilisées contiennent un mot de la famille dh’mo~ ; voir MASSAR N., Soi (...)

18Ces indications, qui figurent dans la majorité des épitaphes antérieures à l’époque impériale, apparaissent comme l’équivalent de la représentation d’instruments médicaux : les uns comme les autres signalent les compétences du praticien, l’art et le savoir-faire qu’il maîtrise. Deux épitaphes soulignent en outre le grand âge du défunt, mort de vieillesse et non de maladie, une preuve de ses compétences que l’on connaît par d’autres sources39. Enfin, on mentionnera une inscription très fragmentaire du IVe siècle, découverte à Pella40, dont les seuls mots conservés disent : « […] Thasien, médecin du peuple […] » (…Θ]άσιον, λαοῖς ἰατρόν […). L’inventeur de l’inscription a considéré qu’il devait s’agir de la stèle funéraire d’un médecin public, à savoir un praticien employé par une cité, fonction attestée dès la fin du VIe siècle. C’est possible, mais l’expression utilisée n’est pas attestée ailleurs41 et, avant l’époque impériale, aucune autre épitaphe de médecin ne mentionne une fonction publique. Vu l’état de l’inscription et de la pierre, on restera donc prudent sur l’interprétation de ce monument.

  • 42 Samama, n° 371 (Phaidas ; SEG 30, n° 1980) et 28 (Thrasippos ; v. n. suivante).
  • 43  KENT J.H., Corinth VIII, 3, n° 300 et pl. 21 place cette inscription à l’époque romaine. E. Samama (...)
  • 44 IG II2, n° 8883.

19La renommée du médecin à travers toute la Grèce est évoquée dans deux épigrammes42. Phaidas, un descendant des Atrides, « était célébré par la Grèce comme le plus sage des médecins » (τόνδε σοφώτατον Ἑλλὰς ἔκλειζειν) (Palaipaphos, IIIe siècle). Thrasippos, poète et médecin, « n’était inférieur à aucun Grec » (οὐθενὸς Ἑλλάνων δεύτερον, la traduction anglaise est plus proche du texte grec : « second to none among the Greeks ») (Corinthe, IIe-Ier siècle43). On retrouve ce type de procédé dans les épigrammes funéraires pour des représentants d’autres professions. Ainsi, Cléoboulos, un devin athénien, oncle d’Eschines, est le « meilleur de la Grèce » (ἀριστεύσαντα καθ᾽Ἑλλάδα, SEG 16, 193 vers 375-350) alors que « la Grèce a accordé le premier prix dans l’art de l’aulos » (Ἑλλὰς μὲν πρωτεῖα τέχνης αὐλῶν ἀπένειμεν) à l’aulète thébain Potamon (IVe siècle)44. Le potier Bacchios n’avait pas de rival en Grèce (IG II2, n° 6320, vers 360 av. J.-C.).

  • 45 WILSON P., « Pronomos and Potamon : two pipers and two epigrams », Journal of Hellenic Studies, 127 (...)
  • 46 Voir MASSAR N., Soigner et Servir, op. cit., p. 194-196 et 199-201.

20Peter Wilson45 a montré que l’épigramme pour Potamon est directement inspirée du distique gravé sur la base de la statue du célèbre aulète Pronomos élevée par sa patrie, Thèbes. Ce rapprochement judicieux révèle non seulement que les vers en question étaient suffisamment connus pour servir de référence, au moins dans le milieu des aulètes (thébains), mais aussi que le langage de l’éloge public a pu influencer celui des éloges funèbres privés. Le couplet en l’honneur de Pronomos évoque également le jugement de l’Hellas : « La Grèce a consacré Thèbes vainqueur dans l’art de l’aulos, Et Thèbes, Pronomos, fils d’Oiniadès » (Anthologie Palatine 16, 28). Ces expressions soulignent l’ambition et le souci d’être reconnu comme le meilleur non pas de sa seule cité, mais de toute la Grèce. En effet, comme les décrets honorifiques en attestent également46, avoir une renommée qui dépasse les frontières d’une cité pour s’étendre à l’ensemble de la Grèce constitue une preuve de la valeur d’un professionnel.

  • 47 Sur Nicias, voir FAULKNER A., « Callimachus’ Epigram 46 and Plato: The Literary Persona of the Doct (...)
  • 48 MASSAR N., Soigner et Servir, op. cit., p. 238-239.

21Plusieurs épigrammes témoignent d’une recherche littéraire par leur forme et leur vocabulaire (Samama, n° 8, 43, 53, 159). Un seul médecin pourtant se dit également poète (n° 28), une double activité mise à l’actif de quelques personnes connues par des sources littéraires (Nicias de Milet, ami de Théocrite, auquel ce dernier adresse plusieurs poèmes ; Marcellus de Sidè au IIe s. de notre ère)47. En outre, des remèdes en vers, plus faciles à retenir et à transmettre sans erreurs, témoignent de l’utilité de maîtriser ces deux savoirs48.

La famille du médecin

  • 49 Samama, n° 12 (IG II2, n° 9052) ; CAIRON E., Les épitaphes métriques, op. cit., n° 3, p. 38-42. Voi (...)
  • 50 Ainsi, un peu plus tôt, le médecin Euènor d’Acarnanie est-il honoré de la citoyenneté athénienne po (...)

22Le praticien est parfois associé à d’autres membres de sa famille sur le monument funéraire. La tombe de Philon de Sicyone, datée d’environ 250 av. J.-C., en offre le plus ancien exemple. Le texte présente deux parties distinctes, inscrites à des moments différents : une épigramme en l’honneur du médecin, plus ancienne, surmontée d’une généalogie de la famille. Cette dernière nous apprend que Philon, citoyen de Sicyone, a épousé Aristocleia, fille d’Aischriôn de Corinthe. Leur fils, Philocratès, a été naturalisé athénien et a épousé une athénienne49. Cette famille représente un beau cas de métèques, mariés entre eux, mais dont la descendance est assimilée à la cité où les parents se sont installés. Le texte n’explique pas dans quelles circonstances Philocratès a acquis la citoyenneté athénienne mais on peut penser que le métier de son père, mis en valeur par l’épigramme, n’y est pas complètement étranger50.

  • 51 Samama, n° 73 (SEG 34, n° 497 ; CAIRON E., Les épitaphes métriques, op. cit., n° 94, p. 279-283).
  • 52 Sur l’importance du maître et de sa renommée, voir MASSAR N., « “Choose your Master Well”. Medical (...)

23Le médecin Dikaios de Thessalie et son épouse Philista sont enterrés par leur fils Eucratidès51. L’éloge très général du couple, sans informations sur les prouesses professionnelles de Dikaios, suggère que le fils n’a pas suivi le père dans la profession. En effet, la transmission du savoir au sein de la famille et les qualités du père enseignant sont des sujets de glorification qui, sinon, n’auraient pas manqué d’être mentionnés52.

  • 53 Samama, n° 292 (IGRR IV, n° 532).
  • 54 IG II2, n° 8883 ; Clairmont, n° 35, pl. 18 ; WILSON P., « Pronomos and Potamon », op. cit., p. 141- (...)

24Dans deux autres cas, le père, médecin, enterre son fils. Rappelons le cas de la stèle érigée par le médecin Euclès pour son fils à Chersonèse, analysée ci-dessus. À Doryleion, le iatros Philippos et son épouse Xeuna, ainsi que deux de leurs fils, Démétrios et Patroclès, honorent Philippos, leur fils (ou frère), également médecin53. Dans ce cas, la transmission du métier de père en fils est clairement indiquée comme elle l’est sur la plupart des monuments funéraires pour des représentants d’autres métiers. Ainsi, le devin Callitélès est le fils de l’honoré devin Meidotélès (SEG 23, 1968, 161). Le monument qui rappelle le souvenir de Potamon, l’aulète, évoque de deux manières son lien avec son père54 : le vieil homme assis, son fils debout devant lui, se serrent la main tenant tous les deux un aulos de l’autre main. En outre, selon l’inscription : « Dans notre mémoire, l’éloge pour son père ira croissant pour avoir engendré un tel fils » (πατρὸς δὲ μνήμαισιν ᾽Ολυνπίκου αὔξετ᾽ ἔπαινος οἷον ἐτέκνωσεμ παῖδα, l. 2-3). Ce monument met en avant la transmission familiale et professionnelle de la technè.

Conclusions

  • 55 HÉRODOTE, III, 129-137 ; voir MASSAR N., Soigner et Servir, op. cit., p. 36-37, p. 283.

25Des monuments funéraires pour des médecins font leur apparition à une période très ancienne. Ces premiers documents, datant de la fin du VIe au début du Ve siècle, proviennent de tout le monde grec. Ils sont souvent remarquables par leur qualité et leur monumentalité et célèbrent sans doute des médecins appartenant à l’élite de la profession. Ils témoignent de la fierté des praticiens pour leur métier, revendiquée jusque dans la mort. Cette fierté va de pair avec la considération sociale dont jouissent ces médecins et dont témoigne aussi le parcours du iatros Démocédès de Crotone, à la même époque55. Si les monuments postérieurs sont moins impressionnants, le nombre d’épigrammes funéraires (par opposition aux inscriptions non versifiées) qui commémorent des praticiens mérite d’être mentionné : ces textes requièrent en effet un coût et un effort supérieurs. Les symboles visuels du métier médical suivent un schéma bien attesté : objets bien reconnaissables, placés dans le champ (ou éventuellement tenus, mais non utilisés). La ventouse est utilisée durant toute l’Antiquité pour symboliser le médecin. Ces monuments plus récents témoignent du souci de faire connaître le métier du défunt, malgré le coût certainement plus élevé des inscriptions versifiées et des reliefs faits sur commande. De manière indirecte, ils laissent entendre que nombre de ces hommes de métier ont bien gagné leur vie et qu’ils avaient les moyens de faire faire un monument funéraire sur mesure. Ils ne nous donnent cependant aucune indication sur leurs compétences professionnelles, ni sur la reconnaissance publique ou privée dont ils ont pu jouir.

  • 56 MASSAR N., Soigner et Servir, op. cit., p. 66-67.

26Le médecin se caractérise dans ces représentations écrites comme celui qui soigne les maladies et sauve des vies. Cette image répond au souci premier du patient de manière concrète et immédiate. On est loin des considérations techniques des décrets honorifiques qui insistent sur la technè (mentionnée une seule fois dans un document funéraire), sur son métier (epitedeuma) ou son expérience (empeiria)56.

27Les monuments funéraires ont d’abord un impact visuel par leur taille, par la richesse de leur décoration et le degré d’élaboration de leur inscription : tous ces éléments donnent une première information sur le statut du défunt. Un attribut figuré parlera à bien plus de passants qu’une description. L’épigramme, même si on ne sait pas la lire, est aussi le signe visuel d’une certaine prétention littéraire ou culturelle, puisque même un illettré peut reconnaître que le texte contient plus que des noms. L’inscription peut adopter une forme très recherchée, mais l’image qu’elle donne du médecin reste relativement simple. Ces monuments nous intéressent pour les informations qu’ils délivrent sur les praticiens. Cependant, à moins que le défunt n’ait prévu sa stèle de son vivant, ils sont érigés par un descendant. Ces textes et ces images témoignent dès lors aussi de la fierté que ces derniers éprouvent pour la profession de leur parent, de la formation entreprise par leur progéniture ou de l’appréciation des talents d’une proche iatrinè.

28À première vue, les monuments antérieurs à l’époque impériale ne semblent pas situer le praticien dans un milieu ou un contexte. Cependant, comme le montre l’exemple athénien, le mieux connu, les informations fournies par les monuments funéraires font connaître la classe d’âge du défunt et, parfois, l’une ou l’autre activité (enfant, éphèbe, homme mûr – souvent soldat, vieil homme ; jeune fille avant le mariage, épouse et mère). Ces précisions permettent de situer la place et le rôle du mort dans la cité et, dans le cas des femmes, dans la maisonnée. Ce sont des données personnelles, mais à caractère civique. Que, dans ce contexte, de nombreux étrangers spécifient leur profession n’a rien d’étonnant : ils tiennent à justifier leur présence dans la cité qui les accueille en montrant comment ils s’y rendent utiles et pourquoi ils sont appréciés. Le nombre élevé de praticiens dont le monument funéraire précise le métier révèle donc aussi la reconnaissance sociale dont ceux-ci jouissent en raison de l’art qu’ils exercent.

Haut de page

Notes

2 Berger, passim ; KÜNZL E., Medizin in der Antike, Stuttgart, 2002, p. 32-34 et p. 48-55 (instruments), 92-99 ; KÜNZL E., « Forschungsbericht zu den antiken medizinischen Instrumenten », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt 37.3, Berlin-New York, 1996, p. 2433-2639 ; KRUG A., Das Berliner Arztrelief, Berlin, 2008, p. 23-41 ; voir aussi les notices dans Hygieia.

3 La plupart des inscriptions funéraires pour des médecins figurent dans Samama (voir cependant SEG 53, n° 2191et l’une ou l’autre inscription supplémentaire mentionnée infra). Sur l’image du médecin dans les inscriptions, voir LORENZ B., « Zum Lob des Arztes in griechischen Inschriften », XI Congresso Internazionale di Epigrafia greca e latina, Roma, 18-24 sett. 1997, I, Rome, 1999, p. 761-767.

4 Je ne traiterai pas de l’aspect littéraire des épigrammes qui constitue un tout autre sujet.

5 Syracuse, Museo archeologico, inv. 49401. Samama, n° 511 (SEG 14, n° 599) ; Berger, fig. 162-3 et p. 155 ; Hillert, n° 1, p. 61-64 et pl. 7 ; voir en dernier lieu MONTEROSSO G., Hygieia, n° 209, p. 327-330 avec de très belles photos.

6 Athènes, Musée archéologique national, inv. Y93. Samama, n° 1 (IG I3, n° 1393). JEFFERY L.H., « The Inscribed Gravestones of Archaic Attica », Annual of the British School at Athens, 57, 1962, p. 147, n° 66 : « the disk is clearly Attic from the lettering ». Berger, p. 155-158, fig. 164-165 ; Clairmont, n° 3, p. 17-20 (avec discussion sur l’origine) ; Hillert, n° 2, p. 65-9 et pl. 8 ; SALTA M., Hygieia, n° 210, p. 330-333.

7 Je reviendrai ci-dessous sur l’inscription.

8 Voir en dernier lieu SALTA M., Hygieia, op. cit. avec la bibliographie.

9 Athènes, Musée national, inv. n° 30. Voir RICHTER G.M.A., The Archaic Gravestones of Attica, Londres, 1961, n° 70, p. 48 et fig. 159-160, 215 ; Clairmont, n° 4, p. 20- 22 et pl. 3 ; MANTIS A., Problemata tis eikonographias ton iereion kai ton iereon sten archaia ellenike techne, Thessalonique, 1983, p. 116 et pl. 38b ; SALTA M., Attische Grabstelen mit Inschriften, thèse inédite, Tübingen, 1991, p. 242. Je remercie très chaleureusement Maria Salta pour m’avoir donné une copie de sa thèse.

10 Bâle, Antikensammlung und Sammlung Ludwig, inv. BS 236. Voir surtout Berger ; en dernier lieu : VLACOGIANNI E., Hygieia, n° 211, p. 333-336.

11 Les représentations de médecins tenant un instrument médical sont très rares. De cette époque date l’aryballe Peytel, Paris, Louvre, inv. CA 2183 ; ARV2, p. 808 et 813.96 ; Berger, p. 77 et fig. 91-95 ; avec de nouvelles photos de l’objet restauré, Dasen V., « L’aryballe Peytel : le cabinet d’un médecin grec », in V. Dasen (éd.), La médecine à l’époque romaine. Quoi de neuf, docteur ?, Lyon, 2011, p. 10-11.

12 Sur les prêtres et prêtresses, MANTIS A., Problemata, op. cit. ; CONNOLLY J., Portrait of a Priestess, Princeton, 2007. Autres métiers : Clairmont, n° 15, pl. 8 (chalcoptès), n° 35 pl. 18 (aulètes), n° 26, pl. 13 (prêtresse). Un acteur tenant son masque (fin Ve siècle) : TSIRIVAKOS H., Αρχαιολογικόν Δελτίον 29 A’ Mel., 1974, p. 88-94 et pl. 48-51. Voir aussi la stèle du cordonnier Xanthippos, Londres, British Museum, inv. 628 (http://www.britishmuseum.org/explore/highlights/highlight_objects/gr/m/gravestone_of_xanthippos.aspx).

13 Voir par exemple : GINESTI ROSELL A., Epigrafia funeraria d’estrangers a Atenes (segles VI-IV aC), Tarragone, 2012, p. 402 (avec renvois au catalogue) et les exemples donnés dans la note 11.

14 Samama, n° 2. Le haut de la stèle manque et les premières lignes sont abîmées. Selon des lectures anciennes, les deux femmes portaient le même nom. C’est DAUX G., « Stèles funéraires et épigrammes », Bulletin de Correspondance Hellénique, 96, 1972, n° 53, p. 552 qui a déchiffré le nom d’Antiphilè (SEG 33, n° 214). Voir dernièrement LAES C., « Midwives in Greek Inscriptions in Hellenistic and Roman Antiquity », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik, 176, 2011, n° 1, p. 158-159 ; SALTA M., Hygieia, n° 216, p. 340-342.

15 BIELMAN SANCHEZ A., « L’éternité des femmes actives », in BERTHOLET F., BIELMAN SANCHEZ A. et FREI-STOB R. (éd.), Égypte – Grèce – Rome. Les différents visages des femmes antiques, Berne, 2008, p. 176 ; voir aussi DANA M., « Femmes et savoir médical dans les mondes antiques », in GARGAM A. (éd.), Femmes de sciences de l’Antiquité au XIXe siècle, Dijon, 2014, p. 35. Je suivrais plutôt DAUX G., « Stèles funéraires et épigrammes », op. cit., p. 554 : « Mais en réalité nous ne savons rien d’Antiphilè ni des quatre enfants représentés ».

16 BIELMAN SANCHEZ A., ibidem.

17 Samama, n° 310 (I.Byzantion I (IK 58), n° 128) ; photo : Hillert, n° 8, p. 91-93 et pl. 13 ; PFUHL E. et MÖBIUS H., Die Ostgriechischen Grabreliefs II, Mayence, 1979, p. 151, n° 467. Voir aussi FLEMMING R., « Women, Writing and Medicine in the Classical World », Classical Quarterly, 57, 2007, p. 260 ; BIELMAN SANCHEZ A., « L’éternité des femmes actives », op. cit., p. 177-178 et EAD., « Une vertu en rouleau ou comment la sagesse vint aux Grecques », in FREI-STOLBA R., BIELMAN A. et BIANCHI O. (éd.), Les femmes antiques entre sphère privée et sphère publique, Berne, 2003, p. 94-99 ; DANA M., « Femmes et savoir médical », op. cit., p. 29-31.

18 Sur l’adoption de signes de la paideia du défunt (rouleaux de papyrus, tablettes pour écrire…) dès la fin de l’époque hellénistique : ZANKER P., The Mask of Socrates, Berkeley-Los Angeles-Oxford, 1995, p. 190-194 : « By Late Hellenistic Times […] is was no longer possible to imagine an intellectual other than with a book in his hand or sitting nearby » (p. 194).

19 BIELMAN SANCHEZ A., « L’éternité des femmes actives », op. cit., p. 178. L’auteur va cependant trop loin lorsqu’elle dit : « Le rouleau, à lui seul, symbolise donc à la fois le nom de la défunte, sa profession et l’étendue de son savoir ». En effet le rouleau ne symbolise pas la profession médicale. C’est précisément l’absence d’objet médical qui est frappant.

20 ZANKER P., The Mask of Socrates, op. cit., p. 194-195, 232 sur les médecins (sarcophage d’Ostie) ; voir aussi p. 282 et fig. 153 p. 283 ; LANG J., Mit Wissen geschmuckt ? Zur bildlichen Rezeption griechischer Dichter und Denker in der römischen Lebenswelt, Wiesbaden, 2012, p. 23, 81-83.

21 Aux pieds de la défunte se trouvent deux petits chiens que l’on a parfois interprétés comme un symbole d’Asclépios, mais c’est loin d’être son attribut le plus courant ; il s’agit sans doute plutôt d’animaux familiers. Sur les femmes tenant un rouleau de papyrus, voir aussi DANA M., « ‘Le banquet des sophistes’ : représentation funéraire, représentation sociale sur les stèles de Byzance aux époques hellénistique et romaine », in RUSCU L. et NEMETI S. (éd.), Banquets of Gods, Banquets of Men. Conviviality in the Ancient World, Cluj, 2014, p. 362-364. L’auteur suggère que le rouleau de Mousa contenait un traité médical, mais l’image n’offre aucun indice en ce sens. Pour pouvoir l’imaginer, il faut savoir lire l’inscription.

22 Samama, n° 102 (SEG 36, n° 696). Seul son nom est inscrit, non son métier. Voir en dernier lieu POSAMENTIR R., The Polychrome Grave Stelai from the Early Hellenistic Necropolis, Chersonesan Studies 1, Austin, 2011, n° 52, p. 60, 150, 408 (P. Perlman), 442.

23 Samama, n° 101 (SEG 36, n° 697). Voir en dernier lieu POSAMENTIR R., ibidem, n° 53 p. 61 (stèle), 149 (interprétation : jeune fils), 166-7 (peinture), 190-191 (lieu de découverte et travail), 407 (P. Perlman, interprétation : tous les deux médecins), 443 (inscription).

24 Position adoptée par PERLMAN P. dans le chapitre « The People of the Citadel Necropolis » dans POSAMENTIR R., The Polychrome Grave Stelai, op. cit., p. 407.

25 POSAMENTIR R., The Polychrome Grave Stelai, op. cit., p. 149. Je suis volontiers l’auteur dans son interprétation qui est cependant disputée : voir la bibliographie antérieure p. 149, note 50.

26 Sur les professions sur les stèles attiques, voir SALTA M., Attische Grabstelen, op. cit., p. 240-262. Des monuments funéraires avec une indication de profession sont attestées dans d’autres régions mais n’ont jamais, à ma connaissance, été rassemblées.

27 Certaines stèles indiquent simplement le nom du défunt et son métier. Par exemple IG II2 n° 7967, 11244, 11254, 11647, 11689, 13180, SEG 19, 305, Agora, XVII, n° 913, 1028.

28 Voir CONNOLLY J., Portrait of a Priestess, op. cit., p. 229-244 et p. 246 sur le terme hiereia sur un monument thébain.

29 Quatre hommes et une femme maia et iatros : Samama, n° 1, 2, 3, 12, 13.

30 Sur les métiers attestés à Athènes, HARRIS E.M., « Workshop, Marketplace and Household », in CARTLEDGE P., COHEN E. et FOXHALL L. (éd.), Money, Labour and Land. Approaches to the Economies of Ancient Greece, London-New York, 2002, p. 67-99. Sur les épigrammes qui mentionnent le métier, voir TSAGALIS C.C., Inscribing Sorrow, Berlin-New York, 2008, p. 208-213. Le décompte p. 209 est inexact : il n’inclut ni l’épigramme pour Sôsinos, le chalcoptès (IG II2, n° 8464), ni celle pour l’acteur ou poète Macareus (IG II2, 6626). Son interprétation de certaines épigrammes pose également problème.

31 Respectivement Samama n° 12, 13, 3. Sur ce dernier, voir PEPPAS-DELMUSU D., « Ein attisches Grabgedicht für einen Arzt aus Cypern », Athenische Mitteilungen, 78, 1963/5, p. 154-5 et pl. 74, 1.

32 Clairmont, n° 15 (chalcoptès) et 35 (aulète) ; IG I3, 1341bis (tisseur de laine) ; IG II2, n° 10051 (metalleus). Voir A. GINESTI ROSELL, Epigrafia funeraria, op. cit., p. 402 qui fait la même constatation.

33 Pour les signatures de sculpteurs archaïques, MARION-DUFEU M., « Créer du vivant ». Sculpteurs et artistes dans l’Antiquité grecque, Villeneuve d’Ascq, 2011, p. 240-241 (IG I3, n° 1265 ; I. Délos, n° 9 ; Pausanias, V, 25, 8). Voir aussi ECKER U., Grabmal und Epigramm, Stuttgart, 1990, p. 147-149.

34 Voir BIELMAN SANCHEZ A., « Une vertu en rouleau… », op. cit., p. 82-85. Stèles de médecins : Samama, n° 53 et 371 ; à l’époque impériale : n° 87, 234, 493, 495, 518. Autres hommes de métier : l’aulète Potamon évoqué ci-dessus ; le devin Callitélès, SEG 23, n° 161.

35 Respectivement : Samama, n° 3 (SEG 22, n° 196b, Athènes IVe s.), n° 159 (Amorgos, IVe s. – photo : Archaiologike Ephemeris 1953/4, p. 27sqq) ; n° 12 (IG II2, n° 9052, Athènes vers 250 av. J.-C.), n° 43 (SEG 34, n° 325, Mégalopolis, vers 100 av. J.-C.). Le n° 52 (SEG 45, n° 445, Tithronion, vers 500 av. J.-C.) précise que Charôn « a délivré bien des gens de la souffrance », mais il n’est pas sûr que cette inscription concerne un médecin.

36 Anthologie Palatine, n° 508. Les attributions à Simonide sont parfois fantaisistes, mais la précision selon laquelle Pausanias est un Asclépiade, suggère une date soit haute (au plus tard au IVe siècle), soit impériale car cette appartenance n’est presque jamais indiquée à l’époque hellénistique : MASSAR N., Soigner et Servir. Histoire sociale et culturelle de la médecine grecque à l’époque hellénistique, Paris, 2005, p. 54-55.

37 MASSAR N., ibidem., p. 66.

38 Samama, n° 43 (SEG 34, n° 325). Voir aussi le n° 71, mais ni le métier de la personne, ni le terme technè ne sont assurés.

39 Ainsi Asclépiadès de Bithynie, mort à un âge avancé d’une chute dans un escalier plutôt que de maladie. MASSAR N., Soigner et Servir, op. cit., p. 175-176. Voir aussi BODIOU L., « Le corps du médecin comme instrument », dans ce dossier thématique d’Histoire, médecine et santé.

40 CHRYSOSTOMOU P., « Συμβολές στην ιστορία της ιατρικής στην αρχαία Μακεδονία », Eulimene, 3, 2002, p. 99-102 = SEG 52, n° 611.

41 Les expressions normalement utilisées contiennent un mot de la famille dh’mo~ ; voir MASSAR N., Soigner et Servir, op. cit., p. 32-34. Sur le médecin public, voir aussi NUTTON V., « Continuity or Rediscovery? The City Physician in Classical Antiquity and Medieval Italy », rééd. dans From Democedes to Harvey: Studies in the History of Medicine, Londres, 1988, VI, p. 9-46.

42 Samama, n° 371 (Phaidas ; SEG 30, n° 1980) et 28 (Thrasippos ; v. n. suivante).

43  KENT J.H., Corinth VIII, 3, n° 300 et pl. 21 place cette inscription à l’époque romaine. E. Samama la date des IIe-Ier siècles, sans justification ; ROBERT L., Revue des Études grecques 79, 1966, p. 753 n’en revoit pas la date) ; CAIRON E., Les épitaphes métriques hellénistiques du Péloponnèse à la Thessalie, Budapest, 2009, n° 30, p. 94-96 la date du Ier siècle.

44 IG II2, n° 8883.

45 WILSON P., « Pronomos and Potamon : two pipers and two epigrams », Journal of Hellenic Studies, 127, 2007, p. 141-149. L’article de P. Wilson rend caduque l’interprétation de TSAGALIS C.C, Inscribing Sorrow, op. cit., p. 171-175 qui considère que toute l’épigramme est ironique.

46 Voir MASSAR N., Soigner et Servir, op. cit., p. 194-196 et 199-201.

47 Sur Nicias, voir FAULKNER A., « Callimachus’ Epigram 46 and Plato: The Literary Persona of the Doctor », Classical Quarterly 61, 2011, p. 178-179 ; JACQUES J.-M., « Nicandre de Colophon, Poète et médecin », CUSSET C., Musa docta, Saint-Étienne, 2006, p. 47-48 ; sur Marcellus de Sidè, voir GANGLOFF A., « Les poètes dans les inscriptions grecques de Rome », Cahiers du Centre G. Glotz, 18, 2007, p. 351-352.

48 MASSAR N., Soigner et Servir, op. cit., p. 238-239.

49 Samama, n° 12 (IG II2, n° 9052) ; CAIRON E., Les épitaphes métriques, op. cit., n° 3, p. 38-42. Voir aussi OSBORNE M.J., Naturalization in Athens, III, Bruxelles, 1983, p. 89, T 97 et OSBORNE M.J. et BYRNE S.G., The Foreign Residents of Athens, Louvain, 1996, p. 289, n° 6774.

50 Ainsi, un peu plus tôt, le médecin Euènor d’Acarnanie est-il honoré de la citoyenneté athénienne pour divers services, médicaux et autres (IG II/III2, n° 374 = Samama, n° 6) ; voir MASSAR N., Soigner et Servir, op. cit., p. 99-101.

51 Samama, n° 73 (SEG 34, n° 497 ; CAIRON E., Les épitaphes métriques, op. cit., n° 94, p. 279-283).

52 Sur l’importance du maître et de sa renommée, voir MASSAR N., « “Choose your Master Well”. Medical Training, Testimonies and Claims to Authority », in HORSTMANSHOFF M. (éd.), Hippocrates and Medical Education. XIIth International Hippocrates Colloquium. Universiteit Leiden, 24-26 August 2005, Leyden-Boston, 2010, p. 169-186.

53 Samama, n° 292 (IGRR IV, n° 532).

54 IG II2, n° 8883 ; Clairmont, n° 35, pl. 18 ; WILSON P., « Pronomos and Potamon », op. cit., p. 141-149 (avec photo).

55 HÉRODOTE, III, 129-137 ; voir MASSAR N., Soigner et Servir, op. cit., p. 36-37, p. 283.

56 MASSAR N., Soigner et Servir, op. cit., p. 66-67.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Kouros de Sombrotidas, Syracuse
Légende Museo archeologico regionale Paolo Orsi, inv. 49401
Crédits © Museo archeologico regionale Paolo Orsi
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/843/img-1.png
Fichier image/png, 47k
Titre Fig. 2 : Monument d’Aineas, Athènes
Légende Musée archéologique national, inv. Y93, d’après H. DRAGENDORFF, Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts 12, 1897, pl. 1.
URL http://journals.openedition.org/hms/docannexe/image/843/img-2.png
Fichier image/png, 60k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natacha Massar, « À la vie, à la mort. Les monuments funéraires de médecins de langue grecque, du VIe au Ier siècle avant notre ère »Histoire, médecine et santé, 8 | 2016, 17-30.

Référence électronique

Natacha Massar, « À la vie, à la mort. Les monuments funéraires de médecins de langue grecque, du VIe au Ier siècle avant notre ère »Histoire, médecine et santé [En ligne], 8 | hiver 2015, mis en ligne le 03 juillet 2017, consulté le 22 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/hms/843 ; DOI : https://doi.org/10.4000/hms.843

Haut de page

Auteur

Natacha Massar

Natacha Massar est conservatrice des Antiquités grecques et chypriotes aux Musées royaux d’art et d’histoire de Bruxelles depuis 2007. Elle a publié une monographie sur les médecins à l’époque hellénistique et poursuit des recherches sur les détenteurs de savoir (médecins, musiciens, devins, etc.) dans le monde grec et sur la céramique d’époque hellénistique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Histoire, médecine et santé est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search